Version classiqueVersion mobile

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Évreux, 6-8 mai 2011

 | 
Luc Liogier

Le théâtre romain de Lillebonne (Seine-Maritime). Chantier de fouilles 2010

The Roman theatre of Lillebonne. 2010 excavation site

Vincenzo Mutarelli

Résumé

Le programme des fouilles de 2010 du théâtre romain de Lillebonne a mis au jour dans la galerie nord des structures appartenant à deux édifices présents à cet endroit avant l’édification du deuxième état du théâtre. La construction de ce deuxième état a commencé à la fin du Ier siècle et s’est terminée au début du IIe siècle. À l’extérieur du monument, la fouille au sud du site a mis au jour l’entrée axiale sud et identifié l’une des zones d’activités artisanales qui réutilise les structures du mur périmétral sud-est du théâtre à la fin du IIIe siècle.

Texte intégral

1Le programme de fouilles de 2008 s’était arrêté dans la galerie nord du théâtre au niveau le plus bas atteint par les travaux de dégagement des XIXe et XXe siècle. Pour des raisons de sécurité liées à l’état des murs et plus particulièrement à l’état des fondations dont ni les conditions de conservation ni les dimensions n’étaient connues, il avait été en effet décidé d’arrêter la fouille au niveau rejoint par les travaux de déblaiement antérieurs. Cette décision tenait également compte du fait que, dans le projet de valorisation du monument associé à la construction de la nouvelle entrée sur la place Félix-Faure, il n’était pas prévu de constructions qui pourraient endommager la stratigraphie antique encore in situ. Par ailleurs, l’impératif de respecter les dates prévues initialement pour le commencement du chantier de restauration du monument ne permettait pas la poursuite de l’exploration de cette zone.

2Cependant, l’observation et l’analyse des parements et des fondations des murs M 11 et M 12 à l’intérieur de la galerie périphérique (fig. 1) mis au jour en 2008, avaient conduit à l’identification de certains éléments importants (Mutarelli, 2010). Le mur périmétral M 12 présentait un aspect complétement homogène, construit en un seul programme sans modification postérieure. À l’extrémité nord de la galerie, à proximité du contrefort 2, le parement en opus vittatum du mur M 12, en moellons rectangulaires en pierre, présentait, sur une longueur d’environ 20 cm, des fragments des couches de l’enduit de préparation et de finition du parement du mur, à la limite du dallage de sol.

Fig. 1. Plan d’ensemble du théâtre (relevé et DAO : V. Mutarelli).

Fig. 1. Plan d’ensemble du théâtre (relevé et DAO : V. Mutarelli).

3L’enduit de préparation indiquait le point où il appuyait sur les dalles de pierre du sol (pavimentum) en créant une ligne nette. Les dalles ayant été complètement récupérées à la fin du IIIe siècle, leur trace était alors restée imprimée en négatif à la base de l’enduit. Des fragments identiques, en meilleur état de conservation, ont été découverts sur le parement du mur M 11 de la galerie, exactement en face de cette partie du mur M 12. Le relevé de ces traces a confirmé que le dallage était situé au même niveau sur les deux côtés.

4Ces éléments d’enduit avaient été conservés grâce au talus de soutènement de la place Félix-Faure, créé lors des fouilles d’Emmanuel Gaillard du début du XIXe siècle, qui a permis la préservation d’une partie de la stratigraphie antique.

5L’épaisseur des dalles du sol en calcaire à rognon de silex devait être d’environ 30 cm. Cette épaisseur peut être calculée grâce à l’évaluation de l’espacement entre la marque supérieure des dalles inscrite en négatif dans l’enduit et la limite supérieure des fondations, de dimensions plus larges que les murs en élévation. Des éléments du dallage conservés dans d’autres parties du monument présentent une épaisseur identique.

6Les maçonneries du mur M 11, contrairement à celles du mur M 12 de composition uniforme, présentaient des disparités dans la partie comprise entre le contrefort 5 et son extrémité au niveau de l’entrée axiale : au niveau des fondations, on pouvait discerner sur quelques centimètres un changement dans la pierre utilisée pour la réalisation des moellons qui dans ce cas étaient en pierre calcaire tendre et non en travertin comme l’ensemble des parements du mur M 12. Cette différence était aussi perceptible en plan, à travers une légère variation dans l’orientation du mur. À l’autre extrémité du mur M 11, dans la partie comprise entre le contrefort 1 et la limite de la fouille, la partie supérieure des fondations présentait un registre homogène de moellons en pierre calcaire blanche.

7Ces observations sur les structures conduisaient ainsi à discerner deux états de construction diffférents, comme cela avait déjà été constaté avec certitude au niveau du vomitorium V 2 situé plus haut dans la galerie. Une nouvelle fouille dans cette zone, complémentaire de la première, pouvait donc apporter de nouvelles données intéressantes pour la compréhension du site archéologique.

8Retardé par des changements importants dans la conception des structures portantes de la passerelle et des escaliers d’accès de la nouvelle entrée, le commencement du chantier de restauration du monument a finalement été repoussé à la fin de l’année 2010. Ce délai supplémentaire a permis de mener à son terme le programme de recherche à l’intérieur de la galerie périphérique nord.

9Une fois le sol libéré de ce qui restait des remblais modernes, il a été possible de faire une première constatation décevante : les travaux de fouille du XIXe et du XXe siècle ont pratiquement détruit les vestiges du chantier de construction des murs M 11 et M 12 du dernier état du monument (création de la galerie périphérique) et une bonne partie du chantier du deuxième état. En contre-partie, aucun document d’archive n’avait donné d’informations sur la stratigraphie retrouvée dans cette zone lors de ces travaux (Mutarelli, 2006).

Foyers de la galerie nord

10Dans la galerie nord-est, entre le mur M 11 et le mur M 12, 6 foyers ont été retrouvés et ont livré de nombreux éléments de céramique (529 tessons) qui permettent de dater le chantier de construction du deuxième état du théâtre (fig. 2).

Fig. 2. Fonds de foyers fouillés, vue en plan (cliché : B. Sieurin).

Fig. 2. Fonds de foyers fouillés, vue en plan (cliché : B. Sieurin).

11L’un des foyers était abrité par les structures en cours de construction du mur M 11. De forme demi-circulaire, il était placé à une dizaine de centimètres de la fondation du mur, entre le contrefort 1 et le contrefort 3. La maçonnerie des fondations portait elle-même de faibles traces de feu.

12Les autres foyers étaient plus éloignés de la construction, mais restaient à proximité de la zone de travail. Certains évoquaient plutôt une forme de four, car ils étaient creusés très profondément, jusqu’à environ 80 cm. D’autres présentaient des fonds plats, larges de 60 à 90 cm de diamètre (fig. 3). Dans ce cas, ils étaient en partie délimités par des pierres.

Fig. 3. Fonds de foyers fouillés, vue en coupe (cliché : B. Sieurin).

Fig. 3. Fonds de foyers fouillés, vue en coupe (cliché : B. Sieurin).

13Le comblement des foyers a souvent été réalisé avec un mélange de déchets de nourriture, de vaisselle cassée, de terre et de pierre. Certains restes de foyer avaient dû faire l’objet d’un nettoyage, comme semblaient parfois en témoigner de fortes concentrations de déchets (charbon, coquillages, os) sur un des côtés de la paroi du foyer (fig. 4).

Fig. 4. Comblement d’un foyer avec des déchets de nourriture, principalement des coquilles d’huîtres (cliché : B. Sieurin).

Fig. 4. Comblement d’un foyer avec des déchets de nourriture, principalement des coquilles d’huîtres (cliché : B. Sieurin).

14La succession des foyers dans les séquences reconnues laissait apparaître une organisation dans les modes et la réalisation des cuissons. En effet, les coquilles d’huîtres étaient disposées dans les différents foyers de façon à optimiser la cuisson des aliments. Posées sur toute la surface des parois du foyer, elles empêchaient l’humidité forte de la terre naturelle d’éteindre les charbons et permettaient à ceux-ci de brûler lentement jusqu’à ce qu’ils soient réduits en cendres. La couche d’huîtres favorisait en outre la distribution de la chaleur de manière homogène pour une cuisson lente et optimale de la nourriture. Ces foyers ont tous été utilisés pour la cuisson des aliments des maçons (structores) affectés à la construction du gros oeuvre, des fondations et des murs. Les déchets de nourriture retrouvés sont constitués essentiellement par des coquillages (huîtres, moules, coques...) et des restes d’ossements d’animaux (fig. 5).

Fig. 5. Restes d’ossements dans un foyer dont les parois sont tapissées de coquilles d’huîtres (cliché : B. Sieurin).

Fig. 5. Restes d’ossements dans un foyer dont les parois sont tapissées de coquilles d’huîtres (cliché : B. Sieurin).

15Réutilisés à de nombreuses reprises, les foyers ont ensuite été comblés à la fin de la campagne de construction des murs.

16En effet, pour éviter des perturbations dans l’organisation de la vie urbaine lors de la construction d’édifices publics de spectacle ou d’autres édifices monumentaux à l’intérieur d’une ville, la gestion et les besoins du chantier étaient généralement organisés à l’intérieur de l’emprise du complexe, secteur après secteur, en suivant la progression de la construction. Cela semble avoir été la procédure suivie lors du chantier de construction du théâtre de Lillebonne.

Datation de la construction du deuxième état du théâtre

17Le matériel céramique abondant, présent à l’intérieur des foyers, permet de dater avec certitude de la fin du Ier siècle le chantier de construction du deuxième état du théâtre dans ce secteur. Ces données, confrontées avec celles du programme 2008 (Mutarelli, 2009), en particulier celles issues de la fouille de l’entrée du vomitorium V 2 située plus haut dans la galerie périphérique, conduisent à confirmer de manière définitive que l’édification du deuxième théâtre se termine au début du IIe siècle. Cet édifice avait comme dimensions extérieures maximales le mur intérieur de la galerie périphérique du dernier état du monument.

18Le chantier de construction a été conçu et organisé de manière rationnelle en tenant compte de la morphologie du terrain et des charges des murs. Les structures du deuxième théâtre situées dans les parties basses du site ont été édifiées les premières, à la fin du Ier siècle, dans le but d’équilibrer et de contrebuter les poussées du terrain en forte pente, puis, dans un deuxième temps, le poids des murs construits sur celui-ci.

Description des états de construction de la galerie périphérique nord

19Un relevé détaillé des parements et des fondations de la façade est du mur M 11 a été réalisé pour documenter graphiquement l’état actuel de conservation des structures. L’observation des composantes du mur (mortiers, moellons en pierre calcaire et en travertin, briques) mises en relation avec les différentes techniques de construction ont permis de comprendre et d’identifier les différentes parties qui composent cette structure (fig. 6).

Fig. 6. Paroi est du mur M 11 (relevé : R. Sidebottom et V. Mutarelli ; DAO : V. Mutarelli).

Fig. 6. Paroi est du mur M 11 (relevé : R. Sidebottom et V. Mutarelli ; DAO : V. Mutarelli).

20Deux états de construction se superposent dans la structure : les murs de la fin du Ier siècle ont été démolis au niveau des fondations qui ont été réutilisées intégralement dans la nouvelle base des fondations de la fin du IIe siècle. Environ 100 ans se sont écoulés avant qu’un nouveau projet pour l’agrandissement et la surélévation du monument de spectacle soit réalisé par la création de la galerie périphérique, avec un nouveau mur périmétral et le réhaussement de tous les murs du deuxième état de l’édifice. Certaines structures ont été démolies au niveau des fondations ou des premiers registres de l’opus vittatum, d’autres ont été maintenues comme dans le cas des deux entrées axiales est et ouest qui ont été rehaussées en ajoutant de nouvelles voûtes.

21Dans la galerie périphérique nord, le chantier de démolition et de contruction du dernier état du théâtre correspond au sol extérieur d’utilisation publique du deuxième état. Effacé par les fouilles modernes, ce chantier est cependant identifiable le long de toutes les fondations dans la différence existant entre les fondations réalisées à fond perdu, et donc enterrées, et celles qui sont en élévation. La composition (mortier, pierres) des deux parties de fondations du mur sont identiques, mais la forme de la partie en élévation est plus large et moins régulière que celle de la partie à fond perdu. En élévation, en effet, le mortier encore frais, qui n’est pas retenu par les parois de la tranchée, s’élargit de quelques centimètres sur le sol. En conséquence, à la base de la partie aérienne des fondations, la ligne du sol du chantier se conserve en négatif (fig. 7).

Fig. 7. Vue de la galerie périphérique nord en connexion avec l’entrée axiale est (cliché : V. Mutarelli).

Fig. 7. Vue de la galerie périphérique nord en connexion avec l’entrée axiale est (cliché : V. Mutarelli).

22À proximité de l’entrée axiale orientale, le mur intérieur M 11 et le contrefort 5, dans la partie réalisée à la fin du Ier siècle, sont édifiés, quoiqu’étant en fondation, avec des techniques différentes des techniques habituelles. Cette importante variation s’observe aussi à l’autre extrémité du mur à la limite nord de la fouille. En effet, dans l’ensemble du monument, les fondations sont toujours construites selon la technique du fond perdu avec une forme de V : le creusement de la tranchée de fondation présente des parois inclinées symétriques dont la partie profonde est moins large que la partie supérieure ; la tranchée est ensuite comblée avec des coulées successives de mortier mélangées avec des pierres de taille différentes.

23Or, dans cette zone, le mur est construit en opus vittatum : il est édifié avec beaucoup de soin au moyen de moellons en pierre calcaire blanche de très bonne qualité, de forme rectangulaire et de, mesures variables, pour offrir une meilleure résistance des maçonneries. L’orientation du mur et du contrefort 5 varie légèrement, mais cette variation est très visible par rapport au nouveau mur de l’état de la fin du IIe siècle qui s’y superpose, lui-même construit en opus vittatum mixtum avec des moellons en travertin beige clair (fig. 8).

Fig. 8. Détail du mur M 11, au niveau de l’entrée axiale, montrant les deux états de construction : fin i er siècle, moellons de calcaire blanc ; fin ii e siècle, moellons de travertin beige (cliché : V. Mutarelli).

Fig. 8. Détail du mur M 11, au niveau de l’entrée axiale, montrant les deux états de construction : fin i er siècle, moellons de calcaire blanc ; fin ii e siècle, moellons de travertin beige (cliché : V. Mutarelli).

Découverte de deux constructions antérieures au deuxième état du théâtre

24À environ 40 cm au dessous de la base des fondations du mur périmétral M 12, a été découverte une partie des vestiges appartenant au chantier de construction du deuxième état du monument. Au contact entre la galerie nord et l’entrée monumentale orientale, des structures appartenant à deux édifices présents dans cette zone avant l’édification du deuxième état du théâtre ont été mises au jour. En effet, la construction du mur M 11 a nécessité de couper et de démolir les vestiges de deux constructions antérieures, édifiées à cet endroit avant l’extension du théâtre : elles sont donc antérieures à la fin du Ier siècle (fig. 9 et 10). Il s’agit de deux pièces dont, pour la première, c’est-à-dire la plus ancienne chronologiquement, trois côtés ont été retrouvés, le quatrième ayant été détruit pour bâtir l’extension du théâtre. Cette pièce à demi enterrée faisait probablement partie d’un édifice de plus grandes dimensions situé sous les murs du monument vers l’arène à l’ouest (fig. 11). Elle avait une forme trapézoïdale ; son côté le plus petit, à l’est, mesurait 4,30 m de long à l’extérieur, soit environ 14,5 pieds ; l’épaisseur de ses murs était d’environ 0,592 m, soit 2 pieds. Le parement extérieur était construit à fond perdu, ayant été édifié contre le terrain naturel creusé pour la réalisation du sous-sol. Le parement intérieur était réalisé selon une technique opératoire semblable à celle d’un opus vittatum très irrégulier, présentant une grande quantité de mortier entre les pierres calcaires, technique généralement utilisée en fondation.

Fig. 9. Domus (relevé et DAO : V. Mutarelli).

Fig. 9. Domus (relevé et DAO : V. Mutarelli).

Fig. 10. Domus (relevé et DAO : V. Mutarelli).

Fig. 10. Domus (relevé et DAO : V. Mutarelli).

Fig. 11. Vue d’ensemble de la galerie périphérique nord (cliché : V. Mutarelli).

Fig. 11. Vue d’ensemble de la galerie périphérique nord (cliché : V. Mutarelli).

25Le sol a été retrouvé en bon état de conservation (fig. 12) : il était en opus signinum, constitué d’un mélange compacté de chaux, sable, débris de terre cuite et de fragments de pierre calcaire. Cette pièce a été démolie pour l’agrandissement et la surélévation du bâtiment dont l’usage reste inconnu, les vestiges mis au jour n’étant pas complets. Cependant, la typologie de ces structures suggère qu’elles ont été créées pour une utilisation privée, probablement à usage d’habitation.

Fig. 12. Vue des structures du Ier siècle antérieures à la construction du monument de spectacle. Détail du sol en opus signinum (cliché : V. Mutarelli).

Fig. 12. Vue des structures du Ier siècle antérieures à la construction du monument de spectacle. Détail du sol en opus signinum (cliché : V. Mutarelli).

26De la seconde pièce, qui n’était pas enterrée, seuls deux côtés ont été conservés au nord et à l’est, mais pas le pavement qui devait se trouver au dessus du niveau supérieur des murs découverts. Une fois la première structure démolie, la nouvelle a été construite selon un dessin différent, rectangulaire, à l’extérieur de la première. Seules les fondations des deux murs étaient encore présentes, extrêmement fragiles et très détériorées pour ce qui est du parement intérieur. Le mur est, parallèle à la galerie périphérique, a été démoli lors de la pose des pierres des piédroits de la porte monumentale d’accès à l’édifice, à la fin du IIe siècle.

27Les vestiges de la première construction ont été complètement recouverts avec la terre argileuse naturelle environnante, formant un remblai qui a servi de soutènement au nouveau sol. Les deux pièces ont été démolies définitivement pendant le chantier de la fin du Ier siècle. Elles connurent alors une nouvelle vie au cours du chantier lui-même, comme cela arrivait fréquemment dans les chantiers d’époque romaine. Le remblai de terre argileuse fut à nouveau creusé jusqu’au sol en opus signinum et l’ensemble de ce qui restait des deux pièces fut réutilisé comme bassins pour le gâchage de la chaux et du sable (fig. 13), pour la fabrication du mortier utilisé dans la construction des fondations.

Fig. 13. Aménagement d’un bassin de gâchage de mortier à l’intérieur des structures antérieures au deuxième état du « théâtre » (cliché : V. Mutarelli).

Fig. 13. Aménagement d’un bassin de gâchage de mortier à l’intérieur des structures antérieures au deuxième état du « théâtre » (cliché : V. Mutarelli).

28À la fin des travaux, le bassin fut définitivement abandonné et rempli avec des déchets du chantier et des matériaux non récupérables provenant de la démolition de l’édifice préexistant (fig. 14). De la démolition des murs, proviennent de nombreux fragments de la couche préparatoire d’enduit, de l’enduit lui-même et probablement de l’ensemble de l’enduit décoré à fresque de la pièce. Tout a été récupéré méthodiquement pendant la fouille, mais les éléments de fresques retrouvés sont trop fragmentaires pour permettre une étude intéressante (fig. 15).

Fig. 14. Comblement du bassin de gâchage utilisé pour la construction du monument de la fin du Ier siècle (cliché : V. Mutarelli).

Fig. 14. Comblement du bassin de gâchage utilisé pour la construction du monument de la fin du Ier siècle (cliché : V. Mutarelli).

Fig. 15. Comblement du bassin de gâchage avec des fragments d’enduits et d’enduits peints issus de la démolition des structures antérieures au deuxième état du « théâtre » (cliché : V. Mutarelli).

Fig. 15. Comblement du bassin de gâchage avec des fragments d’enduits et d’enduits peints issus de la démolition des structures antérieures au deuxième état du « théâtre » (cliché : V. Mutarelli).

29Pour conclure, les fondations du mur M 11 de la fin du Ier siècle pouvaient être construites à fond perdu seulement à partir du fond du creusement des deux pièces, mais elles devaient être réalisées en élévation – ici selon la technique de l’opus vittatum – à l’emplacement des maçonneries existantes, comme cela a été constaté lors de la réalisation du relevé graphique.

30À l’autre extrêmité du mur, au sud, la même variante de construction peut être observée, mais aucun édifice antérieur au monument n’a été découvert. Toutefois, l’analyse stratigraphique permet d’affirmer que d’autres structures étaient présentes dans cette zone avant l’élargissement du théâtre (fig. 16).

Fig. 16. Détail du mur M 11, au nord, montrant les deux états de construction : fin du Ier siècle, moellons de calcaire blanc ; fin du IIe siècle, moellons de travertin beige (cliché : B. Sieurin).

Fig. 16. Détail du mur M 11, au nord, montrant les deux états de construction : fin du Ier siècle, moellons de calcaire blanc ; fin du IIe siècle, moellons de travertin beige (cliché : B. Sieurin).

31Aucun élément de datation n’a été découvert en relation avec les édifices qui ont précédé le théâtre, mais en chronologie relative ils sont forcément antérieurs au dernier quart du Ier siècle. Tous les fragments de céramique trouvés, dont certains directement sur le sol en opus signinum, appartiennent stratigraphiquement au chantier de construction du deuxième état du théâtre, dont la datation est comprise entre le milieu et le dernier quart du Ier siècle.

32Les maçonneries et le sol du premier bâtiment sont de bonne qualité et construits pour durer. Le second bâtiment a été construit en démolissant le premier, puis en réalisant d’importants travaux de nivellement et de réhaussement du terrain. Ces travaux coûteux avaient pour but de stabiliser la construction pour assurer une utilisation de longue durée. L’édifice a en particulier bénéficié d’une haute qualité de finitions, comme l’indiquent les enduits de préparation et l’enduit décoré à fresque retrouvés qui proviennent de la pièce. Aucun projet d’agrandissement du théâtre ne devait donc être prévu au moment de l’édification de ce bâtiment et il est fort probable que celui-ci ait eu une durée de vie relativement longue.

33Si l’on envisage que les deux édifices se sont succédés d’un propriétaire à l’autre avec un écart d’une génération, on peut avancer l’hypothèse que la première de ces constructions pourrait appartenir à la première moitié du Ier siècle.

34À l’extérieur du premier théâtre, qui n’a pas encore fait l’objet de fouilles, existaient donc pendant le Ier siècle d’autres constructions, vraisemblablement des habitations. Le premier monument de spectacle avait donc des dimensions plus petites que celles des théâtres qui l’ont remplacé. Cette information est confirmée par le plan et les mesures des murs mis au jour au début du XXe siècle à l’intérieur de l’arène du théâtre de Lillebonne.

Fouille de la zone sud du théâtre

35La campagne de fouilles a commencé l’exploration de la zone sud du théâtre et de l’angle sud-est de la parcelle. De nombreuses informations ont ainsi été récoltées, qui apportent déjà des réponses importantes aux questions posées (fig. 17 et 18). Un tiers environ du talus présent dans la zone sud sud-est, extérieure au mur périmétral a été étudié et vérifié, avec le constat qu’il est formé de remblais modernes et contient des déchets modernes et contemporains (fig. 19).

Fig. 17. Plan général de la façade sud-est (relevé et DAO : V. Bardel et V. Mutarelli).

Fig. 17. Plan général de la façade sud-est (relevé et DAO : V. Bardel et V. Mutarelli).

Fig. 18. Vue de la façade sud du monument (cliché : V. Mutarelli).

Fig. 18. Vue de la façade sud du monument (cliché : V. Mutarelli).

Fig. 19. Coupe stratigraphique du terrain à l’extérieur sud du monument. Les séquences de terres grises/noires résultent des fouilles XIXe – début XXe siècle (cliché : V. Mutarelli).

Fig. 19. Coupe stratigraphique du terrain à l’extérieur sud du monument. Les séquences de terres grises/noires résultent des fouilles XIXe – début XXe siècle (cliché : V. Mutarelli).

36L’entrée axiale sud du monument et le mur périmétral sud ont été mis au jour. En face de l’entrée axiale sud A 5, plusieurs séquences de voies et de niveaux de sol correspondant à cette entrée ont été découvertes et relevées (fig. 20). Elles sont constituées de trois séquences de voies superposées, contemporaines du dernier état du monument, recouvertes ensuite par des niveaux qui appartiennent à l’état d’abandon de l’édifice et aux chantiers de récupération des murs et des éléments de finition et de décor en pierre (fig. 21). Le système de construction du mur périmétral M 32 et du seuil de l’entrée axiale sud a été étudié. Ce seuil a été construit en creusant les remblais de nivellement de la colline, remblais datant du deuxième état du monument. Des données importantes concernant les modalités du chantier de construction du mur périmétral du dernier état du théâtre ont été mises en lumière : la construction s’est faite par tranches et de manière discontinue. Une équipe, procédant sans doute d’est en ouest, a construit le mur M 32 tandis qu’une autre équipe progressant d’ouest en est construisait le mur M 37 et le mur de seuil de l’entrée. Les deux chantiers se sont rencontrés à environ 1 m de la limite est de l’ouverture de l’entrée (fig. 24). Des différences notables dans les techniques de construction sont visibles entre les deux chantiers (fig. 22).

Fig. 20. Vue de l’entrée axiale sud et du vomitorium V 5 (cliché : V. Mutarelli).

Fig. 20. Vue de l’entrée axiale sud et du vomitorium V 5 (cliché : V. Mutarelli).

Fig. 21. Voies de l’entrée axiale sud (relevé et DAO : V. Mutarelli).

Fig. 21. Voies de l’entrée axiale sud (relevé et DAO : V. Mutarelli).

Fig. 22. Élévation nord de l’entrée axiale sud (relevé et DAO : V. Bardel et V. Mutarelli).

Fig. 22. Élévation nord de l’entrée axiale sud (relevé et DAO : V. Bardel et V. Mutarelli).

37À l’extérieur du mur M 32, entre les contreforts 86 et 32, a été découverte une partie des vestiges d’un édifice à vocation artisanale dont la structure légère a été réalisée dans le dernier quart du IIIe siècle, après l’abandon du monument comme édifice de spectacle. Il s’agit d’une construction légère ouverte sur les côtés, composée d’un toit soutenu au nord par une partie du mur périmétral et à son autre extrémité par des supports discontinus constitués par des poteaux de bois. Les traces de trois foyers implantés en trois endroits contre la paroi extérieure du mur périphérique et quelques fragments d’objets retrouvés à proximité fournissent des indices sur une destination artisanale de cette construction (fig. 23).

38La suite de la fouille dans ce secteur doit permettre de retrouver le système des accès à la galerie périphérique en face des vomitoires V 3 et V 4 du dernier état de l’édifice de spectacle. Ils pourront être comparés avec les entrées aux vomitoria V 2 et V 5 déjà explorés. À la fin des opérations de fouille de la zone sud et sud-est, tous les dispositifs d’accès à la galerie et aux vomitoria à l’est et au sud seront donc connus, ce qui fournira des éléments essentiels pour l’étude du dernier état de l’édifice de spectacle.

Fig. 23. Élévation sud du mur M 32 (relevé et DAO : V. Bardel et V. Mutarelli).

Fig. 23. Élévation sud du mur M 32 (relevé et DAO : V. Bardel et V. Mutarelli).

Fig. 24. Détail de la liaison de deux tranches de construction du mur de façade. Fin IIe – début IIIe siècle (cliché : B. Sieurin).

Fig. 24. Détail de la liaison de deux tranches de construction du mur de façade. Fin IIe – début IIIe siècle (cliché : B. Sieurin).

Bibliographie

Bibliographie

Mutarelli V. (2001) – Le Théâtre romain de Lillebonne. Étude préliminaire. Rouen, Conseil général de Seine-Maritime, SRA.

Mutarelli V. (2006) – Le Théâtre romain de Lillebonne. Historique des fouilles. Rouen, Conseil général de Seine-Maritime, SRA.

Mutarelli V. (2009) – Théâtre romain de Lillebonne, Rapport de fouilles programmées, Rouen, Conseil général de Seine-Maritime, SRA.

Mutarelli V. (2010) – Nouvelles fouilles au « théâtre » romain de Lillebonne (Seine-Maritime). Journées archéologiques de Haute-Normandie, Rouen, 3-5 avril 2009, Publications des universités de Rouen et du Havre, 2010, p. 185-198.

Mutarelli V. (2011) – Le Théâtre romain de Lillebonne : étude des sources et nouvelle campagne de fouilles. Theatra et spectacula : les grands monuments de jeux dans l’Antiquité (Michel E. Fuchs et Benoît Dubosson dir.). Études de lettres (université de Lausanne), no 1-2.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Plan d’ensemble du théâtre (relevé et DAO : V. Mutarelli).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4524/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Fig. 2. Fonds de foyers fouillés, vue en plan (cliché : B. Sieurin).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4524/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 3. Fonds de foyers fouillés, vue en coupe (cliché : B. Sieurin).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4524/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Fig. 4. Comblement d’un foyer avec des déchets de nourriture, principalement des coquilles d’huîtres (cliché : B. Sieurin).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4524/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 5. Restes d’ossements dans un foyer dont les parois sont tapissées de coquilles d’huîtres (cliché : B. Sieurin).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4524/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Fig. 6. Paroi est du mur M 11 (relevé : R. Sidebottom et V. Mutarelli ; DAO : V. Mutarelli).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4524/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Fig. 7. Vue de la galerie périphérique nord en connexion avec l’entrée axiale est (cliché : V. Mutarelli).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4524/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Fig. 8. Détail du mur M 11, au niveau de l’entrée axiale, montrant les deux états de construction : fin i er siècle, moellons de calcaire blanc ; fin ii e siècle, moellons de travertin beige (cliché : V. Mutarelli).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4524/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Fig. 9. Domus (relevé et DAO : V. Mutarelli).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4524/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre Fig. 10. Domus (relevé et DAO : V. Mutarelli).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4524/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Fig. 11. Vue d’ensemble de la galerie périphérique nord (cliché : V. Mutarelli).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4524/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Fig. 12. Vue des structures du Ier siècle antérieures à la construction du monument de spectacle. Détail du sol en opus signinum (cliché : V. Mutarelli).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4524/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig. 13. Aménagement d’un bassin de gâchage de mortier à l’intérieur des structures antérieures au deuxième état du « théâtre » (cliché : V. Mutarelli).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4524/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Fig. 14. Comblement du bassin de gâchage utilisé pour la construction du monument de la fin du Ier siècle (cliché : V. Mutarelli).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4524/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig. 15. Comblement du bassin de gâchage avec des fragments d’enduits et d’enduits peints issus de la démolition des structures antérieures au deuxième état du « théâtre » (cliché : V. Mutarelli).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4524/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Fig. 16. Détail du mur M 11, au nord, montrant les deux états de construction : fin du Ier siècle, moellons de calcaire blanc ; fin du IIe siècle, moellons de travertin beige (cliché : B. Sieurin).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4524/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Fig. 17. Plan général de la façade sud-est (relevé et DAO : V. Bardel et V. Mutarelli).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4524/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Fig. 18. Vue de la façade sud du monument (cliché : V. Mutarelli).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4524/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Fig. 19. Coupe stratigraphique du terrain à l’extérieur sud du monument. Les séquences de terres grises/noires résultent des fouilles XIXe – début XXe siècle (cliché : V. Mutarelli).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4524/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 20. Vue de l’entrée axiale sud et du vomitorium V 5 (cliché : V. Mutarelli).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4524/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Fig. 21. Voies de l’entrée axiale sud (relevé et DAO : V. Mutarelli).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4524/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre Fig. 22. Élévation nord de l’entrée axiale sud (relevé et DAO : V. Bardel et V. Mutarelli).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4524/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Fig. 23. Élévation sud du mur M 32 (relevé et DAO : V. Bardel et V. Mutarelli).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4524/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Fig. 24. Détail de la liaison de deux tranches de construction du mur de façade. Fin IIe – début IIIe siècle (cliché : B. Sieurin).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4524/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 143k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search