Version classiqueVersion mobile

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Alizay, 20-22 juin 2014

 | 
Luc Liogier

Rechercher des sites de métallurgie ancienne du fer grâce aux photographies aériennes, un exemple à l’est de la Seine-Maritime

A search for ancient iron metallurgy sites thanks to aerial photographs, an example in the east of the Seine-Maritime department

Christophe Colliou

Résumé

Au cours de campagnes de prospections pédestres à la recherche de déchets métallurgiques, la présence de grandes taches charbonneuses a été observée dans les champs labourés recelant des scories. Or, le charbon de bois est le combustible obligé pour la réduction directe du minerai de fer. La relation entre ces traces de charbonnières anciennes et la métallurgie semblait plausible. Les taches apparaissaient à l’observation depuis un point haut, ce qui a incité à rechercher des informations sur les photos aériennes de l’IGN puis dans Géoportail et Google Earth. Un corpus de 292 sites de charbonnage a ainsi été constitué. Leur relation avec l’activité métallurgique a été établie par prospection au sol.

Texte intégral

  • 1 Déchets de l’activité métallurgique.

1La problématique et les résultats présentés sont tirés d’une étude universitaire sur la métallurgie ancienne du fer par procédé direct à l’est de la Seine-Maritime (Colliou, 2013) et particulièrement dans le pays de Bray. Lors des prospections pédestres menées à la recherche de sites de production de fer, la présence de grandes taches sombres disséminées irrégulièrement et gorgées de charbon de bois a été constatée dans les champs labourés recelant des scories1. Or, le charbon de bois est le combustible obligatoire pour obtenir du fer à partir du minerai avec le procédé direct, car le bois ne peut pas fournir la chaleur nécessaire pour produire le métal. De ce fait, la production de fer avec cette technique, la seule connue du premier âge du fer jusqu’à la fin du Moyen Âge, est une grande consommatrice de charbon.

2Pouvait-on établir une relation entre ces concentrations de taches sombres et l’activité métallurgique ancienne ? Si oui, ce type d’information pouvait-il être utilisé comme indice pour localiser des ateliers de production de fer ?

3Pour vérifier ces hypothèses, des prospections pédestres à la recherche de scories ont été réalisées sur divers champs marqués par des taches sombres. Comme les résultats se sont révélés probants, cette recherche s’est ensuite développée en utilisant trois vecteurs susceptibles d’apporter des informations : les images aériennes verticales d’archives de l’IGN, des prospections aériennes spécifiques et l’utilisation des globes virtuels disponibles sur Internet. Le recoupement des données a permis de constituer un important corpus de sites métallurgiques potentiels. Parmi ceux-ci, plus de soixante ont été évalués avec des résultats satisfaisants, montrant ainsi tout l’intérêt de cette démarche.

Méthode

  • 2 La Haute-Normandie appartient au Bassin parisien. Il s’agit d’un vaste plateau crayeux. Dans ce pla (...)

4Les investigations sur le pays de Bray2 ont débuté à l’occasion d’un DEA soutenu en 2001 et se sont poursuivies pendant près de dix ans. Les premières campagnes pédestres ont utilisé les mentions de scories, fournies par différents textes depuis le XVIIe siècle, pour localiser des sites potentiels (Du Val, 1603 ; Noël de La Morinière, 1796 ; Cochet, 1866 ; Riden, 1922 ; Arribet-Deroin, 2001). Quand des résidus métallurgiques ont effectivement été retrouvés lors des prospections, nous avons constaté la présence de groupes de traces sombres dans les champs labourés alentour. Ces taches sont diversement marquées et ne présentent pas d’alignement.

5Leur nature a été examinée. Dans cinq d’entre elles choisies au hasard, deux prélèvements de 10 cm3 ont été réalisés à une trentaine de centimètres de profondeur, avec une tarière à main. Les dix prélèvements ont été délayés dans un litre d’eau sous agitation mécanique. Dans les dix cas, le produit récupéré est composé d’un mélange intimement lié de terre argileuse et de fragments millimétriques et submillimétriques de charbon de bois. Aucun fragment de scorie n’a été retrouvé dans ces prélèvements. Le pourcentage de charbon par rapport à la terre n’a pas été recherché, il semble cependant très variable en fonction de l’endroit où le prélèvement a été réalisé sur la surface de la tache. Ces taches sombres sont donc les traces résiduelles d’anciennes charbonnières.

Fig. 1. Positionnement des relevés des traces sombres sur la parcelle 218 (DAO : C. Colliou).

6D’après nos relevés, le diamètre de ces taches varie entre 5 et 25 m. Elles semblent peu étirées par les engins lors du travail de la terre. Elles sont plus perceptibles après une journée de pluie. Au cours des prospections pédestres, nous avons remarqué que majoritairement, ces taches sont peu visibles quand on parcourt les sillons des champs labourés, mais qu’on arrive à les discerner en regardant depuis un point haut.

Fig. 2. « Le Chemin du Flot ». Extrait de la photo aérienne 107 de la campagne IGN de 1973 (© IGN).

  • 3 La parcelle cadastrale 218 a été renommée 252 après les travaux de la déviation de Forges-les-Eaux (...)

7Cette constatation a entraîné la recherche de nouvelles informations à partir d’images prises du ciel. Ain de vérifier si les taches observées sur le terrain étaient visibles sur les clichés verticaux de l’IGN, nous avons consulté le fond du département de géographie de l’université de Rouen. Les résultats des premières recherches se sont révélés probants car les taches remarquées sur le terrain pouvaient être retrouvées sur les photographies aériennes. Lors d’une prospection sur la parcelle 2183, au lieu-dit « Le Chemin du Flot », situé au nord de la commune de La Ferté-Saint-Samson, les coordonnées de quatre taches très visibles ont été relevées par triangulation (notées P01 à P04 sur la fig. 1). L’opération a été réalisée avec des décamètres et une boussole pour les alignements. L’objectif était de pouvoir les replacer précisément sur un fond de carte IGN au 1/25 000e.

  • 4 Toutes les photographies utilisées pour cet article sont consultables en version papier au départem (...)
  • 5 Sur la figure 2, le contraste a été légèrement augmenté pour la bande labourée présentant les trace (...)

8Au département de géographie de l’université de Rouen, nous avons eu accès à des clichés verticaux IGN sur support papier pour les années 1947, 1952, 1961 et quelques images de 1973. Nous avons constaté que la parcelle 218 est un herbage de 1947 à 1961. La campagne de 1973 laisse apparaître une bande labourée pour la parcelle 218, celle où nous avons réalisé les relevés. La correspondance entre nos relevés et la localisation des taches sur la photographie verticale de 19734 ne fonctionne que pour le seul point P03 (fig. 25). P01, P02 et P04 restent cachés sous la végétation pour toutes les campagnes dont nous disposons.

Fig. 3. « Le Chemin du Flot ». Zoom sur le point P03 de la figure 2 (© IGN).

9Lors de la prospection de 2001, la tache P03 se présentait comme un ovoïde d’environ 19 m sur 22 m. Les mesures réalisées pour la même tache sur le cliché de la campagne de 1973 donnent 22 et 24 m. Ces résultats sont des approximations, il est délicat sur le terrain de discerner les limites des taches et le constat est identique pour les mesures sur les images verticales (fig. 3). En grossissant les photographies, on ne distingue pas d’étirement notable des taches dans le sens des labours, elles sont toutes relativement circulaires.

10Ce premier résultat demandait à être confirmé avec un autre site. Nous avons alors recherché parmi les champs où nous avons trouvé des scories, une parcelle qui serait labourée sur plusieurs des images d’archives de l’IGN dont nous disposions. Le seul endroit remplissant toutes ces conditions à la fin de l’année 2001 était le lieu-dit « Le Bord des Bois », à l’est de la commune de Gaillefontaine. La figure 4 présente un montage pour les années 1947, 1952 et 1973 d’un des champs de ce lieu-dit.

11Nous avons ensuite recherché un ensemble de taches permettant d’étudier leur évolution sur la période la plus longue dont nous disposions, soit vingt-six ans. La sélection concerne les cercles rouges de la figure 4, la figure 5 est un montage des zooms pour les clichés des trois campagnes.

Fig. 4. Gaillefontaine, « Le Bord des Bois ». Extraits d’images aériennes d’archives IGN mises à la même échelle (© IGN).

Fig. 5. Gaillefontaine, « Le Bord des Bois ». Montage comparatif de zooms sur les clichés de la figure 4, mis à la même échelle (© IGN).

12Les images de la figure 5 montrent des différences dans le contraste des taches. Ces différences peuvent avoir plusieurs origines (humidité de la terre, changement de moyen aratoire…), mais globalement, à vingt-six ans d’intervalle, les taches conservent le même aspect et les mêmes tailles. Cette constatation confirme celle réalisée pour la parcelle 218 au « Chemin du Flot » : les taches sont peu étirées par le travail de la terre, mais surtout, elles perdurent dans le temps.

Fig. 6. Extrait de la photo aérienne 69 de la campagne IGN de 1952. Champ no6 (© IGN).

Fig. 7. Capture d’écran sur Géoportail de la campagne IGN de 2003.

Fig. 8. Vue oblique réalisée lors du vol de la prospection aérienne de 2004 (cliché : C. Colliou).

Fig. 9. Capture d’écran sur Google Earth de la campagne IGN de 2008.

  • 6 Les exceptions concernaient essentiellement des zones pour lesquelles les champs n’étaient pas labo (...)

13Cette recherche a ensuite été étendue aux photographies verticales de divers lieux où des scories avaient déjà été collectées. Des taches sombres ont été presque systématiquement retrouvées sur les images aériennes6, montrant pour ces sites une corrélation plausible entre l’activité métallurgique ancienne et les concentrations de taches de charbonnières. Ces premiers résultats illustraient en 2001, tout le potentiel d’une étude basée sur l’image aérienne pour retrouver les sites de production de fer.

  • 7 Un « globe virtuel » est un logiciel représentant ou modélisant informatiquement la Terre en 3D.
  • 8 Google Earth est un logiciel lancé en 2005, propriété de la société Google, permettant une visualis (...)
  • 9 Géoportail est un portail Web public permettant l’accès à des services de recherche et de visualisa (...)

14Parallèlement à l’examen des photographies sur papier, nous avons compulsé les données disponibles sur Internet et notamment les images fournies par les globes virtuels7, Google Earth puis Géoportail. En 2005, les premiers résultats ont été décevants dans la mesure où les données satellitaires présentées par le logiciel Google Earth8 n’apportaient pas d’informations intéressantes pour la zone d’étude. Cependant, cette approche informatique a finalement donné des résultats en 2006 avec la mise en ligne du site Internet Géoportail9, qui a permis de rassembler des informations inédites. Les images alors fournies par le portail Web public pour l’est de la Seine-Maritime correspondaient à une mosaïque composée de photographies aériennes de l’IGN, tirées de la campagne 2003. Ces dernières, d’une résolution assez faible pour l’est de la Seine-Maritime, ont été remplacées à partir de 2010 par des clichés de meilleure qualité (campagne photographique IGN de 2008). Les évolutions des globes virtuels et les enrichissements en nouvelles images ont ainsi permis d’accroître considérablement notre base de données des sites potentiellement intéressants (fig. 7 et 9).

15Même si les différentes campagnes de l’IGN fournissent des informations, il est apparu assez rapidement que les conditions de prises de vues ne sont pas réellement adaptées à notre recherche. L’établissement public ne s’occupe pas de la date des labours, de la pousse des cultures ou de l’état d’humidité des sols, alors que ces éléments interviennent pour une part importante dans la possibilité de retrouver les taches sombres sur les images. Face à ces problèmes, nous avons cherché à réaliser nos propres clichés aériens. L’intérêt de la prospection aérienne n’est plus à démontrer et son application à la recherche en métallurgie ancienne n’est pas nouvelle (Mangin et al., 1992 ; Tereygeol, 2001). Cette technique permet de localiser des sites en reconnaissant les structures enfouies. L’altitude procure un effet de recul et fait apparaître des ensembles invisibles ou ininterprétables à partir du sol (Agache, 1999, p. 49-58 ; Dassié, 1978).

  • 10 Citons les travaux de Jean et Nancy Gauthier pour le pays de Caux, du milieu des années 1970 jusqu’ (...)

16Plusieurs campagnes de prospections aériennes à caractère archéologique ont été réalisées sur la Seine-Maritime depuis les années 197010. Elles ont été essentiellement orientées selon deux axes :

  • le premier traite les champs cultivés, en observant les anomalies de croissance des plantes qui peuvent trahir des vestiges de structures enterrées ;

  • le second s’attache à mettre en évidence les microreliefs, en utilisant la lumière rasante du matin ou de la toute fin de journée.

17Or, dans ces deux cas, les traces charbonneuses qui nous intéressent ne se voient pas ou se distinguent mal. Ces photographies peuvent difficilement être utilisées pour notre recherche sur la métallurgie ancienne.

18Lors de la préparation de nos prospections aériennes, nous avons décidé de changer certains paramètres des campagnes « classiques ». Face aux vols du matin ou de fin de journée, nous avons choisi de voler en fin de matinée et début d’après-midi, pour bénéficier d’une luminosité maximale et ainsi faire ressortir les taches sur les images. Comme seuls les champs labourés nous renseignent, l’intérêt des zones survolées est évalué au préalable, en vérifiant au sol l’état des parcelles. Autour des zones intéressantes sont implantées des balises visibles depuis le ciel, dont les coordonnées sont relevées à l’aide d’un tachéomètre. Ainsi, les photographies prises lors du vol peuvent être redressées et permettent d’obtenir des orthophotographies géoréférencées d’une résolution supérieure aux clichés de l’IGN.

19En dernier point, ces vols se doivent d’être réalisés lors de journées ensoleillées faisant suite à plusieurs jours de pluie. Les différents passages pédestres sur le terrain ont montré à quel point les taches sombres se distinguent mieux après des précipitations. Outre les problèmes des conditions atmosphériques, les fenêtres de vol doivent également tenir compte des saisons et des travaux réalisés dans les champs : en quinze jours, des semis invisibles lors des passages sur le terrain peuvent avoir germé et atteindre plusieurs centimètres, masquant ainsi les sols labourés. Pour cette étude où la réactivité est importante, l’ULM constitue le type d’appareil présentant le plus de flexibilité vis-à-vis des conditions de vol retenues. Trois campagnes photographiques ont été réalisées, respectivement en mai 2004, juin 2006 et mai 2007.

Le développement d’un protocole

20Une fois les images collectées par le biais des différents vecteurs, il est apparu de façon évidente que toutes les taches visibles sur les clichés ne correspondaient pas à d’anciennes charbonnières. Dans le cas des photographies en couleur, la discrimination s’est révélée relativement facile. Les traces présentant un intérêt apparaissent en nuances de gris, alors que les taches d’humidité du sol varient selon un dégradé de marron. En revanche, une telle différenciation est plus délicate à effectuer avec les clichés en noir et blanc. Ensuite, cette étude utilise les concentrations de taches sombres vues du ciel comme indices pour retrouver les sites de production métallurgique. Combien de taches doivent être présentes sur une parcelle pour qu’elle soit admise dans le corpus ? Face à cette question, deux critères d’évaluation ont été définis pour traiter l’information sur tous les supports dont nous disposions :

  • les parcelles sont considérées « intéressantes » sur les clichés verticaux quand on observe une concentration de taches sombres de diamètres différents, sans alignement perceptible, et que la majorité des taches sont circulaires ;

  • les parcelles sont considérées « positives » quand une information « intéressante » est recoupée par d’autres photographies provenant de plusieurs campagnes aériennes.

21La validation finale reste sans conteste une prospection pédestre avec prélèvement de scories sur le site positif.

22Enfin, lors de la recherche d’informations sur les clichés aériens, tous les cas où l’information est douteuse, non recoupée ou suspecte sont systématiquement écartés.

Résultats

Illustration de la méthode

  • 11 Parcelle cadastrale 289 (anciennement 141, avant les travaux de construction de la déviation de For (...)

23Une parcelle11 située au nord de la commune de La Ferté-Saint-Samson a été sélectionnée pour illustrer la mise en application du protocole énoncé précédemment. Les figures 6 à 9 présentent les résultats pour les différents vecteurs, à différentes époques :

  • la campagne de 1952, photographie verticale de l’IGN (fig. 6) ;

  • notre prospection aérienne de 2004 effectuée en ULM (fig. 7) ;

  • la campagne de 2003 présentée par Géoportail, qui correspond à une mosaïque d’images verticales de l’IGN tirées de la campagne de 2003 (fig. 8) ;

  • la campagne de 2008, présentée sur le globe virtuel de Google Earth et issue de la campagne de photographies verticales de l’IGN de 2008 (fig. 9).

  • 12 Sur la figure 9, les taches A, B et C ont disparu à l’occasion des travaux de construction d’une vo (...)

24Sur le premier cliché (fig. 6), quinze taches sombres ont été sélectionnées puis recherchées sur les autres images disponibles. Elles ont été retrouvées pour les quatre cas12. Entre 1952 et 2008, la forme des taches n’a que très peu évolué. Cet exemple de parcelle positive montre les capacités et la pertinence d’un recoupement de l’information par des moyens variés.

Le corpus et son exploitation

25Le cumul des résultats des prospections aériennes ainsi que de la recherche sur les images d’archives et sur les globes virtuels, forme un imposant corpus de 292 parcelles positives (tableau 1), correspondant à autant de sites potentiels d’implantations métallurgiques. Ce corpus représente une surface de 3 604 ha, soit environ 0,2 % de la surface totale de la zone d’étude.

Tableau 1. Bilan des recherches de parcelles positives Tous les résultats sont en hectares. Ils indiquent avec quel outil la parcelle a été découverte, même si l’information a ensuite été recoupée avec d’autres techniques.

  • 13 Ajoutons les plantes en cours de pousse masquant le sol et les sols insuffisamment lavés par les pr (...)
  • 14 Des scories coulées et piégées ont été retrouvées lors des prospections. Les masses des fragments p (...)

26Une fois le corpus établi, il était nécessaire de vérifier si des scories pouvaient être retrouvées en suivant ces nouvelles indications, afin de confirmer la relation entre les concentrations de taches sombres et l’activité métallurgique. De nouvelles prospections pédestres ont ainsi été réalisées sur 62 parcelles positives. Dans 43 cas, des scories de réduction ont été retrouvées, soit dans 69 % des parcelles testées. Ce pourcentage pourrait d’ailleurs augmenter compte tenu des limites de la méthode de prospection employée (surfaces investiguées importantes, dispersion des scories par les travaux agricoles13). Finalement, 5 à 10 kg de déchets métallurgiques ont été collectés en moyenne par champ inspecté. Ces quantités d’échantillons sont généralement suffisantes pour caractériser le type de fours à l’origine des déchets et permettre un travail analytique en laboratoire14.

27De nombreux champs labourés, négatifs sur les différents clichés aériens, mais situés aux alentours des parcelles positives, ont également été évalués, sans toutefois rendre compte d’une présence d’indices métallurgiques. Enfin, l’est de la Seine-Maritime a également fait l’objet de plusieurs prospections pédestres d’évaluation au cours des dernières décennies dans le cadre d’autres études (Rogeret, 1997). Les mentions de scories concernent systématiquement des zones recelant des parcelles positives.

Discussion

28Les résultats des nouvelles prospections pédestres ont donc permis d’établir une relation sans équivoque entre les parcelles définies comme positives et la métallurgie ancienne du fer. En tenant compte des limites de la prospection pédestre, le fait de trouver des scories dans 69 % des cas peut être considéré comme une validation de la méthode de recherche par photographie aérienne des sites métallurgiques pour la zone d’étude.

  • 15 La superficie des champs toujours en herbe est passée de 62 000 ha à moins de 45 000 entre 1979 et (...)

29Dans le cas de la parcelle 218 (fig. 6 à 9), la comparaison des mêmes taches entre les différents clichés rend compte d’une dégradation limitée de l’information. L’étirement des taches dans le sens des labours reste faible. La couleur s’estompe, mais la forme reste relativement circulaire. Dans l’intervalle de temps considéré, soit une soixantaine d’années, le travail de la terre semble altérer modérément les traces des charbonnières. Il est toutefois nécessaire de prendre en compte un aspect particulier du pays de Bray : jusqu’à récemment, ce secteur humide doté de sols argileux et sableux était davantage une terre d’élevage que d’agriculture. Les images d’archives de l’IGN révèlent un terroir anciennement couvert de pâtures, actuellement en prise avec un développement important de la céréaliculture15. Or, les meilleurs résultats, tant sur les images aériennes que pour la collecte de scories sur le terrain, ont été obtenus sur des parcelles labourées depuis peu de temps. Ainsi, la pratique du labour apporte l’information en révélant les charbonnières, mais elle atténue leurs traces, détruit les structures de combustion encore en place et disperse les scories. On peut alors se demander combien de temps des zones ayant un passé métallurgique peuvent conserver ce type d’information, face à une longue et intense pratique du labour.

30Les figures 6 à 9 montrent des différences de tailles notables entre les charbonnières. Il serait maintenant judicieux d’évaluer par des sondages plusieurs de ces structures afin de les mesurer et de les dater de façon absolue. Les charbonnières seront ainsi replacées chronologiquement, notamment au regard des ateliers de réductions. De plus, recouper les données métrologiques avec des séries d’orthophotographies géoréférencées de forte résolution devrait permettre de repérer et discriminer des groupes au sein de ces concentrations de charbonnières. L’étude ne fait donc que commencer.

Conclusion

31Nous avons illustré tout le potentiel de l’utilisation des concentrations de taches de charbonnière dans les champs labourés, pour localiser de façon indirecte des sites de métallurgie ancienne peu visibles ou arasés. Cette méthode de recherche se distingue par son très faible coût et sa facilité de mise en œuvre, grâce aux images d’archives de l’IGN et aux globes virtuels. Elle permet de localiser rapidement des zones à forts potentiels, pour guider les évaluations de terrain. Elle ouvre également la porte vers des moyens d’investigation plus précis, notamment un type de prospection aérienne spécifique. En tenant compte des limites de la prospection pédestre pour retrouver les scories, la méthode pourrait avantageusement être utilisée pour amorcer des études sur la métallurgie ancienne en d’autres lieux.

32Cependant, il reste encore à montrer de façon incontestable la relation entre la production de fer et les concentrations de charbonnières, notamment en réalisant des dosages radiocarbones sur ces dernières. Dater ces structures permettra de situer chronologiquement une partie de l’activité de charbonnage identifiée grâce aux vues aériennes et ainsi de mieux saisir l’organisation de l’exploitation des terroirs anciens.

Bibliographie

Bibliographie

Agache R. (1999) – Le bilan de 35 ans de prospections aériennes à vue est-il spectaculairement positif ou dangereusement spectaculaire ? Revue archéologique de Picardie, no spécial 17, p. 49-58.

Arribet-Deroin D. (2001) – Fondre le fer en gueuse au XVIe siècle, le haut fourneau de Glinet en pays de Bray (Normandie), thèse de doctorat sous la direction de P. Benoit, université de Paris I, 2 vol., 408 et 709 p.

Cochet J.-B. D. (1866) – La Seine-Inférieure historique et archéologique, époques gauloise, romaine et franque, Paris, Derache, 552 p.

Colliou C. (2013) – La métallurgie par réduction directe à l’est de la Seine-Maritime. Étude pluridisciplinaire sur la production du fer de la Protohistoire à la fin du Moyen Âge, thèse de 3e cycle sous la direction de A.-M. Flambard-Héricher et P. Benoit, université de Rouen, 2 vol., 526 et 156 p.

Dassié J. (1978) – Manuel d’archéologie aérienne, Paris, Technip, 376 p.

Du Val J. (1603) – L’hydrothérapeutique des fontaines médicinales nouvellement trouvées aux environs de Rouen, très utiles et profitables à un chacun, Rouen, J. Besongne, 422 p.

Mangin M., Ploquin A., Keesmann I. et Birke W. (1992) – Mines et métallurgie chez les Éduens, le district sidérurgique antique et médiéval du Morvan-Auxois, université de Besançon, 364 p.

Noel de La Morinière S. (1796) – Mémoire sur les mines de fer qu’on exploitait encore vers la fin du XVe siècle. Magasin encyclopédique, vol. 8, p. 438-452.

Riden C. (1922) – Le pays de Bray, recherches préhistoriques et gallo-romaines dans la région de Forges-les-Eaux. Bulletin de la Société normande d’études préhistoriques, XXIII, p. 46-68.

Rogeret I. (1997) – La Seine-Maritime (76/1), Paris, Académie des inscriptions et belles-lettres, Carte archéologique de la Gaule, 663 p., 556 fig.

Tereygeol F. (2001) – Les mines d’argent carolingiennes de Melle, thèse de 3e cycle sous la direction de P. Benoit, université de Paris 1-Panthéon-Sorbonne, 3 vol., 615 p.

Sites

http://www.arehn.asso.fr/tbte/bray/pdf/Agriculture.pdf

Géoportail

Google Earth

Notes

1 Déchets de l’activité métallurgique.

2 La Haute-Normandie appartient au Bassin parisien. Il s’agit d’un vaste plateau crayeux. Dans ce plateau s’ouvre une échancrure en forme de boutonnière, de 70 km de long, dont 40 km en Seine-Maritime, et 13 km de large : le pays de Bray. Cette zone correspond à un anticlinal érodé et constitue une curiosité géologique notable.

3 La parcelle cadastrale 218 a été renommée 252 après les travaux de la déviation de Forges-les-Eaux en 2005-2007.

4 Toutes les photographies utilisées pour cet article sont consultables en version papier au département de géographie de l’université de Rouen, ou sont téléchargeables gratuitement sur le site : www.geoportail.gouv.fr.

5 Sur la figure 2, le contraste a été légèrement augmenté pour la bande labourée présentant les traces sombres, ceci ain de bien faire ressortir le point P03.

6 Les exceptions concernaient essentiellement des zones pour lesquelles les champs n’étaient pas labourés sur les couvertures photographiques dont nous disposions.

7 Un « globe virtuel » est un logiciel représentant ou modélisant informatiquement la Terre en 3D.

8 Google Earth est un logiciel lancé en 2005, propriété de la société Google, permettant une visualisation de la Terre avec un assemblage de photographies aériennes ou satellitaires.

9 Géoportail est un portail Web public permettant l’accès à des services de recherche et de visualisation de données géographiques ou géolocalisées. Ce n’est pas vraiment un globe virtuel dans le sens où il se consacre exclusivement à la France. Il a notamment pour but de publier les données géographiques de référence de l’ensemble du territoire français. Il est mis en œuvre par deux établissements publics, l’IGN et le BRGM, et a été officiellement inauguré le 23 juin 2006.

10 Citons les travaux de Jean et Nancy Gauthier pour le pays de Caux, du milieu des années 1970 jusqu’en 1989, de Jean-Pierre Watté à la fin de années 1970 et les prospections de Roger Agache.

11 Parcelle cadastrale 289 (anciennement 141, avant les travaux de construction de la déviation de Forges-les-Eaux).

12 Sur la figure 9, les taches A, B et C ont disparu à l’occasion des travaux de construction d’une voie de contournement de la commune de Forges-les-Eaux réalisés entre 2005 et 2007. On retrouve néanmoins les douze autres taches sélectionnées.

13 Ajoutons les plantes en cours de pousse masquant le sol et les sols insuffisamment lavés par les précipitations sur lesquels les scories restent invisibles.

14 Des scories coulées et piégées ont été retrouvées lors des prospections. Les masses des fragments peuvent varier de quelques dizaines de grammes à plus de 50 kg. Des fragments de céramique ont été retrouvés lors des prospections. Toutefois, aucune relation directe n’a pu être mise en évidence entre ces tessons et l’activité métallurgique ou le charbonnage.

15 La superficie des champs toujours en herbe est passée de 62 000 ha à moins de 45 000 entre 1979 et 2000 et la tendance à la baisse persiste et même s’intensifie. Source : recensement agricole (http://www.arehn.asso.fr/tbte/bray/pdf/Agriculture.pdf).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Positionnement des relevés des traces sombres sur la parcelle 218 (DAO : C. Colliou).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4370/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 2. « Le Chemin du Flot ». Extrait de la photo aérienne 107 de la campagne IGN de 1973 (© IGN).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4370/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 3. « Le Chemin du Flot ». Zoom sur le point P03 de la figure 2 (© IGN).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4370/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 4. Gaillefontaine, « Le Bord des Bois ». Extraits d’images aériennes d’archives IGN mises à la même échelle (© IGN).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4370/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Fig. 5. Gaillefontaine, « Le Bord des Bois ». Montage comparatif de zooms sur les clichés de la figure 4, mis à la même échelle (© IGN).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4370/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 6. Extrait de la photo aérienne 69 de la campagne IGN de 1952. Champ no6 (© IGN).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4370/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Fig. 7. Capture d’écran sur Géoportail de la campagne IGN de 2003.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4370/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende Fig. 8. Vue oblique réalisée lors du vol de la prospection aérienne de 2004 (cliché : C. Colliou).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4370/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 9. Capture d’écran sur Google Earth de la campagne IGN de 2008.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4370/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Tableau 1. Bilan des recherches de parcelles positives Tous les résultats sont en hectares. Ils indiquent avec quel outil la parcelle a été découverte, même si l’information a ensuite été recoupée avec d’autres techniques.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4370/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 73k

Auteur

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search