Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Évreux, 6-8 mai 2011

 | 
Luc Liogier

Le grand sanctuaire central du Vieil-Évreux (Eure). Résultats de la campagne 2010

The Great temple of Vieil-Évreux. Findings of the 2010 campaign

Sandrine Bertaudière, Sébastien Cormier et Laurent Guyard

Résumé

La poursuite de la fouille sur le sanctuaire gallo-romain du Vieil-Évreux a permis de livrer de nouvelles informations sur l’occupation antérieure des premiers temples en pierre datés du Ier siècle. Un sol extérieur est perforé par deux séries de trous de poteaux qui pourraient être interprétées comme les restes d’une double palissade. La fouille des niveaux liés à l’ensemble monumental du Ier siècle a quant à elle permis de mettre en évidence des aménagements paysagers à l’arrière et sur le côté sud du sanctuaire. En ce qui concerne le temple sévérien, les remblais de démolition, constitués d’un grand nombre de blocs sculptés, apportent des informations supplémentaires sur l’architecture monumentale et le décor de l’édifice.

The continued excavation on the site of the Gallo-Roman sanctuary of Vieil-Évreux yielded new information about the previous occupation of the first stone temples dating back to the 1st century. An exterior floor is perforated by a series of post holes leading us to believe that they are the remnants of a double palisade. The excavation of the levels related to the monumental structure of the 1st century revealed the existence of landscaped spaces behind and on the south side of the sanctuary. With regard to the Severan temple, the backfill from the demolition, composed of a large number of carved blocks, provides additional information on monumental architecture and the building’s design.

Texte intégral

1Le grand sanctuaire central du Vieil-Évreux occupe le cœur d’une vaste ville sanctuaire, satellite de l’agglomération antique d’Évreux (Mediolanum Aulercorum). Durant le Ier siècle de notre ère, deux pôles (îlots d’habitations) sont créés ; l’un se développe autour d’un premier sanctuaire et l’autre près d’une grande place publique (fig. 1). Sous Trajan, ces quartiers sont rasés et un urbanisme tout à fait original est mis en place (fig. 2). L’agglomération adopte alors une forme polygonale exceptionnelle et atteint une surface de 250 ha, dont près de 60 ha sont occupés par une bande bâtie de 100 m de large formant une couronne autour du cœur monumental. Dans ce dernier, des thermes (Guyard et Bertaudière, 2007, p. 52-65), un vaste temple, un théâtre, un forum (Guyard et Bertaudière, 2010, p. 15-41) et divers temples occupent un vaste espace dégagé de 180 ha, recoupé par quelques rues et un réseau d’aqueducs. Au centre de cette ville originale, le sanctuaire occupe un espace de 6 ou 8 ha. Au iiie siècle, la partie centrale de ce sanctuaire se compose d’un groupe monumental de 111 m de long constitué de trois temples sur podium reliés par des galeries. La fouille porte sur la partie centrale du sanctuaire (temple central et galerie de liaison sud pour l’état sévérien et temple sud et cour ouest et sud pour l’état claudio-antonin) (Guyard et al., 2011, p. 89-94).

L’évolution du sanctuaire

2Les premières traces attestées sur le site ne sont pas antérieures à la fin du Ier siècle avant notre ère. Plusieurs phases ont ensuite pu être identifiées clairement (Guyard et al., 2011, p. 89-94) :

  • L’occupation augustéenne (vers – 10/+ 20) se caractérise par un sol aménagé, des trous de poteaux et une succession de foyers associés à un niveau très charbonneux.

  • L’occupation tibéro-claudienne (vers 20-50) se caractérise par un sol aménagé (environ 1 500 m2) perforé par des alignements de trous de poteaux.

  • L’occupation claudio-antonine (vers 50-180) se caractérise par la construction, en pierre, d’un premier temple circulaire (période claudienne) auquel est ajouté un groupe de deux temples jumeaux (période flavienne). Ces deux derniers temples sont embellis à l’époque antonine. Le sol des galeries et la partie inférieure des murs sont habillés d’un revêtement en calcaire et en marbre. La partie supérieure est quant à elle recouverte d’une peinture murale. À l’intérieur des cellae, des socles de groupes statuaires ( ?) sont agrandis. L’ensemble monumental est démoli vers la fin du IIe siècle. Afin d’assurer la transition entre ces édifices cultuels et le sanctuaire monumental, il est probable que les trois temples observés par photographie aérienne dans l’angle sud-ouest ont servi au maintien du culte.

  • L’occupation durant la période sévérienne (vers 180-270) se caractérise par la construction de trois grands temples sur podium reliés entre eux par des galeries de liaison. Ils sont bâtis sur les temples antérieurs mais ils sont trois fois plus grands que les précédents. Le site est ensuite très partiellement démoli. Cette démolition est probablement à mettre en relation avec une cérémonie de clôture (Guyard et Bertaudière, 2009).

  • L’occupation tardo-antique (vers 270-330) : un castellum est érigé vers le troisième quart du IIIe siècle, un large talus et un fossé ceinturent les trois temples sévériens. Vers le milieu du IVe siècle, le sanctuaire est totalement démoli. Les blocs calcaires sont débités sur place pour être transformés en moellons. Ce démontage méthodique et systématique résulte vraisemblablement d’une commande publique.

  • L’occupation médiévale et moderne : seuls quelques éléments, datés des XIe-XIIe siècle au plus tôt, témoignent d’une réoccupation de la fortification antique durant cette période. Une dont il ne reste que les vestiges d’une cave située sur l’angle nord-est du temple central sévérien, s’installe ensuite à la fin du XVIIe siècle ou au début du XVIIIe.

  • Pendant la période contemporaine, des fermes sont implantées dans la partie ouest de la parcelle et un verger est planté sur la butte (secteur est). D’autres fermes sont construites après les premières fouilles sur le sanctuaire (1835-1841). Durant la première moitié du XXe siècle, d’autres fouilles sont entreprises ponctuellement avant que le site ne soit transformé en dépotoir sauvage.

Fig. 1. Plan de l’agglomération au Ier siècle après J.-C.

Fig. 1. Plan de l’agglomération au Ier siècle après J.-C.

Apports de la campagne 2010 à l’histoire du site

L’occupation tibéro-claudienne

3Elle se caractérise par deux séries de trous de poteaux espacées d’environ 2,50 m qui perforent un sol extérieur très irrégulier. Cette irrégularité est probablement due à un système racinaire très développé et à la présence de galeries d’animaux fouisseurs. Ces deux alignements sont perpendiculaires à celui mis au jour à quelques mètres plus au nord et à un solin découvert plus à l’est (fig. 3). Les deux alignements de poteaux pourraient être interprétés comme une double palissade. Enserrait-elle un premier temple en bois ? L’extension de la fouille vers le nord et l’est permettra peut-être de valider cette hypothèse.

Fig. 2. Plan de l’agglomération au IIIe siècle après J.-C.

Fig. 2. Plan de l’agglomération au IIIe siècle après J.-C.

L’ensemble monumental des Ier et IIe siècles

4Dans un premier temps, un temple circulaire a été érigé à l’époque claudienne, puis à la période flavienne, deux autres ont été construits au sud du premier (fig. 4). Ces derniers ont ensuite été embellis sous la dynastie des antonins.

Un dépôt de fondation ?

5Lors de la construction du temple sud, une petite fosse a été creusée contre la fondation sud de la galerie. Elle contenait une céramique quasiment complète brisée, datée de la seconde moitié du Ier siècle (Théolas et Laot, 2011), dont les fragments ont été empilés. Un tesson d’une autre céramique ainsi que des fragments d’os animaux (certains étaient brûlés) ont également été mis au jour sous la céramique brisée. Les os très fragmentés de porc et d’oiseaux correspondent à des déchets et à des rejets de consommation. Le creusement, situé sous le radier du sol en béton de la galerie, pourrait être interprété comme un dépôt de fondation.

Des niveaux de construction

6La cour arrière possède encore quelques traces du chantier de construction. Sur les trois premiers mètres le long de l’édifice, le sol présente de nombreux débris (nodules de mortier, charbons de bois, fragments de terres cuites architecturales…), ainsi que des trous de poteaux, témoins des vestiges d’un échafaudage, d’une machine de levage ou d’une autre structure nécessitant l’installation de poteaux.

Fig. 3. Plan de l’occupation tibéro-claudienne.

Fig. 3. Plan de l’occupation tibéro-claudienne.

L’occupation des cours du monument

La période flavienne

7À l’arrière de l’édifice, le long des temples, une sorte de galerie à ciel ouvert d’environ 1,60 m de large est bordée par une haie. Cette « galerie » s’élargit au sud de l’angle sud de l’édifice englobant ainsi l’espace entre les deux colonnes disparues. Devant cet entrecolonnement, une dépression dans le sol liée aux passages fréquents des usagers, orientée nord-sud, prouve qu’une entrée était présente dans ce secteur de l’édifice. De nombreux clous de chaussures témoignent également de cette forte fréquentation.

Fig. 4. Plan du monument claudio-antonin (phase flavienne).

Fig. 4. Plan du monument claudio-antonin (phase flavienne).

8À l’est de la dépression, le sol de circulation est bordé par une alternance de trous de poteaux et de fosses de plantation interprétée comme les vestiges d’une probable pergola ou d’un portique agrémenté de végétaux.

9Les usagers pouvaient donc entrer dans l’édifice par le sud mais également par l’arrière du temple central (pierres de la fondation usées) et par l’entrée principale située à l’est. Ailleurs, le monument est fermé par de petites balustrades dont il ne reste que les empreintes au sol et les encoches dans les bases calcaires permettant de maintenir ces cloisons.

Fig. 5. Plan du monument claudio-antonin (phase antonine)

Fig. 5. Plan du monument claudio-antonin (phase antonine)

La période antonine

10Durant cette période, les temples sont embellis. Les sols et les murs sont revêtus d’une parure de calcaire et de marbre et le socle à l’intérieur de la cella sud est agrandi (fig. 5).

11À l’extérieur des temples, un dallage est installé dans la cour avant de l’édifice. L’installation de ce revêtement a nécessité de surcreuser les niveaux antérieurs. Malgré tout, le dallage extérieur s’est retrouvé plus haut que celui de la galerie. Pour pallier les risques de colluvionnement dans les galeries, les petites cloisons entre les colonnes ont été rehaussées par un petit muret constitué de terres cuites architecturales liées à du mortier.

Fig. 6. Plan du monument sévérien.

Fig. 6. Plan du monument sévérien.

12À l’arrière, la haie a été déplacée d’environ 70 cm vers l’ouest afin d’élargir la surface de circulation le long de l’édifice, la portant ainsi à 2,30 m. L’hypothétique pergola qui borde l’entrée sud perdure quant à elle dans le temps. En effet, les sols, qui se succèdent, viennent buter contre les poteaux.

La démolition de l’édifice

13Il ne reste de la démolition que des remblais contenant de très nombreux fragments d’enduits peints dans un très bon état de conservation ainsi que des fragments de terres cuites architecturales et divers débris liés à la destruction du monument. L’étude des enduits peints par L. Bonelli, dans le cadre d’un master 2 à l’université de Paris I – Panthéon-Sorbonne, a permis de mettre en évidence deux lots d’enduits. L’un, d’une très bonne qualité (deux couches de finitions dans lesquelles de la calcite a été détectée), a été abimé par des graffiti et le second, de moins bonne qualité, est vierge d’écriture (Bonelli, 2010). Le premier lot, correspondant probablement au décor des galeries, est constitué de panneaux rouges et d’inter-panneaux de couleur encore inconnue. Sont également présents de petits personnages, des amours et des végétaux. À l’intérieur de la cella, non souillée de graffiti, des panneaux rouges et des inter-panneaux noirs ainsi que des bordures ajourées, un cygne ou une oie, des candélabres et des végétaux ont été identifiés. Une étude plus poussée permettra probablement de proposer une restitution du décor d’une partie de l’édifice.

Le monument sévérien

14Le monument, qui succède au temple claudio-antonin, entre la fin du IIe siècle et la première moitié du IIIe siècle, se compose de trois temples sur podium reliés par des galeries de liaison (fig. 6). La campagne 2010 a porté sur le comblement de la tranchée de récupération du mur stylobate de la colonnade de façade du temple central sévérien (fig. 6) et sur le dégagement du puits situé sur la terrasse de la galerie de liaison sud.

Les indices de construction du mur stylobate oriental du temple central sévérien

15Les niveaux relatifs à la construction du mur stylobate est se matérialisent par des strates épaisses de 3 à 10 cm composées d’éclats et de poudre de pierre calcaire. Situées de chaque côté du mur aujourd’hui totalement récupéré, elles se sont accumulées lors du travail portant sur l’ajustement des faces de joints des blocs en grand appareil. Cette étape du travail a été réalisée au ciseau à pierre et à la scie pour enlever les surplus de pierre et éviter les écarts trop importants entre les faces jointives des blocs. Ces derniers, disposés sur une même assise ont été déplacés selon les besoins à l’aide de la pince à crochet. Les couches de déchets ont été observées sur les deux côtés de la tranchée du mur stylobate, soit sur environ 19,5 m (fig. 7). La succession de ces strates ne respecte pas la hauteur des assises du mur, mais elles scellent chaque niveau de remblais installés au fur et à mesure de la construction. De plus, les couches de déchets ont des épaisseurs très différentes et la densité d’éclats de pierre calcaire est très variable. Ceci met en évidence un travail d’ajustement plus ou moins long sur chaque assise de blocs.

Une grande diversité du mobilier lapidaire

16Les premières découvertes d’éléments architecturaux mis au jour en 2009 dans le négatif du mur stylobate ont été des signes très encourageants qui ont amené à poursuivre l’évacuation de ces remblais. La campagne 2010 se donnait pour but de mettre au jour d’autres blocs afin d’obtenir des informations plus précises sur l’architecture du temple central. Au total, 3 203 restes d’éléments architecturaux sont recensés : architecture monumentale, 70 % ; décoration plaquée, 30 %. Ce sont pour la plupart des rebuts de blocs débités, ce qui illustre la phase de démolition définitive du sanctuaire (milieu du IVe siècle). Certains d’entre eux conservent les stigmates de découpe pour la fabrication de moellons, les parements sculptés et moulurés ont été enlevés pour récupérer le cœur des blocs (tableau 1). L’abondance du lapidaire ne fait pas oublier les autres matériaux de construction qui ont été repérés en plusieurs endroits dans les tranchées de récupération. Ce sont des tas de mortier et de terres cuites architecturales qui témoignent d’une récupération méthodique des matériaux de construction.

Fig. 7. Coupe dans les remblais sous-jacents à l’escalier du temple central sévérien.

Fig. 7. Coupe dans les remblais sous-jacents à l’escalier du temple central sévérien.

Le temple central sévérien : architecture, ornamenta et pavimenta

17Pour une large part, le lapidaire appartient à l’architecture du temple central. Tous les registres architecturaux sont représentés : colonnade, grand appareil, et décoration. L’analyse approfondie a permis de connaître plus précisément les styles et les modules adoptés pour ce monument. Les éléments recensés apportent quelques réponses même si des interrogations demeurent pour certains registres architecturaux. D’après l’analyse des blocs, la hauteur de la colonnade est estimée à 11,5-12 m avec une base à double tore de style attique, une colonne lisse surmontée d’un chapiteau de style corinthien. Sur ce dernier, les feuilles d’acanthe ont été vraisemblablement peintes en rouge pour accentuer le relief de la composition.

18L’entablement se compose d’une architrave à deux fasces couronnées, la première est ornée d’un motif végétal et la seconde de méandre en T. Concernant la frise, aucun élément n’a été reconnu à ce jour, même si on peut avancer l’hypothèse que quelques blocs figurés pourraient appartenir à son décor. Pour le registre supérieur de l’entablement, la corniche montre une alternance de modillons végétaux et de masques feuillus mais le motif des caissons verticaux reste encore inconnu. De même, on ne connaît qu’un seul caisson du soffite figurant une rosette. On peut signaler également la découverte d’un acrotère de style végétal disposé sur un socle (fig. 8).

Tableau 1. Répartition du lapidaire mis au jour dans le négatif du mur stylobate.

Grand appareil (colonnade et entablement)

1,50 %

Grand appareil (bloc taillé, sculpté, mouluré)

1 %

Grand appareil (bloc indéterminé : cœur de bloc, déchet)

58 %

Statuaire et figuration en haut-relief

2 %

Petit appareil : moellon

9 %

Architecture d’applique (revêtement lisse : dallage et placage, calcaire)

17 %

Architecture d’applique (revêtement lisse : dallage et placage, pierre marbrière et schiste)

10 %

Architecture d’applique (revêtement lisse mouluré, calcaire et pierre marbrière)

1,50 %

Fig. 8. Dessin d’un fragment d’acrotère.

Fig. 8. Dessin d’un fragment d’acrotère.

19Parmi les éléments figurés remarquables, il convient de distinguer ce qui appartient au décor du fronton et ce qui constitue le groupe de la statuaire. Dans la première catégorie, des figurations anthropomorphes, zoomorphes et végétales intègrent une scène dont la lecture et l’interprétation nous échappent encore. Dans le second groupe, il faut signaler trois éléments remarquables dont le module indique des représentations à l’échelle 1,5/2. Le premier est une tête de divinité dont le traitement de la coiffure permet de l’identifier à Jupiter, par comparaison avec la statue en bronze découverte sur le sanctuaire au XIXe siècle et conservée au musée d’Évreux (fig. 9) ; le second montre un membre supérieur d’une statue impériale (épaule et bras) qui conserve des mortaises d’accroche pour un drapé réalisé dans un autre matériau ; le troisième représente l’épaule d’un personnage recouverte d’un drapé et de mèches de cheveux (fig. 10). Les trois éléments conservent par endroit des restes de stuc blanc destiné à imiter le marbre blanc.

Fig. 9. Comparaison métrique et iconographique de deux statues de Jupiter.

Fig. 9. Comparaison métrique et iconographique de deux statues de Jupiter.

Fig. 10. Les éléments remarquables en pierre de la campagne 2010.

Fig. 10. Les éléments remarquables en pierre de la campagne 2010.

20Cette présentation ne serait pas complète sans évoquer la présence très significative des éléments de décoration plaquée recensés au nombre de 900. Pour l’ornementation du temple central en général, il faut signaler l’absence d’enduits peints, ce qui indique l’adoption d’une décoration plaquée pour le monument. Dans le lot de revêtements en pierre mis au jour, on reconnaît des dallages et des placages lisses ou moulurés disposés sur la plinthe des parois, et des moulures décoratives pour les ornements muraux : moulures de couronnement et des panneaux de la plinthe, chambranles et pilastres plaqués. Seuls les éléments mis au jour lors de la campagne de fouilles 2010 sont présentés, l’ensemble de la décoration plaquée ayant fait l’objet d’une étude approfondie présentée dans le cadre d’un colloque sur les décors tenu à Caen en avril 2011 (Cormier, Guyard, Bertaudière, à paraître).

21La répartition des éléments selon la nature géologique met en évidence deux types principaux de roches décoratives. Le premier rassemble des placages taillés en calcaire aux grains fins et de texture plus ou moins homogène selon leur usage dans l’ornementation (placages muraux, dallages ou emmarchement). Le second regroupe des revêtements en marbre de Gaule Belgique de tonalité principale noire marquée parfois de veines de calcite blanche (fig. 11). L’adoption de ces deux roches de provenance locale et régionale (Gaule Belgique) permet aux constructeurs d’obtenir à moindre frais des matériaux de construction pour revêtir de grandes surfaces. De plus, on peut souligner que certaines roches locales sont sélectionnées selon leur texture et leur couleur pour imiter les pierres nobles et lointaines ; c’est le cas par exemple du calcaire qui remplace ou complète les lots de marbre blanc. Ainsi, les matériaux lointains et plus onéreux sont réservés à des fonctions décoratives plus précises et localisées dans le monument. C’est le cas pour les crustae des compositions en opus sectile réalisées dans des schistes noirs d’Autun, brèches roses de l’Allier, marbres blancs et blancs nuancés et calcaires amygdalins chloriteux et bréchiques verts des Pyrénées (fig. 11). Cela concerne également les chambranles et les fûts de pilastre plaqués taillés dans des calcaires marbriers de tonalité blanche et blanche nuancée : brèches blanches rosées de l’Allier et marbres blancs pyrénéens et italiens. À ce jour, on ne connaît qu’un seul type de chambranle architravé dont la moulure se compose d’un talon surmonté d’une fasce et d’un second talon coiffé d’un bandeau lisse. Les nombreux exemplaires de ce type de décor connus dans l’ornement de la villa de Séviac (Gers) et dans les thermes de Trèves (Monturet, Rivière, 1986, p. 194-196) ont permis d’identifier avec certitude notre modèle d’applique moulurée. Celle-ci habille les baies, qu’il faut localiser dans le monument sévérien dans les galeries de liaison attenantes au temple central puisque ce dernier dispose d’une porte monumentale dont l’encadrement est réalisé en blocs de grand appareil. Trois types de fût de pilastre d’applique sont reconnus. Le profil mouluré montre une moulure axiale de plan convexe, ou chanfreinée sur deux plans, encadrée de part et d’autre par un talon limité par un bandeau lisse. Parmi les nombreux parallèles connus avec des décors plaqués de monuments publics, on retiendra encore une fois ceux des thermes de Trèves. Pour l’heure, aucune hypothèse de restitution ne peut être avancée car on ne dispose que d’une seule base de pilastre plaqué en calcaire (matériau d’imitation du marbre blanc). Il n’existe aucun chapiteau de pilastre qui permettrait d’avancer des hypothèses fiables de restitution. L’examen de cette catégorie d’applique ne serait pas tout à fait complet si un dernier type de fût de pilastre à moulure ornée n’était pas évoqué. La moulure axiale du modèle lisse habituel laisse place à un cadre orné d’un motif végétal qui rappelle les caissons végétalisés des corniches. Si le support ne révèle aucun caractère d’originalité par rapport aux exemplaires précédents, la figuration montre à elle seule la richesse ornementale recherchée par les commanditaires. Malgré les nombreuses incertitudes qui demeurent sur ces modèles de pilastres, ces derniers pourraient appartenir au décor interne de la cella du temple sévérien. Ces décors de rappel de la colonnade monumentale pourraient rythmer les parois et délimiter ainsi des panneaux plaqués.

Fig. 11. Les roches décoratives du monument sévérien.

Fig. 11. Les roches décoratives du monument sévérien.

Le dégagement du puits situé sur la terrasse de la galerie de liaison sud

22La poursuite de la fouille du puits a permis de mettre au jour la partie supérieure du parement réalisé en dalles de calcaire usées. D’un diamètre d’1,70 m, le conduit du puits est comblé par des remblais de démolition contenant de nombreux éléments lapidaires (fragments de fût et de base de colonne, dallages et placages en calcaire et marbre et de très nombreux blocs calcaires (faces, angles et cœur), de la céramique et des monnaies. Ces deux derniers éléments permettent de dater la démolition de l’édifice vers le milieu du IVe siècle.

Bibliographie

Bibliographie

Bertaudière S. (2011) – Le Vieil-Évreux (Eure), « Le grand sanctuaire ». Rapport de fouille programmée 2010, Évreux.

Bonelli L. (2010) – Les enduits peints du Grand Sanctuaire du Vieil-Évreux (Eure) : étude préliminaire. Mémoire de Master 2 Archéologie, sous la direction d’Olivier de Cazanove, Françoise Dumasy, tuteurs Laurent Guyard et Arnaud Coutelas, Université de Paris I – Panthéon-Sorbonne, 2 vol. 

Cormier S. et Guyard L., Bertaudière S. (à paraître) – Les décors architecturaux du sanctuaire gallo-romain du Vieil-Évreux (Eure) : état de la question sur l’ornement plaqué. Actes du colloque Le décor des édifices édilitaires civils et religieux en Gaule durant l’Antiquité, Ier siècle av. J.-C. – IVe siècle ap. J.-C. (peinture, mosaïque, opus sectile, stuc et décor architectonique), Caen, auditorium des archives du CG 14, 7-8 avril 2011.

Guyard L. dir. et Bertaudière S. (2006) – Le grand sanctuaire central du Vieil-Évreux (Eure) : résultat des fouilles 2005-2006 et perspectives 2007-2009. Haute-Normandie archéologique, no 11, fascicule 2, p. 83-94.

Guyard L. et Bertaudière S. (2007) – Les thermes de la ville sanctuaire du Vieil-Évreux. Les Dossiers d’Archéologie, no 323, p. 52-65.

Guyard L. et Bertaudière S. (2010) – Le grand sanctuaire central du Vieil-Évreux (Eure). Résultat de la campagne 2008. Journées archéologiques de Haute-Normandie, Rouen 3-5 avril 2009, Publications des universités de Rouen et du Havre, p. 153-158.

Guyard L. et Bertaudière S. (2010) – Le Vieil-Évreux (Eure), « Le grand sanctuaire ». Rapport de fouille programmée triennale, campagne 2007-2009, Évreux.

Guyard L. et Bertaudière S. (2010) – Un macellum inachevé dans la ville-sanctuaire du Vieil-Évreux (Eure), Caesarodunum, t. 43-44, p. 15-41.

Guyard L., Bertaudière S. et Fontaine C. (2009) – Le Vieil-Évreux. Recherche sur le grand sanctuaire central (Eure). L’Archéologue, no 102 (juin-juillet), p. 31-34.

Guyard L., Bertaudière S. et Cormier S. (2011) – Le grand sanctuaire central du Vieil-Évreux (Eure), résultats de la campagne 2009. Journées archéologiques de Haute-Normandie, Harfleur, 23-25 avril 2010, Publications des universités de Rouen et du Havre, p. 89-94.

Guyard L., Fontaine C. et Bertaudière S. (à paraître) – Relecture du dépôt de bronze du grand sanctuaire central du Vieil-Évreux (Eure) : un dépôt lié à la fermeture du temple ? Actes du colloque international d’Orléans, juin 2006.

Krencker D., Krüger E., Lehmann H. et Wachtler H. (1929) – Die Trierer Kaiserthermen I. Ausgrabungsbericht und grundsätzliche Untersuchungen römischer Thermen. Augsburg, Dr. Benno Filser Verlag, p. 309, fig. 468.

Monturet R. et Rivière H. (1986) – Les thermes sud de la villa gallo-romaine de Séviac. Aquitania, no 2, suppl., p. 194-195, pl. I-II.

Theolas D. et Laot F. (à paraître) – Étude de la céramique issue de la campagne de fouille 2010. « Le grand sanctuaire ». Rapport de fouille programmée 2011, Évreux.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Plan de l’agglomération au Ier siècle après J.-C.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4521/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Fig. 2. Plan de l’agglomération au IIIe siècle après J.-C.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4521/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Fig. 3. Plan de l’occupation tibéro-claudienne.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4521/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Fig. 4. Plan du monument claudio-antonin (phase flavienne).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4521/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Fig. 5. Plan du monument claudio-antonin (phase antonine)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4521/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Fig. 6. Plan du monument sévérien.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4521/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 580k
Titre Fig. 7. Coupe dans les remblais sous-jacents à l’escalier du temple central sévérien.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4521/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig. 8. Dessin d’un fragment d’acrotère.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4521/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 9. Comparaison métrique et iconographique de deux statues de Jupiter.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4521/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Fig. 10. Les éléments remarquables en pierre de la campagne 2010.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4521/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fig. 11. Les roches décoratives du monument sévérien.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4521/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 187k

Auteurs

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540