Version classiqueVersion mobile

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Alizay, 20-22 juin 2014

 | 
Luc Liogier

La fouille de la cour de la Maîtrise de la cathédrale, à Rouen

Excavations in the courtyard of the cathedral choir school, Rouen

Érik Follain et Dominique Pitte

Résumé

L’aménagement de l’Historial Jeanne-d’Arc a été précédé d’une opération archéologique. Des informations stratigraphiques concernant l’occupation de ce secteur de la ville, du VIIe siècle à nos jours, ont été recueillies. Deux structures maçonnées ont été identifiées. En retrait de l’actuelle rue Saint-Romain, la base d’un puissant mur appartiendrait à l’enceinte de l’archevêché roman. Une fondation perpendiculaire correspond au mur ouest d’une grande salle gothique dont ne subsiste que le pignon nord.

Texte intégral

1La cour dite « de la Maîtrise », à Rouen, a été le théâtre en 2013 d’une fouille archéologique motivée par le projet de construction du bâtiment d’accueil de l’Historial Jeanne-d’Arc qui vient de s’installer dans une partie des locaux de l’archevêché (fig. 1 et 2). Les données issues de cette opération enrichissent de façon considérable notre connaissance de la résidence rouennaise des archevêques au Moyen Âge.

Un secteur de Rouen mal connu du point de vue archéologique

  • 1 Archives départementales de Seine-Maritime (ADSM), 4 N 457.

2L’emprise foncière de l’archevêché de Rouen n’a pas livré d’indication précise sur son potentiel archéologique. Elle apparaît comme vierge de vestiges antiques sur le plan de Rouen illustrant le volume de la Carte archéologique de la Gaule consacré à la capitale normande (Guillot et Lequoy, 2004). On peine à trouver, dans la documentation, quelques vagues mentions de découvertes. C’est ainsi qu’Eustache de La Quérière relate qu’en 1825, alors que l’on creusait un puits pour le paratonnerre de la flèche de la cathédrale « dans l’enclave de l’archevêché », on recueillit « à vingt-cinq pieds de profondeur […] quantité de débris de tuiles et de briques romaines, et une médaille de petit module en bronze » (La Quérière, 1841, p. 262-263). La même année, les ouvriers chargés de la construction d’une glacière sous la chapelle de l’archevêché rencontrèrent « d’anciens murs qui traversaient le sol en s’étendant […] en divers sens1 ». Les secteurs situés au nord, à l’est et au sud de l’archevêché sont à peine mieux documentés pour la période gallo-romaine. On retiendra cependant que l’archevêché était vraisemblablement bordé à l’est par l’enceinte urbaine antique, dont on a cru reconnaître la maçonnerie en 1982, à l’angle des rues de la République et des Bonnetiers. Plusieurs maisons canoniales en pierre d’époque romane sont connues par des vestiges dans le périmètre déjà désigné. Au nord de la cathédrale, le passage des Libraires sépare, depuis la fin du XIIIe siècle, les domaines respectifs de l’archevêque et du chapitre. Une voie romaine, dont l’existence ne semble pas acquise, est apparue sur l’emprise du passage, dans des publications récentes concernant le secteur (Le Maho, 2006, p. 203). Au nord-ouest de la cathédrale, le domaine des chanoines a, quant à lui, fait l’objet de nombreuses campagnes de fouilles entre 1986 et 1990 (Guillot et Lequoy, 2004, p. 257-260 et 269-272). Les vestiges exhumés au cours de ces investigations font l’objet d’un article proposant une relecture, à la lueur des découvertes récentes (Follain, 2015, dans ce volume).

La cour de la Maîtrise : une origine moderne et une histoire mouvementée

3Dans le Livre des fontaines achevé en 1525, Jacques Le Lieur a figuré la face nord de l’archevêché, le long de la rue Saint-Romain. On remarque, dans la succession de murailles représentées, un ensemble que les historiens et les archéologues identifient à juste titre comme le palais érigé à partir de la fin du XIIIe siècle par Guillaume de Flavacourt.

Fig. 1. Le secteur de la Maîtrise : au centre, la cour où se sont déroulées les fouilles. L’espace est limité au nord par la rue Saint-Romain et par l’école de chant de la cathédrale, à l’ouest. Les constructions situées à l’opposé abritent désormais l’Historial (cliché : D. Pitte).

Fig. 2. Localisation, en rouge, de la zone fouillée (© É. Follain).

4Au début du XVIe siècle, l’archevêque demeure, lors de ses séjours rouennais, dans une résidence moderne et confortable édifiée plus à l’est. Dans le « vieux palais » déserté a été transférée la justice archiépiscopale : de la façade nord de l’officialité se détache un pignon percé d’une vaste baie à remplages. Les auteurs s’accordent à dire que cette fenêtre éclairait la grande salle du palais de Guillaume de Flavacourt : on ordonne désormais les clercs dans cet espace désigné depuis comme « chapelle des ordres » (Delsalle, 2007, p. 239).

  • 2 ADSM, G 3345. Les transcriptions de la série G sont tirées de Fuzet et Jouen, 1908.

5Les bâtiments du vieux palais soufrent rapidement d’une absence d’entretien. Le 20 septembre 1590, Jacques Tourmente (maçon), Denys Cousin (charpentier), Vincent Lynant (plâtrier et couvreur) et Pierre Luce (plombier) se rendent à l’archevêché à la demande de Jehan Vymont et Claude Seccar, chanoines de la cathédrale (le siège archiépiscopal est vacant) ; ils sont chargés de dresser un état des lieux et d’établir un devis pour des réparations. L’inspection dure plusieurs jours et le constat est alarmant : les bâtiments sont en mauvais état et certains d’entre eux menacent ruine. C’est le cas notamment de la « chapelle des ordres » : « Avons trouvé à la dicte chapelle des ordres une portion de voultes de pierre lesquelles sont en ruines et prestz et encommencez a tumber, et est requis abattre le résidu pour esviter a plus grand iconvenient et ruyne2. »

  • 3 ADSM, G 3626.

6Le 19 juillet de l’année suivante, Jacques Tourmente, accompagné cette fois de Léger Morien (maçon), Vincent et Robert Lynant (plâtriers et couvreurs), sont à nouveau dépêchés sur les lieux par le chapitre : « Nous nous sommes transportez sur les lieux en la chapelle des ordres pour veoir et visiter deux croisez de voulte et sçavoir en quel estat ils sont, et aprez avoir veu et deument visite lesd. deux croisez de voulte, avons trouvé que l’une d’icelles est à moictié tombée et l’aultre moictié en dangier de tomber, et est requiz, le plus tost que faire ce pourra, abattre le reste pour éviter inconvenient, d’aultant qu’elle est en totalle ruyne3. »

7Le plan de Rouen par Jacques Gomboust nous livre un état des lieux au milieu du siècle suivant : la salle a disparu ; ne subsiste qu’un mur-pignon sur la rue Saint-Romain. On peut raisonnablement avancer qu’un espace libre s’est substitué à la grande salle médiévale aux alentours de 1600. L’emprise de la salle, augmentée, à l’ouest et au sud, par deux cours qui la séparaient de l’ancien logis de l’archevêque et de la cathédrale, constitue une vaste étendue non bâtie. Cet espace est vite colonisé par de nouvelles constructions qui apparaissent sur les plans de l’archevêché des XVIIIe et XIXe siècles (fig. 3).

  • 4 ADSM, 4 N 457.

8Dans les années 1820, l’architecte Alavoine occupe le tiers sud de la cour et une partie des bâtiments environnants pour les besoins du chantier de réédification de la flèche de la cathédrale, qui lui a été confié. L’archevêque avait en effet vu avec effroi les premières installations et matériaux nécessaires à la reconstruction transiter devant ses fenêtres, par les « cours de son palais4 ». On prend donc toutes les mesures nécessaires pour transformer le bâtiment bordant la cour à l’ouest en « magasin pour les travaux de Mr. Allavoine ».

Fig. 3. Trois documents illustrant l’histoire récente de la cour de la Maîtrise.
En haut, extrait du plan de Rouen de Jacques Gomboust, en 1655. La grande salle a disparu à l’exception du mur nord et sa fenêtre.
Au centre, le plan dressé vers 1715 par Robert de Cotte (bibliothèque du patrimoine MH 179845). La cour est divisée par un mur nord-sud reprenant le tracé du mur occidental de la grande salle. Deux portes percées dans le mur nord donnent accès à l’îlot depuis la rue Saint-Romain (© É. Follain, d’après Robert de Cotte).
En bas, le plan dressé en 1828 par G. Grégoire (ADSM 4N457) figure une cour qui a totalement changé d’aspect. À l’est, une nouvelle chapelle a remplacé, depuis plus d’un siècle, la vieille chapelle gothique. Les constructions occupant la cour disparaîtront à la fin du
XIXe siècle (© É. Follain, d’après G. Grégoire).

  • 5 ADSM, ibid.

9Les vestiges de l’ancien palais de Guillaume de Flavacourt sont à cette époque très dégradés. Les étroites rues médiévales ont mauvaise presse à Rouen ; on prévoit dès la fin du XVIIIe siècle d’élargir la rue Saint-Romain et de démolir la partie du palais médiéval en avancée sur la voie. Soucieux de hâter l’opération, les riverains adressent au préfet de la Seine-Inférieure, le 20 août 1828, une pétition où l’on peut lire : « D’après le plan de redressement adopté pour la rue Saint-Romain, on doit supprimer toute la partie des constructions dépendant de l’archevêché qui fait angle saillant sur la rue […] Les bâtiments dont il s’agit ne sont d’aucune utilité, leur état de dégradation en a fait depuis longtemps abandonner l’usage. Sous ce rapport, rien ne doit s’opposer à leur démolition. » L’architecte du département, Grégoire, confirme, le 6 octobre suivant, que « la démolition serait en effet un grand bienfait pour les propriétés qui sont situées en face ; elle donnerait à cette rue très passagère un accroissement de largeur dont elle a un bien grand besoin5 ». Le projet de démolition sera finalement abandonné. À la fin des années 1880, la reconstruction de la flèche est achevée, mais la partie sud de la cour est restée à l’état de chantier : on envisage de la déblayer. « En 1886, écrit Sophie Nasi (2010, p. 270), Sauvageot propose de réaménager la cour de la Fonte située sur le flanc nord de la cathédrale, entre le portail des Libraires et le chœur. Celle-ci, ainsi dénommée parce qu’elle servait de lieu de dépôt et de montage des pièces métalliques de la flèche d’Allavoine, est à l’abandon depuis l’achèvement de l’ouvrage. Dans les années 1880, le niveau du sol, remblayé par des amas de décombres successifs, atteint et dépasse même à certains endroits celui du dallage intérieur de l’édifice. »

  • 6 Un dessin de Fosse, daté de 1887 et intitulé « Démolition de l’officialité », est conservé à la bib (...)

10À la fin du XIXe siècle, le secteur est dans un semi-abandon ; l’archevêque propose de mettre une partie des bâtiments à disposition de la maîtrise de chant de la cathédrale, qui occupe des locaux inadaptés situés dans la cour d’Albane. Elle n’investira les lieux qu’au prix de grandes campagnes de démolitions6 et de coûteux aménagements. L’emprise de la grande salle de Guillaume de Flavacourt redevient une cour, où se distraient les élèves de la maîtrise.

Fig. 4. La cour de la Maîtrise, avant la fouille (cliché : D. Pitte).

La fouille de la cour

Le contexte

11Le projet d’historial Jeanne d’Arc prévoyait la construction d’un bâtiment d’accueil en rez-de-chaussée, sans sous-sol, au nord de la cour de la Maîtrise (fig. 4). Un décaissement de 0,80 m du sol de la cour était nécessaire. Dans l’angle nord-ouest de cet espace, la création d’un accès menant aux « cryptes » médiévales entraînait, quant à elle, le creusement d’une fosse d’ascenseur à plus de trois mètres de profondeur et d’une cage d’escalier se développant vers le sud.

  • 7 Il s’agissait de maintenir une sortie de secours vers la rue Saint-Romain, pour la maîtrise Saint-É (...)

12L’emprise de l’escalier et de la fosse a été sondée de façon anticipée, en août 2012 (Pitte et Follain, 2012). Un mur médiéval très épais, orienté est-ouest, a été retrouvé au centre de la surface explorée ; son arase est apparue à 0,50 m de profondeur. Au nord de ce mur, une stratigraphie a pu être observée, dans des conditions difficiles, sur une hauteur de deux mètres. Des niveaux médiévaux ont été identifiés, à partir de 0,60 m de profondeur. Au sud du mur, le long du bâtiment délimitant la cour à l’est, des fosses et aménagements contemporains avaient détruit les niveaux antérieurs sur plus d’un mètre d’épaisseur. Ces données ont été utiles pour programmer, l’année suivante, une exploration de l’emprise du futur bâtiment. Les recherches ont été menées de février à avril 2013 (fig. 5). Elles ont été précédées par un décapage mécanique des remblais contemporains, postérieurs à la démolition, dans les années 1880, des bâtiments adossés au mur nord de la cour. Ce déblaiement, mené sur 0,50 m d’épaisseur au centre du terrain, a été poussé plus profondément dans la partie occidentale du chantier, à l’emplacement de perturbations récentes : trou de plantation d’un arbre, installation de plots en béton pour le préau de la cour de la Maîtrise et grande fosse comblée de gravats. Pour des raisons techniques7, une bande de terre large de 2 m a été maintenue en place dans le prolongement d’une des portes mettant en communication la cour et la rue Saint-Romain. Cette contrainte n’a eu aucune incidence sur la lecture et la compréhension du site.

Les résultats

13Notons tout d’abord qu’en dehors de l’emprise de la cage d’ascenseur à l’est du chantier, aucun niveau compris entre le XIVe et le XVIIe siècle n’a été retrouvé au cours de la fouille. Le XVIe siècle, par exemple, n’est représenté que par un fragment de bol au décor incisé, originaire du Beauvaisis et recueilli dans des remblais contemporains.

Fig. 5. Vue générale de la fouille, depuis l’est (cliché : D. Pitte).

  • 8 On remarque que le mur (M5) bordant la fouille au nord présente deux retraits correspondant aux por (...)

14Les fondations des constructions édifiées aux XVIIe et XVIIIe siècles ont naturellement été rencontrées. Une maçonnerie orientée nord-sud (fig. 6 et 7, M9), offre la particularité d’être constituée de pierres moulurées provenant peut-être des baies de la grande salle du logis médiéval, qui venait d’être abattue. Le mur qu’elle soutenait encadrait un des deux passages figurant sur le plan dressé au début du XVIIIe siècle par Robert de Cotte8. Le sol en pavés d’un petit édifice adossé au mur nord de la cour a également été dégagé.

15L’amorce des fondations du mur ouest de la grande salle du XIIIe siècle a été mise au jour dans l’emprise de la fouille (M6). Le sol de cette construction de plain-pied n’a pas été retrouvé. Les données recueillies en fouille ne plaident pas en faveur de l’existence d’un sous-sol, à moins de le limiter à la partie sud de l’emprise de la salle.

Fig. 6. Plan général de la fouille (relevé et DAO : É. Follain ©).

16Le décapage a fait apparaître un mur massif de 1,70 m de large, parallèle à la rue Saint-Romain (M2). Reconnu sur toute la longueur de la fouille, il est situé environ 2 m en retrait par rapport au mur actuel de l’archevêché. Il offre la particularité d’être fondé sur des assises en gradins, placées en alternance soit au nord, soit au sud ; la largeur des fondations atteint par endroits 2,40 m.

Fig. 7. Fondation d’un mur du XVIIe siècle (M9), figurant sur le plan de Robert de Cotte ; il délimitait l’un des passages menant à l’intérieur de l’îlot (cliché : D. Pitte).

Fig. 8. Contrefort apparu en limite est du chantier. Il appartient à une grande construction romane identifiée et étudiée en parallèle à la fouille de la cour (cliché : D. Pitte).

17Aucun sol contemporain de ce mur n’a été retrouvé. Le niveau de construction de cette maçonnerie a été reconnu en trois points de la fouille : il était recouvert ou recouvrait des remblais qui ont livré des fragments de céramique du XIe siècle (voir infra, les stratigraphies). Il n’est pas interdit de voir ici la limite septentrionale du palais édifié vers 1100 par l’archevêque Guillaume Bonne-Âme. Un mur perpendiculaire, en retour vers le sud (M4), appartenait peut-être à une construction adossée à cette enceinte.

  • 9 Il s’agissait d’enfouir une cuve à ioul.
  • 10 La surveillance des travaux réalisés dans ce secteur en 2013-2014 pour l’établissement du musée de (...)

18Le mur roman bute à l’est sur un contrefort appartenant à un édifice de la même époque (fig. 8 et 9) identifié et étudié au cours de cette opération (Follain et Pitte, 2014). Il se poursuit à l’opposé sous les locaux de la maîtrise. Il n’a pas été possible d’établir si le mur se prolongeait au-delà, sous le passage des Libraires, où des terrassements importants ont été réalisés en 1958, dans l’axe du mur9. Les archives relatives à ces travaux n’apportent pas de certitude. On ne manquera cependant pas de relever que le chanoine Jouen écrivait, en 1932, qu’un mur « extraordinairement épais, sur lequel, dans la cour des Libraires, s’élèvent les baies de la bibliothèque capitulaire, [appartenait] à l’œuvre de Guillaume Bonne-Âme » (Jouen, 1932, p. 8). Pourrait-il s’agir du retour, vers le sud, du mur d’enceinte de l’archevêché roman10 ?

19À la jonction de M2 et du mur ouest de la grande salle, un bloc a attiré l’attention, non seulement par ses dimensions (1,17 m x 0,50 m x 0,50 m), mais également parce qu’il était en pierre de Caen. La face supérieure du bloc montrait, du côté noyé dans la maçonnerie, une série de courbes. Son dégagement manuel a fait apparaître le bas-relief d’un personnage (fig. 10 et 11).

20Un examen de la sculpture indique, par le traitement des drapés et les proportions, la période romane. La pose donnée au personnage est celle d’un Christ en majesté : assis de face, le bras gauche vers le sol et le bras droit levé. C’est ce que révèlent les deux épaules figurant dans le bas-relief ; les bras se poursuivaient de part et d’autre sur d’autres blocs. La qualité de la sculpture, ses grandes dimensions et le lieu même de la découverte suggèrent que ce Christ provient de la façade occidentale de la cathédrale romane. Le bas-relief est bien conservé, à l’exception de la tête, qui a été bûchée. À droite de la tête apparaissent deux lettres [… R, I], peut-être inscrites dans un cartouche, dont on devine le contour. On pense immédiatement à [I(esus) N(azarenus) R(ex) I(udaorum)], mais cet acronyme est généralement associé à la crucifixion. L’existence d’autres lettres, après le « I », n’est d’ailleurs pas totalement à exclure (fig. 11).

Fig. 9. Le contrefort roman. Les pierres de parement portent des traces de taille layée oblique (relevé et DAO : É. Follain ©).

Fig. 10. Le Christ en majesté, en cours de dégagement (cliché : D. Pitte).

21Cette pierre a été mise en place au plus tard à la fin du XIIIe siècle, époque à laquelle Guillaume de Flavacourt édifie son nouveau palais. Il convient de noter que la nouvelle construction est bâtie, après arasement des constructions existantes, en avancée sur la rue Saint-Romain ; cette particularité marque encore aujourd’hui le tracé de la voie. Le mur d’enceinte roman est tel que ses fondations sont restées en place. La base du mur ouest de la grande salle gothique « enjambe » cette maçonnerie.

22La sculpture romane n’est pas la seule découverte mobilière exceptionnelle effectuée au cours de cette opération. Au mois d’août 2012, les investigations réalisées dans l’angle nord-est de la cour ont mis au jour un dépotoir du XIIIe siècle, constitué de fragments de vases à liquides, des pichets essentiellement. Parmi les nombreux tessons recueillis, on remarque des fragments de panses de pichets présentant un décor de croix latine (fig. 12). L’emplacement de la découverte nous conduit à nous demander s’il ne s’agissait pas d’une production spécifique destinée à l’archevêque. Deux clefs bénardes en fer ont également été recueillies dans ce dépotoir (fig. 13).

Fig. 11. Le Christ en majesté. Chaque face a été redressée et mise à l’échelle. Un relevé du bas-relief et un détail de l’inscription viennent en complément (infographie et relevés : É. Follain ©).

Fig. 12. Fragment de panse de pichet orné d’une croix latine, XIIIe siècle (cliché : D. Pitte).

Fig. 13. Deux clefs bénardes retrouvées dans l’angle nord-est du chantier, associées à un lot de céramiques du XIIIe siècle (restauration : atelier Bell ; clichés : D. Pitte ; montage : É. Follain ©).

La stratigraphie

La coupe stratigraphique est (fig. 14)

23Ce relevé stratigraphique, localisé sur la figure 6, détaille les trois derniers mètres de remblais accumulés à cet emplacement, du VIIe siècle à nos jours.

Fig. 14. Coupe stratigraphique est (relevés : D. Pitte et É. Follain ; DAO : É. Follain ©).

Période médiévale

2456 – Remblai de terre marron ayant livré des morceaux de tuiles et de briques romaines, des fragments de craie et des ossements animaux.

25Un petit ensemble de 30 tessons a été découvert dans ce niveau. Il associe 5 tessons antiques résiduels (IIe-IIIe siècles) et 25 tessons mérovingiens assez fragmentaires mais homogènes (fig. 15). Ces derniers révèlent l’association d’au moins 7 formes différentes, plus ou moins identifiables. Deux d’entre elles appartiennent à la céramique fine ou ornée mérovingienne : la mieux conservée est un vase biconique (variante B) décoré à la molette géométrique et à casiers (fig. 15, no 56-1). Sa forme comme son décor sont caractéristiques du VIIe siècle et vraisemblablement de la seconde moitié. Très fragmentaire, la deuxième forme ornée apparaît comme une probable cruche à pâte gris sombre lustrée décorée à la molette à casiers ou en chevrons (non illustrée), dont la présence constitue également un critère chronologique pour une datation avancée vers la fin de l’époque mérovingienne (Adrian, 2006).

  • 11 Tous nos remerciements vont à Yves-Marie Adrian (INRAP) qui a effectué l’étude de ce lot et rédigé (...)

26Les trois autres formes identifiables de cet ensemble ne contredisent pas cette proposition chronologique, bien au contraire. Il s’agit en effet de trois formes de pots caractéristiques du répertoire mérovingien récent (« MR » ; fig. 15, nos 56-2 à 56-4). Leurs pâtes plus ou moins fines, claires ou sombres, mettent en évidence plusieurs provenances pour la plupart locales ou régionales mais encore inconnues. S’y ajoute une cruche indéterminée, attestée uniquement par son anse plate à pâte blanche de type La Londe11.

Fig. 15. Céramiques mérovingiennes recueillies dans la couche 56 (dessins : Y.-M. Adrian).

2755 – Niveau induré constitué d’une succession de lits de craie pulvérulente et de chaux, aplanie en surface.

2854 – Terre noire dans laquelle on a retrouvé de petits fragments de craie, des éclats de briques et de tuiles romaines, et quelques ossements animaux.

2953 – Niveau de silex damés, dont l’épaisseur diminue progressivement, pour disparaître à l’est. Ce niveau est bombé en surface, d’est en ouest, et a été utilisé comme radier de fondation du mur M5. Il pourrait correspondre à un tronçon de voirie orientée nord-sud, dont on ignore la largeur.

3052 – Recharge de 53, en gros silex.

3151 – Niveau sableux.

3250 – Remblai gris avec petits fragments divers.

33M2 – Fondation et base d’un mur parallèle à l’actuelle rue Saint-Romain. Ce mur a été construit en appui sur le bâtiment roman constituant la limite orientale du chantier ; il englobe l’un de ses contreforts. De fines lignes horizontales foncées dans le blocage du mur témoignent de sa construction, par lits de moellons et coulées de mortier successifs.

34La fondation de M2 a nécessité le creusement d’une tranchée qui a entamé les couches 56 à 50. La paroi nord de la tranchée est bien lisible dans la coupe. L’ampleur des terrassements, au sud, n’a pu être déterminée ; la fondation présente, de ce côté, des ressauts.

35La première assise du parement de l’élévation du mur a pu être observée sur plus de deux mètre de longueur : les pierres sont très régulières, hautes de 0,20 m. Leur face externe présentait des traces de taille layée.

3649 – Lit de mortier gris.

3748 – Niveau de sol très dur.

3847 – Niveau de mortier.

3946 – Petits fragments de calcaire.

4045 – Terre noire argileuse.

4144 – Niveau sableux vert. Les couches 47 à 44 sont réputées s’être constituées lors de la construction de M2.

4243 – Remblai rapporté le long de la face sud des fondations de M2. Ce niveau est particulièrement important car il a livré un ensemble de tessons parfaitement compatibles avec une attribution à la charnière des XIe-XIIe siècles. Cette donnée fait partie des arguments qui permettent de placer l’édification du mur à cette époque.

4342 – Fragments de calcaire.

4441 – Niveau stratifié constitué de passages d’argile grise, de lits de mortier et de fragments de calcaire.

4540 – Remblai sableux ayant livré des fragments de céramique (provenant essentiellement de pichets) datables du XIIIe siècle.

4639 – Mortier.

4738 – Remblai sableux.

4837 – Mortier et éclats de silex : niveau de construction. Les couches 40 à 37 viennent en comblement d’une tranchée longeant la base du mur limitant au nord le chantier (M5). Ce mur appartient au palais érigé par l’archevêque Guillaume de Flavacourt à partir de la fin du XIIIe siècle.

Période indéterminée

4936 – Fond d’une fosse le long de M5, non datée.

5035 – Arasement de M2 et tranchée de récupération de son parement nord. Fragments de calcaire et mortier ; n’a livré aucun élément permettant de la rattacher à une période chronologique précise.

Période contemporaine

5134 – Fragments de calcaire, mortier, ardoises.

5233 – Fragments de calcaire, briques industrielles, ardoises.

5332 – Remblai : nivellement général de la cour.

5431 – Chape de ciment.

5530 – Revers pavé, prolongé au sud par des graviers.

La coupe stratigraphique ouest (fig. 16)

Période médiévale

56M2 – Fondation du mur roman qui traverse la fouille d’est en ouest. Le massif présente au nord deux épaulements.

5728 – Remblai de terre brune, antérieur ou contemporain de la construction de M2. A livré quelques fragments de céramique attribuables à la charnière des XIe-XIIe siècles.

5827 – Mortier, niveau de construction de M2.

5926 – Remblai de terre brune.

6025 – Niveau gris-vert, sableux. Très vraisemblablement médiéval, si l’on se réfère au mobilier (dont quelques fragments de céramique) qu’il a fourni.

6124 – Niveau sableux, rapporté sur les fondations de M2.

6223 – Mortier.

6322 – Remblai de terre brune dans lequel on a trouvé des fragments d’argile brûlée et des ossements animaux. N’a pas livré d’élément permettant de dater précisément sa constitution, mais son origine est indubitablement médiévale, puisqu’il a été entamé par la tranchée de fondation de M5.

  • 12 L’attribution de ce tesson à la période in XIIIe-courant XIVe siècle a été conirmée par Élisabeth L (...)

64M5 – Mur nord du palais édifié au tournant des XIIIe-XIVe siècles par l’archevêque Guillaume de Flavacourt. Cette attribution, qui reposait avant la fouille sur une charte de 1280, a été confirmée par la céramique retrouvée dans la tranchée de fondation de ce même mur, à l’est du chantier. À un mètre à l’est de la coupe, un fragment de panse de pichet, orné d’un décor caractéristique de cette période12, a été retrouvé piégé dans le mortier de la fondation du mur (fig. 17).

6521 – Terre compacte.

6620 à 16 – Succession de lits de mortier (20-18-16) entre lesquels s’intercalent des niveaux de terre grise (19-17). Les niveaux 21 à 16 viennent en comblement d’une tranchée creusée pour la fondation de M5 ; ils n’ont pas livré de mobilier.

Fig. 16. Coupe stratigraphique ouest (relevés : D. Pitte ; DAO : É. Follain ©).

Fig. 17. Fragment de pichet « piégé » dans le mortier de la base de M5 (cliché : D. Pitte).

Période indéterminée

6715 – Graviers.

6814 – Terre brune.

6913 – Terre noire.

Période moderne

70M3 – Mur reprenant les fondations de M2. M3 est, à sa base, large de 1,40 m ; le blocage le constituant est encore celui de M2, dont l’épaisseur a été diminuée et le parement nord remplacé par des assises de 0,50 m de hauteur. Il s’agit probablement de la construction adossée à M5 figurant, au début du XVIIIe siècle, sur le plan de Robert de Cotte.

Fig. 18. La cour de la Maîtrise, aujourd’hui. Un bâtiment d’accueil pour l’Historial Jeanne-d’Arc a pris place au nord de l’espace (cliché : É. Follain ©).

Période contemporaine

7112 – Terre noire renfermant des fragments de briques industrielles.

7211 – Graviers.

7310 – Sol en mortier.

749 – Fosse comblée de gravats, dont des fragments de briques industrielles.

758 – Gravats (plâtras, petits carreaux de pavage céramique portant des traces de ciment, briques industrielles…).

767 – Terre brune avec fragments d’ardoises et de briques. Les niveaux 9 à 7 correspondent vraisemblablement à la démolition des bâtiments adossés à M5, survenue en 1887.

776 – Mâchefer.

785 – Fosse creusée pour l’installation de 4.

794 – Plot en béton supportant un poteau en fonte du préau de la maîtrise.

803 – Terre brune mêlée à du gravier.

812 – Fosse creusée lors de la démolition du préau.

821 – Sol en gravier.

83Les résultats de la fouille, qui ont été détaillés ici, s’ajoutent aux données historiques, archéologiques et architecturales recueillies au cours des années 2012-2013 sur cette partie de l’archevêché de Rouen. Notre connaissance de la résidence archiépiscopale des XIe-XIVe siècles a été considérablement renouvelée. Le potentiel archéologique de la cour, à peine entamé par les travaux, est encore important et constitue vraisemblablement une clef pour la connaissance de l’histoire et de l’évolution de ce secteur de la ville, durant l’Antiquité et le Moyen Âge (fig. 18).

Bibliographie

Bibliographie

Adrian Y.-M. (2006) – La céramique et le verre mérovingien « tardif » (deuxième moitié du VIIe-première moitié du VIIIe siècle), dans la région de Rouen : les exemples domestiques de Notre-Dame-de-Bondeville et de Oissel (76), l’exemple funéraire de Poses (27). La céramique du haut Moyen Âge (Ve-Xe siècles) dans le Nord-Ouest de l’Europe. Bilan et perspectives dix ans après le colloque d’Outreau. Actes du colloque de Caen (18-20 mars 2004), Condé-sur-Noireau, NEA, p. 373-390.

Delsalle L.-R. (2007) – Rouen à la Renaissance, sur les pas de Jacques Le Lieur, Rouen, Librairie L’Armitière, 592 p.

Follain É. (2015) – Observations lors de l’aménagement des sous-sols du musée de l’Oeuvre, à Rouen. Journées archéologiques de Haute-Normandie, 20-22 juin 2014, Rouen, Presses universitaires de Rouen et du Havre, p. 9-20.

Follain É. et Pitte D. (2014) – Rouen, archevêché. Bilan scientifique régional 2012, Haute-Normandie, Rouen, Direction régionale des affaires culturelles de Haute-Normandie, Service régional de l’archéologie, p. 104-107.

Fuzet E.-F. et Jouen chanoine (1908) – Comptes, devis et inventaires du manoir archiépiscopal de Rouen, Paris, A. Picard, 717 p.

Guillot B. et Lequoy M.-C. (2004) – Rouen 76/2, Paris, Académie des inscriptions et belles-lettres, Carte archéologique de la Gaule, 336 p.

Jouen chanoine (1932) – La cathédrale de Rouen, Paris, A. Picard, 165 p., 74 pl.

La Quérière E. de (1841) – Description historique des maisons de Rouen, Rouen, Imprimerie Périaux, vol. 2, 290 p.

Le Maho J. (2006) – Le palais archiépiscopal de Rouen à l’époque carolingienne (fin du VIIIe-début du IXe siècle) : les données de l’archéologie. Flambard-Héricher A.-M. (dir.), Les lieux de pouvoir au Moyen Âge en Normandie et sur les marges, Caen, Publications du CRAHM, p. 201-224.

Nasi S. (2010) – Louis Sauvageot (1842-1908) architecte et restaurateur à Rouen, Presses universitaires de Rennes-Publications des universités de Rouen et du Havre, 418 p.

Pitte D. et Follain É. (2012) – Rouen (76). Archevêché. Note sur le sondage réalisé dans l’angle nord-est de la cour de la Maîtrise, 21-27 août 2012, Rouen, Service régional de l’archéologie, 12 p.

Notes

1 Archives départementales de Seine-Maritime (ADSM), 4 N 457.

2 ADSM, G 3345. Les transcriptions de la série G sont tirées de Fuzet et Jouen, 1908.

3 ADSM, G 3626.

4 ADSM, 4 N 457.

5 ADSM, ibid.

6 Un dessin de Fosse, daté de 1887 et intitulé « Démolition de l’officialité », est conservé à la bibliothèque municipale de Rouen sous la cote p. 171.

7 Il s’agissait de maintenir une sortie de secours vers la rue Saint-Romain, pour la maîtrise Saint-Évode.

8 On remarque que le mur (M5) bordant la fouille au nord présente deux retraits correspondant aux portes, aujourd’hui bouchées, ouvrant sur la rue Saint-Romain.

9 Il s’agissait d’enfouir une cuve à ioul.

10 La surveillance des travaux réalisés dans ce secteur en 2013-2014 pour l’établissement du musée de l’Œuvre n’a pas permis de trancher sur ce point.

11 Tous nos remerciements vont à Yves-Marie Adrian (INRAP) qui a effectué l’étude de ce lot et rédigé ce commentaire.

12 L’attribution de ce tesson à la période in XIIIe-courant XIVe siècle a été conirmée par Élisabeth Lecler, céramologue à l’INRAP.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Le secteur de la Maîtrise : au centre, la cour où se sont déroulées les fouilles. L’espace est limité au nord par la rue Saint-Romain et par l’école de chant de la cathédrale, à l’ouest. Les constructions situées à l’opposé abritent désormais l’Historial (cliché : D. Pitte).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4358/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Légende Fig. 2. Localisation, en rouge, de la zone fouillée (© É. Follain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4358/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 3. Trois documents illustrant l’histoire récente de la cour de la Maîtrise.En haut, extrait du plan de Rouen de Jacques Gomboust, en 1655. La grande salle a disparu à l’exception du mur nord et sa fenêtre.Au centre, le plan dressé vers 1715 par Robert de Cotte (bibliothèque du patrimoine MH 179845). La cour est divisée par un mur nord-sud reprenant le tracé du mur occidental de la grande salle. Deux portes percées dans le mur nord donnent accès à l’îlot depuis la rue Saint-Romain (© É. Follain, d’après Robert de Cotte).En bas, le plan dressé en 1828 par G. Grégoire (ADSM 4N457) figure une cour qui a totalement changé d’aspect. À l’est, une nouvelle chapelle a remplacé, depuis plus d’un siècle, la vieille chapelle gothique. Les constructions occupant la cour disparaîtront à la fin du XIXe siècle (© É. Follain, d’après G. Grégoire).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4358/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Légende Fig. 4. La cour de la Maîtrise, avant la fouille (cliché : D. Pitte).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4358/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Fig. 5. Vue générale de la fouille, depuis l’est (cliché : D. Pitte).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4358/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 6. Plan général de la fouille (relevé et DAO : É. Follain ©).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4358/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig. 7. Fondation d’un mur du XVIIe siècle (M9), figurant sur le plan de Robert de Cotte ; il délimitait l’un des passages menant à l’intérieur de l’îlot (cliché : D. Pitte).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4358/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Légende Fig. 8. Contrefort apparu en limite est du chantier. Il appartient à une grande construction romane identifiée et étudiée en parallèle à la fouille de la cour (cliché : D. Pitte).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4358/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Fig. 9. Le contrefort roman. Les pierres de parement portent des traces de taille layée oblique (relevé et DAO : É. Follain ©).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4358/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende Fig. 10. Le Christ en majesté, en cours de dégagement (cliché : D. Pitte).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4358/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Fig. 11. Le Christ en majesté. Chaque face a été redressée et mise à l’échelle. Un relevé du bas-relief et un détail de l’inscription viennent en complément (infographie et relevés : É. Follain ©).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4358/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Légende Fig. 12. Fragment de panse de pichet orné d’une croix latine, XIIIe siècle (cliché : D. Pitte).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4358/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 13. Deux clefs bénardes retrouvées dans l’angle nord-est du chantier, associées à un lot de céramiques du XIIIe siècle (restauration : atelier Bell ; clichés : D. Pitte ; montage : É. Follain ©).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4358/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 14. Coupe stratigraphique est (relevés : D. Pitte et É. Follain ; DAO : É. Follain ©).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4358/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Légende Fig. 15. Céramiques mérovingiennes recueillies dans la couche 56 (dessins : Y.-M. Adrian).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4358/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 16. Coupe stratigraphique ouest (relevés : D. Pitte ; DAO : É. Follain ©).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4358/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 17. Fragment de pichet « piégé » dans le mortier de la base de M5 (cliché : D. Pitte).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4358/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 18. La cour de la Maîtrise, aujourd’hui. Un bâtiment d’accueil pour l’Historial Jeanne-d’Arc a pris place au nord de l’espace (cliché : É. Follain ©).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4358/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 173k

Auteurs

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search