Version classiqueVersion mobile

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Alizay, 20-22 juin 2014

 | 
Luc Liogier

Les graffiti contemporains du château de Gaillon : bilan des premières campagnes de relevés (2012-2014)

Contemporary graffiti at the château de Gaillon: the results of the initial survey campaigns (2012-2014)

Dominique Pitte, France Poulain et Jean-Louis Breton

Résumé

Le château de Gaillon est connu pour avoir été l’un des fleurons de l’architecture de la première Renaissance en France. Devenue bien national à la Révolution, la résidence des archevêques de Rouen a été transformée en maison de détention et en caserne. Le passé carcéral et militaire du château se lit encore sur ses murs, au travers d’innombrables graffiti qui y ont été portés par les détenus, gardiens et militaires qui ont « résidé » à Gaillon pendant près d’un siècle et demi.

Texte intégral

L’étude des graffiti anciens : une discipline récente en constante évolution

  • 1 Il ne l’a d’ailleurs toujours pas trouvée, puisque l’on dispose aujourd’hui de deux possibilités po (...)

1« Graffite, grafitte, sgrafitte, graffito… », le terme s’impose dans le vocabulaire français dans la seconde moitié du XIXe siècle, en peinant à trouver une forme définitive1. Il désigne à l’époque « un écrit ou dessin gravé au stylet par les anciens sur les monuments », et l’on cite en exemple « les graffiti de Pompeï ». Nul, à cette époque, ne songerait à s’intéresser aux inscriptions qui figurent sur les murs de bon nombre de monuments de notre région ; que tirerait-on, d’ailleurs, de leur étude ?

2Il faut attendre les années 1950 pour qu’Henri Cahingt montre l’apport à l’histoire de la navigation des innombrables représentations de bateaux qui ornent les murs des églises de Dieppe et de sa région. La vallée de la Seine devient plus tard le terrain d’investigation privilégié d’Anne-Sophie Sergent, qui achève en 1991 une thèse de doctorat consacrée aux graffiti marins de la Normandie. Les bateaux sont toujours à cette époque l’objet d’un intérêt particulier et les murs des églises les supports principaux des dessins étudiés. Ils voisinent cependant avec d’autres dessins (symboles religieux, représentations humaines ou animales et figuration d’édifices…) qui sont la manifestation de croyances et de mentalités anciennes, ou éclairent simplement la vie quotidienne au cours de siècles passés. Ces signes sont désormais pris en considération, et l’article de Michel Leblond consacré aux graffiti anciens des rives de l’Eure (Leblond, 2001) constitue un exemple d’une démarche qui culmine deux ans plus tard avec la remarquable synthèse consacrée par Christian Montenat et Marie-Laure Guiho-Montenat aux graffiti des XVIIe-XVIIIe siècles qu’ils ont relevés sur les murs extérieurs d’églises de Picardie, de Normandie et d’Île-de-France (Montenat et Guiho-Montenat, 2003).

3La primauté des églises dans cette recherche vient vraisemblablement du fait que ces édifices sont immédiatement accessibles, ce qui n’est pas le cas de la plupart des châteaux ou édifices civils. Certains d’entre eux vont cependant être le théâtre, dans la première décennie du XXIe siècle, de fructueuses campagnes de relevés.

4Il s’agit tout d’abord du manoir d’Écretteville-les-Baons (Seine-Maritime), qui révèle une densité rare d’inscriptions permettant d’évoquer les croyances et la vie quotidienne des habitants de ce manoir seigneurial de l’abbaye de Fécamp, transformé en ferme, aux époques moderne et contemporaine (Follain et Pitte, 2005).

5En 2011, l’ancien tribunal de Verneuil-sur-Avre (Eure) est investi par les archéologues qui recherchent et identifient, au cœur des bâtiments existants, une maison médiévale. Dans les cellules des prisons qui flanquent le tribunal, ils recueillent une série remarquable de graffiti laissés par des détenus en attente de l’exécution de leur peine (Lemoine-Descourtieux, 2012).

6Ce sont enfin des graffiti qui permettent à Jean-Louis Camuset d’affirmer que la « Grotte du Sabotier », au pied du château médiéval d’Ivry-la-Bataille (Eure), a abrité, vers 1700, un culte votif funéraire (Camuset, 2014).

7Dès la fin des années 1990, Jean-Claude Vimont avait intégré à son étude de la colonie pénitentiaire des Douaires, à Gaillon, une série d’inscriptions réalisées par les mineurs de justice qui y furent emprisonnés entre 1868 et 1925 (Vimont, 1998). Ces quelques exemples régionaux illustrent une recherche qui, après avoir vu son intérêt reconnu, s’est diversifiée dans son objet, notamment du point de vue chronologique. Les graffiti relevés à ce jour ne constituent qu’une infime partie de l’iconographie figurant sur les murs des monuments ou édifices religieux, militaires ou civils de la région. En 2012, au moment où débute notre enquête, le château de Gaillon n’a pas encore révélé l’extraordinaire richesse des inscriptions qui ont été portées sur ses murs. Elles illustrent l’histoire récente du château qui n’avait, jusqu’alors, suscité qu’un intérêt limité de la part des chercheurs (fig. 1).

Fig. 1. Résidence des archevêques de Rouen à la Renaissance, le château de Gaillon a été transformé au XIXe et dans la première moitié du XXe siècle en prison et en caserne (cliché : D. Pitte).

L’histoire contemporaine du château de Gaillon

  • 2 Sur cette période, voir M.-C. de La Conté, 1985.

8Déclaré bien national par la loi du 5 novembre 1790, le château, auquel on peine à trouver une affectation, est bientôt vendu à des particuliers. Les premières démolitions suivent rapidement l’acquisition. L’administration française s’intéresse de nouveau au monument dans les premières années du XIXe siècle. En effet, elle cherche un lieu pour établir une maison centrale de détention pour les départements de l’Eure, de la Seine-Inférieure, de l’Orne, du Calvados, de l’Eure-et-Loir et de la Somme. Le choix se porte sur Gaillon, qui est acquis en 18122. La résidence des archevêques de Rouen devient alors prison, et ce au prix de transformations considérables. L’établissement accueille dans un premier temps des prisonniers de droit commun auxquels s’ajoutent, à partir de 1876, des détenus aliénés cantonnés dans un quartier spécifique, situé au nord du site. C’est dans ce contexte particulier que le château, mutilé par ses premiers propriétaires particuliers et défiguré par sa transformation en prison, est classé, en 1862, parmi les monuments historiques. La maison de détention abrite certaines années jusqu’à 1 500 détenus. La garde extérieure de l’établissement est confiée à des militaires. Suite à l’impossibilité d’adapter les locaux à une obligation nouvelle pour l’époque de créer des cellules individuelles, Gaillon ferme ses portes en 1901. L’armée prend alors possession des lieux et y installe l’année suivante des compagnies appartenant à des régiments d’infanterie d’Évreux puis de Rouen (fig. 2), puis une batterie du 103e régiment d’artillerie lourde (103e RAL), dont les servants sont logés dans le pavillon Colbert. Le château abrite, à partir de 1915 et durant toute la première guerre mondiale, un centre d’instruction des sous-lieutenants auxiliaires de l’infanterie belge, le CISLA 1. Le ministère de la guerre affecte à cette époque à Gaillon deux compagnies métropolitaines d’exclus : il s’agit d’hommes condamnés dans le civil à de lourdes peines, interdits de port d’armes, que l’on affecte à des tâches d’intérêt général.

9L’armée abandonne le site en 1925, cependant l’histoire militaire et carcérale de Gaillon ne s’arrête pas là. Le château est vendu à cette époque à un particulier, mais en janvier 1939, il est réquisitionné par l’État. Plus de 400 réfugiés espagnols fuyant leur pays en guerre y sont rassemblés. La seconde guerre mondiale ajoute une ultime mais non moins terrible page à ce passé. En juin 1940, les Allemands y ouvrent un stalag pour regrouper des prisonniers français avant leur départ pour l’Allemagne. En 1941, le château est mis à la disposition du gouvernement de Vichy qui y implante un centre d’internement administratif. Des « politiques » et des « marché noir » y sont enfermés jusqu’à la fin de l’année 1942, date de la fermeture du centre. Le château est réoccupé par les Allemands à la fin de la guerre. À la Libération et jusqu’en 1946, 1 400 individus sont acheminés à Gaillon qui devient, à partir d’août 1945, le seul camp d’internement administratif des cinq départements normands : des individus suspects de collaboration avec l’ennemi ou convaincus de marché noir y sont retenus (Bertonchini, 1993).

Spécificités du site de Gaillon

10Le château redevient une propriété privée, lorsqu’en 1975, l’État s’en rend de nouveau acquéreur. Depuis cette date, ce dernier n’a de cesse de gommer les traces du passé récent du monument, auquel il entend restituer une part de sa splendeur initiale. La plupart des modifications apportées au XIXe siècle disparaissent à cette occasion.

11À partir de 2011, un processus de réouverture progressive et partielle, initié par la direction régionale des Affaires culturelles de Haute-Normandie représentant l’État, a conduit deux de ses services, le service territorial de l’Architecture et du Patrimoine de l’Eure (maître d’œuvre de l’opération) et le service régional de l’Archéologie, à se rapprocher en vue d’étudier certains aspects méconnus du château.

12L’attention a tout d’abord porté sur des témoignages non « officiels » de l’histoire récente du monument : il s’agit des innombrables graffiti portés sur ses murs au cours des deux derniers siècles, miraculeusement épargnés par les travaux de réhabilitation. Ces inscriptions sont l’œuvre de détenus ou de leurs gardiens, ou bien encore de militaires en station à Gaillon. Elles apportent sur la vie quotidienne au château durant cette époque un témoignage qui complète celui fourni par les archives.

Fig. 2. L’entrée du château de Gaillon, à l’époque de la caserne (carte postale, coll. part.).

13Il y avait urgence à entamer une telle démarche, compte tenu de la fragilité de ces inscriptions, réalisées pour bon nombre d’entre elles au crayon ou à la mine de plomb, sur des supports dégradés par les ans (les enduits des murs des cellules), ou appelés à disparaître à plus ou moins long terme du fait de travaux nécessaires en vue d’une réutilisation du château, comme les cloisons divisant les étages de la « Grant Maison ».

14Les restaurations entreprises sur le monument depuis son dernier rachat ont fait disparaître une partie de ces témoignages. Il s’agissait alors d’assurer la pérennité de constructions fragilisées par une longue période d’abandon et il n’était pas question de dévier de cet objectif. C’est ainsi que les graffiti ont disparu dans les étages du pavillon d’entrée. Au rez-de-chaussée, le visiteur attentif remarquera cependant quelques inscriptions et dessins préservés sur les murs du passage menant au château. Les graffiti sont rares dans le bâtiment dit « des cuisines » (à l’est de l’avant-cour) et dans l’édifice délimitant au nord la cour d’honneur (fig. 3). Ce dernier bâtiment était divisé en chambres qui ont vraisemblablement hébergé des « gardiens » et non des détenus.

Fig. 3 Plan du rez-de-chaussée du château de Gaillon (document STAP 27).

Fig. 4. Niveau inférieur de la « Tour de la Sirène », qui a fait office de cachot. Les enduits des murs sont constellés de graffiti (cliché : F. Poulain).

Fig. 5. Cellule aménagée au début du XIXe siècle, au rez-de-chaussée du corps de bâtiment bordant à l’ouest l’avant-cour du château (cliché : D. Pitte).

15Au nord du site, les murs du pavillon Colbert, qui a accueilli des soldats, puis des prisonniers au début des années 1940, sont restés presque muets ; seuls quelques portraits de femmes très simples ont été relevés dans la petite extension nord au second étage, récemment accessible le temps d’un chantier. Parmi les endroits ayant livré des graffiti, il convient de distinguer les lieux de confinement strict (cellules, cachots…) d’espaces plus vastes et ouverts sur l’extérieur ayant servi, par exemple, de dortoirs. Les niveaux inférieurs de la « Tour de la Sirène » appartiennent à la première catégorie ; il s’agit de volumes médiévaux ou modernes auxquels on a affecté une nouvelle destination (fig. 4). Les cellules au rez-de-chaussée du bâtiment bordant à l’ouest l’avant-cour ont, quant à elles, été créées au début du XIXe siècle ; elles ont servi de « mitard » au cours de la première moitié du XXe siècle (fig. 5).

Les premières campagnes de relevés

16Notons tout d’abord que le château de Gaillon n’a livré, à ce jour, que peu de graffiti antérieurs à la période contemporaine. Quelques dessins médiévaux ou modernes ont été repérés sur les parements de murailles mises au jour dans les années 1970 au nord du château. En mai 2014, une scène de chasse accompagnée d’inscriptions diverses, vraisemblablement du XVIe siècle, a été retrouvée sur les murs de la salle située sous la chapelle : elle est en cours d’étude et n’appartient pas au corpus présenté aujourd’hui, qui est exclusivement contemporain.

  • 3 Les relevés ont été effectués par France Poulain et Dominique Pitte, avec l’aide de Guillaume Gouel (...)

17Les relevés réalisés entre 2012 et 2014 ont essentiellement porté sur les intérieurs des constructions encadrant la cour d’honneur et de celles bordant à l’ouest l’avant-cour. Les murs extérieurs, lessivés par les intempéries, n’ont livré que peu de traces3. Un premier bilan montre un déséquilibre entre les périodes distinguées au début de ce texte. Les inscriptions datables du XIXe siècle sont minoritaires : ce déficit s’explique par le fait qu’elles ont été par endroits recouvertes par des enduits plus récents et se dérobent aujourd’hui à nos yeux. Ailleurs, les aménagements du XXe siècle les ont tout simplement fait disparaître. Quelques noms et dates antérieurs à 1900, gravés dans la pierre, n’apportent pas d’éclairage particulier sur la maison de détention. Sous des peintures écaillées apparaissent en divers points du château des citations de la Bible ou des directives qui incitaient alors les détenus au respect de la religion, de l’ordre et à l’hygiène (fig. 6).

18Le premier quart du XXe siècle, période durant laquelle le château est occupé par des militaires, est bien représenté grâce à une concentration d’inscriptions dans les deux niveaux inférieurs de la « Tour de la Sirène ». Ces espaces, auxquels on accède en empruntant une succession de portes renforcées et percées de judas, ont de toute évidence fait office de prison. Les murs du niveau le plus profond sont constellés de patronymes, souvent accompagnés d’une date (correspondant parfois à l’année d’incorporation : « classe 1911 ») ou du nombre de jours restant à servir avant la libération (« 199 et la fuite ! »). On y apprend que « Vallet [y a] fait 15 jours » et que « René a était enfermé 20 jours ». L’origine géographique de l’auteur est parfois précisée. Dans ce contexte assez stéréotypé, les portraits de deux soldats allemands, coiffés d’un casque à pointe, méritent d’être remarqués (fig. 7).

19Il convient également de noter que l’on a trouvé, dans l’espace le plus reculé de la base de la « Tour de la Sirène », la date la plus ancienne recueillie à ce jour sur le site, celle de « 1823 » (fig. 8). Des inscriptions datées du second quart du XXe siècle montrent que l’endroit a été « fréquenté » au-delà de la période où le château était occupé par l’armée.

Fig. 6. Sentence inspirée de la Bible (Livre de Tobie, chapitre 13, verset 5) incitant les pensionnaires de la maison de détention à la résignation (cliché : D. Pitte).

Fig. 7. Les soldats allemands portaient encore, au début de la première guerre mondiale, un casque à pointe (mise au net : F. Poulain).

Fig. 8. Date la plus ancienne retrouvée sur le site, au niveau inférieur de la « Tour de la Sirène » (mise au net : D. Pitte).

Fig. 9. Des soldats belges originaires d’Eeklo (Flandre orientale) ont laissé leurs noms sur les murs du château de Gaillon (relevé et mise au net : D. Pitte).

20Le passage du CISLA à Gaillon se lit encore sur les murs, au travers de noms, accompagnés cette fois presque systématiquement du pays ou de la ville d’origine (fig. 9). Sur une paroi de l’escalier nord de la « Grant Maison », on a vanté la Belgique « pour le tabac et les petites femmes ». Une peinture indique encore, dans l’escalier menant au premier étage du bâtiment bordant à l’ouest l’avant-cour, l’emplacement de l’infirmerie belge, qui était distincte de l’infirmerie française (fig. 10).

21On remarque la présence, sur les parois des murs d’une cellule située au rez-de-chaussée du même édifice, de plusieurs portraits de femmes datables, par leurs coiffures, des alentours des années 1900. Ces représentations voisinent avec une inscription témoignant d’une incarcération, en 1916, pour le motif de « coûts et blessures ».

Fig. 10. Les sous-officiers belges possédaient leur propre infirmerie, distincte de l’infirmerie française (cliché : D. Pitte).

Fig. 11. Galerie de portraits, parmi les graffiti attribués aux réfugiés espagnols ayant transité à Gaillon (mise au net : D. Pitte).

  • 4 Une bataille aérienne, dessinée au crayon, occupe un mur entier d’une salle au second étage de la « (...)

22Les traces laissées par le passage des réfugiés espagnols sont aisément reconnaissables, ne serait-ce que par la langue dans laquelle ont été rédigés les commentaires accompagnant les portraits qui constituent une part des inscriptions identifiées (fig. 11). La période correspondant à la seconde guerre mondiale est celle qui a laissé le corpus d’inscriptions le plus abondant et le plus varié. Il convient tout d’abord d’apprécier la diversité de leurs auteurs : internés politiques, « marché noir » ou collaborateurs, pour ne citer que les catégories les plus importantes retenues à Gaillon. Ces dernières se sont succédées dans de mêmes lieux, et il est parfois difficile de préciser le statut de l’auteur d’une inscription, qu’elle soit nominale ou anonyme. Une date, le contenu d’un texte, permettent en certaines occasions de trancher. De nombreux dessins parlent cependant d’eux-mêmes, sans que l’on soit tenu de leur attribuer un auteur : c’est le cas de multiples évocations de la guerre, qu’il s’agisse de portraits de soldats anonymes, de la représentation d’un blindé (fig. 12), ou de l’évocation de combats sur mer ou dans les airs4. En plusieurs endroits, les contours de petites mains, dessinées à peine à plus d’un mètre du sol, attestent la présence d’enfants parmi ceux qui furent internés au château.

Fig. 12. Char d’assaut, dessiné au crayon à papier sur un mur du château (relevé et mise au net : D. Pitte).

  • 5 C’est-à-dire par de l’eau (tirée à la pompe).

23De nombreuses inscriptions permettent d’évoquer la vie quotidienne des personnes détenues, dont la journée était rythmée par les appels nominaux (fig. 13). L’inventaire du mobilier des dortoirs apparaît sur les murs : ici « 42 lits, 7 tables, 14 bancs », là « 50 lits, 9 tables, 18 bancs ». Il fallait passer le temps, que l’on essayait de maîtriser en inscrivant des calendriers sur les murs ou en décomptant les jours avec des bâtons ; une partie de ballon permettait peut-être parfois de tromper l’ennui (fig. 14). Un détenu a imaginé un menu, accompagné de « château la pompe5 » : il comprend « soupe à l’oignon, pommes de terre au jus, pâté de foie, melon, confiture, thé », autant de mets dont on doute qu’ils furent souvent servis à cette époque à l’auteur de l’inscription.

Fig. 13. Des appels nominaux rythmaient plusieurs fois par jour la vie des personnes détenues à Gaillon (relevé et mise au net : D. Pitte).

Fig. 14. Une partie de football (relevé et mise au net : D. Pitte).

24Les inscriptions portées sur les murs des cellules situées au rez-de-chaussée du bâtiment bordant à l’ouest l’avant-cour rendent compte de la dureté de l’époque et des conditions de détention à Gaillon durant l’Occupation et à la Libération. Un « marché noir » explique le motif de son incarcération. Une femme, appréhendée pour une affaire de « couchage », proteste de son innocence (fig. 15). Une autre personne, emprisonnée sur dénonciation, attend l’heure de la « revanche ». Un détenu relate avec humour sa lutte, dans la nuit du 19 au 20 septembre 1945, contre les puces, les moustiques et les punaises qui infestaient sa cellule. On notera enfin une terrible allusion au « camp de représailles… KZ Buchenwald No 2 », sans qu’il soit possible de déterminer dans quelles circonstances la personne qui a réalisé cette inscription avait eu connaissance de ce camp (fig. 17).

Fig. 15. Protestation d’une femme appréhendée pour une affaire de « couchage » (relevé et mise au net : D. Pitte).

Les perspectives

25La majorité des graffiti du château de Gaillon ont à ce jour été relevés. Ils ont pour la plupart fait l’objet d’une copie à l’échelle 1/1 sur un lai de rhodoïd appliqué contre les murs (fig. 16). Ils ont ensuite été reportés, après mise au net, sur un support papier, puis numérisés. Une photographie seule gardera le souvenir de dessins présentant une valeur artistique, qu’il n’était pas possible de reproduire par la main. L’avenir de ces inscriptions est incertain. La plupart, compte tenu de leur extrême fragilité, ne pourront ni être maintenues en place, ni déposées (fig. 17). Il convient maintenant d’ordonner, d’étudier et de publier les formidables témoignages qui viennent d’être recueillis. Ils devront être confrontés à l’abondante documentation conservée notamment aux archives départementales de l’Eure, que l’Association pour la renaissance du château de Gaillon a entrepris d’exploiter. Il conviendra de s’interroger sur l’opportunité de déposer certains enduits mis en place au XXe siècle et prêts à tomber, pour voir ce qu’ils recouvrent. La question se pose de façon cruciale pour le niveau inférieur de la « Tour de la Sirène », dont quelques pierres du parement intérieur laissent apparaître des inscriptions gravées au XIXe siècle.

Fig. 16. Relevé sur rhodoïd d’un avion dessiné au crayon (cliché : D. Pitte).

Fig. 17. Inscription, sur un support fragilisé par les ans (cliché : D. Pitte).

26Les recherches menées à Gaillon au cours des trois dernières années ont eu deux conséquences majeures. Elles ont tout d’abord restitué au monument une partie trop longtemps occultée de son histoire. Le château est devenu, pour la richesse de son histoire récente et l’importance des traces qui en subsistent, un site de référence dans le domaine de la recherche sur le patrimoine carcéral normand. L’apparition de Gaillon aux côtés de Clairvaux ou de Drancy dans l’exposition virtuelle mise en ligne en octobre 2014 par Criminocorpus (Pitte et al., 2014) constitue le premier pas d’une démarche appelée à se développer dans les années à venir.

Bibliographie

Bibliographie

Bertonchini H. (1993) – Les camps d’internement administratifs de Gaillon, mémoire de maîtrise sous la direction de O. Dumoulin, université de Rouen, 194 p. et annexes.

Camuset J.-L. (2014) – Ivry-la-Bataille (Eure), la grotte du Sabotier : résultats d’une fouille programmée. Journées archéologiques de Haute-Normandie, Rouen, 24-26 mai 2013, Rouen, Presses universitaires de Rouen et du Havre, p. 213-220.

Follain É. et Pitte D. (2005) – Le manoir d’Écretteville-les-Baons (Seine-Maritime). Patrimoine normand, 52, p. 42-49.

La Conté M.-C. de (1985) – Quand Gaillon devint prison. Connaissance de l’Eure, 58, p. 1-10.

Leblond M. (2001) – Rives de l’Eure et graffiti anciens. Connaissance de l’Eure, 121, p. 3-19.

Lemoine-Descourtieux A. (2012) – L’ancien tribunal de Verneuil-sur-Avre. Bulletin des amis des monuments et sites de l’Eure, 144, p. 13-21 et 41-46.

Montenat C. et Guiho-Montenat M.-L. (2003) – Prières des murs. Graffiti anciens, XVIIe-XVIIIe siècles, aux murs extérieurs des églises. Picardie, Normandie, Île-de-France, Beauvais, GEMOB, 208 p.

Pitte D., Poulain F. et Breton J.-L. (2014) – Les graffitis contemporains du château de Gaillon. Criminocorpus (en ligne), https://criminocorpus.org/musee/17637/.

Vimont J.-C. (1998) – Les graffiti de la colonie pénitentiaire des Douaires. Histoire et archives, 2, p. 139-155.

Notes

1 Il ne l’a d’ailleurs toujours pas trouvée, puisque l’on dispose aujourd’hui de deux possibilités pour le singulier et le pluriel de ce mot : graffito ou graffiti, graffiti ou graffitis.

2 Sur cette période, voir M.-C. de La Conté, 1985.

3 Les relevés ont été effectués par France Poulain et Dominique Pitte, avec l’aide de Guillaume Gouel, Louis Lemel, Yvette Petit-Decroix, Claudine Maillard, Jean-Louis et Annie Breton.

4 Une bataille aérienne, dessinée au crayon, occupe un mur entier d’une salle au second étage de la « Grant Maison ».

5 C’est-à-dire par de l’eau (tirée à la pompe).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Résidence des archevêques de Rouen à la Renaissance, le château de Gaillon a été transformé au XIXe et dans la première moitié du XXe siècle en prison et en caserne (cliché : D. Pitte).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4364/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende Fig. 2. L’entrée du château de Gaillon, à l’époque de la caserne (carte postale, coll. part.).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4364/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 3 Plan du rez-de-chaussée du château de Gaillon (document STAP 27).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4364/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 4. Niveau inférieur de la « Tour de la Sirène », qui a fait office de cachot. Les enduits des murs sont constellés de graffiti (cliché : F. Poulain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4364/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 5. Cellule aménagée au début du XIXe siècle, au rez-de-chaussée du corps de bâtiment bordant à l’ouest l’avant-cour du château (cliché : D. Pitte).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4364/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 6. Sentence inspirée de la Bible (Livre de Tobie, chapitre 13, verset 5) incitant les pensionnaires de la maison de détention à la résignation (cliché : D. Pitte).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4364/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 7. Les soldats allemands portaient encore, au début de la première guerre mondiale, un casque à pointe (mise au net : F. Poulain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4364/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Fig. 8. Date la plus ancienne retrouvée sur le site, au niveau inférieur de la « Tour de la Sirène » (mise au net : D. Pitte).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4364/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 9. Des soldats belges originaires d’Eeklo (Flandre orientale) ont laissé leurs noms sur les murs du château de Gaillon (relevé et mise au net : D. Pitte).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4364/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 10. Les sous-officiers belges possédaient leur propre infirmerie, distincte de l’infirmerie française (cliché : D. Pitte).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4364/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Fig. 11. Galerie de portraits, parmi les graffiti attribués aux réfugiés espagnols ayant transité à Gaillon (mise au net : D. Pitte).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4364/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 12. Char d’assaut, dessiné au crayon à papier sur un mur du château (relevé et mise au net : D. Pitte).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4364/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 13. Des appels nominaux rythmaient plusieurs fois par jour la vie des personnes détenues à Gaillon (relevé et mise au net : D. Pitte).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4364/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 14. Une partie de football (relevé et mise au net : D. Pitte).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4364/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende Fig. 15. Protestation d’une femme appréhendée pour une affaire de « couchage » (relevé et mise au net : D. Pitte).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4364/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 16. Relevé sur rhodoïd d’un avion dessiné au crayon (cliché : D. Pitte).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4364/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 17. Inscription, sur un support fragilisé par les ans (cliché : D. Pitte).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4364/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 86k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search