Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Évreux, 6-8 mai 2011

 | 
Luc Liogier

L’antique Uggade (Caudebec-lès-Elbeuf, Seine-Maritime) et sa périphérie. L’apport des recherches anciennes et contemporaines à travers la cartographie

The ancient Uggade (Caudebec-lès-Elbeuf) and its peripheral areas. The contribution of early and contemporary research by means of mapping

Frédéric Kliesch
Avec la collaboration de Denis Lépinay

Résumé

Cet article est une proposition d’inventaire raisonné des connaissances des sites gallo-romains connus et/ou fouillés à Caudebec-lès-Elbeuf. Il a été initié avant la fouille de la nécropole des « Serres Chevrier » afin de connaitre le contexte d’implantation de la nécropole (périphérie urbaine, terrain vagues…). La restitution graphique associée à la datation des indices archéologiques est cohérente et initie une première vision de l’organisation de cette agglomération secondaire. Devant le résultat concluant, un travail complémentaire sera mené sur la ville et les communes limitrophes.

This article proposes to make a reasoned inventory of the existing knowledge about the Gallo-Roman sites that are known and/or excavated in Caudebec-lès-Elbeuf. This initiative was undertaken before excavation of the Serres Chevrier burial ground was conducted in order to find out the context in which the burial ground was established (suburban areas, vacant lots, etc.). Graphic representation combined with the dating of archaeological artifacts is consistent and offers a first look at the organization of this secondary agglomeration. On account of this successful outcome, further work will be carried out in Caudebec-lès-Elbeuf and in neighbouring towns.

Texte intégral

  • 1 Je remercie N. Bolo et C. Chappet pour leur aide et leurs conseils précieux et la qualité de l’accu (...)

1Pour ce travail, nous avons choisi de restituer graphiquement sur fond de plan toutes les sources disponibles : en particulier les ouvrages anciens (Joseph Drouet et Henri Saint-Denis, etc.), les rapports de diagnostics et de fouilles, les plans anciens et le travail de cartographie de la Carte archéologique du Service régional de l’archéologie1. L’ancienne station d’étape entre Rouen et Paris avait pour nom Uggade ou Uggate. De la ville elle-même, de son ampleur et de son organisation, nous n’avons que des indices laissés par les fouilles anciennes et récentes.

  • 2 « […] des nouvelles découvertes de M. l’abbé Cochet et des trois Mémoires que ce savant explorateur (...)

2« Uggade, lieu de la Gaule, l’itinéraire d’Antonin le marque sur la route de Rouen à Paris, entre Rouen et Évreux à 9 miles de la première de ces villes et à 14 miles de la seconde » (Bruzen de La Martinière, 1739, p. 182). Les villes modernes d’Igoville (Eure) et de Pont de l’Arche (Eure) ont longtemps été soupçonnées d’être l’Uggade de l’itinéraire d’Antonin. Cette vaine controverse2 aura au moins permis d’établir par élimination que l’antique Uggade est bien située sur les communes d’Elbeuf et de Caudebec-lès-Elbeuf (Rogeret, 1998, p. 173).

3La ville est née dans un environnement contraint, sur la rive gauche de la Seine. Elle a donc une implantation étirée d’est en ouest, le long de la vallée, sur sa partie non inondable.

4Actuellement, l’ampleur et l’organisation de cette cité sont très mal connues. Les érudits locaux du XIXe siècle n’ont proposé que des conjectures extrapolant des distances et axes de circulation en fonction des cartes et atlas de géographie à leur disposition. De nos jours, seule la multiplicité des indices archéologiques laisse pressentir la densité d’un centre romain des Ier et IIe siècles très restreint, assis sur l’actuelle commune de Caudebec-lès-Elbeuf et peut être les quartiers limitrophes d’Elbeuf. Le travail de recensement cartographique que nous présentons se propose d’être un outil, un fil conducteur, capable de compiler les observations anciennes et récentes.

Fig. 1. Centre antique d’Uggate, découvertes anciennes et fouilles récentes.

Fig. 1. Centre antique d’Uggate, découvertes anciennes et fouilles récentes.

5La ville n’apparaît plus sur la table de Peutinger dressée vers 392.

6De la voie principale Rotomagus (Rouen) à Mediolanum-Aulercorum (Évreux) se détachait à Uggade (Caudebec-lès-Elbeuf) une voie vers Caesaromagus (Beauvais). Elle passait à Martot, Quatre-Age, Criquebeuf, Bonport, Pont-de-l’Arche et Les Damps, où elle devait traverser l’Eure. Puis elle passait la Seine près du Manoir, à l’endroit où le fleuve est très étroit. À Pîtres, selon Léon Coutil (1913), la voie suivait « le chemin aux bœufs », remontait la rive droite de l’Andelle vers Romilly, avant de passer dans le Vexin.

7Les limites antiques de l’agglomération de Caudebec se dessinent par la cartographie des sites étudiés et des découvertes ponctuelles ou fortuites. Le centre d’Uggate semble donc occuper la partie nord-ouest de la ville actuelle (fig. 1). Ainsi, un quartier d’environ 33 ha, inscrit entre les rues actuelles du Petit Cours, une section ouest de la rue Félix-Faure jusqu’à l’intersection de la rue Porte verte, une section de la rue de Strasbourg, la rue de la République, et la rue Dautresme, semble être le cœur de la cité aux IIe et IIIe siècles de notre ère. Ce périmètre concentre en effet un minimum de 18 sites gallo-romain clairement identifiés. Les chiffres des numéros de sites correspondent à la numérotation de la carte archéologique.

8Parmi eux nous trouvons :

9des témoins d’occupation (numéros en rouge sur les plans)

  • une importante construction romaine, présumée temple romain, rue de l’Église (site 1) ;

  • un cimetière à incinération de l’âge du fer et d’époque gallo-romaine, Ier-IIe siècle, rue Alfred (fouille, 1865) (site 4) ;

  • une construction gallo-romaine, rue Sadi Carnot (diagnostic archéologique, 2000) (site 7) ;

  • un puits gallo-romain, rue Sadi Carnot (travaux, 1888) (site 12) ;

  • une construction gallo-romaine, rue Etienne Dolet (découverte fortuite, 1967) (site 23) ;

  • un édifice gallo-romain, rue Revel (milieu IIe siècle – 1re moitié IIIe siècle – milieu IVe siècle) (fouilles abbé Cochet, 1864) (site 24) ;

  • une salle circulaire gallo-romaine, rue Sadi Carnot (IIIe-IVe siècle) (travaux, 1868) (site 25) ;

  • une occupation gallo-romaine, lieu-dit « cuisine 900 » (diagnostic archéologique, 1978) (site 26) ;

  • un bassin maçonné gallo-romain, rue Leriche (haut et bas Empire) (découverte fortuite, 1846) (site 27) ;

  • un puits gallo-romain, rue Étienne-Dolet. Il devait être adjoint à une habitation (travaux, 1871) (site 28) ;

  • une construction indéterminée (piscine, bassin ?), rue de la République (travaux, XIXe siècle) (site 29) ;

  • un puits gallo-romain, rue Leriche (fin IIIe siècle) (travaux, 1912) (site 30) ;

  • un puits citerne indéterminés, rue Louis-Leblanc – rue Étienne-Dolet (travaux, 1912) (site 31) ;

  • une fosse indéterminée, rue Louis-Leblanc – rue Leriche (travaux, 1912) (site 32) ;

  • une occupation gallo-romaine, rue Jules-Verne (diagnostic archéologique, 1993) (site 37) ;

  • une zone détritique gallo-romaine, impasse du Clos des Serres (diagnostic archéologique, 1993) (site 41) ;

  • un habitat des Ier et IIe siècles, abandon du site au IIIe siècle, au 112 rue de la République (diagnostic et fouille INRAP, 2009 et 2010) (site AA) ;

  • un ensemble monumental indéterminé, Parc des Cèdres (diagnostic archéologique, 2011) (site AB).

10des découvertes ponctuelles de mobilier (en jaune)

  • du mobilier céramique gallo-romain, place de la République (découverte fortuite, 1887) (site 13) ;

  • une inscription antique, rue de la République (première moitié IIe siècle) (découverte fortuite, 1840) (site 14) ;

  • une monnaie gallo-romaine, « Le Bout du Gard » (découverte fortuite, XIXe siècle) ;

  • une monnaie gallo-romaine, « Le Bout de la Ville » (2e moitié IIe siècle) (découverte fortuite, vers 1855-1860) ;

  • découverte de mobilier gallo-romain du IIe siècle, rue Courtais (travaux, 1930) (site 19) ;

  • un as romain, rue de Belfort (découverte fortuite, 1892) (site 33) ;

  • un trésor monétaire, rue Leriche (3e tiers IIIe siècle) (découverte fortuite, 1846) (site 34) ;

  • du mobilier gallo-romain, rue Leriche, rue Alfred, rue Étienne-Dolet, rue Louis-Leblanc (travaux urbain, 1912) (site 40) ;

  • un vase de bronze, des monnaies en argent de Marc-Aurèle, de Gallien et de Constantin le Grand, rue de l’Église (site AC).

11des voies de communication gallo-romaine (en marron) connues essentiellement par des découvertes anciennes : rue Étienne-Dolet (site 42), rue Revel (site 43), anciennement rue Saint-Pierre (découverte fortuite, XIXe siècle) (site 45), rue Sadi-Carnot (site 46) et rue Lamartine. Deux portions de voie ont récemment été découvertes en parallèle ( ?) de la rue de la République (sites AA et 3).

12À l’est de ce centre, se trouve une zone de terrain vague, zone détritique gallo-romaine de « la fosse au moule » sous l’actuel stade M.-Vernon (site 8), mais également la grande nécropole antique des « Serres Chevrier » (site 3, fig. 2).

13En périphérie de ce centre, dans un rayon de 700 à 900 m de distance, on trouve des sites d’habitat, d’exploitations agricoles et des villas (fig. 3). On peut citer :

  • une occupation qui est en fonction au IIe siècle (site B) ;

  • une très grande quantité de tuiles romaines (site C) ;

  • un site qui pourrait être une nécropole à inhumation puisque, lors de travaux routiers, ont été mis au jour un squelette entier accompagné de monnaies romaines, ainsi que d’autres ossements humains épars mais aussi des tuiles et une petite meule en poudingue (site D) ;

  • un site occupé du Ier siècle à la première moitié du IIIe siècle. Il s’agit d’un bâtiment léger augusto-tibérien, incendié lors de la première moitié du Ier siècle, puis trois habitations en torchis des IIe et IIIe siècles, qui deviennent au milieu du IIIe siècle trois bâtiments identiques et un petit ensemble thermal (fouilles, 1982-1984) (sites 1 et 11) ;

  • une occupation gallo-romaine, du Ier au IIIe siècle, impasse Leroy (interventions archéologiques, 1966, 1988) (site 5) ;

  • une villa gallo-romaine (sauvetage urgent, 1993) (site 6) ;

  • une occupation gallo-romaine au lieu-dit « La Villette » (site 20) ;

  • une substruction gallo-romaine au lieu-dit « La Porte verte » (travaux et prospection, 1870, 1993) (site 22) ;

  • une villa du IIe au IVe siècle et du parcellaire (diagnostic archéologique, 2002-2003) (sites 48 et 50) ;

  • une occupation de la fin du IIe – 2e moitié du IIIe siècle (diagnostic archéologique, 2002) (site 49) ;

  • du parcellaire gallo-romain (diagnostic archéologique, 2005) (site 51).

14Ces 10 sites sont des satellites qui sont venus se greffer à partir du second siècle autour de la civitas, alors que la ville devient prospère et prend de l’essor. Cette attractivité ne semble cependant pas se pérenniser puisque les villas et habitations périclitent dès la fin du troisième siècle. Ce qui est vrai pour ce large suburbium l’est aussi pour la cité dans laquelle nous n’avons que peu d’éléments postérieurs au IIIe siècle.

15Les diagnostics aux résultats négatifs nous permettent d’entre apercevoir l’absence d’occupation sur certains points du territoire. Ces résultats ne sont pas le fait de destruction totale de site, il s’agit de lieux qui ne témoignent d’aucune utilisation du sol exceptée des activités agricoles. Ces parcelles sont indiquées en violet sur la figure 2.

Fig. 3. Synthèse des connaissances actuelles.

Fig. 3. Synthèse des connaissances actuelles.

Fig. 2a. Objets provenant de la nécropole des Serres Chevrier (photo : S. Le Maho).

Fig. 2a. Objets provenant de la nécropole des Serres Chevrier (photo : S. Le Maho).

16Les parcelles et sections cadastrales AB et AC, situées au nord du centre ancien, n’ont révélé aucune occupation (zone bleu-clair sur la figure 3), qu’elle soit gallo-romaine ou médiévale. L’absence de vestige ou d’anthropisation, antérieure à la canalisation de la Seine indique probablement que ce secteur était inondable. Henri Saint-Denis nous apprend dans un article du journal L’Elbeuvien de 1909 compilé dans son ouvrage sur la topographie d’Uggate que « lors de l’inondation de Nivôse an VII (janvier 1799), les autorités municipales d’Elbeuf notèrent que la Seine débordait, en moyenne, une fois tous les 5 ans, et que la ville était inondée une fois par siècle » (Saint-Denis, 1910, p. 19).

17Durant l’hiver 1909-1910, la Seine, dans sa dernière crue centenaire, a envahi la rive gauche jusqu’à l’intersection de la rue de Strasbourg et de la rue Félix-Faure (fig. 4). La rue Félix-Faure marque la limite sud des parcelles AB et AC précédemment évoquée. Pour valider l’absence complète de vestiges gallo-romains dans ce secteur couvrant prêt de 70 ha, il parait opportun d’observer sur le terrain les dépôts alluvionnaires. La carte géologique du BRGM n’est en effet pas pertinente pour des effets de crue ou de débordement très ponctuels et superficiels qui n’altèrent pas le faciès du sous-sol en profondeur. Des effets de crue, limités, peuvent avoir affecté l’occupation humaine sans que cela soit perceptible sur les relevés cartographiques au 1/50 000e et 1/125 000e.

  • 3 Ville de Caudebec-lès-Elbeuf, Service urbanisme, « Réalisation d’un schéma d’étude des eaux pluvial (...)

18Enfin, une étude synthétique de 20083 nous donne les informations suivantes : « La crue la plus importante connue à ce jour est celle de 1910. Elle a alors atteint la cote 7,58 m NGF. On lui attribue dans le secteur une période de retour de 120 ans. Les crues de 1920 et de 1955 sont qualifiées de crues vingtennales, celles de 1958, 1970, 1982 et 1988 de crues décennales. » Nous constatons donc que nous avons une faible documentation sur les débordements de la Seine avant 1800 et que, malgré les travaux de rehaussement de voirie, de création de digue, d’aménagement, etc., le secteur nord de la ville est sensible à la montée des eaux due à un épisode de surcote de marée, de pluviométrie importante, de ruissellement, de remontée de nappe phréatique, etc., ou à la simultanéité de ces phénomènes.

Fig. 4. Crue de la Seine en 1910.

Fig. 4. Crue de la Seine en 1910.

19En outre, il ne nous semble pas impossible que ce secteur puisse délivrer des vestiges antiques d’aménagement de rive. Les érudits locaux évoquent (sans preuve) la présence d’un port. Si l’établissement d’une infrastructure de type portuaire ou d’aménagement de rive n’est pas à exclure, nous n’avons à ce jour aucun témoignage archéologique qui évoque leur existence.

20L’étude des sources anciennes et récentes nous a permis une lecture à différents niveaux : des vestiges très anciennement reconnus jusqu’à nos jours constituent la trame de l’hypercentre urbain à l’ouest de la commune actuelle. Les voies antiques y sont reconnues parfois à plus de cent ans d’écart. Une zone de terrain vague délaissé à l’est de la civitas a servi de carrière d’extraction au XIXe siècle La nécropole des « serres Chevrier » connue depuis 1857 (Cochet, 1867, p. 85) forme la limite est de ce zonage antique. Des espaces non anthropisés au nord (zones inondables probables), des villas et des zones d’habitation qui traduisent l’âge d’or de la station étape devenue ville moyenne clôturent nos observations. Le cumul de ces informations archéo-topographiques dresse l’état actuel des connaissances.

21Ce premier travail de cartographie et de recherches de textes anciens relatant les découvertes fortuites et les travaux volontaires n’est qu’une infime pièce d’un puzzle auquel il faudra adjoindre la commune d’Elbeuf à l’ouest. Il a été initié pour situer la nécropole des Serres Chevrier et comprendre son lien avec la cité antique. Le résultat graphique stigmatise la pertinence d’un travail à l’échelle d’une entité qui dépasse le cadre de la seule opération archéologique. À terme, il serait intéressant de faire un travail pluridisciplinaire et diachronique sur l’ensemble de cette boucle de la Seine. Seule une compilation hiérarchisée et méthodique des données pourra permettre d’appréhender ce secteur de manière optimale.

Bibliographie

Bibliographie

Annuaire des Cinq départements de la Normandie (1899) – 66e année, p. 65-66.

Anonyme (1868) – Caudebec-lès-Elbeuf. Vases et objets romains. Bulletin de la Commission des Antiquités de la Seine-Inférieure, t. 1, p. 408.

Barret J.-M. et Calais J. (1968) – La voie romaine Rouen-Évreux, d’Uggade à Mediolanum. Bulletin de la société normande d’études préhistoriques, Préhistoire et protohistoire, t. 38, fasc. 4, p. 183-187.

Boüard M. de. (1968) – Informations archéologiques. Gallia, t. 26., fasc. 2, p. 347-372.

Bouchaud M.-A. (1803) – Commentaire sur la loi des douze Tables. Paris, Imprimerie de la République, 2e éd., 2 vol., XVI-669 et 602 p.

Brisson C. (1932-1933) – Bulletin de la Société normande d’études préhistoriques, t. 24, p. 27.

Brisson C. (1932-1933a) – Découvertes en forêt de Rouvray et à Caudebec-lès-Elbeuf. Bulletin de la Société normande d’études préhistoriques, t. 29, p. 140-147.

Bulletin de la Société des Antiquaires de Normandie (1963-1964) – T. 57, p. 747, no 334-335.

Bruzen de La Martinière A.-A. (1739) – Le Grand Dictionnaire géographique et critique. La Haye, P. Gosse, R.-C. Alberts et P. de Hondt, vol. 9, p. 182, c. 1.

Calais J. (1964) – Lettre de déclaration de découverte fortuite de Jacques Calais à M. de Broüard, le 18 novembre 1964. SRA, dossier communal.

Calais J. (1964-1965) – Bulletin de la Commission des Antiquités de la Seine-Maritime, t. 25, p. 171-175, fig.

Calais J. (1966) – Nécropole gallo-romaine de Caudebec-lès-Elbeuf (Seine-Maritime). Rapport de fouille no 1. Ministère de la culture, Direction des affaires culturelles de Haute-Normandie, Service régional de l’archéologie.

Calais J. (1967) – La nécropole gallo-romaine de Caudebec-lès-Elbeuf (Seine-Maritime). Rapport de fouille no 2.

Calais J. et Schneider C. (1963) – Bulletin de la Société normande d’études préhistoriques, t. 38, no 2.

Cicéron (1959) – De legibus. Traité des lois, G. de Plinval (éd.). Paris, Les Belles-Lettres (Coll. des universités de France).

Cochet J.-B. abbé (1867) – Procès-verbaux de la commission départementale des antiquités de la Seine Inférieure, t. 2, 1849 à 1866, séance du 17 octobre 1857, Rouen, p. 85.

Cochet J.-B. abbé (1868) – Caudebec-lès-Elbeuf. Découvertes. Bulletin de la Commission des Antiquités de la Seine-Inférieure, t. 1.

Cochet J.-B. abbé (1871) – Répertoire archéologique du département de la Seine-Inférieure.

Costil S. (1993) – Carte archéologique : Elbeuf, Caudebec-lès-Elbeuf, Saint-Aubin-lès-Elbeuf, Saint-Pierre-lès-Elbeuf, Orival, du Paléolithique au haut Moyen-Age. Mémoire de maîtrise, université de Rouen, t. 2, sites 36, 48, 54, 57.

Coutil L. (1913) – Archéologie gauloise, gallo-romaine, franque et carolingienne. Bulletin de la société d’études diverses de l’arrondissement de Louviers, t. 14, années 1912-1913.

Deglatigny L. (1931) – Inventaire archéologique de la Seine-Inférieure. Période gallo-romaine. Évreux, Hérissey.

Dewamin E. (1989) – Cent ans de numismatique française de 1789 à 1889. Paris, Dumoulin, 3 vol. [réimpression en 1 vol., 560 p.

Doucet F. et Fajon P. (1993) – Caudebec-lès-Elbeuf (Seine Maritime), rue Lamartine. Bilan scientifique de Haute-Normandie, p. 63-64.

Drouet J. (1882-1884) – Bulletin de la Commission des Antiquités de la Seine-Inférieure, t. 6, p. 226-227.

Drouet J. (1900-1902) – Bulletin de la Commission des Antiquités de la Seine-Inférieure, t. 12.

Drouet J. (1885-1887) – Caudebec-lès-Elbeuf, cimetière gallo-romain. Bulletin de la Commission des Antiquités de la Seine-Inférieure, t. 7, p. 167-170.

Drouet J. (1885-1887) – Caudebec-lès-Elbeuf, statuette de Vénus avec inscription. Bulletin de la Commission des Antiquités de la Seine-Inférieure, t. 7, p. 308-311, fig.

Drouet J. et Gouellain G. (1885-1887) – Fouilles à Caudebec-lès-Elbeuf. Bulletin de la Commission des Antiquités de la Seine-Inférieure, t. 7.

Drouet J., Saint-Denis H. et Duchemin P. dir. (1887) – Recherches sur Uggate. Notices historique et statistiques sur les communes des environs d’Elbeuf, Elbeuf, t. 6, p. 3-105.

Fajon P. (1993) – Caudebec-lès-Elbeuf (Seine Maritime), rue Sadi-Carnot. Bilan scientifique de Haute-Normandie, p. 64.

Fajon P. (1994) – Caudebec-lès-Elbeuf (Seine Maritime), Le Clos des Serres. Bilan scientifique de Haute-Normandie.

Fajon P. (1997) – Caudebec-lès-Elbeuf « Le clos des Serres – Lot no 4 » site 76-165-041. Rapport de sondage et de surveillance de terrassements, complété par des observations sur le lot 5, Ministère de la culture, Direction des affaires culturelles de Haute-Normandie, Service régional de l’archéologie.

Fajon P. (2001) – Caudebec-lès-Elbeuf (Seine-Maritime). Annuaire des opérations de terrain en milieu urbain 2000, M.-C. Cerruti et J. Pinneau. Centre national d’archéologie urbaine (CNAU), Ministère de la culture et de la communication, Direction de L’architecture et du patrimoine (DAPA), Sous-direction de l’archéologie, notice 80, p. 35, Tours.

Fondasol technique (2005) – Caudebec-lès-Elbeuf, opération Ophélie – construction de deux bâtiments – étude géotechnique, rapport d’étude.

Giard J.-B. (1964-1965) – Un bracelet gallo-romain trouvé à Caudebec-lès-Elbeuf. Bulletin de la Commission des Antiquités de la Seine-Maritime, t. 25, p. 223-224.

Héron de Villefosse A.-M. baron (1888) – Figurine en terre blanche trouvée à Caudebec-lès-Elbeuf. Revue archéologique, p. 145-159, pl. 6.

Honoré D. (2002) – Caudebec-lès-Elbeuf (76) – Hameau du Griolet. Rapport de diagnostic archéologique, INRAP.

Jégo L. (2009) – Caudebec-lès-Elbeuf, 112 rue de la République. Rapport de diagnostic, INRAP, 38 p.

Kliesch F. (2010) – Caudebec-lès-Elbeuf, un désert anthropique et 10 centimes. Rapport de diagnostic, INRAP, 42 p.

Kliesch F., Huby-Leclerc E, Talvas S. et Le Maho S. collab. (2010) – Caudebec-lès-Elbeuf (76), rue É.-Dolet, rue de la République, « Les Serres Chevrier » – L’antique nécropole d’Uggade. Rapport final d’opération, INRAP, 112 p.

Loth J. (1870-1872) – Caudebec-lès-Elbeuf. Vases romains à vernis verdâtre. Bulletin de la Commission des Antiquités de la Seine-Inférieure, t. 2, p. 139.

Maret C. (2003) – Caudebec-lès-Elbeuf (76) – rue du Bec. Document final de synthèse, INRAP, np.

Maret C. (2004) – Saint-Pierre-lès-Elbeuf (76) – la Grosse Borne. Rapport de diagnostic archéologique, INRAP.

Maret C. (2005) – Caudebec-lès-Elbeuf « Rue de l’Argilière ». Rapport de diagnostic, INRAP, 24 p., 3 pl.

Mutarelli V. et Calderoni P. (2002) – Caudebec-lès-Elbeuf (Seine Maritime 76) – « résidence du Grand Clos ». Rapport de diagnostic archéologique, INRAP, 5 p., 5 planches.

Paris-Normandie (1964, 1966 et 1968) – 27 janvier 1964, 30 décembre 1964, 22 et 23 février 1966, 19 juin 1968.

Pitte D. (1982-1983) – Rapport sur la fouille de sauvetage programmé effectuée sur le site de La Mare aux Bœufs à Caudebec-lès-Elbeuf.

Pitte D. (1992) – La villa gallo-romaine de La Mare aux Bœufs, Caudebec-lès-Elbeuf (Ier-IVe siècle). Le dessous des sous, l’apport de la numismatique à l’Histoire et à l’archéologie. Catalogue d’exposition, Musée d’Évreux.

Pitte D. et Roy N. dir. (1990) – Caudebec-lès-Elbeuf (Seine Martitime) – La Mare aux Bœufs. De la Gaule à la Normandie, 2 000 ans d’histoire, 30 ans d’archéologie. Catalogue d’exposition, Musée départemental des Antiquités de Rouen, musées et monuments départementaux de la Seine Maritime, p. 70-72.

Pottier A. (1856) – Rapport sur les travaux de la classe des lettres et des arts. Précis analytique des travaux de l’Académie impériale des sciences, belles-lettres et arts de Rouen pendant l’année 1855-1856, Rouen, p. 243-266.

Rogeret I. (1998) – Carte archéologique de la Gaule. La Seine-Maritime (76), 663 p.

Saint-Denis H. (1887) – Caudebec-lès-Elbeuf, précédé de Recherches sur Uggate par J. Drouet, Elbeuf.

Saint-Denis H. (1910) – Essai sur les origines et la topographie d’Uggate (Caudebec-lès-Elbeuf), « emporium » gallo-romain, Elbeuf, 717 p. [réimpression : Bertout, 1984]

Saint-Denis H. et Drouet J. (1887) – Caudebec-lès-Elbeuf, précédé de Recherches sur Uggate par J. Drouet. Notices historiques et statistiques sur les communes des environs d’Elbeuf, t. 6, Elbeuf.

Schneider C. (1964-1965) – Deux ex-voto en bronze découverts à Caudebec-lès-Elbeuf. Bulletin de la Commission des Antiquités de la Seine-Maritime, t. 25, p. 189-190 fig.

Schneider C. (1964-1965a) – Cimetières gallo-romain de Caudebec-lès-Elbeuf. Bulletin de la Commission des Antiquités de la Seine-Maritime, t. 25, p. 233-235.

Schneider C. (1965) – Étranges rites funéraires d’époque gallo-romaine à Caudebec-lès-Elbeuf. Revue des sociétés savantes de Haute-Normandie, t. 40, p. 77-78, pl.

Schneider C. (1965a) – Inhumations rituelles d’époque gallo-romaine à Caudebec-lès-Elbeuf. Annales de Normandie, t. 3, p. 437-447.

Schneider C. (1966) – La nécropole gallo-romaine de Caudebec-lès-Elbeuf. Annuaire des cinq départements de la Normandie, p. 15-23.

Schneider C. (1968) – Les rites funéraires de l’antique Uggade (Caudebec-lès-Elbeuf). Bulletin de la société normande d’études préhistoriques, Préhistoire et protohistoire, t. 39, fasc. 2, p. 91-108.

Notes

1 Je remercie N. Bolo et C. Chappet pour leur aide et leurs conseils précieux et la qualité de l’accueil qu’ils me réservent.

2 « […] des nouvelles découvertes de M. l’abbé Cochet et des trois Mémoires que ce savant explorateur a adressé à l’Académie pour lui en faire connaître les résultats. Deux de ces Mémoires concernent une localité à peine signalée jusqu’ici, et qui, à divers titres, paraît devoir acquérir une haute importance. Il s’agit d’une commune voisine d’Elbeuf, qui forme comme un prolongement ou un faubourg de celte florissante cité industrielle, et qu’on appelle Caudebec-lès-Elbeuf. Quoiqu’aucun souvenir historique ou traditionnel ne recommandât cet emplacement à l’intérêt des érudits, tant d’objets antiques de toute nature y ont été découverts, depuis peu d’années, qu’on a dû penser qu’une cité oubliée gisait sous ce sol si complètement renouvelé. Dès-lors, le champ des conjectures était ouvert, et le nom d’Uggade fut prononcé. Ce nom appartient à l’itinéraire d’Antonin. Sur la route qui va de Rouen à Paris par Évreux et Dreux, il occupe une situation intermédiaire entre Rouen et Évreux, beaucoup plus près de la première ville que de la dernière. L’opinion à peu près unanime des géographes plaçait cette station à Pont-de-l’Arche ou aux environs ; mais quelques critiques, dans ces derniers temps, songèrent à l’établir à Elbeuf, et enfin M. l’abbé Cochet, s’appuyant sur les récentes découvertes, fixe avec toute vraisemblance, Uggade à Caudebec-lès-Elbeuf » (Pottier, 1856, p. 252).

3 Ville de Caudebec-lès-Elbeuf, Service urbanisme, « Réalisation d’un schéma d’étude des eaux pluviales », Rapport 07P 061 VC du 21 février 2008, étude réalisée par Sépia Conseils, 39 p. Source : http://www.caudebecleselbeuf.fr/admin/spaw/urba/gestion_eaux_pluviales.pdf.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Centre antique d’Uggate, découvertes anciennes et fouilles récentes.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4519/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 3. Synthèse des connaissances actuelles.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4519/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre Fig. 2a. Objets provenant de la nécropole des Serres Chevrier (photo : S. Le Maho).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4519/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Fig. 4. Crue de la Seine en 1910.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4519/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 134k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540