Version classiqueVersion mobile

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Évreux, 6-8 mai 2011

 | 
Luc Liogier

Premiers vestiges archéologiques du château médiéval du Vaudreuil (Eure)

The first archaeological remains of the Vaudreuil medieval castle

Nicolas Roudié et David Jouneau

Résumé

Un diagnostic a identifié les premiers vestiges archéologiques du château fort du Vaudreuil et des indices de la forteresse du Xe siècle. Une partie du mur d’enceinte et une porte du XIIe siècle correspondent aux travaux commandés par Henri Ier Beauclerc. Au XIIIe siècle, la porte est modifiée et l’enceinte est flanquée de tours à contreforts.

Entrées d'index

Texte intégral

1En amont d’un projet immobilier dans la commune du Vaudreuil (Eure), située à 25 km environ au sud de Rouen, un diagnostic archéologique a permis de mettre au jour en mars 2010, et pour la première fois, d’imposants vestiges de l’ancienne forteresse du Vaudreuil (fig. 1 et 2). En effet, ce diagnostic est la première opération archéologique jamais réalisée sur l’Île-l’Homme, située dans la boucle du Vaudreuil.

2L’assiette du projet concerne une surface de 3 450 m2, dont les deux tiers correspondent à des jardins en zone inondable, donc non constructibles. Les vestiges mis au jour se trouvent dans ce secteur et ne seront pas soumis à une fouille préventive (fig. 3). La partie bâtie sera implantée sur une ancienne carrière remblayée au XXe siècle qui a détruit dans l’emprise les autres témoins du site fortifié.

3Le château fort du Vaudreuil est bien connu dans la littérature, mais sa localisation précise s’est estompée depuis sa destruction en 1713 et la construction par Girardin d’un nouveau château accompagné de ses jardins à la française (fig. 4).

4Une forteresse est mentionnée dès le XIe siècle dans l’Île-l’Homme (dérivé de holm, îlot en scandinave). Henri Ier Beauclerc (1068-1135) entreprend la construction d’un château fort à la fin du XIe siècle – début du XIIe siècle. Des descriptions mentionnent un mur d’enceinte de 5 km flanqué de tours et de bastions englobant l’ensemble des 80 ha de cette île délimitée par deux bras de l’Eure (fig. 5). Place forte importante, elle fait l’objet de nombreux combats, négociations, travaux et réaménagements de la part des rois d’Angleterre et de France jusqu’au XVe siècle. Les premières peintures à l’huile y auraient été effectuées dans la chapelle et des galeries, à la demande de Jean le Bon (1319-1364), par Jean Coste au XVe siècle. Ayant perdu son intérêt stratégique et son attrait et pour les rois de France, la forteresse est « désemparée » en 1441, puis dépérit jusqu’à sa destruction complète au XVIIIe siècle.

Fig. 1. Localisation du site.

Fig. 1. Localisation du site.

Fig. 2. Extrait de la carte géologique du BRGM.

Fig. 2. Extrait de la carte géologique du BRGM.

Fig. 3. Plan phasé des vestiges de l’opération de diagnostic INRAP, 2010.

Fig. 3. Plan phasé des vestiges de l’opération de diagnostic INRAP, 2010.

Fig. 4. Plan du château XVIIe siècle du Vaudreuil (extrait de l’Atlas de Trudaine).

Fig. 4. Plan du château XVIIe siècle du Vaudreuil (extrait de l’Atlas de Trudaine).

Fig. 5. Restitution hypothétique au XIXe siècle du château médiéval du Vaudreuil par M. Ferret (Maze, 1976, p. 18-19).

Fig. 5. Restitution hypothétique au XIXe siècle du château médiéval du Vaudreuil par M. Ferret (Maze, 1976, p. 18-19).

5L’opération archéologique a mis au jour les fondations d’une partie du mur d’enceinte sur une longueur de 35 m environ et d’une porterie. L’ensemble a été arasé puis recouvert par des niveaux de démolitions de remblais postérieurs à l’époque médiévale. Aucun niveau de fonctionnement ne semble conservé (fig. 6).

Fig. 6. Relevé stratigraphique de la tranchée 4.

Fig. 6. Relevé stratigraphique de la tranchée 4.
  • 1 Datations par Dendrotech (Y. Le Digol) : abattage des pieux dans la 1re moitié du IXe siècle. Référ (...)

6Les premiers indices d’occupations sont des pieux en bois en chêne (entre 80 et 160 cm de long, diamètres supérieurs à 25 cm) et une maçonnerie circulaire très arasée d’environ 4 m de diamètre, implantés dans la grave en aval de l’enceinte (fig. 7). Les données de la dendrochronologie1 – appuyées par la présence de céramique des Xe-XIe siècles dans les remblais – rattachent ces pieux et cette fondation au courant du Xe siècle. Ces vestiges confirment la présence sous le château fort d’une première forteresse des Xe-XIe siècles mentionnée dans un texte relatant l’assassinat du sénéchal de Normandie Osbern de Crepon dans la chambre et sous les yeux du futur duc Guillaume en 1039. Difficile cependant d’identifier formellement ici les résidences royales mérovingiennes et carolingiennes, mentionnées dans les boucles de la Seine mais toujours pas localisées avec certitude (Carré et al., 2008).

Fig. 7. Détail d’un des pieux du Xe siècle (INRAP).

Fig. 7. Détail d’un des pieux du Xe siècle (INRAP).

Fig. 8. Vue générale des vestiges (INRAP-KAP).

Fig. 8. Vue générale des vestiges (INRAP-KAP).

Fig. 9. Vue des portes (INRAP-KAP).

Fig. 9. Vue des portes (INRAP-KAP).
  • 2 Datations par Dendrotech (Y. Le Digol) : abattage des poutres courant XIe siècle. Référence Dendrab (...)

7Les premiers vestiges du château fort sont attribués au XIIe siècle en concordance avec les données des archives. Il s’agit d’un mur d’enceinte globalement parallèle au cours de l’Eure d’une largeur de 1,5 m, appuyé sur des remblais alluvionnaires rehaussé d’environ 1 m par rapport à la plaine inondable (fig. 8). Des fragments de poutres placées sous les fondations au nord sont datées par dendrochronologie2 de la seconde moitié du XIe siècle et correspondent à la phase de construction du rempart. Une première tour-porte carrée de 6,5 m de côté hors-œuvre constitue l’entrée occidentale du château (fig. 9). Ce type d’ouvrage se retrouve dans d’autres ensembles du XIIe siècle (porte du Gouverneur au château de Gisors entre autres) (Mesqui, 1981). Une tour semi-circulaire de 6 m de diamètre hors-œuvre se trouve à l’angle de cette porte et du mur de courtine nord, côté intérieur de la cour. Sans équivalent dans les ouvrages militaires contemporains, sa fonctionnalité demeure incertaine. L’hypothèse d’une tour escalier peut néanmoins être avancée, des ouvrages de gabarit similaire existant dans les constructions religieuses contemporaines (par exemple les églises romanes proches du Vaudreuil, de Saint-Pierre du Vauvray, du Mesnil-Jourdain).

8Au sud de l’emprise diagnostiquée, une courtine prolongeant le mur d’enceinte semble constituer un ouvrage avancé triangulaire, protégeant ainsi l’entrée et l’emplacement d’un pont qui d’après les textes a fait l’objet de nombreuses réfections durant tout le Moyen Âge (fig. 10).

9Dans le courant du XIIIe siècle, deux tours de 5,7 m de diamètre hors-œuvre, dotées d’imposants contreforts de 2 m de coté sont accolées au parement externe de l’enceinte (fig. 11). L’ancienne porte est entièrement chemisée par un nouveau dispositif marqué par l’adjonction à l’avant de deux nouvelles tours, épaulées elles aussi par des contreforts de 2 m de côté, donnant à l’ensemble un aspect imposant.

10Enfin, au XVe siècle, un mur est placé entre les contreforts des tours de la porte, soit pour renforcer l’entrée soit pour jouer le rôle de culée accueillant le tablier d’un pont.

11Deux bases de piles de ce dernier ont par ailleurs été mises au jour à l’avant de l’entrée, dans l’axe de l’église Notre-Dame du Vaudreuil (mentionnée dès 1066) située à 500 m de l’autre côté de la rivière.

Conclusion

12Cette opération de diagnostic a donc permis de manière inespérée de retrouver une petite partie du château médiéval du Vaudreuil. Les datations dendro-chronologiques des pieux attestent de l’origine du site castral au Xe siècle, appuyant l’hypothèse de l’existence sur l’île de la forteresse des premiers ducs de Normandie. L’implantation du château fort dans la plaine alluviale a nécessité des adaptations (remblais initiaux, mur de protection contre le courant de la porte dès le XIIe siècle, contreforts inhabituellement massifs pour les nouvelles tours au XIIIe siècle). L’orientation des murs d’enceinte, la dimension des vestiges et la présence de microreliefs dans les parcelles voisines donnent du crédit aux descriptions médiévales d’une ile fortifiée par 5 km de mur et indiquent que, malgré les destructions occasionnées par les travaux ultérieurs (château et jardins du XVIIe siècles, château du XIXe siècle, carrières opportunistes modernes et contemporaines), la présence d’un fort potentiel archéologique sur ce stratégique et prestigieux château fort ducal puis royal.

Fig. 10. Hypothèse de restitution des vestiges du XIIe siècle (S. Le Maho, INRAP).

Fig. 10. Hypothèse de restitution des vestiges du XIIe siècle (S. Le Maho, INRAP).

Fig. 11. Vue de la base de la tour nord du XIIIe siècle (INRAP).

Fig. 11. Vue de la base de la tour nord du XIIIe siècle (INRAP).

Bibliographie

Bibliographie

Carré F., Jimenez F. dir., Le Maho J., Gallien V., Follain É., Tegel W., Rast-Eicher A., Bell B., Guerra M., Stutz F., Esquès C., Calligaro T., Escher K., Adrian Y.-M. et Pilet-Lemière J. (2008) – Louviers (Eure) au haut Moyen Âge, Découvertes anciennes et fouilles récentes du cimetière de la rue du Mûrier. Saint-Germain-en-Laye, Association française d’archéologie mérovingienne (Mémoires, XVIII), 334 p., 135 fig., 66 pl.

Maze J. (1976) – Le Vaudreuil : 2000 ans d’histoire. Nouvelles de l’Eure. La vie et l’art en Normandie, no 58-59, 96 p.

Mesqui J. (1981) – La fortification des portes avant la Guerre de Cent ans. Essai de typologie des défenses des ouvrages d’entrée avant 1350. Archéologie médiévale, t. XI, p. 203-229.

Notes

1 Datations par Dendrotech (Y. Le Digol) : abattage des pieux dans la 1re moitié du IXe siècle. Référence Dendrabase : DT-2011-013.

2 Datations par Dendrotech (Y. Le Digol) : abattage des poutres courant XIe siècle. Référence Dendrabase : DT-2011-013.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Localisation du site.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4529/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Fig. 2. Extrait de la carte géologique du BRGM.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4529/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Fig. 3. Plan phasé des vestiges de l’opération de diagnostic INRAP, 2010.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4529/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Titre Fig. 4. Plan du château XVIIe siècle du Vaudreuil (extrait de l’Atlas de Trudaine).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4529/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Fig. 5. Restitution hypothétique au XIXe siècle du château médiéval du Vaudreuil par M. Ferret (Maze, 1976, p. 18-19).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4529/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Fig. 6. Relevé stratigraphique de la tranchée 4.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4529/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Fig. 7. Détail d’un des pieux du Xe siècle (INRAP).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4529/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Fig. 8. Vue générale des vestiges (INRAP-KAP).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4529/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Titre Fig. 9. Vue des portes (INRAP-KAP).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4529/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Fig. 10. Hypothèse de restitution des vestiges du XIIe siècle (S. Le Maho, INRAP).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4529/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Fig. 11. Vue de la base de la tour nord du XIIIe siècle (INRAP).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4529/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 200k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search