Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Évreux, 6-8 mai 2011

 | 
Luc Liogier

Beuzeville (Eure). Une modeste occupation rurale gallo-romaine en Pays d’Auge

Beuzeville. A modest rural Gallo-Roman settlement in Pays d’Auge

Pierre Wech

Résumé

Le diagnostic puis la fouille réalisés en 2010 sur la commune de Beuzeville, au lieu-dit La Pomme d’Or, ont permis de mettre au jour une partie d’un habitat rural gallo-romain situé en territoire lexovien, occupé entre le milieu du Ier et la seconde moitié du IIe siècle de notre ère, et dont tout indique la modestie. Située dans le Pays d’Auge, cette occupation vient étoffer notre connaissance d’un secteur qui, pour toutes les époques, demeure aujourd’hui encore un vaste « désert archéologique ».

The archaeological surveying and then the excavation conducted in 2010 in the town of Beuzeville, in a place called La Pomme d’Or, uncovered part of a rural Gallo-Roman dwelling located in Lexovian territory, which was occupied between the middle of the 1st and the late 2nd centuries of our era. It is very modest in appearance. Located in the Pays d’Auge, this settlement widens our knowledge of a sector which, of all periods, still remains a vast “archaeological desert”.

Texte intégral

Introduction

1Cette contribution a pour but de présenter, dans leurs grandes lignes, les principaux résultats de la fouille des vestiges d’un habitat rural gallo-romain situé sur la commune de Beuzeville (Eure) (fig. 1). Cette opération a été réalisée durant l’automne 2010, du 6 septembre au 26 novembre, et faisait suite à un diagnostic réalisé au printemps 2010 par la Mission archéologique départementale de l’Eure, dans le cadre du projet de contournement routier de l’agglomération de Beuzeville (fig. 2).

2Le diagnostic avait permis de mettre en évidence l’existence, outre l’occupation faisant l’objet de cette communication, d’au moins trois autres sites parmi lesquels il faut signaler les éléments d’un réseau parcellaire moderne sans doute lié à un manoir, un enclos protohistorique avec structures de combustion et une seconde occupation rurale gallo-romaine relevant probablement des IIe et IIIe siècles (Wech, 2010).

3Le site fouillé se situe au lieu-dit La Pomme d’Or, à l’emplacement prévu d’un futur giratoire occupant l’extrémité orientale du tracé projeté. La prescription de fouille portait sur une surface de 12 500 m², mais nous verrons cependant que les limites imposées par le plan d’aménagement, de forme très irrégulière, n’ont permis d’explorer que partiellement l’occupation gallo-romaine reconnue lors du diagnostic.

Beuzeville et le Pays d’Auge : contexte géographique et archéologique

4La commune de Beuzeville, limitrophe du département du Calvados, se trouve dans le quart nord-ouest du département de l’Eure. Les parcelles fouillées se situent sur le plateau bocager du Lieuvin, vaste ensemble délimité au nord par l’estuaire de la Seine, à l’est par la vallée de la Risle et au sud par celle de la Charentonne (fig. 1). Il jouxte, à l’ouest, le bassin versant de la Touques et le Pays d’Auge dont il constitue l’extension orientale.

Fig. 1. Carte de localisation de Beuzeville dans le département de l’Eure (dessin : P. Wech).

Fig. 1. Carte de localisation de Beuzeville dans le département de l’Eure (dessin : P. Wech).

Fig. 2. Carte de localisation de l’opération et du projet routier sur le territoire de la commune de Beuzeville (carte : P. Wech).

Fig. 2. Carte de localisation de l’opération et du projet routier sur le territoire de la commune de Beuzeville (carte : P. Wech).

Fig. 3. Plans des premières phases reconnues dans le parcellaire antique (plan : P. Wech).

Fig. 3. Plans des premières phases reconnues dans le parcellaire antique (plan : P. Wech).

5Dans l’Eure comme dans le Calvados, le Pays d’Auge constitue pour toutes les périodes une sorte de « désert archéologique ». Les grands aménagements et, de fait, les opérations d’archéologie préventive, y sont en effet particulièrement rares. En outre, la prospection aérienne, si riche d’enseignements dans le reste du département de l’Eure, n’est pas ici d’un grand secours en raison des paysages particuliers qui caractérisent cette région : le bocage et l’absence de vastes surfaces labourées ne sont en effet pas propices aux observations de ce type.

6Dans le cas précis de Beuzeville, les indices de site concernent toutes les périodes depuis le Paléolithique jusqu’à l’époque moderne. Nous nous arrêterons cependant ici uniquement sur l’Antiquité qui est sans doute la période la mieux représentée sur la commune, avec d’une part de nombreuses découvertes mobilières fortuites (céramique, tuiles, meules, etc.), et d’autre part quelques sites identifiés ces dernières années par l’archéologie préventive (Allart, 1997 ; Wech, 2010).

7De façon plus large, la principale source d’informations sur les différentes occupations de ce secteur reste le diagnostic et les fouilles réalisées tout au long du tracé de l’A 29, en 1996. Nous y reviendrons en conclusion.

Des traces d’occupation antérieure ?

8L’un des objectifs de cette fouille était de déterminer si l’occupation identifiée succédait à une installation gauloise antérieure ou s’il s’agissait d’une création ex-nihilo. Lors du diagnostic, la présence de quelques pièces lithiques et de céramique non tournée avait en effet laissé supposer que la présence d’une occupation antérieure n’était pas à exclure.

9La fouille a cependant montré que ce mobilier n’était que résiduel et se trouvait le plus souvent en contexte postérieur. Il reflète donc tout au plus la proximité de sites antérieurs relevant de la Protohistoire ancienne et récente et ne permet en aucun cas d’identifier une occupation structurée et durable des lieux avant la période gallo-romaine.

Un modeste habitat rural gallo-romain

10La très grande majorité des vestiges mis au jour concernent donc une occupation rurale gallo-romaine dont la datation s’étend du milieu du Ier siècle à la seconde moitié du IIe siècle de notre ère, soit une période correspondant à quatre ou cinq générations. Les éléments de datation récoltés, consistant principalement en de la céramique, présentent en effet une grande homogénéité et assurent ainsi une datation fiable de cette occupation.

L’exploitation du terroir à partir d’un parcellaire orthonormé

11De nombreux fossés et portions d’enclos attestent d’une organisation spatiale structurée pour laquelle cinq phases ont pu être distinguées, adoptant toutes une même orientation NNO/SSE et ENE/OSO. Notons cependant que, en raison de l’emprise de la fouille, ni l’organisation générale ni les limites de ce parcellaire n’ont pu être reconnues avec certitude (fig. 3 et 4). Signalons d’autre part que la grande homogénéité du mobilier céramique recueilli n’a pas permis d’affiner la datation de chacune de ces phases pour lesquelles nous ne disposons donc que d’une chronologie relative.

12La première phase consiste en un simple fossé, apparemment isolé et situé en limite d’emprise (fig. 3). L’absence de mobilier et de structure associée n’autorise aucune conclusion quant à la nature, la fonction et la datation de ce fossé qui, en l’état actuel de nos connaissances, ne peut être rattaché à aucun aménagement particulier, ceci d’autant plus que son orientation NO/SE apparaît comme totalement discordante avec la permanence de l’orientation des structures postérieures.

13La phase suivante voit la création probable d’un premier enclos situé seulement partiellement dans l’emprise fouillée. Son plan quadrangulaire, présentant de possibles partitions internes, était complété, à l’ouest, par un vaste espace encadré au nord et au sud par deux fossés divergents donnant ainsi à l’ensemble un plan trapézoïdal (fig. 3). Cette configuration trouve de nombreux parallèles dans le nord-ouest de la Gaule, sous la forme d’« enclos accolés » dans le Dunois (Eure-et-Loir) (Lelong, 1999, p. 448 notamment) ou encore d’« enclos trapézoïdaux à entrée axiale » en Armorique (Leroux et al., 1999, p. 55-56). Notons que si la plupart de ces sites sont attribués à La Tène finale, la mise en place d’un tel schéma, bien que probablement hérité de périodes antérieures, ne relève aucunement dans le cas présent d’une installation protohistorique.

Fig. 4. Plans des dernières phases reconnues dans le parcellaire antique (plan : P. Wech).

Fig. 4. Plans des dernières phases reconnues dans le parcellaire antique (plan : P. Wech).

14L’abandon et le comblement des structures de ce premier enclos sont suivis de la mise en place probable d’un second ensemble, plus vaste, mais dont les limites débordent largement du cadre de la zone fouillée (fig. 4). L’identification de quatre fossés se distinguant notamment par leurs dimensions nous a permis de supposer qu’il pouvait s’agir là des quatre côtés d’un enclos quadrangulaire d’environ 140 x 90 m, dont la superficie serait ainsi d’environ 12 000 m². Aucune de ces quatre limites ne peut toutefois être considérée comme absolument certaine et notre proposition de restitution ne doit bien sûr être comprise que comme une hypothèse. Notons toutefois que le côté oriental, particulièrement, constitue une limite crédible en raison notamment de la quasi-absence de trace d’occupation au-delà, mais aussi de sa pérennité à travers deux mille ans d’histoire et jusqu’à nos jours, sous la forme d’une haie de bocage.

15Les deux dernières phases reconnues ne consistent en réalité qu’en une série de réajustements du flanc méridional de l’enclos précédent, portant ainsi sa surface estimée à environ 14 000 m². Ces réajustements sont complétés par l’adjonction d’espaces annexes à l’extérieur et l’aménagement d’un accès dans l’angle sud-ouest. Ce dernier se présente sous la forme d’un « passage » d’une dizaine de mètres de large, encadré par deux fossés parallèles sur une longueur d’au moins trente à quarante mètres. Là encore, des dispositifs de ce genre ont été mis en évidence ailleurs dans le nord-ouest de la Gaule, notamment à Braisne (Aisne) (Auxiette et al., 2000, p. 100-101) mais pour des époques plus anciennes.

Des éléments bâtis

16Dans les espaces définis par ces fossés et enclos, plusieurs bâtiments ont été identifiés selon des degrés variables de probabilité (fig. 5). Certains, comme les bâtiments 1 et 4 (fig. 6 et 7) présentaient des structures nettement identifiables et offraient un plan clairement lisible. D’autres en revanche, aux structures sans doute trop peu profondes, n’ont pas pu être précisément repérés sur le terrain.

17Toutefois, l’observation conjointe des emplacements où ont été reconnus des trous de poteaux et des zones ayant livré des matériaux de construction (tuiles et fragments de torchis), permettent de proposer la restitution d’au moins 8 bâtiments. Tous, ou presque, se situent à l’intérieur de l’enclos des phases 3 à 5, laissant supposer leur appartenance aux dernières phases de l’aménagement du site. Cependant, là encore, l’homogénéité du mobilier recueilli ne permet aucune certitude sur ce point, et une antériorité ne peut être totalement exclue.

Fig. 5. Plan et localisation des bâtiments identifiés lors de la fouille (plan : P. Wech).

Fig. 5. Plan et localisation des bâtiments identifiés lors de la fouille (plan : P. Wech).

18Quoi qu’il en soit, tous ces bâtiments étaient des constructions sur poteaux, de plan quadrangulaire, et comportaient une élévation en terre et bois surmontée, au moins pour certains, d’une toiture en tuiles. Aucune maçonnerie n’a été identifiée sur le site, qui n’a pas davantage livré d’élément relatif à un quelconque décor architectural. De par leur plan, ces bâtiments s’apparentent par ailleurs plus nettement à des greniers, et ne semblent donc pas se rapporter à des structures d’habitat à proprement parler.

Fig. 6. Vue en plan, après fouille, des structures du bâtiment 1 (cliché : P. Wech).

Fig. 6. Vue en plan, après fouille, des structures du bâtiment 1 (cliché : P. Wech).

Fig. 7. Vue en plan, en cours de fouille, des structures de la moitié nord du bâtiment 4 (cliché : H. Pollin).

Fig. 7. Vue en plan, en cours de fouille, des structures de la moitié nord du bâtiment 4 (cliché : H. Pollin).

Traces d’activités artisanales et domestiques ?

19À vrai dire, les seuls éléments mobiliers collectés dans le cadre de la fouille se rapportent à la céramique et à la verrerie. À de rares exceptions près, les autres catégories de mobilier ne sont représentées que de façon plus qu’anecdotique. Deux raisons peuvent être évoquées pour expliquer cela. La première découle sans doute de la nature même de l’occupation : comme nous y reviendrons par la suite, il semble que nous soyons en présence d’une installation relativement modeste, ce qui pourrait justifier, pour partie, ces absences. La seconde est liée à la nature des terrains et à leur importante acidité. De telles conditions, très défavorables pour la conservation de certains matériaux, expliquent, par exemple, que nous n’ayons retrouvé aucun reste osseux. Il est bien difficile, dans ces conditions, de tenter de restituer les activités artisanales et domestiques qui pouvaient avoir lieu sur le site, tant les vestiges apparaissent ténus.

20Tout d’abord, les très rares déchets métallurgiques collectés sont bien insuffisants pour restituer une quelconque activité de ce type. Aucun four artisanal n’est d’ailleurs à signaler. Parmi les nombreux nodules de terre brûlée, plusieurs semblent toutefois pouvoir être interprétés soit comme des vestiges de soles, soit comme des parois de four. Bien que systématiquement découverts en position secondaire, aucune structure de combustion n’ayant été mise au jour, ces éléments peuvent suggérer la présence de fours et de foyers sans doute à usage domestique. La fosse 128.000, de plan bilobé pourrait en être un témoin (fig. 8). La grande quantité de terre brûlée qui y a été découverte peut en effet être interprétée comme la trace d’une sole démantelée. Il s’agirait alors d’un four domestique à usage culinaire, situé à proximité immédiate du bâtiment 3.

Fig. 8. Vues de la fosse 128.000 en cours de fouille (clichés : C. Robert).

Fig. 8. Vues de la fosse 128.000 en cours de fouille (clichés : C. Robert).

21Deux meules fragmentaires, découvertes en remploi dans le calage de poteaux du bâtiment 1, évoquent des pratiques de meunerie et de panification, sans plus de précision. Les deux éléments mis au jour correspondent aux fragments d’un catillus en poudingue et d’une meta en grès (respectivement fig. 9 et 10). Leur localisation autour du bâtiment 1 semble purement fortuite.

22Plusieurs fosses présentaient des caractéristiques notamment morphologiques pouvant laisser supposer une fonction de silo ou d’espace de stockage. C’est notamment le cas de deux fosses oblongues encadrant le bâtiment 4 (201 et 202.000 ; fig. 7), d’une fosse circulaire située à l’intérieur du bâtiment 6 (219.000) et d’une fosse quadrangulaire, sans doute pourvue de boisages, apparemment éloignée de tout bâtiment (122.000 ; fig. 11 et 12). L’absence de restes carpologiques, liée sans doute à l’acidité du terrain, n’autorise là encore aucune certitude.

23Dernier élément, l’identification de deux zones de prélèvement de limon, à l’intérieur et le long du flanc méridional de l’enclos des phases 3 à 5, atteste très vraisemblablement d’une activité de construction mobilisant un matériau de type torchis.

Fig. 9. Meule 100.026 trouvée en remploi dans un trou de poteau du bâtiment 1 (clichés : P. Wech).

Fig. 9. Meule 100.026 trouvée en remploi dans un trou de poteau du bâtiment 1 (clichés : P. Wech).

Fig. 10. Meule 100.005 trouvée en remploi dans un trou de poteau du bâtiment 1 (clichés : P. Wech).

Fig. 10. Meule 100.005 trouvée en remploi dans un trou de poteau du bâtiment 1 (clichés : P. Wech).

Fig. 11. Vue de la fosse 122.000 après fouille complète (cliché : B. Le Dret).

Fig. 11. Vue de la fosse 122.000 après fouille complète (cliché : B. Le Dret).

Fig. 12. Coupe du comblement de la fosse 122.000 (dessin et DAO : B. Le Dret).

Fig. 12. Coupe du comblement de la fosse 122.000 (dessin et DAO : B. Le Dret).

Fig. 13. Vue de la fosse 214.000 en cours de fouille (cliché : C. Robert).

Fig. 13. Vue de la fosse 214.000 en cours de fouille (cliché : C. Robert).

24Ces prélèvements doivent sans doute être liés à la construction de bâtiments proches (4 et 6 ?). L’une de ces zones se présentait sous la forme d’une fosse polylobée (214.000 ; fig. 13) dont l’étude du comblement a révélé un usage secondaire en tant que dépotoir. La présence, dans ce comblement, de très nombreux fragments de terre brûlée, permet de supposer que la fosse a accueilli les éléments de la démolition d’un bâtiment proche.

Restitution d’un habitat ?

25Comment interpréter le site de La Pomme d’Or ? La complexité du parcellaire et la nature même des structures permettent de reconnaître sans ambiguïté une occupation rurale assez structurée, sans doute à vocation agricole. Les limites de fouille n’ayant pas permis de reconnaître l’intégralité du site, de nombreuses questions restent en suspens, notamment en ce qui concerne la présence d’un habitat. Nous avons vu en effet que l’identification de bâtiments d’habitation à proprement parler posait problème. Deux hypothèses s’offrent à nous : faut-il imaginer que ceux-ci se situaient hors de l’emprise fouillée, ce qui supposerait que nous n’ayons perçu que la pars rusica d’une exploitation plus importante, ou bien faut-il restituer une occupation particulièrement modeste dont l’habitat, du point de vue morphologique, ne se distinguerait pas des installations agricoles ? L’absence de petit mobilier et la rareté de la céramique fine constituent des arguments probants en faveur de la seconde hypothèse. Notons toutefois que la localisation des éléments de céramique fine dessine une concentration le long de la berme nord-est, ce qui pourrait suggérer la présence de structures d’habitat dans cette direction. La question ne peut toutefois pas être tranchée avec les éléments en notre possession.

Fig. 14. Beuzeville dans le contexte des cités gallo-romaines (d’après Guyard, Lepert, 1999).

Fig. 14. Beuzeville dans le contexte des cités gallo-romaines (d’après Guyard, Lepert, 1999).

26Que les bâtiments d’habitation aient été ou non situés dans la zone fouillée, la modestie de l’occupation ne fait malgré tout guère de doute. Il s’agit donc très probablement d’une ferme de tradition indigène, ce qui, au passage, expliquerait le maintien de schémas organisationnels hérités de La Tène finale.

Beuzeville et le Pays d’Auge dans l’Antiquité

27Comme évoqué en introduction, ce secteur de la Normandie constitue à l’heure actuelle une sorte de « désert archéologique ». Les découvertes y sont en effet rares et peu documentées. Quelques éléments nous permettent cependant de proposer quelques pistes de recherches.

28Il est ainsi avéré que Beuzeville se situait en territoire lexovien, dont le chef-lieu était situé à Lisieux. C’est donc logiquement que les assemblages céramiques, étudiés par Delphine Théolas (MADE), ont révélé des productions locales, sans doute originaires d’ateliers bas-normands (région de Lisieux, voire plaine de Caen). Outre ces productions, il est intéressant de relever la présence, en quantité non négligeable de productions venant quant à elle de la cité des Calètes (actuel Pays de Caux), de l’autre côté de l’estuaire de la Seine. Beuzeville semble donc se situer à la limite de deux zones de diffusion des produits céramiques. La position du site, à quelques kilomètres seulement d’une voie reliant Lisieux au port antique d’Aizier, semble à cet égard tout à fait suggestive (fig. 14).

29La cartographie sommaire des sites et indices de sites connus dans le secteur, notamment grâce aux travaux de l’A 29 (fig. 15), révèle en outre une relative densité de l’occupation rurale de cette partie du Pays d’Auge durant l’Antiquité. Les différentes découvertes semblent ainsi constituer, avec toute la prudence que nous impose le caractère très lacunaire de la documentation, un maillage assez dense avec une occupation tous les un ou deux kilomètres. Le « désert archéologique » augeron semble donc principalement correspondre à une lacune de la recherche et non à une réalité historique.

Conclusion

30Cette fouille, au-delà de la modestie de l’occupation mise en évidence, fournit un éclairage nouveau sur la nature et la densité de l’occupation rurale du Pays d’Auge antique, jusqu’alors largement méconnue. Gageons que les recherches futures compléteront cette première ébauche.

31En guise de conclusion, évoquons rapidement le devenir du site qui semble totalement abandonné dans la seconde moitié du IIe siècle et ce durant plus d’un millénaire. Malgré l’absence de réoccupation, il est particulièrement intéressant de constater la pérennité des orientations ainsi que de certains tracés parcellaires jusqu’à nos jours. C’est ainsi que la bordure orientale du second enclos gallo-romain, par exemple, a servi à l’époque moderne de limite aux jardins d’un manoir établi immédiatement au nord-est (Wech, 2011, p. 120-127), et subsistait aujourd’hui encore sous la forme d’une haie de bocage. Le découpage parcellaire antique a donc été largement fossilisé jusqu’à conditionner nombre de nos limites actuelles.

Fig. 15. Vestiges et traces d’occupation antique dans l’est du Pays d’Auge (carte : P. Wech).

Fig. 15. Vestiges et traces d’occupation antique dans l’est du Pays d’Auge (carte : P. Wech).

Bibliographie

Bibliographie

Allart E. (1997) – La campagne de la Gohaigne. Document final de synthèse. Sauvetage urgent, Caen, AFAN, 1997.

Auxiette G., Desenne S., Gransar F. et Pommepuy C. (2000) – Structuration générale du site de Braine « La grange des Moines » (Aisne) à La Tène finale et particularités : présentation préliminaire. Les enclos celtiques. Actes de la table ronde de Ribemont-sur-Ancre (Somme), 9-10 décembre 1999 (M. Durand dir.). Revue archéologique de Picardie, no 1-2, p. 97-103.

Durand M. dir. (2000) – Les enclos celtiques. Actes de la table ronde de Ribemont-sur-Ancre (Somme), 9-10 décembre 1999. Revue archéologique de Picardie, no 1-2, 278 p.

Guyard L. et Lepert T. (1999) – Le Vieil-Évreux, une ville-sanctuaire gallo-romaine. Archéologia, septembre, no 359, p. 20-29.

Lelong A. (1999) – Les enclos quadrangulaires du Dunois (France). Actes du colloque international d’archéologie aérienne, Amiens, 15-18 octobre 1992 (B. Bréart dir.). Revue archéologique de Picardie, no spécial 17, p. 447-457.

Leroux G., Gautier M., Meuret J.-C. et Naas P. (1999) – Enclos gaulois et gallo-romains en Armorique, Presses universitaires de Rennes (Documents archéologiques de l’Ouest), 1999, 335 p.

Wech P. (2010) – Rapport de fin d’opération de diagnostic archéologique. Beuzeville, « RD 675, Déviation partie ouest ». Évreux, Conseil général de l’Eure, 2 vol., 83 et 98 p.

Wech P. (2011) – Rapport de fin d’opération de fouille archéologique. Beuzeville, « RD 675 – Déviation partie ouest. Secteur 1 – Site 1 ». Évreux, Conseil général de l’Eure, 3 vol., 188, 226 et 132 p.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Carte de localisation de Beuzeville dans le département de l’Eure (dessin : P. Wech).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4517/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Fig. 2. Carte de localisation de l’opération et du projet routier sur le territoire de la commune de Beuzeville (carte : P. Wech).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4517/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Fig. 3. Plans des premières phases reconnues dans le parcellaire antique (plan : P. Wech).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4517/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Fig. 4. Plans des dernières phases reconnues dans le parcellaire antique (plan : P. Wech).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4517/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Fig. 5. Plan et localisation des bâtiments identifiés lors de la fouille (plan : P. Wech).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4517/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 6. Vue en plan, après fouille, des structures du bâtiment 1 (cliché : P. Wech).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4517/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Fig. 7. Vue en plan, en cours de fouille, des structures de la moitié nord du bâtiment 4 (cliché : H. Pollin).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4517/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 8. Vues de la fosse 128.000 en cours de fouille (clichés : C. Robert).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4517/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Fig. 9. Meule 100.026 trouvée en remploi dans un trou de poteau du bâtiment 1 (clichés : P. Wech).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4517/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Fig. 10. Meule 100.005 trouvée en remploi dans un trou de poteau du bâtiment 1 (clichés : P. Wech).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4517/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 11. Vue de la fosse 122.000 après fouille complète (cliché : B. Le Dret).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4517/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Fig. 12. Coupe du comblement de la fosse 122.000 (dessin et DAO : B. Le Dret).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4517/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Fig. 13. Vue de la fosse 214.000 en cours de fouille (cliché : C. Robert).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4517/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Fig. 14. Beuzeville dans le contexte des cités gallo-romaines (d’après Guyard, Lepert, 1999).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4517/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre Fig. 15. Vestiges et traces d’occupation antique dans l’est du Pays d’Auge (carte : P. Wech).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4517/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 217k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540