Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Évreux, 6-8 mai 2011

 | 
Luc Liogier

Les occupations médiévales autour de Gisors (Eure), du haut Moyen Âge à la fortification Plantagenêt

The medieval settlements around Gisors, dating from the Middle Ages to the Plantagenêt fortification

Gilles Deshayes, Bruno Lepeuple et Delphine Théolas
Avec la collaboration de Gaël Barracand, Marion Berranger, David Cambou, Benoît Clavel, Sébastien Cormier, Stéphane Frère, Jean-François Goret, Laurent Guyard, Yannick Le Digol, Fouad Hourani, Vincent Legros, Magali Levray et Caroline Renard

Résumé

La déviation de Gisors a été l’occasion de fouiller deux habitats ruraux du haut Moyen Âge installés sur des terrasses bordant l’Epte. Au nord, le site d’Éragny-sur-Epte s’implante à proximité d’un enclos laténien. Il couvre la fin de l’époque mérovingienne (VIIe -VIIIe siècle) avec un grand fossé en eau et une unité domestique et artisanale, puis la période carolingienne (seconde moitié IXe et Xe siècle) avec un habitat structuré autour duquel sont dispersés espaces annexes et de stockage. Au sud-ouest, le site du Chemin d’Inval est occupé à partir du IXe siècle par des unités d’habitation et d’exploitation, déserté au xe siècle et mis en culture avant d’être traversé par un fossé monumental, attribuable à Henri II Plantagenêt. Le matériel des deux sites est dominé par de nombreux remplois gallo-romains et une même abondante céramique carolingienne.

The deviation works in Gisor provided the perfect opportunity to excavate two rural dwellings dating from the early Middle Ages located on the terraces bordering the Epte river. To the north, the site of Éragny-sur-Epte was established near a Latenian enclosure. It covers the end of the Merovingian period (7th-8th century) with a deep ditch containing water and a unit for domestic and craft activities, as well as the Carolingian period (late 9th and 10th century) with a structured dwelling around which are scattered auxiliary and storage structures. To the south-west, the Chemin d’Inval site was occupied from the 9th century onwards by housing and agricultural units. The site was deserted in the 10th century, then cultivated before a monumental ditch, attributed to Henry II of England, was built across it. The material from both sites strongly suggests numerous uses and reuses by the Gallo-Romans and an abundance of Carolingian ceramics.

Texte intégral

1L’opération de diagnostic préalable à la déviation de Gisors, menée par la MADE (Guyard, 2009 et 2011), a été suivie de deux prescriptions relatives à des sites du haut Moyen Âge, aux lieux-dits Le Chemin d’Inval à Gisors (Eure) et Le Pâtis aux Moines – La Haute-Borne à Éragny-sur-Epte (Oise) (fig. 1). Les deux sites, dont 0,7 et 1,9 ha ont été décapés de part et d’autre de la ville, sont implantés sur des terrasses bordant l’Epte, rives droite et gauche. Ils présentent d’importantes similitudes quant à la nature de l’occupation, un habitat rural, et une chronologie commune (2e moitié du IXeXe siècle). La culture matérielle offre également de nombreux points de comparaisons, en particulier le mobilier céramique, qui justifie une présentation commune de ces deux sites, davantage représentatifs du carrefour qu’est ce point de la vallée de l’Epte, que des espaces normand ou picard. Les chronologies rencontrées dépassent ce cadre principal, en brossant un tableau du Néolithique moyen à l’époque ducale.

Le contexte archéologique et historique du haut Moyen Âge

2La vallée de l’Epte à hauteur de Gisors concentre une série d’indices révélateurs d’une assez dense occupation du haut Moyen Âge. Les vocables à Saint-Martin ou Saint-Denis ajoutent des indices éventuels aux sites archéologiques déjà approchés : Guerny (Ve-IXe siècle : Léon, 1999), Dangu (VIe-XIe siècle : Biard, 2006), Neaufles-Saint-Martin (Base Patriarche, code 178571, no de site 27 426 0009) et les deux sites ici présentés, distants de 2 500 m. Ce point paraît néanmoins être une zone intermédiaire entre la très forte densité constatée autour de l’axe antique Paris-Rouen et les vides supposés au nord, marges de la forêt de Lyons et ancienne forêt de Thelle. Au cœur du pagus du Vexin, Gisors apparaît comme un point privilégié entre ce plateau et les agglomérations situées au nord : Gournay-en-Bray et Beauvais.

3Une présence aristocratique est soulignée par l’histoire avec des grands domaines ou lieux de résidence (Étrépagny, Morgny, Lilly, Fleury, Bézu-la-Forêt) dès l’époque mérovingienne. Deux plaids carolingiens, à Neaufles en 854 et Gisors en 968 (première mention de la ville), viennent encore augmenter la perception d’un carrefour stratégique. L’Epte, devenue limite orientale de la Normandie en 911, fait l’un des sites normand, l’autre français.

Fig. 1. Plan et vue aérienne de Gisors : 1. Site d’Eragny ; 2. Site de Gisors ; 3. Église Saint-Gervais-Saint-Protais ; 4. Château (infographie : B. Lepeuple ; cliché : Archéo 27, juin 2009).

Fig. 1. Plan et vue aérienne de Gisors : 1. Site d’Eragny ; 2. Site de Gisors ; 3. Église Saint-Gervais-Saint-Protais ; 4. Château (infographie : B. Lepeuple ; cliché : Archéo 27, juin 2009).

Éragny-sur-Epte, Le Pâtis aux Moines, La Haute-Borne

4Le décapage, d’emprise trapézoïdale et perpendiculaire au sens de la vallée, a mis en évidence 619 structures majoritairement concentrées sur une bande d’axe nord-sud de 90 m de côté, avec deux espaces quasiment vides, à l’est et à l’ouest (fig. 2). La structuration des vestiges est en accord avec leur fuseau de densité, selon des axes proches des directions cardinales. Cette dispersion trouve un écho dans le relevé des formations géologiques superficielles. Au-dessus du socle de craie, une grave plus ou moins dense, qui forme l’assise du site, est partiellement recouverte de limons dont une partie, à l’ouest, provient des débordements de l’Epte. La limite occidentale, à 100 m de la rivière, est marquée par un fossé au tracé sinueux qui reproduit une courbe du lit mineur à même hauteur. Au-delà, les terrains sont marqués par les limons de débordements et forment la zone d’emprise des crues exceptionnelles.

Aperçu chronologique

5L’ensemble des vestiges découverts couvre une période large, de la Préhistoire à l’époque contemporaine. La Préhistoire est représentée par un lot lithique piégé dans les zones limoneuses et qui serait, d’après les données du diagnostic, plus largement attribuable au Paléolithique supérieur final (Watté, 2010). L’occupation la plus anciennement attestée est celle de la Protohistoire, représentée par un plausible enclos quadrangulaire, partiellement perçu, mais dont le comblement était suffisamment riche en mobilier céramique pour l’attribuer à La Tène finale. Une fosse, probablement cuvelée de bois, s’inscrit dans cette période et confirme cette occupation sur les marges nord du décapage. Malgré une présence constante de matériel antique (essentiellement des terres cuites architecturales et des éléments lapidaires), aucune occupation gallo-romaine n’a été mise en évidence dans l’emprise.

6La chronologie du site médiéval est essentiellement fournie par le mobilier céramique. Des productions attribuables à l’époque mérovingienne et, pour une plus large part carolingienne, ont été collectées sur l’ensemble de la fouille, avec deux zones plus fournies, au nord et au sud, en accord avec la densité des structures. Quelques ensembles permettent d’affiner les datations et montrent deux phases distinctes : VIIe-VIIIe siècle et 2e moitié du IXe-Xe siècle. Cette répartition chronologique est également spatiale, avec deux espaces distincts, au nord.

7Les périodes modernes et contemporaines sont exclusivement marquées par l’agriculture et l’élevage. Plusieurs éléments de clôtures sont associés à deux puits sommaires et une mare placée aux limites des terrains à tendance marécageuse.

Fig. 2. Éragny-sur-Epte (60), Le Pâtis aux Moines – La Haute-Borne, plan de masse des vestiges.

Fig. 2. Éragny-sur-Epte (60), Le Pâtis aux Moines – La Haute-Borne, plan de masse des vestiges.

La période mérovingienne

Un grand fossé en eau

8Le grand fossé occidental a été creusé en reprenant le tracé d’un paléochenal dont l’emprise et les divagations successives sont visibles en plan, encadrées par les affleurements de grave. En légère pente du nord au sud, le profil est constant, légèrement évasé avec un fond plat variant de 40 à 70 cm de largeur. L’ouverture en surface est de 1,6 m en moyenne, à laquelle s’ajoute une pente douce vers l’ouest.

  • 1 Intervalle compris entre les années 605 et 675 (95,4 % de probabilité), avec une date calculée à l’ (...)

9La stratigraphie est homogène sur l’ensemble du parcours (fig. 3). Un premier niveau sableux, gris, occupe le fond sur une épaisseur qui varie de 8 à 14 cm. Il ne comporte que peu de matériel archéologique, le taux d’hygrométrie élevé a cependant favorisé la conservation d’éléments organiques, notamment des fragments de bois. Témoin de la circulation d’eau, ce niveau d’utilisation ne porte pas la trace d’une activité polluante. Le matériel archéologique est plus important dans les niveaux supérieurs, ceux de son utilisation comme dépotoir. Calcaires, silex, terres cuites architecturales gallo-romaines, charbons de bois et céramique sont présents sur toute la séquence. La faune, surtout, est très représentée : la moitié des ossements animaux du site provient de ce fossé. La datation céramique des premiers niveaux de comblement englobe les VIIe et VIIIe siècles. Un piquet de bois, isolé, planté dans le niveau d’utilisation du fossé, a fait l’objet d’une datation radiocarbone1 orientant vers la première moitié du VIIe siècle.

Fig. 3. Coupe du fossé mérovingien d’Éragny (cliché : B. Lepeuple).

Fig. 3. Coupe du fossé mérovingien d’Éragny (cliché : B. Lepeuple).
  • 2 Étude archéozoologique menée par S. Frère et B. Clavel (CRAVO).

10Ce fossé apparaît comme une limite du site. La faune, en particulier, constituée plutôt des carcasses d’animaux que des reliefs de repas2, porte les stigmates des rejets en périphérie d’habitat. Par son emprise et sa profondeur, il ne peut pourtant être réduit à une simple limite parcellaire. La volonté a été d’aménager une circulation de l’eau, en probable connexion avec la rivière comme le soulignent les données de la photographie aérienne. Les hypothèses quant à sa fonction restent ouvertes, il semble néanmoins qu’on ait voulu garder cette eau propre, sauf activité située en aval qui n’aurait pas été vue. Il peut s’agir d’une adduction d’eau destinée à la consommation, d’une dérivation du cours d’eau pour piéger des poissons, ou encore d’une utilisation de la force hydraulique. C’est néanmoins d’un travail considérable, qui ne peut être le fait d’une seule famille et sans doute destiné à un usage collectif.

Un bâtiment d’habitation

11Le quart nord-est du site est particulièrement dense en vestiges (fig. 4) : quelques trous de poteaux, profondément ancrés, jusqu’à 80 cm sous le niveau décapé, forment un ensemble cohérent pour restituer un bâtiment à pans légèrement coupés de 8,7 m de longueur pour 5,6 m de largeur. À l’intérieur, dans la partie ouest et légèrement décalée vers le sud, s’ouvre une grande fosse circulaire, 2 m de diamètre pour 1,9 m de profondeur, aux parois verticales avec un fond plat. Sous un épais niveau de comblement, une couche horizontale recèle de nombreux fragments de bois, dont certains sciés, possibles vestiges d’un plancher ou éléments d’un coffrage effondré. La concordance spatiale entre cette excavation et le bâtiment coïncide avec les éléments de datation collectés dans le comblement final de quelques, trous de poteaux. La présence plus importante qu’alentour de déchets alimentaires et de témoins céramique, oriente vers l’hypothèse d’un bâtiment d’habitation muni d’un cellier. Immédiatement à l’extérieur, au sud-ouest, un petit foyer installé dans les niveaux supérieurs du comblement d’une fosse, pourrait avoir une fonction culinaire liée à l’occupation domestique.

Fig. 4. Plan de l’unité mérovingienne d’Éragny (infographie : B. Lepeuple).

Fig. 4. Plan de l’unité mérovingienne d’Éragny (infographie : B. Lepeuple).

Une zone de fours

  • 3 Four 240 : datation des niveaux de décharge du four, 663-775 après J.-C., à 95,4 % de probabilité, (...)

12Le sud-ouest du secteur concentre plusieurs foyers dont un groupe de quatre fours disposés tête-bêche. Trois peuvent avoir fonctionné simultanément. L’un d’eux (st. 182) témoigne d’une utilisation prolongée avec cinq réfections dont trois reprises intégrales du lit de tegulæ servant d’assise à la sole (fig. 5). Ce mode d’aménagement, repéré sur cinq des neuf fours du site, vise certainement à améliorer les qualités réfractaires de la sole (Petit, 2000, p. 32). Leur niveau d’apparition relativement haut plaide pour une voûte aérienne, hypothèse récurrente sur le site, le sol n’étant généralement pas favorable à un creusement en sape. Deux analyses radiocarbones ne démentent pas une occupation de la fin du VIIe et du VIIIe siècle en fournissant un terminus post quem au cours de cette période3.

Fig. 5. Les états successifs d’un four aménagé à Éragny avec des lits de tuiles gallo-romaines (clichés : D. Étienne, L. Tocqueville).

Fig. 5. Les états successifs d’un four aménagé à Éragny avec des lits de tuiles gallo-romaines (clichés : D. Étienne, L. Tocqueville).

13Cet ensemble de quatre fours témoigne d’une zone spécialisée, durable dans le temps compte tenu des nombreux réaménagements observés. Les éléments de datation, céramique et analyses radiocarbone, orientent pour une occupation démarrant, au plus tôt, autour du milieu du VIIe siècle ; celle-ci se poursuit à l’époque carolingienne sans que l’on puisse définir clairement une date d’abandon. La fonction de ces fours est probablement culinaire, cette hypothèse ne paraît pas amoindrie par la présence constatée de battitures et un environnement marqué par les déchets métallurgiques. En effet, n’ont pas été observés d’indices qui permettraient de les relier à l’une des étapes de la production du fer, notamment la présence de scories de fond de four ou de tuyère pour la ventilation d’un bas-fourneau.

Fonds de cabanes et activité métallurgique

14Au sud, trois fonds de cabane de petite taille (st. 181, 186 et 188), de 1,7 m2 à 2,5 m2 de superficie, présentent chacun une petite zone de foyer légèrement encavée. Sans sole bien formée et indurée, ces niveaux concentrent des fragments de terre brûlée et de nombreux charbons, la zone de feu ayant fait l’objet de remaniements. Ces structures peuvent être comparées à un vestige du site de Tournedos, Porte-joie, un fond de cabane carré contenait de nombreuses scories dans son comblement et était dotée d’un foyer dans l’un de ses angles (Carré, 2011, p. 58 et 69-70). La forge est une hypothèse d’interprétation pour cette structure, elle l’est aussi à Éragny en raison des déchets métallurgiques et battitures collectés dans l’environnement immédiat.

Un puits

15Immédiatement à l’ouest, un puits (fig. 6) essentiellement appareillé de silex est observable sur 1,3 m de hauteur en léger tronc de cône renversé, 0,95 m de diamètre interne à partir de 60 cm sous le décapage pour 0,75 m au fond. Sa position est probablement liée à une facilité de captage. Les niveaux de comblement contenaient de la céramique attribuable à la fin du VIIe et au VIIIe siècle. Les terrassements nécessaires à la fouille de la structure ont permis d’observer un fil d’eau souterrain avec un débit particulièrement marqué. À 1,7 m sous le niveau du décapage, le flux chemine de l’est vers l’ouest. Il correspond probablement à une concentration du drainage depuis la « Vallée Grasse » qui entaille le coteau oriental de la vallée de l’Epte. Ce phénomène est resté particulièrement marqué pour qu’un second puits soit creusé dans le même secteur à l’époque moderne.

Fig. 6. Le puits mérovingien d’Éragny (cliché : B. Lepeuple).

Fig. 6. Le puits mérovingien d’Éragny (cliché : B. Lepeuple).

Dispersion des rejets et organisation spatiale

  • 4 Cette information nous a été donnée par Christophe Colliou (doctorant en paléo-métallurgie à l’univ (...)

16La particularité de la zone réside dans une forte présence de rejets liés au feu, dénominateur commun des vestiges. De nombreux comblements sont très charbonneux ou avec une présence significative de pierres brûlées et de déchets métallurgiques. Les tests à l’aimant pratiqués sur le terrain ont révélé des concentrations de battitures importantes, dont plusieurs microéléments lamellaires que l’on peut identifier (sous réserve d’une étude spécialisée) comme des oxydes issus du martelage du fer. Deux zones se détachent : celle des fonds de cabanes et du puits, et les alentours d’un petit foyer (st. 85) et d’une fosse dépotoir (st. 87). Le puits 129 et la fosse 87 concentrent la part importante des déchets métallurgiques, dont plusieurs présentent une partie convexe, ce qui permet de les identifier comme des culots de forge4. La métallurgie ressort donc comme l’activité artisanale principale à laquelle s’ajoute éventuellement le tissage, avec l’empreinte de deux probables métiers à tisser dans des fonds de cabanes placés à l’ouest (fig. 2).

17D’autre part, la dispersion générale de ces témoins et leur forte concentration au nord plaide en faveur d’un effet de paroi conditionné par des constructions dont l’emprise est mal définie par les seules structures en creux. Se dessine ainsi une cour fermée par un front de bâtiments dont un d’habitation au nord et une relégation des principales activités liées au feu vers le sud. Une telle organisation peut tenir compte des vents dominants, nord à nord-ouest dans ce secteur de la vallée, pour se prémunir des risques d’incendie. Une bande transversale vide semble être l’axe de circulation préférentiel pour desservir ces espaces spécialisés qui forment une unité domestique et artisanale de la fin de l’époque mérovingienne.

La période carolingienne

Structuration des vestiges

18Les traces de l’époque carolingienne (2e moitié du IXe-Xe siècle), se situent exclusivement au sud d’une ligne définie par le fossé méridional de l’enclos laténien (fig. 2). La structuration des vestiges est particulièrement forte, les alignements s’accordent tant avec les fossés antérieurs qu’avec la nature du sol. La terrasse de grave, qui conditionne l’implantation sur le site, est particulièrement visible par photographie aérienne après de fortes pluies, soulignant les différences d’hygrométrie du sol.

19Les activités sectorielles sont également marquées. Autour d’un bâtiment d’habitation, une couronne plus lâche rassemble espaces de stockage, petits bâtiments indéterminés, fonds de cabanes et zone de forge. La proximité de la limite de fouille ne permet cependant pas une approche spatiale affinée. Le grand fossé mérovingien est intégralement comblé au cours de cette période et trois inhumations d’individus juvéniles sont pratiquées sur ses abords. Un puits, à l’écart, est également attribuable à cette phase d’occupation.

Un bâtiment d’habitation

20Le bâtiment d’habitation central, au plan net, est au centre de la zone marquée par les rejets, en particulier charbonneux et céramiques. L’orientation est définie par six poteaux formant un rectangle de 5,2 m x 6 m (fig. 7). À proximité des poteaux corniers, du côté nord, deux autres ont été placés à la même profondeur d’ancrage. Ils peuvent se relier à une ligne de trois poteaux venant fermer l’ensemble et forment un rectangle de 11,6 m de longueur. Une autre extension du bâti primitif est possible vers l’est, formant un plan en L en dehors duquel se trouve une fosse dépotoir particulièrement riche en matériel (céramique, faune, fer, verre). Ces traces plaident en faveur d’un bâti construit en plusieurs phases autour d’un corps central mieux ancré, possible résultante de contraintes techniques dues aux matériaux, en particulier la longueur des grumes disponibles. Autre élément architectural : la présence de blocs calcaires dans les comblements finaux de cette zone rend possible l’hypothèse d’un solin sous-jacent à des sablières basses.

Fig. 7. Plan de l’habitation carolingienne d’Éragny (infographie : B. Lepeuple).

Fig. 7. Plan de l’habitation carolingienne d’Éragny (infographie : B. Lepeuple).

Stockage et artisanat en périphérie

21En périphérie de l’habitat se trouvent plusieurs greniers à quatre ou six poteaux et un unique silo, ce qui indique la difficulté à les aménager dans ce type de sol qui privilégie les stockages aériens. Le centre du décapage compte plusieurs traces pour lesquelles l’interprétation est délicate. La récurrence de deux poteaux proches, souvent entre 4,2 m et 4,7 m, aux ancrages conséquents et équivalents invite à proposer, parmi plusieurs solutions concurrentes, une zone de petits bâtiments construits autour d’un axe faîtier. Dans cet espace, deux zones présentent un aspect particulier. La mieux conservée comportait une surface indurée de couleur jaune et craquelée en surface, au-dessus d’un niveau fin, noir et pulvérulent que l’on retrouve en grains alentours et plus particulièrement autour de très légères dépressions de forme quadrangulaire. La lecture retenue est celle d’une couche formée par mélange de litière et d’excréments animaux ayant migré, après fragmentation, autour de pièces posées au sol, éventuellement des dés de pierre soutenant l’architecture d’une étable. Faute d’éléments, ces traces ne peuvent être reliées avec assurance au site médiéval et tout autant appartenir aux occupations postérieures. Les deux fonds de cabane attestés pour cette période sont classiques : sub-rectangulaires avec deux poteaux axiaux (fig. 8). Aucun élément ne permet de leur attribuer une fonction spécifique.

Fig. 8. Fond de cabane du Xe siècle à Éragny (cliché : D. Étienne).

Fig. 8. Fond de cabane du Xe siècle à Éragny (cliché : D. Étienne).

Un puits

22À l’écart de la zone dense, à proximité du fossé mérovingien et de la limite de fouille, un second puits médiéval avec un cuvelage de bois est apparu à 0,5 m sous le niveau de décapage (fig. 9). Trois trous de poteaux et une saignée remplie de craie concassée faisant office de solin sont la trace de la superstructure destinée à le couvrir. Le cuvelage, carré, de 0,7 m de côté, a été relevé sur 1,1 m de hauteur. L’assemblage est de type blockbau sur les quatre assises intégralement conservées et indépendantes les unes des autres. Les deux premières sont de section carrée (18 cm en moyenne), alors que la partie supérieure est constituée de planches fines de section rectangulaire ou trapézoïdale, pour une hauteur variant de 23 cm à 30 cm. Cette différence s’explique partiellement par la provenance des bois, remployés dans la partie basse. Parmi les nombreux indices de ce fait (fig. 10), on constate le remontage de deux pièces de la seconde assise issues d’un même bois ayant appartenu à un bâtiment incendié avant d’être débité, fendu et travaillé au niveau des assemblages pour les remployer. Une autre pièce montre une extrémité fortement biseautée avec de nombreuses traces de coups de hache. Leur orientation indique une frappe de biais sur une pièce verticale, probable poteau récupéré sans que l’on cherche à le dégager de sa fosse d’ancrage.

  • 5 Datation Dendrotech, confortée par une analyse radiocarbone, Poznań Radiocarbon Laboratory.
  • 6 La courbe embrasse un assez large champ chronologique : 776-903 (74,7 % de probabilité) et 916-968 (...)

23Une datation dendrochronologique des planches en premier emploi propose un abattage d’un unique arbre au cours de l’hiver 844-8455. Une branche des premiers niveaux du comblement a également fait l’objet d’une analyse radiocarbone6 pour approcher au mieux l’abandon du puits. Les résultats permettent de privilégier une durée d’utilisation qui n’excèderait pas un demi-siècle.

Fig. 9. Le puits carolingien d’Éragny (clichés et infographie : B. Lepeuple).

Fig. 9. Le puits carolingien d’Éragny (clichés et infographie : B. Lepeuple).

Fig. 10. Quelques éléments remployés au sein des deux premières assises du puits d’Éragny (clichés : B. Lepeuple).

Fig. 10. Quelques éléments remployés au sein des deux premières assises du puits d’Éragny (clichés : B. Lepeuple).

Le site de Gisors

Les atouts pour une implantation humaine

24Le site de Gisors a été choisi pour servir de lieu de vie et d’activités, au cours du Néolithique moyen puis lors de l’époque carolingienne, suivant un ensemble de caractéristiques locales : une rivière à moins de 100 m (eau, poissons, possible moulin médiéval) ; des colluvions limoneuses, propices à l’agriculture, en pente douce, peu caillouteuses, sur des versants exposés plein sud, hors de portée des inconvénients du cours d’eau (crues, humidité, faune). Autour de Gisors, il s’agit de l’endroit où l’Epte est la plus proche des colluvions exploitables sans qu’elle ne risque de les inonder.

Un habitat ( ?) au cours du Néolithique moyen

  • 7 Étude : G. Barracand.

25L’industrie lithique, nombreuse et relativement homogène, date la première occupation du Néolithique moyen (fig. 11). Les creusements potentiellement néolithiques n’ont été détectés que très ponctuellement car peu lisibles ou masqués par la densité de vestiges carolingiens. La sépulture du secteur F mériterait une datation radiocarbone pour être rattachée à l’une ou l’autre des occupations. Parmi les 1 100 pièces lithiques7 : de nombreux outils variés (racloirs, grattoirs, coches, denticulés, troncatures, perçoirs, tranchets, ciseaux, burins, faucilles, haches polies, couteaux, pics, percuteurs), des éclats de débitages in situ ; des meules et molettes en grès. Elles étaient majoritairement piégées dans les comblements des structures carolingiennes. Plusieurs dizaines de tessons de céramique non tournée sont pour la plupart technologiquement comparables : leur pâte est grossière et chargée de dégraissant de petits silex blancs. Il n’est pas exclu qu’ils datent également du Néolithique. La qualité et la quantité de ces structures et de ce matériel autorisent l’hypothèse d’un habitat du Néolithique moyen.

Fig. 11. Quelques silex néolithiques et tessons de céramique pré-ou protohistoriques de Gisors (dessins et clichés : G. Barracand, G. Deshayes).

Fig. 11. Quelques silex néolithiques et tessons de céramique pré-ou protohistoriques de Gisors (dessins et clichés : G. Barracand, G. Deshayes).

Aucune occupation avérée entre le Néolithique récent et l’époque carolingienne

26Aucun matériel ni vestige caractéristique n’a permis de démontrer une continuité d’occupation entre le Néolithique et notre ère. L’époque gallo-romaine est représentée par un petit lot de tessons de céramique et une moulure en os, dispersés dans des comblements carolingiens, et par de nombreux morceaux de terres cuites architecturales, de blocs et de moellons calcaires, récupérés dans des ruines à proximité pour différents usages. Seuls 17 tessons de céramique, surtout résiduels, sont attribuables aux VIIe et VIIIe siècles, mais aucune structure indéniablement mérovingienne n’a été reconnue.

Un habitat rural carolingien (IXe et Xe siècles)

Une occupation courte et bien datée

27La céramique, abondante et homogène, quelques objets en fer et en os, plusieurs aménagements et l’organisation générale de l’espace datent l’habitat de l’époque carolingienne (fig. 12). Certains éléments (céramique, notamment peinte, silo « collectif », coffres enterrés, outil décoré en os, etc.) argumentent une même datation : les IXe et Xe siècles, voire uniquement le Xe siècle. L’absence d’élément postérieur et notamment de tesson de vase avec « proto-bandeau » (courant dès la fin du Xe siècle) permet de situer la fin de l’occupation du site dans le courant du Xe siècle. La fourchette très resserrée de l’habitat (100 à 150 ans ?) est un atout majeur pour restituer l’organisation spatiale et les activités de cette occupation.

Les marqueurs de l’espace

28Les décapages ont permis de délimiter une bande d’habitat centrale, orientée sud-ouest/nord-est, d’une largeur de 25-30 m. Au nord et au sud apparaissent de grands espaces plus ou moins vides, parfois occupés par un petit pôle d’activité, d’extraction ou funéraire. Ces espaces correspondent sans doute à un usage particulier mais en périphérie des marges de l’habitat (culture sur les limons, élevage entre habitat et rivière). Les pôles d’habitation et d’exploitation sont probablement ceinturés de clôtures et de haies (aucun vestige de fossé). Les clôtures sur poteaux plantés, très probables en périphérie, plus hypothétiques au sein des secteurs, encadrent et cloisonnent ces espaces et forment aussi des petits enclos pour stocker, concentrer du bétail ou de la volaille, pratiquer une activité. Des secteurs vides et des effets d’alignements localisent des espaces de circulation longeant, séparant ou traversant les principaux pôles d’habitat. Vastes dans la partie nord du site, réduites au sein même de la bande d’habitat, plusieurs cours peuvent être destinées à des activités rurales (battage du grain, vannage, séchage, tri des semences, rassemblements des hommes ou des troupeaux, basses-cours, etc.). Quelques petits espaces plus ou moins encadrés de poteaux correspondent peut-être à l’intérieur de bâtiments préservés de tout creusement (secteur F).

Les bâtiments

29Les bâtiments, en partie cernés suivant la quantité et la variété des structures, et selon les conditions de fouille, sont édifiés sur poteaux plantés ou sur sablières basses ou sur solins de pierre (matériaux périssables, torchis avec les limons argileux extraits in situ, pierres des ruines antiques). Seize structures bâties (Sb), situées principalement dans les secteurs F, H et J, peuvent être restituées. Deux grands bâtiments émergent : une hypothétique maison de 35 m² (Sb 16), probablement sur sablières basses et dotée de trois celliers aux angles de sa pièce unique, restituable dans le pôle J (habitat car rejets du quotidien, stockage et cuisson) ; une possible halle carrée (Sb 8), de plus de 5 m de côté, entourée de quelques silos, éventuel équipement collectif isolé des espaces de vie privés (secteur G). S’y ajoutent quatre cabanes, dont deux avérées, dans les secteurs H (Sb 10, Sb 14) et J (Sb 15, Sb 11 construite sur quatre poteaux et liée à deux fours culinaires), quatre greniers carrés (dont deux éventuels fenils), larges de 2 m à 3,50 m, dans les secteurs F (Sb 3, Sb 5, Sb 6) et H (Sb 9), quelques autres bâtiments rectangulaires, plus ou moins hypothétiques dans les secteurs A (Sb 1, Sb 12), B (Sb 13 avec cellier Sc 1) et F (Sb 4, Sb 7). Une coupe stratigraphique (fig. 13) met en évidence un labour médiéval, fossilisé grâce au talus du grand fossé et recouvrant une partie des vestiges carolingiens. L’absence de la couche de limon brun (horizon A de la pédogénèse) suggère que le site a été terrassé avant d’être habité à l’époque carolingienne puis labouré au Xe siècle.

Les structures de combustion

30Les neuf fours culinaires découverts sur le site comportent le plus souvent une chambre de cuisson (avec sole voûtée) et une chambre de chauffe (fosse de travail). Un seul a été augmenté d’une seconde chambre de cuisson (Fr 3). L’ouverture de certaines chambres de cuisson a été renforcée par la pose de blocs calcaires.

Fig. 12. Structures bâties, fours et silos de l’habitat carolingien de Gisors (infographie : G. Deshayes).

Fig. 12. Structures bâties, fours et silos de l’habitat carolingien de Gisors (infographie : G. Deshayes).

31Leur mode de construction distingue deux types :

  • une chambre de cuisson creusée en sape depuis la chambre de chauffe, une sole souvent bien conservée avec la base de la voûte, un plan plutôt elliptique mais irrégulier.

  • une chambre de cuisson creusée en fosse à faible profondeur, une sole (mal conservée) couverte d’une voûte de torchis (avec clayonnage et/ou pierres), un plan circulaire et soigné (tracé au sol avant creusement ?).

32Dans la partie ouest du site, les fours sont orientés comme la bande d’habitat, suivant sans doute les vents dominants, les chambres de cuissons sont presque toutes du côté ouest. Dans la partie est, les fours sont relativement groupés et perpendiculaires à un léger « rebord de terrasse » (chambres de chauffe placées en contrebas).

33Le four Fr 7 (secteur H) (fig. 14), foyer étiré agrémenté de blocs calcaires avec fosse de travail, en présence de graines carbonisées, était peut-être destiné au traitement des semences (séchage, grillage, torréfaction ?). Deux foyers complètent ces fours, l’un (Fr 1) peut-être situé dans un bâtiment (Sb 12), l’autre (Fr 8) à proximité du four Fr 7.

Fig. 13. Fossilisation des vestiges carolingiens au cœur de l’habitat de Gisors (cliché : G. Deshayes).

Fig. 13. Fossilisation des vestiges carolingiens au cœur de l’habitat de Gisors (cliché : G. Deshayes).

Fig. 14. Structure de traitement thermique des semences ( ?) de Gisors (cliché : G. Deshayes).

Fig. 14. Structure de traitement thermique des semences ( ?) de Gisors (cliché : G. Deshayes).

Les structures de stockage excavées

34Les structures de stockage excavées se trouvent surtout dans les deux pôles d’habitats. À l’écart, un grand silo, des petits silos gravitant autour d’une halle ( ?) et un grenier de légumineuses s’apparentent à des « réserves collectives ».

35Les celliers sont des structures de stockage excavées, aux parois verticales et au fond plat, avec coffre, coffrage ou clayonnage (Sc). Volumineux, théoriquement inclus dans un bâtiment, ils servent à entreposer des denrées, des matériaux et du matériel facilement récupérables. L’essentiel se situe dans le secteur J, marqué par le grand cellier carré Sc 4 et les coffres enterrés Sc 5 et Sc 6 (comparables à ceux de Saint-Denis : Meyer, 1993) d’une hypothétique maison sur sablières basses (Sb 16).

36Le silo Sc 2 (secteur E), cylindrique, imposant (plus de 8 m3) et isolé, est peut-être à usage collectif, destiné à rassembler les récoltes pour la consommation de la communauté ou la part seigneuriale. Les treize autres silos sont concentrés en trois pôles (F, G et J), près d’éventuels lieux de traitement des grains (possibles aires de battage et de grillage) et près des lieux de préparation culinaire et de consommation.

37Un incendie a fossilisé les éléments de la construction et le contenu de la structure bâtie Sb 2 (fig. 15). Ce probable grenier rectangulaire, bâti sur poteaux verticaux au-dessus d’un espace excavé laissé vide, avec planches et torchis clayonné dans sa partie hors sol, a servi à stocker des légumineuses (pois et fèves). Son volume (environ 0,40 m3), sa construction soignée et son relatif isolement traduisent peut-être un usage collectif.

Fig. 15. Grenier de légumineuses carolingien de Gisors (cliché : G. Deshayes).

Fig. 15. Grenier de légumineuses carolingien de Gisors (cliché : G. Deshayes).

Les fosses d’extraction de limon

38Les fosses d’extraction de limon connaissent quelques concentrations (E, F et J), traduisant une forme de spécialisation des espaces voués à l’approvisionnement en limon argileux de constructions en torchis. Elles sont comblées de remblais plus ou moins chargés en tessons de céramique carolingienne en position secondaire.

Un pôle de métallurgie ( ?)

39L’isolement, le petit nombre de structures, les déchets métallurgiques du secteur I permettent de supposer l’existence d’un petit pôle de métallurgie du fer, volontairement écarté des lieux de vie.

Une sépulture isolée

  • 8 Anthropologie : M. Levray.

40En dehors de celle évoquée plus haut, une sépulture isolée de l’habitat contenait une femme dans un coffrage de planches calées avec des blocs calcaires8 (fig. 16).

Fig. 16. Sépulture isolée dans la partie nord de l’habitat de Gisors (cliché : G. Deshayes).

Fig. 16. Sépulture isolée dans la partie nord de l’habitat de Gisors (cliché : G. Deshayes).

Deux bœufs en connexion anatomique

41Deux dépouilles de bœuf non consommés ont été enterrées, sur le flanc, de part et d’autre de la bande d’habitat.

Les matériels archéologiques

42Le matériel est dominé par environ 2 800 tessons de céramique, très majoritairement carolingiens (voir infra) (fig. 17). Ceux-ci démontrent une occupation majeure du site au cours des IXe et Xe siècles. Leur position secondaire traduit une habitude de ne pas jeter ses déchets dans des fosses mais à même le sol avant que certains nettoyages ou terrassements ne viennent remblayer les creusements et piéger ces restes (24 lots importants). Les plus grandes quantités de tessons et la quasi-totalité de la céramique peinte ont été trouvées dans les deux pôles d’habitats F et J. La céramique commune claire est représentée par de nombreux ensembles et peu de petits lots, tandis que la céramique commune sombre possède très nettement davantage petits lots et quelques rares lots conséquents. Les deux pôles d’habitat ont chacun livré une structure de stockage comblée au Xe siècle d’une céramique homogène mais aussi d’un matériel abondant et varié : un silo (secteur F) et une fosse ayant accueilli un coffre enterré (secteur J). Il semble qu’un certain nombre de structures aient gardé la mémoire d’un « nettoyage » du site après son abandon au Xe siècle. Certains éléments, notamment ferreux, auraient dû être conservés ou recyclés. La céramique, très homogène et ne datant que du Xe siècle, s’apparente à un vaisselier en usage à la même époque, sans pollution de tessons résiduels du IXe siècle. Cela traduirait des rejets du quotidien, en position secondaire mais relativement « frais ». Ce rebouchage volontaire des fosses encore ouvertes au Xe siècle peut correspondre à une mutation de l’habitat déserté en un espace prêt à accueillir sans heurts les passages répétés de l’outillage agricole.

  • 9 Étude : M. Berranger.

43Les matériaux recyclables présents sur le site se répartissent en quelques petits tessons très épars de verre, quelques éléments en alliage cuivreux et en plomb. Le fer, probablement transformé sur place, est représenté par ses déchets de fabrication9 et quelques outils, éléments d’assemblage et objets identifiables (serrure, clefs, etc.). Deux structures, « événementielles », confirment la présence réelle du fer dans ce quotidien rural (fer de bêche piégé dans l’incendie du grenier de légumineuses ; objets divers dans le comblement de la fosse du coffre enterré ci-dessus).

Fig. 17. Répartition spatiale de la céramique carolingienne à Gisors (infographie : G. Deshayes).

Fig. 17. Répartition spatiale de la céramique carolingienne à Gisors (infographie : G. Deshayes).
  • 10 Archéozoologie : D. Cambou.

44En position secondaire, la faune vertébrée10 est composée d’une majorité de rejets de consommation. Les restes osseux confirment le mode de vie rural des habitants : de bonnes proportions de bœuf (dominant largement la triade domestique) et d’équidés, une présence discrète du porc, davantage d’ossements de poules que d’autres oiseaux (oie et pigeon absents). Les animaux, de taille modeste, sont abattus à tous âges, sans sélection apparente des morceaux de choix. Très anecdotiques (un ou deux restes), le lièvre, le cerf, le canard, les corvidés, la grue et l’anguille sont également présents. Les restes de bœuf dominent dans les secteurs C, F, J (fig. 18). Ceux de caprins sont plus nombreux dans le secteur F, ceux de porcs dans le secteur C.

Fig. 18. Répartition spatiale des restes osseux de bœuf, de porc et de caprin à Gisors (infographie : G. Deshayes).

Fig. 18. Répartition spatiale des restes osseux de bœuf, de porc et de caprin à Gisors (infographie : G. Deshayes).

45Les nombreux prélèvements de niveaux charbonneux ont livré des semences carbonisées, abondantes et variées (stock de pois du grenier incendié, plusieurs dizaines de graines de céréales), surtout dans et autour du pôle d’habitat F (traitement, conservation, préparation culinaire).

  • 11 Étude : J.-F. Goret. Voir Chaoui-Derieux, Goret, 2009 et 2010.

46Les objets carolingiens, issus des deux pôles d’habitat, témoignent de l’apparat – boucle de ceinture et éperon en fer, perle en verre – et des activités – couteaux et peigne à carder en fer, outils en os11 (fig. 19), aiguisoir en grès.

Fig. 19. Mobilier carolingien en matières dures d’origine animale de Gisors et Éragny (dessins : J.-F. Goret).

Fig. 19. Mobilier carolingien en matières dures d’origine animale de Gisors et Éragny (dessins : J.-F. Goret).

Organisation générale du site carolingien

47L’habitat carolingien forme une bande d’occupation en terrasse, large de 25 à 30 m, s’étirant sur plus de 120 m, implantée dans des terres propices aux cultures, à la construction et à l’extraction de limon, dominant de près de 5 m le cours actuel de la rivière. Les aménagements (bâtiments, clôtures, chemins, etc.) suivent un axe sud-ouest/nord-est ou lui sont orthogonaux.

48Les données du terrain et les comparaisons avec quelques sites contemporains (Montours, Serris, Villiers-le-Sec, Honguemare-Guenouville) permettent de caractériser des secteurs, « pôles » ou « unités d’exploitation », bien délimités, liés ou séparés de cours et de chemins supposés. F et J (plus modestement B et C) sont des pôles d’habitats (bâtiments, fours culinaires, stockages excavés, etc.), riches en rejets du quotidien (céramique, restes osseux). Ils sont séparés par quelques bâtiments d’exploitation et un possible espace de traitement thermique des semences (four Fr 7 du secteur H). La partie nord du site compte cinq petits pôles clairement différenciés : une unité d’extraction de limon avec silo collectif ( ?) et sépulture isolée, une autre de cuisson culinaire, une autre de stockage de légumineuses (secteur E) ; une unité de traitement ( ?) et de stockage des semences, avec halle et silos (secteur G) ; une unité de métallurgie du fer (secteur I). En marge de l’occupation se trouvent les dépouilles de bétail non consommé (secteurs E et K).

Fig. 20. Proposition de restitution du tracé du Fossé au Roi à Gisors (infographie : G. Deshayes, B. Lepeuple).

Fig. 20. Proposition de restitution du tracé du Fossé au Roi à Gisors (infographie : G. Deshayes, B. Lepeuple).

Fig. 21. Coupe transversale du Fossé au Roi et de la terrasse supérieure à Gisors (infographie : G. Deshayes).

Fig. 21. Coupe transversale du Fossé au Roi et de la terrasse supérieure à Gisors (infographie : G. Deshayes).

Un habitat abandonné au cours du Xe siècle

49Les dernières traces d’habitat datent du courant du Xe siècle : le site est déserté, probablement nettoyé et nivelé pour être mis en culture. Les pierres ont sans doute été mises de côté ou jetées dans des fosses, les poteaux et piquets arrachés sinon abattus à ras du sol, etc. Les pratiques agricoles carolingiennes n’ont sans doute écrêté le site que sur une profondeur inférieure à 20 cm. Probablement abandonnés au cours des premiers siècles du deuxième millénaire, ces labours ont été fossilisés par les colluvions de versants, venues s’adosser au talus du grand fossé en V.

50Parmi les hypothèses, la désertion de l’habitat carolingien peut s’inscrire dans le même mouvement que de nombreux sites des trois régions limitrophes : une même « réorganisation du terroir lié à l’émergence de nouveaux pouvoirs locaux » (Gentili, 2010, p. 126), une concentration et une fixation des populations rurales en bourgs.

L’implantation du « Fossé au Roi » au cours de l’époque ducale

  • 12 Étude géomorphologique : Fouad Hourani.

51Au XIe ou XIIe siècle, un imposant fossé linéaire, le « Fossé au Roi », est creusé entre Gisors et Neaufles-Saint-Martin, dominant le cours de l’Epte et sa rive gauche, à une altitude de 51 m NGF. Son implantation ampute l’habitat carolingien d’une partie de ses vestiges fossoyés, mais son talus, rejeté côté nord, vient fossiliser une partie du labour destiné à le niveler, donc aussi une partie de ses structures abandonnées. Ce talus devient au cours des siècles le « Chemin au Roi », rappelant lui aussi l’origine de cette construction (fig. 20 et 21). Il est probable que cet aménagement monumental soit l’œuvre d’Henri II Plantagenêt qui, selon Robert de Torigni, fortifie une partie de la Normandie par le creusement de fossés imposants (Gaudefroy, 1995 ; Lepla, 2006). Ces travaux auraient eu lieu dans les années 1160. L’analyse géomorphologique et les tessons en contexte stratigraphique ont permis de caractériser un comblement lent de ce fossé au cours de l’époque moderne12.

Des champs cultivés depuis l’époque ducale (Xe-XXIe siècle)

52Le site, traversé par le Fossé au Roi au XIe ou XIIe siècle, a fait l’objet d’une exploitation agricole du Xe au début du XXIe siècle. Les remembrements ont transformé les différentes parcelles laniérées (« Longues-Raies ») en un unique champ de céréales dont les rendements ont été homogénéisés sur les différents substrats par les amendements contemporains. Enfin, le terrain a subi quelques affaissements karstiques.

La céramique carolingienne des habitats de Gisors et Éragny13

  • 13 Par D. Théolas.

53La céramique carolingienne des sites de Gisors et Éragny s’insère dans une fourchette chronologique globalement située entre le courant du IXe et du Xe siècle (fig. 22). Quantitativement, les deux lots sont très différents, avec un écart variant du simple au double entre le mobilier d’Éragny (1 593 tessons) et celui de Gisors (2 808 tessons) (voir tableau).

54Néanmoins, ces ensembles présentent des caractéristiques technologiques et typologiques très similaires. Dans les deux cas, seule la céramique commune est représentée et regroupe essentiellement des productions à pâte claire.

55Les deux tiers des vases sont façonnés dans une pâte granuleuse, aux inclusions le plus souvent assez fines, plus rarement grossières. La couleur de la pâte varie du beige à l’orangé pour les pâtes claires à diverses teintes de gris pour les pâtes sombres. Cette diversité dans les teintes et les aspects de surface semble indiquer la présence de productions différentes, dont l’origine demeure floue. Une provenance régionale, francilienne (Gentili, 1988 ; Lacroix, 1997 ; Lefèvre, Mahé, 2004) ou beauvaisienne, semble dans certains cas vraisemblable. La possibilité de productions plus locales, encore non référencées, doit également être considérée.

56Les pâtes sableuses sont beaucoup moins représentées, mais tout autant diversifiées. Leur teinte varie du beige, beige rosé au gris beige, la matrice étant parfois parsemée d’inclusions éparses. L’origine de ces productions reste elle aussi difficile à définir. Une seule production, assez minoritaire, dotée d’une pâte rosée parsemée d’inclusions de couleur rouge, semble pouvoir être rattachée à certaines productions reconnues en Île-de-France.

57L’une des spécificités de ce lot tient dans la présence de productions « grésées », dont la proportion est relativement constante d’un site à l’autre (entre 16 et 20 % du nombre de restes). Ces pâtes finement granuleuses offrent des caractéristiques technologiques proches des productions non grésées précédemment citées, pouvant suggérer une origine commune. Elles s’en distinguent néanmoins par leur dureté, leur qualité sonore, ainsi qu’une coloration orangée, brune ou violacée des surfaces internes et/ou externes. Ce type de production semble quasiment inexistant sur les sites contemporains d’Île-de-France et de Normandie. Seule la région du Beauvaisis offre des productions analogues, toutefois aucun élément de ce type n’y est pour l’instant attesté à l’époque carolingienne, les éléments les plus anciens recensés n’apparaissant qu’au début du Moyen Âge classique. Le peu de références régionales pour l’époque carolingienne pourrait expliquer cette absence, mais il faut aussi envisager la possibilité d’une production plus locale encore non référencée.

58Ces productions sableuses, granuleuses et grésées peuvent être ornées d’un décor peint, qui affecte environ 15 % des tessons. Souvent concentré sur la partie supérieure du vase, le décor offre des tons variant de l’orangé au rouge brun et se compose le plus souvent de coulures ou de motifs géométriques simples réalisés au pinceau. Quelques motifs plus élaborés, de type filets ou échelles, sont également à signaler. La provenance de ces productions reste difficile à définir, mais de fortes similitudes apparaissent avec les productions du Beauvaisis, largement attestées entre le IXe et le Xe siècle.

59D’un point de vue typologique, les éléments de formes sont sensiblement les mêmes sur les deux sites. Le vaisselier se compose quasi exclusivement de formes fermées, oules ou cruches, souvent difficiles à distinguer en l’absence d’éléments distinctifs tels qu’anse et bec verseur.

Gisors

Éragny

décapage

7 000 m²

19 000 m²

tessons (NR)

2 808

1 593

céramique à pâte claire (NR)

80 %

80 %

céramique à pâte granuleuse

70 %

70 %

céramique à pâte grésée

20 %

16 %

céramique peinte

13 %

15 %

formes fermées

80 %

80 %

dont pots à cuire

80 %

78 %

Fig. 22. Céramiques carolingiennes de Gisors et Éragny (dessins et clichés : D. Théolas, G. Deshayes).

Fig. 22. Céramiques carolingiennes de Gisors et Éragny (dessins et clichés : D. Théolas, G. Deshayes).

60Les pots à cuire sont largement majoritaires et offrent des profils variés, mais évoluant au sein de trois grandes catégories. Les plus représentés sont les pots à lèvre dite « à l’équerre », quasi horizontale et le plus souvent dotée d’une extrémité rectangulaire. Un second groupe rassemble des vases à lèvre simplement éversée arrondie, parfois dotée d’une rainure interne plus ou moins prononcée, suggérant l’usage d’un couvercle. Une dernière catégorie regroupe des pots à lèvre en gouttière, arrondie, plus ou moins éversée et dotée d’une gorge interne plus ou moins marquée. Le site d’Éragny livre en outre une dizaine de vases à lèvre en proto-bandeau, absents du mobilier de Gisors, indice possible d’une occupation légèrement plus tardive sur le site d’Éragny, tirant sur la seconde moitié du Xe siècle.

61La seconde forme répertoriée après le pot à cuire est la cruche, présente en un nombre d’exemplaires beaucoup plus restreint. Tous les exemplaires recensés sont dotés d’un bec verseur ponté, souvent tréflé, se rattachant toujours sur le dessus de la lèvre. Aucun bec verseur pincé ou tubulaire n’a été recensé, suggérant une datation antérieure à la fin du Xe siècle.

62Nous signalerons pour finir quelques formes particulières, spécifiques au site de Gisors. Plusieurs vases, bien que très fragmentaires, semblent pouvoir être identifiés comme des pichets décorés. De diamètre assez étroit à l’ouverture (environ 12 cm), ils sont toujours ornés d’un décor peint (motif de filet ou d’échelle), qui les rapproche des productions du Beauvaisis. C’est le cas d’un autre vase, au profil assez singulier : un large pot ansé à lèvre à double collerette, orné d’un décor peint complexe se déroulant sur la moitié supérieure de la panse et le dessus de la lèvre (Frichet, 1988). Cet exemplaire est grésé sur une partie de sa surface, suggérant une cuisson non uniforme. Deux autres formes plus atypiques complètent l’ensemble : une large forme ouverte ansée réalisée dans une pâte assez grossière, elle aussi partiellement grésée et ornée d’un décor à la molette (double registre de petits casiers) ; un pot à anse de panier, lui aussi réalisé dans une pâte assez grossière mais non grésée, et également doté d’un décor à la molette sur la lèvre (petits casiers d’assez mauvaise facture). D’un point de vue typologique, le mobilier de ces deux sites est très représentatif du répertoire carolingien classique, avec une très nette prépondérance des formes fermées, des oules majoritairement, associées à quelques vases de services (cruches, pichets). En revanche, l’ensemble est très varié sur le plan technologique, indiquant des sources d’approvisionnement multiples, dont la plupart reste encore non identifiée. Les échanges avec les régions de l’est et du nord apparaissent les plus vraisemblables (région du Beauvaisis notamment), sans pour autant exclure l’existence de lieux de productions plus rapprochés.

Synthèse : l’habitat carolingien autour de Gisors

63Les sites carolingiens de Gisors et Éragny présentent un grand nombre de similitudes. Ces espaces au bord de l’Epte, occupés au cours des IXe et Xe siècles, comptent des unités d’habitation et d’exploitation, pour partie spécialisées, caractéristiques d’un milieu rural de paysans, contemporains des plaids de Neaufles et de Gisors. L’habitat s’étire le long d’une bande parallèle au cours de l’Epte et paraît structuré, évoquant les villages-rues du Moyen Âge classique. L’agriculture et l’élevage sont documentés par les restes alimentaires et l’outillage. Les indices de pêche, de chasse, de production textile et du travail de forge, plus discrets, sont aussi perceptibles. Les constructions utilisent les matériaux locaux, bois et limon argileux destiné au torchis, mais aussi les matériaux des ruines gallo-romaines avoisinantes. La céramique, souvent peinte et partiellement grésée, locale ou proche des productions du Beauvaisis et d’Île-de-France, est le dénominateur commun des deux sites, vraisemblablement comparables socialement.

64La gestion des déchets se pratique en deux temps : les rebuts sont jetés à proximité des espaces de vie puis pris dans les remblais de nettoyages ou nivellements, piégés dans les comblements des creusements.

65Le déplacement de ces habitats au Xe siècle n’est pas identifié. Le premier bourg, attesté à Gisors entre 1097 et 1123, a pu faire suite à un premier rassemblement autour des églises Saints-Gervais-et-Protais et Saint-Ouen, probablement présentes dans le paysage carolingien et possibles lieux d’inhumation liés à ces sites, bien que l’on ne sache pas, pour l’instant, où se trouvaient les habitants au XIe siècle (Lepeuple, à paraître).

66Dernier témoin médiéval, un fossé monumental vient compenser, à Gisors, la faiblesse des reliefs naturels protégeant le Vexin normand des incursions « horsaines ». Il souligne la tension militaire entre le duché de Normandie et le royaume de France durant le XIIe siècle.

Bibliographie

Bibliographie

Biard M. (2006) – Dangu, rue du Fond de l’Aunaie. Rapport de diagnostic, INRAP.

Carré F. (2010) – L’archéologie en Haute-Normandie. Bilan des connaissances – tome 1 : le haut Moyen Âge, Rouen, Publications des universités de Rouen et du Havre.

Catteddu I. dir. (2001) – Les habitats carolingiens de Montours et La Chapelle-Saint-Aubert (Ille-et-Vilaine). Paris, Éd. Maison des sciences de l’Homme (Documents d’archéologie française. Série Archéologie préventive, no 89), 236 p.

Chaoui-Derieux D. et Goret J.-F. (2009) – Les outils en os médiévaux : état de la question et présentation d’une expérience en cours. L’habitat rural du haut Moyen Âge en Île-de-France, (F. Gentili et A. Lefèvre dir.). Bulletin archéologique du Vexin français et du Val-d’Oise, 2e supplément, p. 79-92.

Chaoui-Derieux D. et Goret J.-F. (2010) – L’exploitation artisanale des côtes de grands herbivores à travers les peignes et les plaques ornementales des coffrets (IXe-XIIIe siècle) en Île-de-France. Revue archéologique d’Île-de-France, t. 2, p. 253-272.

Deshayes G. (2011a) – L’habitat et la nécropole du haut Moyen Âge du lieu-dit Le Moulin Vaquet à Honguemare-Guenouville (Eure) : un « village prénormand » du plateau du Roumois. Premiers résultats de la fouille. Journées archéologiques de Haute-Normandie. Harfleur, 23-25 avril 2010. Mont-Saint-Aignan, Publications des universités de Rouen et du Havre, p. 123-138.

Deshayes G. (2011b) – Les occupations sises Chemin d’Inval à Gisors (Eure) : des indices d’habitat du Néolithique moyen, un habitat rural carolingien, un grand fossé d’époque ducale. Rapport final d’opération de fouille archéologique préventive (AP. 001), MADE, 3 vol. 

Frichet H. (1988) – La céramique de trois fosses du haut Moyen Âge de la Basse-Œuvre de Beauvais. Bulletin du Groupe de recherches et d’études de la céramique du Beauvaisis, no 10, p. 41-56.

Gaudefroy G. et L. (1995) – L’énigme du fossé du roi, section d’une ligne de défense ceinturant le duché de Normandie ? Cahier de la Société historique et géographique du Bassin de l’Epte, no 35

Gentili F. (1988) – La céramique des habitats ruraux du Parisis, du VIIe siècle à l’an mil. Un village au temps de Charlemagne : moines et paysans de l’abbaye de Saint-Denis, du VIIe siècle à l’an mil (J. Cuisenier et R. Guadagnin dir.), Paris, Réunion des musées nationaux, p. 318-331.

Guyard L. (2009a) – Rapport de fin d’opération de diagnostic archéologique no 2008.01. Déviation ouest de Gisors, sections 2-3-4-5 et 8. MADE.

Guyard L. (2009b) – Rapport de fin d’opération de diagnostic archéologique no 2008.01. Déviation ouest de Gisors, section 10 – Éragny-sur-Epte, MADE.

Guyard L. (2011) – Gisors, Neaufles-Saint-Martin (Eure). Diagnostic préalable au contournement nord-ouest de Gisors. Journées archéologiques de Haute-Normandie. Harfleur, 23-25 avril 2010. Mont-Saint-Aignan, Publications des universités de Rouen et du Havre, p. 147-156.

Hincker V. et Husi P. (2006) – La céramique du haut Moyen Âge dans le nord-ouest de la France. Bilan et perspectives dix ans après le colloque d’Outreau. Actes du colloque de Caen (18-20 mars 2004). Condé-sur-Noireau, NEA, 432 p.

Lacroix M.-C. (1997) – La céramique médiévale du site des Hallettes à Compiègne (Oise). Revue archéologique de Picardie, no spécial 13, p. 135-168.

Lefèvre A. et Mahé N. (2004) – La céramique du haut Moyen Âge en Île-de-France à travers les fouilles des habitats ruraux. Revue archéologique de Picardie, no 3-4, p. 105-150.

Léon G. et al. (1998) – Guerny (Eure 27). Le Bois-Madame. Un habitat du haut Moyen Âge et son environnement. Déviation de la RN 14 Saint-Clair-sur-Epte. DFS de fouille de sauvetage, DRAC, AFAN, DDE Val-d’Oise. DFS no 1849, Service régional de l’archéologie de Haute-Normandie.

Lepeuple B. (2012) – Du château au bourg castral en Vexin normand (XIe-XIIe siècle). Château, ville et pouvoir, Colloque du cinquantenaire du CRAHM. Caen, Publications du CRAHM, p. 13-40.

Lepeuple B. (2011) – Les occupations de La Tène finale et du haut Moyen Âge des lieux-dits Le Pâtis aux Moines et La Haute-Borne à Éragny-sur-Epte (60). Rapport final d’opération de fouille archéologique préventive (AP. 001.2), MADE, 3 vol. 

Lepla D. (2006) – Les Fossés Royaux. ASEVE, Mémoires et cultures, 224 p.

Meyer O. (1993) – Un coffre carolingien. L’Île-de-France de Clovis à Hugues Capet du Ve au Xe siècle. Musée archéologique du Val-d’Oise, Service régional de l’archéologie d’Île-de-France, Éd. du Valhermeil, p. 245-248.

Pecqueur L. (1999) – Les sépultures isolées et les petits groupes d’inhumations dans l’habitat rural du haut Moyen Âge. Religions, rites et cultes en Île-de-France. Actes des journées archéologiques d’Île-de-France, 27-28 novembre 1999. Paris, Institut d’art et d’archéologie, p. 116-122.

Petit M. (2000) – Fours domestiques du haut Moyen Âge et archéologie expérimentale. Actes des journées archéologiques 2000. SRA Île-de-France, p. 29-33.

Roudié N. (2005) – Guichainville et Le Vieil-Évreux (27). « Saint-Laurent ». Document final de synthèse. Rouen, INRAP-AFAN, vol. 1, 196 p.

Watté J.-P. (2010) – Étude du matériel lithique recueilli lors de l’opération de diagnostic à Éragny-sur-Epte (Oise). Addition au rapport de diagnostic.

Watté J.-P. et Guyard L. (2011) – Étude du matériel lithique recueilli lors de l’opération de diagnostic du contournement routier de Gisors (Eure). Haute-Normandie archéologique 2010, CRAHN, p. 19-33.

Notes

1 Intervalle compris entre les années 605 et 675 (95,4 % de probabilité), avec une date calculée à l’année 626 (± 30 ans), Poznań Radiocarbon Laboratory.

2 Étude archéozoologique menée par S. Frère et B. Clavel (CRAVO).

3 Four 240 : datation des niveaux de décharge du four, 663-775 après J.-C., à 95,4 % de probabilité, calculée à l’année 721 (± 30), Poznań Radiocarbon Laboratory. Seuls quatre tessons céramique provenant d’un minimum de deux pots, indiquent une activité pendant une période qui couvre la fin du VIIe et le VIIIe siècle. Four 242 : datation d’un niveau de charbon posé sur la sole, 612-694 après J.-C., à 91,7 % de probabilité, calculée à l’année 651 (± 30), Poznań Radiocarbon Laboratory. La céramique, assez faiblement représentée, témoigne d’un comblement à l’époque carolingienne.

4 Cette information nous a été donnée par Christophe Colliou (doctorant en paléo-métallurgie à l’université de Rouen).

5 Datation Dendrotech, confortée par une analyse radiocarbone, Poznań Radiocarbon Laboratory.

6 La courbe embrasse un assez large champ chronologique : 776-903 (74,7 % de probabilité) et 916-968 (20,7 % de probabilité), la date calculée renvoie à l’année 846 (± 30), Poznań Radiocarbon Laboratory.

7 Étude : G. Barracand.

8 Anthropologie : M. Levray.

9 Étude : M. Berranger.

10 Archéozoologie : D. Cambou.

11 Étude : J.-F. Goret. Voir Chaoui-Derieux, Goret, 2009 et 2010.

12 Étude géomorphologique : Fouad Hourani.

13 Par D. Théolas.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Plan et vue aérienne de Gisors : 1. Site d’Eragny ; 2. Site de Gisors ; 3. Église Saint-Gervais-Saint-Protais ; 4. Château (infographie : B. Lepeuple ; cliché : Archéo 27, juin 2009).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4528/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Fig. 2. Éragny-sur-Epte (60), Le Pâtis aux Moines – La Haute-Borne, plan de masse des vestiges.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4528/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Titre Fig. 3. Coupe du fossé mérovingien d’Éragny (cliché : B. Lepeuple).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4528/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Fig. 4. Plan de l’unité mérovingienne d’Éragny (infographie : B. Lepeuple).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4528/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Fig. 5. Les états successifs d’un four aménagé à Éragny avec des lits de tuiles gallo-romaines (clichés : D. Étienne, L. Tocqueville).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4528/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Fig. 6. Le puits mérovingien d’Éragny (cliché : B. Lepeuple).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4528/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Fig. 7. Plan de l’habitation carolingienne d’Éragny (infographie : B. Lepeuple).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4528/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Fig. 8. Fond de cabane du Xe siècle à Éragny (cliché : D. Étienne).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4528/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Fig. 9. Le puits carolingien d’Éragny (clichés et infographie : B. Lepeuple).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4528/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Fig. 10. Quelques éléments remployés au sein des deux premières assises du puits d’Éragny (clichés : B. Lepeuple).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4528/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Fig. 11. Quelques silex néolithiques et tessons de céramique pré-ou protohistoriques de Gisors (dessins et clichés : G. Barracand, G. Deshayes).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4528/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Fig. 12. Structures bâties, fours et silos de l’habitat carolingien de Gisors (infographie : G. Deshayes).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4528/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Titre Fig. 13. Fossilisation des vestiges carolingiens au cœur de l’habitat de Gisors (cliché : G. Deshayes).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4528/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Fig. 14. Structure de traitement thermique des semences ( ?) de Gisors (cliché : G. Deshayes).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4528/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Fig. 15. Grenier de légumineuses carolingien de Gisors (cliché : G. Deshayes).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4528/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Fig. 16. Sépulture isolée dans la partie nord de l’habitat de Gisors (cliché : G. Deshayes).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4528/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig. 17. Répartition spatiale de la céramique carolingienne à Gisors (infographie : G. Deshayes).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4528/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Fig. 18. Répartition spatiale des restes osseux de bœuf, de porc et de caprin à Gisors (infographie : G. Deshayes).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4528/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre Fig. 19. Mobilier carolingien en matières dures d’origine animale de Gisors et Éragny (dessins : J.-F. Goret).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4528/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Fig. 20. Proposition de restitution du tracé du Fossé au Roi à Gisors (infographie : G. Deshayes, B. Lepeuple).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4528/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Fig. 21. Coupe transversale du Fossé au Roi et de la terrasse supérieure à Gisors (infographie : G. Deshayes).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4528/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 22. Céramiques carolingiennes de Gisors et Éragny (dessins et clichés : D. Théolas, G. Deshayes).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4528/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 343k

Auteurs

Doctorant, université de Rouen

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540