Version classiqueVersion mobile

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Évreux, 6-8 mai 2011

 | 
Luc Liogier

Le théâtre antique du sanctuaire du Vieil-Évreux (Eure)

The ancient theatre of the Vieil-Évreux sanctuary

Filipe Ferreira

Résumé

Le théâtre du sanctuaire antique de Gisacum (Le Vieil-Évreux, Eure) a fait l’objet d’une première campagne de fouilles après plusieurs études préliminaires engagées par la Mission archéologique départementale de l’Eure. Les questions soulevées par la confrontation des données anciennes et récentes trouvent ici quelques réponses. Le monument présente deux états distincts, malheureusement non datés mais qui permettent néanmoins d’affirmer qu’il constitue un exemple particulier de l’évolution de l’architecture théâtrale en Gaule.

Entrées d'index

Texte intégral

  • 1 Nathalie de Chaisemartin, maître de conférences HDR en histoire de l’art et archéologie romaine, un (...)
  • 2 Nous tenons avant tout à remercier le Service régional de l’archéologie de Haute-Normandie, la Miss (...)

1Le théâtre de Gisacum (Vieil-Évreux) est l’un des principaux monuments qui appartenait au sanctuaire (Bertaudière et al., à paraître) (fig. 1). La fouille mise en place cette année s’inscrit dans une série d’études dédiées au monument et effectuées depuis le XIXe siècle. Le projet de 2010 a été mis en place dans le cadre d’un master 2 sous la direction de N. de Chaisemartin1 et se poursuit maintenant dans celui d’une thèse sur les édifices de spectacle dans le nord-ouest des Gaules2.

Historiographie du monument

2Le théâtre se situe au cœur du village du Vieil-Évreux (fig. 2). C’est un monument de grande ampleur mesurant près de 106 m de diamètre, ce qui en fait l’un des plus grands édifices de spectacle de la région. Orienté à l’est, l’édifice s’aligne dans le prolongement de l’axe monumental du sanctuaire. Il est légèrement désaxé vers l’est pour des raisons probablement topographiques, mais présente un lien étroit avec le « grand sanctuaire ». Il en est séparé par un portique monumental dont quelques structures ont été observées (Dabas et al., 2005, p. 28 ; Guyard et Bertaudière, 2003, p. 51). Le théâtre du Vieil-Évreux n’est pas un édifice isolé mais se trouve, bien au contraire, pleinement intégré au sanctuaire.

3Les fouilles du théâtre ont commencé au tout début du XIXe siècle sous la direction de l’abbé Rever. Au cours de cette première campagne de fouilles, les murs visibles de l’édifice ont été dégagés. Un plan, établi par Fresnel et Samson, respectivement géomètre et architecte, fut publié en 1827 (Rever, 1827, pl. I, fig. 1 et 2) (fig. 3). Le théâtre y est figuré avec une conque de gradins excédant le demi-cercle. Plusieurs éléments sont identifiables, tels les entrées ou le mur curviligne. En 1848 est publié un nouveau plan de l’édifice suite à la seconde campagne de fouille dirigée entre 1835 et 1842 par T. Bonnin (fig. 4). Ce plan est établi à partir des carnets de croquis de l’auteur repris par le dessinateur J. Fétis. Reprenant certaines erreurs dans la vision générale du bâtiment (Ferreira, 2010, p. 63-67), et sans doute trop influencé par la pensée « classique » en vogue au XIXe siècle, J. Fétis restitue un plan « amélioré » du théâtre du Vieil-Évreux. L’édifice, en demi-cercle parfait prolongé de deux murs parallèles, dispose de sept couloirs d’accès radiants. Le couloir axial se divise en trois : les accès latéraux mènent vraisemblablement à une seconde précinction tandis que le couloir central débouche sur la précinction la plus basse qui dessert le maenianum inférieur. L’orchestra occupe une surface importante de même que le plateau scénique qui comporterait peut-être deux voire trois états. Le bâtiment de scène, rectangulaire, se détache à l’arrière du mur de scène.

Fig. 1. Sanctuaire du Vieil-Évreux (Eure) (DAO : MADE, 2007).

Fig. 1. Sanctuaire du Vieil-Évreux (Eure) (DAO : MADE, 2007).

Fig. 2. Théâtre du Vieil-Évreux (cliché : Archéo 27).

Fig. 2. Théâtre du Vieil-Évreux (cliché : Archéo 27).

Fig. 3. Théâtre du Vieil-Évreux (Rever, 1927).

Fig. 3. Théâtre du Vieil-Évreux (Rever, 1927).

4Les fouilles sur le théâtre sont restées quelques temps en suspens jusqu’aux observations d’H. Lamiray publiées en 1934 (Lamiray, 1934, p. 115-119). Profitant de l’implantation de poteaux électriques au sein du village, il remarque la présence de maçonneries effondrées autour du théâtre.

5La création de la Mission archéologique départementale de l’Eure permet de relancer la recherche sur l’ensemble du sanctuaire. Plusieurs mesures sont prises au sujet de l’édifice de spectacle et ont pour objectif d’étudier le monument et de le préserver. Les structures mises au jour depuis le XIXe siècle sont recouvertes de sable et de géotextile, les espaces fragilisés ou effondrés sont consolidés. Un programme de prospection géophysique est également mis en place (Aubry et al., 1998). Les résultats de cette campagne effectuée par la société Terra Nova ont permis d’entrevoir l’édifice de façon plus précise (fig. 5). Plusieurs des structures, comme les accès ou le bâtiment d’arrière-scène, qui figuraient sur le plan de T. Bonnin sont avérées, mais il n’est pas possible de déterminer de façon précise le plan de l’édifice. Enfin, en 2002, une surveillance de réseau entreprise par la Mission archéologique départementale de l’Eure a donné la possibilité d’observer à nouveau les vestiges remarqués par H. Lamiray mais aussi de confirmer la présence d’un portique entre le théâtre et le « grand sanctuaire » (Guyard et Bertaudière, 2003, p. 51).

Problématiques et enjeux

6Face à des données lacunaires et ponctuelles, il était nécessaire d’apporter un éclairage nouveau sur l’édifice. La première visée était d’étudier l’ensemble de la documentation disponible. Ce travail, débuté par C. Fontaine (2005), avait été en partie réalisé. L’ensemble de la documentation était réuni et il était nécessaire de procéder au dépouillement et à l’analyse précise des plans disponibles. Nous ne reviendrons pas sur les conclusions de cette étude si ce n’est pour rappeler que cette étape s’est avérée déterminante dans la stratégie de fouilles adoptée.

Fig. 4. Théâtre du Vieil-Évreux (Bonnin, 1848).

Fig. 4. Théâtre du Vieil-Évreux (Bonnin, 1848).

7La campagne dirigée en 2010 avait pour objectifs de tenter de délimiter un cadre topo-chronologique dans lequel s’insère le théâtre et d’explorer ses différentes structures, puis de les comparer avec les données récoltées.

8Nous avons donc été amenés à explorer l’angle nord du théâtre ainsi que le couloir latéral nord de l’entrée axiale. Ces deux secteurs devaient permettre de préciser le plan d’ensemble et étaient propices à l’observation de modifications résultant de plusieurs états successifs (fig. 6).

Aperçu d’une « aventure architecturale » (Frezouls, 1989, p. 18-26)

9Préalablement, il est important de souligner que nous n’avons pas obtenu d’éléments qui permettent de dater précisément les différentes phases de l’édifice. Toutefois, il est possible de proposer une chronologie relative à partir de la fin du Ier siècle après J.-C.

Fig. 5. Théâtre du Vieil-Évreux, relevé géophysique (Cabinet Emmenegger, 1998).

Fig. 5. Théâtre du Vieil-Évreux, relevé géophysique (Cabinet Emmenegger, 1998).

10Le théâtre a été construit sur un terrain vraisemblablement vierge et légèrement en pente, dans l’axe du sanctuaire. Les fouilles ont révélé un sol de craie au-dessus du terrain naturel dont l’épaisseur n’excède pas 12 cm. Ce sol est aussi bien apparu dans les espaces de circulation qu’à l’intérieur des espaces remblayés de la cavea. Ce niveau est clairement « percé » par les maçonneries qui ont été construites par la suite. Au sein de l’un des sondages recoupant une partie du couloir et l’un des caissons remblayés (sondage no 3), le sol forme un premier espace plan correspondant à un palier ; celui-ci est relié à un autre, situé une vingtaine de centimètres plus bas en direction de l’orchestra. On peut se demander si ce schéma se reproduit jusqu’au bas de la cavea. Si c’est le cas, nous disposerions alors d’un premier espace étagé en mesure de recevoir un public. Un creusement rectangulaire et presque perpendiculaire à l’axe du couloir a été repéré au milieu de l’entrée de ce dernier. Sa fonction n’est pas déterminée et il n’est pas possible de l’attribuer à l’une des phases de l’édifice.

11À la fin du Ier siècle après J.-C., un premier théâtre est construit à l’emplacement de l’esplanade. Les différents niveaux de construction observés comportent plusieurs trous de poteaux probablement liés aux perches d’échafaudage. D’autres indices liés au chantier ont été relevés comme les débordements de mortier des tranchées de fondation qui marquent le niveau du sol lors de la construction. Les murs d’opus caementicium sont parementés de moellons calcaires régulièrement séparés par un chaînage de briques. Cela n’est cependant valable que pour les parois externes des murs (celles des couloirs d’accès ou de la façade). Le parement des surfaces internes est assisé grossièrement en silex, avec un chaînage de tuiles en remploi, et les joints sont tirés au fer. La largeur de ces murs varie en 0, 90 m et 1, 20 m. Les murs du premier état présentent occasionnellement des assises de calcaire au sein de la maçonnerie. La façade du monument est rythmée de contreforts espacés de 1,77 m et larges de 0,75 m si l’on en croit T. Bonnin (Bonnin, 1842, p. 67). Cette façade dispose probablement de neuf entrées voûtées par lesquelles on accède aux différents couloirs menant à la cavea. L’entrée axiale se divise en trois couloirs de longueur inégale. Le couloir central dessert probablement la précinction inférieure tandis que les deux latéraux aboutissent à la précinction médiane. Enfin, de part et d’autre des entrées latérales, deux cages d’escaliers permettent d’accéder à la partie haute des gradins. Les parois sont espacées d’1,20 m ce qui contraste avec les couloirs de l’entrée axiale mesurant 2,80 m à 3,10 m de large. Doit-on y voir une contrainte technique ou le fait que cet espace ne soit emprunté que par une minorité de spectateurs ? De part et d’autre de cette entrée axiale, sans réel souci de symétrie, sont disposés six autres couloirs qui mènent à la précinction médiane.

Fig. 6. Théâtre du Vieil-Évreux, synthèse 2010 (DAO : F. Ferreira).

Fig. 6. Théâtre du Vieil-Évreux, synthèse 2010 (DAO : F. Ferreira).

Fig. 7. Sondage, angle nord (DAO : F. Ferreira).

Fig. 7. Sondage, angle nord (DAO : F. Ferreira).

Fig. 8. Sondage, entrée axiale (DAO : F. Ferreira).

Fig. 8. Sondage, entrée axiale (DAO : F. Ferreira).

12L’orchestra, de même que la scène et le mur de scène ne peuvent être restitués avec certitude bien que les plans proposés par T. Bonnin soient plausibles (Bonnin, 1845, pl. XII).

13Le mur périmétral rectiligne est de même facture que les murs précédemment décrits et leur est d’ailleurs lié à hauteur de l’angle nord du théâtre. Un bâtiment d’arrière-scène a également été construit (Aubry et al., 1998, p. 16). La fouille a permis de mettre au jour un couloir qui le dessert probablement et donnerait accès à l’orchestra.

14Le premier état de l’édifice est relativement simple : un mur d’enceinte contient l’ensemble des remblais rapportés sur le sol de craie. Dans ces remblais sont aménagés plusieurs couloirs utilisés par les spectateurs tandis que d’autres accès semblent plutôt servir à l’usage des gens du spectacle ou des personnages importants. Cet édifice, au vu de la faible largeur de ses maçonneries, ne devait pas disposer d’une grande hauteur.

15Le second état maçonné du théâtre du Vieil-Évreux correspond à une campagne de consolidation et d’aménagements au sein de la cavea et des différents accès. Habituellement, l’agrandissement d’un édifice de spectacles passe par la construction d’un mur périmétral curviligne supplémentaire.

16Dans le cas du Vieil-Évreux, la cavea, peut-être constituée de matériaux périssables dans un premier temps, a été excavée pour permettre le rehaussement de l’édifice. Plusieurs niveaux de construction liés aux murs internes ont été observés : pour la construction de leur fondation, les remblais ont été recreusés à une profondeur variable. D’autres niveaux de construction se superposent, séparés par plusieurs couches de remblais qui recouvrent alors l’élévation. Ces murs sont clairement moins soignés que les murs précédents. Le mur périmétral, distant de 1, 10 m à près de 3 m se trouve ainsi doublé par un nouveau mur de soutènement. L’espace situé entre les deux laisse supposer l’adjonction de quelques rangs de gradins ou bien d’un couloir de circulation au sommet de la cavea. On peut supposer que les maçonneries du premier édifice, de largeur relativement faible ne répondent plus aux nécessités architectoniques induites par ces modifications. Un nouvel apport de remblai au sein de la cavea, ou une pétrification éventuelle de celle-ci, a probablement augmenté la pression exercée sur le mur d’enceinte de l’édifice. Ce rehaussement du monument est visible au sein du couloir axial où le niveau de circulation le plus ancien présente une légère pente descendante qui sera par la suite rééquilibrée à l’aide de remblais. La pente disparaît et le couloir devient plan.

  • 3 Comme on peut l’observer dans de nombreux autres édifices tels que ceux de Vendeuil-Caply ou Arnièr (...)

17Les espaces fragilisés tels que les couloirs sont alors obstrués ou maçonnés. L’escalier présent dans le couloir latéral nord de l’entrée axiale est repris en opus caementicium (fig. 7 et 8). Un creux, probablement en rapport avec la fixation de la volée, a été découvert au-dessus de l’emmarchement. Ce trou de poteau présente clairement des traces de lissage liées au bois pris dans la maçonnerie. Le couloir mis au jour dans l’angle nord du théâtre est lui aussi obstrué par un mur. Son parement présente la même mise en œuvre que celle des murs du premier état, sans doute pour créer l’illusion d’une seule et même maçonnerie. Si l’on en croit les parties visibles au sommet de l’angle, ou dans les parties effondrées du mur périmétral rectiligne, le mur du second état passerait par-dessus le mur antérieur (fig. 9). Le nouveau mur périmétral rectiligne, plus large, serait alors lui aussi surélevé. Ces différents espaces de circulation obstrués, ou réaménagés, permettent d’élargir l’enceinte de l’édifice qui atteint par endroits près de 3 m. L’espace interne est également repris comme le montre un contrefort édifié au sein de l’angle nord. Ce petit mur radiant de près de 2 m de long devait trouver son répondant dans l’autre angle de la cavea. Peut-être y en avait-il même plusieurs entre les deux murs concentriques à la hauteur des angles3 ?

18La modification des structures internes et le remaniement de certains accès entraînent d’autres modifications au sein des couloirs internes de la cavea. L’espace du théâtre romain est organisé afin que les spectateurs respectent la hiérarchisation sociale en place. Si l’édifice est surélevé mais que les accès restent strictement les mêmes, le spectateur n’arriverait plus aux rangs qui lui sont dédiés. Pour éviter cela, le couloir latéral nord a été en partie remblayé de 0,15 m à 0,50 m par un mélange d’argile et de silex dans les espaces observés.

Fig. 9. Mur périmétral dans ses deux états, maçonneries effondrées (cliché : F. Ferreira).

Fig. 9. Mur périmétral dans ses deux états, maçonneries effondrées (cliché : F. Ferreira).

19Les quelques éléments céramiques découverts qui pourraient suggérer une datation de cette phase de développement du monument sont beaucoup trop fragmentaires et ne permettent pas de déterminer le moment où l’édifice a été réaménagé.

20Les traces de l’occupation médiévale du site sont indéniables mais il est difficile de préciser les autres phases d’occupation du monument qui, relativement tôt, a pu servir de site fortifié. Ce qui est assez commun pour les édifices de spectacles (Lamiray, 1933), comme le suggèrent ici les toponymes Les Remparts ou La Grosse Tour. Le monument a ensuite fait l’objet de nombreuses récupérations comme en témoignent encore les maisons alentours, qu’elles soient modernes ou contemporaines.

Le théâtre du Vieil-Évreux dans ses contextes : un rôle à préciser

21Le théâtre du Vieil-Évreux est un édifice de grande ampleur appartenant à un vaste groupement de monuments de spectacles situés entre la vallée de la Seine et celle de la Somme. Il s’inscrit dans le contexte d’une émulation architecturale régionale importante qu’il sera nécessaire de délimiter géographiquement et chronologiquement au cours des prochaines études. L’édifice pouvait contenir 5 000 à 7 000 spectateurs, ce qui est probablement supérieur à la population de la ville-sanctuaire. C’est pourquoi il faut envisager l’usage du théâtre dans le cadre de la cité des Aulerques Eburovices et des autres cités voisines. Situé à seulement quelques heures de marche de la ville, le sanctuaire était sans doute un lieu de rassemblements périodiques au cours desquels le théâtre devait jouer un rôle religieux important sans pour autant perdre son caractère ludique. Sa situation, analogue à celle du théâtre de La Bauve (près de Meaux en Seine-et-Marne), rappelle que ces édifices n’avaient ni les mêmes fonctions que ceux situés à proximité ou au sein de l’agglomération, ni le même type de structures (Griffish, 2008, p. 191). L’étude de l’orchestra, de structures éventuelles liées au culte que nous pourrions mettre au jour dans les années à venir, permettront peut-être de corroborer ces hypothèses.

22Plusieurs questions persistent au sujet du théâtre du Vieil-Évreux et c’est pourquoi son étude, avec le concours du Service régional de l’archéologie de Haute-Normandie et la Mission archéologique départementale de l’Eure, devrait se poursuivre en 2011.

23Le théâtre du Vieil-Évreux n’apparaît pas comme un édifice exceptionnel en ce qui concerne la typo-chronologie des édifices de spectacle dans la région. De nombreux édifices peuvent lui être comparés aussi bien fonctionnellement que structurellement. Toutefois, ce théâtre reste un exemple original d’évolution architecturale au sein du cadre particulier qu’est le sanctuaire du Vieil-Évreux.

Bibliographie

Bibliographie

Aubry L., Dabas M., David C. (1998) – Théâtre du Vieil-Évreux. Prospection électrique et électromagnétique. Rapport de prospection. Société Terra Nova.

Baudot M. (1943) – Le problème des ruines du Vieil-Évreux. Gallia, Fouilles et monuments archéologiques en France métropolitaine, nos 1 et 2, p. 191-206.

Bertaudière S., Cormier S., Guyard L. (à paraître) – Le grand sanctuaire central du Vieil-Évreux (Eure) : résultats de la campagne 2010. Journées archéologiques de Haute-Normandie, Rouen 11 et 12 mai.

Bonnin T. (1845) – Antiquités gallo-romaines du Vieil-Évreux, Évreux, Tavernier.

Bonnin T. (1860) – Antiquités gallo-romaines des Eburovices, Paris, Dumoulin.

Cliquet D. (1993) – L’Eure. Carte archéologique de la Gaule, 27.

Cliquet D., Eudier P., Étienne A., Blaszkiewicz P., Brunet V., Moesgaard J.-C., Poirel É. (1996) – Le Vieil-Évreux, un vaste site gallo-romain. Association Archéo 27. Évreux, Conseil général de l’Eure.

Coutil L. (1921) – Archéologie gauloise, gallo-romaine, franque et carolingienne (arr. d’Évreux), 4. Paris-Évreux, p. 134-240.

Dabas M., Guyard L., Lepert T. (2005) – Gisacum revisité. Dossiers de l’archéologie, no 308, novembre, p. 52-61.

Dumasy F. (1989) – Petit atlas des édifices de théâtre en Gaule romaine. Le Goût du théâtre à Rome et en Gaule romaine (C. Landes dir.). Dossiers d’Archéologie, no 134, p. 48-66

Esperandieu E. (1913) – Les fouilles du Vieil-Évreux. Premier rapport fait à la Société française des fouilles archéologiques. Paris, 80 p.

Ferreira F. (2010) – Nouvelles recherches sur le théâtre du Vieil-Évreux. Mémoire de master 2, université Paris-Sorbonne.

Frezouls E. (1989) – Le théâtre gallo-romain : de l’imitation à l’aventure architecturale. Le Goût du théâtre à Rome et en Gaule romaine (C. Landes dir.). Dossiers d’Archéologie, no 134, p. 18-26.

Golvin J.-C. (1988) – L’Amphithéâtre romain : essai sur la théorisation de sa forme et de ses fonctions, Paris, De Boccard, p. 232-233.

Grenier A. (1958) – Manuel d’archéologie gallo-romaine. Troisième partie : l’architecture. Paris, A. et J. Picard et Cie, vol. 2, p. 950-954.

Griffish J.-N., Magnan D., Mordant D. (2008) – La Seine-et-Marne. Carte Archéologique de la Gaule, no 77.

Gros P. (1996) – L’architecture romaine. Les bâtiments publics. Paris, Picard.

Guyard L., Bertaudière S. (2003) – Apports de la surveillance des travaux d’enfouissement de réseaux à la connaissance de la ville sanctuaire du Vieil-Évreux. Haute-Normandie archéologique, t. 8, p. 51.

Lamiray H. (1933) – Guide illustré du visiteur aux ruines gallo-romaines du Vieil-Évreux. Évreux, Bauche.

Lamiray H. (1934a) – Le théâtre romain du Vieil-Évreux a-t-il servi de forteresse ? Bulletin de la Société normande d’études préhistoriques, t. 29, p. 110-114.

Lamiray H. (1934b) – Le Vieil-Évreux (Gisacum). Inventaire archéologique des excavations pour une ligne électrique. Bulletin de la Société normande d’études préhistoriques, t. 29, p. 115-119.

Lenormant C. (1841) – Notice sur les ruines du Vieil-Évreux. Courrier de l’Eure, 23 février.

Mathière J. (1925) – La Civitas des Aulerques Eburovices. Évreux, Drouhet.

Pennelle G. (1984) – Le Vieil-Évreux à l’époque gallo-romaine. Mémoire de maîtrise, Université de Rouen.

Rever F. (1827) – Mémoire sur les ruines du Vieil-Évreux, département de l’Eure, Évreux, p. 47-51.

Stabenrath C. de (1831) – Rapport sur les nouvelles fouilles du Vieil-Évreux. Recueil de la société d’agriculture du département de l’Eure, no 2.

Varoqueaux C. (1979) – Les édifices théâtraux gallo-romains de Normandie. Rouen, CRDP, p. 39-42.

Notes

1 Nathalie de Chaisemartin, maître de conférences HDR en histoire de l’art et archéologie romaine, université Paris-Sorbonne (Paris IV).

2 Nous tenons avant tout à remercier le Service régional de l’archéologie de Haute-Normandie, la Mission archéologique départementale de l’Eure, l’association Archéo 27, ainsi que chacune des personnes ayant apporté leur contribution au bon déroulement de cette nouvelle campagne.

3 Comme on peut l’observer dans de nombreux autres édifices tels que ceux de Vendeuil-Caply ou Arnières-sur-Iton.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Sanctuaire du Vieil-Évreux (Eure) (DAO : MADE, 2007).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4523/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Fig. 2. Théâtre du Vieil-Évreux (cliché : Archéo 27).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4523/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Fig. 3. Théâtre du Vieil-Évreux (Rever, 1927).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4523/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fig. 4. Théâtre du Vieil-Évreux (Bonnin, 1848).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4523/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Fig. 5. Théâtre du Vieil-Évreux, relevé géophysique (Cabinet Emmenegger, 1998).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4523/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Fig. 6. Théâtre du Vieil-Évreux, synthèse 2010 (DAO : F. Ferreira).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4523/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Fig. 7. Sondage, angle nord (DAO : F. Ferreira).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4523/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Titre Fig. 8. Sondage, entrée axiale (DAO : F. Ferreira).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4523/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Titre Fig. 9. Mur périmétral dans ses deux états, maçonneries effondrées (cliché : F. Ferreira).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4523/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 161k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search