Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Évreux, 6-8 mai 2011

 | 
Luc Liogier

Préface

Luc Liogier

Texte intégral

1 Les journées archéologiques de Haute-Normandie permettent chaque année de réunir les acteurs de la recherche régionale, professionnels, étudiants ou amateurs. Ces journées, destinées à présenter au public le plus large les résultats des recherches et des fouilles marquantes réalisées durant l’année, sont également l’occasion de réunir les archéologues des différentes institutions qui ont trop peu l’opportunité de se rencontrer et d’échanger leurs expériences.

2 Organisées à Évreux en 2009 par la direction régionale des Affaires culturelles – service régional de l’archéologie – et le Centre de recherches archéologiques de Haute-Normandie, en collaboration avec la Mission archéologique du département de l’Eure, elles sont publiées au moment où le responsable de ce service départemental a quitté la région. Laurent Guyard, arrivé en 1996 pour mettre en valeur le jardin archéologique des thermes du Vieil-Évreux, n’a cessé de développer depuis lors des activités de recherches sur ce vaste site antique, en s’entourant de nombreux collaborateurs et étudiants, comme en témoignent les articles publiés régulièrement, que ce soit sur le grand sanctuaire, l’aqueduc et l’habitat auxquels s’ajoute cette année, le théâtre.

3 Plusieurs autres sites antiques faisant l’objet de fouilles programmées, Aizier, Eu, Lillebonne, sont présentés ici régulièrement, ce qui permet de mesurer l’avancée des recherches et le renouvellement de nos connaissances sur ces sites majeurs de la région.

4 Les recherches sur le Moyen Âge sont particulièrement bien représentées avec la léproserie d’Aizier qui a fait l’objet de plus de 12 années de fouilles programmées, les relevés sur les châteaux (Gaillefontaine), les abbayes (Fontaine-Guérard) ou les études sur les caves anciennes des villes.

5 Les recherches archéologiques préventives sont conduites par des organismes variés, au premier desquels se trouvent toujours l’INRAP (Nonancourt, Heudeubouville, le Vaudreuil), la MADE (Beuzeuville, Gisors), Éveha (Authevernes) ou encore Archéodunum (Val de Reuil).

6 Mais il ne faut pas oublier les bénévoles qui, année après année, ont enrichi de façon considérable notre connaissance du territoire du département de l’Eure et ajouté nombre de sites inconnus à la carte archéologique normande grâce à leurs découvertes aériennes.

7 Qu’il me soit permis de remercier ici tous ceux qui ont contribué au succès de ces journées et tous les archéologues, qui par leur travail, contribuent au renouvellement et à la diffusion des connaissances.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540