Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Évreux, 6-8 mai 2011

 | 
Luc Liogier

Authevernes « Les Mureaux » (Eure) : le sanctuaire antique, approche chronologique et pratiques cultuelles

Authevernes “Les Mureaux”: the ancient sanctuary, chronological approach and cultural practices

Myriam Michel

Abstract

Dans le cadre d’une fouille préventive réalisée sur la carrière des « Mureaux » à Authevernes, la société Archéopole a mis au jour un sanctuaire antique occupé entre le milieu du Ier siècle et le courant du IIIe siècle de notre ère et s’organisant autour d’un fanum. Ce sanctuaire succède à une occupation gauloise dont la nature reste difficile à déterminer. Il a livré diverses traces d’activités cultuelles, vraisemblablement liées à une série de dépôts (faune et céramique) découverts dans les années 1990 plus au nord.

Within the context of a preventive excavation conducted in the quarry of the “Mureaux” in Authevernes, Archéopole, a company in the field of preventive archaeology, uncovered an ancient sanctuary that was occupied between the middle of the 1st century and during the 3rd century of our era, and built around a temple. This sanctuary succeeded a Gallic settlement, the nature of which is still undetermined. It revealed much evidence of cultural activities, presumably related to a series of deposits (fauna and ceramic) further north in the nineties.

Full text

1Entre novembre 2008 et mai 2009, la société Archéopole a réalisé une fouille préventive sur une superficie d’environ 1,6 ha au sein de la carrière des « Mureaux », sur la commune d’Authevernes dans l’Eure (Michel, 2011). Cette opération, qui s’inscrit dans une série de travaux archéologiques effectués sur le site depuis le milieu des années 1990, a permis la mise au jour des vestiges d’un sanctuaire antique. Les fouilles ont été l’occasion de définir la chronologie d’installation et de fonctionnement de ce lieu de culte, ainsi que d’étudier diverses traces d’activités cultuelles mises en évidence au sein du sanctuaire.

Environnement archéologique du site et contexte des recherches

  • 1 Plusieurs hypothèses ont été avancées concernant cette frontière Véliocasses/Bellovaques, qui pourr (...)

2Le site de la carrière des « Mureaux » est localisé en bordure d’un plateau dominant l’Epte, en rive droite de cette dernière (fig. 1), à une altitude moyenne de 142 m NGF. Il est installé au sein du territoire véliocasse, en limite possible avec le territoire bellovaque1. Quelques vestiges antiques sont connus dans les environs, à commencer par la voie antique Paris-Rouen, dénommée « Chaussée Jules-César », qui passe à environ 700 m en contre-bas du site, au sud (son tracé suit probablement celui de l’actuelle RN 14 : Ciezar-Epailly et Bonnin, 2000, fig. 5). Plusieurs villae sont signalées dans un rayon d’une dizaine de kilomètres, et une agglomération secondaire est attestée sur la commune de Gamaches-en-Vexin, à près de 7 km au nord (pour un bilan des vestiges antiques sur la zone : Cliquet, 1993 ; Roudié, 1996 ; ou Maret 2006). On peut aussi signaler la découverte d’un petit édifice vraisemblablement cultuel au lieu-dit « Le Bois de Buas » sur la commune de Guerny (Léon, 1999). Situé en contrebas du sanctuaire des Mureaux, cette petite construction est installée en bordure de la voie antique.

Fig. 1. Localisation du site des Mureaux à Authevernes en rebord de plateau dominant l’Epte (Archéopole, M. Michel).

Fig. 1. Localisation du site des Mureaux à Authevernes en rebord de plateau dominant l’Epte (Archéopole, M. Michel).

Fig. 2. Schéma d’ensemble des vestiges mis au jour sur l’emprise de la carrière des Mureaux, à partir des données de Roudié, 1999 ; Ciezar-Epailly et Bonnin, 2000 ; Maret, 2006 (Archéopole, M. Michel).

Fig. 2. Schéma d’ensemble des vestiges mis au jour sur l’emprise de la carrière des Mureaux, à partir des données de Roudié, 1999 ; Ciezar-Epailly et Bonnin, 2000 ; Maret, 2006 (Archéopole, M. Michel).

3Le site même de la carrière des Mureaux a fait l’objet de plusieurs opérations archéologiques depuis le milieu des années 1990 (fig. 2). L’occupation la plus ancienne qu’elles ont permis de mettre en évidence est constituée d’une ferme laténienne, datée entre La Tène D et le début du règne d’Auguste (opérations menées par l’INRAP entre 1996 et 1999, sous la direction de N. Roudié : Roudié, 1999). Cet ensemble, localisé dans la partie nord de la carrière, est essentiellement composé d’un enclos quadrangulaire ainsi que de quelques édifices sur poteaux et de structures de stockage de type silo et grenier. Il s’agit vraisemblablement d’un site d’habitat, dont cependant les capacités importantes de stockage sont à souligner. L’occupation antique, outre le sanctuaire, est marquée par la présence, à l’est de la carrière, d’un four de tuilier dont le fonctionnement est daté des IIe et IIIe siècles de notre ère (Ciezar-Epailly et Bonnin, 2000), ainsi que par l’existence de deux carrières d’extraction calcaire, ayant sans doute été exploitées dans le courant du Ier siècle de notre ère (Roudié, 1999). Elles sont localisées sur la zone de l’établissement rural gaulois, et l’une d’elle a fait l’objet, entre la fin du Ier siècle et le IIIe siècle de notre ère, d’une vingtaine de dépôts cultuels assez inhabituels constitués de céramiques communes, parfois brûlées, et de restes de caprinés. Les dépôts sont pour la plupart constitués d’un squelette d’ovi-capriné en connexion, disposé autour d’une unique céramique. Ce geste, inédit dans la région et sur les grands sanctuaires, semble plutôt se rattacher à un culte domestique. On peut aussi signaler la présence, au nord du site gaulois, d’une fosse de type puits ou silo renfermant les squelettes de cinq équidés, déposés entre la fin de La Tène et le haut Moyen Âge. L’absence de mobilier d’accompagnement ne permet pas de dater avec précision ce dépôt, ni de le caractériser avec certitude (Roudié, 1999). Enfin quelques enclos non datés ont été découverts à l’ouest de l’emprise de la carrière, mais n’ont pas été datés (Maret, 2006). Suite à cette succession d’opérations, la zone sud de la carrière restait à explorer. Le diagnostic réalisé en 1996 (Roudié, 1996) avait mis en évidence à cet endroit des vestiges antiques, datés pour certains de l’époque augustéenne et pour d’autres des IIe-IIIe siècles de notre ère. Plusieurs hypothèses ont alors été envisagées concernant la fonction de ce site antique, villa ou sanctuaire. L’objectif premier de la fouille était donc de valider l’une ou l’autre de ces hypothèses.

Une occupation antérieure au sanctuaire antique

  • 2 Il s’agirait de modèles du type 4a1b ou 4a2 de M. Feugère (Feugère, 1985).
  • 3 Pour les fibules, voir par exemple les sites de Bennecourt (Yvelines) et Mirebeau-sur-Bèze (Côte-d’ (...)

4La première occupation mise au jour sur la partie sud de la carrière des « Mureaux » est antérieure à la période gallo-romaine. Divers vestiges attestent d’une activité dans le courant du Ier siècle avant notre ère, voire à la fin du IIe siècle (fig. 3). Le cœur de cette occupation semble se situer à l’emplacement du futur fanum, où ont été découverts quelques trous de poteaux dont l’agencement ne présente aucun plan cohérent. À l’ouest, un fossé curviligne borde l’ensemble des vestiges, tandis qu’au nord un alignement de creusements suggère l’existence d’une palissade. Vers l’est et le nord-est, deux tronçons de fossés permettent d’envisager la présence d’un enclos. Une part importante du mobilier de cette occupation a été mise au jour au sein d’une fosse localisée directement à l’ouest du futur fanum. Cette structure (fig. 4), de plan quadrangulaire et à bords presque droits, a en effet livré des fragments de céramique fine et de céramique culinaire datées de La Tène finale ainsi que des restes osseux animaux, dont un membre antérieur de porc en connexion anatomique. Deux monnaies et neuf fibules ou fragments de fibules en fer y ont aussi été découverts. Celles-ci sont très fragmentées, mais quatre d’entre elles ont pu être identifiées avec plus ou moins de certitude. Il s’agit vraisemblablement de modèles dont la période principale de commercialisation se situe entre le milieu du Ier siècle avant J.-C. et le début du règne d’Auguste2. Quant aux deux monnaies, il s’agit pour l’une, d’un bronze bellovaque généralement daté de la seconde moitié du Ier siècle avant notre ère et pour l’autre, d’un potin sénon daté de la seconde moitié du IIe siècle avant notre ère. L’ensemble de ce mobilier situe le comblement de cette fosse entre la fin du IIe siècle et le courant du Ier siècle avant J.-C. et témoigne de son caractère singulier. La présence d’ossements en connexion anatomique établit le caractère primaire de ce dépôt, et le nombre relativement important de fibules ainsi que la présence de monnaies (que l’on peut associer à la trentaine de monnaies gauloises découvertes sur le site) permet d’envisager un dépôt volontaire, peut-être de type cultuel. Les fibules et les monnaies sont en effet un mobilier que l’on retrouve fréquemment sur les sanctuaires gaulois à partir de la fin du IIe siècle avant notre ère3, et qui reste à l’inverse assez rare sur les sites d’habitat de cette période. Cette occupation gauloise, dont le caractère cultuel ne peut être affirmé au vu de l’arasement important des vestiges, pourrait en tout cas être directement liée à l’établissement fouillé au nord. Celui-ci aurait alors pu constituer la partie « technique » d’un éventuel lieu de culte.

Fig. 3. Plan des vestiges antérieurs au sanctuaire antique (Archéopole, M. Michel).

Fig. 3. Plan des vestiges antérieurs au sanctuaire antique (Archéopole, M. Michel).

Fig. 4. La fosse 1406 : cliché et relevé en coupe, mobilier (Archéopole, J. Boisson, M. Demarest, A. Hanotte, M. Michel).

Fig. 4. La fosse 1406 : cliché et relevé en coupe, mobilier (Archéopole, J. Boisson, M. Demarest, A. Hanotte, M. Michel).

Le sanctuaire antique, organisation et chronologie d’occupation

5Construit sur le site gaulois, le sanctuaire antique (fig. 5) se met en place vers le milieu du Ier siècle de notre ère. De plan quadrangulaire, il couvre une superficie d’environ 1,2 ha. Il s’organise autour d’un bâtiment central de type fanum et est délimité par une série de fossés et de bâtiments sur fondations de calcaire installés en périphérie. Sa bordure nord n’est cependant pas connue, les données du diagnostic montrant l’existence d’édifices arasés quelques mètres au-delà des fondations que nous avons pu mettre en évidence sur ce côté du sanctuaire. L’espace ainsi formé recèle une densité relativement faible de vestiges, essentiellement des fosses de formes et de tailles variées.

Fig. 5. Proposition de phasage du sanctuaire antique (Archéopole, M. Michel).

Fig. 5. Proposition de phasage du sanctuaire antique (Archéopole, M. Michel).
  • 4 Il s’agit de fibules de type Feugère 22b1 et 18a1a ainsi que d’une fibule Almgren 2aII (Feugère, 19 (...)

6Le bâtiment central mesure 12,5 m sur 13 m hors-tout pour une superficie interne d’environ 100 m². De plan quadrangulaire centré, il est constitué d’une cella mesurant 7 m sur 7 m hors-tout pour une superficie interne d’environ 30 m². Celle-ci est entourée d’une galerie mesurant entre 1,5 et 2 m de largeur interne (fig. 6). Ce fanum est conservé sous la forme de fondations calcaires arasées installées sur un remblai de limon argileux brun destiné à compenser les irrégularités du terrain, l’édifice étant situé au niveau d’une rupture de pente. L’installation du bâtiment est datée par la présence de l’important mobilier d’un remblai hétérogène, daté entre le Ier siècle avant notre ère et la période augusto-tibérienne. Il est notamment constitué de céramique augusto-tibérienne et de plusieurs fibules datées entre le dernier quart du Ier siècle avant notre ère et le règne de Tibère pour leur période principale de circulation4. Ce remblai a livré également quelques monnaies gauloises et de la céramique La Tène D1/D2. La présence, dans sa partie supérieure, d’une monnaie d’Auguste, vraisemblablement perdue vers 40-45 de notre ère, permet de confirmer une installation durant les premières années du règne de Claude. Sur ce remblai, sous les fondations de l’édifice, plusieurs structures semblent témoigner de gestes volontaires, probablement cultuels (fig. 7) : dépôts de mobilier et de restes de repas, vestiges de foyers. Ces structures livrent elles aussi un mobilier tibéro-claudien. Parallèlement à la mise en place du fanum, plusieurs fossés périphériques sont creusés au sud, à l’est et au nord-est du site. Très arasés dans l’angle sud-est, ils présentent un profil en cuvette de profondeur variable et sont comblés d’un limon brun mêlé à des blocs de calcaire plus ou moins nombreux. Leur organisation montre l’existence de deux systèmes d’entrées au sein du sanctuaire. Le principal est localisé au sud-est et formé de deux petits fossés bordant vraisemblablement un chemin d’accès qui descend vers l’Epte et la voie antique Paris-Rouen. Un accès secondaire est situé à l’angle sud-ouest et se présente sous la forme d’un petit couloir ménagé entre le fossé périphérique sud et un petit tronçon de fossé parallèle à ce dernier sur quelques mètres.

Fig. 6. Plan et clichés en cours de fouille du fanum (Archéopole, J. Boisson, M. Michel).

Fig. 6. Plan et clichés en cours de fouille du fanum (Archéopole, J. Boisson, M. Michel).

7Les premiers édifices périphériques sont construits dans le courant de la seconde moitié du Ier siècle de notre ère, sur les bordures nord-ouest et nord-est du sanctuaire. Au nord-ouest, une zone de vestiges très arasés témoigne de la présence de deux bâtiments quadrangulaires sur fondations de calcaire. Ils sont composés chacun de deux pièces, dont la superficie est de 9 m ² pour la plus petite (bâtiment 2) et 30 m² pour la plus vaste (bâtiment 1). Cette zone a livré de nombreux vestiges de faune – certains en connexion –, dont de très petits ossements de gibier, des restes de coquilles d’œufs et de mollusques. La présence de ces vestiges, probables débris de cuisine, suggère la tenue de repas au sein de ces édifices. Au nord les fondations de trois bâtiments quadrangulaires alignés sur une orientation globalement est-ouest ont été mises au jour (bâtiments 6-6bis-6ter). Le premier, le plus à l’ouest, est constitué de fondations de calcaire installées sur un léger remblai de limon. Elles dessinent deux pièces quadrangulaires de 21 et 42 m². Les deux édifices de l’est sont constitués de fondations de calcaire installées dans de légères tranchées. L’ensemble de ces édifices est postérieur à plusieurs structures comblées au plus tôt sous le règne de Claude et qui fournissent donc un terminus post-quem à la mise en place de ces trois bâtiments.

8Un second développement du sanctuaire s’opère entre le dernier quart du Ier siècle et les premières décennies du IIe siècle de notre ère. Cette période voit en effet l’installation d’un vaste bâtiment à l’angle sud-ouest du sanctuaire, ainsi que le comblement (au moins partiel) des fossés périphériques est et nord-est avec l’édification de deux bâtiments. Le bâtiment sud-ouest (bâtiment 5) est composé d’une succession de pièces de plan quadrangulaire et couvre une superficie totale d’au moins 230 m². Il est un peu mieux conservé que les autres édifices périphériques, mais seulement au niveau de ses fondations. La superposition de tronçons de murs en plusieurs endroits indique l’existence de deux états différents dans sa construction, mais ni les quelques relations stratigraphiques mises en évidence ni le mobilier, rare et peu datant, n’ont permis d’en établir la chronologie. À l’est, deux édifices s’installent sur le comblement des fossés nord-est et est. Le premier (bâtiment 11) est localisé dans l’angle nord-est de la fouille. Conservé sous la forme de fondations de calcaire arasées, il présente un plan quadrangulaire et couvre une superficie minimale de 25 m² (l’édifice se poursuit hors de l’emprise de fouille). Le second bâtiment (bâtiment 12) s’installe sur le tracé du fossé périphérique est. De facture identique, il présente un plan plus « original », de base quadrangulaire avec deux exèdres sur ses côtés sud et est. On peut aussi souligner la présence d’un foyer au sein de l’exèdre est. Plusieurs structures de stockage, de type « cellier », ont été découvertes en divers points du sanctuaire, toujours sur la périphérie. Si leur abandon peut être rattaché à la fin du IIe siècle ou aux premières décennies du IIIe siècle, il reste difficile de dater leur installation, probablement liée à celle des différents édifices.

9L’activité au sein du sanctuaire semble ensuite marquer une pause jusque dans le dernier tiers du IIe siècle de notre ère. La fin de ce siècle et la première moitié du IIIe siècle sont attestées par la présence d’un mobilier relativement abondant, issu des niveaux de démolition recouvrant les différents édifices ainsi que du comblement de diverses fosses. Certaines ont livré des restes évoquant des activités cultuelles tandis que d’autres témoignent plutôt du démantèlement du site, avec la présence de terres cuites architecturales et de blocs calcaires en position de rejet. Le mobilier issu de ces fosses ainsi que des niveaux de démolition ne permet pas de distinguer chronologiquement les dépôts cultuels des rejets d’abandon. Leur datation proche peut suggérer deux choses : un rituel lié à la fermeture du sanctuaire, du type « mise au rebut » de mobilier cultuel par des actes de « sacrifice », ou encore un arrêt assez « brutal » des activités de culte, suivi rapidement de l’abandon du site. Cet abandon précoce, établi par la datation des niveaux de démolition et des fosses comblées par des vestiges architecturaux entre la fin du IIe siècle et les années 220-240 de notre ère, semble confirmé par l’absence totale de monnaies des Sévères, pourtant fréquentes dans la région durant la seconde moitié du IIIe siècle. Quelques éléments de mobilier céramique témoignent cependant de fréquentations ponctuelles du site durant la seconde moitié de ce IIIe siècle.

Fig. 7. Clichés des dépôts sous le fanum (Archéopole, A. Dufournet, M. Michel)

Fig. 7. Clichés des dépôts sous le fanum (Archéopole, A. Dufournet, M. Michel)

10Le sanctuaire antique, situé sur une hauteur dominant à la fois le cours de l’Epte et la voie antique Paris-Rouen, présente un certain nombre de caractéristiques classiques pour ce type de site : une organisation autour d’un bâtiment central, avec la présence de constructions formant une enceinte ; une installation dans le courant du Ier siècle et un abandon dans le courant du IIIe siècle de notre ère ; une installation qui succède à une occupation gauloise, à caractère peut-être cultuel elle aussi ; et enfin une position topographique dominante. Cette localisation rend le sanctuaire visible de loin dans le paysage, et notamment de la voie en contrebas. Cette mise en valeur est accentuée par son organisation générale, qui suggère une « mise en scène » architecturale à destination des visiteurs approchant du site. En effet, le côté sud du « péribole » est constitué d’un simple fossé alors que les édifices construits sur fondations de pierres sont relégués en arrière-plan, laissant le fanum bien visible de l’entrée du site au sud-est ainsi que de la voie en contrebas.

Les traces d’activités cultuelles sur le sanctuaire

11Divers vestiges témoignant vraisemblablement d’activités cultuelles ont été découverts sur le site. On peut noter cependant qu’aucune inscription n’a été mise au jour, ni aucun ex-voto, statuette ou autre mobilier permettant d’établir la ou les divinités auxquelles le sanctuaire a été dédié. Les vestiges cultuels mis au jour se rattachent à des pratiques de repas rituels ou de sacrifices par le feu, qu’il s’agisse de céramiques ou de restes animaux et végétaux.

Des rituels de consécration du fanum ?

12Plusieurs structures, postérieures au remblai d’installation du fanum, sont donc contemporaines de la mise en place de celui-ci (fig. 7). L’une d’elles est constituée d’ossements animaux qui portent des traces de découpe et peut-être de consommation (structure 1443, fig. 7, en bas). Il s’agit de restes de caprinés qui ont été déposés sur le remblai, vraisemblablement à l’issue d’un sacrifice et/ou d’un repas rituel. Ces restes sont accompagnés d’un peu de charbon et de cendres, et placés au centre d’un aménagement de pierres. De la même façon, la structure 1445 (fig. 7, au milieu) livre quelques restes osseux de porc qui pourraient eux aussi témoigner du même type de pratiques. Ces vestiges ont été découverts au sein d’une petite lentille de charbon et de limon rubéfié mêlé à un radier de pierres. Plusieurs autres cuvettes creusées dans le remblai d’installation et portant des traces de rubéfaction ont été mises au jour, notamment sous le mur extérieur de la galerie sud (fig. 7, en haut). L’ensemble de ces vestiges semble témoigner de foyers et repas rituels liés à l’installation et à la consécration du fanum. Ce type de foyers rituels a notamment été mis en évidence sur le site de Saint-Martin-de-Boscherville (Seine-Maritime) : au début du Ier siècle de notre ère, l’installation d’une galerie autour d’un fanum déjà existant s’accompagne d’une série de petits foyers qui n’ont apparemment servi qu’une seule fois. Ils sont interprétés comme de possibles traces de rituels de consécration (De la Gaule, 1990, p. 236).

13Outre ces vestiges mis au jour sous le fanum, un dépôt a été découvert sur le remblai d’installation à l’extérieur de ce bâtiment (fig. 8). Il est constitué des restes osseux de deux enfants en bas-âge, inhumés pour l’un dans une céramique et pour l’autre au pied de celle-ci. Les ossements sont accompagnés de cinq vases. Il s’agit d’un pot en simili-Besançon, d’un bol à glaçure plombifère et décor moulé, d’un fond de pot en terra nigra et de deux gobelets complets en céramique commune claire. Ces deux derniers vases sont de fabrication irrégulière et présentent de légères traces de chauffe, dues peut-être à leur exposition sur des cendres chaudes. Cet ensemble céramique est accompagné de quelques ossements animaux et de deux monnaies. Le tout est daté des années 45 à 60 de notre ère et pourrait constituer un dépôt lié à la fondation ou au fonctionnement du fanum. Les monnaies sont chacune associée aux restes osseux d’un des deux enfants. La première, retrouvée au sein de l’urne, est un pseudo-as à l’effigie de Claude, vraisemblablement déposé entre 45 et 60-65 de notre ère. Elle porte des traces de passage au feu. La seconde monnaie, découverte déposée en pleine terre avec les ossements du second enfant, est très usée et montre une perforation. Il s’agit d’un monnayage d’Auguste ou de Tibère, portant une contremarque apposée entre l’an 7 avant notre ère et l’an 12 de notre ère. L’usure de la pièce, qui semble avoir été portée quelque temps en pendentif, laisse penser à un dépôt au plus tôt dans les années 40-45 de notre ère. Les éléments constitutifs de ce dépôt soulèvent un certain nombre de questions. On peut noter que les deux enfants n’ont pas été incinérés, et la présence des restes de l’un d’entre eux au sein d’un vase pose la question d’une inhumation secondaire dans un contenant céramique qui aurait été préalablement découpé. On peut souligner aussi que le fond de pot en terra nigra et le bol à glaçure plombifère portent des traces de possibles mutilations (fonds percés), et que ce dépôt est localisé sur le remblai d’installation du fanum, directement à l’extérieur de ce dernier. Enfin, les deux monnaies sont elles aussi assez particulières, puisque l’une d’entre elles semble avoir été « sacrifiée » par le feu tandis que l’autre a constitué un objet personnel auquel son propriétaire était probablement très attaché. Le statut de ce dépôt reste donc assez énigmatique. S’agit-il d’un dépôt de fondation lié au fanum, comme pourrait le suggérer sa localisation et sa datation ? S’agit-il sinon d’une sépulture d’enfant tout ce qu’il y a de plus « classique » ? L’archéologie funéraire a montré que, notamment dans l’Antiquité, les jeunes enfants faisaient l’objet de traitements particuliers. Si la pratique de la crémation est majoritaire pour les adultes, les jeunes enfants sont quant à eux le plus souvent inhumés, que ce soit en nécropole ou en contexte domestique. On retrouve quelques exemples de sépultures d’enfants au sein d’édifices cultuels, comme par exemple à Saumeray (Eure-et-Loire). Parmi les six sépultures découvertes dans un fanum daté des Ier-IVe siècles de notre ère, deux inhumations concernaient des nouveau-nés (Baills-Talby et Blanchard, 2006). D’autres cas de restes humains découverts au sein de l’espace sacré de sanctuaires antiques sont attestés sur les sites d’Ognon et Épiais-Rhus. Sur ce dernier site, une fibula humaine a été mise au jour dans l’un des fana, accompagnée des fragments d’un vase brisé. Le tout est daté du milieu du Ier siècle de notre ère, et provient des « couches les plus anciennes qui ont été fouillées » (Wabon, Abert et Vermeersch, 2006, p. 235). La question d’un dépôt volontaire ou d’un simple mobilier résiduel reste posé dans ce cas. À Ognon, sur le sanctuaire de la Forêt d’Halatte, un crâne humain a été mis au jour dans les fondations du fanum. Il s’agirait là d’un dépôt de fondation d’époque claudienne, qui témoignerait d’un certain maintien des traditions gauloises (Durand, 2000).

Fig. 8. Mobilier issu du dépôt 1410 (Archéopole, A. Hanotte, M. Michel).

Fig. 8. Mobilier issu du dépôt 1410 (Archéopole, A. Hanotte, M. Michel).

Fig. 9. Clichés du dépôt dans le fossé 1323 (Archéopole, J. Boisson).

Fig. 9. Clichés du dépôt dans le fossé 1323 (Archéopole, J. Boisson).

Des rites d’exposition ?

14Un dépôt singulier au sein du remplissage du fossé 1323, qui marque la bordure sud-est du site, pose la question de rites d’exposition dans le courant de la seconde moitié du Ier siècle de notre ère, voire au tout début du IIe siècle (fig. 9). Le dépôt en question s’est effectué dans un tronçon de ce fossé creusé vers le milieu du Ier siècle et comblé au plus tard dans la première moitié du IIe siècle par la mise en place du bâtiment 12. Il est composé notamment de vestiges céramiques peu fragmentés et de restes de caprinés (têtes et pattes) qui semblent témoigner de rejets de banquet. Il est aussi constitué d’un squelette incomplet d’équidé (tronc de la bête). Des restes pouvant être associés à ces vestiges sont issus de la fosse voisine 1337 (crânes, mandibules et extrémités de membres de caprinés, quelques éléments de squelette d’équidé). Ils témoignent probablement d’une dispersion et d’une fragmentation importante des carcasses. L’ensemble de ces ossements porte des traces d’intempérisation et suggère un rituel d’exposition de ces restes osseux dans la zone avant leur enfouissement. Si ce type de gestes cultuels est plus courant à l’époque gauloise, il semble que le sacrifice des équidés se soit développé alors que la consommation de leur viande est abandonnée, au début de l’époque gallo-romaine. D’autre part, quelques sites montrent que la tradition laténienne de manipulation et d’exposition des carcasses animales se poursuit durant l’époque gallo-romaine (Lepetz et Van Andringa, 2008). Ce type de pratiques a apparemment eu cours sur le site de Jouars-Pontchartrain, où les fouilleurs évoquent la présence de nombreux restes de bovidés (bucrânes et chevilles osseuses) aux abords des murs du sanctuaire, restes qui ont pu être exposés sur les murs après un sacrifice (Blin, 2000). D’autres exemples de ce type de gestes sont attestés durant la première moitié du Ier siècle de notre ère, notamment à Avenches ou au Gué-de-Sciaux (Van Andringa, 2002, p. 102). Ces pratiques, si elles sont surtout connues aux époques gauloises, ne semblent pas avoir totalement disparu durant la période gallo-romaine.

Fig. 10. Cliché et relevé de la fosse 1302 et cliché de la fosse 1338 en cours de fouille (Archéopole, J. Boisson, M. Michel).

Fig. 10. Cliché et relevé de la fosse 1302 et cliché de la fosse 1338 en cours de fouille (Archéopole, J. Boisson, M. Michel).

Fig. 11. Clichés et dessins de la fosse 1254 et d’une partie du mobilier qui en est issu (Archéopole, M. Demarest, B. Glasson, M. Michel)

Fig. 11. Clichés et dessins de la fosse 1254 et d’une partie du mobilier qui en est issu (Archéopole, M. Demarest, B. Glasson, M. Michel)

Des vestiges de sacrifices et de repas rituels ?

15Le site livre aussi de nombreux vestiges témoignant vraisemblablement de sacrifices et de banquets, qui datent essentiellement de la dernière phase d’occupation du sanctuaire, à la charnière entre le IIe et le IIIe siècle de notre ère et durant le premier tiers de ce dernier. Les vestiges osseux montrent la diversité des composantes du banquet. Les animaux les plus consommés sont le porc et les caprinés, et ils sont accompagnés de diverses espèces qui agrémentent le banquet : oiseaux de basse-cour, gibier, huîtres et moules.

16Concernant ces restes osseux, deux structures peuvent nous renseigner plus avant sur les modalités de sacrifice (fig. 10). La fosse 1302 (fig. 10, cliché du haut et relevé de coupe) a livré des ossements brûlés (essentiellement de caprinés) ainsi qu’une quantité non négligeable de mobilier céramique. La fosse voisine 1338 (fig. 10, cliché du bas) a fourni un certain nombre d’ossements de caprinés qui semblent complémentaires des restes issus de 1302. Ils ne sont cette fois pas brûlés et comportent encore quelques connexions anatomiques. Ces deux fosses pourraient alors témoigner des différentes étapes d’un même rituel. Suite au sacrifice des animaux choisis (essentiellement des porcs et moutons assez âgés), une part des carcasses serait offerte aux dieux par un acte de consécration par le feu. Cette part des dieux serait accompagnée notamment de céramiques et de divers autres restes alimentaires, elle correspond vraisemblablement aux vestiges issus de 1302. L’autre partie des bêtes sacrifiées aurait ensuite servi de nourriture pour le banquet, avant que les os n’en soient rejetés, comme cela semble être le cas dans 1338.

Une possible favissa ?

  • 5 Il s’agit notamment d’une fibule de type 14b1a (Feugère, 1985, p. 262-263, no 1225), dont la périod (...)

17De la même façon, les restes osseux issus de la fosse 1254 pourraient témoigner d’offrandes animales brûlées lors d’un sacrifice regroupant cette fois un important mobilier, très diversifié (fig. 11 et 12). Il s’agit notamment de nombreux éléments de quincaillerie et de serrurerie ainsi que d’une charnière en os (fig. 11 C), le tout témoignant peut-être de la présence d’un ou plusieurs coffrets ou petits meubles en bois. Le remplissage de 1254 a aussi livré deux éléments de luminaire (lampe à suspension : fig. 11 E), des fragments de vaisselle métallique, de l’outillage, des éléments de harnachement (caveçon : fig. 11 D), une fibule (fig. 11 B), une monnaie et de nombreux vases (fig. 12) portant diverses traces « inhabituelles ». La plupart de ces céramiques sont en effet déformées par la chaleur, voire recuites. Certaines portent aussi de probables traces de mutilation volontaire (vase percé, anse sciée...). Leur caractère peu fragmenté, et surtout le nombre de vases intacts permet d’établir qu’il ne s’agit pas des vestiges d’un incendie accidentel. Pourtant la fosse livre une grande quantité de fragments de torchis brûlé et ses parois portent elles aussi les traces d’une forte chauffe. Le remplissage de cette fosse résulte donc très vraisemblablement d’un acte volontaire de passage au feu et de dépôt : l’ensemble de ce mobilier est très divers et les datations ne sont pas toutes homogènes (la majorité du mobilier est daté de la charnière IIe -IIIe siècle de notre ère, mais quelques objets semblent plus anciens, datés de la fin du Ier et du début du IIe siècle après J.-C.5). Il pourrait s’agir d’un ensemble offert au sanctuaire à des périodes différentes, et dont le personnel du temple a décidé de se débarrasser. Ces objets ayant cependant été offerts aux dieux, ils ne peuvent être « réintégrés » dans le « circuit quotidien », et sont donc mutilés et enterrés au sein de l’ère sacrée. Ce type de pratiques, relativement bien connues dans l’Occident romain, nous permet de qualifier cette structure de « favissa », bien que le terme semble parfois employé de manière « abusive » selon certains spécialistes de la question (Rey-Vodoz, 2006, p. 224). Il nous semble cependant percevoir ici nettement le caractère volontaire du regroupement et du dépôt de cet ensemble mobilier. La même interprétation peut être suggérée pour la fosse 1035, dont le comblement offre quelques caractéristiques proches de celui de 1254 (une grande quantité de mobilier, des céramiques peu fragmentées et portant des traces de mutilation et de passage au feu, la présence de vestiges osseux animaux et de fragments de torchis brûlé). Ces exemples de dépôts liés peut-être à des actes de « ménage rituel » sont attestés dans la région sur des sites tels qu’Hecmanville « La Chaussée », où plusieurs dépôts en fosse ont livré des céramiques mutilées (dont certaines formes rares), du charbon et du mobilier métallique (Maret, 2003).

18On peut souligner enfin la présence d’autres vestiges liés au culte sur l’emprise de la carrière, et qui ont été mis au jour lors des fouilles de la ferme gauloise située au nord. Ils témoignent de l’existence d’un second pôle d’activités rituelles sur le site, contemporain du fonctionnement du sanctuaire (voir ci-dessus ; et Roudié, 1999).

19Le sanctuaire d’Authevernes présente donc un intérêt particulier de par les traces d’activités rituelles qu’il a livré. Elles sont très diverses et restent le plus souvent difficiles à interpréter. Certaines se rattachent assez clairement à la tradition antique (vestiges de sacrifice animal, de consécration par le feu de la part réservée aux dieux et de pratique de repas rituels), tandis que d’autres semblent plutôt pouvoir se rattacher à des traditions plus anciennes (hypothèse d’expositions de carcasses animales avant leur enfouissement et présence de restes humains au sein du sanctuaire).

Fig. 12. Cliché de l’ensemble céramique issu de la fosse 1254 (Archéopole, A. Hanotte)

Fig. 12. Cliché de l’ensemble céramique issu de la fosse 1254 (Archéopole, A. Hanotte)

20À l’issue de cette fouille, plusieurs questions restent en suspens. Elles concernent notamment l’hypothèse d’un lieu de culte gaulois sur le site, qui peut être posée mais reste difficile à prouver. Elles concernent d’autre part la place du sanctuaire dans le territoire antique environnant. On peut vraisemblablement évoquer l’idée d’un sanctuaire rural lié à une villa, mais sans certitude pour le moment. Le dépôt de jeunes enfants inhumés près du fanum pourrait également évoquer un caractère « domestique » pour ce lieu de culte, puisque les enfants sont souvent inhumés en contexte domestique durant l’antiquité. De même, le caractère domestique probable des dépôts mis au jour lors des fouilles sur la ferme gauloise pourrait renforcer cette idée d’un site lié à une villa et donc à caractère plutôt « privé ».

Bibliography

Bibliographie

Arcelin P. et Brunaux J.-L. dir. (2003) – Cultes et sanctuaires en France à l’âge du Fer. Gallia, no 60, p. 1-268.

Baills-Talbi N. et Blanchard P. (2006) – Sépultures de nouveau-nés et de nourrissons du 1er âge du Fer au haut Moyen Âge découverts hors des contextes funéraires traditionnels sur les territoires carnute, turon et bituriges cube : inventaire, synthèse et interprétations. Ensembles funéraires gallo-romains de la région Centre, Revue archéologique du Centre de la France, no 29, Supplément, p. 157-205.

Bataille G. (2008) – Les Celtes : des mobiliers aux cultes. Dijon, Éditions universitaires de Dijon (Art, archéologie et patrimoine).

Blin O. (2000) – Jouars-Pontchartrain, sanctuaire de vicus. Archéologie des sanctuaires en Gaule romaine (William Van Andringa dir.), Saint-Étienne, Publications de l’université de Saint-Étienne (Mémoires du Centre Jean-Palerne, 22), p. 91-117.

Ciezar-Epailly L. et Bonnin N. (2000) – Authevernes Les Mureaux, rapport de sauvetage urgent. Le Petit-Quevilly, SRA de Haute-Normandie.

Cliquet D. (1993) – Carte archéologique de la Gaule : l’Eure. Paris, Académie des inscriptions et belles-lettres.

De la Gaule (1990) – De la Gaule à la Normandie, 2000 ans d’histoire – 30 ans d’archéologie, Catalogue de l’exposition du Musée départemental des Antiquités de Rouen. Rouen.

Demetz S. (1999) – Fibeln der Spätlatène-und frühen römischen Kaizerzeit in den Alpenländern. Rahden, Verlag Marie Leidorf GmbH (Frühgeschichtliche und Provinzialrömische Archäologie, Materialien und Forschungen, 4).

Dorion-Peyronnet C. dir. (2009) – Les Gaulois face à Rome : la Normandie entre deux mondes. Catalogue de l’exposition du Musée départemental des Antiquités de Rouen (19 mai-21 septembre 2009), Rouen, Éditions Point de vue.

Doyen J.-M., Hanotte A., Michel M. et Demarest M., Lebis F., Malette C. collab. (2011) – Le sanctuaire antique d’Authevernes « Les Mureaux » (Eure, France) : contextes monétaires gaulois et romains précoces de Haute-Normandie. Journal of Archaeological Numismatics, no 1, p. 77-140.

Durand M. (2000) – Un sanctuaire « rural », le temple gallo-romain de la forêt d’Halatte. Archéologie des sanctuaires en Gaule romaine (William Van Andringa dir.), Saint-Étienne, Publications de l’université de Saint-Étienne (Mémoires du Centre Jean-Palerne, 22), p. 119-129.

Feugère M. (1985) – Les fibules en Gaule méridionale de la Conquête à la fin du Ve siècle après J.-C., Revue archéologique de Narbonnaise, suppl. 12.

Léon G. (1999) – Déviation de la RN 14, Saint-Clair-sur-Epte (Val d’Oise) – Guerny (Eure), diagnostic phase versants. Le Petit-Quevilly, SRA de Haute-Normandie, p. 29-38.

Lepetz S. et Van Andringa W. dir. (2008) – Archéologie du sacrifice animal en Gaule romaine, rituels et pratiques alimentaires. Montagnac, Éditions M. Mergoil (Archéologie des plantes et des animaux).

Maret C. (2003) – Autoroute A 28 nord, Hecmanville-Boisney (Eure). Le Petit-Quevilly, SRA de Haute-Normandie.

Maret C. (2006) – Authevernes Les Mureaux (Eure – Haute-Normandie), rapport de diagnostic, août 2006. Le Petit-Quevilly.

Michel M. (2011), Authevernes « Les Mureaux » (Eure). Rapport de fouille archéologique préventive. Le Petit-Quevilly, SRA de Haute-Normandie.

Rey-Vodoz V. (2006) – Offrandes et rituels votifs dans les sanctuaires de Gaule romaine. Sanctuaires, pratiques cultuelles et territoires civiques dans l’Occident romain (Monique Dondin-Payre et Marie-Thérèse Raepsaet-Charlier dir.). Bruxelles, Le Livre Timperman, p. 219-238.

Roudié N. (1996) – Authevernes Les Mureaux, deuxième opération de diagnostic archéologique, parcelles 18, 19, 20, 21, 22, 23 et 24. Le Petit-Quevilly, SRA de Haute-Normandie.

Roudié N. (1999) – Authevernes Les Mureaux, document final de synthèse des opérations de fouilles de mai et décembre 1997, de mars, mai-juin et septembre-octobre 1998. Le Petit-Quevilly, SRA de Haute-Normandie.

Van Andringa W. (2002) – La religion en Gaule romaine, piété et politique (Ier-IIIe siècles après J.-C.). Paris, Errance.

Wabon M., Abert F. et Vermeersch D. (2006) – Carte archéologique de la Gaule, le Val d’Oise. Paris, Académie des inscriptions et belles-lettres.

Notes

1 Plusieurs hypothèses ont été avancées concernant cette frontière Véliocasses/Bellovaques, qui pourrait être située sur le cours de l’Epte (Cliquet, 1993, p. 45, fig. 10) ou sur celui de l’Oise (Dorion-Peyronnet, 2009, p. 61).

2 Il s’agirait de modèles du type 4a1b ou 4a2 de M. Feugère (Feugère, 1985).

3 Pour les fibules, voir par exemple les sites de Bennecourt (Yvelines) et Mirebeau-sur-Bèze (Côte-d’Or) dans Bataille, 2008, p. 189-192. Pour les monnaies, voir Arcelin et Brunaux, 2003, p. 45 et 245.

4 Il s’agit de fibules de type Feugère 22b1 et 18a1a ainsi que d’une fibule Almgren 2aII (Feugère, 1985 ; Demetz, 1999).

5 Il s’agit notamment d’une fibule de type 14b1a (Feugère, 1985, p. 262-263, no 1225), dont la période principale de fabrication est datée entre les règnes de Tibère et de Néron.

List of illustrations

Title Fig. 1. Localisation du site des Mureaux à Authevernes en rebord de plateau dominant l’Epte (Archéopole, M. Michel).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4520/img-1.jpg
File image/jpeg, 88k
Title Fig. 2. Schéma d’ensemble des vestiges mis au jour sur l’emprise de la carrière des Mureaux, à partir des données de Roudié, 1999 ; Ciezar-Epailly et Bonnin, 2000 ; Maret, 2006 (Archéopole, M. Michel).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4520/img-2.jpg
File image/jpeg, 112k
Title Fig. 3. Plan des vestiges antérieurs au sanctuaire antique (Archéopole, M. Michel).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4520/img-3.jpg
File image/jpeg, 112k
Title Fig. 4. La fosse 1406 : cliché et relevé en coupe, mobilier (Archéopole, J. Boisson, M. Demarest, A. Hanotte, M. Michel).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4520/img-4.jpg
File image/jpeg, 344k
Title Fig. 5. Proposition de phasage du sanctuaire antique (Archéopole, M. Michel).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4520/img-5.jpg
File image/jpeg, 184k
Title Fig. 6. Plan et clichés en cours de fouille du fanum (Archéopole, J. Boisson, M. Michel).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4520/img-6.jpg
File image/jpeg, 312k
Title Fig. 7. Clichés des dépôts sous le fanum (Archéopole, A. Dufournet, M. Michel)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4520/img-7.jpg
File image/jpeg, 356k
Title Fig. 8. Mobilier issu du dépôt 1410 (Archéopole, A. Hanotte, M. Michel).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4520/img-8.jpg
File image/jpeg, 176k
Title Fig. 9. Clichés du dépôt dans le fossé 1323 (Archéopole, J. Boisson).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4520/img-9.jpg
File image/jpeg, 320k
Title Fig. 10. Cliché et relevé de la fosse 1302 et cliché de la fosse 1338 en cours de fouille (Archéopole, J. Boisson, M. Michel).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4520/img-10.jpg
File image/jpeg, 508k
Title Fig. 11. Clichés et dessins de la fosse 1254 et d’une partie du mobilier qui en est issu (Archéopole, M. Demarest, B. Glasson, M. Michel)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4520/img-11.jpg
File image/jpeg, 424k
Title Fig. 12. Cliché de l’ensemble céramique issu de la fosse 1254 (Archéopole, A. Hanotte)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4520/img-12.jpg
File image/jpeg, 304k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Terms of use: http://www.openedition.org/6540