Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Évreux, 6-8 mai 2011

 | 
Luc Liogier

Premier éclairage sur l’agglomération antique de Briga (Eu, Bois l’Abbé, Seine-Maritime). Fenêtres ouvertes sur un quartier d’habitation au nord-est du centre monumental

A first insight into the ancient urban area of Briga (Eu, Bois l’Abbé). A look at a dwelling area to the north-east of the monumental centre

Étienne Mantel et Stéphane Dubois

Résumé

La campagne 2010 offre un premier éclairage sur l’agglomération antique de Briga. Bien que les résultats des prospections géophysiques menées cette année soient décevants, les sondages effectués au nord-est du complexe monumental ont révélé l’existence d’un nouveau fanum, et surtout celle de deux secteurs d’habitats se développant dès l’époque flavienne et comptant plusieurs maisons de type « longère ». Des sections de voiries ont également été reconnues dans ces secteurs.

The 2010 campaign offers a first insight into the ancient urban area of Briga. Although the findings from geophysical surveys conducted this year are disappointing, the digs carried out to the north-east of the monumental complex revealed the existence of a new temple, and in particular, two dwelling sectors established as early as the Flavian period made up of several farmhouse-style dwellings. Some roads have also been identified in these sectors.

Texte intégral

Présentation

1Situé actuellement à la frontière de la Picardie et de la Normandie, le site archéologique du « Bois l’Abbé » était implanté dans l’Antiquité aux marges sud-ouest de la Gaule Belgique (fig. 1). La frontière entre Belgique et Lyonnaise passait vraisemblablement une quarantaine de kilomètres au sud-est de l’agglomération, suivant une ligne qui longe la vallée de la Scie puis le rebord méridional de la boutonnière du Pays de Bray (Chastagnol, 1995). Ce secteur côtier paraît correspondre durant le Haut Empire au pagus catuslug ( ?), une subdivision administrative d’une des cités voisines, celle des Ambiani ou celle des Bellovaci. La question du rattachement à l’une ou à l’autre reste ouverte, mais différents indices archéologiques évoquent à notre sens des liens plus étroits avec le Beauvaisis qu’avec l’Amiénois.

Fig. 1. Carte de Chastagnol de la frontière entre Gaules belgique et lyonnaise, avec localisation du « Bois l’Abbé » (DAO : A. Bourgois).

Fig. 1. Carte de Chastagnol de la frontière entre Gaules belgique et lyonnaise, avec localisation du « Bois l’Abbé » (DAO : A. Bourgois).

2Connu depuis la fin du XVIIIe siècle, le site a fait l’objet de campagnes de fouilles irrégulières depuis près de deux siècles : Louis Estancelin (1820-1821), l’abbé Cochet (1862 et 1872), Michel Mangard (1964-1980) et Laurent Cholet (1994-1999 et 2002-2003) ont mené sur les monuments publics antiques l’essentiel des travaux, d’envergure variable. Après deux années de sondages préliminaires (2004 et 2005), une nouvelle opération triennale a été menée sur le complexe monumental (2006-2009). Ses principaux résultats ont été présentés dans le volume précédent des Journées archéologiques de Haute-Normandie (Mantel, Du-bois, 2010) qui se sont déroulées du 3 au 5 avril 2009. Ce qui était jusqu’alors considéré comme un « grand sanctuaire » s’avère correspondre en fait, dans sa phase finale au moins (IIIe siècle), à un véritable complexe monumental (fig. 2, 3 et 4). Cet ensemble associait : un grand temple central gréco-romain, un péribole à portique encadré de fana et une basilique, ornée dans sa partie orientale d’un décor mural en opus sectile (fig. 5), implantée de façon inhabituelle dans l’axe du grand temple, avec une « grande salle » accolée à son extrémité. Cette dernière peut avoir accueilli, classiquement de part sa configuration, une salle du conseil (des pagani ou des vicani).

Fig. 2. Plan général du site du « Bois l’Abbé ». Les sondages 6, 7 et 8 effectués en 2010-2011 y sont représentés (DAO : A. Bourgois).

Fig. 2. Plan général du site du « Bois l’Abbé ». Les sondages 6, 7 et 8 effectués en 2010-2011 y sont représentés (DAO : A. Bourgois).

Fig. 3. Vue aérienne du complexe monumental en septembre 2010 (cliché : Sébastien Charrier).

Fig. 3. Vue aérienne du complexe monumental en septembre 2010 (cliché : Sébastien Charrier).

Fig. 4. Plan du complexe monumental à l’état 6 (DAO : A. Bourgois, L. Cholet).

Fig. 4. Plan du complexe monumental à l’état 6 (DAO : A. Bourgois, L. Cholet).

Fig. 5. Photographie de marbres couvrant autrefois les murs de la basilique dans sa partie orientale (cliché : D. Viennot).

Fig. 5. Photographie de marbres couvrant autrefois les murs de la basilique dans sa partie orientale (cliché : D. Viennot).

La campagne 2010

3L’année 2010 marque le début d’une seconde campagne programmée triennale. S’il est prévu d’ici 2012 de terminer la fouille des zones accessibles du complexe monumental, l’objectif principal vise désormais à comprendre son insertion au sein de l’agglomération.

4L’existence même d’une agglomération a longtemps été niée ou sous-estimée, le site n’étant perçu jusqu’en 2007 que comme un ensemble de monuments publics isolés. De fait, jusqu’à cette date et en dépit de l’ancienneté des recherches sur le site, aucune prospection d’envergure autour des monuments n’avait été mise en œuvre. L’hiver 2007-2008 a pallié cette lacune et a permis de définir l’assiette présumée d’une agglomération qui couvrirait au minimum une cinquantaine d’hectares (fig. 6) ; le complexe monumental se situe à l’ouest de cette dernière.

Fig. 6. Résultats de la prospection pédestre (2007-2008) (DAO : S. Dubois).

Fig. 6. Résultats de la prospection pédestre (2007-2008) (DAO : S. Dubois).

5Ces résultats obtenus par prospection pédestre en forêt ont été aussitôt controversés. Il s’avéra donc indispensable de les valider par d’autres méthodes d’investigation. À cet effet, durant l’été 2010, ont été pratiquées sur une vaste superficie (4,7 ha) des prospections géophysiques selon deux techniques différentes (électrique et magnétique). Les secteurs concernés s’étendent en arc de cercle autour du centre monumental, vers le levant avec une large bande entre la basilique et le théâtre.

6Ces méthodes ont donné sur d’autres sites de très bons résultats, montrant parfois le réseau des rues et le plan au sol des insulae, ce qui permet ensuite de limiter ou de cibler les investigations sur le terrain. Le résultat au « Bois l’Abbé » est pour le moins décevant : les figures 7, 8 et 9 en présentent les données brutes et interprétées, sur lesquelles n’apparaissent que quelques séries de lignes inorganisées et actuellement inexploitables. Plusieurs sondages ouverts depuis (sur des zones pour l’instant limitées en superficie) tendent déjà à infirmer les résultats issus des prospections géophysiques. Même si à terme, certains de ces indices cartographiés s’avèrent réinterprétables, cette expérience en elle-même doit être considérée comme un échec au « Bois l’Abbé ». Les raisons tiennent vraisemblablement à la nature du sous-sol et du substrat géologique (argile à silex) et à l’humidité qui en découle.

Fig. 7 et 8. Résultats bruts (Geocarta).

Fig. 7 et 8. Résultats bruts (Geocarta).

Fig. 9. Résultats interprétés (Géocarta).

Fig. 9. Résultats interprétés (Géocarta).

7Cet échec conduit inévitablement à recouvrir de façon quasi-systématique à la fouille manuelle, en aire ouverte, pour appréhender l’articulation des monuments et du reste de l’agglomération au fil des siècles. Trois larges sondages ont donc été ouverts en 2010, au nord et au nord-est du complexe monumental, ébauches de secteurs voués à s’étendre lors des campagnes suivantes. Les résultats ont été positifs dans les trois cas et ont conduit à la découverte d’un nouveau monument public (fanum 7), de deux secteurs d’habitat et de segments de voiries.

Le sondage 8

8Le sondage 8 a été implanté sur un microrelief repéré depuis plusieurs années et sous lequel était soupçonnée l’existence d’un bâtiment. Une tranchée mécanique de reconnaissance a directement mis en évidence l’existence des deux carrés concentriques d’un fanum, hypothèse rapidement vérifiée par le décapage d’une zone d’environ 375 m2. Ce petit temple (fanum 7) présente des dimensions comparables aux autres fana du « Bois l’Abbé », avec une cella de 4,50 m de côté (en œuvre), encadrée d’une galerie de 11 m de côté (fig. 10). Orienté sur les points cardinaux, le fanum s’ouvre à l’est sur un escalier dont subsiste la première marche et le massif de fondation des degrés supérieurs. Cet escalier est constitué de blocs d’architecture réemployés en calcaire jaune. Large de 2,20 m, il comptait vraisemblablement quatre marches, dont la restitution en élévation suggère un arrachement de près d’un demi-mètre. Le seuil et les niveaux de sol ont donc disparu ainsi que les remblais supérieurs du petit podium sur lequel il était élevé. De ce fanum, ne subsistent que les fondations en craie, profondes de 50 à 70 cm, surmontées par endroits des restes d’une maçonnerie de rognons de silex liés au mortier gris. Ce soubassement, pour le mur extérieur, maintenait en place les remblais du podium et devait vraisemblablement supporter une colonnade dont rien ne subsiste. Les remblais conservés sont constitués, à la base, de terres noires riches en mobilier julio-claudien, évoquant les niveaux précoces du sanctuaire ou ceux de la zone d’habitat située immédiatement au sud de la basilique et de la « salle du conseil » (s’agit-il de terres rapportées ou d’un niveau en place ?). Elles sont surmontées d’apports argilo-sableux riches en petits rognons de silex et fragments de tuiles qui formaient un radier d’assainissement.

Fig. 10. Photographie du fanum 7 (cliché : É. Mantel).

Fig. 10. Photographie du fanum 7 (cliché : É. Mantel).

9En avant du fanum, au pied de l’escalier, le dégagement d’un cailloutis roulé sur quelques mètres carrés semble indiquer une voie, orientée nord-sud. Cette rue présumée pourrait correspondre au niveau de cailloutis observé, en coupe, dans la tranchée du sondage 5, devant le bâtiment est. Ce dernier et le fanum 7 seraient donc alignés le long du même axe, ce qui suggère leur appartenance à une même étape chronologique (IIIe siècle ?). L’existence d’un autre fanum installé en symétrie, au sud du bâtiment est a également été envisagé. Une tranchée mécanique (sondage 4) a donc été ouverte pour vérifier cette hypothèse, mais elle s’est révélée infructueuse. Ce nouveau fanum constitue une extension inattendue du complexe monumental et pourrait en marquer l’angle nord-est. C’est ce que suggère son implantation en limite de la terrasse sur laquelle ont été édifiés les monuments publics.

Le sondage 6

10C’est également un microrelief qui a justifié l’ouverture d’une tranchée, puis d’un décapage étendu (550 m2) à une cinquantaine de mètres au nord de la basilique. Un bâtiment (fig. 11) a été ainsi partiellement dégagé, plus ou moins aligné le long du fossé observé les années précédentes (structure 2). Il n’a fait l’objet que d’un long nettoyage sur le niveau de démolition et d’un relevé de détail au « pierre à pierre ». La construction s’avère plutôt médiocre avec une fondation disparate qui associe plusieurs segments de craie pilée (sur quelques centimètres) et de larges pans fondés uniquement sur rognons de silex montés à sec. L’élévation était sans doute en matériaux légers (terre et bois), avec incontestablement une couverture en tuiles. En dépit de ces modes de construction modestes, le bâtiment semble présenter des dimensions relativement importantes (20 m de long pressentis pour 17 m de large). L’édifice s’oriente selon un axe nord-sud, sous forme d’un alignement de pièces rectangulaires (deux ont été délimitées en 2010 et deux autres sont pressenties), précédées en façade de galeries. Ce plan, qui évoque une « longère » – bâtiment tout en longueur où se décline une enfilade de pièces – paraît correspondre à un habitat qui marque dès lors la limite entre espaces public et privé.

11Un petit dépôt monétaire a été retrouvé enfoui dans une cavité creusée dans la fondation (une cache ?) ; il comprend quatorze antoniniens en billon de Philippe l’Arabe à Postume et Gallien. Notons également parmi le mobilier des niveaux de démolition du IIIe siècle, la découverte de fragments d’une statuette de Vénus en terre cuite.

Fig. 11. Plan du bâtiment 4, sondage 6 (DAO : L. Cholet).

Fig. 11. Plan du bâtiment 4, sondage 6 (DAO : L. Cholet).

Le sondage 7

12L’emplacement du sondage 7 a été choisi en fonction de deux observations préalables ; un micro-sondage, réalisé en 2008, avait montré dans ce secteur l’existence de bâti en rognons de silex et la topographie, à la naissance d’un vallon sec, paraissait propice à la découverte d’une voirie antique permettant d’accéder vers la vallée de la Bresle. L’absence de microreliefs en surface de la prairie et la rareté des témoins antiques au sol (petits fragments de tuiles épars) laissaient toutefois présumer la modestie de l’occupation dans ce secteur. Cette hypothèse a été totalement contredite par l’ouverture d’une première tranchée de reconnaissance longue de 42 m qui a, au contraire, montré une forte densité de vestiges de constructions sous environ 20 cm de terre végétale. Pour comprendre la nature et l’organisation de ces découvertes, un décapage en aire ouverte a été étendu autour de la tranchée, sous forme de fenêtres plus ou moins irrégulières, adaptées en fonction des substructions mises en évidence.

13Trois bâtiments distincts ont été partiellement dégagés (fig. 12), alignés le long d’un espace de circulation d’axe nord-sud, constitué de petits galets et de graviers. L’hypothèse d’une voirie reliant le complexe monumental à la vallée de la Bresle s’en trouve confortée, même si elle devra être validée ultérieurement en vérifiant la continuité linéaire de ces structures. À l’ouest de cet espace de circulation, le bâtiment 2 se présente sous la forme d’une construction sur soubassements de rognons de silex liés à l’argile et larges de 40 cm. Il semble lui aussi se présenter comme une « longère », orientée nord-sud, avec un alignement de pièces rectangulaires (no 1 et 2 et d’autres supposées par symétrie), précédé d’une galerie de façade tournée vers le soleil levant (pièce no 4) et agrémenté d’au moins un pavillon d’angle (no 3).

Fig. 12. Plan du quartier d’habitation dégagé dans le sondage 7 (DAO : L. Cholet, A. Bourgois).

Fig. 12. Plan du quartier d’habitation dégagé dans le sondage 7 (DAO : L. Cholet, A. Bourgois).

14Côté est, une vaste maison (bâtiment 1) a été en grande partie dégagée (fig. 13), ainsi que l’amorce d’un autre édifice (bâtiment 3). Le bâtiment 1 repose également sur des soubassements en rognons de silex montés à sec. Son plan évoque là encore une « longère », alignant des pièces en enfilade selon un axe est-ouest (no 5, 3, 3bis, 2, 13, 9, 1 et 10). En façade côté sud se développe une galerie (no 4 et 11) avec un aménagement central en équerre qui délimite un large seuil d’environ 1,80 m. Dans au moins un des angles de la galerie a été identifié un pavillon en très léger débord sur la façade (no 14) ; son symétrique reste à découvrir lors de décapages ultérieurs. Des adjonctions ou des appentis (no 7 et 8) ont été observés sur le pignon ouest. Deux états successifs sont clairement apparus pour cette construction, l’état le plus ancien montrant des traces incontestables d’une destruction par le feu. La reconstruction se superpose plus ou moins aux soubassements du bâtiment détruit, mais de légers décalages ont pu être observés, notamment au niveau de la galerie de façade et des pièces centrales. Les bâtiments 1 et 3 semblent se développer autour d’une cour au sol couvert de cailloutis et de tuiles écrasées. Un espace de circulation sépare vraisemblablement les deux bâtiments.

Fig. 13. Photographie du bâtiment 1 (cliché : É. Mantel).

Fig. 13. Photographie du bâtiment 1 (cliché : É. Mantel).

15L’ensemble de ces constructions s’inscrit dans une fourchette chronologique qui reste à préciser avec l’étude du mobilier mais qu’un premier examen invite à circonscrire entre le quatrième quart du Ier siècle et le troisième quart du IIIe siècle. Aucun élément attribuable au Bas-Empire n’a été identifié sur ce secteur.

Conclusion

16L’année 2010 marque un nouveau tournant dans l’exploration du « Bois l’Abbé », avec le dégagement en plusieurs points de segments de voiries et de bâtiments assimilables à de l’habitat, et ce dans un environnement immédiat des bâtiments publics et cultuels.

17Ces bâtiments en effet, par leur plan, se rattachent typologiquement aux résidences privées des habitats ruraux de la région, notamment aux bâtiments principaux et « maisons du villicus » des villae. Ce type de plan surprend au premier abord dans un contexte qui prend de plus en plus l’aspect d’une agglomération ; il peut être le fait d’un quartier spécifique ou d’un mode d’habitat propre aux agglomérations secondaires dans ce secteur, où la recherche pour l’heure est à l’état embryonnaire. Ce sont en effet ici les premiers plans de maisons « urbaines » connues dans un rayon de 80 km. L’échec regrettable de la prospection géophysique conduit désormais à une exploration intuitive du site, guidée par l’observation des microreliefs, des données de prospections pédestres et de la topographie générale du site. Les résultats acquis en 2010, livrant des premiers axes présumés de voiries, ont également orienté les décapages pour la campagne 2011.

Bibliographie

Bibliographie

Chastagnol A. (1995) – La Frontière provinciale entre Belgique et Lyonnaise à l’époque gallo-romaine dans sa partie occidentale. Prolegomena ad editionem nouam Inscriptionum Latinarum Galliae Belgicae pertinentia (Y. Burnand dir.). Paris, De Boccard.

Mantel E., Devillers S. et Dubois S. (2011) – Agglomération antique d’Eu « Bois l’Abbé » (Seine-Maritime – 76 255 001 AH). Fouille programmée pluriannuelle campagne de fouilles 2010. Service régional de l’archéologie de Haute-Normandie, Service municipal d’archéologie de la ville d’Eu, Eu, 2 vol. dactyl.

Mantel E. et Dubois S. (2010) – « Bois l’Abbé » à Eu (Seine-Maritime) : l’agglomération antique de Briga dévoilée. Journées archéologiques de Haute-Normandie, Rouen, 3-5 avril 2009, Rouen, PUHR, p. 181-184.

Mantel E., Dubois S. et Devillers S. (2007) – Une agglomération antique sort de l’anonymat (Eu, « Bois l’Abbé », Seine Maritime). Briga ressuscitée. Revue archéologique de Picardie, no 3-4, p. 31-50.

Mantel E. et al. dir. (2010) – Briga ou l’histoire d’une bourgade antique peu à peu dévoilée en forêt d’Eu. Blangy-sur-Bresle, FATRA.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Carte de Chastagnol de la frontière entre Gaules belgique et lyonnaise, avec localisation du « Bois l’Abbé » (DAO : A. Bourgois).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4525/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Fig. 2. Plan général du site du « Bois l’Abbé ». Les sondages 6, 7 et 8 effectués en 2010-2011 y sont représentés (DAO : A. Bourgois).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4525/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Fig. 3. Vue aérienne du complexe monumental en septembre 2010 (cliché : Sébastien Charrier).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4525/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Fig. 4. Plan du complexe monumental à l’état 6 (DAO : A. Bourgois, L. Cholet).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4525/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig. 5. Photographie de marbres couvrant autrefois les murs de la basilique dans sa partie orientale (cliché : D. Viennot).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4525/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Fig. 6. Résultats de la prospection pédestre (2007-2008) (DAO : S. Dubois).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4525/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Fig. 7 et 8. Résultats bruts (Geocarta).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4525/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Fig. 9. Résultats interprétés (Géocarta).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4525/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Fig. 10. Photographie du fanum 7 (cliché : É. Mantel).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4525/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Fig. 11. Plan du bâtiment 4, sondage 6 (DAO : L. Cholet).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4525/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Fig. 12. Plan du quartier d’habitation dégagé dans le sondage 7 (DAO : L. Cholet, A. Bourgois).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4525/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Fig. 13. Photographie du bâtiment 1 (cliché : É. Mantel).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4525/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 284k

Auteurs

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540