Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Évreux, 6-8 mai 2011

 | 
Luc Liogier

Val-de-Reuil (Eure), « Le Chemin aux Errants ». Une occupation rurale du premier et second âge du fer à la confluence de l’Eure et de la Seine

Val-de-Reuil, Le Chemin aux Errants. A rural settlement from the first and second Iron Ages at the confluence of the Eure and Seine rivers

Clément Moreau et Fanny Granier

Résumé

Suite à l’extension d’une carrière à Val-de-Reuil, une fouille a été menée durant l’été 2010. Dans un contexte archéologique riche, cette opération a mis au jour les vestiges de plusieurs périodes. Les indices du Néolithique et du Bronze final sont rares et certaines structures montrent une occupation de la fin du premier âge du fer. La période la mieux représentée correspond à la transition entre La Tène moyenne et finale. Pour cette phase d’occupation, un enclos à vocation domestique a été trouvé. Il est complété par plusieurs batteries de greniers en bordure d’un paléochenal de l’Eure.

Following the extension of a quarry in Val-de-Reuil, an excavation was conducted during the summer of 2010. In a rich archaeological context, this operation brought to light the remains from several periods. Relics from the Neolithic and the Final Bronze periods are rare and some structures point to a settlement dating back to the end of the first Iron Age. The most representative period corresponds to the transition between the Middle and Late European Iron Ages (La Tène culture). An enclosure used for domestic purposes was discovered that corresponds to this settlement phase. The findings are completed by a cluster of granaries bordering a paleochannel of the Eure river.

Texte intégral

Présentation du site

Localisation

1Le site du « Chemin aux Errants » se trouve sur la commune de Val-de-Reuil, dans le département de l’Eure (Haute-Normandie) (fig. 1). Cette commune est localisée au sein de la boucle du Vaudreuil, qui correspond à la zone de confluence entre les vallées de la Seine venant de l’est et de l’Eure arrivant du sud. L’Andelle constitue un troisième affluent dans cette zone ; il rejoint la Seine en rive droite, plus au nord.

2À vol d’oiseau, le cours actuel de l’Eure se situe à environ 320 m à l’ouest du site et la Seine, au plus proche, coule à 2,4 km plus à l’est. La zone fouillée occupe une terrasse qui borde l’Eure, les altitudes sont comprises entre 7 m et 11 m NGF. La zone d’emprise est située à l’est de l’agglomération de Val-de-Reuil ; elle jouxte la gare de cette ville et longe la voie ferrée qui relie Paris à Rouen. Cette intervention précède une extension de carrière par la société CEMEX, qui se déroule en quatre phases successives sur près de 25 ha (Beurion, 2009). À l’issue de diagnostics réalisés par l’INRAP à la fin de l’année 2008 (ibid.), trois zones ont été prescrites (A, B, C). La zone A a été fouillée en 2010 par l’INRAP sous la responsabilité de D. Lukas et la zone C l’est actuellement, par l’INRAP également.

Contexte archéologique

3La position du site au sein de la boucle du Vaudreuil place le gisement au cœur d’un contexte archéologique particulièrement riche (fig. 1). La Protohistoire est bien représentée avec plus de quatre-vingt sites, qui vont du Néolithique ancien à la fin du deuxième âge du fer. Parmi les gisements les plus importants, pour le Néolithique, on peut citer le village de Poses à la transition Néolithique ancien/moyen (Bostyn, 2003) ou encore plusieurs sépultures du Néolithique final et/ou du Campaniforme (Billard, 1991 ; Billard et al., 1995 ; Billard et al., 2006 ; Mantel, 1991). L’âge du bronze et le premier âge du fer sont parmi les périodes les moins bien représentées. Enfin, les sites attribués à La Tène sont relativement abondants avec plusieurs nécropoles et enclos à vocation domestique et/ou agricole. La plupart de ces derniers ont été fouillés suite à l’extension de carrières ou à l’implantation de zones d’activités à l’ouest de la ville de Val-de-Reuil (Beurion, 2007 ; Carré, 1993 ; Merleau, 2000, etc.).

Présentation de l’intervention et des vestiges

4L’intervention a été menée sur deux zones distinctes avec des modes de traitements adaptés (fig. 2). La première zone, dite « B2 », de 21 600 m² a donné peu de vestiges organisés et seules quelques tranchées complémentaires ont été réalisées. Nous ne nous attarderons pas sur ce secteur qui a seulement livré quelques mobiliers et structures du Néolithique et du deuxième âge du fer. La seconde zone de 12 900 m² a bénéficié d’un décapage extensif et s’est avérée beaucoup plus riche. C’est cette zone dite « B1 » que nous présenterons dans cet article (fig. 3).

Fig. 1. Localisation du site au sein de la boucle du Vaudreuil et de son contexte géomorphologique et archéologique (DAO : C. Moreau, d’après Bostyn 2003 et SRA Haute-Normandie).

Fig. 1. Localisation du site au sein de la boucle du Vaudreuil et de son contexte géomorphologique et archéologique (DAO : C. Moreau, d’après Bostyn 2003 et SRA Haute-Normandie).

Fig. 2. Plan de la fouille (DAO : C. Moreau).

Fig. 2. Plan de la fouille (DAO : C. Moreau).

5Il s’agit d’un secteur qui est structuré par deux ensembles importants. Le premier, artificiel, correspond aux limites d’emprise qui ne nous permettent d’avoir qu’une vision partielle du site, la plupart des vestiges semblant se prolonger plus à l’ouest. Le deuxième ensemble structurant correspond à une zone de paléochenaux, d’orientation globalement sud-nord, qui a été repérée au nord-ouest de la zone. Il s’agit de paléochenaux, probablement de l’Eure, qui se succèdent du Tardiglaciaire à l’époque antique.

6La fouille de cette zone a permis la mise au jour d’un enclos fossoyé quadrangulaire au sud, de 2 silos, 11 sablières basses, 91 fosses et environ 500 trous de poteaux (fig. 3). Après une étude des caractéristiques de ces derniers et de leur agencement, on peut avancer que ces structures ponctuelles forment 13 alignements et 60 plans de bâtiments. Ces derniers se retrouvent à l’intérieur de l’enclos, mais aussi et surtout en bordure de berge du paléochenal, au nord-ouest.

7Grâce à la fouille exhaustive de ces structures, les vestiges de plusieurs périodes chronologiques ont été mis au jour. Les ensembles attribuables à la période antique ne sont qu’anecdotiques et c’est surtout la Protohistoire qui est ici représentée. Au sein de cette dernière, les périodes antérieures à l’âge du fer sont assez rares ; les structures se rattachent plutôt au premier et surtout au second âge du fer.

Des témoins d’occupations antérieures à l’âge du fer

Une fréquentation du site durant le Néolithique

8Les plus anciennes occupations repérées concernent le Néolithique au sens large. Les structures attribuées à cette période ne sont que très rares. Il s’agit seulement de quelques trous de poteau et sans doute d’une fosse qui ont pu être rattachés à cette phase chronologique par la présence de matériel céramique (étude C. Moreau) et par une date radiocarbone de la fin du Néolithique ancien. Cette faible représentativité ne permet pas de caractériser un établissement pérenne, mais seulement la présence sporadique de l’homme à divers moments du Néolithique. Cette constatation n’a rien de surprenant lorsqu’on la met en regard de la richesse du contexte archéologique de la boucle du Vaudreuil.

Fig. 3. Plan de la zone B1 et localisations des occupations du premier et second âge du fer (DAO : C. Moreau).

Fig. 3. Plan de la zone B1 et localisations des occupations du premier et second âge du fer (DAO : C. Moreau).

9Certains indices lithiques et céramiques attestent une fréquentation de la fin du VSG, aux alentours du premier quart du Ve millénaire avant notre ère. Deux mamelons perforés, dont un décoré (fig. 4, 1-2), une armature de flèche et un tranchet sont caractéristiques de cette période de la fin du Néolithique ancien (fig. 4, 3-4). Une attribution au début du Cerny, du Néolithique moyen I, n’est pas forcément à exclure pour certaines pièces. Elles sont à mettre en rapport avec les autres sites de cette période aux alentours de Val-de-Reuil et surtout avec le village tout proche de Poses, « Sur la Mare » (Bostyn, 2003).

10Le Néolithique moyen est aussi représenté par quelques vestiges céramiques et lithiques. Un vase trouvé lors du diagnostic, certains tessons dotés de décors plastiques et une lame d’herminette peuvent être attribués à une phase récente du Néolithique moyen II (fig. 4, 5-7). Ils sont sans doute à rattacher au Chasséen septentrional. Là encore, un site d’importance se trouve dans les environs de Val-de-Reuil ; des comparaisons peuvent être faites avec le gisement de Louviers « La Villette » (Giligny, 2005).

Fig. 4 : Matériel céramique et lithique antérieur à l’âge du fer. DAO : F. Granier (9-12), J. Linton (3-4,8) et C. Moreau (1-2,5-7).

Fig. 4 : Matériel céramique et lithique antérieur à l’âge du fer. DAO : F. Granier (9-12), J. Linton (3-4,8) et C. Moreau (1-2,5-7).

11Enfin, certaines pièces du Néolithique final ont été retrouvées au « Chemin aux Errants ». Trois lames de haches, découvertes lors du diagnostic, correspondent à cette période et elles laissaient entendre une occupation plus importante sur le site (Beurion, 2009). Celle-ci n’a malheureusement pas été mise en évidence lors de la fouille et seule une armature de flèche à pédoncule et ailerons, retrouvée en position secondaire, peut rejoindre les indices de cette période (fig. 4, 8). Même si une installation durable du Néolithique final est apparemment absente sur le site, d’autres gisements funéraires ou domestiques de cette période sont attestés dans l’environnement proche.

Une fosse de la transition Bronze final - premier âge du fer

12Comme sur l’ensemble de la boucle du Vaudreuil, la fouille des zones B1 et B2 n’a pratiquement pas révélé de traces de l’âge du bronze. Seule une fosse a livré du matériel céramique attribué à la phase de transition entre le Bronze final et le premier âge du fer (fig. 4, 9-12). Elle atteste de la présence de l’homme à cette période, mais aucun autre aménagement ou mobilier n’a pu lui être rattaché.

Les vestiges d’une occupation du premier âge du fer

13Si nous avons vu que certaines phases chronologiques sont assez mal représentées à Val-de-Reuil, l’âge du fer est par contre bien attesté et ce dès le début de cette période. Les indices assurés de cette phase ont été principalement mis en évidence au centre de la zone de fouille. Il s’agit en l’occurrence d’un bâtiment, probablement à vocation domestique, de deux silos et de quelques fosses (fig. 3).

14Les attributions chronologiques reposent sur deux dates radiocarbones et surtout sur le matériel céramique (étude F. Granier). Avec 1 024 fragments, soit 46 individus, les structures ponctuelles ont livré une collection relativement abondante en comparaison des corpus autrement disponibles en Haute-Normandie (fig. 5). Elle indique un ancrage au sein d’une phase finale du premier âge du fer. Ainsi, la forte représentation de formes carénées, telles que les jattes, la prédominance des décors imprimés et incisés et l’emploi de peinture polychrome, peuvent être considérés comme des marqueurs de cet horizon chronologique, compris entre le milieu du VIe siècle et le milieu du Ve siècle avant notre ère.

15Pour cette période, le matériel lithique nous donne également des informations importantes quant à la fonction même de l’occupation (fig. 6). En effet, les structures concernées ont livré une collection conséquente de bouchardes (fig. 6, 6-11), qui sont sans doute à mettre en relation avec certaines meules dormantes (fig. 6, 1-2). Ce matériel atteste du travail des céréales dès le premier âge du fer au « Chemin aux Errants ».

16Ce constat est confirmé par la présence des deux silos. L’un d’entre eux possède une superstructure sur quatre poteaux et a donné environ deux mille restes de céréales (fig. 13). Il s’agit presque exclusivement de grains d’orges, qui tendraient à témoigner d’une certaine spécificité pour la culture de cette céréale. Ces résultats n’étant vérifiés que sur un des deux silos, il est difficile d’argumenter pour une monoculture. Par ailleurs, cela discorderait par rapport aux observations générales connues pour cette phase chronologique. En effet, au Hallstatt final et à La Tène ancienne, c’est la pratique de la méture qui semble plutôt dominer (Zech-Matterne et al., 2009, p. 403). Malgré tout, si de rares cas de spécialisation ont été observés pour cette période, ils concernent surtout l’orge vêtue (Marinval, 1988), comme à Val-de-Reuil. Cela s’expliquerait par le fait qu’il s’agit d’une « espèce dont la plasticité écologique facilite l’adaptation à un grand nombre de conditions climatiques et édaphiques locales » (ibid., p. 397). L’orge peut servir dans l’alimentation, comme pour la préparation de bouillies, de galettes ou encore de bière, mais elle peut également être employée comme complément alimentaire pour les animaux d’élevage lors de la période hivernale.

17Ainsi, l’occupation du premier âge du fer de Val-de-Reuil ne concerne qu’assez peu de structures. Elle révèle pourtant une certaine importance par son corpus céramique et par la fonction même du gisement. Celle-ci montrerait déjà une vocation agricole, vocation qui se confirme nettement pour l’occupation laténienne.

Fig. 5. Échantillon du mobilier céramique attribué au premier âge du fer (DAO : F. Granier).

Fig. 5. Échantillon du mobilier céramique attribué au premier âge du fer (DAO : F. Granier).

Fig. 6. Meules (1-2), molettes (3-5) et bouchardes (6-11) rattachées à l’occupation du premier âge du fer (DAO : C. Moreau).

Fig. 6. Meules (1-2), molettes (3-5) et bouchardes (6-11) rattachées à l’occupation du premier âge du fer (DAO : C. Moreau).

Un important établissement rural du second âge du fer, en amont de la confluence Eure-Seine

18La majorité des vestiges mis au jour au « Chemin aux Errants » à Val-de-Reuil concerne le deuxième âge du fer. Cette phase chronologique occupe une place prépondérante sur l’ensemble de la zone B1 et correspond à plusieurs types de structures archéologiques. Une portion d’enclos fossoyé quadrangulaire occupe la partie méridionale de cette zone ; certaines fosses dépotoirs ont été retrouvées ; mais l’essentiel des structures correspond à des trous de poteau (fig. 3). Ces derniers permettent de dessiner une soixantaine de bâtiments, complétés par une dizaine d’alignements de trous de poteau, qui peuvent être indépendants ou leur être associés.

19La plupart des structures sont datées par l’étude des restes céramiques avec 622 fragments, soit 81 individus qui se retrouvent surtout dans le comblement du fossé d’enclos. Ce travail, réalisé par F. Granier, tend à montrer un ensemble homogène de la transition entre La Tène moyenne et La Tène finale (fig. 7). Les datations relatives issues de l’étude du mobilier métallique abondent dans ce sens. Enfin, parmi les datations radiocarbones qui ont pu être réalisées, huit confirment cette attribution chronologique et se placent entre 400 et 180 avant notre ère. Ces dernières correspondent à une période longue qui couvre La Tène moyenne et le tout début de La Tène finale, mais elles traduisent également un palier dans la courbe de calibration des dates qui permet de relativiser leur valeur absolue.

20La majorité des restes archéologiques provient du fossé et de quelques fosses, les trous de poteau n’ayant donné que peu de matériel. Une certaine prudence doit donc être gardée quant à la contemporanéité stricte de certaines structures, édifices et/ou alignements. Néanmoins, à l’inverse, rien ne semble indiquer une occupation longue durant le deuxième âge du fer. Nous n’avons observé que très peu de recoupements entre structures ou aménagements, la typologie céramique est homogène et des recollages entre objets métalliques ont même pu être avérés. Ainsi, il semble que l’on puisse considérer que les vestiges laténiens appartiennent à un seul et même horizon chronologique. Le gisement semble donc cohérent et permet d’avancer de multiples hypothèses fonctionnelles. Les premières concernent l’espace inscrit au sein de l’enclos quadrangulaire, les secondes correspondent au secteur septentrional et surtout à la concentration de greniers en bordure de berge. Ces hypothèses autorisent alors une réflexion sur la place du site au sein de son contexte temporel et spatial.

Fig. 7. Échantillon du mobilier céramique attribué au deuxième âge du fer (DAO : F. Granier).

Fig. 7. Échantillon du mobilier céramique attribué au deuxième âge du fer (DAO : F. Granier).

Fig. 8. Plan de l’enclos laténien et présentation simplifiée des différentes phases de creusement/comblement du fossé (DAO : C. Moreau).

Fig. 8. Plan de l’enclos laténien et présentation simplifiée des différentes phases de creusement/comblement du fossé (DAO : C. Moreau).

Un enclos à vocation domestique

Un enclos particulier

21On peut considérer que le fossé d’enclos mis au jour à Val-de-Reuil est bien conservé. Même si sa partie occidentale se trouve en dehors de l’emprise de fouille, les portions de fossés observées permettent d’évaluer son plan général (fig. 8). De même, la profondeur conservée, qui avoisine le mètre par endroits, n’est pas négligeable. De fait les dynamiques de creusement/comblement ont pu être envisagées sur l’ensemble du tracé reconnu. Même si sa largeur d’environ 1,5 m n’est pas très imposante, ce fossé d’enclos est relativement important par les traces d’aménagements que sa fouille a révélé. En premier lieu, on peut envisager l’existence d’un talus interne, qui expliquerait la distance observée entre les bâtiments et le fossé, ainsi que certaines différences de remplissages observées au sein de ce dernier. En second lieu, quatre phases de creusement/comblement ont pu été mises en évidence (fig. 8). Elles montrent notamment l’implantation d’une palissade à poteaux jointifs a priori sur la très grande majorité de l’enclos. Parmi l’ensemble des enclos laténiens de Val-de-Reuil, ce phénomène peut trouver des parallèles sur trois gisements, en l’état actuel des informations disponibles (la zone A, plus au sud ; « Le Clos-Saint-Cyr » et « Beausoleil 4 »). Plus généralement, ce type d’aménagement se retrouve pour les sites de la fin de La Tène moyenne au début de La Tène finale, mais il n’est pas la règle. La synthèse menée sur les sites laténiens de la moyenne vallée de l’Oise évoque ce type d’enclos comme critère principal pour définir un site de rang élevé (Malrain et Pinard, 2006, p. 246). Avec un fossé de plus d’un mètre de large et de profondeur et l’implantation d’une palissade, l’enclos de Val-de-Reuil pourrait être assimilé à un site de rang 2. Ce deuxième rang dans la hiérarchie des fermes correspond à une installation domestique inscrite dans un fossé imposant. Il se distingue du premier rang notamment par l’absence d’un bâtiment interne accompagné d’aménagements particuliers (ibid.). De tels éléments fossoyés peuvent avoir des qualités drainantes ou défensives, cependant ils semblent plutôt servir pour la délimitation de la propriété, avec plus ou moins d’ostentation (ibid., p. 244).

22En outre, l’étude des restes fauniques issus du fossé, réalisée par T. Argant, permet d’émettre l’hypothèse d’une exposition de restes animaux sur cette palissade ; des dépouilles de bœuf auraient été tendues, notamment aux abords de l’interruption sud. Même si une certaine prudence doit être gardée par rapport à ce postulat et même si plusieurs fonctions peuvent être avancées pour cette exposition, un tel phénomène renforce la fonction ostentatoire du fossé. Deux restes humains proviennent également des abords de cette interruption sans que nous puissions en avancer une quelconque interprétation. Leur présence ne peut être qu’anecdotique, comme c’est le cas dans l’enclos 2 du « Raquet » à Val-de-Reuil, où un fémur humain avait également été découvert (Beurion, 2007, p. 12).

23Si plusieurs arguments traduisent une certaine importance pour le fossé d’enclos du « Chemin aux Errants », d’autres par contre permettent de relativiser ce constat, ou tout du moins de le préciser. Le premier correspond à la taille relativement réduite de l’espace circonscrit. Comme nous l’avons dit, nous ne possédons qu’un plan partiel du site, toutefois, avec les mesures observées, nous sommes en mesure d’estimer la taille totale de l’enclos. En effet, en envisageant une place centrale pour l’interruption sud, l’ensemble couvrirait une superficie de 3 000 m². En comparaison avec les types d’enclos de la période, cette taille serait donc relativement réduite (Malrain, Pinard, p. 57).

24Le second point à prendre en compte correspond aux interruptions observées (fig. 8). L’interruption au sud, de 4 m de large, s’intègre pleinement dans la moyenne des ouvertures décrites pour les enclos de la transition La Tène moyenne – La Tène finale. L’interruption septentrionale, de 32 m de large, est, quant à elle, très importante. Peu de parallèles ont été trouvés dans le nord de la France ; un seul enclos avec une forme similaire peut être mentionné à Chessy, « Le Bois de Paris » (Seine-et-Marne) (Bonin et al., 1994, p. 83). Même si une fermeture palissadée plus légère peut être envisagée, comme c’est le cas à Courseulles-sur-Mer, « La Fosse Touzé » (Calvados) (Lepaumier et al., 2005, p. 255), cette ouverture sous-entend une relation particulière entre l’intérieur de l’enclos et l’espace occupé au nord de ce dernier.

25L’étude du fossé d’enclos de Val-de-Reuil permet d’évoquer une fonction de délimitation de l’espace assez nette. Plusieurs critères viennent renforcer cette vocation et indiquent une certaine ostentation. Néanmoins, la forme générale de l’enclos traduit une relation forte entre les activités domestiques et artisanales qui ont été trouvées en son sein et les greniers présents plus au nord, en bordure du paléochenal de l’Eure.

Un espace à vocation domestique

26Les traces d’occupation retrouvées au sein de l’enclos fossoyé évoquent principalement une vocation domestique pour cet espace. Ce constat repose tout d’abord sur les plans de bâtiments. Cinq unités ont été isolées et montrent deux types de plan (fig. 8). Le premier correspond à des constructions quadrangulaires plutôt allongées, à une nef que l’on retrouve couramment en Normandie (Dechezleprêtre et al., 2000, p. 329) ; il s’applique à trois édifices localisés à peu près au centre de l’enclos. Le second dessine des bâtiments sur cinq poteaux, dont un déporté ; il concerne deux constructions très similaires, qui possèdent des orientations perpendiculaires et qui se situent aux abords de la branche orientale du fossé. En considérant les surfaces de ces constructions, comprises entre 15 et 40 m ², ainsi que les comparaisons trouvées pour les plans (Malrain et al., 1996, p. 250), ces bâtiments peuvent être interprétés comme étant voués à l’habitat et/ou à l’artisanat. Le peu d’objets retrouvés dans les trous de poteau ne permet pas de préciser les fonctions exactes, hormis sans doute pour le bâtiment au sud-est dont nous reparlerons plus loin. Néanmoins, on peut exclure ici la vocation de stockage des céréales à l’intérieur de l’enclos. Ceci est prouvé par la différence avec les plans de greniers trouvés plus au nord et par l’absence de carporestes dans les prélèvements de ce secteur.

27Les études des différents mobiliers archéologiques, notamment présents dans le fossé, tendent à confirmer cette vocation domestique pour l’espace circonscrit par l’enclos. Pour le matériel métallique, notons la présence de parure exclusivement au sein de cet espace (fig. 9, 1-4). Pour la céramique, l’analyse de la typologie fonctionnelle montre une prépondérance des vases voués à la consommation et/ou à la présentation (fig. 7). Les céramiques dédiées au stockage ou à la cuisson sont présentes en moins grand nombre et on peut souligner l’absence de dolia. Cette dernière étude met aussi en évidence plusieurs concentrations particulières dans le fossé. Les principales se situent au niveau des interruptions nord et sud, une autre se situe aux abords du bâtiment à cinq poteaux au sud-est de l’enclos. Elles indiquent des points de rejets spécifiques qui rejoignent les dynamiques généralement observées pour les sites de cette période.

Des traces d’activités artisanales

28Les bâtiments qui s’inscrivent à l’intérieur de l’enclos ont des dimensions qui semblent prouver des fonctions plutôt domestiques. Ce phénomène, principalement déduit des plans de construction, s’accompagne des témoignages d’activités artisanales présentes principalement au sein de l’enclos. Certains artefacts attestent tout d’abord de la transformation de matières premières. Comme l’étude des objets métalliques, menée par É. Dubreucq, l’a montré, des vestiges témoignent d’activités métallurgiques, telles des scories de fer et un probable fragment de moule. Le travail du fer est également attesté par la présence de deux chutes de barres de fer issues du fossé. Enfin, le travail du bronze est représenté par un creuset, retrouvé dans le fossé d’enclos, une fibule en cours de fabrication (fig. 9, 15) et un ciselet destiné à la découpe de tôle fine (fig. 9, 14). Ces artefacts ne sont pas très nombreux ; ils attestent sans doute d’une activité dans le cadre domestique. Une bonne partie de ces trouvailles provient des abords du bâtiment à cinq poteaux au sud-est de l’enclos. Bien que les arguments soient trop faibles pour attribuer assurément une activité métallurgique à cet édifice, ce trait mérite d’être souligné.

29Parallèlement, d’autres artefacts correspondant au travail du tissu et du cuir ont été observés. La deuxième activité est seulement attestée par une alène trouvée dans une fosse au centre de la zone B1. La première, par contre, semble légèrement plus prégnante ; elle est représentée par un peson triangulaire provenant d’un bâtiment à cinq poteaux et par sept autres exemplaires découverts dans une fosse plus isolée (fig. 10, 6-9). Ces types de pesons, par leur répartition à une échelle supra-régionale, renvoient plutôt à la sphère septentrionale et notamment à la Gaule Belgique (Lepaumier et Marcigny, 2007 ; Ferdière, 1984 ; Blin et al., 2003 ; Wilhelmi, 1977). Ils attestent sur le site la présence d’au moins un métier à tisser, sans que la fosse de travail correspondante n’ait pu être retrouvée, comme cela a été le cas à Saint-Aubin-Routot (Seine-Maritime) (Blancquaert et Desfossés, 1994, p. 238-239). Notons également que cette activité de tissage ne semble pas corrélée avec du filage, aucune fusaïole n’ayant été mise au jour pour cette période.

Fig. 9. Échantillon du mobilier métallique attribué au deuxième âge du fer (DAO : É. Dubreucq).

Fig. 9. Échantillon du mobilier métallique attribué au deuxième âge du fer (DAO : É. Dubreucq).

30Au sein de la zone B1, on peut également repérer plusieurs indices d’activités de subsistance et/ou liées aux transformations alimentaires. L’élevage est représenté par un corpus faunique assez peu abondant, mais caractéristique. Son étude montre une prédominance du bœuf sur les Caprinés, le porc et les chevaux. Cette bonne proportion du bœuf rejoint les constatations faites pour les sites du nord-ouest de la France (Méniel et al., 2009, p. 426). De même, la part réduite du porc est plutôt attestée à l’ouest du Bassin parisien.

31L’étude de la faune semble également révéler, d’après l’allure de la courbe des âges d’abattage, un élevage caprin plutôt tourné vers une vocation laitière. Cette notion pourrait alors être rapprochée des quelques fragments de faisselles qui ont été retrouvés au sein de la zone B1 et qui sont généralement associés à l’occupation laténienne (fig. 10, 2-5).

32À côté de l’élevage domestique, la chasse n’est pas représentée dans l’assemblage faunique. Par contre quelques rares indices se rapportent à la pêche. On peut citer une mandibule de brochet et un hameçon en fer (fig. 9, 16), retrouvé dans la branche est du fossé d’enclos. Ces témoins révèlent une présence assez faible de cette activité halieutique, mais elle est néanmoins logique à proximité du réseau fluvial de l’Eure.

Fig. 10. Échantillon de mobiliers attestant diverses activités artisanales au deuxième âge du fer (DAO : C. Moreau).

Fig. 10. Échantillon de mobiliers attestant diverses activités artisanales au deuxième âge du fer (DAO : C. Moreau).

33Enfin, l’activité la plus prégnante attestée au « Chemin aux Errants » est liée à l’agriculture, comme l’atteste la mise au jour d’un soc d’araire (fig. 9, 17). La transformation sur place des céréales est par contre peu représentée. En effet, seul un catillus de meule rotative provenant d’un bâtiment à cinq poteaux représente l’activité de mouture (fig. 10, 1). Même si ces artefacts traduisent une certaine transformation des céréales au sein de l’enclos, ils sont relativement peu nombreux par rapport aux témoignages de stockages de graines que nous allons maintenant aborder.

Une installation vouée au stockage des céréales

34Des indices permettent d’envisager une certaine contemporanéité entre les structures inscrites dans l’enclos et celles au nord de ce dernier. Elle repose sur l’homogénéité du matériel céramique, des recollages métalliques, ainsi que des intervalles similaires au sein des résultats radiocarbones. Une partie des aménagements et bâtiments n’ont pas livré d’éléments de datations. Néanmoins, la faible proportion de recoupement entre structures ou bâtiments suggère une occupation relativement courte, de quelques générations tout au plus. Des analogies fortes dans les plans de constructions, les orientations et les alignements permettent d’envisager un ensemble homogène qui daterait également de la transition entre La Tène moyenne et La Tène finale.

Réflexion sur les plans, orientations et alignements des bâtiments

35L’étude des structures archéologiques mises au jour au nord de l’enclos met en évidence deux espaces très distincts (fig. 3). Le premier concerne une zone de vide au nord-est. Elle semble traduire la fin de l’extension de l’occupation laténienne, mais peut aussi être interprétée comme une cour, un lieu destiné à l’agriculture ou encore voué au pacage des animaux. Des alignements de structures repérés au nord de l’enclos pourraient être corrélés avec cette activité d’élevage. Nous pensons à ce titre à des alignements de trous de poteau, mais également aux alignements de sablières basses observés en limite est de la concentration de greniers. Malheureusement, aucun aménagement n’est assez continu pour prouver assurément le parcage des bêtes.

36À l’ouest de ces alignements de sablières, une zone de concentration de structures a été étudiée en bordure de la berge du paléochenal de l’Eure. Leur analyse, notamment grâce à l’établissement d’un S.I.G., a permis de proposer plus d’une quarantaine de plans de bâtiments (fig. 3). Quelques interprétations sont soumises à une certaine réserve ou induisent plusieurs possibilités de lecture, néanmoins la plupart des plans sont cohérents. Ils autorisent alors une réflexion sur une collection imposante de constructions. Ces dernières correspondent quasi-exclusivement à des plans de greniers. Cette interprétation fonctionnelle est déduite du faible écartement entre les poteaux porteurs et des surfaces au sol assez réduites, inférieures à 15 m². Elle s’appuie notamment sur des hypothèses interprétatives mises en place depuis plusieurs dizaines d’années lors de nombreuses études de sites protohistoriques ou de synthèses plus larges (Villes, 1985, etc.).

37Cette analyse des dimensions et de la typologie des bâtiments de Val-de-Reuil montre une très forte homogénéité, notamment pour tous les édifices interprétés comme des greniers (fig. 11). L’espacement entre les poteaux porteurs est comparable, donnant l’impression d’une répétition d’un « canevas » pré-défini. Certains greniers sur six poteaux équivalent à la juxtaposition de deux petits greniers sur quatre poteaux, il en est de même pour les exemplaires comprenant neuf structures. Cette constatation a déjà été faite pour d’autres sites protohistoriques, comme sur le gisement Bronze moyen de Tours, « Le Petit Beauséjour » (Indre-et-Loire), où une base de 2,5 m de côté avait été reconnue (Froquet-Uzel et Robert, 2011, p. 42). Dans notre cas, un module standard n’est pas observable dans l’absolu, mais l’homogénéité générale sous-entend des normes de construction, sans doute fondées sur la solidité requise pour l’implantation des greniers à plancher surélevé. Outre une nette homogénéité dans les plans de bâtiments, nous pouvons aussi constater que les constructions (greniers et « habitats ») suivent globalement des orientations similaires. Ces dernières dessinent des alignements parallèles à la berge du paléochenal (fig. 3).

38Pour ce type d’implantation, assez peu de comparaisons ont été trouvées sur des sites de la même période. Quelques gisements présentent des alignements ponctuels, qui s’expliquent sans doute par des reconstructions de bâtiments suivant la même orientation. On peut citer à ce titre l’occupation de « La Warde 1 » à Acy-Romance (Ardennes) (Lambot et Méniel, 1992, p. 105) ou celle de La Tène finale à Vignot, « Les Auges » (Meuse) (Veber, 2005, p. 172).

39De façon plus large pour l’âge du fer, certains sites présentent de nombreux greniers comme par exemple à Courseulles-sur-Mer, « La Fosse Touzé » (Calvados) pour La Tène ancienne (Lepaumier et al., 2005, p. 256), ou encore à Bucy-le-Long « Le Grand Marais » (Aisne) pour la fin du Hallstatt (Pion, 1996, p. 63). Une seule comparaison convaincante peut être faite avec l’occupation du premier âge du fer de la zone I de Hautot-le-Vatois, « La plaine du Bosc Renault » (Seine-Maritime) (Blancquaert et Desfossés, 1994, p. 233-235 ; Blancquaert et Adrian, 2006). Proche d’un fossé de 4 m de large et d’un enclos trapézoïdal, une zone de ce site a livré de nombreux plans de bâtiments dont une trentaine de greniers qui ont des surfaces le plus souvent comprises entre 5 et 7 m². Ceux-ci sont généralement à quatre ou six poteaux et ont des orientations similaires. Ils semblent s’organiser en plusieurs lignes parallèles au premier fossé (Blancquaert et Desfossés, 1994, fig. 5). Ce site a été interprété comme une aire de stockage d’une durée probablement courte.

Fig. 11. Inventaire typologique des plans de bâtiments laténiens retrouvés sur le site (DAO : C. Moreau).

Fig. 11. Inventaire typologique des plans de bâtiments laténiens retrouvés sur le site (DAO : C. Moreau).

40Dans notre cas, même si plusieurs alignements de greniers sont perceptibles, nous devons également tenir compte des quelques recoupements entre édifices et de la nécessité d’avoir des espaces de circulation entre les bâtiments. Du fait de ces contraintes, il est légitime de penser que tous ces alignements ne sont pas forcément strictement contemporains.

41Deux hypothèses interprétatives peuvent être avancées (fig. 12). La première propose d’établir un maximum de deux phases d’occupations. Deux phases d’alignements parallèles seraient en effet suffisantes pour expliquer les recoupements observés et pour ménager des espaces de 2 à 3 m entre chaque ligne de greniers. La seconde hypothèse est fondée sur un plus grand nombre de phases d’occupations. On peut envisager jusqu’à six étapes, chacune étant illustrée par l’établissement d’une ligne de greniers, parallèle au paléochenal. Ces phases traduiraient alors un ou plusieurs décalages vers l’est ou vers l’ouest, en fonction d’une évolution possible de la paléoberge.

42Avec les arguments chronologiques dont nous disposons (recoupements entre structures, typologie céramique, datations radiocarbones), il est difficile de trancher pour l’une ou l’autre de ces hypothèses. Plusieurs explications sont possibles, mais nous pouvons seulement évoquer le fait que si plusieurs phases ont eu lieu (entre 2 et 6), elles se sont succédées sur un laps de temps relativement court. Elles indiquent la présence, à la transition entre La Tène moyenne et La Tène finale, d’une à plusieurs batteries de greniers en bordure de l’Eure ou d’un chenal secondaire de cette rivière.

Fig. 12. Propositions d’interprétations des alignements de greniers. Un minimum de deux phases sur la gauche, un maximum de six phases sur la droite (DAO : C. Moreau).

Fig. 12. Propositions d’interprétations des alignements de greniers. Un minimum de deux phases sur la gauche, un maximum de six phases sur la droite (DAO : C. Moreau).

Réflexion sur les céréales stockées

43À l’instar du site de Jaux, « Le Camp du Roi » (Malrain et al., 1996), la vocation de stockage de céréales pour ces bâtiments s’appuie sur de nombreux prélèvements de carporestes dans les trous de poteau (fig. 13). Outre le fait qu’elle étaye les interprétations archéologiques, l’étude carpologique de Val-de-Reuil vient également combler un certain manque de données, aucune étude n’ayant été répertoriée en Haute-Normandie jusqu’en 2007 (Zech-Matterne et al., 2009, p. 385). Étant donné le nombre de restes identifiés par L. Herveux, le corpus du « Chemin aux Errants » s’inscrit parmi les sites les mieux documentés et peut être comparé à une cinquantaine de sites renseignés pour la période allant de La Tène C2 à La Tène D1 (ibid., p. 386). Sur notre site, la très grande majorité des restes identifiés correspond à des graines carbonisées issues de structures de stockage. Elles reflètent non pas des déchets accumulés sur le long terme, mais une vision instantanée des denrées agricoles récoltées, ou en tout cas stockées à un temps T. De plus, comme le dit V. Zech-Matterne : « Comme tout matériel archéologique, le matériel botanique est ainsi incomplet, biaisé, fragmenté, déplacé » (Matterne, 2000, p. 131). De fait, une certaine prudence doit être gardée face à des interprétations trop hâtives. Ceci est d’autant plus vrai à Val-de-Reuil, les sédiments étant de structure grossière, les éléments les plus fragiles ont pu disparaître par abrasion mécanique.

44L’étude de ces carporestes montre un mélange entre l’orge et le blé amidonnier, mais il ne semble pas s’agir ici de méture, la première céréale dominant souvent nettement la seconde dans les assemblages. Quelques rares restes de blés nus ont été observés et on note également la faible proportion des légumineuses dans le corpus général (2,6 %). Celle-ci s’éloigne alors de ce qui a pu être observé plus à l’ouest, dans le Calvados, où elles représentent 20 à 30 % du NTR en moyenne (Zech-Matterne et al., 2009, p. 398). Sur ces sites, il s’agit sans doute plus d’une spécialisation dans la culture des légumineuses (Van den Bosche, 2009, p. 76). Sa part minoritaire par rapport à l’orge et à l’amidonnier à Val-de-Reuil rejoint les observations faites dans le Bassin parisien et notamment sur les milieux géologiques tertiaires (Zech-Matterne et al., 2009, p. 398).

45Une spatialisation des grains stockés dans les différents greniers a été testée. Celle-ci semble notamment montrer une présence accrue des légumineuses au sud de la concentration de greniers. On peut remarquer que beaucoup de greniers montrent des grains nettoyés, ce qui semble se distinguer des observations les plus couramment effectuées dans le nord de la France (ibid., p. 402). Seuls les gisements du Calvados présentent un tel particularisme avec une majorité de grains propres. Le stockage des grains vêtus accroît leur protection contre l’humidité ambiante et garantit la propreté du grain pendant toute la durée du stockage (Matterne, 2000, p. 141-142). Il serait donc propice à un transport du grain, le décorticage se faisant sur les sites de consommation.

46La présence de grains majoritairement propres au « Chemin aux Errants » tendrait donc à montrer un stockage à court terme, pour une consommation sur place ou un transport à court terme lui aussi. Or le nombre conséquent de greniers en batteries semble sans doute trop important par rapport à la faible occupation enceinte dans l’enclos plus au sud. On peut donc considérer que le grain stocké ne sert pas qu’à la consommation locale.

47Dans le Calvados, sur le site de « La Fosse Touzé » à Courseulles-sur-Mer, un même constat avait été fait pour une occupation du Ve siècle avant notre ère. Un enclos quadrangulaire entourait un grand bâtiment circulaire et une quarantaine de greniers (Lepaumier et al., 2005, p. 256). L’idée d’une « place de collecte des ressources agricoles locales, gérée par un notable » avait alors été avancée (Jahier, Vauterin, 2010, p. 106).

48En ce qui concerne le site de Val-de-Reuil, rien ne laisse présager de la résidence d’un notable à proximité immédiate. Cependant, les modes de culture de La Tène finale permettent de dégager des surplus qui coïncident avec un accroissement démographique. Selon V. Matterne, cette époque montre aussi la spécialisation des artisanats et l’émergence d’une élite qui ne cultive plus elle-même (Matterne, 2000, p. 145). Ainsi, le site du « Chemin aux Errants », à la transition entre la Tène C1 et D2, traduirait cette spécialisation. Un tel stockage en bordure d’un paléochenal pourrait donc être voué au transport à proximité de l’Eure. Cet emplacement privilégié nous pousse à observer la situation du gisement dans son contexte chronologique et spatial.

Conclusion : la place de Val-de-Reuil « Le Chemin aux Errants » aux abords de la vallée de la Seine à La Tène C2/D1

49Val-de-Reuil occupe une place stratégique à proximité de l’Eure, mais aussi juste en amont de sa confluence avec la Seine. Pour le deuxième âge du fer, ce fleuve sert de « limite » entre le nord et le sud de la Gaule. En se référant aux occupations postérieures, la frontière entre la Gaule Belgique au nord et la Gaule Comata au sud se situe dans ces environs (Fichtl, 2004). De la même manière, pour des peuples cités pour la première fois seulement dans la Guerre des Gaules, la Seine semble marquer la limite entre les Véliocasses au nord et les Aulerques Eburovices au sud. Enfin, les abords de l’axe fluvial sont ponctués par des sites de hauteur qui semblent se mettre en place à partir de La Tène D1 et surtout de La Tène D2 (Beurion, Dechezleprêtre, 1996, p. 45 ; Dechezleprêtre, 2002, p. 251).

50Malgré tout, des indices semblent montrer que, plutôt qu’une frontière, les abords de la vallée de la Seine doivent être davantage considérés comme une zone tampon. Au sein de celle-ci, en effet, des modes funéraires identiques se retrouvent de part et d’autre du fleuve. On observe un développement des incinérations à La Tène moyenne et une concentration de tombes à armes, notamment aux abords de la boucle du Vaudreuil, à la transition La Tène C2/D1 (ibid., p. 245). De la même manière, des analyses monétaires semblent montrer des contacts des deux côtés de la Seine et notamment un contrôle des deux rives par les Véoliocasses (ibid., p. 250). De ce fait, selon T. Dechezleprêtre, la boucle du Vaudreuil paraît devoir participer à un ensemble à part entière, qui encadre l’ensemble de l’axe fluvial.

51Dans ce contexte géographique et spatial, on peut alors se demander qu’elle est la place et le rôle d’un site de stockage, tel celui du « Chemin aux Errants ». D’un côté, son implantation et son abandon semblent plus anciens que le développement des enceintes de hauteur, qui auraient pu correspondre à des sites hiérarchiquement valorisés. L’absence de tels gisements fortifiés n’exclut pas, dans les périodes antérieures, le statut particulier de certains sites qui pourraient participer au développement d’une hiérarchie supra-communautaire (ibid., p. 248). Ce rôle aurait pu être joué par exemple par le site de stockage de Hautot-le-Vatois en Seine-Maritime (Blancquaert et Adrian, 2006).

Fig. 13. Localisation des restes de céréales trouvées sur le site (DAO : C. Moreau, d’après données L. Herveux).

Fig. 13. Localisation des restes de céréales trouvées sur le site (DAO : C. Moreau, d’après données L. Herveux).

52D’un autre côté, une installation au cœur de la boucle du Vaudreuil n’est pas anodine. Cette zone est en effet très riche en sites d’habitat et en nécropoles de La Tène A ou B à La Tène D2, ce qui traduit une réelle concentration des activités (Beurion et Dechezleprêtre, 1996, p. 47). Le grand nombre de greniers à Val-de-Reuil pourrait donc être en lien avec ces multiples implantations. Les études en cours sur plusieurs enclos de la commune (fouilles C. Beurion et D. Lukas) permettront sans doute d’amener de plus amples arguments, notamment en ce qui concerne l’insertion chronologique des différents sites laténiens. Ce que nous pouvons actuellement avancer, c’est que ce site vient apparemment combler un certain manque dans le sud-est du département de l’Eure, aucune exploitation agricole d’envergure antérieure à La Tène D2 n’ayant été identifiée jusque-là (Fajon et Lepert, 2000, p. 438).

53Outre ce positionnement géographique local, Val-de-Reuil est un endroit stratégique pour le transport de denrées alimentaires. L’Eure, toute proche, est un bon relai pour ensuite atteindre la Seine et un grand territoire en aval. Un tel site spécialisé sous-entend une pratique d’échange de denrées et peut donc s’inscrire dans un réseau commercial plus large, sans que nous puissions en définir la nature exacte, comme cela a été avancé pour les périodes postérieures (ibid.).

54Enfin, si l’occupation observée semble s’être déroulée sur un temps court, certaines questions subsistent quant à l’abandon du site qui paraît assez brusque. À ce titre, il est intéressant de remarquer que la plupart des graines conservées l’ont été car elles ont subi un incendie.

55L’implantation d’un tel site au cours de La Tène C2/D1 s’insère dans un phénomène de multiplication des établissements enclos en Basse-Normandie au iiie avant J.-C. (Jahier et Vauterin, 2010, p. 131-132). Malgré tout, dans cette étude synthétique sur la région voisine, les auteurs observent généralement une perduration, voire une consolidation des sites et ce jusqu’à la période augustéenne. À partir du IIe siècle avant J.-C., ils observent même l’implantation de nouvelles unités qui viennent compléter le réseau de sites laténiens.

56Dans notre cas, l’abandon de « Val-de-Reuil » semble se situer à cette période, ce qui peut sous-entendre de multiples hypothèses interprétatives : un changement dans les circuits d’échange des céréales ? Une mutation des fonctions des sites au début de l’essor des sites fortifiés ? Une transformation dans les fonctions des divers enclos de la boucle du Vaudreuil ? Un évènement climatique ou anthropique exceptionnel ?

Bibliographie

Bibliographie

Beurion C. (2007) – Val-de-Reuil « Le Raquet » (Eure, Haute-Normandie). Rapport de diagnostic. Rouen, Service régional de l’archéologie de Haute-Normandie.

Beurion C. (2009) – Val-de-Reuil « Le Chemin aux Errants » (Eure, Haute-Normandie). Rapport de diagnostic. Rouen, Service régional de l’archéologie de Haute-Normandie, 49 p., 51 fig.

Beurion C. et Dechezleprêtre T. (1996) – Les sites fortifiés de hauteur de l’âge du Fer en Haute-Normandie. Actes de la table-ronde archéologique, Dieppe, 17 et 18 septembre 1996, Proximus, no 2, p. 37-56.

Billard C. (1991) – L’habitat des Florentins à Val-de-Reuil (Eure). Gallia Préhistoire, t. 33, p. 140-171.

Billard C. et Penna B. (1995) – Les sites de Poses « Les Quatre chemins » et « La Plaine de Poses » (Eure) : transition Néolithique moyen/récent et Campaniforme. Actes du 20e colloque interrégional sur le Néolithique, Évreux, 1993, Revue archéologique de l’ouest, Suppl. no 7, p. 273-291.

Billard C., Guillon M. et Sunder F. (1995) – La sépulture collective néolithique des Varennes à Val-de-Reuil (Eure) et ses structures funéraires associées de l’âge du Bronze : Archéologie funéraire. Actes du 20e colloque interrégional sur le Néolithique, Évreux, 1993, Revue archéologique de l’ouest, Suppl. no 7, p. 155-183.

Billard C., Le Goff I., Evin J., Lanting J., Reckinger F. et Munaut A.-V. (2006) – Le monument funéraire néolithique de Poses « Sur la Mare’ (Eure), Revue archéologique de l’ouest, t. 23, p. 87-115.

Blancquaert G. et Adrian Y.-M. (2006) – Les occupations multiples de la Plaine du Bosc Renault à Hautot-le-Vatois (Seine-Maritime) : la zone de stockage du premier âge du Fer et les vestiges antiques funéraires et domestiques. Revue archéologique de l’ouest, t. 23, p. 9-44.

Blancquaert G. et Desfosses Y. (1994) – Les établissements ruraux de l’âge du Fer sur le tracé de l’autoroute A 29 (Le Havre-Yvetot). Les installations agricoles de l’âge du fer en Île-de-France (O. Buchsenschutz et P. Meniel dir.), Paris, Presses de l’ENS (Études d’histoire et d’archéologie, 4), p. 227-254.

Blin O., Medard F. et Puybaret M.-P. (2003) – Fils et pesons : éléments pour une approche des techniques de tissage en Gaule romaine du Nord. Revue archéologique de Picardie, no 1-2, p. 157-176.

Bonin T., Buchez N. et Marion C. (1994) – Les installations agricoles aux âges des métaux sur le plateau de la Brie : l’exemple de Marne-la-Vallée. Les installations agricoles de l’âge du fer en Île-de-France (O. Buchsenschutz et P. Meniel dir.), Paris, Presses de l’ENS (Études d’histoire et d’archéologie, 4), p. 71-96.

Bostyn F. dir. (2003) – Néolithique ancien en Haute-Normandie : le village Villeneuve-Saint-Germain de Poses « Sur la Mare » et les sites de la boucle du Vaudreuil. Paris, Société préhistorique française (Travaux, 4), 334 p.

Carré F. (1993) – Deux habitats et une nécropole à Tournedos-sur-Seine : premiers résultats. Les Celtes en Normandie, Actes du 14e colloque de l’AFEAF, Évreux 1990, Revue archéologique de l’Ouest, suppl. no 6, p. 55-76.

Dechezleprêtre T. (2002) – L’organisation du territoire autour de la basse vallée de la Seine au second âge du Fer : première esquisse. – Territoires celtiques. Espaces ethniques et territoires des agglomérations protohistoriques d’Europe occidentale, Actes du 24e colloque de l’Association française pour l’étude de l’âge du fer, Martigues, 2000 (D. Garcia et F. Verdin dir.), Paris, Éd. Errance, p. 244-255.

Dechezleprêtre T., Cousyn P., Léon G., Paez-Rezende L. et Rougier R. (2000) – Architecture des bâtiments de l’âge du Fer en Haute-Normandie. Les installations agricoles de l’âge du Fer en France septentrionale (S. Marion et G. Blancquaert dir.), Paris, Éd. de l’ENS (Études d’histoire et d’archéologie, 6), p. 321-338.

Fajon P. et Lepert T. (2000) – Mutation agricole à la fin de l’âge du Fer. Les installations agricoles de l’âge du Fer en France septentrionale (S. Marion et G. Blancquaert dir.), Paris, Éd. de l’ENS (Études d’histoire et d’archéologie, 6), p. 427-443.

Ferdiere A. (1984) – Le travail du textile en Région Centre de l’âge du Fer au Haut Moyen Âge. Revue archéologique du Centre de la France, t. 23, vol. 2, p. 209-275.

Fichtl S. (2004) – Les peuples gaulois. IIIe-Ier siècle av. J.-C., Paris, Errance, 178 p.

Froquet-Uzel H. et Robert G. (2011) – Tours « Le Petit Beauséjour » : vestiges fugaces d’un habitat attribuable à la fin du Bronze moyen. Bulletin de l’Association pour la promotion des recherches sur l’âge du bronze, no 8, p. 41-43.

Giligny F. dir. (2005) – Louviers « La Villette » (Eure) : un site néolithique moyen en zone humide. Rennes, Presses universitaires de Rennes (Documents archéologiques de l’Ouest), 343 p.

Jahier I. et Vauterin C.-C. (2010) – Formes et composantes de l’habitat à l’âge du Fer en Basse-Normandie : architecture, chronologie, organisation, statut – un premier bilan. L’âge du Fer en Basse-Normandie, Actes du 33e colloque international de l’AFEAF, Caen, 20-24 mai 2009 (P. Barral et al. dir.), Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, p. 95-137.

Lambot B. et Meniel P. (1992) – Le site protohistorique d’Acy-Romance (Ardennes) I. L’habitat gaulois (1988-1990), Reims, Société archéologique champenoise (Mémoire, no 7, Suppl. no 2), 181 p.

Lepaumier H. et Marcigny C. dir. (2007) – Guichainville et Le Vieil Évreux (27) « Le Long Buisson ». Première mise en valeur extensive du territoire de La Tène moyenne à la période augustéenne. Rapport final d’opération, Section 2, INRAP. Rouen, SRA Haute-Normandie, 341 p.

Lepaumier H., Marcigny C. et Ghesquière E. (2005) – L’architecture des habitats protohistoriques de Normandie : quelques exemples de la fin du IIIe millénaire au début du second âge du Fer. Architectures protohistoriques en Europe occidentale du Néolithique final à l’âge du Fer, Actes du 127e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Nancy, avril 2002 (O. Buchsenschutz, C. Mordant dir.). Paris, CTHS, p. 231-264.

Malrain F. et Pinard E. (2006) – Les sites laténiens de la moyenne vallée de l’Oise du Ve au Ier siècle avant notre ère. Contribution à l’histoire de la société gauloise, Revue archéologique de Picardie, no spécial 23, 268 p.

Malrain F., Gransar F., Matterne V. et Le Goff I. (1996) – Une ferme gauloise de La Tène D1 et sa nécropole : Jaux « Le Camp du Roi » (Oise). Revue archéologique de Picardie, no 3-4, p. 245-306.

Mantel E. (1991) – Les sépultures des Petits Prés et du Chemin des Vignes à Léry (Eure). Étude archéologique. Gallia Préhistoire, t. 33, p. 185-192.

Marinval P. (1988) – Cueillette, agriculture et alimentation végétale de l’épipaléolithique jusqu’au IIe âge du Fer en France méridionale : apports paléthnographiques de la carpologie. Thèse de doctorat, Paris, 2 vol.

Matterne V. (2000) – Évolution des productions agricoles durant l’âge du Fer. Les installations agricoles de l’âge du Fer en France septentrionale (S. Marion et G. Blancquaert dir.), Paris, Éd. de l’ENS (Études d’histoire et d’archéologie, 6), p. 129-146.

Meniel P., Auxiette G., Germinet D., Baudry A. et Horard-Herbin M.-P. (2009) – Une base de données sur les études de faunes des établissements ruraux en Gaule. Habitats et paysages ruraux en Gaule et regards sur d’autres régions du monde celtique. Actes du 31e colloque international de l’Association française pour l’étude de l’âge du fer, 17-20 mai 2007, Chauvigny, Vienne (I. Bertrand, A. Duval, J. Gomez De Soto et P. Maguer dir.). Chavigny, Association des publications chavinoises (Mémoire 35), p. 417-446.

Merleau M.-L. (2000) – Val de Reuil (Eure). Pharma-Parc. Un ensemble funéraire du second âge du Fer, DFS d’opération de fouille préventive. Rouen, SRA de Haute-Normandie, 2 vol. 

Pion P., Gransar F. et Auxiette G. (1996) – Les établissements ruraux dans la vallée de l’Aisne, de la fin du second âge du Fer au début du Haut-Empire romain (IIe siècle av. J.-C. – Ier siècle ap. J.-C.) : bilan provisoire des données et esquisse de synthèse. Revue archéologique de Picardie, no spécial 11, p. 55-107.

Van Den Bosche B., Carpentier V. et Marcigny C. (2009) – Évolution des formes de l’exploitation agricole dans la campagne normande (2500-30 av. J.-C.). L’exemple des fouilles préventives de la périphérie sud de Caen. Revue archéologique de l’Ouest, t. 26, p. 57-83.

Veber C. (2005) – Une maison du Bronze moyen et une occupation de La Tène finale à Vignot « Les Auges » en Meuse (55). Architectures protohistoriques en Europe occidentale du Néolithique final à l’âge du Fer, Actes du 127e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Nancy, avril 2002 (O. Buchsenschutz, C. Mordant dir.). Paris, CTHS, p. 161-179.

Villes A. (1985) – Les greniers de l’habitat protohistorique en France septentrionale. Les techniques de conservation des grains à long terme, leur rôle dans la dynamique des systèmes de cultures et des sociétés, 3.2 (M. Gast, F. Sigaut et C. Beutler dir.). Paris, Éd. du CNRS, p. 409-436.

Wilhelmi K. (1977) – Zur Fonktion und Verbreitung dreieckiger Tongewichte der Eisenzeit. Germania, t. 55, no 1-2, p. 180-185.

Zech-matterne V., Bouby L., Bouchette A., Cabanis M., Derreumaux M., Durand F., Marinval P., Pradat B., Dietsch-Sellami M.-F. et Wiethold J. (2009) – L’agriculture du VIe au Ier siècle av. J.-C. en France. État des recherches carpologiques sur les établissements ruraux. Habitats et paysages ruraux en Gaule et regards sur d’autres régions du monde celtique. Actes du 31e colloque international de l’Association française pour l’étude de l’âge du fer, 17-20 mai 2007, Chauvigny, Vienne (I. Bertrand, A. Duval, J. Gomez De Soto et P. Maguer dir.). Chavigny, Association des publications chavinoises (Mémoire 35), p. 383-416.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Localisation du site au sein de la boucle du Vaudreuil et de son contexte géomorphologique et archéologique (DAO : C. Moreau, d’après Bostyn 2003 et SRA Haute-Normandie).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4515/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 856k
Titre Fig. 2. Plan de la fouille (DAO : C. Moreau).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4515/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Fig. 3. Plan de la zone B1 et localisations des occupations du premier et second âge du fer (DAO : C. Moreau).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4515/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Fig. 4 : Matériel céramique et lithique antérieur à l’âge du fer. DAO : F. Granier (9-12), J. Linton (3-4,8) et C. Moreau (1-2,5-7).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4515/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Fig. 5. Échantillon du mobilier céramique attribué au premier âge du fer (DAO : F. Granier).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4515/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Fig. 6. Meules (1-2), molettes (3-5) et bouchardes (6-11) rattachées à l’occupation du premier âge du fer (DAO : C. Moreau).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4515/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 7. Échantillon du mobilier céramique attribué au deuxième âge du fer (DAO : F. Granier).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4515/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Fig. 8. Plan de l’enclos laténien et présentation simplifiée des différentes phases de creusement/comblement du fossé (DAO : C. Moreau).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4515/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Titre Fig. 9. Échantillon du mobilier métallique attribué au deuxième âge du fer (DAO : É. Dubreucq).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4515/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Fig. 10. Échantillon de mobiliers attestant diverses activités artisanales au deuxième âge du fer (DAO : C. Moreau).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4515/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Fig. 11. Inventaire typologique des plans de bâtiments laténiens retrouvés sur le site (DAO : C. Moreau).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4515/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Fig. 12. Propositions d’interprétations des alignements de greniers. Un minimum de deux phases sur la gauche, un maximum de six phases sur la droite (DAO : C. Moreau).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4515/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Titre Fig. 13. Localisation des restes de céréales trouvées sur le site (DAO : C. Moreau, d’après données L. Herveux).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4515/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 255k

Auteurs

Archeodunum

Archeodunum

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540