Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Évreux, 6-8 mai 2011

 | 
Luc Liogier

Découvertes monétaires en contexte funéraire gallo-romain en Haute-Normandie : bilan de quelques études récentes

Discovery of coins in the Gallo-Roman funerary context in Upper Normandy: results of some recent studies

Fabien Pilon
Avec la collaboration de Claire Beurion, Gérard Guillier, Éric Mare, Sylvie Pluton-Kliesch et Marie-Clotilde Lequoy

Résumé

Plusieurs ensembles numismatiques issus de nécropoles antiques récemment fouillées à Aubevoye, Évreux, Pîtres, Val-de-Reuil (Eure), ou plus anciennement à Rouen (Seine-Maritime), ont été étudiés. La comparaison de leurs caractéristiques vise à mettre en évidence d’éventuels dénominateurs communs au dépôt de pièces de monnaie en contexte funéraire.

Several sets of coins from antique necropolises recently excavated in Aubevoye, Évreux, Pîtres, Val-de-Reuil, and before then in Rouen, have been studied. The comparison of their characteristics aims to determine if common denominators exist for the deposits of coins in funerary contexts.

Entrées d'index

Texte intégral

La problématique du dépôt monétaire associé au rituel funéraire

  • 1 On notera cependant que la réflexion sur le dépôt monétaire dans les sépultures antiques n’a pas du (...)

1Le dépôt monétaire en contexte funéraire fait l’objet de questionnements récurrents, pour le monde antique et bien au-delà (Dubuis et al., 19991). À l’époque romaine, on l’associe souvent à la pratique de l’obole à Charon, avec raison lorsqu’une pièce unique est déposée dans la bouche du défunt, mais sans doute à tort lorsque plusieurs monnaies sont présentes, l’hypothèse d’un pécule déposé en offrande prévalant alors (Thüry, 1999).

Fig. 1. Situation des nécropoles étudiées.

Fig. 1. Situation des nécropoles étudiées.

2À partir du mobilier numismatique issu de six nécropoles antiques, toutes situées en vallée de Seine et d’Iton (tableau 1 ; fig. 1), cette étude préliminaire vise à préciser quelques caractéristiques de ce dépôt à l’époque antique et notamment gallo-romaine dans cette région. Quelle en est la fréquence, la composition, ou encore la position par rapport au défunt ? Quels autres mobiliers funéraires lui sont associés ? Évolue-t-il dans le temps et/ou selon le type de sépulture ? À partir des données recueillies sur ces premiers ensembles, l’objectif est de préciser les caractéristiques de ces dépôts de pièces de monnaie et leurs dénominateurs communs éventuels.

Les ensembles numismatiques étudiés

3Les ensembles sont présentés dans l’ordre suivant : deux nécropoles ayant livré un nombre conséquent de monnaies (Pîtres, La Remise et Val-de-Reuil, La Comminière) ; deux contenant un dépôt exceptionnel d’une dizaine de monnaies (Rouen, rue Louis-Ricard et Évreux, 3 bis rue de la Libération) ; deux autres enfin ayant livré quelques monnaies romaines à une époque tardive (Aubevoye, Le Chemin vert et Rouen, place du Vieux-Marché).

Tableau 1. Ensembles numismatiques étudiés.

Nécropole

Nombre de monnaies

Nombre de sépultures associées

Nombre total de sépultures

Rapport sépultures avec/sans monnaies

Aubevoye (27), Le Chemin Vert (2009)

10

9

51

18 %

Évreux (27), 3 bis rue de la Libération (2006-2007)

13

3

118

3 %

Pîtres (27), La Remise (2006 et 2008)

91

49

> 111

< 44 %

Val-de-Reuil (27), La Comminière (2004-2005 ; 2010)

44

27

100

27 %

Rouen (76), rue Louis-Ricard (1985-1987)

18

5

> 73

< 7 %

Rouen (76), place du Vieux-Marché (1970-1979)

2

2

 ?

 ?

Total

178

s

> 453

Pîtres, La Remise (2006 et 2008)

  • 2 À l’exception notable d’un caveau en brique à couverture de blocs calcaires.

4La nécropole de Pîtres (Eure), qui s’étend sur 4 000 m² environ, a été découverte en 1974 à l’occasion d’une ouverture de carrière. Elle se situe à l’ouest d’une agglomération gallo-romaine et aux environs immédiats d’un secteur d’habitat de l’âge du fer. Le diagnostic et la fouille de sa partie sud-ouest, dirigés en 2006 et 2008 par E. Mare (INRAP), a permis de mettre au jour 111 sépultures datables de ces deux périodes (Mare et al., 2010). L’occupation laténienne y est représentée par quatre inhumations en chambre de La Tène moyenne/finale, une probable tombe à char et cinq fosses à incinérations de La Tène finale. Pour l’époque gallo-romaine, des tombes à incinération ont été aménagées sans doute aux IIe et IIIe siècles de notre ère, puis des inhumations dans des cercueils en bois à la fin du IIIe siècle et pendant tout le suivant2. L’évolution s’accompagne d’un développement vers l’est de l’espace sépulcral, avec deux orientations pour le creusement des fosses : est-ouest et nord-sud (fig. 2).

Fig. 2. Plan du secteur de la nécropole de Pîtres, La Remise fouillé en 2006 et 2008 (relevé et DAO : E. Mare).

Fig. 2. Plan du secteur de la nécropole de Pîtres, La Remise fouillé en 2006 et 2008 (relevé et DAO : E. Mare).

Fig. 3. Monnaies de la nécropole de Pîtres, La Remise (cliché : D. Biasi).

Fig. 3. Monnaies de la nécropole de Pîtres, La Remise (cliché : D. Biasi).

Fig. 4. Monnaies de la nécropole de Pîtres, La Remise (cliché : D. Biasi).

Fig. 4. Monnaies de la nécropole de Pîtres, La Remise (cliché : D. Biasi).

Tableau 2. Pîtres, La Remise : répartition des monnaies par période.

Date de frappe

Époque gauloise

Ier siècle

IIe siècle

IIIe siècle

IVe siècle

Indéterminé

Nombre

0

1

6

12

66

4

 %

0

4,3

6,5

13,0

71,7

4,3

  • 3 88 seulement ont été étudiées, la mauvaise conservation des deux dernières n’ayant pas permis de le (...)

5Ces opérations ont livré 91 monnaies, toutes d’époque romaine et en alliage cuivreux (fig. 3-4). Une provient d’une incinération du IIe ou du IIIe siècle (sépulture 53), deux ont été découvertes groupées mais hors contexte (fait 503), et les 88 autres sont issues d’inhumations3. C’est donc pour ce type de structure que le dépôt monétaire est le plus fréquent. Ainsi, une sur deux environ en contient, soit 47 inhumations sur 97, mais en nombre variable : une le plus fréquemment, et jusqu’à six dans la sépulture 164. Cette proportion s’avère similaire pour les enfants (6 sur 14 : 43 %) et pour les adultes (41 sur 83 : 49 %).

  • 4 La pratique du rognage est courante à partir de la décennie 410. Elle pallie alors l’« absence quas (...)

6Le numéraire est pour l’essentiel datable du IVe siècle (tableau 2), quelques aes 3 valentiniens rognés assurant un terminus post quem au début du Ve siècle4. C’est le cas pour la sépulture 128 (un exemplaire, voire deux) et peut-être la sépulture 193 (un spécimen possible).

7Neuf spécimens sont percés, soit environ 10 % de l’ensemble. Il s’agit principalement d’espèces des IIe et IIIe siècles, démonétisées au vu de la datation des contextes à l’exception peut-être du nummus au 1/32 de livre de la sépulture 131. Dans quatre cas, toutes les monnaies sont trouées : sépultures 131 (non groupées ; diamètres de perforations différents), 184 (exemplaire unique), 268 (deux dans une même zone ; diamètres identiques), 503 (deux superposées ; trous de même diamètre disposés en regard). Dans le cas de la sépulture 241, elles ne le sont que partiellement (deux exemplaires sur trois groupés et percés de trous de même diamètre). La pratique semble statistiquement plus importante pour les enfants (trois sépultures sur six).

8Malgré le mauvais état de conservation des ossements, l’emplacement des dépôts a pu être précisément identifié dans 30 sépultures et il s’avère très variable : tête, thorax, bassin, abdomen, flancs, membres inférieurs, pieds.

9La présence de mobilier associé aux monnaies n’est pour sa part pas généralisée, mais elle est fréquente (31 cas sur 47). Il s’agit alors principalement de verrerie(s) et/ou de céramique(s), dont de nombreux éléments de service à boire, mais aussi d’objets de parure : anneau ou bracelet de bronze ; bracelet ou épingle en verre ; perle en fritte de verre ou collier de perles de verre. Parfois, des os de gallinacés sont présents et, dans un cas, une palette à fard.

Val-de-Reuil, La Comminière (2004-2005, 2010)

10Une fouille réalisée par C. Beurion (INRAP) en 2005 puis en 2010 a révélé la présence d’un vaste enclos d’habitat de La Tène finale, dont la superficie est estimée à 2 ha, et d’un enclos annexe d’environ 5 000 m² qui semble dévolu à des activités domestiques et artisanales (Beurion, 2011). Ces deux interventions ont par ailleurs permis la mise au jour d’une centaine de sépultures avérées (fig. 5), lesquelles appartiennent à la nécropole de Notre-Dame-du-Vaudreuil, La Coulinière (aujourd’hui Val-de-Reuil, La Comminière) découverte en 1846 (Beurion, Kaurin, 2007). Cet espace sépulcral fonctionne sans discontinuer de la fin du IIe siècle avant J.-C. au IVe siècle après J.-C.

11Les sépultures gauloises se répartissent en 23 incinérations, trois structures funéraires associées (dépôts mobiliers sans ossements brûlés humains) et six inhumations de La Tène finale. Les tombes à incinération sont bien dotées, avec des fibules et des restes fauniques, la sépulture 93 se distinguant par la présence d’un potin des Aulerci Eburovices émis à l’époque pré-augustéenne. Pour la période gallo-romaine, on relève la présence de 10 incinérations, 46 inhumations des IIIe et IVe siècles, et 4 structures funéraires associées. 5 incinérations, 1 structure funéraire associée et 10 inhumations restent non datées, ainsi que 26 fosses sépulcrales supposées (fosses sans mobilier ni trace de contenant).

Fig. 5. Plan de la nécropole de Val-de-Reuil, La Comminière (relevé et DAO : C. Beurion).

Fig. 5. Plan de la nécropole de Val-de-Reuil, La Comminière (relevé et DAO : C. Beurion).

1244 monnaies antiques – 1 gauloise et 43 romaines – ont été mises au jour dans la zone funéraire (Pilon, Beurion, 2006). Il s’agit d’un numéraire usuel, en alliage cuivreux et de faible valeur, issu pour l’essentiel des inhumations gallo-romaines. De fait, 25 d’entre elles en contiennent, soit, comme à Pîtres, environ une moitié (54 % des inhumations datées ; 45 % en comptabilisant les 10 non datées). Pour les incinérations, une seule sur dix en contenait (sépulture 1032 : as de Domitien frappé à Rome en 90-91 et de faible usure).

13Les espèces mises au jour ont majoritairement été émises durant le IVe siècle (tableau 3), et leur circulation ne semble pas dépasser la décennie 350. Le terminus post quem du lot est une maiorina au 1/60 de livre frappée au nom de Magnence entre 351 et 352. On note également la présence de deux nummi de provenance orientale, respectivement frappés à Constantinople et à Cyzique. La plupart des inhumations sont donc datables entre 275 et 360 (18 sur 25, soit 72 %), les exceptions étant les sépultures 1032 (fin Ier siècle – début IIe siècle ( ?), avec un as de Domitien très peu usé), 210 et 1065 (Haut-Empire et plutôt IIIe siècle), et enfin 208, 260, 1012, 1044 et 1049 (a priori Haut-Empire, mais les nombres de monnaies sont insuffisants pour assurer des datations précises).

14Les monnaies se retrouvent en nombre variable dans les sépultures, le plus fréquemment à un exemplaire et jusqu’à cinq au plus dans les sépultures 244 et 1042. Le lot issu de la sépulture 244 est le plus intéressant (Pilon, Beurion, 2006). Il se compose d’un nummus au 1/132 de livre frappé à Trèves en 331-332, de deux nummi au 1/192 de livre respectivement émis à Trèves en 336-337 et à Constantinople en 337-340, et de deux imitations de maiorina légère au type Fel temp reparatio à la hutte (prototypes frappés à Lyon en 348-350, de très bon style et frappées avec la même paire de coins, ce qui laisse envisager une relative proximité de l’atelier émetteur. Ces cinq monnaies, produites dans un intervalle d’une vingtaine d’années, reflètent le numéraire en circulation dans la période 348-352.

15Deux inhumations contiennent des monnaies percées, soit seulement 5 % d’entre elles (l’unique pièce de la sépulture 260 ; une sur trois dans la sépulture 240).

16L’emplacement a pu quant à lui être identifié dans 19 inhumations sur 25 ; 58 % des monnaies étaient disposées au milieu du contenant, 21 % à ses extrémités, 21 % à la tête, 5 % aux pieds (un cas) et 5 % à l’extérieur, au bord (un cas)

Tableau 3. Val-de-Reuil, La Comminière : répartition des monnaies par période.

Date de frappe

Époque gauloise

Ier siècle

IIe siècle

IIIe siècle

IVe siècle

Indéterminé

Nombre

1

1

7

10

20

5

 %

2,3

2,3

15,9

22,7

45,5

11,4

17Enfin, les mobiliers d’accompagnement associés aux monnaies (céramiques, verreries, mobilier métallique) ne présentent pour leur part pas de caractère exceptionnel, que ce soit par leur composition ou par leur provenance.

Rouen, rue Louis-Ricard (1985-1987)

18Les principales découvertes relatives à la nécropole de la rue Louis-Ricard ont été effectuées en 1855-1856, 1867, 1961, et plus récemment entre 1985 et 1987 à l’occasion d’une fouille de sauvetage dirigée par M.-C. Lequoy (Lequoy, Guillot, Le Maho, 2004, p. 213-217). Cette dernière opération, réalisée sur une superficie de 350 m2, a permis de mettre au jour 73 tombes réparties en 30 inhumations et 43 incinérations (dont une en place), sans ordre topographique entre les deux rites (fig. 6). Ces découvertes se caractérisent par une forte densité de sépultures, avec parfois jusqu’à trois tombes superposées et la présence d’ossements dans les terres de remplissage des fosses.

Fig. 6. Rouen, rue Louis-Ricard. Plan des sépultures (dessin : M.-C. Lequoy).

Fig. 6. Rouen, rue Louis-Ricard. Plan des sépultures (dessin : M.-C. Lequoy).

19Les incinérations datent du début du Ier siècle après J.-C. au IIIe siècle, mais plus de la moitié remontent au Ier siècle. Il s’agit généralement d’une simple fosse dans laquelle a été déposée l’urne cinéraire en céramique. Dans une dizaine de cas, l’urne est accompagnée d’autres vases et/ou objets, mais une seule (sépulture 16) contient une monnaie, en l’occurrence un as d’Auguste disposé sur les os brûlés. Les inhumations datent quant à elles de l’époque augustéenne au début du IVe siècle. Leurs orientations sont variées et le cercueil en bois cloué est largement répandu. Une moitié est dépourvue de tout mobilier et seulement quatre contiennent des monnaies (sépultures 38/43, 46, 35, 69).

20La sépulture 35, en double contenant (le cercueil est placé dans un coffre), est dotée d’un coffret avec garniture de bronze posé sur le cercueil au niveau du bassin (fig. 7). Treize antoniniens y ont été déposés : un de Gallien frappé à Rome en 266, l’autre de Claude II frappé à Rome en 268-269, et onze imitations radiées (fig. 8). L’ensemble est caractéristique de la circulation du dernier quart du IIIe siècle et du début du IVe siècle. La présence de plusieurs minimi (diamètre d’environ 10 mm) évoque la décennie 280 et au-delà.

Fig. 7. Rouen, rue Louis-Ricard. Coffret déposé sur le cercueil de la sépulture 35 et contenant treize antoniniens (cliché : Y. Deslandes, Musée départemental des antiquités de Rouen).

Fig. 7. Rouen, rue Louis-Ricard. Coffret déposé sur le cercueil de la sépulture 35 et contenant treize antoniniens (cliché : Y. Deslandes, Musée départemental des antiquités de Rouen).

Fig. 8. Rouen, rue Louis-Ricard. Les monnaies de la sépulture 35 (clichés : D. Biasi).

Fig. 8. Rouen, rue Louis-Ricard. Les monnaies de la sépulture 35 (clichés : D. Biasi).

Évreux, 3 bis rue de la Libération (2006-2007)

21La nécropole principale d’Évreux, dite du « Clos au Duc », est établie à la sortie sud de la ville, le long de la voie reliant l’antique Mediolanum Aulercorum à Chartres. Cet espace sépulcral de plusieurs hectares semble avoir eu pour origine divers groupes de crémations qui se sont développés pour ne former qu’une seule et importante nécropole perdurant du Ier siècle de notre ère au IVe siècle. Durant le Ier siècle, les incinérations prédominent. Elles côtoient toutefois les inhumations qui, dès la fin du Ier siècle, deviennent majoritaires, puis exclusives au début du IIe siècle. Le changement de pratique funéraire semble plus précoce à Évreux que dans le reste de la Gaule où les crémations prédominent jusqu’à la fin du IIIe siècle (Kliesch-Pluton et al., 2009, vol. 1, p. 308).

Fig. 9 et 10. Évreux, 3 bis rue de la Libération. La sépulture 152 et son dépôt monétaire (clichés : A. Cottard).

Fig. 9 et 10. Évreux, 3 bis rue de la Libération. La sépulture 152 et son dépôt monétaire (clichés : A. Cottard).
  • 5 La cuve est constituée d’une seule « feuille » de plomb rectangulaire, découpée aux angles et repli (...)

22La fouille dirigée par S. Kliesch-Pluton (INRAP) en 2006-2007, située sur le tiers inférieur de la colline, a livré 118 inhumations en position primaire, 2 réductions, 15 sujets en position secondaire pour lesquels les squelettes ont été totalement perturbés et 1 sépulture secondaire à crémation perturbée. Cinq sépultures retiennent plus particulièrement l’attention par la présence de quartiers d’équidés placés au-dessus et, dans un cas, par l’enserrement du crâne du défunt entre deux crânes de chevaux déposés tête bêche (Kliesch-Pluton, Bemilli, Lepetz, 2010 ; Lepetz, Bemilli, Pluton-Kliesch, Cottard, 2010). Une autre est constituée d’un cercueil en plomb5 placé dans un cercueil en bois cloué. Il s’agit d’une femme adulte de 30 à 50 ans, enveloppée dans un élément en lin (sépulture 152). Une bourse contenant douze antoniniens était placée entre ses chevilles (fig. 9-11) : cinq de Gallien (266-268), un de Salonine (267-268), quatre de Claude II (268-269), tous émis dans l’Empire central et de mauvais aloi ; deux imitations de type Divo Claudio (postérieures à 270). Du fait de l’absence des frappes officielles et des imitations de Victorin et des Tétricus, et sauf à supposer une improbable sélection des espèces n’émanant pas de l’Empire gaulois, on peut estimer la constitution du dépôt entre 271 et 275.

23Une seule autre inhumation (sépulture 126) contenait une monnaie : un as frappé à l’effigie de Faustine II frappé sous Marc Aurèle (Kliesch-Pluton et al., 2009, vol. 1, p. 209).

Aubevoye, Le Chemin vert (2009)

24Cette grande villa gallo-romaine, installée à 1 km environ de la Seine, a fait l’objet d’une importante fouille de sauvetage en 2009 sous la direction de G. Guillier (INRAP). Construite selon un plan atypique au cours du IIe siècle ou au début du suivant sur les vestiges d’un établissement plus petit, son occupation semble perdurer au moins jusqu’au milieu du IIIe siècle. Les premières destructions interviennent à la fin de ce siècle ou au début du suivant et laissent place à une occupation secondaire marquée, notamment, par l’implantation d’une nécropole à l’ouest de la villa, vers le IVe siècle. D’autres tombes, appartenant plutôt à la période carolingienne (VIIIe-IXe siècles d’après des datations au 14C) ont également été mises au jour dans la cour d’apparat et dans les cours nord (Guillier, 2011).

Fig. 11. Évreux, 3 bis rue de la Libération. Les monnaies de la sépulture 152 (clichés : D. Biasi).

Fig. 11. Évreux, 3 bis rue de la Libération. Les monnaies de la sépulture 152 (clichés : D. Biasi).

Fig. 12. Rouen, place du Vieux-Marché. Les monnaies des sépultures 4 et 5 (clichés : D. Biasi).

Fig. 12. Rouen, place du Vieux-Marché. Les monnaies des sépultures 4 et 5 (clichés : D. Biasi).

25Le lot numismatique étudié comprend 145 spécimens se répartissant en 140 monnaies romaines (91 des Ier-IIIe siècles ; 44 du IVe siècle et 5 frustes du « Bas-Empire »), 4 médiévales/modernes et 1 fruste. 9 sépultures sur les 51 fouillées contenaient des monnaies, dont 8 de manière unique (tableau 4). Il s’agit d’inhumations de deux enfants et de sept adultes en cercueil de bois. Toutes ces monnaies sont romaines et tardives (fin IIIe-fin IVe siècles), mais les sépultures sont probablement du haut Moyen Âge (Guillier, à paraître). L’offrande est donc monétiforme puisque les espèces déposées ne circulent plus. Deux pièces seulement ont pu être localisées, l’une sur le visage, l’autre sous une omoplate.

Rouen, place du Vieux-Marché (1970-1979)

26Une fouille dirigée par C. Pilet et C. Lorren en 1970-1971, puis une surveillance de travaux par C. Mathieu de 1974 à 1979, ont été réalisées à Rouen, place du Vieux-Marché. À cette occasion, un quartier occupé de la seconde moitié du Ier siècle après J.-C. au IIIe siècle et organisé autour de deux voies a été mis au jour, ainsi qu’un cimetière médiéval localisé en bordure méridionale de la voie décumane et autour de l’église Saint-Sauveur. Les sépultures les plus anciennes, du haut Moyen Âge, sont des inhumations pour la plupart en pleine terre. Parfois, l’empreinte d’un couvercle en bois a pu être observée ou un coffrage aménagé avec des dalles calcaires ou des tuiles romaines. La position est nord-sud, avec la tête au nord.

27Deux monnaies y ont été mises au jour (fig. 12) : un sesterce de Trajan frappé entre 98 et 102, mais dont l’usure atteste une circulation jusque dans le IIIe siècle (sépulture 5) ; un autre de Gordien III, frappé en 238-239 (sépulture 4). Elles ont été déposées dans la bouche du défunt, témoignant « d’un rituel funéraire proche de la tradition romaine » (Lequoy, Guillot, Le Maho, 2004, p. 295). Mais ces inhumations, observées lors des travaux en cours, ne sont pas précisément datées : elles ont été installées au-dessus des niveaux gallo-romains, et pourraient appartenir au haut Moyen Âge.

Analyse

28Les six ensembles numismatiques étudiés forment un ensemble de 177 monnaies, lesquelles sont issues de 95 sépultures parmi plus de 453 fouillées (soit 20 % d’entre elles).

29Ils montrent que le dépôt monétaire est inusuel à l’époque laténienne. Ainsi, une seule sépulture gauloise sur 31 – tous types confondus – contient une monnaie à Val-de-Reuil, La Comminière, soit à peine 3 % d’entre elles, et aucune sur les dix fouillées à Pîtres, La Remise. Il reste encore peu répandu aux Ier et IIe siècles après J.-C., époque où l’incinération prédomine, puis se développe aux IIIe et IVe siècles avec la généralisation des inhumations. Les découvertes de Pîtres, La Remise, et de Val-de-Reuil, La Comminière, montrent que la pratique est alors fréquente, sans pour autant se généraliser puisqu’une inhumation sur deux, en moyenne, ne contient pas de monnaies. Cette proportion est comparable entre adultes et enfants à Pîtres, mais aucune comparaison n’a pu être établie entre hommes et femmes du fait de la très mauvaise conservation des ossements. Le nombre de monnaies déposées par sépulture est variable : une seule le plus souvent (la pièce peut alors être assimilée à l’« obole à Charon »), et rarement plus de six. Les proportions sont très comparables entre Pîtres, La Remise et Val-de-Reuil, La Comminière (fig. 13-14). Dans quelques sépultures exceptionnelles, le dépôt peut dépasser la dizaine de monnaies. Il en va ainsi pour la sépulture 35 de Rouen, place du Vieux-Marché (double contenant ; coffre avec garnitures en bronze) et la sépulture 152 d’Évreux, 3 bis rue de la Libération (double contenant ; cercueil en plomb capitonné), toutes deux datables du dernier quart du IIIe siècle.

Tableau 4. Aubevoye, Le Chemin vert : caractéristiques des sépultures contenant des monnaies.

Tableau 4. Aubevoye, Le Chemin vert : caractéristiques des sépultures contenant des monnaies.

Fig. 13. Comparaison entre Pîtres, La Remise et Val-de-Reuil, La Comminière. Nombre de monnaies par inhumation.

Fig. 13. Comparaison entre Pîtres, La Remise et Val-de-Reuil, La Comminière. Nombre de monnaies par inhumation.

Fig. 14. Comparaison entre Pîtres, La Remise et Val-de-Reuil, La Comminière. Pourcentage d’inhumations contenant des monnaies.

Fig. 14. Comparaison entre Pîtres, La Remise et Val-de-Reuil, La Comminière. Pourcentage d’inhumations contenant des monnaies.

30Les espèces sont dans tous les cas usuelles et de peu de valeur, en alliage cuivreux ou en bas billon. Il s’agit même parfois d’espèces incontestablement démonétisées (sépultures 131 et 241 de Pîtres par exemple, où des bronzes du Haut-Empire côtoient des nummi du début du IVe siècle et de l’époque constantinienne). Certaines sont percées (5 et 10 % à Pîtres et Val-de-Reuil) et parfois groupées par deux et avec des trous de même diamètre, ce qui permet d’envisager des perforations réalisées pour l’occasion, peut-être par un artisan installé au voisinage de la nécropole.

31La position du dépôt monétaire reste très variable dans tous les cas, en particulier à Pîtres. À Val-de-Reuil, on le retrouve souvent au centre du contenant. Deux pièces ont été placées dans la bouche du défunt à Rouen, place du Vieux-Marché, mais il s’agit là de sépultures de l’Antiquité tardive au moins, ce qui démontre la persistance du rite de l’« obole à Charon », que l’on met alors en œuvre avec des espèces démonétisées depuis fort longtemps.

32Les mobiliers accompagnant les monnaies dans les sépultures ne sont pas généralisés, mais lorsqu’ils sont présents, les plus fréquents sont les céramique(s) et/ou les verrerie(s). La datation est alors généralement bien assurée, en particulier pour le IVe siècle. Mais en leur absence et lorsque le dépôt monétaire se limite à une unique pièce, l’interprétation chronologique peut devenir délicate, comme le démontrent les sépultures de Rouen, place du Vieux-Marché, et d’Aubevoye, Le Chemin vert.

Perspectives

  • 6 Responsables d’opération : L. Jego (Caudebec-lès-Elbeuf) et F. Kliesch (Lillebonne).

33Cette étude préliminaire de monnaies de sépultures, qui porte sur six nécropoles haut-normandes, devrait se poursuivre en s’élargissant à un territoire plus vaste, avec l’intégration de nouveaux ensembles comme ceux de Caudebec-lès-Elbeuf et de Lillebonne6.

Bibliographie

Bibliographie

Beurion C. (2011) – Val-de-Reuil, La Comminière, ZAC des Portes (Eure, Haute-Normandie) : un établissement rural de La Tène finale et une nécropole gauloise et gallo-romaine (IIe s. av. – IVe s. ap. J.-C.). Rapport de fouille préventive, INRAP Grand-Ouest, 3 vol. 

Beurion C. et Kaurin J. (2007) – De la nécropole de Notre-Dame-du-Vaudreuil « La Coulinière » à la nécropole de Val-de-Reuil « La Comminière » (Eure) : histoires autour d’une collection. Antiquités nationales, no 38, p. 77-88.

Blaizot F. (2009) – Pratiques et espaces funéraires de la Gaule durant l’Antiquité. Paris, Éd. du CNRS (Gallia, 66-1), 387 p.

Dubuis O., Frey-Kupper S. et Perret G. dir. (1999) – Trouvailles monétaires de tombes. Actes du 2e colloque international du Groupe suisse pour l’étude des trouvailles monétaires (Neuchâtel, 3-4 mars 1995). Lausanne, Éd. du Zèbre (Série Études de numismatique et d’histoire monétaire, 2), 286 p., 6 pl.

Gricourt D. (2009) – Deuxième section : Commentaires numismatiques. Le mobilier numismatique de l’agglomération secondaire de Bliesbruck (Moselle), fouilles 1978-1998. (D. Gricourt, J. Naumann, J. Schaub dir.). Paris, Errance (Blesa, 5), p. 532-752.

Guillier G. (2011) – La grande villa d’Aubevoye « Le Chemin Vert » (Eure). Premières données de terrain. Journées archéologiques de Haute Normandie, 23-25 avril 2010, Harfleur, Rouen, PURH, p. 77-83.

Guillier G. (à paraître) – Aubevoye (Eure, 27), Le Chemin Vert, La villa romaine : origine et évolution d’un domaine agricole à un espace de représentation. Rapport final d’opération, INRAP ‒ SRA de Haute-Normandie.

Kliesch-Pluton S., Bémilli C. et Lepetz S. (2010) – La nécropole du « Clos au Duc » à Évreux (Eure). Mise au point sur l’interprétation du site. Journées archéologiques de Haute Normandie, 3-5 avril 2009, Rouen, PURH, p. 139-152.

Kliesch-pluton S. dir., Bémilli C., Lepetz S., Herrscher E., Cottard A., Adrian Y.-M., Kliesch F., Le Bailly M., Lajoye P., Leconte L., Théron V. et Deviese T. (2009) – Évreux (27) – 3 bis rue de la Libération : la nécropole antique du « Clos au Duc ». Rapport final d’opération, Cesson-Sévigné, 2 vol., 402 et 240 p.

Lequoy M.-C., Guillot B. dir. et Le Maho J. collab. (2004) – Rouen. 76/2. Carte archéologique de la Gaule (M. Provost dir.). Paris, Académie des inscriptions et belles-lettres, 332 p., 321 fig., 1 carte.

Lepetz S., Bémilli C., Pluton-Kliesch S. et Cottard A. collab. (2010) – Le site antique du « Clos au Duc » à Évreux (Eure). Sépultures de privilégiés ou trous à ordures ? Histoire d’équidés, des textes, des images et des os. Actes de la table-ronde de Montpellier, 13-14 mars 2008 (A. Gardeisen, E. Furet, N. Boulbes dir.). Lattes, ADAL (Monographies d’archéologie méditerranéenne, hors série 4), p. 29-56.

Mare E. dir., Adrian Y.-M., Pilon F. et Texier M. (2010) – Carrière de la Remise, Pîtres, Eure. Le quartier sud-ouest de la nécropole laténienne et gallo-romaine. Rapport final d’opération. Fouille archéologique, Cesson-Sévigné, 69 p., 9 annexes.

Pilon F. et Beurion C. (2006) – Les monnaies antiques de Val-de-Reuil « La Comminière » (Eure). Cahiers Numismatiques, no 170, p. 19-37.

Thüry G. E. (1999) – Charon und die Funktionen der Münzen in römischen Grâbern der Kaiserzeit. Trouvailles monétaires de tombes. Actes du 2e colloque international du Groupe suisse pour l’étude des trouvailles monétaires, Neuchâtel, 3-4 mars 1995 (O. Dubuis, S. Frey-Kupper, G. Perret dir.). Lausanne, Éd. du Zèbre (Série Études de numismatique et d’histoire monétaire, 2), p. 17-30.

Notes

1 On notera cependant que la réflexion sur le dépôt monétaire dans les sépultures antiques n’a pas du tout été prise en compte dans l’important et récent ouvrage sur les pratiques funéraires en Gaule (Blaizot, 2009).

2 À l’exception notable d’un caveau en brique à couverture de blocs calcaires.

3 88 seulement ont été étudiées, la mauvaise conservation des deux dernières n’ayant pas permis de les prélever.

4 La pratique du rognage est courante à partir de la décennie 410. Elle pallie alors l’« absence quasi-totale de renouvellement des stocks monétaires courants occasionnée d’abord et surtout par la cessation d’activités des ateliers gaulois vers 397-398, puis par les bouleversements subséquents aux assauts barbares de 406-407 » (Gricourt, 2009, p. 724).

5 La cuve est constituée d’une seule « feuille » de plomb rectangulaire, découpée aux angles et repliée sur elle-même pour former les côtés. Le couvercle est également constitué d’une plaque de plomb rectangulaire posée sur la cuve et légèrement repliée pour faciliter son maintien.

6 Responsables d’opération : L. Jego (Caudebec-lès-Elbeuf) et F. Kliesch (Lillebonne).

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Situation des nécropoles étudiées.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4526/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 2. Plan du secteur de la nécropole de Pîtres, La Remise fouillé en 2006 et 2008 (relevé et DAO : E. Mare).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4526/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Fig. 3. Monnaies de la nécropole de Pîtres, La Remise (cliché : D. Biasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4526/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Titre Fig. 4. Monnaies de la nécropole de Pîtres, La Remise (cliché : D. Biasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4526/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre Fig. 5. Plan de la nécropole de Val-de-Reuil, La Comminière (relevé et DAO : C. Beurion).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4526/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Fig. 6. Rouen, rue Louis-Ricard. Plan des sépultures (dessin : M.-C. Lequoy).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4526/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Fig. 7. Rouen, rue Louis-Ricard. Coffret déposé sur le cercueil de la sépulture 35 et contenant treize antoniniens (cliché : Y. Deslandes, Musée départemental des antiquités de Rouen).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4526/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 8. Rouen, rue Louis-Ricard. Les monnaies de la sépulture 35 (clichés : D. Biasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4526/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig. 9 et 10. Évreux, 3 bis rue de la Libération. La sépulture 152 et son dépôt monétaire (clichés : A. Cottard).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4526/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4526/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Fig. 11. Évreux, 3 bis rue de la Libération. Les monnaies de la sépulture 152 (clichés : D. Biasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4526/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Fig. 12. Rouen, place du Vieux-Marché. Les monnaies des sépultures 4 et 5 (clichés : D. Biasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4526/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Tableau 4. Aubevoye, Le Chemin vert : caractéristiques des sépultures contenant des monnaies.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4526/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Titre Fig. 13. Comparaison entre Pîtres, La Remise et Val-de-Reuil, La Comminière. Nombre de monnaies par inhumation.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4526/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 14. Comparaison entre Pîtres, La Remise et Val-de-Reuil, La Comminière. Pourcentage d’inhumations contenant des monnaies.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4526/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 55k

Auteur

Association La Riobé, UMR 7041

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540