Version classiqueVersion mobile

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Alizay, 20-22 juin 2014

 | 
Luc Liogier

Exploitation des images satellitaires de Microsoft Bing pour la prospection archéologique en Haute-Normandie

Usage of satellite imagery from Microsoft Bing for archaeological exploration in Haute-Normandie

Véronique Le Borgne, Jean-Noël Le Borgne et Gilles Dumondelle

Résumé

La mise en ligne sur le site de Microsoft Bing d’images satellitaires bien définies prises à une période favorable a permis une recherche de sites archéologiques très féconde sur le nord-est du département de l’Eure et l’est de celui de la Seine-Maritime. Plusieurs centaines de structures ont pu y être pointées, représentant toutes les périodes historiques.

Texte intégral

Le contexte

1Depuis la mise en ligne pour le grand public d’images satellitaires sur Internet, la question de leur utilisation pour la prospection archéologique, en complément, voire en remplacement de l’archéologie aérienne traditionnelle, est devenue récurrente. Or, si la verticalité de ces vues a apporté une aide précieuse dans l’identification des parcelles cultivées nécessaire au redressement de vues obliques, une véritable prospection se heurte à deux obstacles majeurs, la période aléatoire des prises de vue et la faible définition des images mises à la disposition du public.

2Cette situation a évolué pour notre région avec la mise en ligne par Google Earth de photos prises en juin 2010 et qui concernent un petit quart sud-est du département de l’Eure. Alertés par Laurent Guyard, qui nous a transmis un lot de captures d’écran, nous avons retenu après examen et recherches complémentaires une soixantaine de sites. Ils concernent tous des structures fossoyées, sauf pour le Vieil-Évreux.

3En 2013, grâce à une information de Jean-Luc Collart, nous avons découvert Microsoft Bing. Ce site présente des images de meilleure qualité et une bonne couverture du nord-est de l’Eure et de l’est de la Seine-Maritime prise en juin et juillet 2011, année et période exceptionnelles pour la prospection aérienne. Des vues sur sol nu que nous n’avons pas pu dater ont permis de repérer des structures fossoyées dans l’ouest du département de l’Eure.

L’exploitation

4Contrairement à Google Earth, Microsoft Bing n’offre pas la possibilité de consulter plusieurs générations de photos satellitaires. Le risque étant grand de voir des vues intéressantes remplacées à tout moment par d’autres plus récentes mais sans intérêt pour notre discipline, il convenait donc d’en entreprendre au plus vite une exploitation aussi exhaustive que possible. Cela a été fait, essentiellement au cours du deuxième semestre 2013.

5Si l’examen d’images satellitaires sur écran est économe en moyens financiers, il ne l’est pas en temps. Sans en connaître l’ampleur exacte, la durée de nos recherches se chiffre en centaines d’heures. Elles ont consisté en une observation méthodique et systématique de tout le nord-est du département de l’Eure et de l’est de la Seine-Maritime, avec quelques débordements sur l’Oise. Dans l’ouest de l’Eure, la faible densité des champs favorables à la prospection sur sol nu a nécessité un examen moins soutenu.

6Notre travail consiste toujours à repérer toutes traces d’aménagement anthropique et à enregistrer celles qui ne sont pas identifiables sur des documents cartographiques récents, comme les cartes IGN ou les cadastres napoléoniens et modernes. Toutes les structures retenues, à l’identité parfois incertaine, ont donc fait l’objet du même traitement que celles photographiées en prospection aérienne : comparaison avec les sites connus, contrôle avec le cadastre napoléonien, dessin redressé au 1/2 500e sur extrait cadastral et au 1/10 000e sur fond IGN, reconnaissances au sol des bâtiments en dur… Quelques constructions figurant sur le cadastre napoléonien ont aussi été retenues pour en pérenniser un témoignage, comme le château de Farceaux ou le manoir du « Long Buisson », à Évreux. Notons que la verticalité des vues facilite les dessins mais, disposer d’une image unique s’avère souvent frustrant.

Fig. 1. Carte des sites observés sur Microsoft Bing (DAO : J.-N. Le Borgne et G. Dumondelle).

Fig. 2. Hennezis (Eure). Villa galloromaine (Image Nokia Microsoft Corporation).

Les résultats

Quelques chiffres

7L’examen des images de Microsoft Bing a généré plus de 600 dessins dont 80 pour des compléments de sites figurant déjà dans nos fichiers et environ 70 pour la Seine-Maritime (fig. 1). Ce bilan équivaut aux résultats de deux très bonnes campagnes de prospection aérienne classique !

8Les dessins concernent environ 140 sites comportant des bâtiments, isolés ou groupés, plus de 25 enclos circulaires, 170 autres enclos, 120 voies et chemins, 90 ensembles parcellaires et 100 structures diverses.

Fig. 3. Saint-André-sur-Cailly (Seine-Maritime). Des « pavillons » dans le périmètre de l’agglomération secondaire (Image Nokia Microsoft Corporation).

Fig. 4. Heudricourt (Eure). Un fanum avec son péribole (Image Nokia Microsoft Corporation).

Les bâtiments

9L’archéologie aérienne ne nous a jamais ofert une telle densité de sites bâtis. Plus de 90 % d’entre eux se situent dans le département de l’Eure, à l’est des vallées de l’Iton et de l’Eure, ou en Seine-Maritime. Ils y représentent environ 40 % des structures retenues. Ces ratios s’expliquent par la répartition géographique des images exploitables sur Microsoft Bing mais aussi par le fait que nous prospectons ces régions seulement depuis 2006.

10Environ 60 de ces sites sont d’époque indéterminée parce qu’ils ne présentent pas un plan caractéristique et que les reconnaissances au sol n’ont pas encore été efectuées, ou qu’elles n’ont pas permis de recueillir du mobilier datant. Ils concernent presque toujours des petits bâtiments carrés ou rectangulaires, isolés ou groupés par deux ou trois.

  • 1 Un diplôme original de Clotaire II de juin ou juillet 625 est daté d’Étrépagny, source : ARCHIM Mu (...)

11Les plans de certaines constructions, les informations antérieures ou les reconnaissances au sol déjà efectuées permettent d’attribuer environ 70 de ces sites à l’Antiquité. Les nombreux établissements observés ofrent un panel varié. On dénombre notamment une trentaine de villæ (fig. 2), de nombreux « pavillons » dans la périphérie proche de l’agglomération secondaire de Saint-André-sur-Cailly, en Seine-Maritime (fig. 3) et beaucoup de bâtiments non caractérisés. Une dizaine de nouveaux fana font partie des découvertes, ce qui contribue fortement à faire de l’Eure un des départements où ces lieux de cultes identiiés sont les plus nombreux (fig. 4). À Étrépagny, une vaste construction présente une pièce se terminant par une abside large de 8 à 10 m. La datation de cet établissement est incertaine, mais l’existence d’un palais du haut Moyen Âge est avérée dans la localité par les archives1 (fig. 5 et 6). Avec une douzaine de sites, les époques médiévales et postérieures sont nettement moins bien représentées. Leur attribution chronologique repose souvent sur la présence de petites tuiles plates. À « Cléry », sur la commune des Andelys, un bâtiment aux angles marqués par des tours fait penser à un manoir médiéval ou renaissance, mais le mobilier recueilli au sol indique aussi une occupation galloromaine. À Rosay-sur-Lieure, un site antique jouxte les traces d’un moulin moderne installé sur le cours fossile de la Lieure. À Jouy-sur-Eure, des sols et des murs révèlent l’emplacement d’un ancien établissement religieux.

Les enclos circulaires

12Les sites à enclos circulaires sont au nombre de 25 : 11 dans l’Eure, 12 dans la Seine-Maritime et 2 dans l’Oise. Il s’agit presque toujours de cercles isolés dépassant 10 m de diamètre. Un seul site présente deux enclos, à Poses, dans l’Eure, et un autre des enclos multiples, à Sigy-en-Bray, en Seine-Maritime. L’examen des vues satellitaires sur sol nu a fourni pour la première fois un enclos circulaire dans le pays d’Auge, à l’extrême ouest du département de l’Eure, sur la commune de Saint-Germain-la-Campagne. À Fesques, en Seine-Maritime, un cercle à large fossé voisine le sanctuaire laténien fouillé par Étienne Mantel en 1994.

Fig. 5. Étrépagny (Eure). Vaste édifice avec abside et sols en place : établissement gallo-romain ou du haut Moyen Âge (Image Nokia Microsoft Corporation).

Fig. 6. Étrépagny (Eure). Dessin redressé des structures observées (DAO : J.-N. Le Borgne et G. Dumondelle).

Les autres enclos

13Plus de 170 enclos de formes autres que circulaires ont été recensés lors de cette prospection, dont une trentaine en Seine-Maritime.

14Les enclos quadrilatéraux sont les plus nombreux et, sur le plateau du Neubourg, les traces observées complètent souvent des sites déjà connus.

15Quelques-uns se trouvent dans des secteurs où ce type de structure est rare, comme à Montaure, à Autheuil-Authouillet, sur le plateau de Madrie, Houville-en-Vexin, Noyers ou Panilleuse. Certains ont été observés sur sol nu dans l’ouest de l’Eure où quelques-uns, carrés et de petite taille, pourraient correspondre à des enclos funéraires ou cultuels, notamment à Neuville-sur-Authou, Saint-Germainla-Campagne ou Capelle-les-Grands.

16Les enclos curvilignes sont beaucoup moins nombreux et souvent incomplets. C’est le cas à Boncourt, pour un enclos qui présente une entrée à l’est, et à Bosquentin, sur un site de bâtiment gallo-romain. À La Feuillie ou à Molagnies, en Seine-Maritime, ce sont des enclos curvilignes complets.

17Les enclos hybrides sont aussi peu nombreux et on en observe certains dans des régions où les structures fossoyées sont rares, comme à Reuilly, où un enclos hybride est associé à du bâti non daté, à Boncourt, à Noyers, à Hennezis…

18Les structures à fossés doubles ou multiples sont également rares. L’un quadrilatéral, incomplet, est repéré sur sol nu à Saint-Germain-la-Campagne et un autre, curviligne, à Gauciel (fig. 7). À Cesseville, nous assimilons deux carrés fossoyés concentriques à un enclos à fossés doubles.

19Il existe des structures fossoyées complexes associant sans doute plusieurs états d’enclos et des fossés parcellaires. C’est le cas à La Heunière, sur un site où un bâtiment isolé a été photographié lors d’un vol de prospection en 1990.

20Quelques enclos à fossés très larges pourraient être médiévaux, comme une structure quadrila térale à Caugé ou un enclos curviligne à Saint-Denis-le-Ferment.

Les voies et les chemins

21Les tronçons de chemins sont très nombreux mais souvent non datables, assez courts et peu structurants. En revanche, l’examen des photos satellitaires de Microsoft Bing a fourni des informations intéressantes sur les voies romaines de longs parcours correspondant aux grands axes routiers figurant sur la Table de Peutinger ou mentionnés dans l’Itinéraire d’Antonin. La voie reliant Rouen à Paris est visible à Château-sur-Epte, dans sa descente dans la vallée de l’Epte, et à Pont-Saint-Pierre, sur le plateau, en direction de Rouen, après le passage de la vallée de l’Andelle. De nouveaux tronçons de la voie reliant Évreux à Rouen ont été repérés à Normanville et Saint-Germain-des-Angles. La montée sur le plateau du Neubourg de la voie quittant Évreux et se dirigeant vers Lisieux est visible à Parville. Il en est de même pour sa jonction avec le tracé de l’actuelle route départementale 31 à Caugé. Les fossés bordiers de la voie reliant Évreux à Paris sont visibles à plusieurs reprises entre Miserey et Orgeville.

Fig. 7. Gauciel (Eure). Vaste enclos curviligne à fossés doubles incomplet (Image Nokia Microsoft Corporation).

Les parcellaires et structures diverses

22Les limites de parcelles cultivées ou pastorales figurent quelquefois dans l’environnement des autres structures archéologiques : bâtiments, enclos ou chemins. Habituellement moins profondes que les fossés d’enclos ou les fossés bordiers de chemins, elles se voient moins facilement, mais les images de Microsoft Bing nous en montrent beaucoup, quelquefois là où seul un enclos était connu, comme à Sacquenville. Les vues sur sol nu présentent parfois de telles densités de lignes qu’il est difficile d’en isoler un enclos ou un chemin, comme à Capelle-les Grands, Grand-Camp ou Éturqueraye. Toujours à Capelle-les-Grands, des lignes prolongent les limites parcellaires identifiées en 2003 par Laurence Jégo, lors de la fouille de la nécropole mérovingienne des « Terres Noires », sur le tracé de l’autoroute A 28. La rubrique « structures diverses » regroupe toutes celles qui ne sont pas facilement qualifiables après les contrôles habituels. Le travail sur Microsoft Bing en a pointé sur une centaine de sites. Il peut s’agir de lignes isolées comme au Gros-Theil ou de taches géométriques évoquant des sols ou des fosses, isolées aux Andelys et groupées à Bouafles ou à Saint-Étienne-sous-Bailleul.

Conclusion

23Tout n’est pas parfait sur la couverture d’images satellitaires de Microsoft Bing. On aimerait d’abord que toutes les régions soient exploitables, qu’il existe des vues avec plus de détails, sous un autre angle, prises sur plusieurs jours et qu’il n’y ait plus de champs de colza ou de maïs, cultures aussi répulsives pour la prospection archéologique sur image satellitaire qu’en archéologie aérienne classique. Mais cette couverture reste une formidable opportunité, bien complémentaire de notre pratique habituelle, permettant d’aller « fouiner » à loisir dans tous les coins de champs, ce que le déplacement rapide de l’avion nous interdit.

Notes

1 Un diplôme original de Clotaire II de juin ou juillet 625 est daté d’Étrépagny, source : ARCHIM Musée, cote origine K1/7/1.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Carte des sites observés sur Microsoft Bing (DAO : J.-N. Le Borgne et G. Dumondelle).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4379/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 531k
Légende Fig. 2. Hennezis (Eure). Villa galloromaine (Image Nokia Microsoft Corporation).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4379/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 206k
Légende Fig. 3. Saint-André-sur-Cailly (Seine-Maritime). Des « pavillons » dans le périmètre de l’agglomération secondaire (Image Nokia Microsoft Corporation).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4379/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 283k
Légende Fig. 4. Heudricourt (Eure). Un fanum avec son péribole (Image Nokia Microsoft Corporation).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4379/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 227k
Légende Fig. 5. Étrépagny (Eure). Vaste édifice avec abside et sols en place : établissement gallo-romain ou du haut Moyen Âge (Image Nokia Microsoft Corporation).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4379/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 326k
Légende Fig. 6. Étrépagny (Eure). Dessin redressé des structures observées (DAO : J.-N. Le Borgne et G. Dumondelle).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4379/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Légende Fig. 7. Gauciel (Eure). Vaste enclos curviligne à fossés doubles incomplet (Image Nokia Microsoft Corporation).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4379/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 489k

Auteurs

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search