Version classiqueVersion mobile

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Évreux, 6-8 mai 2011

 | 
Luc Liogier

Nonancourt « La Potinière » (Eure). Une partie de la nécropole à enclos circulaires de la fin de l’âge du bronze ancien au début de l’âge du bronze moyen

Nonancourt, La Potinière. A part of the burial ground containing circular enclosures from the end of the Early Bronze Age to the beginning of the Middle Bronze Age

Frédéric Kliesch

Résumé

La fouille de Nonancourt (La Potinière) a livré une partie des enclos circulaires de l’âge du bronze. L’opération a permis d’observer les enclos d’un point de vue architectural et spatial. En outre des datations14 C ont révélé qu’au moins un enclos et sa sépulture secondaire à crémation datent de la fin du Bronze ancien ou du début du Bronze moyen. Les sites de cette période sont peu connus et rarement fouillés en Haute-Normandie où leur étude n’en n’est qu’à ses prémices.

Texte intégral

Introduction

1La fouille de 2 850 m² se situe sur le lieu d’implantation de la future station d’épuration de Nonancourt (Eure), lieu-dit « La Potinière ». Situé en fond de vallée, dans une courbe de la rivière Avre, à environ 120 m du cours d’eau actuel, le terrain est constitué d’une grave irrégulière chargée en limon.

2L’altitude actuelle de l’Avre et l’emplacement de son lit (fig. 1) ne correspondent pas au facies de la rivière à l’âge du bronze. Le lit actuel est bordé par des canaux dérivés, il est artificiellement bas après les portes à martelières qui existent en amont du site, à l’ouest, sous la rue de la Paquetterie. On peut encore deviner dans le paysage, une déclivité du terrain qui s’accompagne d’une végétation de marais. L’ancien lit de la rivière est à environ 600 m au sud du site.

Fig. 1. Le lit de l’Avre et l’emplacement du lit ancien (photographie : J. Refuveille).

Fig. 1. Le lit de l’Avre et l’emplacement du lit ancien (photographie : J. Refuveille).

3L’occupation protohistorique (fig. 2) est limitée à la présence de petites fosses (sépulcrales ?), de trous de poteaux, d’une sépulture secondaire à crémation très arasée et de 7 enclos circulaires. Certains sont de grande taille, jusqu’à 12 m de diamètre extérieur pour le plus grand, associés à des monuments de taille beaucoup plus restreinte. Le plus petit offre un diamètre extérieur de 5,50 m.

L’architecture des enclos

  • 1 Ferrières-Haut-Clocher « le Gériot » (Berranger, 2010), Acquigny « les Diguets » (Kliesch, 2011a), (...)
  • 2 Louviers « Rue des oiseaux » (Jégo, 2009).

4Les fossés circulaires, ou apparentés, qui ont été fouillés1 ou testés2 en Haute-Normandie sont souvent peu profonds et ne comportent, au plus, que deux remplissages qui correspondent au profil d’équilibre du fossé lors de son utilisation et à un second comblement lié à la vie de la parcelle après leur abandon (travaux agricoles ou de nivellement).

Fig. 2. Plan général du site de Nonancourt « La Potinière » (D.A.O. Denis Lépinay).

Fig. 2. Plan général du site de Nonancourt « La Potinière » (D.A.O. Denis Lépinay).

5Les fossés des enclos de Nonancourt sont conservés sur 30 à 70 cm de profondeur sous la semelle du labour contemporain, dans un secteur exempt d’érosion holocène. Au travers des différentes stratigraphies des remplissages, nous avons pu mettre en évidence deux types de fossés : les fossés curvilignes simples, les fossés aménagés.

  • 3 Les sites de la note 1 illustrent ce propos.

6La plupart des enclos (enclos 1, 3, 5, 7) offrent la lecture d’un creusement régulier et primaire dont nous connaissons beaucoup d’exemples3, notamment en Haute-Normandie. L’enclos 3 se différencie des autres par la présence de 21 trous de poteaux situés sur le pourtour extérieur du fossé. Cet entourage spécifique, couplé avec une interruption du creusement dans le fossé, font de cet enclos un monument particulier dans le groupe. Un monument apparenté, enclos avec couronne de poteaux périphérique, a été observé à Éterville (Calvados), il s’agit de l’enclos 7, daté du milieu du VIe siècle avant notre ère (Jahier 2005, p. 61-62).

7Deux enclos (enclos 2 et 9) témoignent également de la richesse architecturale ou conceptuelle du groupe de « La Potinière ». Constitués par un fossé curviligne, de profil ovoïde et interrompu au point cardinal est-est/sud, leurs remplissages permettent d’observer un entretien des fossés par un recreusement. Si ce fait a déjà été observé sur d’autres sites, il pose cependant la question de la « durée de vie » de ces monuments. Nous verrons ci-dessous qu’en effet les comblements ultimes des fossés tendent à établir un abandon à la fin de l’âge du bronze, alors que l’installation d’au moins une sépulture (st. 263) a lieu à la frontière du Bronze ancien et du Bronze moyen.

8Le type de fossé de l’enclos 4 est moins certain. Si sa partie supérieure présente de très nombreux silex, indice d’un éventuel effondrement de tertre ou talus bordier, aucun recreusement net ne se dessine. Rappelons ici que ces observations ne sont pas aisées puisque le matériau extrait lors du creusement ne permet pas toujours une approche stratigraphique fiable. La grave, surtout lorsqu’elle est chargée en limon, créée des dépôts et des pièges visuels pour l’archéologue.

9La plupart de ces enclos (fig. 3) présentent un système d’accès au monument. Il s’agit soit d’une interruption du fossé (enclos 2, 3, 5, 9), soit d’un empierrement (fossé 1). Cet aménagement n’a pas été mis en évidence sur la nécropole d’Acquigny (Eure), où les enclos plus tardifs de l’âge du bronze final II-III ne présentent aucun accès central (Kliesch, 2011a, p. 30).

10Le sédiment extrait des fossés a probablement été déposé sur l’aire centrale. Il génère soit un talus concentrique interne et/ou externe au creusement du fossé qui permet une occupation de l’espace central (à des fins cultuelles ? funéraires ?), soit un tumulus qui recouvre toute l’aire centrale.

Fig. 3. Vue aérienne du site en cours de fouille (photographie : J. Refuveille).

Fig. 3. Vue aérienne du site en cours de fouille (photographie : J. Refuveille).

Fig. 4. Vue aérienne de la fouille et du diagnostic de 2010 et localisation de la station d’épuration (photographie : J. Refuveille).

Fig. 4. Vue aérienne de la fouille et du diagnostic de 2010 et localisation de la station d’épuration (photographie : J. Refuveille).

11Avec des diamètres (jusqu’à 12 m) et une circonférence parfois importante, l’aménagement de ces enclos a nécessité un effort considérable pour creuser des fossés profonds souvent de plus de 60 cm (épaisseur conservée), creusés avec des outils qui devaient obligatoirement être bien adaptés au terrain naturel (grave).

12Les enclos de grand diamètre peuvent dénoter un caractère plus ostentatoire que ceux de plus petit diamètre, cependant ils s’insèrent dans des ensembles d’enclos fossoyés de toute taille. Le diamètre au sol de l’enclos n’est pas proportionnel à la hauteur du talus central. L’enclos 2 qui possède une circonférence presque deux fois moins importante que le plus grand enclos (enclos 1) produit par son diamètre restreint une levée de terre nettement supérieure qui lui confère un aspect, dans son environnement, plus majestueux et imposant.

13À notre avis, le caractère monumental de la composition n’est pas obtenu par la hauteur des tertres centraux, mais par un effet d’optique généré par le vaste espace investi.

Le mobilier

14Comme nous pouvons le constater pour la majeure partie des sites à enclos régionaux contemporains, le site de Nonancourt n’échappe pas à la règle de la faible quantité de matériel découvert.

  • 4 Étude réalisée par X. Hénaff, INRAP Grand Ouest, que nous remercions.

15Le mobilier céramique4 se compose de quelques tessons et fragments d’un peson. Un fragment de probable jatte portant un décor digité débordant sur l’intérieur de la lèvre a été découvert dans le fossé de l’enclos 1. Parmi les quelques sites contemporains qui ont fait l’objet de fouilles récentes, nous pouvons constater des similitudes avec l’individu issu d’une fosse au « Buisson-du-Roui » à Malleville-sur-le-Bec dans l’Eure (Mare, 2009). Plusieurs structures domestiques appartenant à la phase ancienne (Bronze final à premier âge du fer) de l’occupation de la ZAC « Object’Ifs Sud » à Ifs dans le Calvados ont également livré du mobilier similaire (Le Goff et al., 2002).

16Le fossé de l’enclos 9 a également livré un fragment de panse légèrement caréné et un fragment de vase à profil tronconique orné de décors de cordons digités. Cette seconde céramique est généralement datée du Bronze moyen au Bronze final.

17Le peson utilisé en tant que poids de métier à tisser ou de pêche (st. 209) est à rapprocher des exemplaires trouvés dans des contextes datés du Bronze moyen au Bronze final I dans l’ouest de la France, comme ceux de Malleville-sur-le-Bec dans l’Eure (Mare, 2009), de la plaine de Caen dans le Calvados (Le Goff et al., 2002 ; Chancerel et al., 2006) ou bien encore de Tatihou dans la Manche (Marcigny et Ghesquière, 2003).

18Ainsi, si l’on se fondait uniquement sur le mobilier recueilli, nous aurions tendance à considérer les monuments et fosses de l’âge du bronze moyen à l’âge du bronze final. Or, la répartition des tessons dans le comblement terminal de toutes les structures où ils ont été trouvés, indique simplement une occupation proche, alors que ces enclos étaient déjà abandonnés. Pour pondérer cet abandon nous pouvons au moins affirmer qu’ils n’étaient pas entretenus, les fossés étant déjà presque totalement comblés. L’occupation postérieure se manifeste d’ailleurs dans le diagnostic (fig. 4 et 5) réalisé dans la parcelle voisine. En effet, un diagnostic complémentaire réalisé pendant la fouille a révélé à moins de 100 m une occupation de l’âge du bronze moyen à final sous forme de petits enclos subrectangulaire et de bâtiments sur poteaux. (Kliesch, 2011b, p. 36). La datation radiocarbone vient ici éclairer la chronologie.

Tableau 1 : Résultats des datations radiocarbones par accélérateur de spectrométrie de masse (méthode AMS), où seulement quelques grammes de matière sont requis.

Tableau 1 : Résultats des datations radiocarbones par accélérateur de spectrométrie de masse (méthode AMS), où seulement quelques grammes de matière sont requis.

Datation 14C

  • 5 Laboratoire : Beta Analytic Radiocarbon dating Laboratory, Miami, Floride, USA.

19Les datations 14C5 réalisées (tableau 1) portent sur 3 gisements d’os brûlés. Tous sont liés à l’enclos 4 (st. 39). Nous avons obtenu deux datations qui situent cet enclos dans la période de la fin du Bronze ancien au début du Bronze moyen, entre 1740 et 1520 avant notre ère (ossements humains brûlés retrouvés dans le fond du fossé, sondage 8) et entre 1610 et 1860 avant notre ère (sépulture à crémation st. 263, creusée au centre de l’enclos). Une troisième datation est obtenue par des fragments d’un os de faune brûlés, presque affleurant lors du décapage. Cet os était dans les 3 premiers centimètres du comblement terminal du fossé de l’enclos. Sa datation, située entre 540 et 640 de notre ère, indique qu’il existait encore une légère dépression au sein du fossé au début de la période mérovingienne. À peine quelques 5 cm sous ce niveau, apparaissent les tessons résiduels de l’occupation mal définie, protohistorique au sens large, qui borde le site funéraire.

Discussion

20La présence d’esquilles osseuses humaines brûlées dans la fosse sépulcrale 263 et dans le sondage 8 du fossé de l’enclos 4 semble prouver le caractère funéraire de cet ensemble monumental. Cet enclos est le seul à livrer à la fois des restes humains (brûlés) et une datation comprise entre 1900-1800 et 1600 avant notre ère.

  • 6 Au moins 9 autres enclos circulaires sont repérés immédiatement à l’est de la fouille par photograp (...)

21L’ensemble du site, fouillé à hauteur d’environ 40 %6, est le site répertorié dont la fouille est la plus étendue pour cette période en Haute-Normandie. À Nonancourt un seul des 6 enclos fouillé est daté. Les enclos semblent être disposés par « paires » et leur architecture, l’entretien des fossés, les profondeurs conservées des creusements suggèrent que les enclos forment un groupe homogène et contemporain de l’enclos calé chronologiquement.

  • 7 Situé sur le flanc ouvert de la vallée de l’Eure, à quelques centaines de mètres du lit de la riviè (...)
  • 8 Prospection aérienne de 1980, par Ph. Béchelen, document archéo 27.

22Les sites de l’âge du bronze final sont, même si leur connaissance reste indigente, plus nombreux et mieux connus. Parmi les exemples régionaux qui contiennent plus de 5 enclos nous retiendrons : les ensembles de Ferrières-Haut-Clocher « Le Gériot » (Berranger, 2010), d’Acquigny « les Diguets » (Kliesch, 2011a), Malleville sur le bec (Mare, 2009), Marcilly sur Eure « Les pièces de Brazaise7 et la pièce de Givrée8 » (Cliquet, 1993).

23Même si nous n’avons qu’une perception limitée du territoire qu’occupe cet ensemble majeur, on peut dire qu’il intègre un schéma d’implantation de fond de vallée qui est essentiellement attesté dans notre région en vallée de l’Eure, de l’Iton, de l’Avre et de la Seine. Cette implantation récurrente dans les vallées fluviatiles obéit peut être à des impératifs cultuels ou religieux au sens premier. Ils sont souvent intégrés dans des sols peu fertiles qui offrent peut être une meilleure préservation due à la mise en pâture plutôt qu’à la culture.

24La multiplication des fouilles de sites d’enclos curviligne et leur étude plus globale, dans une problématique intégrant la confrontation des situations géographiques des habitats et des nécropoles est nécessaire. Percevoir les implantations, les développements et disparitions des sites à enclos curvilignes et leurs habitats doit s’envisager sur des surfaces extensives.

25Les sites funéraires de l’âge du bronze ancien et moyen sont souvent mal documentés dans la région Haute-Normandie. En effet, ces gisements ne livrent que très peu de mobilier archéologique. Paradoxalement, l’absence d’indice de datation chronologique ou un déficit de poterie permettent de caractériser les sites comme appartenant à ces périodes. Nous affirmons d’autant plus ce constat que des similitudes existent avec le site du « Gériot » à Ferrière-Haut-Clocher où Marion Berranger constate la présence « d’une armature perçante attribuée au néolithique final – chalcolithique – Bronze ancien » (Berranger, 2010, p. 51). Le site de Nonancourt est un site majeur pour plusieurs raisons : la qualité de conservation de ses monuments et les observations architecturales qui ont pu découler de cette dernière ; l’importance des différents modes d’élaboration et d’accès aux monuments ; le nombre d’enclos qui est particulièrement élevé pour notre région « administrative ». Il est également majeur puisque seule une partie du site a été étudiée et qu’au moins autant de monuments sont toujours enfouis sur la parcelle adjacente. Enfin, la maigre mais importante possibilité de datation des rares esquilles conservées a permis de poser un jalon chronologique.

Bibliographie

Bibliographie

Berranger M. (2010) – Rapport de fin d’opération de fouille archéologique NAP. 004, Ferrières-Haut-Clocher, rue Sainte Catherine – rue des Moutiers « Le Gériot ». Mission archéologique départementale de l’Eure, 3 vol. , 153, 364 et 305 p.

Chancerel A., Marcigny C. et Ghesquière E. dir. (2006) – Le plateau de Mondeville (Calvados) du Néolithique à l’âge du Bronze. Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme (Documents d’archéologie française, 99), 207 p.

Cliquet D. dir. (1993) – Carte Archéologique de la Gaule, L’Eure 27. Paris, Académie des inscriptions et belles-lettres, p. 240-241.

Jahier I. (2005) – La nécropole d’Éterville. Archéologie en Normandie, Carpentier V., Ghesquière E., Marcigny C. Rennes, Éditions Ouest-France, 127 p.

Jego L. (2009) – Louviers, rue des oiseaux. Rapport final d’opération de diagnostic, INRAP, p. 19-20 et fig. 11.

Kliesch F. (2011a) – La nécropole de l’âge du bronze final II-III d’Acquigny au lieu-dit Les Diguets (Eure). Journées archéologiques de Haute-Normandie, Harfleur, 23-25 avril 2010, Rouen, PURH, p. 25 à 44.

Kliesch F. (2011b) – Nonancourt, La Madeleine de Nonancourt, Eure, rue de la Paquetterie. Une occupation de l’âge du Bronze moyen à final au bord de l’Avre. Rapport final d’opération de diagnostic, INRAP, 42 p.

Le Goff E. dir. (2002) – Les occupations protohistoriques et antiques de la ZAC « Object’Ifs Sud » à Ifs (Calvados). Rapport final d’opération, INRAP – DRAC Basse-Normandie, vol. 1, 212 p.

Mare E. dir. (2009) – Le village de l’âge du Bronze final du Buisson-du-Roui à Malleville-sur-le-Bec dans l’Eure. Rapport final d’opération, INRAP – DRAC Haute-Normandie, 179 p. et annexes.

Marcigny C. dir. (2002a) – Saint Vigor-d’Ymonville (76) « Les Sapinettes » et « La Mare des mares », Carrière Lafarge, tranche 4. Document final de synthèse, 2 vol. 

Marcigny C. dir. (2002b) – Criquebeuf-Sur-Seine (27) « Les Brûlins », parcelles ONF 50 et C. 961). Rapport de diagnostic archéologique, INRAP, 10 p., 4 fig.

Marcigny C. dir. (2006) – Rapport final d’opération, Guichainville et le Vieil-Évreux (Eure) « Le long Buisson », section 2, vol. 3. INRAP, p. 201-210.

Marcigny C. et Ghesquière E. dir. (2003) – L’île de Tatihou (Manche) à l’âge du Bronze. Habitats et occupation du sol. Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme (Documents d’archéologie française, 96), 192 p.

Notes

1 Ferrières-Haut-Clocher « le Gériot » (Berranger, 2010), Acquigny « les Diguets » (Kliesch, 2011a), Guichainville – Le Long Buisson, (Marcigny, 2006), Saint Vigor-d’Ymonville « Les Sapinettes » et « La mare des mares » (Marcigny, 2002a), Criquebeuf-sur-Seine « Les Brûlins » (Marcigny, 2002b).

2 Louviers « Rue des oiseaux » (Jégo, 2009).

3 Les sites de la note 1 illustrent ce propos.

4 Étude réalisée par X. Hénaff, INRAP Grand Ouest, que nous remercions.

5 Laboratoire : Beta Analytic Radiocarbon dating Laboratory, Miami, Floride, USA.

6 Au moins 9 autres enclos circulaires sont repérés immédiatement à l’est de la fouille par photographie aérienne.

7 Situé sur le flanc ouvert de la vallée de l’Eure, à quelques centaines de mètres du lit de la rivière, cette nécropole importante montre au moins 6 enclos funéraires circulaires. La particularité de cet ensemble est d’être situé à flanc de coteau.

8 Prospection aérienne de 1980, par Ph. Béchelen, document archéo 27.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Le lit de l’Avre et l’emplacement du lit ancien (photographie : J. Refuveille).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4514/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Fig. 2. Plan général du site de Nonancourt « La Potinière » (D.A.O. Denis Lépinay).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4514/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Fig. 3. Vue aérienne du site en cours de fouille (photographie : J. Refuveille).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4514/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre Fig. 4. Vue aérienne de la fouille et du diagnostic de 2010 et localisation de la station d’épuration (photographie : J. Refuveille).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4514/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Tableau 1 : Résultats des datations radiocarbones par accélérateur de spectrométrie de masse (méthode AMS), où seulement quelques grammes de matière sont requis.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4514/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 201k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search