Version classiqueVersion mobile

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Évreux, 6-8 mai 2011

 | 
Luc Liogier

Le port romain d’Aizier (Eure) : principaux résultats de la campagne 2010

The Roman port of Aizier: main findings of the 2010 archaeological campaign

Jimmy Mouchard

Résumé

Cette première campagne de fouille d’un programme de trois ans (2010-2012) fait suite à une précédente ouverture réalisée en 2009 et étendue à l’ouest. Elle a été principalement marquée par l’étude d’un tronçon de quai en pierre d’époque romaine et par la découverte en façade d’une ligne de poteaux. En attendant de futures investigations à mener au sein de cette superstructure, son parement frontal, côté Seine, a pu être appréhendé jusqu’à ses fondations.

Texte intégral

Introduction

1Cet article fait état des résultats obtenus lors de la première année d’un programme établi sur trois ans (2010-2012) sur le site portuaire de la commune d’Aizier (Eure). Ce dernier s’inscrit dans le prolongement des investigations menées depuis 2003, par ailleurs développées lors des journées archéologiques régionales précédentes (Mouchard, 2011). En terme d’archéologie portuaire, le site d’Aizier apparait aujourd’hui comme un « site laboratoire » en vallée de Seine (fig. 1), au même titre que celui de Rezé pour le Val de Loire, permettant ainsi à des équipes pluridisciplinaires d’impulser une dynamique de recherche sur ces deux régions nautiques de grande importance (Arthuis et al., 2010) et d’appréhender au mieux les contextes fluvio-maritimes à l’époque romaine, tant en contexte urbain et de fond d’Estuaire – Rezé – qu’en contexte « isolé » et d’estuaire médian – Aizier – à hauteur de la première « traverse » du fleuve (fig. 2).

  • 1 Cette campagne de fouille s’est déroulée du 9 août au 3 septembre 2010, soit 4 semaines de fouille (...)

2En 2010, la fouille a consisté d’une part à poursuivre les opérations initiées en 2009, à savoir la fouille de la terrasse portuaire romaine, et d’autre part à étendre sur près de 100 m² la fenêtre de décapage à l’ouest et au nord-ouest de la zone 3C1 (fig. 3). Il s’agissait en outre de valider ou non la continuité au nord du mur de façade du quai (SB 3122) reconnu en sondage dès 2006, et d’en préciser ses éventuelles fondations, voire son tracé. Bien que la fouille ne soit pas achevée, les premiers résultats obtenus en 2010 confirment bien l’existence d’un quai sous les allures d’une terrasse portuaire fortement structurée en calcaire. Elle comprend notamment un mur monumental constitué de blocs et d’enrochements, plus ou moins bien conservé d’est en ouest (destructions et/ou réfections ?), retenant en arrière un remblai de construction caractérisé par un apport de matériaux de masse (blocs en calcaire, silex, artefacts), qui lui, ne sera démonté et étudié qu’en 2011. L’extension occidentale et septentrionale de la fenêtre de fouille permet aussi de mesurer l’état de conservation de ce site parfois très endommagé.

Fig. 1. Localisation d’Aizier dans l’estuaire de la Seine.

Fig. 1. Localisation d’Aizier dans l’estuaire de la Seine.

Fig. 2. Le site portuaire d’Aizier dans le contexte estuarien du Val de Seine (réal. : J. Mouchard).

Fig. 2. Le site portuaire d’Aizier dans le contexte estuarien du Val de Seine (réal. : J. Mouchard).

Le quai : un parement monumental posé à même le substrat

3Commençons par décrire les vestiges de ce quai les plus exposés aux aléas du fleuve : le parement frontal. Par des moyens logistiques plus conséquents qu’en 2009, il a été possible de diagnostiquer la partie nord de la zone 3 (fig. 3 et 4) jusqu’au substratum. Sur celui-ci reposent des blocs en calcaire grossièrement équarris qui composent ainsi ce qu’il reste d’un ancien parement du quai romain, déjà reconnu en 2006 (fig. 5, 6 et 7).

4Ce dernier est posé à même le substrat (à 1,98 m NGF), apparaissant, au mieux, conservé sur environ 1,40 m de haut, et dans un meilleur état de conservation à l’est (fig. 6 et 7). Il présente l’aspect général d’une élévation monumentale principalement en calcaire, montée à joints vifs, se situant entre le mur et l’enrochement. La première assise, très grossière, qui semble reposer sur un substrat (craie) à priori retouché et préparé pour recevoir l’ensemble de cette superstructure, comporte des moellons de silex et des blocs de calcaire à silex, destinés à stabiliser les deux assises du dessus, nettement plus soignées, et agrémentées de blocs équarris à l’est (fig. 7). Le sommet de l’assise supérieure apparaît à environ 3,37 m NGF, contre 2,73 m NGF pour le sommet de l’assise inférieure. Contrairement aux blocs de la structure monumentale post antique connue en surface (MR 1005), à l’ouest du site (zone 1), les vingt-cinq blocs de cet aménagement frontal observés en 2010, sont beaucoup moins soignés dans la taille de la face interne (blocage, côté sud). Ils retiennent non pas des remblais de type « tout-venant » et des terres rapportées mais un remblai compact de craie mêlée à des fragments de matériaux anthropiques (voir ci-dessous).

Fig. 3. Aizier, le port (Eure) – Localisation des ouvertures : sondages et fouilles (1987-2010) sur fond cadastral actuel.

Fig. 3. Aizier, le port (Eure) – Localisation des ouvertures : sondages et fouilles (1987-2010) sur fond cadastral actuel.

Fig. 4. Aizier, port, zone 3. Extension d’est en ouest du sondage profond (en pointillé) à l’aplomb des vestiges du quai antique. Vue depuis l’est (cliché : J. Mouchard).

Fig. 4. Aizier, port, zone 3. Extension d’est en ouest du sondage profond (en pointillé) à l’aplomb des vestiges du quai antique. Vue depuis l’est (cliché : J. Mouchard).

Fig. 5. Aizier, port, zone 3. Plan général de la terrasse portuaire antique (quai) noyée sous la grave et les dépôts fluviatiles (fin de campagne 2010, fouille en cours).

Fig. 5. Aizier, port, zone 3. Plan général de la terrasse portuaire antique (quai) noyée sous la grave et les dépôts fluviatiles (fin de campagne 2010, fouille en cours).

Fig. 6. Aizier, port, zone 3. Plan de détail du parement du quai, côté Seine (fin de campagne 2010, fouille en cours).

Fig. 6. Aizier, port, zone 3. Plan de détail du parement du quai, côté Seine (fin de campagne 2010, fouille en cours).

Fig. 7. Aizier, port, zone 3. Détail du parement antique dans sa partie est, posé à même le substrat (craie), constitué de blocs grossièrement empilés et conservé en élévation sur 1,40 m (cliché : J. Mouchard).

Fig. 7. Aizier, port, zone 3. Détail du parement antique dans sa partie est, posé à même le substrat (craie), constitué de blocs grossièrement empilés et conservé en élévation sur 1,40 m (cliché : J. Mouchard).

Fig. 8. Aizier, port, zone 3. Ligne de poteaux en façade du quai antique. Vue depuis le nord-est (cliché : J. Mouchard).

Fig. 8. Aizier, port, zone 3. Ligne de poteaux en façade du quai antique. Vue depuis le nord-est (cliché : J. Mouchard).

Fig. 9. Aizier, port, zone 3. Prélèvement du poteau PO 3343 (cliché : M. Routhiau).

Fig. 9. Aizier, port, zone 3. Prélèvement du poteau PO 3343 (cliché : M. Routhiau).

Le quai : des vestiges en bois inédits en façade

5En 2010, la nouveauté réside dans la découverte de vestiges en bois, matérialisés par une ligne de poteaux localisée au droit des blocs en calcaire précédemment décrits (fig. 6 et 8). Non pas taillés en pointe et battus comme il est couramment admis pour une construction sur pieux en milieu humide, ces bois gorgés d’eau apparaissent tout simplement sciés à la base (fig. 9). Ils sont fortement insérés dans la craie, passant par la réalisation au préalable de trous d’ancrage (fig. 6), et par ailleurs calés avec divers éléments naturels et anthropiques (silex, fragments de craie, fragments de céramique et de TCA, etc.).

6Sept poteaux ont ainsi été mis au jour en 2010 (PO 3343 ; PO 3351 ; PO 3352 ; PO 3353 ; PO 3358 ; PO 3359 ; PO 3360). La partie enfouie de chaque bois est généralement en meilleur état, contrairement à l’extrémité visible qui nous est parvenue plus ou moins bien conservée, en forme de cône (fig. 9). Ces bois gorgés d’eau apparaissent ainsi relativement arasés puis érodés dans leur partie sommitale, à hauteur des deux premières assises de SB3139, SB3341 et SB3373, soit entre 2,69 m et 2,94 m NGF (période de basses eaux ?). Cette érosion régulière pourrait être un indicateur important du niveau de battement de l’eau minimum au pied de l’aménagement, assurant ainsi une certaine conservation de ces éléments (à vérifier). Localisés à quelques centimètres au droit de ces blocs et intégralement noyés dans la grave qui par ailleurs les recouvre (fig. 8), il n’a pas été possible pour l’instant de les caler stratigraphiquement et d’établir leur antériorité, contemporanéité ou postériorité par rapport aux aménagements en calcaire.

  • 2 Actuellement déposés à Rennes. Étude confiée à Dendrotech.

7Ils offrent tous un diamètre peu conséquent (PO 3351 : 0,20 x 0,11 m ; PO 3352 : 0,12 x 0,11 m ; PO 3353 : 0,12 x 0,08 m ; PO 3358 : 0,10 x 0,10 m ; PO 3359 : 0,17 x 0,10 m ; PO 3360 : 0,12 x 0,12 m). L’intervalle entre chaque poteau est assez irrégulier : 1,28 m entre PO 3359 et PO 3360 ; 0,77 m entre PO 3358 et PO 3359 ; 0,35 m entre PO 3353 et PO 3358 ; 0,64 m entre PO 3352 et PO 3353 ; 0,76 m entre PO 3351 et PO 3352. L’écart entre PO 3343 et PO 3351, à savoir 2,40 m, pourrait suggérer la présence de poteaux intermédiaires non découverts jusqu’à présents et encore noyés dans la grave et sous SB 3342 (hypothèse à valider ou non). Ils ont tous fait l’objet d’un prélèvement (fig. 9), en attendant d’éventuelles analyses dendrochronologiques2.

Fig. 10. Aizier, port, zone 3. Succession de parements en calcaire orientés S/N. En rouge : MR 3340 ; en orange : MR 3083 ; en vert : MR 3029 (photo-interprétation : J. Mouchard, 2010). Fig. 11. Aizier, port, zone 3. Extrait du plan de la zone 3 (partie est) et des murs orientés sud-nord (en gras) perpendiculairement au parement nord SB 3122 (fin de campagne, fouille en cours).

Fig. 10. Aizier, port, zone 3. Succession de parements en calcaire orientés S/N. En rouge : MR 3340 ; en orange : MR 3083 ; en vert : MR 3029 (photo-interprétation : J. Mouchard, 2010). Fig. 11. Aizier, port, zone 3. Extrait du plan de la zone 3 (partie est) et des murs orientés sud-nord (en gras) perpendiculairement au parement nord SB 3122 (fin de campagne, fouille en cours).

8Au droit de ces aménagements (en calcaire et en bois), des sédiments naturels d’origine fluviatile, recouvrant la craie, viennent buter contre la première assise du parement. Il s’agit d’une argile fine mêlée à une sorte de grave. Immédiatement sur cette première séquence sédimentaire a été observé un remblai brun-orangé constitué d’éléments de destruction et majoritairement de TCA. Ces éléments à l’aspect surtout « roulé » et fortement érodé, sont recouverts par une épaisse couche de grave. Ces séquences trouvent bien-sûr leurs équivalences avec celles repérées les années précédentes. À l’issue de ce décapage, il a été constaté que la couche de grave apparaissant au-dessus de ces séquences et localisée sous la couche argilo-sableuse hydromorphe qui scelle l’ensemble du site antique (Us 3264 en 2009), s’épaissit de plus en plus à l’ouest, recouvrant aussi bien un aménagement en pierre en façade de plus en plus démantelé que l’ensemble des poteaux identifiés. La distribution spatiale de cette dernière unité stratigraphique (grave) pourrait suggérer un remblai de construction en lien avec une ultime restructuration antique de la terrasse portuaire (à valider ou non en 2011).

Le quai : une mise en terrasse fortement structurée à l’arrière

9En 2010, nous avons remarqué qu’il n’existait pas une seule structure bâtie linéaire et frontale en calcaire (SB 3122), mais un agencement de celle-ci avec d’autres structures arrière également en calcaire et donc perpendiculaires au parement frontal, à l’image des départs de murs SB 3339, SB 3341 et SB 3372 (fig. 5, 10 et 11). L’organisation interne qui semble émergée de cette superstructure pourrait suggérer une construction de quai typique « en caissons » (à vérifier).

10Dès 2006, et surtout en 2009, nous avions déjà constaté la présence de murs perpendiculaires en arrière du quai (MR 3029 et MR 3083) et se présentant dans un meilleur état de conservation au sud de la zone décapée (Mouchard, 2011, p. 214, fig. 13). Une donnée nouvelle est venue compléter ces précédentes observations. En fouillant la partie nord de cette terrasse nous avons ainsi remarqué un nouvel alignement (MR 3340) présentant la même orientation mais en étant à priori légèrement décalé côté ouest de MR 3083 (fig. 10 et 11). Cet ensemble de structures linéaires apparaît perpendiculaire à la rive et marque une limite nette entre deux espaces indurés et nivelés (niveaux de circulation). Elles s’étalent pour l’instant sur près de 11 m, du sud vers le nord, se connectant perpendiculairement à l’extrémité ouest du quai SB3122. Seule la poursuite de la fouille de ce secteur permettra d’affirmer si le mur MR3340 est chaîné au parement frontal par l’intermédiaire de SB 3339.

11Cet aménagement en terrasse reçoit dans sa partie supérieure un revêtement très induré, témoin d’un espace de circulation (SL 3114, SL 3204, SL 3264), qui semble avoir subi plusieurs réfections, mais est néanmoins assez bien conservé au sud de la zone.

  • 3 L’étude de ces éléments a été confiée à Isabelle Bertrand (Musée de Chauvigny), spécialiste du peti (...)
  • 4 Travaux réalisés sous la direction de Serafina Sechi, doctorante en géomorphologie à l’université d (...)

12Une partie de cette terrasse est perturbée par une fosse (FS 3200) située au centre de la zone et au sein de la terrasse gallo-romaine (fig. 5), dont la fouille a débuté en 2009 avant d’être achevée en 2010. Elle a livré de nombreux fragments de vaisselle en lien avec des déchets alimentaires (coques, moules, huîtres, etc.). Bien qu’il demeure difficile d’interpréter cette perturbation ou dépression localisée au sein de la terrasse, parmi son comblement assez compact (Us 3201 en 2009, puis 3299 en 2010), de texture argilo-sableuse avec quelques inclusions de charbons et de poches rubéfiées, ont été découverts quelques éléments de mobiliers ou même de petits mobiliers remarquables (fig. 12 à 14) : statuette de Mercure, intaille de bague en cornaline représentant Minerve, canif avec manche en os, épingles à cheveux, etc.3 S’agit-il d’une fosse dépotoir ou d’une simple détérioration de la partie supérieure de la terrasse qui aurait ainsi piégé ces sédiments et ce mobilier ? De par la nature de ce dernier et les poches rubéfiées identifiées au sein de ce comblement, la première hypothèse paraît la plus recevable. Les éléments céramiques présents dans cette fosse sont datés pour les plus récents et les plus nombreux du milieu du IIIe siècle ap. J.-C. L’ensemble de ces unités stratigraphiques construites gallo-romaines est ensuite recouvert et scellé par des séquences de sable gris, dans lesquelles ont été repérées des structures médiévales (fosses, poteaux, etc.), puis par un liseré de bois flottés (fragments, copeaux, bois travaillés, etc.). Témoins d’un abandon de cette zone d’activités, ces fines séquences hydromorphes ont fait l’objet de prélèvements (analyses en cours4).

Fig. 12. Aizier, port, zone 3. Statuette représentant Mercure (cliché : J. Mouchard).

Fig. 12. Aizier, port, zone 3. Statuette représentant Mercure (cliché : J. Mouchard).

Fig. 13. Aizier, port, zone 3. Intaille de bague en cornaline représentant Minerve (cliché : L. Remy).

Fig. 13. Aizier, port, zone 3. Intaille de bague en cornaline représentant Minerve (cliché : L. Remy).

Fig. 14. Aizier, port, zone 3. Manche de canif représentant un gladiateur (cliché : J. Mouchard).

Fig. 14. Aizier, port, zone 3. Manche de canif représentant un gladiateur (cliché : J. Mouchard).

Conclusion

13À ce jour, les vestiges du quai antique ont été reconnu, sur près de 10 m de long – d’est en ouest – et environ 11 m de large – du sud vers le nord – soit un échantillon de terrasse de 110 m ² environ. Le mobilier céramique associé à ces constructions monumentales en calcaire permet de mettre en évidence pour l’instant une occupation gallo-romaine au cours des IIe-IIIe siècles de notre ère.

  • 5 Trois campagnes de sondages (1987-2005-2006), une campagne de fouille annuelle (2009) ainsi que la (...)

14L’enseignement de cette campagne 2010 est que nous avons affaire en zone 3 à un anthropo-système fortement bâti qui semble davantage endommagé et déstructuré dans sa partie ouest (côté intérieur et concave du méandre), et au contraire mieux préservé du côté est, vers l’église Saint-Pierre. Les parties manquantes, ou tout du moins détériorées, de l’aménagement frontal, ainsi que les quelques vestiges de poteaux dégagés au droit de ces blocs, ont été comblés et recouverts (naturellement ou non ?) par une grave très compacte comportant parfois quelques marqueurs anthropiques (fragments de terre cuite architecturale, tessons, etc.), elle-même surmontée d’une épaisse couche argilo-sableuse grise litée correspondant à un dépôt fluviatile. Seul un démontage rigoureux et exhaustif de celle-ci, puis de la grave (réaménagement ?), devrait permettre de faire resurgir l’ossature même de cette terrasse portuaire et ses principales caractéristiques architecturales initiales (caissons ?), sachant que ces deux séquences de dépôts s’épaississent vers le nord. Sur ce site estuarien, à la forte densité d’éléments structurants en pierre dégagés depuis quelques années5, s’ajoutent ainsi, en 2010, les restes d’une structure en bois matérialisée par un alignement de poteaux localisés au droit de ce qui semble être une nouvelle orientation du parement nord du quai, et qu’il reste à définir.

15La campagne de 2011 constituera un temps fort dans ce programme puisqu’il sera prévu d’étendre cette fois-ci la fenêtre de fouille à l’est et au sud-est, côté église et surtout du côté de l’ancienne sente fossilisée descendant vers la Seine perpendiculairement au site portuaire. Cette dernière qui est attestée au début de l’époque moderne et qui selon la tradition orale reprendrait le tracé d’un débouché antique de la voie arrivant depuis Lisieux et Pont-Audemer, sera en partie décapée d’est en ouest, au moins jusqu’à la limite de propriété de M. Y. Laurent, en respectant les paliers de sécurité nécessaires. Par cette extension supplémentaire, qui nécessitera de nombreux jours de pelle mécanique, il sera également possible d’appréhender le développé du quai vers l’est. L’extrémité occidentale du site gallo-romain ne pourra plus être étudiée dans la mesure où nous sommes arrêtés pour des raisons techniques en bord de bassin artificiel (fig. 3).

16À ce jour, il s’agit là des rares vestiges portuaires antiques attestés archéologiquement dans l’estuaire de la Seine. Il reste maintenant (2011-2012) à mettre en relation l’ensemble de ces aménagements en terrasse avec un éventuel accès terrestre, à caler précisément leur mise en place et leur durée d’utilisation, qui semble courte, tout en précisant aussi chronologiquement l’importante séquence sableuse hydromorphe comportant quelques bois flottés, témoin d’une phase d’abandon à laquelle succèdent vraisemblablement de nouvelles conquêtes de cet espace devenu impraticable par la mise en place de structures légères au Moyen Âge et par d’importants travaux d’assainissement et de stabilisation de la berge à l’époque moderne. Matérialisés par un remblai de gravier, ces derniers travaux de grande ampleur dans le secteur illustrent certainement la volonté de développer à une époque plus récente de nouvelles activités en lien avec le fleuve.

Bibliographie

Bibliographie

Arthuis R., Guitton D., Monteil M., Mouchard J. et de Peretti O. (2010) – Archéologie portuaire estuarienne entre Loire et Seine : principaux résultats et questions d’ordre méthodologique. L’exemple des sites antiques d’Aizier (Eure) et de Rezé (Loire-Atlantique). Les structures portuaires de l’arc Atlantique dans l’antiquité, bilan et perspectives de recherche, Journée d’étude, janvier 2008, université de La Rochelle, Aquitania, suppl. 18, p. 53-74.

Arthuis R., Guitton D. et Mouchard J. (2010) – D’un estuaire à l’autre : géoarchéologie comparée des ports antiques d’Aizier (Seine) et de Rezé (Loire). Archéopages, no 30, p. 26-35.

Mouchard J. (2011) – Aizier (Eure), géoarchéologie d’un paléoport estuarien. Journées archéologiques de Haute-Normandie, Harfleur, 23-25 avril 2010, Rouen, PURH, p. 209-218.

Notes

1 Cette campagne de fouille s’est déroulée du 9 août au 3 septembre 2010, soit 4 semaines de fouille effective, et avec une douzaine de fouilleurs bénévoles, tous membres du Groupe archéologique du Val de Seine. Elle est toujours réalisée au sein de la propriété de M. Yves Laurent que nous remercions une nouvelle fois, pour son autorisation, son hospitalité et sa participation au bon déroulement du programme. En 2009, la fenêtre de fouille fut décapée sur environ 340 m², puis étendue de 100 m² supplémentaires en 2010. 2 jours de décapage furent nécessaires à cette extension en début de campagne (10 et 11 août), auxquels il faut ajouter 3 jours de diagnostic au droit du quai, dans la partie nord de la zone en dernière semaine (1-3 septembre).

2 Actuellement déposés à Rennes. Étude confiée à Dendrotech.

3 L’étude de ces éléments a été confiée à Isabelle Bertrand (Musée de Chauvigny), spécialiste du petit mobilier antique et avec qui nous collaborons déjà sur l’opération programmée de Rezé (Loire-Atlantique).

4 Travaux réalisés sous la direction de Serafina Sechi, doctorante en géomorphologie à l’université de Rouen avec qui nous collaborons depuis la mise en place du programme.

5 Trois campagnes de sondages (1987-2005-2006), une campagne de fouille annuelle (2009) ainsi que la première année d’une fouille pluriannuelle (2010).

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Localisation d’Aizier dans l’estuaire de la Seine.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4518/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Fig. 2. Le site portuaire d’Aizier dans le contexte estuarien du Val de Seine (réal. : J. Mouchard).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4518/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Fig. 3. Aizier, le port (Eure) – Localisation des ouvertures : sondages et fouilles (1987-2010) sur fond cadastral actuel.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4518/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Fig. 4. Aizier, port, zone 3. Extension d’est en ouest du sondage profond (en pointillé) à l’aplomb des vestiges du quai antique. Vue depuis l’est (cliché : J. Mouchard).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4518/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Fig. 5. Aizier, port, zone 3. Plan général de la terrasse portuaire antique (quai) noyée sous la grave et les dépôts fluviatiles (fin de campagne 2010, fouille en cours).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4518/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Fig. 6. Aizier, port, zone 3. Plan de détail du parement du quai, côté Seine (fin de campagne 2010, fouille en cours).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4518/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 7. Aizier, port, zone 3. Détail du parement antique dans sa partie est, posé à même le substrat (craie), constitué de blocs grossièrement empilés et conservé en élévation sur 1,40 m (cliché : J. Mouchard).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4518/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Fig. 8. Aizier, port, zone 3. Ligne de poteaux en façade du quai antique. Vue depuis le nord-est (cliché : J. Mouchard).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4518/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Fig. 9. Aizier, port, zone 3. Prélèvement du poteau PO 3343 (cliché : M. Routhiau).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4518/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 10. Aizier, port, zone 3. Succession de parements en calcaire orientés S/N. En rouge : MR 3340 ; en orange : MR 3083 ; en vert : MR 3029 (photo-interprétation : J. Mouchard, 2010). Fig. 11. Aizier, port, zone 3. Extrait du plan de la zone 3 (partie est) et des murs orientés sud-nord (en gras) perpendiculairement au parement nord SB 3122 (fin de campagne, fouille en cours).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4518/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre Fig. 12. Aizier, port, zone 3. Statuette représentant Mercure (cliché : J. Mouchard).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4518/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Fig. 13. Aizier, port, zone 3. Intaille de bague en cornaline représentant Minerve (cliché : L. Remy).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4518/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 14. Aizier, port, zone 3. Manche de canif représentant un gladiateur (cliché : J. Mouchard).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4518/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 107k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search