Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Évreux, 6-8 mai 2011

 | 
Luc Liogier

Les habitations et la trame urbaine du Vieil-Évreux (Eure). Résultats de la campagne 2010

The dwellings and the urban structure of Vieil-Évreux: findings of the 2010 campaign

Cécile Hartz

Résumé

L’opération 2010 a concerné les habitations et la trame urbaine des « Terres Noires » et de « L’Aubue », deux secteurs situés à l’ouest de l’agglomération antique. Sur les « Terres Noires », deux habitations situées au carrefour de voies ont été mises au jour. Ces installations ont probablement été édifiées dans le courant du IIe siècle sur un terrain préalablement aménagé. Un atelier métallurgique a été reconnu dans l’une des deux habitations.

The 2010 operation concerned the dwellings and the urban structure of the “Terre Noires” and “L’Aubue”, two sectors located to the west of the ancient agglomeration. In “Terres Noires”, two dwellings located at a crossroads were discovered. These structures were probably built during the course of the 2nd century on land that was equipped beforehand. A metal workshop was identified in one of the two dwellings.

Texte intégral

  • 1 Professeure émérite à l’université Paris I – Panthéon-Sorbonne.

1Une campagne de fouilles a concerné en 2010 les habitations et la trame urbaine de deux secteurs distincts de l’agglomération antique du Vieil-Évreux, les « Terres Noires » et « L’Aubue », situés respectivement à l’ouest et au sud des thermes. Cette opération a été menée dans le cadre d’une thèse portant sur l’urbanisme des « grands sanctuaires » en Gaule romaine, réalisée à l’université Paris I, sous la direction de F. Dumasy1. Le Vieil-Évreux constitue, dans ce travail, notre site de référence.

2Cette campagne de fouille succède à une première opération réalisée à l’été 2009 sur le secteur de « L’Aubue ». Celle-ci avait permis de mettre au jour, sur le versant d’un petit talweg, plusieurs habitations en terre et bois, édifiées dans le courant du IIe siècle de notre ère. Nos recherches s’étaient concentrées sur l’habitation située sur le sommet du versant, reconstruite en maçonnerie, et dans des proportions monumentales, sans doute dans la première moitié du IIIe siècle (Hartz, 2011a).

3Cette année, nos problématiques de fouilles se sont axées en grande partie sur l’étude du réseau viaire de l’agglomération antique. Il s’agissait de déterminer, sur différents secteurs, l’époque de sa mise en place, ses différentes étapes d’évolution, sa constitution, ainsi que son organisation par rapport aux habitations. Nous voulions également reconnaître ses éventuels aménagements bordiers.

4Enfin, il s’agissait de faire des observations sur les habitations d’un nouveau quartier de l’agglomération, afin d’en appréhender les techniques de construction, les datations et éventuellement les fonctions.

5Le secteur des « Terres Noires » était particulièrement propice à la conduite de ces recherches, car le réseau viaire antique y est particulièrement dense. Nous avons également poursuivi nos travaux sur « L’Aubue », en nous intéressant à la voirie en façade de l’habitation monumentale.

L’agglomération antique du Vieil-Évreux

6Le Vieil-Évreux est un « grand sanctuaire » de la cité des Aulerques Eburovices, sans doute le sanctuaire principal. L’agglomération est située à 6 km à l’est du chef-lieu, Mediolanum Aulercorum (Évreux). Les premières traces d’occupation, observées à proximité directe du temple principal, semblent remonter au milieu du Ier siècle avant notre ère. C’est cependant au début du siècle suivant que s’organisent les premiers quartiers d’habitations à l’ouest et au nord de l’édifice cultuel, à l’intérieur d’une trame orthogonale de direction nord-ouest/sud-est.

7Dans la première moitié du IIe siècle, l’agglomération fait l’objet de très vastes réaménagements, et couvre alors une surface de 250 ha. Les habitations sont rejetées sur la bordure extérieure d’une voie polygonale, qui cerne les édifices publics. Les secteurs fouillés à l’été 2010 correspondent à cet état de l’agglomération (fig. 1). Le site est progressivement abandonné à partir du milieu du IIIe siècle. Les données de fouilles et de prospections indiquent néanmoins que certains secteurs de l’agglomération restent occupés jusqu’au IVe siècle, comme le théâtre, le temple et sans doute une partie du secteur des « Terres Noires » (Bertaudière, Guyard, 2006).

Fig. 1. Le Vieil-Évreux aux IIe-IIIe siècle (carte MADE).

Fig. 1. Le Vieil-Évreux aux IIe-IIIe siècle (carte MADE).

Fig. 2. Relevés des constructions dégagées par F. Rever sur les « Terres Noires » (Rever, 1827, pl. III et IV).

Fig. 2. Relevés des constructions dégagées par F. Rever sur les « Terres Noires » (Rever, 1827, pl. III et IV).

Les « Terres Noires », un secteur densément urbanisé

  • 2 Pour la synthèse des données anciennes sur le secteur de « l’Aubue », nous renvoyons le lecteur à H (...)

8L’importance de l’occupation sur le secteur des « Terres Noires » pendant l’Antiquité a été reconnue dès les premières fouilles archéologiques au Vieil-Évreux2. F. Rever fait ainsi figurer sur son plan général des vestiges du site trois constructions à l’ouest des thermes (Rever, 1827, pl. III et IV). Il s’agit vraisemblablement de vastes balnéaires appartenant peut-être à des demeures aisées. Un bassin quadrangulaire est interprété, avec prudence, comme une installation à vocation artisanale (fig. 2). Aucune autre fouille ne semble avoir été réalisée ensuite sur les habitations de ce secteur.

9Ce sont les photographies aériennes de Roger Agache, puis de l’association Archéo 27 qui révèlent, à partir de 1976, le quartier urbain le plus densément bâti de l’agglomération. Des habitations aux plans complexes, établies sur de vastes parcelles, et pour certaines d’entre elles, alimentées par une branche de l’aqueduc, sont mises en évidence à l’intérieur d’une trame urbaine densément structurée. C’est dans ce secteur que semblent se concentrer les plus grandes et les plus riches habitations de l’agglomération. Les clichés mettent également en évidence la partition très nette entre le quartier densément urbanisé des « Terres Noires » et un cœur monumental apparemment vide de tout habitat (fig. 3). Les prospections pédestres réalisées sur le secteur ont permis de compléter ces données. Elles ont livré, outre de nombreux rejets alimentaires et artisanaux, des fragments de placage et de dallage en calcaire et en marbre, ainsi que quelques fragments de carreaux de pilettes et de tubuli, qui témoignent de la présence d’habitations aisées. L’étude de la céramique recueillie a permis d’évaluer l’occupation du secteur entre le IIe siècle et le IVe siècle de notre ère. Enfin, ce secteur a fait l’objet de prospections géophysiques en 2000 et 2005. La parcelle B 107, qui correspond au cœur de l’agglomération, apparaît ainsi largement inoccupée, à l’exception du fanum et de trois grandes anomalies ovoïdes (grandes fosses ?) ; la parcelle B 162, elle, atteste de la complexité des structures sous-jacentes, qui correspondent sans doute à plusieurs états des habitations. Le tracé de la voirie en façade des habitations, ainsi que celui des rues secondaires ont également pu être finement perçus (fig. 4).

Fig. 3. Les « Terres Noires », cliché de R. Agache, 1976.

Fig. 3. Les « Terres Noires », cliché de R. Agache, 1976.

Fig. 4. Prospections géophysiques réalisées sur les parcelles au sud-ouest de l’agglomération et implantation des sondages ouverts en 2010 (Fayard, 2005).

Fig. 4. Prospections géophysiques réalisées sur les parcelles au sud-ouest de l’agglomération et implantation des sondages ouverts en 2010 (Fayard, 2005).

Résultats de l’opération

Les « Terres Noires »

  • 3 Pour la présentation complète des données, voir Hartz, 2011b.

10La majeure partie de notre campagne de fouille3 a été consacrée à l’étude du réseau viaire des « Terres Noires ». Il s’agit en effet d’un secteur privilégié pour ce type d’étude, puisque trois catégories de voies y ont été observées : la voie qui borde la façade des habitations, de direction nord-sud ; des rues secondaires, de direction est-ouest ; enfin la voie reliant le Vieil-Évreux au chef-lieu, Mediolanum Aulercorum, qui constitue a priori un des axes principaux de l’agglomération.

11Des sondages ont été pratiqués à la pelle mécanique sur ces trois catégories de voies, afin d’en obtenir une section complète et également reconnaître les occupations se développant à proximité immédiate (fig. 4).

Fig. 5. Vestiges découverts sur les « Terres Noires » (relevés : A. Coutelas, C. Hartz ; DAO : C. Hartz).

Fig. 5. Vestiges découverts sur les « Terres Noires » (relevés : A. Coutelas, C. Hartz ; DAO : C. Hartz).

Fig. 6. L’habitation 2 vue depuis le sud-ouest (cliché : C. Hartz).

Fig. 6. L’habitation 2 vue depuis le sud-ouest (cliché : C. Hartz).

Fig. 7. Fosse sableuse vue depuis l’est (cliché : C. Hartz).

Fig. 7. Fosse sableuse vue depuis l’est (cliché : C. Hartz).

Fig. 8. Le four et sa fosse d’implantation vus depuis l’ouest (cliché : C. Hartz).

Fig. 8. Le four et sa fosse d’implantation vus depuis l’ouest (cliché : C. Hartz).

Les habitations en carrefour de voies

12À l’ouest des thermes, ont été mises au jour deux habitations en terre et bois au carrefour de la voirie de façade (rue 1) et d’une rue secondaire (rue 2) (fig. 5). La stratigraphie est conservée sur une quarantaine de centimètres, les derniers niveaux d’occupations ayant probablement disparus avec les labours réalisés ensuite sur la parcelle.

  • 4 Nous remercions Y.-M. Adrian (INRAP), à qui nous devons l’étude de la céramique, ainsi que P. Wech (...)

13Quatre phases d’occupation ont pu être distinguées. Les hypothèses de datation pour chacune de ces phases ont été établies à partir des données numismatiques et céramiques4. Soulignons que les lots de tessons découverts sont généralement assez peu abondants, et ont tous été retrouvés en position secondaire. Il convient donc de prendre ces propositions de datation avec prudence, en attendant l’acquisition de nouvelles données qui permettront l’affinement de la chronologie.

14Avant l’installation des premières occupations sur le secteur, des travaux de terrassement et de régularisation du terrain ont été réalisés. Les observations effectuées sur la couverture de limons qui surmonte l’argile à silex indiquent en effet que son épaisseur a été ponctuellement réduite de quelques dizaines de centimètres, parfois jusqu’à 50 cm. Une pente douce, qui adopte le pendage naturel du terrain vers l’est, est ainsi aménagée avant l’implantation du réseau viaire et des habitations.

15Cette couverture limoneuse est recoupée par cinq trous de poteaux de section circulaire, d’une trentaine de centimètres de diamètre, et d’une profondeur moyenne de 40 cm. Distants d’1,80 m environ, ils appartiennent à une même structure linéaire, d’orientation globalement est-ouest, et correspondent peut-être à un premier bâtiment, dont la fonction n’a pu être déterminée vu la faible surface ouverte. Remarquons que cette installation présente la même orientation que la rue 2 qui la recouvre à la phase suivante. Elle fonctionne peut-être avec un fin niveau de circulation, qui marque probablement une première activité sur la zone, résultant éventuellement des travaux d’aménagement du quartier. Une grande fosse de près d’1 m de profondeur, et dont les dimensions n’ont pu être déterminées par la fouille, a été observée au nord-est du carrefour de voies (fig. 5). Cette fosse est peut-être creusée dans cette première phase d’occupation, notamment afin d’extraire du limon réutilisé ensuite dans les constructions. Ces premiers aménagements peuvent être datés du milieu ou de la seconde moitié du IIe siècle. Ils sont recouverts par l’installation du système viaire et des habitations dans la seconde moitié du IIe siècle (fig. 5).

16La voirie en façade des habitations (rue 1) fait une dizaine de mètres de large. Elle est constituée d’épaisses couches de silex compactés, dont la surface fortement usée indique sa fréquentation sans doute très intense tout au long de l’occupation du secteur. Ces observations, ainsi que l’envergure de la rue, qui permet un passage de véhicules dans les deux sens, suggèrent qu’il s’agit de la voie de circulation principale du quartier. Elle est bordée à l’ouest par un petit fossé de direction nord/sud, à profil en U, dont le tracé semble s’interrompre au niveau de l’entrée de l’habitation 1. La rue 2, de direction globalement est-ouest et de 4 m de large, est également soigneusement aménagée de niveaux de silex compactés. Elle possède dès l’origine deux fossés bordiers d’environ 1 m de large, dont les parois sont coffrées de bois. Ces deux voiries sont dotées de bas-côtés à l’usage des piétons. Cet aménagement fait 4 m de large en bordure ouest de la rue 1 et est réalisé en terre battue, tandis qu’au nord de la rue 2, il s’agit d’un sol de calcaire concassé de 1,20 m de large.

17Les pièces de façade des habitations 1 et 2, mises au jour respectivement au sud et au nord de la rue 2, sont probablement implantées en même temps que le réseau viaire. Elles sont édifiées sur des solins de blocs de silex et meulières d’une quarantaine de centimètres de large, destinés à soutenir des élévations en terre et bois (fig. 6). Les sols des espaces dégagés sont en terre battue. À quelques centimètres au sud du seuil d’entrée de l’habitation 1, un dépôt de fondation composé d’une monnaie et d’une fibule a été retrouvé.

18À l’intérieur de l’habitation 1, des structures fossoyées ont été mises au jour. Le matériel issu du comblement a permis d’attester avec certitude l’existence d’une zone de travail du fer, de l’alliage cuivreux et peut-être du plomb (fig. 5). Il s’agit majoritairement de fosses de rejets cendreux, mais quelques structures en place peuvent être mises en relation avec ces activités artisanales. Malheureusement, la chronologie relative d’implantation et de fonctionnement de ces installations n’a pu être appréhendée lors de la fouille.

19Trois fosses de forme quadrangulaire ou ovoïde, caractérisées par un comblement constitué de nombreux lits de charbons alternant avec des plaques de limon ont été mises au jour. Les couches charbonneuses contiennent de nombreux fragments de creusets et de tôle d’alliage cuivreux, ainsi que des battitures plates assez bien conservées, attestant d’un travail de forge sur la zone.

Fig. 9. Fragment de creuset (no inv. : 1001.030-025) (cliché, dessin et DAO : C. Hartz).

Fig. 9. Fragment de creuset (no inv. : 1001.030-025) (cliché, dessin et DAO : C. Hartz).

20Une petite fosse circulaire d’une trentaine de centimètres de diamètre a été observée à l’ouest de ces structures. Elle est comblée d’un sable blanc très fin, contenant de nombreux charbons de bois, ainsi que quelques déchets de combustion de l’alliage cuivreux. Ce comblement est affecté de deux à trois légères dépressions ovoïdes de quelques centimètres de diamètre (fig. 7). La fonction de cette fosse reste problématique. Elle est vraisemblablement en lien avec le travail de l’alliage cuivreux, comme l’attestent les quelques coulures de métal retrouvées dans le comblement. Il faut remarquer que les dépressions ovoïdes semblent correspondre aux dimensions des creusets retrouvés lors de la fouille des structures fossoyées (fig. 9). Le sable pourrait ainsi être destiné à stabiliser ces creusets au moment de la fonte du métal, peut-être pour en contrôler le refroidissement. Il pourrait également stabiliser non pas des creusets mais les moules des objets fabriqués dans cet atelier, et dont de nombreux petits fragments ont également été recueillis lors de la fouille.

Fig. 10. La voie Évreux – Le Vieil-Évreux vue dans la coupe ouest du sondage (cliché : C. Hartz).

Fig. 10. La voie Évreux – Le Vieil-Évreux vue dans la coupe ouest du sondage (cliché : C. Hartz).

21Enfin, une grande dépression quadrangulaire, de 1,40 m de côté et d’une quarantaine de centimètres de profondeur a été fouillée à proximité du mur nord de l’habitation. Au fond de l’excavation, et construit en appui sur sa paroi nord, un four piriforme de 60 cm de diamètre et d’une trentaine de centimètres de haut a été mis au jour (fig. 8). Son élévation est réalisée en assises de fragments de briques et de tegulae liées à l’argile. Il s’agit probablement d’un petit foyer domestique, qui n’a pas été utilisé dans le cadre du travail du métal. En effet, aucune trace de rubéfaction n’a été observée sur les parois ou au fond de la structure, et seuls des aplats millimétriques de charbons sont présents à l’intérieur du foyer, laissés par les braises qui ont alimenté le four. Lors de l’abandon du four, sa fosse d’installation sert de dépotoir à l’atelier métallurgique. Dans son comblement a été retrouvé en abondance du matériel de rejet lié à cette activité artisanale (scories de fer et d’alliage cuivreux, fragments de creusets (fig. 9), très petits fragments de moules, chute de découpe du fer, etc.). Ont également été découverts deux fibules, dont une en plomb en forme de « S », un col de récipient en alliage cuivreux, ainsi que de très nombreux fragments d’objets ou d’applique découpés, peut-être des ratés de fabrication ou des pièces destinées à être refondues. Les éléments recueillis en fouilles n’ont pas permis de déterminer le type de production réalisé dans l’atelier.

22À une époque difficile à déterminer, ces pièces de façades, ainsi que la trame urbaine font l’objet de réfections. L’habitation 1 est ainsi probablement pourvue d’un portique d’1,50 m de large sur fondation continue de blocs de meulière. Les murs de l’habitation 2 sont dotés de nouvelles fondations en silex et calcaires liés à la craie et sa cloison interne est légèrement décalée vers l’ouest (fig. 6). Dans le courant du IIIe siècle, le système viaire du secteur subit une importante réfection. Les fossés bordiers sont condamnés et le tracé des rues est modifié. La voirie de façade est décalée de 2 m vers l’ouest, et ne fait à présent plus que 3 m de large. Un nouveau fossé bordier à profil en U très évasé est implanté à l’est. La rue secondaire est également réduite à une largeur de 3 m, et son tracé est décalé d’1 m vers le nord, condamnant ainsi le fossé bordier nord. Le fossé sud est encore en fonctionnement jusqu’à une nouvelle réfection de la voirie qui vient boucher en partie son ouverture. Ce nouveau niveau de circulation fonctionne avec un large fossé à profil en U, au fond duquel ont été mises au jour deux emboîtures de canalisation. Cette canalisation est très probablement reliée au bassin de répartition de l’aqueduc situé 100 m à l’ouest. Selon les données des fouilles réalisées par P. Wech sur ce bassin de répartition, cette canalisation ne peut avoir été mise en place après la fin du IIIe siècle (Wech, 2008).

23Il s’agit des derniers niveaux de voiries observés, mais il est probable que les occupations les plus tardives aient complètement disparues suite aux labours de la parcelle. La grande fosse située au carrefour des voies, qui fonctionne peut-être avec elles, est ainsi comblée au plus tôt dans la première moitié du IVe siècle selon les données numismatiques.

24Aucune chronologie relative n’a pu être établie entre ces différentes réfections du réseau viaire et l’évolution de l’occupation à l’intérieur des habitations. D’après les données céramiques, il est cependant certain que l’atelier métallurgique fonctionne encore dans le courant du IIIe siècle.

25Enfin, deux structures fossoyées sont implantées au carrefour des rues 1 et 2. La première est une structure rectangulaire d’une quarantaine de centimètres de profondeur, observée sur une longueur minimale de 3,40 m et dans laquelle ont été identifiés deux ou trois niveaux d’occupation. Cette excavation évoque un aménagement de type « fond de cabane », qui aurait pu être installé au moment du déclin de l’occupation du secteur (à partir de la fin du IIIe siècle ou du IVe ?). Néanmoins, le peu d’éléments à notre disposition, et notamment le manque de matériel de datation, ne permet pas d’affiner notre interprétation.

26Cette structure semble elle-même recoupée par une fosse dont le fond et les bords plats paraissent indiquer des parois coffrées en bois. L’abondance des nodules de chaux sur les parois et dans le comblement de la structure suggère que cette fosse a été utilisée comme bac à chaux, peut-être en lien avec la récupération des éléments d’habitations après leur abandon.

La voie Le Vieil-Évreux – Évreux

27Le sondage réalisé au nord des thermes, a permis de mettre au jour un tronçon de la voie reliant le Vieil-Évreux au chef-lieu de cité (fig. 4). Celle-ci était dans un assez mauvais état de conservation, les derniers niveaux de voirie et d’occupation ayant vraisemblablement disparu avec le labour de la parcelle.

28Cette voie, de 3 m de large seulement, est mise en place sur un terrain préalablement régularisé dans le courant du IIe siècle, sans doute au moment du réaménagement de l’agglomération. Seuls trois niveaux de silex ont été observés (fig. 10). Il est intéressant de constater ici la faible largeur de cette voie, comparée à la voirie en façade des habitations sur le secteur 1001. Celle-ci évoque davantage un chemin destiné aux piétons pour l’accès aux édifices publics, qu’un véritable axe de circulation à travers l’agglomération.

29Aucun fossé bordier n’a clairement été mis en évidence de part et d’autre de cette voirie. L’implantation très large de ce sondage de part et d’autre de la voie a également permis de constater l’absence de constructions dans ce secteur. Seule une grande fosse a été partiellement observée, dont le comblement supérieur est constitué de blocs de mortier et de fragments d’enduits peints.

« L’Aubue »

30Sur le secteur de « L’Aubue », un sondage d’une vingtaine de mètres de long a été ouvert jusqu’au terrain naturel devant l’habitation monumentale fouillée en 2009 (fig. 4). Il s’agissait d’obtenir la section de la voirie, et de compléter les observations réalisées l’été dernier. Le matériel recueilli lors du décapage n’a pas remis en cause la chronologie proposée en 2009 (Hartz, 2011b), mais n’a pas non plus permis de l’affiner.

31La voirie, d’une dizaine de mètres de large, est implantée sur le bief à silex, aplani et régularisé dans la première moitié ou au milieu du IIe siècle. Dans la seconde moitié du IIe siècle ou au début du IIIe, cette voirie est réaménagée simultanément aux travaux de réfection de l’habitation. En lien avec ces nouvelles recharges de silex, un conduit de 12 cm de côté a été observé. Il est aménagé entre de gros blocs de silex, et permet peut-être le passage d’une canalisation. Notons que cette structure présente une orientation sud-ouest – nord-est qui diverge fortement de celle de la voirie de façade : il pourrait s’agir d’une adduction ou d’une évacuation d’eau. Une fosse de faible profondeur et un fossé aménagé en bordure nord de la voie viennent enfin recouper ces niveaux de voirie à une époque qu’il n’a pas été possible de déterminer.

Bilan de l’opération

32La fouille sur les « Terres Noires » a permis de montrer que l’installation du réseau viaire et des habitations sur ce secteur de l’agglomération semble s’effectuer au plus tôt dans la seconde moitié du IIe siècle. Ceci vient compléter les données déjà acquises sur « L’Aubue » où cette implantation a été estimée au milieu du IIe siècle. L’abandon de l’occupation sur le secteur n’a, quant à lui, pas pu être déterminé avec précision, mais intervient peut-être dans le courant du IVe siècle.

33Cette campagne a permis de mettre en évidence, sur ces deux secteurs, l’étendue de la voirie en façade des habitations qui fait, dès son implantation, une dizaine de mètres de large. À l’inverse, la voie reliant l’agglomération au chef-lieu est réduite, à l’intérieur de l’agglomération, à 3 m de large, et est peut-être aménagée pour un usage majoritairement piétonnier. Cette différence apparente du système viaire renforce la distinction entre quartiers urbanisés et cœur monumental, et semble participer activement à la mise en scène monumentale du site.

34Enfin, les données anciennes laissaient envisager la découverte d’habitations aisées sur le secteur des « Terres Noires ». Ce sont deux modestes pièces de façade édifiées en terre et bois qui ont été mises au jour, dans lesquelles très peu d’éléments de décoration ou de confort ont été recueillis. Il peut néanmoins s’agir d’aménagements utilitaires installés à l’avant de vastes demeures, organisation par ailleurs fréquente et bien attestée dans les habitations urbaines de Gaule romaine. Seules de nouvelles recherches de terrain menées sur de plus larges surfaces permettront de conclure sur ce point.

Bibliographie

Bibliographie

Bertaudière S. et Guyard L. (2006) – Gisacum, ville sanctuaire gallo-romaine. Catalogue de l’exposition permanente du Centre d’interprétation archéologique du site gallo-romaine de Gisacum (Le Vieil-Évreux), 59 p.

Fayard A. (2005) – Prospection géophysique. Site du Vieil-Évreux. Terres Noires. Rapport de prospection géophysique, Terra Nova, 18 p. 8 fig.

Hartz C. (2011a) – Les habitations de l’agglomération antique du Vieil-Évreux (Eure). Données de la campagne de fouilles 2009. Journées archéologiques de Haute-Normandie, Harfleur, 23-25 avril 2010. Rouen, Publications des universités de Rouen et du Havre, p. 95-104.

Hartz C. (2011b) – Le Vieil-Évreux (Eure). Habitations et trame viaire de l’agglomération antique : « Les Terres Noires » et « L’Aubue ». Rapport final d’opération, 140 p. 42 pl.

Rever F. (1827) – Mémoire sur les ruines du Vieil-Évreux. Évreux, 308 p. 16 pl.

Wech P. (2008) – Le Vieil-Évreux – Sylvains-Les-Moulins (Eure), Aqueduc gallo-romain du Vieil-Évreux. Document final de synthèse, fouille archéologique programmée 2007, t. 1.

Notes

1 Professeure émérite à l’université Paris I – Panthéon-Sorbonne.

2 Pour la synthèse des données anciennes sur le secteur de « l’Aubue », nous renvoyons le lecteur à Hartz, 2011a, qui présente les fouilles de 2009.

3 Pour la présentation complète des données, voir Hartz, 2011b.

4 Nous remercions Y.-M. Adrian (INRAP), à qui nous devons l’étude de la céramique, ainsi que P. Wech (MADE, doctorant à l’université Paris I) pour ses observations sur les monnaies.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Le Vieil-Évreux aux IIe-IIIe siècle (carte MADE).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4522/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Fig. 2. Relevés des constructions dégagées par F. Rever sur les « Terres Noires » (Rever, 1827, pl. III et IV).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4522/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Fig. 3. Les « Terres Noires », cliché de R. Agache, 1976.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4522/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Fig. 4. Prospections géophysiques réalisées sur les parcelles au sud-ouest de l’agglomération et implantation des sondages ouverts en 2010 (Fayard, 2005).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4522/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Titre Fig. 5. Vestiges découverts sur les « Terres Noires » (relevés : A. Coutelas, C. Hartz ; DAO : C. Hartz).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4522/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 6. L’habitation 2 vue depuis le sud-ouest (cliché : C. Hartz).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4522/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 7. Fosse sableuse vue depuis l’est (cliché : C. Hartz).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4522/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Fig. 8. Le four et sa fosse d’implantation vus depuis l’ouest (cliché : C. Hartz).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4522/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 9. Fragment de creuset (no inv. : 1001.030-025) (cliché, dessin et DAO : C. Hartz).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4522/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 10. La voie Évreux – Le Vieil-Évreux vue dans la coupe ouest du sondage (cliché : C. Hartz).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4522/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 105k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540