Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Évreux, 6-8 mai 2011

 | 
Luc Liogier

Louviers (Eure), rue du Mûrier : de nouvelles informations sur le cimetière du haut Moyen Âge

Louviers, rue du Mûrier: new information on the cemetery from the Middle Ages

Florence Carré

Résumé

À Louviers, rue du Mûrier, lors du démarrage des travaux de construction sur les terrains fouillés entre 1997 et 2005, douze sépultures du haut Moyen Âge préservées sous les talus de sécurité ont été étudiées. Elles permettent de compléter le plan et la typologie des contenants. Par ailleurs, une datation14 C a été effectuée sur un os de l’exceptionnelle tombe 118, associant du mobilier de types saxon et wisigothique.

In Louviers, rue du Mûrier at the start of the construction work on the land excavated between 1997 and 2005, twelve burial vaults from the Middle Ages kept intact under the security barriers were studied. They provide further knowledge of the design and typology of vaults. Moreover, a 14C dating was performed on a bone from the extraordinary tomb 118, which contains both Anglo-Saxon and Visigothic grave goods.

Entrées d'index

Texte intégral

1Louviers est situé dans la vallée de l’Eure, non loin du confluent avec la Seine (fig. 1). Dans la seconde moitié du Ier siècle après J.-C., une petite agglomération y est établie. Elle se trouve à midistance entre deux chefs-lieux de cité, Rouen et Évreux, et elle est probablement liée au passage d’une voie et à un franchissement de l’Eure (Bell et al., 2002 ; Carré, Jimenez, 2008, p. 25). Le devenir de cette agglomération au haut Moyen Âge est mal connu : l’occupation est représentée essentiellement par des découvertes funéraires et par des témoins éloignés du centre ville médiéval (fig. 1). Ainsi, rue Saint-Germain, les niveaux supérieurs d’une voie antique et ses abords recelaient des tessons de céramique couvrant la période des IVe-VIIe siècles (fouilles de B. Guillot, INRAP, en 2002) et rue des Martyrs-de-la-Résistance, de très grandes fosses, un silo, des fossés et de probables bâtiments sur poteaux, associés à d’importantes quantités de scories témoignant d’une activité de forgeage du fer, sont datés entre le VIIIe et le XIe siècle, avec une prépondérance marquée des IXe-Xe siècles (diagnostic en 2011 par L. Jego, INRAP). Deux importants cimetières sont repérés dès le XIXe siècle. Celui de la rue du Mûrier, proche de l’église Notre-Dame, est en fonction au moins du début du Ve au milieu du VIIIe siècle. Vers la fin du VIe siècle, un autre site funéraire est attesté à 200 m du précédent, autour de l’église Saint-Martin (fig. 1). Il semble y avoir eu glissement d’un cimetière à l’autre au cours du VIIe siècle, probablement en raison de l’implantation précoce d’une église.

2Le cimetière de la rue du Mûrier a fait l’objet de découvertes anciennes (une cinquantaine de tombes : Carré, Jimenez et al., 2008, p. 35) et de plusieurs opérations d’archéologie préventive entre 1999 et 2005 (fig. 2). Les plus importantes ont été dirigées par F. Jimenez. Cent cinquante-quatre sépultures ont été mises au jour (fig. 2, 3). Une approche détaillée des pratiques funéraires est possible grâce aux méthodes d’étude mises en œuvre durant la fouille (enregistrement d’anthropologie de terrain permettant une réflexion sur la taphonomie, mode de prélèvement des objets) et par la suite (étude d’anthropologie biologique, restauration des objets, étude des textiles). Une monographie est parue en 2008 (Carré, Jimenez), complétée par plusieurs articles traitant de points spécifiques ou destinés à différents publics (Follain, Jimenez, 2002 ; Jimenez et al., 2006, 2007 et 2009 ; Carré et al., 2010). La présente contribution documente des données nouvelles, acquises en 2010, par la réalisation d’une opération de surveillance de travaux et les résultats d’une datation 14 C sur la tombe 118.

La surveillance de terrassements

  • 1 Les tombes 713 et 706 n’ont pas été fouillées, mais les os de 706 ont été prélevés.

3Les travaux de construction de l’immeuble prévu rue du Mûrier depuis 2000 ont débuté en janvier 2010. Une surveillance du terrassement des talus de sécurité et de la rampe d’accès au sous-sol a été mise en place avec le concours de l’entreprise. Les observations et fouilles ont été effectuées en urgence, pour perturber au minimum le rythme des travaux, mais, en contrepartie, l’entreprise a accepté d’utiliser un godet lisse. Durant trois jours, un peu plus de 150 m2 ont été décapés et dix sépultures ont été fouillées1 (fig. 3). De plus, la réalisation d’une tranchée de réseaux dans la rue du Mûrier a permis de localiser un petit sarcophage en calcaire coquillier, probablement vidé au XIXe siècle (847, fig. 3).

Fig. 1. Localisation du site et des occupations du haut Moyen Âge connues à Louviers (DAO : B. Guillot, F. Carré).

Fig. 1. Localisation du site et des occupations du haut Moyen Âge connues à Louviers (DAO : B. Guillot, F. Carré).

4Sous le talus est, le long de la fabrique Decrétot (XVIIIe siècle), le nettoyage a montré l’absence de sépulture conservée, le secteur ayant en grande partie été décaissé lors de la construction d’une cave de cette fabrique. En revanche, en se décalant des bâtiments, au nord-est et au sud-est, douze sépultures ont été mises au jour et dix ont pu être fouillées. Le plan du cimetière a donc été complété et l’espace non occupé situé dans le secteur nord-est a été observé sur une surface plus importante (fig. 3).

Fig. 2. Le cimetière de la rue du Mûrier : découvertes anciennes et récentes (DAO : F. Carré, F. Jimenez).

Fig. 2. Le cimetière de la rue du Mûrier : découvertes anciennes et récentes (DAO : F. Carré, F. Jimenez).

5L’apport essentiel de cette opération concerne les contenants funéraires (fig. 4). Quatre des inhumations étaient en sarcophages et très perturbées, deux en coffrages (711 et 712, fig. 3) et quatre autres probablement aussi (701, 702, 703 et 707). La répartition des types de contenants se confirme, avec une importance croissante du nombre de sarcophages vers le sud-est de la parcelle. Deux sarcophages en calcaire de la vallée de la Seine avaient été mis au jour en 2000 et un troisième a pu être étudié (704, fig. 3). Très endommagé, il est d’un type plus classique que les précédents, bipartite, avec un trou d’évacuation important (fig. 5). Trois nouveaux sarcophages en plâtre ont été fouillés (705, 708, 709), s’ajoutant aux huit précédents. En raison de leur mauvais état de conservation, ils apportent peu d’éléments complémentaires si ce n’est l’observation, à nouveau, de la réutilisation répétée de ce type de contenant. Enfin, les deux coffrages en bois s’avèrent intéressants, car ils sont étroits et contraignants pour le corps, à la différence de ceux fouillés précédemment. Celui de la sépulture 712 procure une information intéressante sur la planche de fond, débordante de 5 cm par rapport aux parois, à l’ouest et au sud. Des débords similaires avaient auparavant été observés dans cinq cas.

Fig. 3. Plan général des découvertes effectuées depuis 1997 (DAO : F. Carré, F. Jimenez).

Fig. 3. Plan général des découvertes effectuées depuis 1997 (DAO : F. Carré, F. Jimenez).

Fig. 4. Répartition des types de contenants (DAO : F. Carré, F. Jimenez).

Fig. 4. Répartition des types de contenants (DAO : F. Carré, F. Jimenez).

Fig. 5. La sépulture 704 et son sarcophage en calcaire de la vallée de la Seine ; remarquer la vue de dessous (C) qui illustre l’importance de l’orifice (clichés : SRA).

Fig. 5. La sépulture 704 et son sarcophage en calcaire de la vallée de la Seine ; remarquer la vue de dessous (C) qui illustre l’importance de l’orifice (clichés : SRA).

6Le mobilier mis au jour est peu abondant : seule la sépulture 701, très arasée et pratiquement dépourvue de restes osseux, recelait une petite boucle ovale en alliage cuivreux apparue sur son revers et une autre, rectangulaire.

La datation 14C de la tombe 118

7À l’heure actuelle, la datation du mobilier mérovingien de la moitié nord de la France repose sur les travaux de R. Legoux, P. Périn et F. Vallet, qui ont mis en valeur l’évolution typo-chronologique des objets par un traitement par permutation matricielle (Legoux et al., 2004). Le calage en chronologie absolue est établi grâce aux quelques monnaies présentes dans les sépultures. Il a semblé intéressant de tenter de compléter ces jalons par des termini fourni par des datations 14C, méthode en général employée en l’absence d’objet datable, utilisée cette fois sur des os issus de tombes comportant un riche mobilier.

8Deux tombes de Haute-Normandie ont ainsi fait l’objet d’une analyse 14C en 2010, dont la sépulture féminine 118 de Louviers, exceptionnelle par l’association de mobilier de types saxon et wisigothique (localisation, fig. 3). Lors de l’étude des objets pour la publication de 2008, une datation avait été proposée entre 490 et 550 après J.-C. (Carré, Jimenez, p. 189). L’analyse précise cette approche car elle fournit un âge calibré, avec un intervalle de 95 % de confiance, entre 343 et 527 après J.-C. En revanche, les dates autour desquelles se situent les maximums de probabilités avancées par le laboratoire, 411 et de 345 à 430 après J.-C., ne sont guère plausibles, ce qui n’est pas inhabituel dans ce type d’analyses.

Fig. 6. La sépulture 712, en coffrage étroit (cliché : SRA).

Fig. 6. La sépulture 712, en coffrage étroit (cliché : SRA).

Conclusion

9La petite opération de surveillance, bien que réalisée dans l’urgence avec des conditions qui n’ont pas permis un enregistrement optimal, a un apport non négligeable pour l’étude de l’organisation du cimetière, confirmant certains espaces inoccupés. Elle apporte également des informations sur les pratiques funéraires, en particulier sur les contenants utilisés, dont deux nouveaux types ont été observés. La datation donne quant à elle une meilleure précision de la chronologie d’une sépulture présentant une association d’objets unique en Europe.

Bibliographie

Bibliographie

Bell B., Bodinier B., Lamy M.-A. et al. (2002) – Louviers de l’Antiquité au Moyen Âge, recherches archéologiques anciennes et récentes. Louviers, Musée de Louviers, 51 p.

Carré F., Jimenez F. dir., Le Maho J., Gallien V., Follain É., Tegel W., Rast-Eicher A., Bell B., Guerra M., Stutz F., Esquès C., Calligaro T., Escher K., Adrian Y.-M. et Pilet-Lemière J. (2008) – Louviers (Eure) au haut Moyen Âge, Découvertes anciennes et fouilles récentes du cimetière de la rue du Mûrier. Saint-Germain-en-Laye, Association française d’archéologie mérovingienne (Mémoires, XVIII), 334 p., 135 fig., 66 pl.

Carré F., Jimenez F., Rast-Eicher A., Le Maho S. et Bell B. (2010) – La Dame de Louviers. Histoire et images médiévales, no thém. 21, mai-juin-juillet, p. 68-75.

Follain É. et Jimenez F. (2002) – Louviers, un temple dans les sarcophages. Archéologia, 387, p. 6.

Jimenez F. et Carré F. (2002) – Louviers, cimetière de la rue du Mûrier. Actes des Journées Archéologiques Régionales, Dieppe, 9-10 mars 2002, Haute-Normandie archéologique, no spécial, p. 24-26.

Jimenez F., Carré F. et Le Maho S. (2006) – Une sépulture exceptionnelle à Louviers à la charnière des Ve et VIe siècles : réflexions autour de la restitution. Haute-Normandie archéologique, 11-2, p. 95-97.

Jimenez F., Carré F. et Le Maho S. (2007) – Une sépulture exceptionnelle à Louviers (Haute-Normandie) à la charnière des Ve et VIe siècles : réflexions autour de la restitution. Medieval Europe, on the Road Again. Actes du 4e congrès international d’archéologie médiévale et moderne, Paris, INHA, 3-8 septembre 2007. http://medieval-europe-paris-2007.univ-paris1.fr.

Jimenez F., Carré F. et Rast Eicher A. (2009) – Louviers, rue du Mûrier (Eure) : trois cas de sépultures habillées du haut Moyen Âge. Rencontre autour des sépultures habillées, Carry-le-Rouet, 2008 (B. Bizot et M. Signoli dir.), Éditions des Hautes-Alpes, p. 47-55.

Jimenez F., Gallien V. et Carré F. (2006) – Louviers (Haute-Normandie, Eure), le cimetière de la rue du Mûrier (Ve-VIIIe siècle). Résumés des communications présentées aux 27e journées internationales d’archéologie mérovingienne, Caen, 29 septembre – 1er octobre 2006. Bulletin de liaison de l’Association française d’archéologie mérovingienne, no 30, p. 103-106.

Legoux R., Périn P. et Vallet F. (2004) – Chronologie normalisée du mobilier funéraire mérovingien entre Manche et Lorraine. Bulletin de liaison de l’Association française d’archéologie mérovingienne, hors série, Saint-Germain-en-Laye, 62 p.

Notes

1 Les tombes 713 et 706 n’ont pas été fouillées, mais les os de 706 ont été prélevés.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Localisation du site et des occupations du haut Moyen Âge connues à Louviers (DAO : B. Guillot, F. Carré).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4527/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Fig. 2. Le cimetière de la rue du Mûrier : découvertes anciennes et récentes (DAO : F. Carré, F. Jimenez).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4527/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Fig. 3. Plan général des découvertes effectuées depuis 1997 (DAO : F. Carré, F. Jimenez).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4527/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre Fig. 4. Répartition des types de contenants (DAO : F. Carré, F. Jimenez).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4527/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre Fig. 5. La sépulture 704 et son sarcophage en calcaire de la vallée de la Seine ; remarquer la vue de dessous (C) qui illustre l’importance de l’orifice (clichés : SRA).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4527/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Titre Fig. 6. La sépulture 712, en coffrage étroit (cliché : SRA).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4527/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 226k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540