Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Évreux, 6-8 mai 2011

 | 
Luc Liogier

Une approche archéologique globale des abbayes cisterciennes normandes : l’exemple de l’abbaye de Fontaine-Guérard (Eure)

A holistic archaeological approach to the study of the Norman Cistercian abbeys: the example of the Fontaine-Guérard Abbey

Jean-Baptiste Vincent

Résumé

La Normandie est pourvue de vingt-quatre abbayes cisterciennes marquant un paysage façonné pour l’implantation des édifices monastiques, mais aussi pour tirer parti de toutes les ressources naturelles utiles à leur économie. Dans le cadre d’une thèse sur ces monastères de l’ordre de Cîteaux, une méthodologie globalisante étudie les phénomènes archéologiques variés narrant l’histoire de l’implantation. Ces sites riches en infrastructures sont remis en contexte d’utilisation et si possible en chronologie. L’abbaye de Fontaine-Guérard fait partie de celles qui allient sur le terrain architecture, organisation spatiale et territoriale, avec des vestiges, encore aujourd’hui, exceptionnellement bien conservés.

Normandy boasts twenty-four Cistercian abbeys set in a landscape fashioned for the establishment of monastic communities, but also for capitalizing on all the natural resources that are essential to their economy. Within the framework of a dissertation on these monasteries of the Order of Cisterians, a comprehensive methodology examines the various archaeological phenomena that recount the history of the settlements. These sites with their rich infrastructure are studied in terms of their original context of use and, where possible, their chronological development. The Fontaine-Guérard Abbey ranks among those in the field that combine architecture as well as spatial and territorial organization with historical remains that are still exceptionally well-preserved today.

Texte intégral

Les cisterciens en Normandie

  • 1 Abbaye de la Sainte-Trinité de Tiron (commune de Thiron-Gardais, Eure-et-Loir).
  • 2 Abbaye de Savigny (commune de Savigny-le-Vieux, Manche).

1Au milieu du XIe siècle et surtout au cours du siècle suivant, un courant érémitique fort s’implante en France dans les lieux reculés, sous forme de multiples communautés. En Normandie, répondant à ce nouvel élan de piété, deux ordres voient le jour, celui de Tiron1 en 1109 et celui de Savigny2 en 1112.

  • 3 Abbaye de Cîteaux (commune de Saint-Nicolas, Côte-d’or).
  • 4 Abbaye Notre-Dame de Mortemer (commune de Lisors, Eure).
  • 5 Abbaye du Valasse (commune de Gruchet-le-Valasse, Seine-Maritime).
  • 6 Abbaye Notre-Dame du Val, fondée en 1135 par Ansel de l’Isle avec l’aide de Louis VI le Gros (commu (...)
  • 7 Abbaye Notre-Dame du Trésor (commune de Bus-Saint-Rémy, Eure).
  • 8 Abbaye de Torigni (commune de Torigni-sur-Vire, Manche).
  • 9 Abbaye de Neufchâtel (commune de Neufchâtel-en-Bray, Seine-Maritime).
  • 10 Abbaye d’Arques la Bataille (commune d’Arques-la-Bataille, Seine-Maritime).
  • 11 Abbaye d’Yvetot (commune d’Yvetot, Seine-Maritime).

2L’ordre cistercien, qui s’inscrit dans cet élan, est fondé en 1098 en Bourgogne par Robert de Molesmes. Les moines, à la quête de la stricte observance de la règle de saint Benoît, aspirent à une profonde austérité, à un éloignement du monde et à un retour au travail manuel. Cette nouvelle communauté se répand dès 1113 en France puis dans toute l’Europe en instituant un système de filiation pyramidale, dans lequel chaque monastère dépend d’une abbaye mère, avec au sommet Cîteaux3. Cet ordre naissant met quelques décennies à essaimer en Normandie. L’abbaye bénédictine de Mortemer4 fondée en 1134 par Henri Ier Beauclerc, devient le premier monastère cistercien normand en 1137. La première moitié du XIIe siècle jusqu’au début du XIIIe siècle est une période majeure durant laquelle plus de 80 % des abbayes cisterciennes normandes sont créées (fig. 1). Les filiations diffèrent selon leurs modes de fondation. La filiation directe, réalisée par fondation ex nihilo, consiste en l’envoi de moines par une maison mère sur des terres données par un seigneur laïc ou clérical, afin d’y implanter un nouveau monastère. Ce modèle est assez représenté en Normandie, surtout pour la deuxième moitié du XIIe siècle. L’abbaye du Valasse5 est créée en 1150 par des moines venant de l’abbaye de Mortemer ; l’abbaye de Bonport (Gosse-Kischinewski, 2007, p. 66), en 1189, reçoit douze moines du monastère de Notre-Dame du Val6… Par opposition, la filiation indirecte est le rattachement d’une communauté existante entrant dans l’ordre de Cîteaux. Le meilleur exemple normand se produit lorsque l’abbaye de Savigny accède en 1147 au rattachement à l’ordre cistercien, emmenant ainsi avec elle plus de trente-deux de ses filles, dont neuf en Normandie. Après le rattachement de la Normandie au royaume de France en 1204, un ralentissement certain des fondations est constaté. On ne compte plus que deux nouvelles abbayes : en 1228, l’abbaye du Trésor7, et, beaucoup plus tard, en 1307, celle de Torigni8, qui est la dernière fondation médiévale (Gosse-Kischinewski, 2007, p. 73-74). Au cours des XVIIe et XVIIIe siècles, trois nouvelles congrégations féminines cisterciennes apparaissent en Normandie, concentrées dans le diocèse de Rouen : les abbayes de Neufchâtel-en-Bray9, d’Arques-la-Bataille10 et d’Yvetot11.

Fig. 1. Les abbayes cisterciennes en Normandie.

Fig. 1. Les abbayes cisterciennes en Normandie.

Bilan et méthodologie sur le monachisme cistercien normand

  • 12 Abbaye des Clairets (commune de Mâle, Orne).
  • 13 Abbaye de Villers-Canivet (commune de Villers-Canivet, Calvados)

3Il est certain que les abbayes cisterciennes normandes attirent un grand nombre de passionnés d’architecture, dans un cadre souvent idyllique où nature et hommes sont en harmonie. Depuis la fin du XVIIIe siècle et jusqu’au début du XXe siècle, nombre de monographies ont été réalisées sur des sites majeurs, alliant études archivistiques et descriptions architecturales. Ces ouvrages d’érudits donnent dans certains cas des indications sur la gestion du monument, les restaurations réalisées ainsi que les réhabilitations, tout comme des descriptions d’édifices aujourd’hui disparus. Certains réalisent des plans précis comme E. Chevallier pour l’abbaye de Bonport (Chevallier, 1904) ou les Ranjards pour l’abbaye de Mortemer (Ranjard, 1938). La recherche concernant les cisterciens en France et en Europe est très étoffée et concerne de vastes sujets, tant les domaines d’actions touchant les moines dans la société médiévale sont importants. Une bibliographie complète et conséquente éclaire notre vision sur l’histoire de l’ordre, l’architecture des monastères, le temporel. Depuis les années 1970-1980, l’apport de la fouille et les problématiques liées à la gestion de l’eau, à l’organisation spatiale interne, au temporel des abbayes, à la stylistique employée dans l’architecture, ont relancé de nouveaux centres d’intérêts, d’autant plus que de nouvelles techniques et angles d’approches apparaissent. En Normandie, le fort potentiel monastique n’est plus à prouver, tant le nombre de sites et d’ordres représentés est important, et ce depuis le haut Moyen Âge. L’état des monastères cisterciens de Normandie est très variable selon les projets entrepris par les propriétaires successifs qui, après la Révolution française, modifient très souvent et totalement le paysage monastique, à des fins personnelles ou économiques. Trois catégories permettent de représenter l’état de conservation des abbayes en Normandie. La première concerne les sites dans lesquels au moins un bâtiment médiéval à l’intérieur du mur de clôture est encore en élévation (20,8 % des sites). La deuxième catégorie prend en compte les abbayes conservant des ruines médiévales significatives (33,3 % des sites). Enfin, la troisième correspond à des lieux où il ne reste peu, voire aucun élément ancien d’architecture (45,9 % des sites). Ce catalogue est d’autant plus important qu’il est représentatif de la recherche actuelle concernant les monographies des abbayes normandes. En effet, les deux premières catégories citées ci-dessus ont déjà fait l’objet d’études plus ou moins récentes, essentiellement d’un point de vue historique, et pour certains sites majeurs, d’une étude architecturale, variant de la simple description jusqu’à une analyse exhaustive avec interprétation. L’intérêt porté aux bâtiments seuls est parfois l’unique but recherché par les différents auteurs. Une abbaye ne possédant que peu de vestiges, voire aucun, est sans conteste un frein majeur pour une quelconque analyse générale du site en question. De ce fait, les édifices monastiques doivent être pensés comme un ensemble cohérent dans un vaste plan de construction sur un territoire donné, où l’aménagement du paysage est primordial, afin d’allier toutes les contraintes, les bâtiments, la symbolique et les ressources naturelles. L’organisation spatiale est donc prédéfinie dès la conception, ainsi les aménagements fossoyés utiles aux installations hydrographiques, hydrauliques et les différentes terrasses servant à l’implantation des constructions, sont très souvent visibles dans le paysage, permettant de retrouver la place des différentes structures composant l’abbaye. Pour cela, le relevé topographique est primordial pour une compréhension globale de l’environnement étudié. Les nombreux points enregistrés à chaque campagne de relevés permettent une modélisation du terrain ; ainsi, par le tracé des courbes de niveaux et le relevé de toutes les structures maçonnées, il est possible de donner une fonction à un grand nombre de structures fossoyées, et de connaître leur utilité au sein d’une abbaye. Il est aussi possible de distinguer les aménagements anthropiques du naturel. L’inconvénient majeur de cette démarche est d’appréhender un phasage hors contexte de fouille, les éléments de surface étant trop peu révélateurs, tout du moins pour les aménagements médiévaux, puisque ceux des périodes modernes sont souvent interprétables. Afin de comprendre cette démarche, l’abbaye de Fontaine-Guérard a fait l’objet d’un relevé généralisé tant au niveau du bâti que de la topographie. La bibliographie concernant le monastère a été réalisée par des historiens, étudiants et architectes. Le fait que cette abbaye soit bien documentée et qu’elle conserve des éléments remarquables d’architecture, permet, par un complément d’étude, d’avoir de nouveaux éléments, mais aussi des points de comparaisons pour des abbayes féminines détruites en Normandie, telles que l’abbaye des Clairets12, l’abbaye du Trésor, l’abbaye de Villers-Canivet13...

L’abbaye Notre-Dame de Fontaine-Guérard

4Au fond d’une large vallée où serpente la rivière l’Andelle, affluent de la Seine, on peut entrevoir un complexe monastique féminin, l’abbaye de Fontaine-Guérard (fig. 2). Sur la rive gauche, elle est à mi-chemin entre sa commune de rattachement Radepont à l’est, et celle de Douville-sur-Andelle à l’ouest. Actuellement gérée par l’armée du Salut, reçue en legs en 1937, l’abbaye conserve la totalité de l’aile des moniales, l’abbatiale en partie ruinée et une chapelle sur cave (fig. 3, 4 et 5).

Fig. 2. Représentation des lieux de pouvoir ainsi que les territoires sous l’autorité de l’abbaye de Fontaine-Guérard aux abords du site (DAO : J.-B. Vincent).

Fig. 2. Représentation des lieux de pouvoir ainsi que les territoires sous l’autorité de l’abbaye de Fontaine-Guérard aux abords du site (DAO : J.-B. Vincent).

Fig. 3. Aile des moniales, vue du cloître (photo : J.-B. Vincent).

Fig. 3. Aile des moniales, vue du cloître (photo : J.-B. Vincent).

Fig. 4. Chœur de l’abbatiale, vue de la nef (photo : J.-B. Vincent).

Fig. 4. Chœur de l’abbatiale, vue de la nef (photo : J.-B. Vincent).

Fig. 5. Chapelle construite sur cave (photo : J.-B. Vincent).

Fig. 5. Chapelle construite sur cave (photo : J.-B. Vincent).

Origine de la fondation

  • 14 Neustria Pia, p. 784 : « llic itaque monasterium virginum, ordinis cisterciensis, ann. 1135, extruc (...)
  • 15 Certainement une erreur du Gallia, au niveau de la date de fondation de 1198, mais plutôt une confi (...)
  • 16 Archives départementales de l’Eure (ADE), H 1227 : « Noverit universitas vestra me intuit pietatis (...)

5Les archives départementales de l’Eure possèdent un grand nombre de sources textuelles, cartographiques et iconographiques concernant ce site, apportant des éléments sur son histoire, la vie des bâtiments, le domaine monastique, la vie économique... L’ouvrage de L. Fallue (1851) sur le château de Radepont et l’abbaye de Fontaine-Guérard entremêle les faits historiques de ces deux lieux de pouvoir. L’auteur (ibid., p. 35) ainsi qu’A. Le Prévost (1864, p. 17-20) font mention d’une fondation d’un prieuré par Amaury Ier de Meulan en 113514 sur les terres de Fontaine-Guérard, ce qui serait l’origine de la fondation de l’abbaye. Néanmoins, ce dernier n’a pu réaliser cette transaction, étant donné sa naissance située autour de 1150. De plus, A. Le Prévost voit une discordance au niveau de la date de fondation puisque Gallia christiana (XI, p. 320-322) mentionne une fondation en 119815 par Robert, comte de Leicester, sans mentionner celle d’Amaury Ier de Meulan. Le document le plus ancien, non daté, indique une fondation de Robert III, comte de Leicester, ainsi que de sa femme Pétronille de Grandmesnil à la demande de Gautier de Coutances16, archevêque de Rouen. Emprisonné et dépossédé par Henri II Plantagenêt pour avoir pris part aux révoltes des fils du roi, ce bienfaiteur retrouve la totalité de ses biens lors de l’accession au trône de Richard Cœur de Lion en 1189 (Crouch, 2004). Robert III comte de Leicester meurt en 1190, lors de son voyage avec le roi pour la troisième croisade. L’année précédant sa mort, retrouvant la totalité de ses biens, il lui est possible de réaliser une fondation féminine ; une volonté politique et religieuse certaine, du fait de la création au même moment par Richard Cœur de Lion de l’abbaye masculine de Bonport en 1189 (Gosse-Kischinewski, 2007, p. 69), distante de quelques dizaines de kilomètres. Il faut attendre 1207, lorsque le pape Innocent III ratifie ces privilèges dans une bulle (Charpillon et Caresme, 1992, p. 705), pour que le monastère soit rattaché à l’ordre de Cîteaux, même s’il se considérait comme tel dès sa conception. De célèbres bienfaiteurs dotent le monastère de terres comme Jean sans Terre, Philippe Auguste, saint Louis et Philippe le Hardi. Il faut attendre saint Louis pour que Fontaine-Guérard soit promue au rang d’abbaye en 1253 (Le Prévost, 1864, p. 18), avec la consécration de la première abbesse par Eudes Rigaud (Charpillon et Caresme, 1992, p. 705). Durant le bas Moyen Âge et le début de l’époque moderne, l’histoire du site est très peu commentée par les sources. Toutefois, à la toute fin du XIVe siècle, l’abbaye est au centre d’une affaire macabre où le seigneur d’Hacqueville fait assassiner sa femme qui se trouvait à l’intérieur du monastère (ibid.). Aux archives départementales de l’Eure, une grande quantité de pièces font référence aux possessions, droits, procédures, etc. relatifs à cette période. Quelques actes royaux confirment les biens de l’abbaye comme celui de Charles IV le Bel en 1324, ou mentionnent des protections accordées par le roi d’Angleterre en 1418. En 1573, l’abbaye se trouve au milieu d’un projet d’aménagement de chaussée et du lit de l’Andelle afin que des matériaux de constructions puissent être acheminés pour l’édification d’un château commandé par Charles IX à Charleval. Malgré l’avortement du projet, une partie des travaux a été réalisée, lésant certains biens de l’abbaye, comme des moulins, des cressonnières… Les moniales demandent donc réparation dès l’année 1574 (ADE, 2F 2936). Dès 1792, les bâtiments sont vendus à François Guéroult afin d’utiliser la pierre du site pour la construction d’une filature.

Le territoire monastique

6L’abbaye de Fontaine-Guérard est implantée en fond de vallée ouverte, large de 750 m et de 1 750 m au sommet des versants nord et sud. L’altitude du domaine varie entre 20 m et 36 m, sachant que les valeurs les plus hautes correspondent essentiellement aux aménagements du versant, tandis que les plus basses sont en relation avec le fond de vallée qui se trouve être très plat (fig. 1).

  • 17 Laïcs recrutés pour aider les moines dans leurs gros travaux. Ils doivent renoncer à leurs biens pe (...)
  • 18 Carte géologique, Rouen Est, no 100, 1/50 000e, BRGM, 1967.
  • 19 Au sud-ouest de Lyons-la-Forêt, Eure.

7Les vestiges et les sources écrites permettent de connaître l’étendue des ensembles monastiques. Trois sphères géographiques de taille croissante avec des fonctions particulières composent une abbaye. Les deux premières sont délimitées par un mur d’enceinte dans lequel on retrouve au centre la plus petite unité, la clôture, qui est la plus chargée en symbolique, étant la stricte représentation du cloître avec les bâtiments dédiés aux seuls religieux. La seconde, plus vaste, se partitionne entre jardin, lieu économique, structure d’accueil, qui généralement est un endroit de transition où frères convers17, moines et dans certains cas laïcs peuvent se mêler. Enfin, le dernier espace est le domaine accumulé au cours du temps par des dons de bienfaiteurs. Cet espace est généralement éparpillé sur un vaste territoire, voire dans d’autres pays. L’évaluation des terres est souvent possible, grâce aux nombreuses chartes de donations, mais il faut recouper ces informations avec le dénombrement réalisé à la Révolution française. Néanmoins, sauf si l’on est en présence de plan et d’un bornage encore visible, il est difficile de déterminer avec exactitude l’emprise de toutes ces terres. L’essentiel est d’abord d’essayer de délimiter le domaine environnant, c’est-à-dire celui qui entoure directement le mur de clôture. Généralement, une abbaye cistercienne possède à l’intérieur de l’enceinte une grange servant à l’exploitation des terres avoisinantes qui sont de trois types : arables pour la culture, prés pour l’élevage et bois pour la construction et le chauffage. L’espace interne de l’abbaye de Fontaine-Guérard, délimité par le mur de clôture, est d’environ 5,8 ha avec un axe est-ouest de 723 m pour une moyenne de 80 m de large. Le mur d’enceinte, visible à l’aplomb du versant nord, sert à maintenir les terres des terrasses. La clôture sud n’existe plus, mais l’état de situation réalisé à la Révolution française (ADE, Q 342) localise précisément cette structure qui longe l’Andelle sur la rive droite. Sa disparition est peut-être due au nouveau tracé de l’Andelle du début du XIXe siècle. À l’ouest, son tracé doit longer les voies de communications actuelles. Enfin à l’est, on retrouve un fragment de ce mur à proximité de la station de pompage. À l’extérieur du mur de clôture se trouve le domaine environnant, qui se compose en partie de bois, de terres arables et de prés considérés comme marécageux (Fallue, 1831, p. 87). Les différents documents attestent d’un ancien bornage se trouvant dans la forêt, à l’aplomb de l’ancien château de Douville-sur-Andelle (ADE, 2F 2936), permettant de restituer la possession des bois grâce, entre autres documents, à un plan d’arpentage du XVIIIe siècle (ADE, 2P 1142) (fig. 6). De plus, au sud de l’Andelle, l’abbaye possède toutes les terres jusqu’au chemin du fond du Val, reliant Pont-Saint-Pierre à Radepont (ADE, 2F 2936). Ces terres marécageuses portent encore le toponyme « la petite Aulnay » et « la grande Aulnay ». À ce stade, nous atteignions environ 190 ha, auxquels il faut ajouter la possession des Bernières (ADE, 2F 2936), qui est une terre située entre l’abbaye et Douville-sur-Andelle, mais qui est difficile à délimiter sur les plans actuels. Dans sa plus grande étendue, le domaine s’étendrait sur 260 ha, incluant la clôture. Le territoire proche est un lieu servant de ressources en matières premières pour la vie monastique, mais aussi pour l’édification du monastère. Les bois approvisionnent l’abbaye à des fins pratiques, pour le chauffage, la cuisine, mais aussi pour la construction, la charpenterie, l’échafaudage, Dans la forêt de Longboël, on note la présence d’une carrière appartenant à l’abbaye, entre l’Andelle et le coteau au nord du château de Douville-en-Vexin. La carte géologique18 précise trois types de substrats dans cette zone. Vers la rivière, on note la présence de Turonien : craie grise, marneuse, pauvre en silex ; dans la pente un Coniacien : craie blanche à silex, localement indurée, biozone de foraminifères a, b, c ; et enfin au sommet le Santonien-Campanien : craie blanche à silex. Les deux derniers types de craies sont caractéristiques de cette vallée, on les retrouve à quelques kilomètres vers l’est en plus petite quantité dans la vallée de la Lieure19 et dans la vallée du Fouillebroc où se trouve l’abbaye de Mortemer et où la présence d’une carrière est attestée (Vincent, 2010, p. 26-31). Les autres terres du domaine servent essentiellement à des fins agricoles. Le paysage actuel, la toponymie, les sources (ADE, H 1276) font mention de terres impropres à une culture. Ce territoire marécageux est utilisé en pâture, en plantation d’aulne et en cressonnière, tout du moins attesté à partir du XVIe siècle. Les terres labourables sont en grande majorité hors de la vallée, puisqu’une grande partie des donations se trouvent sur le plateau avec au nord, la ferme de Longboël, et au sud-est, des terres dans le Vexin Normand, plus propices à la culture.

Fig. 6. Plan ancien (ADE, 2 PI 142).

Fig. 6. Plan ancien (ADE, 2 PI 142).

Les aménagements fossoyés internes

8En 1189, lorsque Robert III, comte de Leicester donne des terres pour la fondation de l’abbaye de Fontaine-Guérard, le choix de l’implantation des bâtiments est important afin de réaliser un minimum de travaux de terrassement. Il ne faut pas oublier les contraintes majeures liées à l’édification du monastère. Le terrain doit laisser la possibilité d’orienter l’abbatiale selon un axe est-ouest, tout en laissant la place nécessaire aux autres édifices du cloître. Les deux principales contraintes pour l’abbaye de Fontaine-Guérard concernent, comme dans beaucoup de cas, l’assainissement du terrain marécageux et l’éloignement des édifices de la rivière. La campagne de relevés topographiques a permis de mettre en évidence trois terrasses, chacune ayant une fonction propre (fig. 7). La première (T 1) a une superficie de 0,4 ha et mesure 193 m de longueur sur 16 m de largeur. Son altitude de 23 m en moyenne en fait la terrasse la plus élevée du site ; elle forme une pente descendante jusqu’à l’abbatiale. Située à l’extrême ouest du site, cette plateforme très étroite sert de chemin d’accès, de l’entrée principale du site vers la porterie. Cette langue de terre a été creusée dans un substrat de type coniacien (craie blanche à silex, localement indurée, biozone de foraminifères a, b, c) dans le flanc du versant nord ; un mur de 5 m de hauteur sert d’ailleurs à retenir les terres. Il est possible de restituer le relief d’origine, en prolongeant la terrasse T 2 sur la largeur de l’abbatiale jusqu’aux ruines de la porterie ; en effet les altitudes entre ces deux terrasses correspondent. Cette plateforme a permis d’implanter l’abbatiale qui se trouve alors surélevée par rapport aux bâtiments conventuels et au terrain naturel du fond de vallée, elle se situe ainsi 1 m plus haut que la salle capitulaire. D’autre part, ce terrassement a rendu possible la construction d’un cellier dans le calcaire à la perpendiculaire du versant. La deuxième terrasse, T 2, est de petite taille avec 26 m de long sur 13 m de large pour une superficie de 0,03 ha. Elle a été aménagée par creusement en écrêtant le relief naturel dans le substrat coniacien, la base n’ayant pas été modifiée. La terrasse, à 24,5 m d’altitude se trouve dans le prolongement arrière de l’abbatiale. Bien que ce soit une structure aménagée, sa fonction est incertaine car il ne reste aucune trace de bâtiments. Aujourd’hui, l’hypothèse d’un emplacement consacré au cimetière de l’abbaye est envisageable, étant donné sa proximité avec l’abbatiale et l’existence d’une porte des morts, aménagée dans le mur gouttereau nord de l’abbatiale, donnant sur cette terrasse. Enfin, la troisième terrasse, T 3, d’une superficie de 1,5 ha, de 325 m de long et 60 m de largeur est, quant à elle, naturelle et composée d’un substrat d’alluvions récentes (silts argileux, sables, argiles, tourbes). Certainement nivelée afin d’effacer les irrégularités, l’altitude de 21,2 m est presque identique sur la totalité de l’espace avec une variation de 30 cm par endroit. Le fait que cette plateforme soit relativement plane et qu’il n’existe qu’un dénivelé de 1,5 m avec le fond de la rivière, entraîne des risques d’inondation importants, comme ce fut le cas récemment lors de la tempête de 1999. Cette terrasse devait être à l’origine plus large sur son flanc sud mais la construction d’une filature de coton a nécessité le creusement d’un canal, réduisant désormais la surface. Les bâtiments conventuels sont construits au centre de cette plateforme.

Fig. 7. Relevé topographique de l’abbaye de Fontaine-Guérard (relevé : G. Ratel, R. Morand, K., I. et J.-B. Vincent, DAO : J.-B. Vincent).

Fig. 7. Relevé topographique de l’abbaye de Fontaine-Guérard (relevé : G. Ratel, R. Morand, K., I. et J.-B. Vincent, DAO : J.-B. Vincent).

Hydrographie et hydraulique : l’élément à maîtriser

  • 20 Abbayes de Mortemer, de Maubuisson, du Paraclet…

9L’eau est un élément important dans une abbaye, avec une utilisation dans trois domaines différents : physiologique, économique et assainissement. Des aménagements fossoyés et maçonnés sont indispensables afin d’acheminer l’eau dans l’abbaye. Dans un grand nombre de monastères20, suivant le cours d’une rivière, des séries d’étangs sont créées, soit par endiguement, soit par creusement, afin d’y installer une activité piscicole. En effet, chez les cisterciens, le poisson est l’alimentation privilégiée et instituée dans la règle de saint Benoît. De plus, les services d’aumône et d’hôtellerie réclament une grande quantité de denrées afin de nourrir les pauvres et gens de passage. La proximité avec l’axe Rouen-Paris (ADE, H 1231) fait que la charge hospitalière est assez lourde pour l’abbaye de Fontaine-Guérard. La première difficulté de la création d’étangs sur ces terrains est l’impossibilité d’endiguement, la rivière n’étant pas contenue dans un relief étroit et profond. Le seul moyen ici de créer des bassins serait d’élargir par le sud la rive de l’Andelle, permettant un renouvellement permanent de l’eau. L’autre possibilité est la création d’un bras forcé en contrebas de l’Andelle, dans le but d’alimenter un étang creusé. La topographie environnante, comme les sources archivistiques, ne permettent pas d’attester la présence d’étangs aux abords de l’abbaye, ce qui ne suggère pas une absence totale de bassins piscicoles dans le domaine monastique. Le cours de la rivière a cependant été modifié au XIXe siècle. En effet, il a été dévié (R 2) à une cinquantaine de mètres au sud-est de l’aile des moniales afin d’alimenter la filature, située à environ 500 m à l’ouest. L’étude topographique a permis de révéler le lit originel de la rivière. Vers l’amont, au niveau de l’embranchement, le cours a été détourné au niveau d’un léger méandre, ce qui a rapproché la rivière des bâtiments conventuels. La fonction de la rivière est ici multiple, puisqu’elle permet dans un premier temps de récupérer les eaux usées de l’abbaye. Sur le terrain et dans les sources, deux réseaux secondaires alimentent les bâtiments monastiques. Premièrement, la source de Fontaine-Guérard jaillit à proximité des bâtiments conventuels. Elle s’écoule du nord au sud passant dans le lavabo du cloître ainsi que dans les cuisines de l’abbaye, convergeant à la sortie des bâtiments, vers l’Andelle (Fallue, 1851, p. 85). Cette eau sert exclusivement aux besoins physiologiques des moniales. Toujours pour la filature, son cours en est dévié vers l’ouest. Secondairement, sous une dalle de béton, à 40 m de la façade est de l’aile des moniales, une canalisation (C 1) (fig. 8), aujourd’hui hors d’usage, a été mise au jour lors d’un nettoyage de chablis. Comblé aux deux extrémités, le tronçon est parallèle à la rivière, à 16 m d’écart. Il mesure 7,21 m de long, 1,06 m de haut et 0,86 m de largeur avec un fond à 19,4 m d’altitude. La structure est recouverte par une dizaine de centimètres de terre végétale. La voûte en pleincintre, en moellons calcaires, repose sur des murets de 0,63 m de hauteur, en gros appareil pour l’assise et moyen appareil pour le reste. À l’ouest, le niveau des voûtes baisse à cause d’un linteau soutenu par des culots chanfreinés. Cet élément architectural ressemble au type de construction utilisé dans la canalisation principale de l’abbaye de Mortemer, qui correspond à un regard permettant l’accès au conduit pour son entretien. À Fontaine-Guérard, ce réseau est certainement un bras canalisé de l’Andelle qui possède un débit suffisant et continu pour collecter et évacuer toutes les eaux sortant de canalisations secondaires comme celles du lavabo, de la cuisine, etc. Dans un second temps, la rivière a un but alimentaire et permet la pêche, acquis de droit (ADE, 2F 2936) très rapidement, en utilisant un système de gord (pêcherie en forme de « V » barrant la rivière sur toute sa largeur) donné par Guillaume de Poissy ainsi que des bois pour en assurer l’entretien (ADE, H 1276).

Fig. 8. Relevé et photographie de la canalisation C1 de l’abbaye de Fontaine-Guérard (relevé : G. Ratel, R. Morand, K., I. et J.-B. Vincent, DAO : J.-B. Vincent).

Fig. 8. Relevé et photographie de la canalisation C1 de l’abbaye de Fontaine-Guérard (relevé : G. Ratel, R. Morand, K., I. et J.-B. Vincent, DAO : J.-B. Vincent).

10Enfin, dans un troisième temps, l’Andelle est employée comme force hydraulique pour assurer une partie de l’économie monastique. Généralement, dans l’enceinte de l’abbaye, un moulin à céréales est construit afin de permettre une certaine autonomie aux moniales.

11La mention de 1309, localisant au sud de la porterie un moulin à drap, fait douter de la présence d’un moulin agricole construit dès le début du monastère. Est-ce bien sa fonction d’origine ? Ou est-il possible que ce moulin ait changé de fonction en quelques décennies ? La rivière de l’Andelle servant aussi de barrière naturelle, le moulin ne peut donc se trouver sur la rive gauche. Les différentes sources (ADE, 2F 2936 et H 1276) mentionnent la possession d’autres moulins sur l’Andelle dès la première moitié du XIIIe siècle, mais leur fonction reste à déterminer à partir du XIVe siècle, date à laquelle des moulins à foulon apparaissent dans les sources. Un droit de mouture est attribué aux religieuses dans les villes voisines de Radepont et de Pont-Saint-Pierre, ainsi qu’à Gisors.

Les bâtiments monastiques

  • 21 La chapelle sur cave est en cours d’étude en collaboration avec Gilles Deshayes (doctorant, univers (...)
  • 22 Abbaye Blanche (commune de Mortain, Manche).

12Abbatiale, ailes des moniales, chapelle sur cave21 sont les principaux vestiges qui témoignent encore d’une vie monacale cistercienne dans la vallée de l’Andelle. En Normandie, actuellement, on recense vingt-quatre sites cisterciens, sans compter toutes les granges garantes de la gestion agricole des différents territoires du domaine. La parité homme-femme n’est pas encore de mise au Moyen Âge, mais on compte tout de même neuf abbayes de moniales. Parmi elles, peu conservent de vestiges permettant une compréhension globale des infrastructures utilisées. Néanmoins, trois lieux font référence, l’abbaye Blanche22, où l’abbatiale et une partie du cloître sont encore préservées ; l’abbaye du Trésor avec les vestiges du transept sud de l’abbatiale, ainsi que l’aile des moniales qui a fortement été modifiée ; l’abbaye de Fontaine-Guérard qui conserve le plus d’éléments encore en élévation, ainsi qu’une documentation assez complète. Une étude exhaustive s’explique donc dans le cadre d’une approche globalisante des sites cisterciens en Normandie, sachant qu’il ne faut pas oublier qu’un modèle tiré d’une abbaye ne peut en aucun cas être littéralement appliqué aux autres afin de restituer les bâtiments disparus. Des similitudes existent selon le contexte géographique et chronologique d’édification. Il ne faut pas non plus croire que tous les sites féminins sont comparables. La comparaison avec les sites masculins n’est pas à négliger.

13Les abbayes cisterciennes encore en élévation ne sont pas figées dans le temps, mais évoluent depuis leurs origines jusqu’à nos jours. Généralement, la phase de changement la plus visible se trouve autour du XVIIe et du XVIIIe siècle, période durant laquelle de grandes restaurations, voire des reconstructions presque totales, dénaturent les édifices originels. Pour cela, une recherche étroite centrée sur une seule chronologie fait disparaître toute compréhension diachronique indispensable pour restituer chaque étape de vie et d’utilisation de l’édifice. Définir avec précision chaque phase visible peut donner lieu à une déstructuration du monument par période, déterminante pour une restitution hypothétique.

Genèse de la construction

14Parmi les différents types d’archives en notre possession, il est souvent à déplorer le manque de mentions sur les constructions. Dans de très rares cas, des notifications de contributions par des bienfaiteurs pour un édifice en particulier, permettent de le placer dans une chronologie restreinte de son édification. Autour du XVIe siècle, on voit apparaître pour certaines abbayes, des documents d’états des lieux réalisés par des maçons, couvreurs, charpentiers, Ces sources inestimables détaillent parfois la vétusté des bâtiments, le nombre de pièces, leurs fonctions, donnant des mesures dans œuvres et hors œuvres. Leurs contributions permettent au chercheur de déterminer les édifices encore présents à l’époque moderne, d’avoir une vision des bâtiments ruinés et qui potentiellement seront détruits par les religieux, ainsi que les réhabilitations et reconstructions envisagées. Il faut aborder ces textes avec prudence pour ce qui est de la datation des édifices. Ceci nous permet de faire un bilan des constructions sur le long Moyen Âge, sans pour autant avoir une précision chronologique. Les XIVe et XVe siècles sont des moments importants dans les abbayes : certaines, bien dotées, continuent leurs expansions architecturales dans l’enceinte monastique. L’abbaye de Fontaine-Guérard est documentée essentiellement sur ses possessions qui font l’objet de convoitises et d’usurpations, justifiant ainsi autant d’actes pour confirmer ses biens. Néanmoins, l’abbaye en elle-même n’est que peu représentée dans les sources. Les rares mentions de constructions des bâtiments monastiques sont contemporaines de la fin du Moyen Âge et de l’époque moderne. Un certain nombre d’indices permet cependant de comprendre l’évolution architecturale du site. Ayant établi une fondation en 1189, des bâtiments provisoires sont certainement construits afin de recevoir la communauté en attente du monastère définitif ; les traces visuelles et textuelles nous font ici défaut. En 1218, l’abbaye est consacrée à la sainte Vierge par Robert II, archevêque de Rouen (Le Prévost, 1864, p. 18). Cet acte permet entre autres la célébration du Saint-Sacrement dans un nouveau lieu, laissant supposer la fin de construction de l’abbatiale. Il est envisageable que l’église soit l’une des premières édifications du carré claustral sans pour autant affirmer que d’autres bâtiments soient terminés en 1218. Néanmoins, une trentaine d’années sépare la fondation des premières édifications d’au moins un bâtiment du cloître. Il est possible que la période de trouble politique suivant la mort de Richard Cœur de Lion et la conquête de la Normandie par Philippe Auguste, aient retardé significativement la construction de l’abbaye, malgré la confirmation de Jean sans Terre en février 1204 (ADE, H 1264).

L’abbatiale

15Située au nord de l’enclos monastique sur la terrasse T 1, le long du versant, l’abbatiale (A) est assez complète pour que l’on puisse réaliser une restitution fiable (fig. 9). Avec un plan au sol d’une grande simplicité, un rectangle de 30 m de long sur 7,1 m de large, le bâtiment est constitué d’une nef unique sans transept avec un chœur à chevet plat, très utilisé dans les abbayes cisterciennes de moniales. Le vaisseau central est composé de trois travées voûtées en croisées d’ogives sexpartites avec deux niveaux de culots. Une première série au niveau de la moitié des baies reçoit les doubleaux ainsi que les ogives. La seconde, en marche du deuxième tiers haut des baies, sert à réceptionner l’ogive médiane parallèle au doubleau, délimitant les deux paires de quartiers transversaux. Le chœur est quant à lui couvert d’une voûte rayonnante octopartite, normalement utilisée pour des absides, donnant un style particulier pour le voûtement d’un chevet plat. Les culots portent des décors floraux, à base de feuilles de chêne (fig. 10), à crochet simple ou mixte avec feuilles de chêne et enfin à godron avec une base formée de trois feuilles de chêne ou non. Deux rangées de six baies de grandes tailles éclairent la nef (fig. 11), ainsi qu’une grande fenêtre centrale, encadrée de deux plus petites qui donnent la lumière du levant sur le chœur.

Fig. 9. Plan actuel et restitution de masse des édifices disparus de l’abbaye de Fontaine-Guérard (relevé : G. Ratel, R. Morand, A. Petit K., I. et J.-B. Vincent, DAO : J.-B. Vincent).Fig.

Fig. 9. Plan actuel et restitution de masse des édifices disparus de l’abbaye de Fontaine-Guérard (relevé : G. Ratel, R. Morand, A. Petit K., I. et J.-B. Vincent, DAO : J.-B. Vincent).Fig.

Fig. 10. Transept sud (photo : J.-B. Vincent).

Fig. 10. Transept sud (photo : J.-B. Vincent).

11. Façade sud abbatiale (photo : J.-B. Vincent).

11. Façade sud abbatiale (photo : J.-B. Vincent).

16L’accès des laïcs, aujourd’hui arasé, se situe à l’ouest au niveau du porche, légèrement désaxé au nord. Sur le mur gouttereau sud, deux portes donnent accès au cloître. La première, à l’ouest et de petite taille, permet aux sœurs converses d’assister aux différents offices. La seconde est l’accès des moniales. Une saignée, visible à l’aplomb du piédroit ouest de cette porte indique l’emplacement de la limite du chœur des religieuses. Sur le gouttereau nord, une ouverture appelée la porte des morts permet d’accéder au cimetière.

17Le mur gouttereau nord possède une série de neuf contreforts. Quant à ceux du gouttereau sud, l’épaisseur du mur est plus importante à sa base afin qu’ils ne soient pas saillants dans le cloître et ne gênent le passage ; le mur retrouve une épaisseur normale à hauteur d’homme, les faisant ainsi réapparaître.

L’aile des moniales

  • 23 Dendrotech, fiche intitulée « Abbaye Notre-Dame de Fontaine-Guérard - Radepont (27487) », DT-2010-0 (...)

18Peu de temps après la construction de l’abbatiale, l’aile des moniales d’une longueur de 39,6 m sur 9,1 m de large hors œuvre, est à son tour édifiée (fig. 12). Une campagne de dendrochronologie réalisée en septembre 2010 par la société Dendrotech a permis de dater deux phases de la charpente du dortoir. La première, 1216-122423, correspond à la pose de la charpente de l’aile des moniales. La seconde, 1682, est une campagne de restauration de toute la partie sud du dortoir. Cependant, la phase médiévale conserve des bois où les aubiers sont partiels, soit endommagés par les insectes xylophages, soit entamés par l’équarrissage, et ne permettant pas une datation plus précise. Grâce à une datation fiable pour l’époque médiévale, la chronologie relative nous apprend que l’aile des moniales correspond à une deuxième campagne de construction, car plusieurs marqueurs attestent qu’elle vient s’appuyer contre l’abbatiale, qui est donc antérieure (fig. 13), sans qu’il y ait interpénétration des deux structures. Tout d’abord, l’aile prend exactement la largeur du chœur, liant les gouttereaux au ras des contreforts de l’église sans pour autant qu’ils ne dépassent de l’épaisseur des murs. Puis, visible dans le dortoir, le pignon nord comporte un contrefort central, ainsi qu’une suite de modillons supportant une corniche qui se trouve normalement à l’extérieur (fig. 14, coupe C-C’). Un épaississement sur la partie haute du pignon composé d’une arcade greffée dans les contreforts de l’abbatiale, soutenant la construction du pignon, suit le tracé de la charpente dans le but de la maintenir. On ne connaît pas le terminus post-quem exact de l’édifice en question, néanmoins, il est probable que la consécration de 1218 concerne au moins l’abbatiale et l’aile des moniales qui renferme aussi un lieu sacré, la salle capitulaire.

Fig. 12. Coupe transversale de l’abbatiale suivie d’une coupe longitudinale de l’aile des moniales de l’abbaye de Fontaine-Guérard (relevé : G. Ratel, R. Morand, A. Petit K., I. et J.-B. Vincent, DAO : J.-B. Vincent).

Fig. 12. Coupe transversale de l’abbatiale suivie d’une coupe longitudinale de l’aile des moniales de l’abbaye de Fontaine-Guérard (relevé : G. Ratel, R. Morand, A. Petit K., I. et J.-B. Vincent, DAO : J.-B. Vincent).

Fig. 13. Coupe sabre significatif entre l’aile des moniales et l’abbatiale (photo : J.-B. Vincent).

Fig. 13. Coupe sabre significatif entre l’aile des moniales et l’abbatiale (photo : J.-B. Vincent).

19Du nord au sud (fig. 12 : B1), l’édifice comporte une succession de pièces avec des fonctions bien définies selon les besoins de l’ordre, desservies uniquement par le cloître. Une partie a subi des transformations de fond à l’époque moderne, modifiant totalement l’aspect originel, dont il est possible toutefois de tenter une restitution. Il a certainement été compliqué pour les bâtisseurs d’insérer entre l’abbatiale et la salle capitulaire, dans un espace aussi réduit de 4,8 m sur 7 m, l’escalier du dortoir, un corridor ainsi que deux salles superposées (fig. 14). Un couloir devait longer le gouttereau ouest de l’aile des moniales (1,7 m de large sur 4,6 m de long) pour permettre aux religieuses d’accéder du dortoir à l’abbatiale, mais aussi au cloître (fig. 5). Ce petit réduit est aménagé de sorte qu’une salle basse puisse accueillir une sacristie ou une bibliothèque (fig. 15). La restitution probable pour le Moyen Âge est un cloisonnement en deux parties à l’aide d’un refend attesté par les vestiges d’un piédroit de porte, expliquant ainsi les différences de voûtes entre les deux espaces (fig. 14 B-B’). La première division, entre l’abbatiale et l’escalier, correspond exactement aux dimensions de la salle supérieure. De forme rectangulaire, elle mesure 4,70 m sur 2,70 m. Une porte, accédant au corridor, est aujourd’hui rebouchée. Elle détermine la longueur réelle de la pièce, réduite lors de la construction de la chapelle sud de l’abbatiale. L’annexe, de 3 m sur 1,5 m, se trouve sous l’escalier, le long de la salle capitulaire. Elle est voûtée en forme de pan incliné suivant ainsi la pente inférieure de l’escalier. Enfin la dernière salle, voûtée en berceau, est située dans un demi-étage ; les traces d’une fenêtre étroite subsistent sur le mur est. Basse de plafond, il était possible d’y entrer par un escalier menant dans le chœur de l’abbatiale. L’hypothèse d’une sacristie au service du chapelain est privilégiée du fait d’un accès unique par l’abbatiale sans que homme et femme ne puissent se croiser, plutôt qu’une seconde pièce, accessible par le corridor et menant au dortoir des religieuses.

Fig. 14. Coupe et restitution de la partie septentrionale de l’aile des moniales où se concentrent les sacristies et l’escalier du dortoir (relevé : G. Ratel, R. Morand, A. Petit K., I. et J.-B. Vincent, DAO : J.-B. Vincent).

Fig. 14. Coupe et restitution de la partie septentrionale de l’aile des moniales où se concentrent les sacristies et l’escalier du dortoir (relevé : G. Ratel, R. Morand, A. Petit K., I. et J.-B. Vincent, DAO : J.-B. Vincent).

Fig. 15. Salle basse sacristie (photo : J.-B. Vincent).

Fig. 15. Salle basse sacristie (photo : J.-B. Vincent).

20Vient ensuite la salle capitulaire (fig. 12 B2), longue de 12,7 m et large de 8,6 m. Elle est voûtée en croisées d’ogives sur neuf travées, l’ensemble reposant sur quatre colonnes centrales surmontées de chapiteaux à crochets couverts de tailloirs octogonaux. Saillante de l’aile des moniales, elle présente, dans cette configuration, un espace suffisant afin de rassembler toutes les sœurs pour la lecture de la règle, la distribution des tâches de la journée, les discussions des affaires religieuses… Par le cloître, l’entrée se fait par trois grandes arcades à voussure, larges de 1,5 m et hautes de 4,8 m, scindées par deux imposants piliers servant aussi à la réception des voûtes intérieures. Une marche, peut-être deux, sont nécessaires afin de fouler le sol de la salle du chapitre, qui est à un niveau inférieur au cloître. Sur le mur est (fig. 16), trois baies de 3,1 m de long sur 0,87 m de large éclairent cette pièce où les sœurs écoutent l’abbesse, assises sur le banc de pierre qui longe les trois côtés de la salle et sur lequel reposent en vis-à-vis des piliers centraux. Ceux-ci possèdent de petites bases moulurées comparables au style des piliers centraux, surmontées de colonnettes monolithes avec, au sommet, des chapiteaux à crochets engagés dans la maçonnerie supportant doubleaux et ogives.

Fig. 16. Salle capitulaire (photo : J.-B. Vincent).

Fig. 16. Salle capitulaire (photo : J.-B. Vincent).

21Successivement et séparées de moins de 2 m, deux grandes ouvertures en arc brisé terminent la façade avant le retour de l’aile du réfectoire (fig. 12 B3 et B4). La première débouche sur le parloir voûté en berceau avec à l’extrémité est une porte décorée par des arrondies à la jonction des piédroits et du linteau, celle-ci surmontée d’une baie. La seconde présente un passage moins large que la précédente mais avec les mêmes caractéristiques de voûtement. Sur son gouttereau oriental est percée une porte, permettant aux moniales d’accéder au jardin des simples du cloître. À l’entrée, sur le mur commun avec la salle de travail, une porte permet d’y accéder directement par le cloître. Enfin, l’extrémité sud du bâtiment est occupée par la salle de travail, longue de 15,2 m sur 6,8 m de large (fig. 12 B5). Cette salle, à deux nefs de quatre travées chacune, est voûtée d’ogives quadripartites, l’ensemble étant supporté par trois colonnes centrales surmontées de chapiteaux à crochet et à calice, et douze culots à décor floral ou de type calice. Aucun accès direct n’étant prévu à partir du cloître, l’accessibilité est rendue possible par des espaces intermédiaires comme le passage des moniales et le chauffoir. Sur le pignon sud, une porte aujourd’hui murée, a été percée après construction de l’édifice sans doute afin de pouvoir accéder à un bâtiment postérieur à l’aile des moniales.

22Sur la longueur de cette dernière, le dortoir (fig. 17) est accessible par un escalier interrompu par deux paliers menant dans le corridor, desservant la sacristie des moniales, l’abbatiale et le cloître. Il est éclairé par quatorze baies insérées sur chaque gouttereau ainsi que par trois grandes ouvertures modernes surmontées de deux lancettes. La totalité de l’espace est couvert d’une charpente formant ferme qui devait être voûtée lambrissée. L’étude dendrochronologique a mis en évidence deux phases d’abattage. La première, sur le premier quart nord date de 1216-1224 et la seconde, appréciable par ses décors zoomorphes à la base des entraits, correspond à une charpente de 1682. Sur le mur est, une ouverture en forme d’arc brisé de moyen appareil débouche sur un espace correspondant au prolongement de la salle capitulaire (fig. 12 B6). Cet aménagement n’est pas prévu dès l’origine de la construction de l’ouvrage, cependant il est certainement contemporain et peut correspondre à un rajout pendant le chantier. En effet, à l’intérieur de la salle, considérée comme la chambre de l’abbesse, on retrouve la corniche extérieure dont la transformation en modillon n’a pas été achevée (fig. 18). Actuellement, une cheminée, certainement datée du XVIIIe siècle, a été ajoutée avec un système de conduit extérieur, visible sur la face sud du décroché de la chambre.

Fig. 17. Dortoir (photo : J.-B. Vincent).

Fig. 17. Dortoir (photo : J.-B. Vincent).

Fig. 18. Corniche chambre de l’abbesse (photo : J.-B. Vincent).

Fig. 18. Corniche chambre de l’abbesse (photo : J.-B. Vincent).

Les bâtiments disparus du carré claustral : aile du réfectoire et aile des converses

23Deux bâtiments du carré claustral sont encore à déterminer, l’aile du réfectoire (fig. 9 D) et l’aile des converses (C), disparues toutes les deux. La première (fig. 19), qui normalement se situe au retour de l’aile des moniales, a laissé des éléments permettant de restituer son emplacement et sa largeur. En effet, les multiples traces conservées sur la façade correspondent à une partie du gouttereau sud percé d’une grande baie identifiée par un montant mouluré. Le mur parallèle au nord est, quant à lui, inexistant, mais reconnaissable par une légère empreinte laissée dans le mur de l’aile des moniales, ainsi que par l’arrachement de l’arc formeret reposant sur deux culots d’angles à crochet qui permettent de restituer l’aspect de la voûte. Les textes, qui renseignent sur la fonction des différents lieux, ainsi que des mesures, en pieds, permettent de déduire un bâtiment mesurant 23,5 m de long (mesures certainement prises à l’intérieur du cloître mais ne donnant pas la longueur totale de l’édifice) sur 7,2 m de large, dans œuvre ; ces données sont validées par les éléments de terrain citées ci-dessus (fig. 19). Légèrement désaxé au nord, le négatif d’une cheminée apporte des éléments d’interprétation sur la fonction de la pièce.

Fig. 19 a et b. Relevé de bâti de la façade occidentale de l’aile des moniales avec l’emplacement de deux projets de construction de l’aile du réfectoire (relevé : G. Ratel, R. Morand, A. Petit K., I. et J.-B. Vincent, DAO : J.-B. Vincent).

Fig. 19 a et b. Relevé de bâti de la façade occidentale de l’aile des moniales avec l’emplacement de deux projets de construction de l’aile du réfectoire (relevé : G. Ratel, R. Morand, A. Petit K., I. et J.-B. Vincent, DAO : J.-B. Vincent).

Fig. 20. Relevé de bâti de l’aile des moniales avec les emplacements des corbeaux montrant les différents cloîtres (relevé : G. Ratel, R. Morand, A. Petit K., I. et J.-B. Vincent, DAO : J.-B. Vincent).

Fig. 20. Relevé de bâti de l’aile des moniales avec les emplacements des corbeaux montrant les différents cloîtres (relevé : G. Ratel, R. Morand, A. Petit K., I. et J.-B. Vincent, DAO : J.-B. Vincent).

Fig. 21. Relevé de bâti de l’abbatiale avec les emplacements des corbeaux et des négatifs de toitures montrant les différents cloîtres (relevé : G. Ratel, R. Morand, A. Petit K., I. et J.-B. Vincent, DAO : J.-B. Vincent).

Fig. 21. Relevé de bâti de l’abbatiale avec les emplacements des corbeaux et des négatifs de toitures montrant les différents cloîtres (relevé : G. Ratel, R. Morand, A. Petit K., I. et J.-B. Vincent, DAO : J.-B. Vincent).

24La présence d’un chauffoir est attestée dans les sources (ADE, H 1272), ainsi qu’un second, certainement ajouté plus tardivement (ADE, Q 342) qui doit se greffer au conduit existant dans le dortoir des moniales. Le reste de l’édifice est consacré au réfectoire. Nous ne connaissons pas la disposition exacte des deux pièces du rez-de-chaussée ; néanmoins, on peut estimer une répartition de l’espace, 1/3 de surface utile pour le chauffoir et 2/3 pour le réfectoire, qui nécessite un espace plus important. La pauvreté des sources concernant une chronologie de l’édification du monastère doit nous résoudre à chercher des éléments architecturaux majeurs permettant une chronologie relative entre les édifices. Souvent, les abbayes sont conçues selon un plan organisé et cohérent où les édifices sont construits durant des campagnes différentes mais en respectant un plan défini dès le départ. L’abbaye de Fontaine-Guérard est justement particulière de par son plan évolutif. L’aile du réfectoire est le plus bel exemple d’un changement de programme en cours de construction. En effet, sur l’aile des moniales, on retrouve une multitude de traces permettant de localiser précisément son implantation comme nous l’avons vu précédemment. De surcroît, il existe sur ce même mur deux arrachements sur l’axe vertical, avec un cœur en moellons encadré par un chainage en moyen appareil. Ces traces sont larges de 1,16 m et espacées de 7,3 m, ce qui correspond exactement à l’écartement du réfectoire construit, ainsi qu’à une différence de seulement 7 cm avec l’épaisseur des gouttereaux. Il est très possible qu’un projet initial de construction ait été abandonné en faveur de l’implantation actuelle. En effet, celui qui était prévu à la base était conçu dès l’origine de la construction de l’aile des moniales puisque le gouttereau nord devait se trouver à l’aplomb du piédroit sud du passage des moniales et le second dans l’alignement du montant nord de la porte menant dans la salle de travail, se trouvant de ce fait à l’extérieur de l’édifice. Deux possibilités peuvent expliquer le changement inopiné de programme. La première est la volonté d’intégrer à l’intérieur de l’édifice l’accès à la salle de travail. Néanmoins, il n’y a aucune contrainte architecturale à déplacer cette porte dans l’endroit prévu initialement. De plus, cette ouverture est certainement volontairement placée à l’extérieur puisque l’aile du réfectoire est prévue dans la conception du bâtiment des moniales. On se trouve donc avec un bâtiment qui vient se coller contre le piédroit sud de l’entrée de la salle de travail en incluant une baie du dortoir dans l’édifice alors qu’initialement elle devait se situer à l’extérieur. N’est-il pas probable qu’un autre évènement soit à l’origine de ce changement de cap ?

25L’explication se trouve certainement dans la construction de l’aile des converses. Cette structure de 35 m de long sur 9,1 m de large dispose d’un rez-de-chaussée divisé entre une cave et une cuisine (ADE, H 1272). Cette dernière doit assurément être attenante au réfectoire des moniales, afin de faciliter la transmission des mets par un passe-plat. L’ensemble est surmonté d’un étage servant de dortoir aux sœurs converses. Il est probable que l’édification de cette bâtisse a dû se faire en même temps ou légèrement plus tard que celle de l’aile des moniales, créant un décalage dans l’implantation de la cuisine, ce qui a rendu indispensable le fait de repenser l’aile méridionale et de la déplacer de 2 m vers le sud.

26Le cloître est affecté à la circulation des religieuses afin d’accéder aux quatre bâtiments qui l’entourent, ainsi qu’à la méditation et à la prière. Grâce aux dimensions des bâtiments existants, des deux ailes restituées, des emplacements de corbeaux, ainsi qu’à l’apport des sources, on peut estimer une galerie d’environ 3 m de large pour une longueur de 23,4 m pour les pans nord et sud et 24,7 m pour les pans est et ouest. Ce couloir est encadré d’un côté par les quatre façades des bâtiments claustraux et de l’autre, reposant certainement sur un stylobate, d’arcades supportées par des piles flanquées de colonnes ou d’autres types de supports, comme on le retrouve généralement dans les abbayes. L’ensemble donne sur un jardin qui se trouve à l’intérieur. La lecture des phases de couvrement permet d’émettre des hypothèses, néanmoins difficiles à confirmer à cause des traces s’entremêlant ainsi que de la singularité typologique d’une des structures. Tout d’abord, une phase avec voûtement en pierre est à exclure des suppositions car cela aurait laissé des traces très reconnaissables, absentes sur les deux façades. La présence de trois rangées de corbeaux atteste des vestiges de couvrement en bois qu’il convient d’analyser pour déterminer les systèmes de charpentes utilisés, permettant ainsi de voir les relations entre chaque niveau de culots. La première rangée se trouve à une trentaine de centimètres sous le larmier qui court le long du gouttereau du bâtiment des moniales et sert dans les différentes phases de charpentes (fig. 20). En prévision de la construction du cloître, les bâtisseurs ont inséré ces supports afin qu’ils soutiennent les faîtières. Cette série de corbeaux sur l’extérieur de la nef a une disposition différente à cause des baies et des contreforts qui rendent plus complexe la pose de la toiture. En effet, deux corbeaux par travées sont insérés sous les baies, permettant de maintenir une sablière hypothétique où deux poteaux le long des contreforts maintiendraient le faîtage longeant à quelques centimètres en dessous une goulotte creusée dans la maçonnerie afin d’y insérer les tuiles du toit. De là, pour contourner les contreforts, partirait une sorte de trémie. Cette construction permet de supporter une toiture à pan unique incliné où une série de chevrons relirait la poutre faîtière à la sablière au sommet du muret du cloître. Les corbeaux inférieurs du troisième niveau sont réinsérés et visibles par le détourage grossier rompant l’homogénéité des assises. Est-ce une seconde phase permettant de supporter des aisseliers courbes afin de créer un effet voûté en bois ? Cette toiture à pan incliné coupe par la moitié les baies de l’abbatiale (fig. 21) qui, pour concéder plus de lumière dans l’édifice, sont élargies sur la moitié supérieure en rognant l’embrasure. Dans un second temps, certainement dans un souci de récupérer un maximum de luminosité dans l’église, un second cloître est aménagé, probablement à la charnière du Moyen Âge et de l’époque moderne. L’originalité de cette nouvelle structure se trouve dans la volonté de contourner les baies de l’église, en instaurant une charpente à toiture transversale à chéneaux juxtaposés, créant huit travées par côtés, voûtées lambrissées. Les saignées appréciables, entre et sur chaque contrefort, matérialisent le tracé de la toiture se terminant en dessous de la baie, qui voit sa base rehaussée par l’insertion d’un bloc sculpté servant de solin de toiture du cloître. Sur le gouttereau de l’aile des moniales, une série de corbeaux intermédiaires permet éventuellement de supporter une sablière qui, à distance régulière, soutiendraient des arbalétriers se joignant sur le culot supérieur. Pour le moment, les exemples manquent afin d’étayer le mode de charpente utilisée ainsi que la mise en relation avec les systèmes d’accroches maçonnées.

Les constructions annexes

27À l’extérieur du carré claustral, d’autres constructions utiles à la vie monastique ont aujourd’hui disparues et leurs datations sont rendues plus complexes par leurs disparitions. Autour des bâtiments du cloître, il est coutume de retrouver des latrines ainsi qu’une infirmerie. Seul ce dernier édifice est mentionné dans un plan du XVIIIe siècle, ainsi que dans une description de l’abbaye pour la même période, déterminant une longueur de 44,2 m sur 7,37 m de large (ADE, H 1272). Il est fortement envisagé qu’une structure vienne en connexion dans le but de raccorder l’infirmerie avec l’aile des moniales (fig. 9 F). En effet, le percement d’une porte dans la salle de travail devait certainement déboucher dans l’infirmerie. Sur le pignon sud de l’aile des moniales au-dessus du premier niveau des baies modernes, une saignée, réalisée sur la largeur du premier tiers est, devait permettre l’accroche d’une toiture. Une rupture d’appareillage peut être mise en relation avec l’accroche du mur de l’infirmerie qui semblerait couper en partie une des baies de la salle de travail. Il est possible qu’un édifice léger ait été construit dans le but de relier, par la salle de travail et peut-être par le dortoir, les deux bâtiments. L’égout C 1 traverserait la longueur du bâtiment en son centre, comme expliqué précédemment. À l’extérieur des bâtiments claustraux, le complexe de la porterie a cette fonction transitoire de sas entre le profane et le sacré. On y trouve généralement des bâtiments économiques, de type granges, servant à l’exploitation agricole des terres autour de l’abbaye, ainsi que des lieux d’accueils composés d’hôtelleries et d’infirmeries. Seuls les restes de la porte piétonne médiévale, ainsi que la porte charretière réédifiée en 1742, date inscrite sur le fronton, sont aujourd’hui visibles. Ces quelques vestiges ne permettent pas de déterminer la forme de ce bâtiment, ainsi que les liaisons possibles avec les autres édifices ; néanmoins, nous pouvons affirmer que ceux-ci sont construits lors de la première grande phase d’aménagement du site vers le milieu du XIIIe siècle.

Conclusion

28Les études monographiques apportent des éléments considérables à la compréhension des sites monastiques, à condition que la pluralité disciplinaire et le champ d’investigation soient vastes. Lors de la création d’un monastère, il faut considérer le milieu naturel comme un élément important, pouvant dicter le choix d’implantation d’une abbaye. À l’inverse, quand cela est nécessaire pour la vie monastique, le paysage peut-être transformé pour faciliter la vie religieuse. Dès sa fondation en 1189, l’abbaye commence à constituer son patrimoine économique proche par le biais de possessions d’une partie de la vallée de l’Andelle, mais aussi en instaurant son pouvoir. La bonne gestion du temporel, néanmoins soumis à la qualité des terres reçues, ainsi qu’une grande générosité monétaire des bienfaiteurs, les différents droits d’usages et de perceptions constituent des facteurs influant sur les constructions. Comme nous l’avons vu précédemment, le territoire de l’abbaye de Fontaine-Guérard a certainement été peu transformé. L’aménagement d’une terrasse a été nécessaire pour créer une configuration pyramidale des bâtiments monastiques avec au sommet l’abbatiale. L’alimentation en eau est prise en compte avec beaucoup de soin, tout comme la construction des niveaux de sol des bâtiments de l’abbaye, afin d’éviter les infiltrations dues à un environnement humide. Enfin, l’édification de l’abbaye montre un projet évolutif, avec des changements de programme en cours de construction. Par ce biais, un phasage entre chaque bâtiment est réalisable, sachant que des contraintes naturelles, aujourd’hui invisibles, peuvent être à l’origine de ces changements subits de plans. L’abbaye de Fontaine-Guérard possède encore des mystères, comme la compréhension des différentes phases chronologiques de la chapelle Saint-Michel, ainsi que les fonctions primitives de l’édifice, plusieurs fois transformé.

Bibliographie

Sources manuscrites

Évreux, Archives départementales de l’Eure (ADE)
2F 2936 : Transcription de chartes au XVIIe siècle
2P l142 : Radepont, plans des bois de l’abbaye, 1772-1774
H 1227 : Charte de donation de Robert aux Blanches Mains
H 1231 : État de la communauté (1729)
H 1264 : Confirmation des biens de l’abbaye par Jean sans Terre
H 1272 : Description moderne de l’abbaye
H 1276 : Chartes de fondations de la seconde moitié du XIIIe siècle
Q 342 : Lettre avec date, inventaire et vente

Bibliographie

Aubert M. (1943) – L’Architecture cistercienne en France. Avec la collaboration de la marquise de Maillé. Paris, Les Éditions d’art et d’histoire, 2 vol.

Bonis A. et Wabont M. (2001) – Cisterciens et cisterciennes en France du Nord-Ouest. Citeaux et les femmes. Paris, Créaphis, 2001, p. 151-174.

Carnel R. (1985) – Abbaye cistercienne de Fontaine-Guérard. Mémoire de maîtrise sous la direction de Mme Prache, université de Paris IV.

Charpillon et Caresme A. (1992) – Département de l’Eure. Dictionnaire des communes. Paris, Res universis (Monographies des villes et villages de France), t. 2, p. 704-705 [reprint de l’édition de 1868-1879].

Chevallier É. (1904) – Notre-Dame de Bonport, étude archéologique sur une abbaye normande de l’ordre de Cîteaux. Mesnil-surl’Estrée, Firmin-Didot.

Chevallier É. (1909) – L’abbaye de Fontaine-Guérard. Annuaire des cinq départements de Normandie, p. 194-200.

Crouch D. (2004) – Breteuil, Robert de, third earl of Leicester (c. 1130–1190). Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press.

Dimier M.-A. (1972) – Fontaine-Guérard, abbaye de cisterciennes. Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastique (R. Aubert dir.), Paris, Letouzey et Ané, t. 17, fasc. 99.

Du Monstier A., Neustria pia, seu de omnibus et singulis abbatiis et prioratibus totius Normaniae. Rothomagi, J. Berthelin, 1663, p. 784.

Fallue L. (1851) – Histoire du château de Radepont et de l’abbaye de Fontaine-Guérard. Rouen, A. Péron.

Fournée J. (1986) – Deux abbayes cisterciennes de la région de l’Andelle : Mortemer et Fontaine-Guérard. Annuaire des cinq départements de la Normandie. Louviers, 144e congrès, p. 79-89.

Gallia christiana XI, De Provincia Rotomagensi. Reprint : Farnborough, Gregg, 1970, p. 320-322.

Gosse-Kischinewski A. (2007) – La fondation de l’abbaye de Bonport. 1204, la Normandie entre Plantagenêts et Capétiens (A.-M. Flambart-Héricher et V. Gazeau dir.). Caen, Publications du CRAHM, p. 73-74.

Lebaillif S. (2007) – L’Abbaye Notre-Dame de Fontaine-Guérard.

Le Prevost A. (1864) – Pour servir à l’histoire du département de l’Eure. Évreux, Imprimerie Auguste Hérissey, t. 3, p. 17-20.

Ranjard R. et M. (1938) – Abbaye cistercienne de Mortemer. Bulletin monumental, t. 97, p. 237-275.

Renault M. (1862) – Excursion archéologique dans les arrondissements de Louviers et des Andelys. Abbaye de Fontaine-Guérard. Bulletin monumental, t. XXVIII, p. 245-247.

Vincent J.-B. (2010) – L’abbaye de Mortemer, implantation et architecture. Dossier d’archéologie, no 340, juillet août, p. 26-31.

Notes

1 Abbaye de la Sainte-Trinité de Tiron (commune de Thiron-Gardais, Eure-et-Loir).

2 Abbaye de Savigny (commune de Savigny-le-Vieux, Manche).

3 Abbaye de Cîteaux (commune de Saint-Nicolas, Côte-d’or).

4 Abbaye Notre-Dame de Mortemer (commune de Lisors, Eure).

5 Abbaye du Valasse (commune de Gruchet-le-Valasse, Seine-Maritime).

6 Abbaye Notre-Dame du Val, fondée en 1135 par Ansel de l’Isle avec l’aide de Louis VI le Gros (commune de Méritel, Val-d’Oise).

7 Abbaye Notre-Dame du Trésor (commune de Bus-Saint-Rémy, Eure).

8 Abbaye de Torigni (commune de Torigni-sur-Vire, Manche).

9 Abbaye de Neufchâtel (commune de Neufchâtel-en-Bray, Seine-Maritime).

10 Abbaye d’Arques la Bataille (commune d’Arques-la-Bataille, Seine-Maritime).

11 Abbaye d’Yvetot (commune d’Yvetot, Seine-Maritime).

12 Abbaye des Clairets (commune de Mâle, Orne).

13 Abbaye de Villers-Canivet (commune de Villers-Canivet, Calvados)

14 Neustria Pia, p. 784 : « llic itaque monasterium virginum, ordinis cisterciensis, ann. 1135, extructum est ab illustri dinasta, Almarico, comite Mellenti, et Belli-montis Rogerij ac Nogionis super Andella. »

15 Certainement une erreur du Gallia, au niveau de la date de fondation de 1198, mais plutôt une confirmation de Robert IV, comte de Leicester, fils de Robert aux Blanches Mains.

16 Archives départementales de l’Eure (ADE), H 1227 : « Noverit universitas vestra me intuit pietatis et peticione et consilio karissimi domini nostri Galtari, dei gratia Rothomagensis archiepiscopi, et ceterorum amicorum meorum, dedisse et concessisse et hac carta mea confirmasse pro anima patris mei et matris meae et omnium antecessorum meorum et pro salute anime mee et petronille comitisse, sponse me [sic], Deo et Sancte Marie Fontis Girardi et monialibus ibidem Deo servinetibus locum illum qui appellatur Fonteines Gerart… »

17 Laïcs recrutés pour aider les moines dans leurs gros travaux. Ils doivent renoncer à leurs biens personnels et se soumettre à l’autorité de l’abbé. Ils portent la barbe et une robe brune.

18 Carte géologique, Rouen Est, no 100, 1/50 000e, BRGM, 1967.

19 Au sud-ouest de Lyons-la-Forêt, Eure.

20 Abbayes de Mortemer, de Maubuisson, du Paraclet…

21 La chapelle sur cave est en cours d’étude en collaboration avec Gilles Deshayes (doctorant, université de Rouen) et fera l’objet d’une publication annexe.

22 Abbaye Blanche (commune de Mortain, Manche).

23 Dendrotech, fiche intitulée « Abbaye Notre-Dame de Fontaine-Guérard - Radepont (27487) », DT-2010-034, Jean-Baptiste Vincent (université de Rouen), DRAC Haute-Normandie. http://www.dendrotech.fr/fr/Dendrabase/site.php?id_si=033-23-27487-0001

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Les abbayes cisterciennes en Normandie.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4544/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Fig. 2. Représentation des lieux de pouvoir ainsi que les territoires sous l’autorité de l’abbaye de Fontaine-Guérard aux abords du site (DAO : J.-B. Vincent).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4544/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Fig. 3. Aile des moniales, vue du cloître (photo : J.-B. Vincent).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4544/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre Fig. 4. Chœur de l’abbatiale, vue de la nef (photo : J.-B. Vincent).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4544/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Fig. 5. Chapelle construite sur cave (photo : J.-B. Vincent).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4544/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Fig. 6. Plan ancien (ADE, 2 PI 142).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4544/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Fig. 7. Relevé topographique de l’abbaye de Fontaine-Guérard (relevé : G. Ratel, R. Morand, K., I. et J.-B. Vincent, DAO : J.-B. Vincent).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4544/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Fig. 8. Relevé et photographie de la canalisation C1 de l’abbaye de Fontaine-Guérard (relevé : G. Ratel, R. Morand, K., I. et J.-B. Vincent, DAO : J.-B. Vincent).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4544/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 9. Plan actuel et restitution de masse des édifices disparus de l’abbaye de Fontaine-Guérard (relevé : G. Ratel, R. Morand, A. Petit K., I. et J.-B. Vincent, DAO : J.-B. Vincent).Fig.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4544/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Fig. 10. Transept sud (photo : J.-B. Vincent).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4544/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre 11. Façade sud abbatiale (photo : J.-B. Vincent).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4544/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 12. Coupe transversale de l’abbatiale suivie d’une coupe longitudinale de l’aile des moniales de l’abbaye de Fontaine-Guérard (relevé : G. Ratel, R. Morand, A. Petit K., I. et J.-B. Vincent, DAO : J.-B. Vincent).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4544/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Fig. 13. Coupe sabre significatif entre l’aile des moniales et l’abbatiale (photo : J.-B. Vincent).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4544/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 14. Coupe et restitution de la partie septentrionale de l’aile des moniales où se concentrent les sacristies et l’escalier du dortoir (relevé : G. Ratel, R. Morand, A. Petit K., I. et J.-B. Vincent, DAO : J.-B. Vincent).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4544/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Fig. 15. Salle basse sacristie (photo : J.-B. Vincent).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4544/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Fig. 16. Salle capitulaire (photo : J.-B. Vincent).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4544/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig. 17. Dortoir (photo : J.-B. Vincent).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4544/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Fig. 18. Corniche chambre de l’abbesse (photo : J.-B. Vincent).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4544/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fig. 19 a et b. Relevé de bâti de la façade occidentale de l’aile des moniales avec l’emplacement de deux projets de construction de l’aile du réfectoire (relevé : G. Ratel, R. Morand, A. Petit K., I. et J.-B. Vincent, DAO : J.-B. Vincent).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4544/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4544/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Titre Fig. 20. Relevé de bâti de l’aile des moniales avec les emplacements des corbeaux montrant les différents cloîtres (relevé : G. Ratel, R. Morand, A. Petit K., I. et J.-B. Vincent, DAO : J.-B. Vincent).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4544/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Fig. 21. Relevé de bâti de l’abbatiale avec les emplacements des corbeaux et des négatifs de toitures montrant les différents cloîtres (relevé : G. Ratel, R. Morand, A. Petit K., I. et J.-B. Vincent, DAO : J.-B. Vincent).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4544/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 302k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540