Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Évreux, 6-8 mai 2011

 | 
Luc Liogier

Les occupations Mésolithique et Cerny de type « Barbuise » du site de La Mare du Hom, à Quittebeuf (Eure)

Settlements from the Mesolithic and the Cerny-Barbuise phase at the site of the Mare du Hom in Quittebeuf

Jean-Pierre Watté

Résumé

La Mare du Hom, à Quittebeuf, au centre du plateau du Neubourg (Eure), a livré les vestiges de trois occupations : Moustérien laminaire à débitage Levallois, Mésolithique final et Cerny de type « Barbuise ». Le Mésolithique se caractérise par la présence de « flèches de Balloy » et de « flèches danubiennes », à côté d’armatures plus archaïques. Le Cerny a livré une cinquantaine de flèches tranchantes, dont la moitié à retouches bifaces rasantes, élément original pour la région ; la céramique recueillie, non décorée, évoque aussi bien le Cerny que le Chasséen. À titre d’hypothèse, on peut envisager là un contact entre un groupe de chasseurs (ou de guerriers) Cerny venu du sud-est du Bassin parisien et les habitants d’un village chasséen.

The Mare du Hom, located in Quittebeuf at the heart of the Neubourg Plateau revealed the remains of three settlements: Mousterian flint tools produced using Levallois reduction, Late Mesolithic and Cerny-Barbuise phase. The Mesolithic is characterized by the presence of Balloy-type and Danubian-type arrowheads, along with more archaic weapons. The Cerny settlement brought to light about fifty sharp arrowheads, half of which are bifacially flaked artifacts, quite unusual for this region; the undecorated ceramic shards recovered evoke both the Cerny and Chassean cultures. Hypothetically speaking, one can imagine that a group of Cerny hunters (or warriors) from the south-east of the Parisian Basin came into contact with the inhabitants of a Chassean village.

Texte intégral

Avant-propos

1Une prospection, sur une surface ne dépassant pas un hectare mais menée pendant plusieurs années, par Gilles Pillet à Quittebeuf (Eure) avait permis de mettre au jour une série de flèches tranchantes de type inhabituel dans la région. Suite à cette découverte, une fouille de 80 m² a été menée en 1978 sous la direction de Jean-Pierre Watté (Verron, 1979, p. 480).

Situation topographique

2Le gisement se trouve sur la commune de Quittebeuf, au lieu-dit La Mare du Hom, dans le canton d’Évreux nord, sur le plateau du Neubourg, à 10 km de cette dernière localité et à 14 km de la ville d’Évreux (fig. 1).

Fig. 1. Situation géographique de la commune de Quittebeuf (Eure) (carte : J.-P. Watté).

Fig. 1. Situation géographique de la commune de Quittebeuf (Eure) (carte : J.-P. Watté).

Éléments géomorphologiques

3Le plateau du Neubourg, dont l’altitude oscille entre 130 et 150 m, domine à l’ouest la vallée de la Risle, au sud et au sud-est celle de l’Iton, par une dénivellation d’une cinquantaine de mètres ; la vallée de l’Iton s’encaisse ensuite plus profondément à l’est puisque la dénivellation atteint, au point de confluence avec l’Eure, une centaine de mètres. Le sous-sol est formé d’assises calcaires crétacées ; la décalcification partielle de celles-ci au Tertiaire a engendré la formation d’une épaisse couche d’argile à silex : le sol est humide, d’où l’existence de nombreuses mares de drainage. La Mare du Hom en est une : hom provient d’un terme norrois signifiant « île », « terrain marécageux ». Des couches plus ou moins épaisses de lœss décalcifié, souvent très érodé, expliquent que le plateau du Neubourg soit un pays de grande culture, défriché depuis longtemps, au paysage d’openfield.

4Les argiles de décalcification recèlent des rognons de silex. Celui-ci est en général de mauvaise qualité, il est donc plus probable que les habitants de La Mare du Hom soient allés rechercher le silex gris, noir, mais surtout blond à blond roux, à grain très fin, souvent translucide, du Turonien supérieur ou du Coniacien que l’on trouve dans les colluvions de pente de la Risle ou de l’Iton.

Les industries rencontrées

5Plusieurs périodes sont représentées. Cependant la fouille n’a pas pu mettre en évidence l’existence de niveaux différents ou de zones de concentrations, les pièces des différentes périodes reconnues se retrouvant mélangée aussi bien dans la terre végétale que dans le niveau archéologique sous-jacent en place, dont l’épaisseur ne dépassait pas 5 à 10 cm. La série paléolithique a été facilement isolée grâce la différence de patine et aux stigmates de gélifraction : elle a déjà été publiée (Watté et Pillet, 1980) et seules les conclusions de cette étude sont données ci-après. Par contre, le reste du matériel présentait des caractéristiques étonnantes pour la Normandie à l’époque de sa découverte, les éléments de comparaison manquant alors dans la région. Les recherches récentes permettent de mieux comprendre cette originalité : les artéfacts témoignent de la présence d’un campement mésolithique final et d’un habitat Cerny de type « Barbuise ». Dans ces quelques pages, seule l’étude des éléments les plus caractéristiques sera abordée.

Moustérien

6La série comptait 39 objets, soit 18 recueillis en prospection et 21 en fouille.

  • éclats de débitage et cassons : 11

  • éclats Levallois : 12

  • pointes Levallois : 2

  • lames et fragments de lames : 10

  • couteau à dos naturel : 1

  • éclat retouché : 1

  • racloirs : 2

7Cette industrie correspond à un Moustérien laminaire à débitage Levallois, La présence de petits éclats montre que le matériel a été taillé au moins en partie sur place. La densité du mobilier recueilli en fouille apparaît faible : un objet, en comptant les tout petits éclats, pour 3 m² : il s’agit d’un campement (ou de plusieurs) fort modeste, sans doute d’une petite halte de chasse – il ne peut s’agir d’une simple station de débitage dans la mesure où le silex de l’argile de décalcification locale n’est pas d’une grande qualité : l’exploitation de la matière première a eu lieu ailleurs.

Mésolithique

Fond commun et technologie

8Bien que l’outillage du fond commun (grattoirs…) ne puisse être isolé du mobilier néolithique, certains caractères technologiques en sont aisément discernables. En particulier à quelques exceptions près, les lames n’ont pas la régularité de celles relevant d’un débitage de faciès Montbani : les bords sont sinueux, non parallèles et les nervures sont très souvent convergentes ; quand celles-ci ne se recoupent pas, elles ne sont qu’exceptionnellement parallèles. Ces lames proviennent surtout de nucléus prismatiques à un seul plan de frappe, à débitage semi-tournant ou tournant. Celui-ci semble avoir été réalisé à la pierre tendre, en témoigne d’ailleurs la présence d’un percuteur en grès. Même si parmi elles se mêlent quelques supports néolithiques, cela signifie que la plupart des lames relèvent du style de Coincy.

9Les armatures ont été obtenues par fracturation de lames et lamelles par la technique du micro-burin ; les piquants trièdres des armatures ont été retouchés.

Les microburins

10Quinze microburins ont été recueillis (fig. 2, no 1 à 12). Ils sont fabriqués autant sur des lames que sur des lamelles, autant sur des supports à deux pans qu’à trois : on n’enregistre donc pas de choix particulier dans les supports.

Tableau 1. Supports utilisés pour la fabrication des armatures d’après l’examen des microburins.

Supports

2 pans

3 pans

Total

Lames

4

4

8

Lamelles

4

3

7

Total

8

7

15

11Dans deux tiers des cas, la recoupe du piquant affecte l’extrémité distale, dans un tiers, l’extrémité proximale. Un support présente une recoupe à chaque extrémité :

Tableau 2. Localisation de la recoupe des microburins.

Mb distal

9

Mb proximal

5

Mb double

1

12La fracturation est oblique dans 13 cas, latérale dans 2. Les dimensions apparaissent très variées.

Fig. 2. Quittebeuf, Mésolithique final. 1 à 12 : microburins. 13 à 26 : armatures diverses (dessin : J.-P. Watté).

Fig. 2. Quittebeuf, Mésolithique final. 1 à 12 : microburins. 13 à 26 : armatures diverses (dessin : J.-P. Watté).

Tableau 3. Limites et moyennes des dimensions des microburins.

Dimensions (en mm)

Minimum

Maximum

Moyenne*

Longueur

6

45

(22 ± 9)

Largeur

7

15

(12 ± 3)

Épaisseur

2

5

(3 ± 1)

* Valeurs données à titre indicatif seulement, l’effectif statistique étant trop faible.

Tableau 4. Diagramme des dimensions des microburins.

Tableau 4. Diagramme des dimensions des microburins.

13L’encoche est à droite dans trois cas sur cinq.

Tableau 5. Orientation de l’encoche des microburins.

Encoche à gauche

6

Encoche à droite

9

Les armatures

14Plusieurs formes sont représentées : trapèze long, sur lame régulière de type Montbani (fig. 2, no 13), pointes à troncatures obliques (fig. 2, no 14-15), pointes à retouches unilatérales (fig. 2, no 17-18), pointe à base naturelle à dos abattu et côté bordé (fig. 2, no 19), triangle asymétrique à base concave dégageant un léger éperon (fig. 2, no 16), trapèze à troncatures obliques (fig. 2, no 20), triangles scalènes à retouche inverse à la base (fig. 2, no 21 à 26). Les pièces 16, 20 et 22 montrent une latéralisation à gauche, les 21, 23 à 26 une latéralisation à droite (fig. 2). Cette dernière particularité constitue un élément habituel des industries mésolithiques du nord-ouest du Bassin parisien ; on remarque qu’elle n’est pas exclusive à Quittebeuf. Le caractère le plus intéressant est constitué par les bases à retouches inverses rasantes : elles correspondent à des armatures évoluées, du type « flèches de Belloy » (fig. 2, no 21, 22, 25) et « flèches danubiennes », ces dernières étant marquées par la forme légèrement concave de leur base (fig. 2, no 23, 24, 26).

Une occupation du Néolithique moyen 1, Cerny de type Barbuise (phase récente)

Les flèches

1556 flèches ont été recueillies (en comptant les pièces fragmentées, ce qui explique que les données morphologiques ou technologiques ne portent, suivant les cas, que sur 51 ou 52 objets bien déterminables).

16Tous les exemplaires rencontrés sont à tranchant transversal. Les 3/4 d’entre eux présentent une forme trapézoïdale (ou parfois rectangulaire) :

Tableau 6. Flèches : caractères morphologiques.

Forme

 %

triangulaire

23

trapézoïdale

71

rectangulaire

6

17Le caractère original de la série réside dans la technique d’aménagement des côtés ; en effet 51 % de celles-ci présentent au moins un côté aménagé par une retouche biface rasante. Ces retouches plates ont été réalisées par pression ; elles allègent les flèches tout en leur donnant un meilleur équilibre grâce à une plus grande symétrie, mais leur fabrication exige un investissement en temps plus important que pour celles aménagées par retouches abruptes (Augereau, 2004, p. 171).

Tableau 7. Flèches : caractères technologiques.

Aménagement des côtés

 %

2 côtés à retouche directe

35

2 côtés à retouche inverses

7

côtés à retouche alterne-interne

2

1 côté à retouche inverse, 1 à retouche croisée

4

2 côtés à retouche croisée

2

2 côtés à retouche biface

22

1 côté à retouche directe, 1 à retouche biface

20

1 côté à retouche inverse, 1 à retouche biface

9

18Il s’agit de pièces de dimensions petites et moyennes.

Fig. 3. Quittebeuf, Cerny « Barbuise » : armatures de flèches (dessin : J.-P. Watté).

Fig. 3. Quittebeuf, Cerny « Barbuise » : armatures de flèches (dessin : J.-P. Watté).

Fig. 4. Quittebeuf, Cerny « Barbuise » : armatures de flèches (dessin : J.-P. Watté).

Fig. 4. Quittebeuf, Cerny « Barbuise » : armatures de flèches (dessin : J.-P. Watté).

Fig. 5. Quittebeuf, Cerny « Barbuise » : armatures de flèches (dessin : J.-P. Watté).

Fig. 5. Quittebeuf, Cerny « Barbuise » : armatures de flèches (dessin : J.-P. Watté).

Tableau 8. Flèches : dimensions générales.

Dimensions (en mm)

Minimum

Maximum

Moyenne

Mode

Longueur (L)

13

42

22 ± 6

22

Largeur (l)

17

30

22 ± 3

20

Épaisseur (é)

2

6

4 ± 1

4

L/l

0,6

1,8

1 ± 0,2

1

l/é

3

11

6 ± 1,5

6

19D’une façon plus détaillée, on constate que près des 9/10 des pièces mesurent de 15 à 30 mm.

Tableau 9. Flèches : longueurs.

Longueurs (L) (en mm)

 %

10 ≤ 15

6

15 ≤ 20

27

20 ≤ 25

38

25 ≤ 30

21

30 ≤ 35

4

40≤ 45

4

20Les flèches sont minces ; les 9/10 ont une épaisseur égale ou inférieure à 5 mm.

Tableau 10. Flèches : épaisseur.

Épaisseur (é) (en mm)

 %

2

4

3

31

4

35

5

21

6

10

21Les 9/10 des flèches présentent un indice d’allongement inférieur ou égal à 1,25 ; il s’agit donc de flèches courtes.

Tableau 11. Flèches : allongement.

Allongements des flèches

 %

0,5 ≤ L/l < 1

48

1 ≤ L/l < 1,25

40

1,25 ≤ L/l < 1,5

8

1,5 ≤ L/l < 2

4

22La flèche typique de Quittebeuf est donc une flèche à tranchant transversal, de forme trapézoïdale, à peu près aussi longue que large, mince, aux côtés aménagés par une retouche biface rasante.

La céramique

23La fouille n’a livré que de tout petits tessons, aux formes non reconstituables. En revanche, les prospections de Gilles Pillet ont fourni des rebords de pots, des éléments à légère carène et surtout une belle série d’anses.

24Quelques décors réalisés au peigne ou à la brosse, de sillons à la fois verticaux, horizontaux ou légèrement obliques (fig. 6, no 1 à 3), sur un vase à fond plat légèrement débordant (fig. 6, no 4) dont le diamètre à la base devait avoisiner 6 cm, à fin dégraissant siliceux abondant, rouge à brun rougeâtre foncé à l’extérieur, noir à la cassure et brun à noir sur la paroi interne, appartiennent à l’âge du fer.

25Les autres éléments sont néolithiques. Les vases présentent des surfaces externes rouges à brun rouge, une pâte noire à la cassure, des parois internes rouge brun : la cuisson a eu lieu en atmosphère oxydante. Le dégraissant est essentiellement siliceux, composé de sable et de silex concassé. Ce dernier matériau présente de gros grains : des éclats mesurent jusqu’à 7 mm de long. Plusieurs rebords à lèvre épaissie (fig. 6, no 5 à 7), à col concave (fig. 6, no 7) et carène adoucie (fig. 6, no 7-8) correspondent à un bol d’environ 18 cm de diamètre, tant à l’ouverture qu’au niveau de la carène. Le fond manque, mais il ne pouvait être qu’arrondi compte tenu de la courbure de la panse. La reconstitution graphique montre que la hauteur devait avoisiner 8 cm (fig. 6, no 16). Des boutons arrondis, en relief marqué, atteignent respectivement un diamètre et une épaisseur de 18 et 8 mm (fig. 6, no 9), 25 et 8 mm (fig. 6, no 10) et 18 x 14 et 10 mm (fig. 6, no 11). Quatre anses sont perforées horizontalement ; elles sont minces (fig. 6, no 13) ou larges (fig. 6, no 12, 14-15). Deux sont à ensellement médian (fig. 6, no 14-15). La perforation n’affecte jamais la paroi.

Attributions culturelles

Le Mésolithique

26Pendant longtemps, cette période est restée quasiment ignorée en Normandie, le seul habitat reconnu alors était celui de Vieilles à Beaumont-le-Roger, dans l’Eure (Dubois, 1905 ; Cahen, 1913 ; Octobon, 1929 ; Rozoy, 1978). Pour la Haute-Normandie, quelques nouveaux sites ont été signalés dans les années 1980, en particulier à Saint-Wandrille-Rançon et La Mailleraye-sur-Seine (Seine-Maritime), Acquigny et Chéronvilliers dans l’Eure (Chancerel, 1983 ; Locard, 1986 ; Chancerel et Paulet-Locard, 1991).

Fig. 6. Quittebeuf, Céramique, Chasséen (dessin : J.-P. Watté).

Fig. 6. Quittebeuf, Céramique, Chasséen (dessin : J.-P. Watté).

27La relecture de publications anciennes, les inventaires de différentes collections, la prospection systématique de deux vallées du Pays de Caux – celles de l’Austreberthe et de la Durdent – et des fouilles ont permis depuis de mettre en évidence la présence d’une quarantaine d’occupations mésolithiques en Seine-Maritime, dont certaines particulièrement importantes (Le Hanouard, Sainte-Austreberthe, Saint-Paër…). Celles-ci témoignent à la fois d’une relative abondance des sites de cette époque dans la région, contrairement à ce que l’on croyait jusqu’alors, et de leur implantation privilégiée dans les vallées (Watté et Bouffigny, 2003 ; Watté, 2010). La plupart de ces gisements correspondent à la phase moyenne du Mésolithique. Les éléments datant de la fin de cette période sont beaucoup plus rares : quelques armatures à retouche inverse à la base ont ainsi été décelées à Montivilliers (Watté et Bouffigny, 2003, p. 139, fig. 22, no 3-4), Sainte-Austr eberthe (ibid., p. 139, fig. 22, no 16), Theuville-aux-Maillots (ibid, p. 137, fig. 20, no 5), Saint-Paër avec, entre autres, des pièces à base décalée (ibid., p. 138, fig. 21, no 22, 27 à 29 ; p. 139, fig. 22, no 17, 21-22).

28On remarque que la série de Quittebeuf livre, comme celle de Belloy-sur-Somme, à la fois des armatures de types ancien – triangle à petite base concave (fig. 2, no 16) ou trapèze à troncatures obliques (fig. 2, no 20) – et tardif – scalènes à retouches inverses rasantes à la base.

29La présence de « flèches de Belloy » et de « flèches danubiennes » à Quittebeuf constitue régionalement un élément nouveau ; cependant, celui-ci ne semble peut-être original que dans la mesure où le nombre de sites du Mésolithique final reconnus en Haute-Normandie apparaît encore faible. Ce faciès pourrait témoigner d’une influence venue du nord, plus précisément de Picardie où ces types existent, avec le site éponyme de Belloy-sur-Somme mais aussi ceux de Dreuil-lès-Amiens, Jumel, Vraignes… et dans l’Aisne l’Allée X de Fère-en-Tardenois (Fagnart, 1988 ; Rozoy, 1988, 2000 ; Ducrocq, 1989, 1999).

30Quoi qu’il en soit, ces pièces permettent d’attribuer au stade final du Mésolithique, donc à la fin du VIe millénaire, le campement de Quittebeuf, contribuant par là à mieux documenter cette période encore très mal connue en Normandie.

Le Néolithique

31Deux séries d’éléments sont typologiquement caractéristiques : les flèches et la céramique.

32Les flèches tranchantes se rencontrent dès le groupe de Villeneuve-Saint-Germain, où leur nombre est encore faible. Dans le Chasséen du Bassin parisien, le type le plus fréquent est la forme triangulaire, à retouches abruptes. Les flèches tranchantes « dont les retouches marginales empiètent largement sur les deux faces » ont été attribuées au Cerny par Bailloud (1964, p. 65-66) dont il définissait alors le faciès : le site éponyme du Parc-aux-Bœufs, à Cerny (Essonne), montrait la présence essentiellement de flèches tranchantes, quelques-unes à retouches abruptes, d’autres à retouches bifaces. Ce dernier type d’armatures existe aussi dans le Chasséen du Midi : il s’agit peut-être là de la région où cette forme est née.

33La série de Quittebeuf – 56 pièces – apparaît particulièrement forte, puisque dans un récapitulatif établi pour le Cerny en Haute-Normandie (Prost et al., 2011, p. 35), sur 17 sites répertoriés, 16 flèches seulement ont été observées, toutes à retouches abruptes. Toutefois des prospections pédestres ont livré çà et là quelques flèches à retouches bifaces, par exemple à la Trinité-du-Mont, en Seine-Maritime (Watté, 1990, p. 93) (fig. 7, no 1) ou Saint-Paër, également en Seine-Maritime (inédit) (fig. 7, no 2). Le lot de Quittebeuf s’avère donc tout à fait significatif, mais encore convient-il de comprendre cette présence. L’explication la plus logique réside dans le rattachement du mobilier de Quittebeuf au Cerny « Barbuise », c’est-à-dire à la phase récente de cette culture, soit vers 4500-4250 avant notre ère. On sait qu’à cette époque l’alimentation carnée comprend une proportion assez forte d’animaux chassés : les activités cynégétiques y sont plus fortes que dans la période précédente et il est possible que les flèches tranchantes, plus vite fabriquées que les perçantes souvent aménagées par pression, aient plutôt servi à la chasse qu’à la guerre (Augereau, 2004, p. 171 ; Prost, 2011, p. 37). À cette époque, dans l’est du Bassin parisien, c’est surtout le cerf qui est recherché ; en Normandie, ce serait plutôt le sanglier (ibid.). La présence de nombreuses flèches n’a donc rien d’étonnant au sein d’un habitat de cette période. Il est aussi possible qu’un tel lot provienne d’une sépulture ou d’un groupe de sépultures où ces objets ont souvent été déposés en grand nombre, comme par exemple dans les tombes monumentales de Passy (Yonne) (Duhamel, 1997). Une telle hypothèse est recevable dans la mesure où les sépultures monumentales de ce type sont nombreuses en Basse-Normandie (Desloges, 1977).

Fig. 7. Flèches Cerny « Barbuise » en Seine-Maritime : 1 - La Trinité du Mont ; 2 - Saint-Paër (dessin : J.-P. Watté).

Fig. 7. Flèches Cerny « Barbuise » en Seine-Maritime : 1 - La Trinité du Mont ; 2 - Saint-Paër (dessin : J.-P. Watté).

34Cependant, le Cerny se caractérise en particulier par l’existence de vases décorés de motifs typiques : séries de pastilles au repoussé, en lignes horizontales ou en panneaux, décors en creux obtenus par un poinçon, souvent à extrémité bifide, carrée ou rectangulaire, ou par un peigne aux dents mal dégagées, boutons à partie centrale enfoncée, etc. Le dégraissant comprend souvent de l’os pilé. Ces éléments manquent à Quittebeuf. Certes, la prospection pédestre et une fouille sur une surface restreinte n’ont pas forcément livré un tableau complet de la réalité… Les moyens de préhension rencontrés, le bol dont on a pu reconstituer la forme, les couleurs des pâtes, le dégraissant siliceux à silex concassé, constituent des caractères habituels du Chasséen. L’outillage du fond commun de Quittebeuf, sur éclats, avec une nette dominante des grattoirs, avec aussi la présence de pics, tranchets, ciseaux, etc. se rencontre dans tout le Néolithique moyen, ce qui ne permet pas d’apporter des arguments décisifs pour une attribution culturelle dans un sens ou dans l’autre.

35On peut évidemment envisager l’existence de deux occupations successives. Une autre hypothèse mérite cependant d’être proposée : celle d’un contact, voire d’une acculturation entre le Cerny tardif et le Chasséen. La présence d’une série de flèches numériquement très importante de type Cerny « Barbuise », donc d’un faciès récent, peut en effet aussi s’expliquer par la présence d’un groupe appartenant à cette culture, venu directement du sud-est du Bassin parisien ; les flèches tranchantes, vite fabriquées, étant plutôt réservées à des activités cynégétiques, il s’agirait alors de chasseurs. L’absence de céramique typiquement Cerny pourrait peut-être s’expliquer par le fait que ce groupe ne comportait pas de femmes, que l’on sait être plutôt les potières. Il ne s’agit là bien sûr que de conjectures, mais qui méritent d’être proposées à titre d’hypothèse de travail.

Conclusion

36Le Mésolithique final n’est encore guère représenté régionalement. La présence d’armatures tardives comme les « flèches de Balloy » témoigne sans doute d’une influence picarde. Les « flèches danubiennes », que l’on date habituellement de l’extrême fin du vie millénaire, semble montrer que la possibilité théorique de contacts entre les derniers chasseurs et les premiers cultivateurs a pu aussi exister en Haute-Normandie.

37Pour le Néolithique, dans son étude de synthèse, D. Prost (2010, p. 59) notait que « la Haute-Normandie montre que les hommes du Cerny (tout au moins ceux du Cerny ancien) ont occupé essentiellement les plaines et vallées alluviales et plus particulièrement celle de la Seine ». Par rapport à ce schéma, Quittebeuf est donc dans une position originale, au centre d’un plateau, à 9 km de la vallée la plus proche, celle de l’Iton. Il est possible que les terres des vallées étant à peu près entièrement occupées au Cerny ancien, on ait cherché à coloniser les plateaux au Cerny récent. De même, alors que tous les sites Cerny de Haute-Normandie étudiés jusque là ne comportaient que des flèches tranchantes à retouches abruptes, et en très petit nombre par site, à Quittebeuf, on note la présence d’une très grosse série d’armatures où le type à retouches bifaces rasantes domine largement. On pourrait d’ailleurs se demander si cette abondance ne témoignerait pas d’un dépôt funéraire, comme ceux mis au jour dans les tombes monumentales de Passy. Par contre, très curieusement, la céramique présente plutôt des caractères chasséens alors que les décors typiques du Cerny manquent - bien qu’une absence ne soit jamais un critère vraiment significatif. L’hypothèse d’un groupe de chasseurs venus de l’Yonne et entrés en contact avec la population d’un village chasséen normand ne doit pas être rejetée.

Bibliographie

Bibliographie

Augereau A. (2004) – L’industrie du silex du Ve au IVe millénaire dans le sud-est du Bassin parisien : Rubané, Villeneuve-Saint-Germain, Cerny et groupe de Noyen. Paris, Éd. de la Maison des sciences de l’homme, Documents d’archéologie française, 97, 220 p., 115 fig.

Bailloud G. (1964) – Le Néolithique dans le Bassin parisien. IIe suppl. à Gallia-Préhistoire. Paris, CNRS, 394 p., 52 fig., 7 pl. h.-t. [rééd. 1974, 429 p.]

Cahen A. (1913) – Contribution à l’étude des « tout petits silex » tardenoisiens de Vieilles, ancienne commune réunie en 1840 à Beaumont-le-Roger (Eure). Bulletin de la Société normande d’études préhistoriques, t. XX, 1912 (1913), p. 28-34, 2 pl.

Chancerel A. (1983) – La série mésolithique de Saint-Wandrille-Rançon (Seine-Maritime). Bulletin de la Société préhistorique française, t. 80, fasc. 10-12, p. 335-348, 11 fig.

Chancerel A., Fosse G. et Paulet-Locard M.-A. (1986) – Le substrat mésolithique en Normandie. Actes du 10e colloque interrégional sur le Néolithique, Caen, 1983. Revue archéologique de l’Ouest, suppl. 1, p. 25-30.

Chancerel A. et Paulet-Locard M.-A. (1991) – Le Mésolithique en Normandie : état des recherches. Mésolithique et Néolithisation en France et dans les régions limitrophes. Actes du 113e Congrès national des sociétés savantes, Strasbourg, 5-9 avril 1988. Paris, CTHS, p. 213-229, 4 fig.

Desloges J. (1997) – Les premières architectures funéraires de Basse-Normandie. La culture de Cerny. Nouvelle économie, nouvelle société au Néolithique (C. Constantin, D. Mordant et D. Simonin dir.). Actes du colloque international de Nemours, 9-10-11 mai 1994, Nemours, APRAIF, p. 515-539, 19 fig.

Dubois A. (1905) – Les « tout petits » silex néolithiques (Tardenoisien) des environs de Bernay et principalement de Beaumont (section de Vieilles). Bulletin de la Société normande d’études préhistorique, t. XII, 1904 (1905), p. 35-41, 1 pl.

Ducrocq T. (1989) – Le Mésolithique du nord de la France, aperçu sur les recherches en cours. Revue Archéologique de Picardie, no 3-4, p. 9-13, 2 fig.

Ducrocq T. (1999) – Le Mésolithique de la vallée de la Somme (Nord de la France). L’Europe des derniers chasseurs, Épipaléolithique et Mésolithique. Actes du 5e colloque international UISPP, commission XII, Grenoble, 18-23 septembre 1995, Paris, CTHS, p. 247-262.

Duhamel P., Fonton M. et Carré H. (1997) – La nécropole monumentale Cerny de Passy (Yonne) : description d’ensemble et problèmes d’interprétation. La culture de Cerny. Nouvelle économie, nouvelle société au Néolithique (C. Constantin, D. Mordant et D. Simonin dir.). Actes du colloque international de Nemours, 9-10-11 mai 1994, Nemours, APRAIF, p. 397-448, 33 fig.

Fagnart J.-P. (1991) – La fin du Mésolithique dans le nord de la France. Mésolithique et Néolithisation en France et dans les régions limitrophes. Actes du 113e Congrès national des sociétés savantes, Strasbourg, 5-9 avril 1988. Paris, CTHS, p. 437-452, 7 fig., 2 tabl.

Octobon E. (1929) – La question tardenoisienne. La station de Vieilles, commune de Beaumont-le-Roger (Eure). Bulletin de la Société préhistorique française, t. XXVI, fasc. 4, p. 227-259, 8 fig.

Prost D. et Biard M. (2011) – Réflexion sur les armatures de flèches néolithiques et les activités cynégétiques : l’exemple du Cerny en Haute-Normandie. Haute-Normandie archéologique, t. 15, 2010 (2011), p. 34-40, 3 fig.

Prost D., Biard M. et Théron V. (2010) – La culture de Cerny en Haute-Normandie (Ve millénaire avant J.-C.). Journées archéologiques de Haute-Normandie, Rouen, 3-5 avril 2009. Haute-Normandie archéologique, PURH, p. 45-62, 12 fig.

Rozoy C. et J.-G. (2000) – L’Allée Tortue à Fère-en-Tardenois (Aisne) : un site mésolithique complexe. Bulletin de la Société préhistorique française, t. 97, fasc. 1, p. 5-56, 63 fig.

Rozoy J.-G. (1978) – Les derniers chasseurs. Bulletin de la Société archéologique champenoise, no spécial, 1252 p., 259 pl.

Rozoy J.-G. (1991) – Nature et conditions de la Néolithisation. La fin de l’épipaléolithique (« Mésolithique ») au nord de la Loire. Mésolithique et Néolithisation en France et dans les régions limitrophes. Actes du 113e Congrès national des sociétés savantes, Strasbourg, 5-9 avril 1988. Paris, CTHS, p. 403-423, 4 fig.

Verron G. (1979) – Circonscription de Haute et Basse-Normandie. Gallia-Préhistoire, t. 22, fasc. 2, p. 471-523.

Watté J.-P. (1990) – Le Néolithique en Seine-Maritime. Supplément au Bulletin trimestriel de la Société géologique de Normandie et Amis du Muséum du Havre, t. 77, 797 p., 443 fig., 3 vol. 

Watté J.-P. (2010) – Les occupations du Mésolithique en Seine-Maritime. Données nouvelles et répartition de l’habitat. Paléolithique final et Mésolithique dans le Bassin parisien et ses marges, rapport d’activités pour 2009 (Boris Valentin dir.). http://lara.inist.fr/handle/2332/1479.

Watté J.-P., Bouffigny A. et al. (2003) – Les occupations du Paléolithique supérieur final et du Mésolithique en Seine-Maritime. Données nouvelles et répartition de l’habitat. Haute-Normandie archéologique, no 7, p. 97-148, 27 fig.

Watté J.-P. et Pillet G. (1980) – L’habitat moustérien de Quittebeuf (Eure) (campagne de fouilles 1978). Bulletin trimestriel de la Société géologique de Normandie et des Amis du Muséum du Havre, t. LXVII, fasc. 3, p. 25-31, 3 fig.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Situation géographique de la commune de Quittebeuf (Eure) (carte : J.-P. Watté).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4513/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 2. Quittebeuf, Mésolithique final. 1 à 12 : microburins. 13 à 26 : armatures diverses (dessin : J.-P. Watté).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4513/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Tableau 4. Diagramme des dimensions des microburins.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4513/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Fig. 3. Quittebeuf, Cerny « Barbuise » : armatures de flèches (dessin : J.-P. Watté).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4513/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Titre Fig. 4. Quittebeuf, Cerny « Barbuise » : armatures de flèches (dessin : J.-P. Watté).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4513/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Fig. 5. Quittebeuf, Cerny « Barbuise » : armatures de flèches (dessin : J.-P. Watté).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4513/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Fig. 6. Quittebeuf, Céramique, Chasséen (dessin : J.-P. Watté).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4513/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Fig. 7. Flèches Cerny « Barbuise » en Seine-Maritime : 1 - La Trinité du Mont ; 2 - Saint-Paër (dessin : J.-P. Watté).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4513/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 52k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540