Version classiqueVersion mobile

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Évreux, 6-8 mai 2011

 | 
Luc Liogier

Gaillefontaine (Seine-Maritime) : approche topographique d’une fortification du Pays de Bray

Gaillefontaine: a topographic approach to the study of medieval fortification in the Pays de Bray

Aude Painchault

Résumé

L’étude du site de Gaillefontaine a été réalisée en 2010 dans le cadre du PCR sur les fortifications de Haute-Normandie dirigé par Anne-Marie Flambard Héricher au sein du laboratoire du GRHIS de l’université de Rouen. La fortification est connue dans les textes dès la fin XIe siècle et fait partie des grands pôles de contrôle du nord-est du territoire normand, que ce soit sous l’égide des seigneurs de Gournay ou des rois de France. La lecture du plan topographique élaboré au cours de ce travail a permis d’approfondir notre connaissance de cette forteresse en mettant en évidence les différents éléments qui la structurent, sur deux périodes d’occupations successives : dans un premier temps une enceinte surélevée avec talus en croissant associée à une basse cour ; puis un tertre implanté sur cet aménagement, bordé par un profond fossé qui rejoint les limites du bourg. Cette étude offre également l’occasion de donner un nouvel exemple de regroupement de la population autour du château.

Texte intégral

1En 2010, le site de Gaillefontaine a fait l’objet d’une étude réalisée dans le cadre du Projet collectif de recherche sur les fortifications de terre de Haute-Normandie développé au sein du laboratoire du GRHIS de l’université de Rouen. Ce projet a été lancé en 2004 par Anne-Marie Flambard Héricher, professeur à l’université de Rouen, avec pour objectif d’acquérir, à partir d’un recensement systématique des fortifications, d’une description normalisée et d’un relevé micro-topographique, une meilleure connaissance de ce type particulier de châteaux que sont les sites fossoyés et de leur rôle au cœur du territoire. La mise en place de ce PCR s’est appuyée sur un modèle déjà établi dans les années 1980 par Jean-Marie Pesez, dans le cadre d’un PCR national. Les ambitions de ce programme intitulé H 40, dépassaient les moyens techniques de l’époque. Aujourd’hui, avec les progrès de l’informatique, le PCR sur les fortifications dispose, avec le soutien de l’université de Rouen et du Service régional de l’archéologie, d’un matériel technique de haut niveau (station totale) et de financements suffisants pour mener à bien ce recensement. La dynamique de ce groupe de recherche permet de compter à ce jour plus de 52 sites relevés et étudiés depuis 2004. L’étude du site de Gaillefontaine a été entreprise dans le cadre de ce projet. Elle a abouti à la réalisation d’un plan topographique précis accompagné d’une étude historique succincte.

Fig. 1. Localisation du site.

Fig. 1. Localisation du site.

Situation

2Le site fortifié de Gaillefontaine (fig. 1), localisé au cœur du Pays de Bray, occupe la pointe d’un éperon rocheux qui surplombe la ville. Il est actuellement intégré au parc d’un château construit au XIXe siècle et classé à l’inventaire des monuments historiques depuis 2001 au même titre que ce dernier. Il se trouve sur une partie boisée du par cet de ce fait est bien conservé, malgré l’aménagement sur son emprise d’un réservoir d’eau, d’une crypte familiale, d’un boulevard de promenade en bout d’éperon et de multiples chemins le traversant et l’arasant en partie.

L’étude historique

  • 1 L’auteur appuie sa conviction sur la consonance gallo-romaine du nom de la ville.

3Selon certains auteurs (Durand, 1865, p. 2), des éléments qui le composent remonteraient à l’époque gallo-romaine1. Sur le site aucun fait ne l’atteste. À l’extérieur, le toponyme de chaussée d’Amiens renvoie à la présumée voie gallo-romaine Amiens-Rouen qui pour d’autres est considérée comme voie royale. En outre, son lien avec le village n’est pas évident puisqu’elle passe au sud de celui-ci et non en son centre.

4Jusqu’à aujourd’hui, le seul élément datant découvert sur la commune nous emmène beaucoup plus tard dans l’histoire. Il s’agit d’un vase rempli de monnaies d’argent normandes du XIe siècle (Rogeret, 1997, p. 281). À cette époque Hugues de La Ferté est mentionné en tant que seigneur de Gaillefontaine et fondateur de l’abbaye de Sigy (1037-1045). Il appartient à une branche cadette de la famille de Gournay, descendant d’Eudes, compagnon de Rollon qui reçut cette terre en apanage (Fauroux, 1961, § 103, p. 260-262).

Fig. 2. Plan topographique.

Fig. 2. Plan topographique.
  • 2 Ces divisions correspondent au compte des recettes et dépenses des forteresses occupées par des gar (...)
  • 3 Mais il ne site aucune source.
  • 4 Archives départementales de Seine-Maritime, C 1501.

5À la mort de Hugues II de La Ferté, fils de Hugues de La Ferté, le domaine est rattaché à la branche principale de la famille. Les premières mentions du château datent de cette période : en 1089, Gérard de Gournay fortifie ses châteaux de Gournay, La Ferté et Gaillefontaine pour soutenir le roi d’Angleterre, Guillaume le Roux contre son frère Robert, duc de Normandie ; en 1118, ces châteaux sont à nouveau mentionnés par Orderic Vital dans sa chronique, alors que Hugues de Gournay s’associe à d’autres seigneurs et se rebelle contre le nouveau duc de Normandie et roi d’Angleterre, Henri Ier Beauclerc, dont la légitimité est contestée (Orderic Vital, 1983, Book VIII, p. 182 ; Book XII, p. 200). En 1202, le domaine est rattaché aux possessions royales de France et la forteresse est employée activement par Philippe Auguste qui vient d’entamer la guerre contre le roi Jean. Le « compte général de 1202-1203 » donne un aperçu des recettes rattachées à ce domaine et des dépenses liées notamment aux travaux de fortification du site (Lot et Fawtier, 1932, CLVII-CLVIII-CLIX, c. 22). En 1310 le domaine de Gaillefontaine est donné par Philippe le Bel à Charles de Valois à l’occasion de son second mariage. Détruit en 1472 par les troupes de Charles le Téméraire qui l’assiègent et pillent le bourg (Durand, 1865, p. 103), le château est échangé à de multiples reprises jusqu’au XVIIe siècle, époque de sa vente en tant que châtellenie au sieur Legendre de Collande4.

Topographie de la fortification

6Cette longue période d’occupation se reflète dans la lecture du plan topographique à partir duquel on peut observer un ensemble complexe de structures superposées (fig. 2).

Fig. 3. Détail de l’enceinte circulaire avec talus en croissant (A. Painchault).

Fig. 3. Détail de l’enceinte circulaire avec talus en croissant (A. Painchault).
  • 5 Prospection pédestre.

7À l’est, une enceinte circulaire de 50 m de diamètre au sommet et 85 m à la base a conservé ses pentes abruptes de 14 m de haut (fig. 3 et 4). Elle est surmontée d’un talus en croissant installé côté plateau, qui s’étale en une petite plate-forme vers l’intérieur de l’enceinte (fig. 5). L’autre partie de l’enceinte est dépourvue de talus ; elle est protégée naturellement par l’abrupt du rocher ce qui pourrait expliquer cette absence. Un fossé en partie arasé par les chemins de circulation du parc actuel, isolait l’enceinte du reste de l’éperon ; il est encore profond de 7 m sur sa partie conservée. Les exemples d’enceintes comparables par leur type et leurs dimensions sont multiples : le château de Montreuil-l’Argillé comporte une enceinte à talus en croissant semi-circulaire de 54 m de long à l’intérieur (Painchault, 2010, p. 195). L’étude du site de Vieux-Conches également dans l’Eure a montré que l’agencement actuel du château en motte et basse cour s’était appuyé sur le réaménagement d’une enceinte à talus en croissant préexistante (Debaene et Painchault, 2010, p. 15) (fig. 6). À Vignats dans le Calvados, au lieu-dit la Fourche, on remarque le même type de structure. Les vestiges d’une enceinte de 70 m de long environ d’une extrémité à l’autre se trouvent en rebord de plateau, dans un champ, à l’ouest de l’église Saint-Nicolas5. Le talus est arasé mais ses vestiges créent une pente au sommet de la plate-forme.

Fig. 4. Enceinte.

Fig. 4. Enceinte.

Fig. 5. Plateforme de l’enceinte avec talus en arrière plan.

Fig. 5. Plateforme de l’enceinte avec talus en arrière plan.

Fig. 6. Exemples d’enceintes à talus en croissant (A. Painchault).

Fig. 6. Exemples d’enceintes à talus en croissant (A. Painchault).

8À l’ouest de l’enceinte de Gaillefontaine, on observe les restes d’un enclos (fig. 7). Il a été coupé par l’aménagement d’une troisième structure et sa forme générale n’est plus discernable. Cependant, quelques éléments peuvent être remarqués : la limite est de l’enclos prend la forme du fossé de l’enceinte ; au nord, il est bordé par un petit fossé en arc de cercle peut-être doublé d’un talus (fig. 8). Cet enclos pourrait faire office de basse cour pour l’enceinte. Il en épouse la forme et leurs fossés se rejoignent sans rupture nette. De plus, il se trouve comme on peut le voir sur la coupe, à la même altitude que le terrain naturel et ne comporte pas d’élément de protection marqué. Cela pourrait vouloir dire que c’est l’enceinte qui tenait cette fonction à l’est, le côté ouest étant préservé par la pente naturelle de l’éperon.

Fig. 7. Détail de l’enclos coupé (A. Painchault).

Fig. 7. Détail de l’enclos coupé (A. Painchault).

Fig. 8. Fossé de l’enclos.

Fig. 8. Fossé de l’enclos.

9Un troisième élément a été construit en bout d’éperon. Il est constitué d’un tertre détruit dans sa majeure partie et d’un profond fossé en croissant qui en limite le côté est (fig. 9). On suppose que ce tertre a conservé toute sa hauteur à son extrémité est : c’est son point culminant, c’est aussi l’endroit où l’on remarque la présence d’une cuvette de forme quadrangulaire qui pourrait correspondre aux vestiges d’une tour (fig. 10). Il s’agit peut-être du donjon médiéval mentionné en 1850 à l’occasion de la découverte de plusieurs squelettes au bord du chemin de Longuedalle à Gaillefontaine (Cochet, 1864, p. 572-573). Le reste du tertre a été méthodiquement découpé ; on peut observer dans la pente ouest plusieurs petites terrasses liées au retrait de la terre. Cette destruction pourrait être en lien avec la création du boulevard de la promenade du parc. Les pentes ouest et nord semblent également avoir été découpées de manière rectiligne et suivent la ligne des chemins (fig. 11). Néanmoins, l’est du tertre a semble-t-il conservé sa forme d’origine. On remarque un léger talus surmontant le sud-est de l’escarpe, mais c’est surtout le fossé qui barre la pointe de l’éperon qui est impressionnant (fig. 12). Il traverse de part en part le rocher en longeant le tertre et plonge jusqu’à 10 m de profondeur rejoignant la vallée à ses extrémités. Il est pourvu d’un talus de contrescarpe que l’on voit surtout au niveau de sa limite sud. Plus au nord, le fossé est bordé par un chemin qui s’intègre apparemment dans la continuité de la base extérieure de ce talus.

Fig. 9. Vue du tertre.

Fig. 9. Vue du tertre.

Fig. 10. Détail tertre avec relief carré (A. Painchault).

Fig. 10. Détail tertre avec relief carré (A. Painchault).

Fig. 11. Pan coupé du tertre.

Fig. 11. Pan coupé du tertre.

Fig. 12. Fossé du tertre.

Fig. 12. Fossé du tertre.

10Quelques éléments de maçonneries sont discernables de part et d’autre du site. Un mur en moellons de silex et calcaires liés au mortier se trouve au niveau de la partie du tertre supposée être coupée. Cela laisse plusieurs possibilités d’interprétation : soit il est d’origine et cette partie du tertre était rectiligne dans sa forme première, soit il s’agit d’un bloc tombé d’une maçonnerie présente en haut du tertre ; ou encore il a été rajouté par la suite, lors de l’aménagement du parc, faisant office de fausse ruine (fig. 13). Il est à moitié enseveli sous le lierre et la terre ce qui rend la solution difficile à déterminer. Le problème se retrouve sur le second vestige de mur, situé en bordure du boulevard à l’extrémité de la fortification, celui-là pouvant correspondre à une limite ou un mur de soutènement lié à l’aménagement du parc (fig. 14).

Fig. 13. Maçonnerie dans le pan coupé du tertre.

Fig. 13. Maçonnerie dans le pan coupé du tertre.

Fig. 14. Maçonnerie en bordure du boulevard.

Fig. 14. Maçonnerie en bordure du boulevard.

Hypothèse d’apparition chronologique des structures

11La chronologie d’aménagement la plus probable consisterait donc en l’établissement, dans un premier temps, d’une enceinte avec talus en croissant, associée à une basse cour située vers la pointe de l’éperon. Une seconde période d’occupation verrait la construction d’un tertre en bout d’éperon coupant la basse cour de son immense fossé et s’installant dessus. La lecture du plan ne permet pas en revanche de déterminer une éventuelle utilisation de l’enceinte en même temps que le tertre (fig. 15).

Fig. 15. Essai de restitution chronologique des structures (A. Painchault).

Fig. 15. Essai de restitution chronologique des structures (A. Painchault).

Intégration de la fortification au sein du territoire

La fortification et le village

12Faute d’avoir pu consulter le cadastre ancien qui a disparu, le plan topographique a été replacé sur un extrait de cadastre actuel. Certaines limites de l’ancien bourg semblent avoir été préservées, fossilisées dans le tracé des rues (fig. 16). On retrouve notamment la rue des Fosses qui pourrait correspondre, vu son nom et sa courbe, à un ancien fossé bordant le bourg. Cela concorde avec la représentation de la carte de Cassini, même si celle-ci est moins précise. Le contour du bourg est concentré au nord alors qu’il s’étire au sud lui donnant une forme asymétrique enserrant le rocher.

Fig. 16. Restitution du bourg sur le cadastre.

Fig. 16. Restitution du bourg sur le cadastre.

13L’assemblage du cadastre et du plan montre que la fortification n’est pas isolée du village. Le fossé du tertre rejoint au nord la limite présumée de l’ancien bourg. Une section de talus de contrescarpe présent à cet endroit s’étend justement vers cette limite. Au sud, le rattachement est moins visible, le fossé et le talus terminent leur courbe bien avant l’extrémité de l’emprise du bourg déterminée à partir du cadastre. La connexion nord permet en tout cas d’envisager un contact réel entre le bourg et le tertre.

14L’enceinte, qui semble plus isolée et plus indépendante, ne présente pas de lien direct avec le bourg même si celui-ci n’est pas à exclure. La distance entre le fossé du tertre et le fossé de l’enclos détruit est suffisamment réduite pour se demander en effet si la limite du bourg rejoignait l’une puis l’autre des structures ou a seulement été en lien avec le tertre.

  • 6 Voir les conclusions de la table ronde « Châteaux, ville et pouvoir, au Moyen Âge » des 10 et 11 oc (...)

15L’église Notre-Dame de Gaillefontaine se trouve en dehors des limites du bourg ainsi reconstituées, au nord-ouest du château. Bien qu’elle soit mentionnée très tôt, en 1037-1045, dans un acte de donation à l’abbaye de Sigy (Fauroux, 1961, § 103, p. 260- 262), il ne s’agit pas là d’un positionnement extraordinaire. De récents travaux sur les bourgs castraux ont montré que la présence d’un château pouvait générer un rassemblement de marchands et d’activités économiques, qu’il s’agisse d’une dynamique volontaire ou forcée par le seigneur6, sans lien direct avec un élément religieux. La place du marché du bourg de Gaillefontaine a d’ailleurs été préservée et est bien intégrée, juste à la base de l’éperon. La rue des Tisserands qui prolonge celles des Fosses est un indicateur supplémentaire du caractère commercial de cet espace. Les textes parlent également d’une foire et du marché de Gaillefontaine au XIVe siècle (Boüard, 1972, p. 140-148). Rien d’étonnant donc à retrouver l’emplacement de l’église à l’extérieur de cette emprise ; son existence ancienne peut en outre signifier qu’un foyer de peuplement était présent autour de celle-ci et que l’agglomération s’est ensuite concentrée à la base du château lorsque celui-ci s’est établi. De nombreux aménagements de bourgs similaires peuvent appuyer cette hypothèse (fig. 17). Le bourg castral de Châteauneuf-sur-Epte en fait partie (Lepeuple, 2006, p. 237-239) : l’étude topographique du château et de son environnement a permis d’en retracer les limites, qui incluent, selon l’auteur, un espace de marché dans sa partie centrale. L’église paroissiale se trouve à 800 m du bourg et sa dédicace à Saint-Martin suggère qu’elle existait avant sa création. Le bourg castral de Montreuil-l’Argillé présente les mêmes caractéristiques : son emprise est concentrée autour du château et l’église Saint-Georges est située à 700 m de distance. L’église Saint-Pierre de Neuf-Marché se trouve de la même manière à l’extérieur du bourg castral, à 800 m du château (Lepeuple, 2007, p. 151).

Fig. 17. Exemples d’églises situées à l’extérieur du bourg castral à Château-sur-Epte et Montreuil-l’Argillé.

Fig. 17. Exemples d’églises situées à l’extérieur du bourg castral à Château-sur-Epte et Montreuil-l’Argillé.

Gestion et emprise sur le territoire

16Les seigneurs qui ont bénéficié de la châtellenie de Gaillefontaine ont su tirer profit de cet espace : au XIVe siècle, lors de la donation du domaine par Philippe le Bel à Charles de Valois, les biens faisant partie du territoire de Gaillefontaine sont détaillés et estimés par les commissaires royaux à 2 000 livres tournois. La châtellenie s’étendait sur 12 communes entre Neufchâtel, Aumale et Gournay-en Bray (fig. 18). Le détail du domaine communiqué par Michel de Boüard dans son ouvrage Documents de l’histoire de la Normandie fait également mention des moulins des Forges et de Saint-Saëns, d’activités commerciales comme les coutumes et travers du marché de Gaillefontaine. Les fossés de Gaillefontaine sont également mentionnés et qualifiés par l’auteur comme des lieux de pêche ou d’élevage. La forêt de Gaillefontaine est très présente dans les détails et compte pour beaucoup dans la valeur du domaine (Boüard, 1972, p. 140-148).

Fig. 18. Le domaine de Gaillefontaine et les biens qui y sont rattachés au XIVe siècle (extrait de M. de Boüard 1972, p. 143), (Aude Painchault).

Fig. 18. Le domaine de Gaillefontaine et les biens qui y sont rattachés au XIVe siècle (extrait de M. de Boüard 1972, p. 143), (Aude Painchault).

17Le toponyme « Moulin du roi », mention sans doute assez tardive que l’on trouve sur la carte IGN, montre en outre que les multiples sources présentes aux abords du château ont été exploitées. Au XVe siècle, cet espace correspondait à un étang dit « du roi ». Un second étang « aux malades » était situé vers les Croisettes. En 1477, Guillaume d’Harcourt échange avec Louis XI sa terre de Ruigny contre celle de Gaillefontaine. Il fait assécher les marécages et sans doute également les étangs qui entouraient le château, rendant celui-ci quasiment imprenable durant toute sa période d’utilisation militaire. Il fait assainir les terres et les rend fertiles (Durand, 1865, p. 11).

18Enfin d’un point de vue militaire et stratégique, l’emplacement de la forteresse est remarquable. Elle est située sur une zone surélevée non seulement par chemin de fer de Gisors rapport à la vallée toute proche mais également par rapport à l’ensemble du territoire alentours ; placée sur le point de partage des eaux de la Seine, de l’Oise et de la Manche, elle s’impose donc par son altitude. La présence de marécages l’isole et la rend inaccessible. Elle est de taille imposante et peut à elle seule maîtriser une grande partie de l’espace qui l’entoure. Toutefois, elle est associée à plusieurs reprises aux châteaux de La Ferté et de Gournay, notamment au XIIe siècle sous le contrôle des seigneurs de Gournay. Ces châteaux sont situés à la naissance de la vallée de la Bresle, à la frontière du duché et du royaume de France, et constituent un enjeu politique de premier ordre tant du côté français que normand. Leur association permet en outre au seigneur de contrôler tout cet espace du duché, le rendant capable de soutenir ou déstabiliser le duc. Selon Orderic Vital, lorsque Hugues de Gournay se rebelle contre Henri Ier Beauclerc en 1118, il ravage le territoire de la mer à la Seine durant environ une année avant que le duc ne puisse mettre fin à ses raids (Orderic Vital, 1986, Book XII, p. 200) (fig. 19).

Fig. 19. Les forteresses des seigneurs de Gournay dans la vallée de la Bresle au XIIe siècle.

Fig. 19. Les forteresses des seigneurs de Gournay dans la vallée de la Bresle au XIIe siècle.

Bibliographie

Sources manuscrites

Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime, C 1501.

Sources imprimées

Fauroux M. (1961) – Recueil des actes des ducs de Normandie, de 911 à 1066. Caen, Caron et Cie, § 103 p. 260-262.

Orderic Vital (1983) – Historia ecclesiastica (M. Chibnall éd.). Oxford, Clarendon Press, Book VIII et XII, p. 182 et 200.

Lot F. et Fawtier R. (1932) – Le premier budget de la monarchie française, le compte général de 1202-1203. Paris, Honoré Champion

Bibliographie

Boüard M. de (1972) – Documents de l’histoire de la Normandie. Toulouse, Privat, p. 140-148.

Cochet J.-B.-D. abbé (1864) – La Seine-Inférieure historique et archéologique : époque gauloise, romaine et franque. Paris, Derache, p. 572 et 573.

Debaene T. et Painchault A. (2010) – Le Vieux-Conches à Conches (27). Rapport 2010 du PCR sur les fortifications de terre de Haute-Normandie, p. 15.

Durand A. (1865) – Notice historique et archéologique sur Gaillefontaine. Rouen, Cagniard. Painchault A. (2010) – Le bourg à Montreuil-l’Argillé (27). Rapport 2010 du PCR sur les fortifications de terre de Haute-Normandie, p. 195.

Lepeuple B. (2006) – Un bourg castral du Vexin normand, Château-sur-Epte. Château-Gaillard 22, château et peuplement. Actes du colloque international de Voiron (Isère, France), 27 août-4 sept 2004. Caen, Publications du CRAHM, p. 237-239.

Lepeuple B. (2007) – 15 rue de la Madeleine à Neuf-Marché (76). Rapport 2007 du PCR sur les fortifications de terre de Haute-Normandie, p. 151.

Rogeret I. (1997) – 295-Gaillefontaine. Carte archéologique de la Gaule, Seine-Maritime (76). Paris, Fondation Maison des sciences de l’homme, p. 281.

Notes

1 L’auteur appuie sa conviction sur la consonance gallo-romaine du nom de la ville.

2 Ces divisions correspondent au compte des recettes et dépenses des forteresses occupées par des garnisons françaises sur les Marchiarum, c’est à dire le Vexin normand. Elles sont datées de novembre 1202, février et mai 1203. En ce qui concerne les travaux de la forteresse de Gaillefontaine, on trouve p. CLIX : « Expensa : Pro operibus Jollefontis. viiic & xxiii. l. & v. s. […] » La forme ancienne de l’édition (reprise de Brussel, 1722 intégrée directement dans le Lot et Fawtier, 1932) et le contenu incomplet des recettes et dépenses présentées ne permet pas d’être plus précis.

3 Mais il ne site aucune source.

4 Archives départementales de Seine-Maritime, C 1501.

5 Prospection pédestre.

6 Voir les conclusions de la table ronde « Châteaux, ville et pouvoir, au Moyen Âge » des 10 et 11 octobre 2008, organisée par A.-M. Flambard Héricher et J. Le Maho.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Localisation du site.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4538/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Fig. 2. Plan topographique.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4538/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Fig. 3. Détail de l’enceinte circulaire avec talus en croissant (A. Painchault).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4538/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Fig. 4. Enceinte.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4538/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 768k
Titre Fig. 5. Plateforme de l’enceinte avec talus en arrière plan.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4538/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 6. Exemples d’enceintes à talus en croissant (A. Painchault).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4538/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Fig. 7. Détail de l’enclos coupé (A. Painchault).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4538/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Fig. 8. Fossé de l’enclos.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4538/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Fig. 9. Vue du tertre.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4538/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Fig. 10. Détail tertre avec relief carré (A. Painchault).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4538/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Fig. 11. Pan coupé du tertre.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4538/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Fig. 12. Fossé du tertre.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4538/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Fig. 13. Maçonnerie dans le pan coupé du tertre.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4538/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Fig. 14. Maçonnerie en bordure du boulevard.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4538/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Fig. 15. Essai de restitution chronologique des structures (A. Painchault).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4538/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Fig. 16. Restitution du bourg sur le cadastre.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4538/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Fig. 17. Exemples d’églises situées à l’extérieur du bourg castral à Château-sur-Epte et Montreuil-l’Argillé.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4538/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Fig. 18. Le domaine de Gaillefontaine et les biens qui y sont rattachés au XIVe siècle (extrait de M. de Boüard 1972, p. 143), (Aude Painchault).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4538/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Fig. 19. Les forteresses des seigneurs de Gournay dans la vallée de la Bresle au XIIe siècle.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4538/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 80k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search