Version classiqueVersion mobile

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Évreux, 6-8 mai 2011

 | 
Luc Liogier

Les établissements laténien et gallo-romain de Heudebouville (Eure). Premier bilan des fouilles menées en 2009 et 2010 à l’« Écoparc 2 »

The Latenian and Gallo-Roman remains in Heudebouville. An initial assessment of the excavations conducted in 2009 and 2010 at the “Ecoparc 2” site

Dagmar Lukas, Hélène Delnef et Luc Leconte
Avec la collaboration de Valérie Deloze, Philippe Fluzin, Élisabeth Lecler-Huby, Serge Le Maho, Denis Lépinay, Alexandre Monnier, Fabien Pilon, Sandrine Talvas et Nolwenn Zaour

Résumé

Les deux fouilles préventives menées sur le plateau de Madrie, à quelques kilomètres de la confluence de l’Eure et de la Seine, ont permis d’étudier les vestiges d’une occupation longue et continue, datée de la fin de l’époque gauloise jusqu’à la fin du Haut-Empire (IIe siècle av. J.-C. – IIIe siècle ap. J.-C.). S’ils sont, à bien des égards, comparables aux établissements contemporains fouillés dans la région, ces vestiges révèlent toutefois quelques particularités qui les distinguent de leurs voisins.

Texte intégral

  • 1 Nous adressons nos plus chaleureux remerciements à l’équipe de fouille et post-fouille (Yves-Marie (...)
  • 2 Suite à la première campagne de fouille et la présentation du site lors des journées archéologiques (...)

1Les vestiges gaulois et antiques, découverts à un kilomètre au sud-ouest du village de Heudebouville (27), ont fait l’objet de deux campagnes de fouille1 menées par l’INRAP en 2009 et 2010 sur près de 5,7 ha2 (fig. 1 à 3). Répartie sur quatre secteurs, l’emprise de fouille se trouve au sein d’une vaste zone industrielle en extension, l’« Écoparc 2 », aménagée par la Communauté d’agglomération Seine-Eure (CASE) en bordure de l’A 13, sur le plateau de Madrie. Le gisement archéologique se trouve proche du sommet de l’interfluve et à proximité d’une double confluence : celle de l’Iton et de l’Eure au sud, et celle de l’Eure et de la Seine au nord, dans la boucle du Vaudreuil. La vallée de l’Eure et l’agglomération secondaire antique de Louviers, située à 4 km au nord-ouest du site, sont reliées au plateau par un thalweg qui débouche à faible distance du site. Celui-ci est localisé sur les flancs nord et nord-ouest de la « Butte Colas » culminant à + 139 m NGF (fig. 2 et 3).

2Ce secteur géographique a connu plusieurs installations de courte durée bien avant une occupation longue et continue qui commence à la fin de l’époque gauloise. Quelques vestiges isolés montrent ainsi que l’homme a probablement fréquenté ce lieu dès le Néolithique. Il demeure également des traces éparses et ténues datées de la fin de l’âge du bronze, de la transition Hallstatt D – La Tène ancienne et de La Tène moyenne – La Tène finale. Ces vestiges n’ont pas permis de mettre en évidence des pôles d’occupation conséquents au sein de l’emprise. Ce n’est qu’à La Tène finale qu’un habitat se fixe sur les versants nord et nord-ouest de la « Butte Colas » sous forme d’un vaste système d’enclos délimitant une aire domestique et artisanale. La création, au même endroit, d’un domaine antique témoigne de la forte attractivité de ce lieu qui offre un vaste panorama vers le nord et le nord-ouest et un accès direct dans la vallée de l’Eure par le thalweg. Cet emplacement a été visiblement choisi pour cet environnement topographique favorable qui a donné en outre une allure imposante aux établissements qui s’y sont succédés, notamment quand on arrivait au nord-ouest, par le thalweg (fig. 2 et 4). Ce secteur offrait également un cadre pédologique et des ressources non négligeables dus à la présence d’argile, de sable, de bois et de minerai de fer.

Fig. 1. Localisation régionale du site.

Fig. 1. Localisation régionale du site.

Fig. 2. Localisation du gisement archéologique.

Fig. 2. Localisation du gisement archéologique.

Une occupation de la fin de l’époque gauloise

Organisation spatiale générale de l’établissement

  • 3 Les vestiges de ce porche ont été présentés en 2010 lors des Journées archéologiques régionales de (...)

3L’établissement gaulois se développe à partir d’un enclos curviligne qui subit au cours de son existence (La Tène D1/D2) d’importants remaniements qui viennent modifier sa configuration initiale (fig. 5). D’une superficie de près de 3 000 m², la vaste aire domestique ainsi circonscrite abrite des vestiges d’habitat et d’activités artisanales qui s’organisent autour d’une cour centrale dépourvue d’aménagements. L’enceinte interne (A), dont les angles marquent les points cardinaux, est doublée par un second système fossoyé (B) qui étend la surface close à près de 6 600 m² (phases 1 et 2). Deux ouvertures, larges de 3 m et matérialisées par de simples interruptions du fossé interne du petit enclos (A), sont aménagées sur les petites façades opposées nord-est et sud-ouest, quasiment sur l’axe médian de cet enclos. La première donne accès au plateau, à l’est et au sud, tandis que la seconde, dotée probablement d’un porche3, ouvre sur l’espace compris entre les deux enceintes. Une interruption modeste du fossé externe offre à la seconde enceinte (B) une petite ouverture au nord, à l’endroit où elle rejoint l’enclos interne (A) sur la façade principale. Il n’est pas exclu que cet ensemble ait été doté, dans sa configuration initiale, d’autres accès dont les traces ont été effacées lors de modifications postérieures (enclos C).

4C’est probablement dans le courant de la seconde moitié du Ier siècle avant notre ère que cet habitat prend un nouvel aspect avec une vaste réorganisation du système d’enclos adoptant désormais un plan et des dimensions différentes (enclos C, phase 3). Le fossé interne (A) est comblé et abandonné. L’enceinte externe (B) subit d’importants remaniements qui entraînent une réfection des branches nord, ouest et sud et un déplacement de la façade orientale avec la création d’un nouveau tronçon. Ces modifications réduisent la superficie close à 5 300 m². Perdant l’aspect curviligne d’origine, le nouvel enclos possède une forme trapézoïdale. Comme son prédécesseur, il est doté d’une ouverture principale centrée sur la façade orientale qui donne accès au plateau. Une seconde entrée, moins large et ouverte sur des terrains en pente, a pu être mise en évidence près de l’angle ouest. Il est possible que l’agrandissement de l’enclos trapézoïdal sur son côté sud-est (d’environ 1 700 m²) par un fossé peu profond, ait été réalisé peu de temps après la création de cette nouvelle enceinte.

Fig. 3. Topographie générale du site avec localisation des quatre zones de fouille (en couleur) et vestiges archéologiques (en noir) (topo : S. Calduch, E. Leclercq, DAO : D. Lukas).

Fig. 3. Topographie générale du site avec localisation des quatre zones de fouille (en couleur) et vestiges archéologiques (en noir) (topo : S. Calduch, E. Leclercq, DAO : D. Lukas).

Un vaste enclos latéral en périphérie de l’habitat

  • 4 Il s’agit d’une estimation, dans la mesure où la limite orientale de cette enceinte, située hors em (...)

5Ces transformations spatiales affectent également les terrains en pente, au nord-ouest de l’emprise, où se développe un vaste enclos curviligne annexe qui couvre une superficie estimée4 à environ 11 000 m² (fig. 5). Le fossé qui délimite cet espace est doté d’un accès en chicane sur sa façade occidentale. Il s’interrompt au sud-est, à l’approche du secteur d’habitat, sans lien direct avec l’enclos domestique. Cette configuration particulière trouve peut-être son explication par la présence, à cet endroit en rupture de pente, d’une éventuelle clôture qui n’aurait pas laissé de trace comme une levée de terre, une haie vive ou une délimitation légère en bois. Deux fossés de partition axés SO/NE (et dont un divisé en deux branches) structurent la vaste surface interne de cet enclos. Celui localisé au sud-est révèle des variations morphologiques remarquables dans la mesure où sa largeur d’ouverture oscille entre 1,20 m (au SO) et 5,70 m (au NE) et sa profondeur entre 0,50 m et 1,80 m. Communiquant entre eux, ces espaces internes se distinguent de par leur superficie et leur aménagement. La parcelle la plus grande, située au nord, abrite deux petits pôles d’activité, tandis que celle située au sud, sur le haut du versant, est vierge de toute construction. À proximité du tronçon septentrional du fossé d’enclos, plusieurs bâtiments en bois et torchis sont difficiles à individualiser du fait de la présence d’un semis dense de trous de poteaux. Une construction sur six poteaux ainsi qu’une dizaine de petites fosses converties en dépotoirs témoignent d’un second pôle d’activité au nord du fossé de partition. La présence de quelques rejets domestiques recueillis à l’arrière des bâtisses, dans les comblements des fossés, plaide pour une fonction domestique, néanmoins sans ampleur. Et on n’exclura pas, comme rôle premier pour cet enclos, l’existence d’autres activités, artisanales ou agricoles, n’ayant pas laissé de trace au sol. Dans ce cas de figure, ces bâtisses peuvent être considérées comme dépendances agricoles implantées au sein d’une enceinte latérale, en périphérie de l’enclos domestique (A, B, C).

Fig. 4. Cette vue prise de l’angle nord de l’emprise de la zone 1 montre l’emplacement dominant de l’enclos domestique installée sur la butte, au centre de l’image (D. Lukas).

Fig. 4. Cette vue prise de l’angle nord de l’emprise de la zone 1 montre l’emplacement dominant de l’enclos domestique installée sur la butte, au centre de l’image (D. Lukas).

Une limite spatiale à fonctions multiples

6L’étude détaillée du système fossoyé gaulois, en particulier celui qui délimite l’enclos domestique, a fourni de nombreuses données renseignant sur la conception et les fonctions de ces imposants marqueurs du paysage. L’analyse des différents tronçons de ces creusements a révélé, d’emblée, des profils extrêmement variés et ceci indépendamment d’une érosion localement plus forte modifiant, inévitablement, le profil initial des fossés. On observe ainsi des profils en « V », à fond légèrement arrondi et parois plus ou moins évasées vers l’ouverture, et des creusements en « U », à fond plat et parois quasi verticales (fig. 6). La profondeur et l’ouverture de ces fossés sont de même très variables (largeur : entre 0,50 m et 5,70 m ; profondeur : entre 0,30 m et 1,80 m). À l’image des profils, les comblements sont très hétérogènes, stratifiés et de natures multiples (fig. 7). Deux à trois séquences stratigraphiques principales se distinguent fréquemment. Les fonds sont bien souvent tapissés d’une couche de substrat remanié et érodé en raison du lessivage des parois, tandis que les niveaux superposés possèdent communément une charge organique plus importante, livrant l’essentiel des rejets domestiques.

7Ces différences morphologiques (dimensions, profils) révèlent plusieurs phases de remaniement du système fossoyé complexe qui nécessite un entretien régulier. Trois phases de réfection ou transformation peuvent ainsi être déterminées : deux ont visé à curer le fossé existant tandis que la troisième a entraîné le déplacement d’un tronçon entier. Un entretien permanent ainsi qu’une réutilisation partielle des fossés (présence de foyers) ont laissé de nombreux indices au sein des comblements. On observe alors par endroits de légères modifications du tracé initial par un déplacement, parfois marqué, du nouveau creusement (fig. 6). L’installation de quatre fours en bordure du fossé nord-est a nécessité, quant à elle, d’importants recreusements témoignant d’une remise en activité de certains tronçons, déjà partiellement comblés (fig. 7 et 9).

8Des travaux liés à la mise en place initiale des fossés ont également laissé quelques traces, notamment près de l’angle nord (point haut) et sur la façade sud-est (en pente) de l’enclos trapézoïdal (phase 3). Il s’agit de petites interruptions de creusements à partir d’une soixantaine de centimètres sous le niveau de décapage, manifestes par la présence d’une berme de substrat large d’environ cinquante centimètres. La raison d’être de ce type d’aménagement, observé aussi sur d’autres sites, n’est pas totalement assurée et deux hypothèses s’opposent (Malrain, 2010). L’une propose un point de rencontre entre deux équipes de travail et l’autre un dispositif lié à la gestion de l’eau.

Fig. 5. Plan général de la zone 1 avec les vestiges de l’occupation laténienne (topo : S. Calduch, E. Leclercq, DAO : D. Lukas).

Fig. 5. Plan général de la zone 1 avec les vestiges de l’occupation laténienne (topo : S. Calduch, E. Leclercq, DAO : D. Lukas).

Fig. 6. Ces profils variés montrent la grande diversité morphologique des fossés d’enclos (DAO : D. Lukas).

Fig. 6. Ces profils variés montrent la grande diversité morphologique des fossés d’enclos (DAO : D. Lukas).

Fig. 7a et 7b. On distingue les différentes séquences de comblement des fossés d’enclos : un niveau de sédiment remanié, peu anthropisé au fond, et des couches hétérogènes, plus organiques dont certaines avec des rejets de four au-dessus, (D. Lukas).

Fig. 7a et 7b. On distingue les différentes séquences de comblement des fossés d’enclos : un niveau de sédiment remanié, peu anthropisé au fond, et des couches hétérogènes, plus organiques dont certaines avec des rejets de four au-dessus, (D. Lukas).

9Les relevés altimétriques et quelques aménagements singuliers au fond des fossés mettent clairement en évidence la fonction drainante de ces excavations, résultant visiblement d’une conception très planifiée et raisonnée. L’inclinaison des fonds provoquant un pendage faible mais constant a manifestement favorisé l’écoulement des eaux de surface. Ce dispositif est complété par des surcreusements ponctuels du fond du fossé qui ont été observés à trois reprises, notamment aux points bas de l’enclos, près des angles sud et ouest. Ces creusements ont donc, sans aucun doute, servi de réceptacles aux eaux drainées par les différents tronçons.

Fig. 8. Exemples de plans de bâtiment à structure en bois de La Tène finale (DAO : D. Lukas).

Fig. 8. Exemples de plans de bâtiment à structure en bois de La Tène finale (DAO : D. Lukas).

10Les fonctions de ce vaste système fossoyé dont l’installation a sans doute nécessité une main d’œuvre importante sont variées, avant tout utilitaires et, dans une certaine mesure, ostentatoires. Il clôture ainsi l’aire domestique et constitue une barrière plus ou moins marquée, probablement longée d’un talus, pour les hommes comme pour le bétail. Il forme également un vaste dispositif de drainage afin d’évacuer les eaux de ruissellement et mettre hors d’eau l’aire de vie et de travail. La présence d’un creusement profond et évasé en surface, qui suggère un talus de taille proportionnelle, sur la façade principale de l’enclos trapézoïdal C, évoque également une « volonté d’impressionner » et attribue assurément une fonction ostentatoire à ce dispositif.

Fig. 9. Ce four domestique a été implanté au bord d’un fossé d’enclos vers lequel est ouvert l’alandier (à gauche) (D. Lukas).

Fig. 9. Ce four domestique a été implanté au bord d’un fossé d’enclos vers lequel est ouvert l’alandier (à gauche) (D. Lukas).

L’aménagement interne de l’enclos : un espace de vie et de travail

11Au sein de l’enclos sont regroupés les vestiges liés aux activités domestiques. On compte une dizaine de bâtiments en matériaux périssables qui reposent sur quatre ou six poteaux porteurs principaux, accompagnés parfois d’un ou plusieurs poteaux intermédiaires (fig. 8). On observe une implantation privilégiée sur le pourtour interne de l’enceinte curviligne A, respectant l’emplacement d’une cour centrale dépourvue de vestiges. Ces constructions atteignent une surface comprise entre une douzaine et une trentaine de mètres carrés. Comme bien souvent en contexte rural, il est impossible d’attribuer une fonction précise d’habitation ou d’exploitation aux édifices dans la mesure où les niveaux d’occupation et le mobilier ont disparu. La concentration de rejets domestiques dans certains tronçons de fossés renforce néanmoins l’hypothèse de bâtiments d’habitation pour les constructions proches. Ceci concerne notamment les édifices implantés dans le secteur oriental de l’enclos. On ignore, en revanche, si ces bâtiments ont été érigés simultanément, successivement ou si certains ont perduré au-delà du fonctionnement de l’enclos, durant la première phase de l’occupation gallo-romaine.

12Parmi les nombreuses excavations au sein de l’enclos, on compte cinq petites fosses regroupées en demi-cercle à proximité du tronçon sud-est de l’enceinte et qui s’apparentent, de par leur forme et leur disposition, à de petites structures de stockage enterrées. Implantés dans le substrat sableux, ces creusements ovales à fond plat et parois quasi-verticales ont été, peut-être, dotés d’un cuvelage en bois destiné à consolider leurs parois et abriter des denrées alimentaires. Un grenier sur quatre poteaux, localisé dans l’extension sud-est de l’enclos trapézoïdal, témoigne, en revanche, d’un mode de stockage aérien.

Fig. 10. Céramiques de La Tène finale issues des fossés 1051 (phase 1), 117 et 1045 (phase 3) (dessin : S. Le Maho, A. Monnier).

Fig. 10. Céramiques de La Tène finale issues des fossés 1051 (phase 1), 117 et 1045 (phase 3) (dessin : S. Le Maho, A. Monnier).

13Parmi les structures de combustion présentes au sein de l’enclos, on compte une dizaine de petits fours dont cinq ont été aménagés sur les bords des fossés d’enclos (fig. 9), alors partiellement comblés. Ils sont isolés ou groupés par deux. Très arasés, ces fours n’ont conservé que la sole subcirculaire ou ovale de leur chambre de cuisson effondrée. L’alandier est orienté vers l’intérieur du fossé où sont également rejetés les résidus charbonneux. Ceux-ci ont laissé de nombreuses traces dans les comblements supérieurs des fossés, même aux endroits où les fours ont entièrement disparu en surface. Leur nombre initial est donc certainement supérieur à celui des fours conservés.

Le mobilier comme témoin d’activité domestique, artisanale et économique

14Bien qu’une réoccupation intense des lieux durant l’Antiquité ait sans doute contribué à « nettoyer », dans une certaine mesure, le site laténien, on recense un corpus de mobilier notable qui renvoie l’image d’un établissement gaulois aux fonctions multiples. Parmi les artefacts liés à la vie domestique, on recense notamment un important lot de céramique, soit 139 kg correspondant à un nombre de restes de 8 358 (fig. 10). Un nombre minimum de 490 individus (NMI) a ainsi pu être décompté, essentiellement dans les structures fossoyées. L’enclos central A, à lui seul, en a livré plus de 56 kg, avec un NMI de 170 alors que les enceintes B et C en comptent respectivement 16 kg (NMI 77) et 28 kg (NMI 106). L’analyse de ce mobilier a permis de distinguer au moins deux grandes phases d’occupation durant La Tène D1 et D2, sans qu’on puisse toutefois exclure un hiatus entre les deux. Elle permet de proposer pour les trois enceintes de l’enclos des fourchettes chronologiques larges (enceinte A : La Tène D1/D2 ; enceinte B : La Tène D1( ?)/D2 ; et enclos C : La Tène D2).

15Le début de l’occupation datée de La Tène D1 est illustré par un vaisselier standardisé dont les formes peuvent être attribuées aux étapes 8 et 9 du Bassin parisien (Marion, 2004) et à la phase 2 de la vallée de l’Aisne (Pion, 1998). Cet ensemble est caractérisé par une dominance de profils carénés à panses tronconiques de différents modules, comparables à ceux découverts sur des établissements ruraux du début de La Tène finale en Picardie, comme à Estrées-Saint-Denis dans l’Oise (Gaudefroy, 2002) ou en Île-de-France, à Bobigny en Seine-Saint-Denis (Marion et al., 2005, « Hôpital Avicenne », phase I). Les décors sont peu nombreux et se résument à des cannelures, des cordons et des moulures. Cependant, quelques formes hautes montrent un traitement de surface peigné sur la panse (fig. 10, vase A) tel qu’il est possible d’en voir sur le site de Parville dans l’Eure par exemple (Blancquaert, 2010, p. 25, vase 846-2). Un nouveau faciès céramique se manifeste ensuite par la présence de formes ouvertes plus arrondies, de vases balustres et d’un plus fort taux de céramiques tournées. Les décors sont constitués essentiellement par des cannelures ou des cordons comme dans la phase précédente. Cependant, un vase plus particulier se détache de l’ensemble (fig. 10, vase F). Il s’agit d’une coupe à profil sinueux, qui se distingue par un décor couvrant estampé sur le bas de la panse et limité sur l’épaulement par un cordon fin. Le haut de ce vase de couleur claire est recouvert de mica. L’application de mica sur des céramiques fines en pâte claire est déjà recensée dans le centre et l’est de la France dans des contextes de La Tène D2 (entre 50 et 30 av. J.-C), comme à Marolles-sur-Seine en Seine-et-Marne (Séguier, 1998, fig. 18). Des exemples aux profils et décors similaires ont été découverts dans le Calvados, à Ifs (Simon et al., 2002, fig. 7, no 414) et à Fleury-sur-Orne (Demarest, 2010, fig. 7), en contexte pré-augustéen. Au lot de céramique gauloise s’ajoutent également quelques amphores vinaires italiques, importées de la côte tyrrhénienne. Représentées par 168 tessons, soit au moins 6 individus, ces amphores sont réparties sur l’ensemble des fossés délimitant le dernier état de l’enclos laténien (enclos C).

Fig. 11. Catillus en poudingue doté d’un trou axial et d’une ouverture latérale pour l’emmanchement. Il a été trouvé dans le fossé qui forme une extension de l’enclos domestique au sud-est (S. Le Maho).

Fig. 11. Catillus en poudingue doté d’un trou axial et d’une ouverture latérale pour l’emmanchement. Il a été trouvé dans le fossé qui forme une extension de l’enclos domestique au sud-est (S. Le Maho).

Fig. 12. Ces trois pièces gauloises témoignent d’un commerce local et régional (S. Le Maho).

Fig. 12. Ces trois pièces gauloises témoignent d’un commerce local et régional (S. Le Maho).
  • 5 Ces monnaies ont été identifiées et étudiées par Fabien Pilon. Il s’agit de trois bronzes provenant (...)

16Le corpus mobilier du site comprend également des éléments relatifs aux activités artisanales et agricoles. Parmi eux, figurent notamment des meules en poudingue témoignant d’activités de mouture (fig. 10) et des pesons en terre cuite qui attestent de la pratique du tissage. La présence de trois monnaies en bronze5, en circulation entre le milieu du Ier siècle av. J.-C. et le milieu du Ier siècle ap. J.-C., révèlent que les habitants sont ouverts à l’échange et acteurs d’un commerce régional (fig. 12).

L’espace funéraire

17Une articulation étroite est manifeste entre l’habitat et les espaces réservés aux morts. Un enclos et deux sépultures à incinération isolées en pleine terre témoignent de la présence d’aires funéraires en périphérie du secteur habité (fig. 5 et 13). La première de ces tombes est localisée à une trentaine de mètres au sud-est de l’enclos domestique, la seconde à près de deux cents mètres au nord-ouest de ce dernier, à proximité de l’enclos latéral. Ces deux fosses à incinération sont apparues sous la terre végétale et présentent, en raison des labours, un caractère très arasé. Elles n’ont livré que quelques fragments de vases et une faible quantité d’esquilles d’os brûlés éparpillées dans le comblement des creusements. Un ressort de fibule constitue le seul élément de parure issu de ce contexte extrêmement pauvre en mobilier d’accompagnement.

18À ces sépultures isolées, s’ajoute un enclos à vocation probablement funéraire, aménagé en bas de la pente, à une vingtaine de mètres au nord de l’enclos latéral. De plan quasi rectangulaire, il délimite une surface de 202 m² qui abrite une dizaine de fosses dont certaines ont livré des restes fauniques (offrandes carnées ?) dont l’étude n’est pas achevée à ce jour.

Fig. 13. Vue générale de l’enclos funéraire (D. Lukas).

Fig. 13. Vue générale de l’enclos funéraire (D. Lukas).

Fig. 14. Plan général de la zone 1 avec les vestiges de l’occupation gallo-romaine (topo : S. Calduch, E. Leclercq, DAO : D. Lukas).

Fig. 14. Plan général de la zone 1 avec les vestiges de l’occupation gallo-romaine (topo : S. Calduch, E. Leclercq, DAO : D. Lukas).

Fig. 15. Plan du bâtiment résidentiel sur lequel prend appui au sud-ouest un mur de clôture orienté sud-ouest/nord-est (DAO : S. Le Maho).

Fig. 15. Plan du bâtiment résidentiel sur lequel prend appui au sud-ouest un mur de clôture orienté sud-ouest/nord-est (DAO : S. Le Maho).

Fig. 16. Radier de silex du bâtiment V dont le mur pignon nord-ouest (en haut à gauche) est prolongé au-delà de l’angle occidental de l’édifice (D. Lukas).

Fig. 16. Radier de silex du bâtiment V dont le mur pignon nord-ouest (en haut à gauche) est prolongé au-delà de l’angle occidental de l’édifice (D. Lukas).

L’établissement antique du Haut-Empire

Organisation spatiale

19C’est probablement au début du Ier siècle qu’un nouvel établissement se met en place et que le système d’enclos de tradition laténienne est abandonné (fig. 14). Le corpus céramique du site n’attestant pas de hiatus, il semble que l’établissement gallo-romain ait succédé de manière directe à son prédécesseur gaulois. C’est à ce moment qu’un découpage parcellaire est créé. Il entraîne la formation d’une grande parcelle longitudinale axée NO/SE et NE/SO qui subit des modifications au cours de son existence. Les vestiges de l’occupation gallo-romaine de la première moitié du Ier siècle sont difficiles à mettre en évidence dans la mesure où la parcelle antique est superposée à l’habitat laténien. Par conséquent, peu de structures en creux peuvent être attribuées d’une manière certaine à cette phase d’occupation.

20À partir du règne des Flaviens, l’établissement antique se transforme. Il est doté de cinq bâtisses en pierre dont quatre sont alignées selon un axe NO/SE à l’emplacement de la limite orientale de la grande parcelle antique, alors (partiellement ?) abandonnée. Cette distribution spatiale géométrique suggère un projet architectural commun, même si le faible lot de mobilier recueilli n’apporte pas la preuve explicite d’une réalisation simultanée des édifices. Parmi eux, se détache une grande construction rectangulaire qui occupe un emplacement dominant, surplombant les terrains en pente au nord (fig. 15). Identifié de par son plan et sa taille comme bâtiment résidentiel (I), il a fait l’objet d’une récupération massive des matériaux de construction. En effet, il ne subsiste que quelques fondations en silex qui dessinent un édifice long de 23 m et large de 8 m. L’ensemble couvre une superficie de 184 m². Deux murs internes témoignent, au rez-de-chaussée, de la présence de trois pièces de tailles inégales. De par sa disposition en rupture de pente, ce bâtiment est doté de fondations dont la profondeur augmente au fur et à mesure que la pente naturelle s’accentue. Ainsi, celles-ci sont ancrées jusqu’à 90 cm plus profondément dans l’aile nord que du côté opposé.

21Dans le prolongement sud-est et à une trentaine de mètres du précédent, se trouve un second bâtiment (II) de taille plus réduite dont les tranchées de récupération dessinent un plan quasiment carré (6 m de long d’ouest en est et 5,50 à 5,90 m de large) couvrant une surface au sol de près de 36 m² (fig. 14). L’absence de mobilier caractéristique et de niveau d’occupation empêche son identification fonctionnelle, même si le plan évoque une fonction cultuelle. Cette hypothèse semble renforcée par la présence d’un empierrement aux abords ouest de l’édifice, peut-être à mettre en relation avec un socle pour un autel ou autre élément votif. Au sud du précédent, se trouvent les vestiges d’un autre bâtiment (III), également de petite taille, composé d’un espace unique, et dont la limite méridionale n’est pas précisément localisée (fig. 14). Les trois tranchées de fondations subsistantes dessinent un espace rectangulaire couvrant une surface minimale de 12 m². À l’image du bâtiment résidentiel, le radier de fondation est composé de rognons de silex sommairement taillés et de modules variés.

Fig. 17. Cuillère en os retrouvée parmi de nombreux rejets domestiques au sein du puits gallo-romain (S. Le Maho).

Fig. 17. Cuillère en os retrouvée parmi de nombreux rejets domestiques au sein du puits gallo-romain (S. Le Maho).

Fig. 18. Trouvée dans des niveaux de remblais du puits gallo-romain, cette fibule circulaire possède une forme de fleur à dix pétales disposés autour d’une dépression centrale à cercles concentriques (variante du type F. 24) (S. Le Maho).

Fig. 18. Trouvée dans des niveaux de remblais du puits gallo-romain, cette fibule circulaire possède une forme de fleur à dix pétales disposés autour d’une dépression centrale à cercles concentriques (variante du type F. 24) (S. Le Maho).

22Une quatrième construction (IV), alignée à une soixantaine de mètres au sud-est des précédentes, est également composée de trois tranchées de fondation, dessinant au sol un plan en « U » (fig. 14). Aucune trace de fermeture n’a été mise en évidence côté nord. L’ensemble couvre une superficie de près de 330 m². À l’instar des édifices précédents, les radiers de fondation sont composés de moellons de silex plus ou moins taillés et liés par une matrice limoneuse. Une concentration de silex de taille décimétrique, tapissant le substrat argileux sur la moitié occidentale de l’espace interne, évoque un aménagement de sol rudimentaire probablement lié à la volonté de mettre hors d’eau cet espace clos. L’ensemble du bâti évoque une aire ouverte, dépourvue de couverture et clôturée par un muret sur trois côtés. S’agit-il d’une stabulation qui a servi au séjour des animaux domestiques ? Dans le cas d’un enclos à bétail, une fermeture complète semble néanmoins indispensable et il faudrait envisager une clôture en matériau léger n’ayant pas laissé de trace au sol. L’analyse des taux de phosphore d’une série de prélèvements de sédiment effectués au sein de cet espace plaide également pour une telle attribution fonctionnelle.

23L’ensemble bâti de l’établissement gallo-romain est complété par un cinquième édifice (V), localisé en périphérie de l’habitat, sur une légère pente inclinée du NE au SO dans un secteur faiblement aménagé (fig. 16). De plan rectangulaire, il est délimité par quatre radiers de fondation, longs de 5 m et 6,20 m, et couvre une superficie d’environ 32 m². Côté nord-ouest, les fondations en silex sont prolongées au droit du mur sud-ouest sur une longueur de 1,60 m. Les moellons de silex qui composent cette fondation possèdent une facture comparable à ceux employés dans le bâtiment résidentiel (absence de taille standardisée et modules variés). Au sein de la bâtisse, les traces d’une sablière bordant le radier sud-ouest et d’un trou de poteau collé contre la paroi nord-est constituent les seuls témoins d’un aménagement interne léger en bois. Sans que l’on puisse réellement confirmer la fonction de ce bâtiment, on rappellera néanmoins les plans des édifices cultuels marqués fréquemment par des décrochements de mur sur la façade.

Fig. 19. Catillus gallo-romain en grès caractérisé par un rebord sur la partie supérieure et une légère dépression centrale. Des traces de rouille homogènes sur le flanc signalent un cerclage en fer permettant d’actionner la meule (S. Le Maho).

Fig. 19. Catillus gallo-romain en grès caractérisé par un rebord sur la partie supérieure et une légère dépression centrale. Des traces de rouille homogènes sur le flanc signalent un cerclage en fer permettant d’actionner la meule (S. Le Maho).

24Une petite construction originale, en matériaux légers, est localisée à l’est du bâtiment résidentiel (fig. 14). Rectangulaire, orientée SO/NE, avec une surface au sol de près de 34 m², elle est composée de quatre tranchées de sablière parallèles, dotées chacune de quatre surcreusements plus ou moins circulaires, destinés à ancrer des éléments porteurs. Ces trous de poteaux sont disposés de manière régulière dans les sablières basses de façon à former un ensemble presque carré. L’agencement architectural de cet édifice – des tranchées de sablière rapprochées et accueillant des montants en bois – évoque une élévation sur plancher dotée d’un vide sanitaire. Des bâtiments similaires, sur sablières basses et points d’ancrage, ont été signalés sur plusieurs sites gaulois et gallo-romains précoces dans le nord-ouest de la Gaule et dans la Bretagne romaine, bien qu’on recense, avant tout, des édifices à deux tranchées de sablière et trois poteaux dont la surface demeure inférieure à 16 m² (Collart, 1996 ; Cunliffe, 1984, p. 109-110).

Le mobilier comme marqueur d’activité

25L’établissement antique de Heudebouville a livré un important lot de mobilier parmi lequel figure un remarquable dépotoir issu d’un puits daté de la seconde moitié du Ier siècle – début du IIe siècle. Outre de nombreux objets métalliques et en os (fig. 17), des éléments de parure et des monnaies, ce dépotoir a fourni près de 6 700 tessons correspondant à au moins 966 récipients datés, pour l’essentiel, de l’époque flavienne et trajane. Ce large corpus a déjà fait l’objet d’une première présentation par E. Lecler-Huby (Lukas et al., 2011) et ne sera, par conséquent, abordé que brièvement ici. Rappelons simplement qu’il a révélé une grande diversité d’approvisionnement : des productions issues des ateliers locaux et des vases d’importation notamment du sud de la Gaule et de Gaule centrale. Cet assemblage de vaisselle nous renvoie incontestablement l’image d’un établissement flavio-antonin aisé, tourné vers l’extérieur.

  • 6 Les objets en métal ont été étudiés par Luc Leconte (INRAP).

26Un corpus métallique riche6 montre que la masse de métal rejetée a été également assez importante. On dénombre ainsi près de 800 objets, dont une large majorité en fer, les éléments en alliage cuivreux et en plomb n’étant présents qu’en faible quantité. Une grande partie est constituée d’objets de quincaillerie, essentiellement liés au bâti ou à l’ameublement (clous, pentures, serrure, crampons à bois, patte à glace, agrafes…) qui n’incluent pas d’objets indiquant un haut niveau de vie. En revanche, les ustensiles liés à l’usage quotidien ne sont présents qu’en petit nombre (équipement domestique : broche à rôtir et battants de cloche ; transport : clavettes, mousqueton, bandage de roue…). Parmi les objets personnels, la parure semble particulièrement bien représentée (fibules, bague) (fig. 18), tandis que quelques objets de toilette (cuillère-sonde, cure-oreille, miroir…) indiquent le soin manifeste apporté au corps. Quelques petits clous attestent, de même, de la présence de chaussures.

27En ce qui concerne la production, les objets les plus fréquents renvoient au travail des métaux, surtout du fer, et à l’outillage en général. Cette pratique artisanale du travail du fer, centrée en particulier sur l’épuration des loupes, a été exercée à distance de l’habitat, dans un secteur éloigné d’environ 500 m. Elle a livré de nombreux vestiges et déchets de forge qui ont fait l’objet d’une première présentation par N. Zaour (Lukas et al., 2011).

  • 7 Il s’agit d’un denier et d’un as d’Auguste, de deux as de Néron, d’un dupondius de Domitien, d’un s (...)

28L’activité de mouture et la transformation des matières premières sont attestées par trois meules, dont une taillée en grès et deux en poudingue (fig. 19). Soulignons toutefois que le mobilier lié à l’agriculture ou à l’élevage fait largement défaut. À l’instar de la céramique, la présence de onze monnaies romaines7, dont dix en alliage cuivreux et une en argent, démontre enfin une activité d’échange et renforce l’image d’un établissement ouvert à l’échange.

Conclusion et apport scientifique des fouilles

29Les interventions menées sur le site « Écoparc 2 » ont révélé l’important potentiel archéologique d’un secteur géographique encore peu exploré. Elles ont permis la fouille presque intégrale de deux établissements se succédant sur un lieu qui a été investi par les hommes durant quatre siècles (du IIe siècle av. J.-C. au IIIe siècle ap. J.-C.). L’établissement gaulois, dominé par un enclos domestique, a révélé l’articulation étroite entre l’habitat, sa périphérie et les aires funéraires localisées à quelques mètres seulement de l’espace des vivants. L’étude du système de clôture a fourni de nombreuses données sur la morphologie de ce type d’aménagement, ses fonctions et ses transformations.

30Les vestiges de l’établissement antique ont livré, quant à eux, l’image d’un domaine où l’agriculture semble reléguée au second plan au profit d’une importante activité métallurgique, exercée à distance de l’habitat. L’étude de cet établissement de taille modeste élargit incontestablement nos connaissances, encore lacunaires, des occupations rurales antiques régionales. Reflétant à cette échelle, d’ores et déjà, une grande diversité, celles-ci témoignent ainsi d’établissements où se mêlent « traits indigènes » et « mode de vie romanisé » qui offrent un vaste champ d’étude encore largement inexploré.

Bibliographie

Bibliographie

Berranger M. dir. (2009) – Heudebouville, Écoparc 2. Rapport de fin d’opération de diagnostic archéologique, no 2009.10. MADE, 98 p.

Beurion C. dir. (2006) – Heudebouville, « ZAC Écoparc 2 » (Eure – Haute-Normandie). Rapport de diagnostic, INRAP, 60 p.

Blancquaert G., Lukas D. dir. (2010) – Étude de la céramique protohistorique. Parville, Eure, « Bois de Parville ». De la ferme gauloise à la villa gallo-romaine. Rapport final d’opération. INRAP Grand-Ouest, juin 2010, t. 2, p. 9-34.

Collart J.-L. (1996) – De la ferme indigène à la villa gallo-romaine. Actes du 2e colloque de l’association AGER, Amiens, 23-25 septembre 1993, Revue archéologique de Picardie, no spécial 11, 1996, p. 121-156.

Cunliffe B. (1984) – Danebury: An Iron Age Hillfort in Hampshire, vol. 1, The Excavations 1969-1978: The Site. CBA Research Report, no 52.

Demarest M. (2010) – Fleury-sur-Orne (Parc d’Activités, parcelle ZL13), contribution à l’analyse spatiale et fonctionnelle d’un établissement rural laténien situé sur la Plaine de Caen (Calvados). L’âge du fer en Basse-Normandie, Actes du colloque AFEAF (mai 2009), Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté (Annales littéraires, no 883, Série Environnement, sociétés et archéologie, 14), 2010, p. 167-173.

Gaudefroy S. (2002) – La céramique laténienne d’Estrées-Saint-Denis (Oise). Revue archéologique de Picardie, no 3-4, 2002, p. 341-353.

Lourdeau C. dir. (2008) – Heudebouville Écoparc 2, « tranche 2 » (Eure). Rapport de diagnostic, INRAP, 20 p.

Lukas D., Lecler-Huby E., Zaour N. et Deloze V., Fluzin P., Le Maho S., Monnier A. collab. (2011) – Les occupations laténienne et antique de Heudebouville (Eure). Premiers résultats de la fouille préventive menée en 2009 à l’Écoparc 2 (tranche 1) ». Journées archéologiques de Haute-Normandie, PURH, p. 55-67.

Malrain F., Bauvais S., Henon B., Legros V., Saurel M, Pissot V. et Boulen M., Fechner K. contrib. (2010) – Le site artisanal de La Tène finale et du gallo-romain de Ronchères (Aisne) « Le Bois de la Forge ». Revue archéologique de Picardie, no 1-2, p. 41-165.

Marion S. (2004) – Recherches sur l’âge du Fer en Île-de-France, entre Hallstatt final et La Tène Finale. Analyse des sites fouillés, chronologie et société, Oxford, Hadrian Books (BAR International Series, 1231), 2004, 2 vol.

Marion S., Metrot P. et Le Bechennec Y. (2005) – L’occupation protohistorique de Bobigny (Seine-Saint-Denis). L’Âge du Fer en Île-de-France, 26e colloque de l’Association française pour l’étude de l’âge du fer, Paris et Saint-Denis, 2002, (O. Buchsenschutz, Bulard A., Lejars T. dir.), Revue archéologique du Centre de la France, no 26, suppl., p. 97-126, 31 fig., bibliographie, p. 124-126.

Pion P. (1998) – L’évolution de la céramique indigène dans la vallée de l’Aisne aux IIe et Ier siècles avant J.-C. : prospectives d’anthropologie économique, sociale et culturelle à partir des faciès de consommation. La céramique précoce en Gaule Belgique et dans les régions voisines : de la poterie gauloise à la céramique gallo-romaine, Actes de la table ronde d’Arras (octobre 1996), Nord-Ouest Archéologie, no 9, 1998, p. 141-156.

Scheers S. (1981) – Les monnaies gauloises du Musée d’Évreux. Connaissance de l’Eure, no 41-42, 37 p.

Scheers S. (1983) – La Gaule Belgique. Traité de numismatique celtique. Louvain, Peeters, 986 p., 28 pl.

Seguier J.-M. (1998) – Un aspect de la romanisation en territoire sénon : la céramique de la fin de l’âge du Fer et du début du Haut-Empire du secteur de confluence Seine-Yonne. La céramique précoce en Gaule Belgique et dans les régions voisines : de la poterie gauloise à la céramique gallo-romaine, Actes de la table ronde d’Arras (octobre 1996), Nord-Ouest Archéologie, no 9, 1998, p. 335-366.

Simon L., Jardel K. et Mortreau M. (2002) – Première approche des horizons céramiques de la Plaine de Caen (Calvados), de la Conquête à l’époque claudienne. Actes du congrès de Bayeux, 2002. Marseille, Société française d’étude de la céramique antique en Gaule, p. 11-50.

Notes

1 Nous adressons nos plus chaleureux remerciements à l’équipe de fouille et post-fouille (Yves-Marie Adrian, David Breton, Paola Calderoni, Pauline Carvalho, Laurent Chantreuil, Arnaud Chéry, Hélène Delnef, Thierry Deshayes, Laurent Grancha, Bénédicte Guillot, Gaëtan Jouanin, Elisabeth Lecler-Huby, Raphaëlle Lefebvre, François Kerrouche, Frédéric Kliesch, Guillaume Leborgne, Luc Leconte, Serge Le Maho, Denis Lépinay, Marie-France Leterreux, Alexandre Monnier, Pauline Petit, Élodie Poss, Nicolas Roudié, Valérie Santiago, Marie-Pierre Saunier, Erwan Leclercq, Vincent Tessier, Willy Varin et Nolwenn Zaour). Nos remerciements s’adressent également à l’équipe Archéo27 pour les multiples clichés aériens réalisés lors des deux campagnes de fouille.

2 Suite à la première campagne de fouille et la présentation du site lors des journées archéologiques de Haute-Normandie en avril 2010, un article présentant les premiers résultats a été publié (Lukas et al., 2011). Nous renvoyons le lecteur vers cette publication, notamment en ce qui concerne le contexte topographique et géologique du site. On y trouvera également un historique des interventions archéologiques qui ont précédé les fouilles et qui ont entraîné la découverte d’occupations anciennes (Beurion, 2006 ; Lourdeau, 2008 ; Berranger, 2009).

3 Les vestiges de ce porche ont été présentés en 2010 lors des Journées archéologiques régionales de Haute-Normandie et publiés par la suite (Lukas et al., 2011).

4 Il s’agit d’une estimation, dans la mesure où la limite orientale de cette enceinte, située hors emprise de fouille, n’est pas localisée précisément puisque située hors emprise de fouille.

5 Ces monnaies ont été identifiées et étudiées par Fabien Pilon. Il s’agit de trois bronzes provenant de la région d’Évreux (DT II, –, série 448 variante ; Scheers, 1981, no 41-49), du Vexin normand (DT I, 648 var., série 84, classe I ; Scheers, 1983, 164 ; LT 7363) et de la région parisienne (DT I, 679 var., série 88 ; Scheers, 1983, 153, classe IV ; Scheers, 1981, no 61-65).

6 Les objets en métal ont été étudiés par Luc Leconte (INRAP).

7 Il s’agit d’un denier et d’un as d’Auguste, de deux as de Néron, d’un dupondius de Domitien, d’un sesterce d’Hadrien, de trois sesterces d’Antonin, d’un sesterce de Marc Aurèle et d’un sesterce indéterminé.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Localisation régionale du site.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4516/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Fig. 2. Localisation du gisement archéologique.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4516/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Fig. 3. Topographie générale du site avec localisation des quatre zones de fouille (en couleur) et vestiges archéologiques (en noir) (topo : S. Calduch, E. Leclercq, DAO : D. Lukas).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4516/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Fig. 4. Cette vue prise de l’angle nord de l’emprise de la zone 1 montre l’emplacement dominant de l’enclos domestique installée sur la butte, au centre de l’image (D. Lukas).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4516/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Fig. 5. Plan général de la zone 1 avec les vestiges de l’occupation laténienne (topo : S. Calduch, E. Leclercq, DAO : D. Lukas).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4516/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Fig. 6. Ces profils variés montrent la grande diversité morphologique des fossés d’enclos (DAO : D. Lukas).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4516/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Fig. 7a et 7b. On distingue les différentes séquences de comblement des fossés d’enclos : un niveau de sédiment remanié, peu anthropisé au fond, et des couches hétérogènes, plus organiques dont certaines avec des rejets de four au-dessus, (D. Lukas).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4516/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Fig. 8. Exemples de plans de bâtiment à structure en bois de La Tène finale (DAO : D. Lukas).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4516/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Fig. 9. Ce four domestique a été implanté au bord d’un fossé d’enclos vers lequel est ouvert l’alandier (à gauche) (D. Lukas).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4516/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Fig. 10. Céramiques de La Tène finale issues des fossés 1051 (phase 1), 117 et 1045 (phase 3) (dessin : S. Le Maho, A. Monnier).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4516/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Fig. 11. Catillus en poudingue doté d’un trou axial et d’une ouverture latérale pour l’emmanchement. Il a été trouvé dans le fossé qui forme une extension de l’enclos domestique au sud-est (S. Le Maho).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4516/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Fig. 12. Ces trois pièces gauloises témoignent d’un commerce local et régional (S. Le Maho).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4516/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 13. Vue générale de l’enclos funéraire (D. Lukas).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4516/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Fig. 14. Plan général de la zone 1 avec les vestiges de l’occupation gallo-romaine (topo : S. Calduch, E. Leclercq, DAO : D. Lukas).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4516/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Fig. 15. Plan du bâtiment résidentiel sur lequel prend appui au sud-ouest un mur de clôture orienté sud-ouest/nord-est (DAO : S. Le Maho).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4516/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fig. 16. Radier de silex du bâtiment V dont le mur pignon nord-ouest (en haut à gauche) est prolongé au-delà de l’angle occidental de l’édifice (D. Lukas).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4516/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Fig. 17. Cuillère en os retrouvée parmi de nombreux rejets domestiques au sein du puits gallo-romain (S. Le Maho).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4516/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Fig. 18. Trouvée dans des niveaux de remblais du puits gallo-romain, cette fibule circulaire possède une forme de fleur à dix pétales disposés autour d’une dépression centrale à cercles concentriques (variante du type F. 24) (S. Le Maho).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4516/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 19. Catillus gallo-romain en grès caractérisé par un rebord sur la partie supérieure et une légère dépression centrale. Des traces de rouille homogènes sur le flanc signalent un cerclage en fer permettant d’actionner la meule (S. Le Maho).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4516/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 139k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search