Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Alizay, 20-22 juin 2014

 | 
Luc Liogier

À propos d’une fibule de type wisigoth découverte dans le cimetière mérovingien de Nassandres (Eure)

A Visigothic-type fibula discovered in the Merovingian cemetery in Nassandres (Eure)

Florence Carré, Yves-Marie Adrian, Miguel Biard, Cécile Chapelain de Seréville-Niel, Antoinette Rast-Eicher et Bruno Bell

Résumé

En 1995, 21 inhumations datées entre le VIe et le milieu du VIIIe siècle ont été fouillées lors d’une opération de sauvetage urgent à Nassandres. L’étude, reprise en 2013, a révélé la présence d’une sépulture particulière contenant une fibule de type wisigoth. Outre des interrogations sur l’identité du défunt, cette découverte fournit l’occasion de revenir sur la problématique concernant les objets provenant d’habitats ou de cimetières mérovingiens et se rattachant à des cultures d’origine éloignée.

In 1995, excavations were carried out on 21 burial plots dated to between the 6th and mid-8th century during a rescue operation in Nassandres. The study, which was resumed in 2013, revealed the presence of a distinctive burial place containing a Visigothic-type fibula. In addition to speculation about the deceased’s identity, this discovery provided the opportunity to reconsider the issue of objects from Merovingian settlements or cemeteries that are linked to faraway cultures.

Texte intégral

  • 1 Malgré le nombre important de structures, la fouille a été réalisée en 12 jours avec l’aide de béné (...)

1En 1995, une fouille réalisée par le service régional de l’archéologie à Nassandres (fig. 1) a porté sur environ 130 m2, à l’emplacement du futur sous-sol d’une maison, dans la parcelle 868, section C, faisant face à l’église (fig. 3). Quoique menée dans des conditions difficiles1, cette opération a permis de compléter les informations recueillies en 1990 lors de la découverte fortuite de sépultures mérovingiennes dans la parcelle voisine. Ainsi, quelques structures et du mobilier résiduel montrent une fréquentation des lieux durant la protohistoire et la période gallo-romaine (fig. 5). C’est cependant à partir du début du VIe siècle que l’on peut véritablement parler d’occupation, avec la mise en place d’un cimetière dont 21 sépultures ont été étudiées. Un hiatus entre la fin des inhumations, au plus tard au milieu du VIIIe siècle, et le XIIe siècle, témoigne probablement de la mise en culture ou en friche de la parcelle. En revanche, du XIIIe au XVIe siècle, l’utilisation du secteur se traduit par la présence de plus de 50 fosses, partiellement sondées. La majorité, de grande taille, témoigne probablement d’activités d’extraction ou de stockage.

2Elles sont souvent transformées dans un dernier temps en dépotoirs.

3La découverte la plus significative concerne le cimetière du haut Moyen Âge. Dans la tombe 10 se trouvait une fibule dont le type est essentiellement connu en Espagne et en Septimanie, dans les secteurs occupés par les Wisigoths. Elle vient s’ajouter aux quelques parures de type wisigothique exhumées en Haute-Normandie et enrichit la problématique concernant les objets se rattachant à des cultures d’origine éloignée dans les cimetières mérovingiens.

Le contexte archéologique

4Le village de Nassandres se trouve dans l’Eure, au nord du pays d’Ouche, à la confluence de la Risle et de la Charentonne. Dans ce secteur, le nombre de sites recensés est faible (fig. 1). Les découvertes anciennes publiées sont rares et depuis les années 1980, le seul aménagement important provocant des recherches archéologiques préventives a été l’autoroute A 28, reliant Rouen à Alençon.

5Pour le haut Moyen Âge, l’information provient essentiellement de quelques opérations dont la fouille programmée du cimetière de Gisay-la-Coudre (Roussel, 1976, 1977, 1981 à 1986 ; Lemaitre, 1980), le sauvetage urgent de trois sépultures à Beaumontel (Halbout, 1981) et les fouilles préventives de l’A 28. Ces dernières ont permis d’aborder trois habitats à Brionne, Boisney et Courbépine (Carré dir., 2011, p. 38), et deux cimetières, à Capelle-les-Grands (Jego, 2008 ; Jego et al., 2013 ; Carré dir., 2011, p. 103 et 113) et Courbépine (Tourneur, 2004 ; Carré dir., 2011, p. 52).

6Sur le territoire de Nassandres, les informations archéologiques sont également rares. Notons que trois occupations gallo-romaines sont perceptibles dans la vallée, aux débouchés des accès vers le plateau est. Le site le mieux documenté est le cimetière du haut Moyen Âge. L’habitat associé n’est cependant pas localisé.

Fig. 1. Localisation des sites mentionnés, des habitats et des cimetières des Ve-Xe siècles répertoriés en Haute-Normandie (F. Carré, N. Bolo, carte archéologique 2014).

Fig. 2. Sarcophages découverts en 1868 à Nassandres (d’après Loisel, 1868).

Le cimetière du haut Moyen Âge

Les découvertes antérieures à 1995

  • 2 D’après une notice historique sur l’église disponible sur le site internet de la commune, rédigée à (...)

7En 1868, deux sarcophages sont mis au jour (Loisel, 1868), probablement près de l’église2. L’un serait de dimensions classiques (2 x 0,7 m), mais l’autre aurait présenté une longueur étonnante (2,95 x 0,68 m), peut-être adaptée au dépôt d’un second corps (fig. 2).

  • 3 Intervention de M.-C. Lequoy, documentation complète dans Carré, 2014, p. 4 et annexes 4 et 5.
  • 4 Le transport en bateau par la Seine, le long de la côte au nord de l’estuaire puis par les leuves d (...)

8En 1990, une découverte fortuite (fig. 3) attire l’attention sur la sensibilité archéologique des alentours de l’église3. Dans les coupes ménagées par le creusement du sous-sol d’une maison apparaissent les os de plusieurs inhumations et un sarcophage. L’aspect de ce dernier, taillé dans une pierre jaunâtre et finement granuleuse, avec des parois de faible épaisseur, semble indiquer l’utilisation d’un calcaire coquillier in provenant de la région parisienne. Il s’agirait de l’exemplaire le plus méridional de notre région, le seul à témoigner de la circulation de ces produits au sud de l’embouchure de la Seine, par la vallée de la Risle4. Les objets collectés (fig. 4), hache (no 1), scramasaxe, éléments de ceinture en alliage cuivreux (nos 2 à 4) ou en fer à décor damasquiné (nos 5 à 7) et céramiques biconiques (nos 8 et 9), témoignent de sépultures pratiquées au moins de la phase mérovingienne ancienne 1, entre 470 et 530, à la phase mérovingienne récente 2, entre 630 et 670 (Legoux et al., 2004, types 2, 120, 194, 171 et 185).

L’étendue du cimetière

  • 5 L’église, dédiée à saint André, est déjà attestée au XIe siècle. Vers 1528, elle est dotée d’un pat (...)

9Trois opérations précisent l’étendue de ce cimetière (fig. 3). Au sud, aucune tombe n’est observée lors des terrassements de deux pavillons en 1990 et 1993, mais les surfaces examinées sont limitées aux sous-sols des maisons. En revanche, l’occupation funéraire est clairement absente au nord de l’église, dans les tranchées d’un diagnostic effectué en 1998 (Carré et Billard, 1998). On peut donc estimer que les inhumations du haut Moyen Âge s’étendent tout au plus sur 35 m du côté septentrional de l’église médiévale et sur 60 m au minimum au sud. Le cimetière a, selon toute vraisemblance, dû rapidement être concentré autour d’un édifice religieux5.

La fouille de 1995

10L’occupation du haut Moyen Âge est essentiellement funéraire et 21 inhumations plus ou moins complètes ont été étudiées (fig. 5 et tableau 1). Un vase isolé indique probablement une tombe disparue (S. 26). Les structures médiévales et modernes témoignent d’autres sépultures par la présence d’une boucle et d’os humains dans le comblement de sept d’entre elles.

Fig. 3. Localisation sur le plan cadastral actuel des interventions archéologiques dans le secteur de l’église (DAO : F. Carré).

Fig. 4. Mobilier collecté lors de l’intervention de 1990 (dessins nos 1 à 4 et 10 : É. Follain ; nos 5 à 7 : S. Franco et F. Carré ; no 9 : Y.-M. Adrian).

Les défunts

11Les squelettes mis au jour appartiennent à des adultes, à l’exception de S. 17, un immature dont on peut estimer largement l’âge entre 5 et 16 ans, car l’étude biologique n’a pas été effectuée. Des observations et mesures ont cependant été réalisées sur l’individu de la sépulture 10 (voir ci-après). Le sexe des autres adultes a été proposé uniquement par l’observation de la morphologie des os coxaux sur le terrain.

Le mode d’inhumation

  • 6 Observation et identification des restes organiques : A. Rast-Eicher.

12Les individus sont déposés tête à l’ouest, en décubitus dorsal. Les positions sont celles qui sont en général observées pour le haut Moyen Âge, avec les mains retrouvées en majorité de part et d’autre du corps ou dans les os coxaux (tab. 1). Des fragments de sergé de laine préservé sur le couteau de S. 3 évoque la présence de vêtements6 (fig. 6).

13Dans huit fosses, un faisceau d’indices témoigne de contenants en bois qui sont peu documentés. Des clous ont été recueillis dans cinq tombes mais leur position n’est cohérente avec l’assemblage d’un contenant que dans S. 5 et 14, amenant l’hypothèse de cercueils (transportables). Les pierres observées sur les pourtours de treize fosses, avec un entourage presque complet dans six cas, correspondent le plus souvent à des comblements différents autour des contenants plutôt qu’à des calages de planches, car les blocs ne reposent pas au fond de la fosse.

Tableau 1. Caractéristiques des sépultures.

Fig. 5. Plan général des vestiges (F. Carré).

Le mobilier

  • 7 Une idée des proportions moyennes est apportée par deux tableaux du bilan des connaissances (Carré (...)
  • 8 Dans le cas de S. 1, elle a probablement été bougée lors du décapage.

14Dix tombes sur vingt et une contiennent du mobilier, ce qui est une proportion importante pour la région7 (fig. 6). En revanche, le nombre d’objets par défunt est limité et seule la sépulture 10, présentée dans le chapitre qui suit, sort de l’ordinaire. Les boucles sont les objets les plus nombreux, avec trois exemplaires ovales en fer et trois autres rectangulaires en alliage cuivreux, dont deux décorés d’ocelles. Cinq d’entre elles se trouvaient au niveau du bassin des défunts8.

  • 9 Au sujet de ces objets recyclés, voir Pion, 2012, et pour les fragments de bracelets et les perles, (...)

15Deux aumônières sont suggérées par des éléments de fermeture en alliage cuivreux, dans S. 3 et 10, et deux autres par leur contenu, constitué en partie d’objets de récupération gallo-romains, fréquents dans les sépultures du haut Moyen Âge ; ce sont un fragment de bracelet en verre foncé dans S. 14 et une grosse perle côtelée en céramique siliceuse dans S. 199.

  • 10 Le gros diamètre des trous des poils, compris entre 0,5 et 0,2 mm, indique qu’il ne s’agit pas de p (...)
  • 11 Fils de 0,5 mm de diamètre, torsion z/s, 14 x 14 fils par cm.
  • 12 Diamètre des trous des poils compris entre 0,5 et 0,2 mm.

16Un ensemble d’objets placé sur les os du bassin de S. 3 est particulièrement intéressant. Des forces et un couteau sont juxtaposés à plat, leur axe perpendiculaire à celui du corps, leurs pointes vers le sud. Cet emplacement et cette orientation sont inhabituels. Le couteau comporte un fourreau en gros cuir10. Une couche de cuir plus fin le recouvre sur le dos et sur la face posée au sol. Côté ciel, un fragment de sergé en laine11 évoque un vêtement refermé sur le corps et les objets. Les forces sont enveloppées dans un gros cuir12 sur lequel des restes ligneux indiquent probablement l’existence d’un étui ou d’une boite en bois. Une boucle rectangulaire se trouve contre cette boîte, l’ardillon au contact avec le bois. Ses dimensions semblent peu compatibles avec une ceinture car elle correspond à une lanière de largeur inférieure à 1 cm. Elle fermait peut-être une aumônière qui ne contenait ni les forces, ni le couteau. Les autres outils, deux couteaux dans S. 10 et 19 et un petit objet en fer qui comporte une longue tige étroite de section rectangulaire et une pointe fine, dans S. 19, semblent tous placés à proximité ou à l’intérieur d’une aumônière.

Fig. 6. Mobilier funéraire (dessins : F. Carré et Y.-M. Adrian ; clichés : D. Pitte et A. Rast-Eicher).

  • 13 Étude : Y.-M. Adrian.

17Les vases en céramique13 concernent deux tombes et sont disposés aux pieds des défunts, position la plus habituelle durant cette période. Un troisième pot appartient probablement à une sépulture totalement arasée (S. 26). Le gobelet associé à S. 6 présente les traces d’une utilisation préalable pour la cuisson des aliments, fait déjà constaté par exemple pour trois vases biconiques de Capelle-les-Grands (Jego et al., 2013, p. 146, tombes 1052, 1012 et 1088). Les vases de Nassandres se succèdent plus ou moins dans le temps. Le plus ancien est celui de S. 17, daté de la fin du VIe siècle ou plus probablement de la première moitié du VIIe siècle ; celui de S. 6 est connu de la deuxième moitié du VIIe au début du VIIIe siècle et celui de S. 26, du dernier quart du VIIe au premier quart du VIIIe siècle. Ils témoignent d’un approvisionnement diversifié, associant des productions courantes dans la vallée de la Seine (S. 26 : pâte beige rosée avec de fines inclusions) et d’autres fréquentes dans le secteur d’Évreux (S. 6 : pâte brunâtre riche en inclusions). Si l’on tient compte du vase issu de la parcelle voisine (fig. 4, no 8), qui appartient à une production particulière à ce secteur de l’Eure mise en évidence à Capelle-les-Grands et Courbépine, identifiée par une pâte finement sableuse rouge à surface brune, l’assemblage est comparable à celui qui a été observé dans le cimetière de Capelle-les-Grands (Jego et al., 2013, p. 146-147).

La chronologie

18Le mobilier permet de proposer une période d’inhumation qui s’étend au moins du premier tiers du VIe siècle à la deuxième moitié du VIIe siècle, voire au premier quart du VIIIe siècle. Les recoupements concernent seize tombes sur vingt et une et témoignent d’au moins trois phases d’inhumation. Il est délicat de proposer un phasage, car seuls six dépôts sont datables et les hypothèses reposant sur l’organisation spatiale sont peu fiables. En effet, des tombes groupées ou disposées sur une même rangée peuvent être séparées de plus d’un siècle, comme cela a été observé par exemple à Louviers, rue du Mûrier (Carré et Jimenez dir., 2008, p. 166).

La gestion de l’espace funéraire

19L’espace fouillé étant exigu, il est difficile de raisonner sur l’organisation du cimetière, en particulier sur la constitution de rangées de tombes. Quelques observations sont néanmoins possibles. Les recoupements destructeurs sont rares (S. 10 par S. 6 ; S. 13 par S. 12). Plusieurs fois, la volonté de rapprocher des défunts est perceptible. Ce peut être par des tombes juxtaposées présentant une orientation similaire, comme S. 3 et 4 ou S. 14 et 5, ou encore S. 10, 6 et 19. Dans trois cas, il y a une association très étroite puisque la même fosse est utilisée (S. 2 et 11 ; S. 15 et 19 ; S. 12 et 17). Les corps sont précisément superposés, mais séparés par du sédiment, ce qui montre qu’il n’y a pas eu inhumation simultanée des deux défunts.

Une fibule de type wisigoth

20Dans la tombe 10, une fibule ansée a été interprétée, dans un premier temps, comme la récupération d’un objet antique. Le réexamen du mobilier en 2013 a permis de l’identifier.

La tombe 10

21Cette sépulture, la plus riche du secteur fouillé par le nombre et la qualité des objets, présente quelques aspects particuliers que nous allons développer.

Le squelette

  • 14 Observations et mesures : C. Chapelain de Seréville-Niel.
  • 15 Diagnose sexuelle probabiliste, selon Murail et al., 2005.

22Il appartient à un adulte dont le sexe n’a pas été déterminable14. En effet, les observations des os coxaux et du sacrum ont été limitées en raison de leur mauvais état de conservation. Ainsi, seules deux mesures des caractères métriques de l’os coxal ont été possibles, ce qui n’a pas permis une utilisation de la DSP15. La morphologie des os coxaux en vue antérieure montre une certaine robustesse, avec une largeur de l’acetabulum supérieure à 50 mm, plutôt caractéristique des normes masculines. Il n’y a pas de sillon préauriculaire indiquant une éventuelle grossesse. L’ouverture évasée de l’échancrure sciatique évoquerait pourtant un sexe féminin, tout comme la probable double courbe de l’arc composé. Les caractères sexuels secondaires observés par ailleurs sur le squelette ne sont pas très prononcés. Le rebord aigu des orbites serait plutôt féminin. En revanche, la largeur de la tête fémorale, d’au moins 48 mm à droite et 49 mm à gauche, se rattacherait plutôt aux normes masculines, selon les références régionales contemporaines. La longueur du fémur, 466 mm, correspond à une stature estimée à 1,66 m s’il s’agit d’une femme et 1,68 m dans le cas d’un homme (selon L. Manouvrier, corrigé par Sauter, 1960, inédit), donc à une grande femme ou à un homme moyen à grand, toujours par rapport aux données du corpus régional.

23Quoiqu’il en soit, l’absence d’arthrose sur les os des pieds et sur les quatre vertèbres conservées, l’état des sutures crâniennes et surtout la faible abrasion des dents montrent qu’il s’agit d’un adulte jeune. La seule pathologie observée est un kyste périapical sur la première molaire supérieure gauche avec un remaniement important de la gencive osseuse et peut-être une atteinte du sinus.

Fig. 7. Tombe 10 (F. Carré).

Le mode d’inhumation

24Le défunt est déposé dans un contenant en bois signalé par plusieurs indices (fig. 7). Ainsi, un alignement de pierres à gauche et à droite témoigne d’une différence de comblement de part et d’autre de la boîte. Les métatarsiens gauches se sont effondrés en se rabattant dans l’axe du corps, contraints au nord par la paroi périssable. Le contenant est resté suffisamment longtemps hermétique pour permettre une décomposition du corps en espace vide, indiquée par la position en fond de fosse d’os remaniés, le crâne et les humérus.

25Le défunt est installé les membres supérieurs en extension, le bras droit légèrement fléchi. Les positions des radius et ulna, en vue postérieure à droite et antérieure à gauche, montrent que la main droite était en vue dorsale et la gauche visible par sa face palmaire.

  • 16 Les précisions techniques concernant les objets ont été apportées par B. Bell lors de la restaurati (...)

26Plusieurs objets ont été déposés avec l’individu16. Un fragment de tige d’épingle à spatule a été découvert au sud des vertèbres lombaires. Une boucle de ceinture en alliage cuivreux était recouverte par le radius et l’ulna droits. Les autres objets étaient sur le côté gauche, entre l’ulna et l’os coxal. Il s’agit d’un couteau, d’une fibule, d’une aumônière signalée par sa boucle ainsi que des fragments de deux éléments, un miroir en bronze et une grosse perle en cristal de roche.

Fig. 8. Fibule de type wisigoth de la tombe 10 et comparaisons (F. Carré).

La fibule de type wisigoth

27La fibule, en arbalète, est de type Estagel ; elle est en alliage cuivreux, sauf l’ardillon disparu et le ressort qui sont en fer (fig. 8). Ce dernier comporte quatre à six spires partiellement conservées enroulées sur un axe en alliage cuivreux. Le décor de la fibule est constitué de quatre zones marquées de rainures parallèles faites à la lime. Entre ces zones, l’arc est légèrement facetté. Le pied est terminé par un bouton à facettes. La qualité du métal, les finitions et la finesse du décor sont remarquables. Le type Estagel est relativement rare bien que le corpus s’étoffe rapidement grâce aux fouilles préventives de ces dernières années. Les inventaires les plus récents font état de 21 ensembles répartis sur 17 sites (Ebel-Zepezauer, 2000, p. 299 ; Hernandez, 2001). Dix-sept fibules sont présentes dans le territoire occupé par les Wisigoths (Espagne et Septimanie) et sept en dehors. Cette répartition suggère un lien direct avec la culture wisigothique et ses vêtements féminins spécifiques. La fibule la plus proche de celle de Nassandres par la forme générale, le bouton terminal du pied et les zones d’incisions parallèles, a été mise au jour à Autignac dans l’Hérault (fig. 8). L’une des deux fibules de la tombe 118 d’Estagel (Pyrénées-Orientales) est aussi ornée de trois dés rainurés (fig. 8).

28Présentant une carte de répartition comparable (Feugère, 1988, p. 4), les fibules en arbalète de type Duraton sont également rattachées à la culture wisigothe. En 2000, 25 exemplaires étaient répertoriés dans le domaine wisigothique et 3 en dehors (Ebel-Zepezauer, 2000, p. 299 ; Hernandez, 2001, p. 56). M. Feugère propose de fusionner les types Estagel et Duraton, morphologiquement proches, à l’exception du bouton terminal du pied, et parfois associés dans une même sépulture, comme à Nouvion-en-Ponthieu (Piton, 1985, tombe 303) et dans la tombe 294 de Duraton. Une fibule de type Duraton découverte à Carpio-de-Tajo (fig. 8) présente d’ailleurs les mêmes séquences d’incisions de l’arc que celle de Nassandres.

29La chronologie des types Estagel et Duraton est similaire. Pour W. Ebel-Zepezauer, qui fournit l’étude la plus récente, ils appartiennent à la période 490-520 (2000, p. 94 et 116), mais ils pourraient apparaître avant 490 (Hernandez, 2001, p. 56 : Maguelone, tombe 2187) et exister jusqu’au milieu du VIe siècle (Schulze-Dörrlamm, 1986, p. 646 et 650).

  • 17 Fouilles dirigées par Y.-M. Adrian, étude de M. Drieu, rapport en cours.

30La fibule de Nassandres n’est pas unique en Normandie, où cinq autres fibules en arbalète (fig. 8) proviennent d’habitats (Mondeville et Val-de-Reuil, « Le Chemin aux Errants17 ») et de cimetières (Frénouville et Saint-Pierre-du-Vauvray). Elle fait en revanche partie des cas particuliers par l’absence d’une autre fibule et par sa position. En effet, en contexte funéraire, ces fibules en arbalète sont en général portées par les femmes, par paire et aux épaules, emplacement le plus courant dans les tombes contenant des parures wisigothiques, quelque soit le type de fibule (Bierbrauer, 1997, p. 196, pl. 17). Les variantes sont rares. Ainsi, l’unique fibule de la tombe de Rodelle (Aveyron) était près du crâne (Feugère, 1988, p. 4), tandis que celles de la tombe 303 de Nouvion-en-Ponthieu (Somme) étaient sur la poitrine, celles de la sépulture 529 de Frénouville (Calvados) à l’épaule gauche et à la taille, comme à Vindrac (Tarn), et celles de la tombe 83 de Duraton (Espagne) sous le menton et sur le ventre.

31La fibule de Nassandres appartient donc à une famille liée à la culture wisigothique illustrée dans la région normande, mais semble particulière car elle est unique et ne paraît pas fermer le vêtement funéraire, en raison de sa position dans la sépulture. Elle pourrait même éventuellement avoir été rangée dans l’aumônière.

Un fragment de perle en cristal de roche

  • 18 Étude technologique : M. Biard ; un grand merci à M. Drieu pour ses nombreuses orientations bibliog (...)

32L’identification de cet objet18 (fig. 9) a été laborieuse car il n’a pas été considéré de prime abord comme fragmentaire. Il a attiré l’attention car il est réalisé dans un matériau rare et précieux.

  • 19 Pour plus d’information sur cette matière, voir Deliens et al., 2007.

33Les cristaux de quartz peuvent se présenter sous une forme prismatique à terminaison pyramidale hexagonale. Leur éclat est vitreux et leur aspect incolore à blanc. Leur fracture est conchoïdale19. Les prismes de cristal de roche sont rares en Normandie. Il est possible d’en trouver dans des géodes ou blocs de silex mais ils sont de dimensions réduites. En France, les plus gros cristaux ont été recueillis dans les Alpes, bien que la Bretagne et la Mayenne en aient livré des exemplaires de plus de 10 cm de long (Hinguant et al., 2012).

  • 20 Hinguant et Biard, 2013 ; pour la préhistoire en général, voir Otte, 2007.

34Une première exploitation de cette matière première est constatée dès le Paléolithique final pour la confection d’outils mais aussi de parures20. Dans l’Empire romain, la vaisselle de cristal est très appréciée de l’aristocratie (King, 1865, p. 173 ; Cession-Louppe et Vanhaecke, 2007, p. 112). Le matériau est aussi utilisé pour confectionner des perles et des bagues ornées de figures en haut-relief ou d’intailles (King, 1865, p. 175 ; Cession-Louppe et Vanhaecke, 2007, p. 114-120), comme l’anneau découvert à la main d’un défunt du cimetière mérovingien de Cutry (Legoux, 2005, p. 118). Le cristal des objets romains provient surtout d’Inde, même si des approvisionnements européens sont cités, dans les Alpes et en Lusitanie ; il est travaillé en Inde ou, plus finement, dans des ateliers d’Alexandrie (King, 1865, p. 175 et 177).

  • 21 Fouilles de la société Archéopole, responsable J. Boisson, que je remercie de l’information (rappor (...)
  • 22 Trente exemplaires au moins sont connus, voir Quast, 1996, carte de répartition p. 338, liste p. 34 (...)
  • 23 Cette hypothèse a été retenue par D. Quast (1993, p. 95 ; 1996, p. 337) en raison de la morphologie (...)
  • 24 La conquête de l’Arabie du sud par les Sassanides et la fermeture de la voie commerciale maritime e (...)
  • 25 J’ai pu examiner l’objet en détail grâce aux clichés aimablement communiqués par T. Cassart, conser (...)
  • 26 Inventaire en cours, plus de quarante exemplaires sur le continent et une cinquantaine en Angleterr (...)
  • 27 Type 339 de Legoux et al., 2004 ; étude : Hinz, 1966.
  • 28 Des contre-exemples sont connus, comme la boule de la tombe de Childéric, qui se démarque par ses d (...)
  • 29 Cartes dans Hinz, 1966, p. 213 ; Meaney, 1981, p. 12 ; Busch et Korteweg, 1988, p. 17 ; Herdick, 20 (...)
  • 30 La comparaison n’est pas excessivement éloignée, puisque M. Éliade décèle des traces de chamanisme (...)

35Au haut Moyen Âge, le cristal de roche est présent dans les tombes riches, sous la forme de perles de dragonne d’épées, comme dans la sépulture 25 de Sannerville (fig. 9), de perles de collier et de grosses pendeloques. Ces dernières, associées le plus souvent à du mobilier féminin, sont illustrées en Normandie à Douvrend (Cochet, 1855, p. 386), Frénouville (Pilet, 1980, tombe 18) et Harfleur21 (fig. 9). Dans les sépultures les plus riches, par exemple à Giberville (Pilet et al., 1990, tombes 27 et 102) ou Frénouville, dans le Calvados (fig. 9), des boules sont insérées dans une monture en métal précieux et portées en pendeloques au niveau des genoux ou des tibias. Exceptionnellement, cette pierre est travaillée en boucle de ceinture comme à Harfleur22 (fig. 9). Ces objets, plutôt masculins, sont attribués par D. Quast à des ateliers de l’Empire byzantin23. L’origine des cristaux n’est pas documentée par des textes comme sous l’Empire romain, mais la piste orientale semble intéressante. Les oeuvres des ateliers lapidaires sassanides aux VIe et VIIe siècles atteignent probablement l’Europe occidentale (Quast, 1996, p. 337-340 ; Lemeunier, 2007, p. 138-140). En outre, des échanges avec l’Inde sont mis en évidence depuis quelques années. Ainsi, jusqu’à la fin du VIe siècle, les grenats utilisés par les orfèvres francs proviennent en majorité d’Inde (Calligaro et Périn, 2013), tout comme une grande quantité de perles fines vertes en verre étiré (Pion et Gratuze, 2013). La circulation de ces produits paraît cesser brutalement vers la fin du VIe siècle, alors que le cristal de roche devient rare dans les sépultures. Cela pourrait indiquer qu’il est soumis aux mêmes fluctuations commerciales, dont les raisons sont probablement politiques24. La morphologie particulière du cristal de Nassandres n’a pas permis d’identifier immédiatement sa ou ses fonctions. La forme générale de cette pierre est ovalaire. Sa longueur est de 43 mm, sa largeur de 22 mm et son épaisseur de 15 mm. Sa section est plano-convexe. Trois faces se distinguent. La première est grossièrement plane. Son aspect, irrégulier, avec des ondes de choc et des lancettes, peut résulter d’une fracture suite à une percussion ou à un choc accidentel. Des micro-esquilles postérieures à la fracture sont présentes sur le bord de cette face. Trois petits secteurs polis semblent correspondre à des zones de contact lorsqu’on place le cristal sur une surface plane. Les deux autres faces comportent respectivement 5 et 6 facettes légèrement convexes et orientées dans le sens de la longueur, ce qui ôte toute confusion avec les facettes naturelles de la terminaison pyramidale d’un prisme. De plus, l’observation à la binoculaire montre les stries caractéristiques d’un frottement répété. Ce polissage a fait disparaître toute trace de zone d’éclatement. Il a permis de donner à l’objet sa forme générale et de mettre en valeur l’éclat et la transparence du matériau. Sur chaque face, les facettes sont organisées en deux registres parallèles à l’arête sinueuse qui marque le contact entre les deux faces polies. Contrairement aux arêtes limitant les facettes, peu marquées et restées lisses, l’arête sinueuse est altérée sur toute sa courbure par un écrasement produit par des percussions, postérieurement au polissage des facettes. Une observation à la binoculaire donne l’impression d’impacts produits par une pointe. Un léger poli suggère un frottement après les chocs. Ce fragment de cristal a donc fait l’objet d’un façonnage puis il a été altéré. L’aspect martelé de l’arête principale et l’usure des zones de contact de la face plane témoignent d’une fonction qui a pu évoluer au fil du temps. Les pistes suivies pour la caractériser ont été faussées dès le début de l’analyse par une erreur d’appréciation. L’aspect brut de la face plane, paraissant résulter d’un débitage, ont amené à regarder celle-ci comme étant d’origine et destinée à poser l’objet, considéré alors comme complet. L’usure ponctuelle de cette face a incité à poursuivre les investigations dans ce sens, tout en ouvrant la possibilité d’utilisations successives différentes. Toutefois, si la face plane est examinée comme un remaniement, l’objet se révèle incomplet. Il suffit alors de modifier l’angle d’observation et il devient évident qu’il s’agit d’un fragment d’une grosse perle polyédrique, brisée accidentellement ou volontairement. Contrairement à la logique, la fracture ne s’est pas produite au niveau le plus fragile, celui de l’orifice, à moins d’un ajustement ultérieur pour le faire disparaître. Cette identification a découlé de l’examen comparatif de l’aspect « martelé » de l’arête « supérieure » du cristal de Nassandres et de l’arête de la circonférence d’une grosse perle polyédrique découverte à Wellin en Belgique25 (fig. 9). Pour cette dernière, les petits chocs s’expliquent peut-être parce qu’elle était suspendue à la ceinture à l’extrémité d’une chaînette en argent de 0,5 m de long (Halleux, 2007, p. 47). Les autres arêtes limitant les facettes polies, moins vulnérables, car localisées sur et sous la perle, ont été globalement épargnées par les chocs, comme sur le cristal de Nassandres. Ces grosses perles polyédriques sont relativement fréquentes26. Leur diamètre varie entre 3 cm, par exemple à Chassemy, dans l’Aisne et 5,8 cm pour celle de Chaouilley, en Meurthe-et-Moselle (Joffroy et Thenot 1981, p. 79). Celle de Nassandres, avec un diamètre supérieur à 4,5 cm, fait donc partie des modules moyens à grands. Le nombre de facettes est variable et ces objets ne sont pas toujours équilibrés autour de la perforation. Ces perles sont probablement les équivalents des boules en cristal enchâssées dans des montures en métal précieux et suspendues à la ceinture27. En effet, les deux types de pendeloques, en général découverts au niveau des membres inférieurs, sont issus majoritairement de sépultures dotées de mobilier féminin28 caractéristique d’une catégorie sociale très favorisée, comme des fibules ansées en argent, des boucles d’oreilles en or serties de grenats, des vêtements ornés de fils d’or, de la vaisselle de verre… (Quast, 1993, p. 94). De plus, les perles facettées et les boules ont des répartitions comparables. Elles sont présentes essentiellement dans les régions proches du Rhin et du Danube, ainsi qu’en Belgique, dans le Nord de la France et le Sud-Est de la Grande-Bretagne29. Enfin, elles sont surtout datées des phases MA1 et MA2, soit entre 470 et 570, et deviennent rares après le début du VIIe siècle (Quast, 1993, p. 94 ; Hinz, 1966, p. 216 et 218 ; Meaney, 1981, p. 77). Il existe peu de textes sur lesquels s’appuyer pour comprendre la fonction de ces objets mais quelques-uns témoignent d’une utilisation religieuse ou thérapeutique du matériau. Ainsi, durant l’Antiquité romaine, les cristaux servent de loupes pour concentrer les rayons solaires, afin de cautériser des plaies ou d’allumer des feux rituels (King, 1865 p. 176). Selon le lapidaire orphique, écrit au IIe siècle, cette pierre sert d’intermédiaire avec les dieux (Halleux, 2007, p. 47). Dans un apocryphe latin du VIe siècle attribué à Gallien et repris régulièrement jusqu’au XVIe siècle, il est conseillé aux mères, pour favoriser la lactation, de consommer de la poudre de cristal de roche mélangée à du miel (Halleux, 2007, p. 47). Les sources écrites fournissant peu d’informations, le rôle des pendeloques du haut Moyen Âge reste donc du domaine de l’hypothèse. Une utilisation comme fusaïoles a été envisagée pour les perles en raison du diamètre important de l’orifice ; elle a été expérimentée avec succès en Angleterre (Busch et Korteweg, 1988 ; Meaney, 1981, p. 78), mais elle semble improbable pour celles qui ne sont pas symétriques autour du trou ; de plus, elle n’a pas pu provoquer les chocs subis par l’arête périphérique. Une fonction prophylactique et apotropaïque est évoquée par tous les auteurs, qui considèrent le plus souvent ces pendeloques comme des amulettes (Hinz, 1966, p. 227-229 ; Meaney, 1981, p. 81-82 et 90-98 ; Herdick, 2001). Cette hypothèse découle en partie de l’observation du rôle important joué par le quartz dans les croyances et les pratiques magiques ou chamanistes de nombreux peuples primitifs30. Enfin, un rapport avec la position sociale (Herdick, 2001) ou une signification chrétienne sont envisagés (Meaney, 1981, p. 92).

Fig. 9. Fragment de perle en cristal de roche de la tombe 10 (F. Carré, B. Bell, S. Hinguant et A. Rast-Eicher).

  • 31 Les chocs dus au port du cristal au bout d’une lanière ou d’une chaîne paraissent la cause la plus (...)

36La forme originelle de l’objet est donc identifiée. L’usure de l’arête principale en est peut-être la conséquence31. En revanche, il n’a pas été brisé lors d’une réouverture de la sépulture 10 car les éclats minuscules qui marquent l’un des bords de la face plane et les petites zones usées de cette dernière témoignent d’une utilisation après la cassure. Nous sommes donc en présence d’un fragment donné, recueilli, récupéré ou volé, associé à une sépulture qui ne semble pas appartenir à la catégorie sociale habituellement détentrice de ces perles, à moins qu’un pillage n’ait été effectué.

  • 32 Des cristaux de roche comparables ornent des pièces d’orfèvrerie (Caillet, 1985, p. 218 ; Lemeunier (...)
  • 33 Voir les travaux de J. Véronèse, qui traitent très rapidement du haut Moyen Âge en s’appuyant sur l (...)

37Quel usage le défunt a-t-il fait de ce cristal ? Plusieurs hypothèses ont été examinées. Celle d’un montage en cabochon pour décorer un objet, par exemple un bijou, une pièce d’orfèvrerie, ou encore un vêtement32, est éventuellement compatible avec l’usure de la face plane : si le montage est de mauvaise qualité, la pierre peut bouger sur le support. En outre, les micro-éclats de la face plane s’expliqueraient si la pierre débordait légèrement du support. Pour autant, il ne s’agirait pas d’un ornement du couteau car aucun pommeau de couteau décoré d’un cabochon n’est connu pour cette période et la position de la pierre, à l’extrémité de la soie, permet d’exclure un décor de fourreau. De même, une applique d’aumônière est peu probable car c’est la face brute qui serait apparente. Les cabochons décoratifs semblent toutefois, lorsque des vues en gros plan ont pu être examinées, polis sur toutes leurs faces, y compris la face inférieure. Par ailleurs, ce cristal n’a pas servi à allumer de feu. En effet, une expérimentation comme loupe n’a pas été concluante et les percussions lancées et frottées avec un objet en fer pour produire des étincelles laissent des traces très caractéristiques, qui sont ici absentes. L’objet a pu simplement être glissé dans l’aumônière en guise d’amulette, à défaut d’être suspendu. Les esquilles et l’usure témoigneraient alors d’une manipulation régulière sur un support plat. Associé à deux objets récupérés, les fragments de l’épingle et du miroir, le cristal a pu également participer à des pratiques magiques, attestées à cette période par les textes33. Elles auraient pu nécessiter d’obtenir de la poudre de cristal en percutant soigneusement l’arête principale. Enfin, on ne peut exclure la fonction de souvenir sentimental, quoiqu’elle n’explique pas l’ensemble des altérations constatées.

Les autres objets

38La boucle de ceinture, ovale, à ardillon scutiforme, est en bronze riche en étain (fig. 10, no 10). Elle est usée. Il s’agit d’un modèle très fréquent, y compris pour le décor de croix gravé sur l’ardillon que l’on rencontre par exemple à Capelle-les-Grands (Jego et al., 2013, p. 144, S. 1067), Manerbe (Hincker et Poirier, 2013, p. 170, tombes 1070 et 1081), Frénouville (Pilet, 1980, pl. 67, tombe 297 et pl. 69, tombe 302), Bulles (Legoux, 2011, vol. 1, pl. 38, tombe 403) ou Cutry (Legoux, 2005, pl. 39, tombe 853). La boucle de Nassandres se rattache, par son ardillon au bouclier étroit, au type 115 de Legoux et al. (2004), et par sa boucle massive au type 118, ce qui permet de proposer une datation entre 500 et 610, mais plus probablement entre 520 et 570. La position de cette boucle, retournée, l’avers contre le fond de la fosse, pointe de l’ardillon vers l’extrémité distale de l’ulna, suggère un dépôt car un remaniement de la sépulture est peu probable, radius et ulna étant restés en proximité anatomique. De l’épingle spatulée en alliage cuivreux, il ne reste qu’un fragment de tige avec le départ de la spatule (fig. 10, no 13). Une gravure au tremblé peu visible décore l’extrémité de la tige proche de la spatule. Les cassures sont anciennes et on pourrait penser à une récupération. Toutefois, la datation de ces objets très courants, entre 470 et 640 (Legoux et al., 2004, types 310 et 311), montre qu’ils peuvent être contemporains du dépôt. Ces épingles sont en général retrouvées au cou des défuntes où elles ferment probablement un vêtement (voir par exemple Hordain : Demolon dir., 2006, p. 144), ou vers le crâne, pour fixer une coiffure (voile, coiffe…).

  • 34 Le diamètre des trous des poils est compris entre 0,5 et 0,2 mm ; il ne s’agit donc pas de peau de (...)
  • 35 Trous des poils de faible diamètre et groupés par trois.

39Le nettoyage du couteau a fait apparaître une partie importante du fourreau en gros cuir34, avec de probables traces de couture sur le dos (fig. 10, no 15). La soie est en partie recouverte par le cuir du fourreau. Du côté du sol, les vestiges d’une lanière en cuir fin, probablement de mouton35, ont été identifiés. Elle participait probablement au système de suspension du fourreau à la ceinture. À l’extrémité de la soie, une surface de corrosion plane correspond à l’empreinte du cristal de roche, disposé transversalement à la soie, l’axe principal perpendiculaire à celui du couteau.

  • 36 Je remercie Marine Drieu de m’avoir signalé cette référence.

40Une aumônière est signalée par une petite plaque-boucle monobloc linguiforme en alliage cuivreux à boucle rectangulaire marquée d’incisions limées, décorée d’ocelles ainsi que de cupules forées, et fixée à la poche par trois rivets (fig. 10, no 11). L’aumônière a été déposée fermée car des restes de la lanière en cuir sont présents sur l’ardillon. Son contenu reste hypothétique. En effet, la face d’apparition du fermoir n’a pas été enregistrée. Une position sur l’endroit aurait nécessairement montré que la fibule se trouvait à l’extérieur. Le cristal de roche a pu être maintenu en équilibre sur l’une de ses pointes par la paroi de l’aumônière, mais il ne semble pas y avoir de trace de la poche entre le cristal et la soie du couteau. Le fragment de miroir, découvert dans ce secteur, fait probablement partie du contenu de l’aumônière. Cette hypothèse est plausible, car on trouve régulièrement dans les tombes mérovingiennes le contenu de poches, incluant de jolis fragments ramassés, comme un beau tesson de sigillée, un morceau de bracelet en verre de l’âge du fer ou encore un fossile (Pion, 2012). À première vue, la petite plaque-boucle paraissait commune, mais aucun objet similaire n’a été trouvé. L’exemplaire le plus proche, par les rainures sur la boucle rectangulaire et les ocelles sur la plaque, provient de Champlieu (Oise), mais la plaque est polylobée (Vallet, 2008, p. 292 et pl. 62, no 16). Des modèles plus grands, liés à des ceintures, s’en rapprochent, comme quelques plaques-boucles de type byzantin provenant d’Asie Mineure (Schulze-Dörrlamm, 200236). Elles sont monoblocs, à boucles rectangulaires, parfois rainurées (p. 160-161, type D6), décorées d’ocelles disposés en cercle (p. 211-212, type D30) et certaines ont des plaques linguiformes (p. 79, type B19 ; type D30). Elles se démarquent toutefois par leur extrémité pourvue de l’ombilic caractéristique du type byzantin. De plus, leur attribution chronologique, entre 570 et 640 (types D6 et D30), n’est pas compatible avec celles de la fibule et de la boucle de ceinture de Nassandres, contrairement à celle des petites plaques-boucles monoblocs, datées entre 520 et 640 (Legoux et al., 2004, type 130).

  • 37 Dans le nord de la Mandchourie, le costume du chamane, spécialiste de l’âme des vivants et des mort (...)

41Le fragment de bordure de miroir en bronze poli provient d’un objet gallo-romain (fig. 10, no 12). L’alliage cuivreux, analysé par fluorescence X, est riche en étain (Cu 45 %, Sn 39 %, Pb 9 %). Étant donné sa petite surface, l’objet n’a pas été utilisé pour la toilette. Soit il a été récupéré pour être fondu, soit une fonction symbolique lui a été attribuée. Il n’est pas exclu qu’il ait été associé au cristal dans l’objectif de capter des rayons solaires ou dans un rituel magique37.

La chronologie

42Deux datations sont possibles. Si les objets sont tous contemporains du défunt, la tombe est datée assez précisément car ils coexistent durant une période réduite. La boucle de ceinture est postérieure à 500 et les petites plaques monoblocs semblent apparaître vers 520. Le type de la fibule disparaît après 550 mais il est rare entre 530 et 550. La tombe 10 serait donc attribuable à la première moitié du VIe siècle, et plus probablement aux années 520-530. En revanche, si une partie des objets provient de récupérations, comme le fragment de miroir, la fibule, qui est l’élément le plus ancien, cède sa place de marqueur chronologique à la boucle de ceinture, avec une fourchette plus large, entre 500 et 570.

Des remaniements ?

43L’emplacement de certains objets est particulier (fig. 7). La boucle de ceinture est retournée contre le fond de la fosse, indiquant qu’elle n’est pas portée, ce qui, bien que rarement mis en évidence, n’a rien d’exceptionnel (Carré et Jimenez dir., 2008, p. 92 ; Drieu, 2011, p. 60-63). En revanche, il est plus étonnant de constater que la majorité du mobilier est rassemblée entre l’os coxal et l’avant-bras gauches. Ce regroupement est peu courant dans les tombes mérovingiennes. Ainsi, les aumônières sans armature métallique, associées généralement aux femmes, sont le plus souvent découvertes le long des membres inférieurs. La position de celle de la tombe 10 est alors spécifique, même si elle est orientée dans le sens où elle était portée, boucle vers la tête donc poche vers les pieds. Le couteau est habituellement à proximité de l’aumônière, le long d’un membre supérieur pour les hommes ou inférieur pour les femmes (Carré et Jimenez dir., 2008, p. 151). Il semble ici participer à la position particulière de l’aumônière. De plus, il est placé pointe vers la tête, de chant, tranchant vers le ciel, ce qui est rare. Enfin, la fibule est soigneusement disposée sur la plaque-boucle de l’aumônière au lieu d’être portée au niveau des épaules.

Fig. 10. Autres objets de la tombe 10 (dessins : F. Carré ; clichés : D. Pitte et A. Rast-Eicher).

44Quelle signification accorder à cet assemblage étonnant d’objets féminins ? Il sera analysé différemment s’il est d’origine ou s’il a été effectué lors d’une ou plusieurs réouvertures de la sépulture. Or différents éléments indiquent des remaniements. Ainsi, le crâne se trouve à l’ouest de sa position initiale, loin des épaules. Il est cependant en vue antérieure, de face, donc en équilibre sur son côté arrondi, ce qui montre qu’il n’a pas roulé lors de la décomposition du corps dans l’espace vide ménagé par le contenant. Il a probablement été calé par du sédiment introduit lors d’une intrusion ou déplacé en motte. La cassure ancienne du frontal et l’absence d’une partie de cet os, mais aussi de la mandibule, dont ne subsistent que quelques dents, confirment une manipulation. De plus, l’humérus droit a été décalé vers le sud. Comme il repose au niveau du coude sur 3 cm de sédiment, ce mouvement ne semble pas dû à l’effondrement du plancher du contenant. Le coude gauche est également disloqué, témoignant du déplacement de l’humérus vers l’ouest. La mauvaise conservation des os du thorax, fréquente dans les tombes pillées, pourrait aussi signaler une intervention. Enfin, la position du fragment d’épingle interroge. Il aurait trouvé sa place aux épaules ou dans l’aumônière. Ces mouvements presque en fond de fosse, bien à plat, indiquent probablement que le contenant était encore vide.

Fig. 11. Objets de type wisigoth découverts en Haute-Normandie (dessins : S. Le Maho et F. Carré ; clichés : Y. Deslandes, © CG 76, pour Envermeu, et J.-P. Godais, musée d’Évreux, pour Muids).

45Une partie des déplacements pourrait-elle avoir une origine naturelle ? L’action d’un animal fouisseur semble peu probable, les os se trouveraient alors mobilisés dans l’espace plutôt qu’à plat. En revanche, l’effet de remontées d’eau est envisageable par la présence de sources à proximité et de poches d’argile plastique sur la parcelle, ainsi que par la position en fond de vallée. Les conséquences de ces ennoiements de contenants ont été observées par exemple à Thaon, dans le Calvados, ou Landévennec, dans le Finistère (Chapelain de Seréville-Niel, 2012 ; Bardel et Pérennec, 2012).

  • 38 Par B. Bell, qui a déjà observé le phénomène.

46Cette hypothèse est cependant difficile à admettre pour S. 10 car la fosse a un léger pendage de la tête aux pieds et ces derniers sont restés en connexion alors que l’eau aurait dû les atteindre en premier. Le remaniement est donc certainement anthropique. Parmi les causes possibles se trouve le creusement de la tombe 6, à l’ouest, au moins 80 ans après celui de la tombe 10 d’après le vase associé, mais le fond de la tombe 6 est 10 cm plus haut que celui de la tombe 10, soit la hauteur d’un crâne. On pourrait lui attribuer le déplacement du crâne de la sépulture 10, la fracture du frontal, la disparition d’une partie de la mandibule, et penser que les fossoyeurs ont étendu leurs investigations, bougeant les humérus. Il faudrait alors admettre que le contenant est resté intact 80 ans, ce qui ne semble possible dans nos régions qu’en milieu humide. En revanche, deux éléments indiquent que cette ouverture n’a pas été suivie du rangement des objets. Tout d’abord, radius et ulna gauches sont restés en connexion, alors que la décomposition était certainement achevée et le défunt réduit à l’état de squelette. Il était impossible de déposer l’aumônière sans les mobiliser. De plus, le couteau aurait présenté une reprise de corrosion, ce qui n’est pas le cas d’après l’observation d’une cassure38. En effet, au bout de 80 ans, un équilibre aurait été atteint dans l’altération du métal et la mise au jour, avec l’apport d’oxygène, aurait réactivé le processus de corrosion. La position des objets semble donc d’origine, à moins que la tombe 10 n’ait été visitée peu après les funérailles. Cette possibilité, déjà suggérée par la longévité peu crédible du contenant, pourrait être étayée par les positions de l’épingle et de la fibule ainsi que par l’absence d’une deuxième fibule. Comme nous l’avons vu, les fibules en arbalète sont en général découvertes par paire, et surtout dans une position fonctionnelle, soit de type « fermeture de peplos », aux épaules, soit réparties sur le thorax, indiquant un autre genre de vêtement ou un linceul. Parfois, la paire est formée avec une fibule très différente, comme en Espagne, à Madrona, dans la tombe 337 (Jepure, 2006, p. 109, fibule en Ω) ou encore à Duraton, dans la tombe 341 (Schulze-Dörrlamm, 1986, p. 650). L’épingle aurait donc pu jouer le rôle de la deuxième fibule, mais ces deux objets auraient dû se trouver entre les épaules et la poitrine. Soit il n’y avait dès l’origine qu’une fibule, peut-être récupérée et intégrée à la petite collection d’objets constituée par l’épingle, le cristal et le miroir, soit une partie du dépôt a été prélevée, tandis que le reste était regroupé contre l’avant-bras gauche. La position du couteau pourrait également être attribuée à un remaniement car elle est étonnante : ces objets sont en général à plat et, surtout, dirigés pointe vers les pieds. Par exemple, à Louviers, rue du Mûrier, 18 dépôts de couteaux sont observés et les pointes sont tournées vers la tête du défunt uniquement dans les tombes 140 et 184 dont la réouverture est attestée (Carré et Jimenez dir., 2008). En conclusion, il est très probable que la sépulture ait été ouverte peu de temps après l’inhumation, alors que le contenant était encore hermétique et que les tendons ou les ligaments reliant les vertèbres cervicales et les articulations des coudes avaient lâché. Les objets peuvent avoir été réinstallés entre le coxal et l’ulna droits à cette occasion. L’ouverture serait éventuellement liée à un pillage au niveau du crâne, pour récupérer des boucles d’oreilles, et du thorax, emplacement habituel des parures et des fibules, quoique le soin du rangement soit peu compatible avec cette hypothèse.

Des objets de type wisigoth en Haute-Normandie

47Quelle signification accorder à la présence d’un témoin de la culture wisigothique dans la sépulture de Nassandres ? Les accessoires caractéristiques du costume funéraire des femmes wisigothes à la fin du Ve et au VIe siècle ont été observés sur le territoire des royaumes wisigothiques de Toulouse et d’Espagne (Ebel-Zepezauer, 2000). Plus remarquable, ils sont également repérés dans un ensemble de sépultures réparties principalement entre le Rhin et la Bretagne, sur une large bande correspondant à l’implantation franque. Ainsi, plus de cinquante sites ont fourni des fibules ou des garnitures de ceinture à plaque rectangulaire datées entre la dernière décennie du Ve et le premier quart du VIe siècle, éventuellement le milieu du VIe siècle (Bierbrauer, 1997). En Haute-Normandie, le phénomène est illustré par six objets issus de fouilles anciennes, correspondant au minimum à quatre tombes, et par deux sépultures fouillées récemment. La fibule de la tombe de Nassandres vient s’ajouter à ce corpus.

Les fibules

  • 39 Conservée au musée départemental des Antiquités de Rouen, inv. 2001.1.119.
  • 40 Conservée au musée de Louviers, inv. 1334.
  • 41 Fouilles d’Y.-M. Adrian, étude de M. Drieu.

48Trois types sont représentés dans notre région. Les grandes fibules en tôle d’alliage cuivreux plaquée d’argent sont illustrées par la paire d’Envermeu39 (fig. 11 ; Cochet, 1866, p. 303), qui fait partie de la dizaine d’exemples connus en zone franque, dont celui de Saint-Martin-de-Fontenay, dans le Calvados (Pilet dir., 1994, tombe 359). Les fibules en arbalète de type Estagel et Duraton, dont deux paires et trois objets isolés sont répertoriés en contexte funéraire dans le domaine franc (Bierbrauer, 1997, p. 168), sont représentées en Haute-Normandie par l’exemplaire de Nassandres et celui de Saint-Pierre-du-Vauvray40 (fig. 8). Ce dernier, connu par un dessin (Coutil, 1929, p. 33), semble de type Duraton, à la différence de l’objet conservé au musée de Louviers, de type Estagel. On peut se demander s’il n’y a pas là deux fibules distinctes constituant à l’origine une paire. Signalons également la fibule de type Duraton découverte récemment à Val-de-Reuil, « Le Chemin aux Errants », en contexte d’habitat41. La faible longueur du pied la rattache peut-être plutôt à une provenance de l’Est de l’Europe et à une période plus ancienne. Le dernier type observé en Haute-Normandie, de grosses fibules discoïdes à décor cloisonné, n’a pas été pris en compte par V. Bierbrauer (1997). Il a été identifié dans la tombe 118 de Louviers (fig. 11) et son attribution à la culture wisigothique a été démontrée (Carré et Jimenez dir., 2008, p. 122-126).

Les plaques-boucles

  • 42 Pour une étude technique de ces plaques à cabochons, voir Carré et Jimenez dir., 2008, p. 133-136.
  • 43 Tombe 118 (ibid., p. 135-136).
  • 44 Conservée au musée d’Évreux, inv. 7725.
  • 45 Conservée au musée départemental des Antiquités de Rouen, inv. 2001.0.84.
  • 46 Jego et al., 2013, p. 144, tombe 1003.
  • 47 Conservée au musée départemental des Antiquités de Rouen, inv. 673 bis 6.

49Des trois types de garnitures de ceinture à plaques rectangulaires connus chez les Wisigoths, deux sont représentés dans notre région. Les plaques-boucles en fer recouvertes de tôle d’argent lisse ou décorée, souvent agrémentées de cabochons de verre ou de grenat42, sont fréquentes en Castille centrale et en Septimanie (Ebel-Zepezauer, 2000, p. 120). Sur la quarantaine d’exemplaires connus dans le domaine franc, quatre proviennent de sites haut-normands, Louviers43, Muids44, Envermeu45 et Capelle-les-Grands46, et six de Basse-Normandie (Saint-Martin-de-Fontenay). Les plaques-boucles à décor cloisonné sont représentées par celle d’Envermeu47.

Les caractéristiques des dépôts

50En territoire franc, les sépultures comportant des objets de type wisigothique associent souvent une paire de fibules localisée aux épaules ou sur le thorax et une ceinture, à la taille. Ces éléments sont parfois accompagnés dans une même tombe d’objets francs, ou encore sont placés sur le corps à la mode franque. Notre région ne compte qu’une sépulture où la position des objets de type wisigothique est connue, la tombe 118 de Louviers. Elle illustre parfaitement les habitudes franques, avec de petites fibules au cou et de grosses fibules à la taille. Ces dernières, quoique de type wisigothique, ont donc été disposées à la mode franque. En revanche, les fibules de cou ne sont pas de type franc, mais, cas encore unique, de type saxon.

L’interprétation

  • 48 Présentation des arguments : Kazanski et Périn, 2006 et 2008 ; Bierbrauer, 1997, p. 167 ; Vallet, 1 (...)
  • 49 La région fournit un cas troublant car il évoque une double origine. C’est la femme de la tombe 118 (...)

51Les objets de type wisigothique ne sont en effet pas les seuls d’origine lointaine découverts dans les cimetières utilisés entre 450 et 550 et localisés sur une large bande comprise entre le Rhin et la Bretagne, correspondant à l’implantation franque (Koch, 1998 ; Bierbrauer, 1997). La Haute-Normandie en fournit quelques exemples récents avec les fibules des tombes 162 et 163 de Louviers, dont l’origine se place dans le secteur de l’Elbe supérieur et du Rhin moyen, celles de la sépulture 161 de Criel-sur-Mer, saxonnes, et celles de la tombe 13 de Longroy, provenant de Russie (Carré dir., 2011, p. 145, fig. 86). Les spécialistes s’accordent pour voir dans ces parures des témoins de l’origine de celles qui les portent48, soit, pour la femme qui a utilisé la fibule de Nassandres, le royaume wisigothique de Toulouse, défait par les Francs en 507 ou plus probablement celui d’Espagne qui lui succède. Si cette interprétation est juste49, ces objets seraient la trace d’une ou deux générations de migrants. Les questions restent cependant nombreuses quant aux causes et aux modalités de ces mouvements de populations (Bierbrauer, 1997). Le phénomène est en tout cas particulier par la répartition régulière des individus. En effet, la majorité des cimetières utilisés entre la seconde moitié du Ve et la première moitié du VIe siècle sont concernés, y compris dans des zones reculées, comme Nassandres, Capelle-les-Grands ou Envermeu. Ils accueillent chacun une ou quelques femmes d’origine exogène. Le fait que les tombes contenant ces objets soient en général les plus riches du cimetière à la période concernée indiquerait que ces migrantes ou ces familles de migrants se sont imposées comme l’élite dirigeante de la communauté. On peut se demander si l’établissement de ces individus est organisé et s’il répond à des raisons stratégiques, mais également si la prédominance des sites ruraux et la rareté des chefs-lieux de cités concernés sont significatives ou dues à un état de la recherche. La compilation de l’ensemble de la documentation, traitée souvent par type d’objet (par exemple Koch, 1998) ou par groupe culturel (germanique, saxon, wisigothique), apporterait peut-être des pistes de réflexion.

52Quoiqu’il en soit, ces « objets-traces » constituent un outil formidable de réflexion sur l’organisation de la société franque entre la seconde moitié du Ve et le premier quart du VIe siècle. En effet, dans la seconde moitié du VIe siècle, ces parures dont l’origine lointaine est facilement perceptible disparaissent. Soit les populations se sont stabilisées et ont adopté une culture matérielle commune qui se manifeste par des objets comparables dans l’ensemble du domaine franc, soit l’adoption par tous d’une mode « franque » masque les mouvements de population.

L’identité du défunt de la tombe 10

53Pour conclure, l’identité du défunt reste énigmatique. Nous ne savons pas s’il s’agit d’un homme ou d’une femme car le squelette est mal conservé et peu discriminant. Le mobilier funéraire est composé d’éléments chronologiquement compatibles et habituellement associés aux femmes, avec l’aumônière sans armature, la fibule et le fragment de pendeloque. La position des objets n’est cependant pas courante dans les tombes féminines, où les accessoires vestimentaires sont portés, en particulier les fibules qui ferment le vêtement ; de plus, l’aumônière et le couteau s’y trouvent en général au niveau des membres inférieurs, suspendus probablement à la ceinture. Les emplacements suggèreraient donc plutôt une tombe masculine. Enfin, l’impression d’une collection d’objets récupérés prédomine, avec les fragments d’épingle, de miroir et de perle, auxquels s’ajoute peut-être la fibule.

54À l’issue de l’étude, les interrogations sont donc plus nombreuses que les réponses. S’agit-il d’une femme wisigothe ayant subi des revers de fortune ou dont la sépulture a été pillée ? Ce défunt a-t-il recueilli les souvenirs d’une femme chérie d’origine wisigothe ? A-t-il simplement été en contact avec une ou plusieurs femmes riches, d’origine wisigothe ? L’assemblage cohérent des objets témoigne-t-il de la participation au pillage d’une tombe dont le défunt aurait conservé les rebuts, ou du ramassage aléatoire dans l’objectif d’un recyclage ? La sépulture 10 de Nassandres conserve son mystère.

Bibliographie

Bibliographie

Bardel A. et Pérennec R. (2012) – Landévennec (Finistère). Quelques aménagements funéraires en bois, du VIIe au XIe s. Carré F. et Henrion F. (dir.), Le bois dans l’architecture et l’aménagement de la tombe, quelles approches ? Actes de la table ronde d’Auxerre, 15-17 octobre 2009, Saint-Germain-en-Laye, Association française d’archéologie mérovingienne, p. 193-207.

Bierbrauer V. (1997) – Les Wisigoths dans le royaume franc. Antiquités nationales, 29, p. 167-200.

Busch U. et Korteweg W. K. (1988) – Ein merovingerzeitliches Kindergrab aus Aulnizeux. Überlegungen zu Bergkristallobjekten aus merovingerzeitlichen Gräbern. Bulletin de la Société archéologique champenoise, 81, 4, p. 9-22.

Caillet J.-P. (1985) – L’Antiquité classique, le haut Moyen Âge et Byzance au musée de Cluny, Paris, Réunion des musées nationaux, 269 p.

Calligaro T. et Périn P. (2013) – « Route des grenats 3 », Inde, Tamil Nadu, août 2013. Note sur l’origine géologique des grenats utilisés par les orfèvres du haut Moyen Âge occidental. Bulletin de liaison de l’association française d’archéologie mérovingienne, 37, p. 125-131.

Carré F. (2014) – Nassandres (Eure), « Derrière l’Église », cimetière du haut Moyen Âge, rapport de sauvetage urgent, 9 au 29 novembre 1995, Rouen, Service régional de l’archéologie de Haute-Normandie, 57 p., 37 fig.

Carré F. dir. (2011) – Le haut Moyen Âge. L’archéologie en Haute-Normandie. Bilan des connaissances, t. 1, Rouen, Presses universitaires de Rouen et du Havre, 207 p.

Carré F. et Billard C. (1998) – Nassandres. Côte de l’Église, rapport de diagnostic archéologique, 4-11 et 18 décembre 1998, Rouen, Service régional de l’archéologie de Haute-Normandie, n. p.

Carré F. et Hincker V. (à paraître) – Sarcophages de Normandie : une analyse comparée. Actes du 30e colloque international de l’association française d’archéologie mérovingienne, Bordeaux, octobre 2009.

Carré F., Jimenez F. dir., Le Maho J., Gallien V., Follain É., Tegel W., Rast-Eicher A., Bell B., Guerra M., Stutz F., Esquès C., Calligaro T., Escher K., Adrian Y.-M. et Pilet-Lemière J. (2008) – Louviers (Eure) au haut Moyen Âge. Découvertes anciennes et fouilles récentes du cimetière de la rue du Mûrier, Saint-Germain-en-Laye, Association française d’archéologie mérovingienne, 334 p., 135 fig., 66 pl.

Cession-Louppe J. et Vanhaecke L. (2007) – Parures de glace. Le cristal de roche aux époques romaine et mérovingienne. Toussaint J. (dir.), Pierre de lumière. Le cristal de roche dans l’art et l’archéologie, Catalogue d’exposition, 7 septembre 2007-3 février 2008, Musée provincial des Arts anciens du Namurois, p. 113-125.

Chapelain de Seréville-Niel C. (2012) – Exemples de conservation du bois : trois types d’aménagements funéraires du VIIe au XVIIIe s. à Thaon (Calvados). Carré F. et Henrion F. (dir.), Le bois dans l’architecture et l’aménagement de la tombe, quelles approches ? Actes de la table ronde d’Auxerre, 15-17 octobre 2009, Saint-Germain-en-Laye, Association française d’archéologie mérovingienne, p. 209-218.

Cochet J.-B. D. (1855) – La Normandie souterraine ou notices sur des cimetières romains et des cimetières francs explorés en Normandie, Paris, Derache, 456 p.

— (1866) – La Seine-Inférieure historique et archéologique, Paris, Derache, 614 p.

Coutil L. (1929) – Louviers et ses environs à travers les âges, Caen, Imprimerie Mouville, Ozanne et Cie, 73 p.

Deliens M., Goethals H. et Leduc T. (2007) – Le quartz. Toussaint J. (dir.), Pierre de lumière. Le cristal de roche dans l’art et l’archéologie, Catalogue d’exposition, 7 septembre 2007-3 février 2008, Musée provincial des Arts anciens du Namurois, p. 113-125.

Demolon P. dir., Blondiaux J., Compagnon É., Dhenin M., Louis É., Masurel H. et Prévost V. (2006) – La nécropole mérovingienne de Hordain (Nord) VIe-IXe siècles après J.-C., Douai, Direction de l’archéologie, 269 p.

Drieu M. (2011) – La nécropole de Poses (Eure) : contribution à l’étude du mobilier funéraire. Les éléments de ceinture. Mémoire de master 2 sous la direction de É. Lorans et F. Carré, université de Rouen, 2 vol., 120 et 21 p.

Ebel-Zepezauer W. (2000) – Studien zur Archäologie der Westgoten vom 5.-7. Jh. n. Chr. Mainz am Rhein, P. von Zabern, 365 p., 40 pl.

Éliade M. (1995) – Le chamanisme et les techniques archaïques de l’extase [1950], Paris, Payot, « Bibliothèque historique Payot », 405 p.

Feugère M. (1988) – Fibules wisigothiques et de type germanique en Gaule méridionale. Archéologie du Midi médiéval, 6, p. 3-11.

Halbout D. (1981) – Rapport sur la fouille de sauvetage exécutée à Beaumontel en avril 1981, Rouen, Service régional de l’archéologie de Haute-Normandie.

Halleux R. (2007) – Le cristal dans les traditions lapidaires. Toussaint J. (dir.), Pierre de lumière. Le cristal de roche dans l’art et l’archéologie, Catalogue d’exposition, 7 septembre 2007-3 février 2008, Musée provincial des Arts anciens du Namurois, p. 45-55.

Herdick M. (2001) – Mit Eisen gegen Angst. Überlegungen zur Interpretation Vor-und Frühgeschichtlicher Mineralien-Amulette und Bemerkungen zu einer Gruppe Merovingerzeitlicher Kugelanhänger. Concilium medii aevi, 4, p. 1-47.

Hernandez J. (2001) – Le mobilier métallique de parure du haut Moyen Âge en Septimanie et ses parallèles septentrionaux et méditerranéens. Mémoire de DEA sous le direction de J. Burnouff et P. Périn, université Paris I-Panthéon-Sorbonne, 3 vol., 967 p.

Hincker V. (1999) – Saint-Évroult-Notre-Dame-du-Bois, « abbaye d’Ouche » (Orne). DFS, Caen, Service régional de l’archéologie de Basse-Normandie, 2 vol., 118 et 232 p.

Hincker V. et Poirier A. (2013) – Le cimetière mérovingien de Manerbe (Calvados, Basse-Normandie). Reflet d’une petite communauté rurale du VIIe siècle. Lorren C. (dir.), La Gaule, le monde insulaire et l’Europe du nord au haut Moyen Âge. Actualité de l’archéologie en Normandie (Ve-Xe siècles). Actes des 27e journées internationales d’archéologie mérovingienne, Caen, 29 septembre-1er octobre 2006, Saint-Germain-en-Laye, Association française d’archéologie mérovingienne, p. 149-182.

Hinguant S. et Biard M. (2013) – Le Paléolithique supérieur ancien de la vallée de l’Erve (Mayenne) : un état des connaissances. Bodu P., Chehmana L., Klaric L., Mevel L., Soriano S. et Teyssandier N. (dir.), Le Paléolithique supérieur ancien de l’Europe du nord-ouest : réflexions et synthèses à partir d’un projet collectif de recherche sur le centre et le sud du Bassin parisien. Actes du colloque de Sens, 15-18 avril 2009, Paris, Société préhistorique française, p. 239-250.

Hinguant S., Biard M., Bodinier B., Lenormand A. et Tsobgou-Ahoupe R. (2012) – Origine des matières premières lithiques du Solutréen de la vallée de l’Erve (Mayenne). Marchand G. et Querré G. (dir.), Roches et sociétés de la préhistoire : entre massifs cristallins et bassins sédimentaires. Actes du colloque international de Rennes, 2010, Presses universitaires de Rennes, p. 423-438.

Hinz H. (1966) – Am langen Band getragene Bergkristallanhänger der Merovingerzeit. Das Jahrbuch des Römisch-Germanischen Zentralmuseums, 13, p. 212-230.

Jego L. (2008) – A 28, Capelle-les-Grands, « Les Terres Noires » (Eure-Haute-Normandie), vol. 2, La nécropole mérovingienne, rapport final de fouille, Rouen, Service régional de l’archéologie de Haute-Normandie, 55 p. et 40 fig.

Jego L., Carré F. et Adrian Y.-M. (2013) – Le cimetière de Capelle-les-Grands, « Les Terres Noires » (Eure), Ve-VIIIe siècles. Lorren C. (dir.), La Gaule, le monde insulaire et l’Europe du nord au haut Moyen Âge. Actualité de l’archéologie en Normandie (Ve-Xe s.). Actes des 27e journées internationales d’archéologie mérovingienne, Caen, 29 septembre-1er octobre 2006, Saint-Germainen-Laye, Association française d’archéologie mérovingienne, p. 137-148.

Jepure A. (2006) – Das westgotenzeitliche Gräberfeld von Madrona (Segovia, Spanien). Inaugural-Dissertation zur Erlangung der Doktorwürde der Philosophischen Fakultät I der Julius-Maximilians-Universität zu Würzburg und der Philosophischen fakultät der Universidad Autónoma de Madrid.

Joffroy R. et Thenot A. (1981) – L’utilisation du quartz dans l’Antiquité à travers les collections du musée des Antiquités nationales. Antiquités nationales, 12-13, p. 75-84.

Kazanski M. et Périn P. (1988) – Le mobilier funéraire de la tombe de Childéric Ier : état de la question et perspectives. Revue archéologique de Picardie, 3-4, p. 13-38.

— (2006) – Les tombes féminines à costume « étranger » dans les nécropoles mérovingiennes de Gaule. Gallia e Hispania en el contexto de la presencia “germánica” (ss. v-vii). Balance y perspectivas. Actas de la Mesa Redonda hispano-francesca celebrada en la universidad autónoma de Madrid (UAM) y museo Arqueológico regional de la comunidad de Madrid, Oxford, J. & E. Hedges, p. 191-212.

— (2008) – Identité ethnique en Gaule à l’époque des grandes migrations et des royaumes barbares : études de cas archéologiques. Antiquités nationales, 39, p. 181-216.

King C. W. (1865) – The natural history, ancient and modern, of precious stones and gems, and of the precious metals, Londres, Bell and Daldy, 442 p.

Koch A. (1998) – Bügelfibeln der Merowingerzeit im westlichen Frankenreich, Bonn, Habelt, 748 p.

Larrieu M., Marty B., Périn P. et Crubézy É. (1985) – La nécropole mérovingienne de La Turraque, Beaucaire-sur-Baïse (Gers), Soreze, Société de recherches spéléo-archéologiques du Sorezois et Revelois, 290 p.

Legoux R. (2005) – La nécropole mérovingienne de Cutry (Meurthe-et-Moselle), Saint-Germain-en-Laye, Association française d’archéologie mérovingienne, 543 p.

— (2011) – La nécropole mérovingienne de Bulles (Oise), Saint-Germain-en-Laye, Association française d’archéologie mérovingienne, 2 vol., 428 et 496 p.

Legoux R., Périn P. et Vallet F. (2004) – Chronologie normalisée du mobilier funéraire mérovingien entre Manche et Lorraine, Saint-Germain-en-Laye, Association française d’archéologie mérovingienne, hors-série, 62 p.

Lemaitre P. (1980) – Inhumations du haut Moyen Âge à Gisay-la-Coudre (Eure). Le Maho J. (dir.), Trésors archéologiques de Haute-Normandie, 5 années de fouilles et de découvertes, 1974-1979, Rouen, p. 253-258.

Lemeunier A. (2007) – Le cristal de roche au Moyen Âge. Toussaint J. (dir.), Pierre de lumière. Le cristal de roche dans l’art et l’archéologie, Catalogue d’exposition, 7 septembre 2007-3 février 2008, Musée provincial des Arts anciens du Namurois, p. 127-144.

Loisel A. (1868) – Cercueils découverts à Nassandres (Eure) en avril 1868. Bulletin de la commission des antiquités de Seine-Inférieure, 1, p. 403-404 et album IV, 1.

Meaney A. (1981) – Anglo-Sxon Amulets and Curing Stones, Oxford, British Archaeological Reports.

Menghin W. (1983) – Das Schwert im frühen Mittelalter : Chronologisch-typologische Untersuchung zu Langschwertern aus germanischen Gräbern des 5. bis 7. Jahrhunderts n. Chr., Stuttgart, Theiss, 368 p.

Murail P., Bruzek J., Houët F. et Cunha E. (2005) – DSP : A tool for probabilistic sex diagnosis using worldwide variability in hip-bone measurements. Bulletins et mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, 17, p. 167-176.

Otte M. (2007) – L’emploi du cristal en Préhistoire. Toussaint J. (dir.), Pierre de lumière. Le cristal de roche dans l’art et l’archéologie, Catalogue d’exposition, 7 septembre 2007-3 février 2008, Musée provincial des Arts anciens du Namurois, p. 99-102.

Paresys C., Truc M.-C., Culot S. et Cabart H. (2009) – Les tombes privilégiées de « La Tuilerie » à Saint-Dizier (Haute-Marne). Alduc-Le Bagousse A. (dir.), Inhumations de prestige ou prestige de l’inhumation ? Expressions du pouvoir dans l’au-delà (IVe-XVe siècle), Caen, CRAHM, p. 69-98.

Pilet C. (1980) – La nécropole de Frénouville (Calvados) : étude d’une population de la fin du IIIe à la fin du VIIe siècle, Oxford, British Archaeological Reports, 3 vol., 225-339 p., 217 pl.

Pilet C. dir. (1994) – La nécropole de Saint-Martin-de-Fontenay (Calvados). Recherches sur le peuplement de la plaine de Caen du Ve s. avant J.-C. au VIIe s. après J.-C., Paris, Gallia, suppl. 54, 550 p.

Pilet C., Alduc-le-Bagousse A., Blondiaux J., Buchet L., Grévin G. et Pilet-Lemière J. (1990) – Les nécropoles de Giberville (Calvados), fin du Ve siècle-fin du VIIe siècle après J.-C. Archéologie médiévale, 20, p. 3-140.

Pilet C., Alduc-le-Bagousse A., Blondiaux J., Buchet L. et Pilet-Lemière J. (1992) – Le village de Sannerville, « Lirose », fin de la période gauloise au VIIe siècle après J.-C. Archéologie médiévale, 22, p. 1-190.

Pion C. (2012) – La pratique du remploi dans les sépultures mérovingiennes de Belgique. Entre recyclage, esthétique et symbolique. Cahier des thèmes transversaux ArScAn, archéologies et sciences de l’Antiquité, 2009-2010, X, p. 47-55.

Pion C. et Gratuze B. (2013) – Made in India : des perles en verre provenant d’Asie du sud en Gaule mérovingienne. Bulletin de liaison de l’association française d’archéologie mérovingienne, 37, p. 69-72.

Piton D. (1985) – La nécropole de Nouvion-en-Ponthieu, Dossiers archéologiques, historiques et culturels du Nord et du Pas-de-Calais, 20, 372 p.

Plumier J. et Regnard M. (dir.), Voies d’eau, commerce et artisanat en Gaule mérovingienne, Namur, Ministère de la région wallone, p. 145-154.

Quast D. (1993) – Merowingerzeitliche Grabfunde aus Gültlingen, Stuttgart, Theiss, 163 p.

— (1996) – Schmuckstein-und Glasschnallen des 5. und frühen 6. Jahrhunderts aus dem östlichen Mittelmeergebiet und dem „Sasanidenreich”. Archäologisches Korrespondenzblatt, 26, 3, p. 333-345.

Rambaud M. et Hamon M. (1996) – Canton de Beaumont-le-Roger, commune de Nassandres. Monuments et sites de l’Eure, 80, p. 4-7.

Roussel P. (1976) – Gisay-la-Coudre, rapport de fouille, Rouen, Service régional de l’archéologie de Haute-Normandie, 21 p.

— (1977) – Gisay-la-Coudre, rapport de fouille, Rouen, Service régional de l’archéologie de Haute-Normandie.

— (1981) – Gisay-la-Coudre, rapport de fouille, Rouen, Service régional de l’archéologie de Haute-Normandie, 8 p.

— (1982) – Gisay-la-Coudre, rapport de fouille, Rouen, Service régional de l’archéologie de Haute-Normandie, 2 vol., 9 p. et n. p.

— (1983) – Gisay-la-Coudre, rapport de fouille, Rouen, Service régional de l’archéologie de Haute-Normandie, 2 vol., 6 p. et n. p.

— (1984) – Gisay-la-Coudre, rapport de fouille, Rouen, Service régional de l’archéologie de Haute-Normandie, 2 vol., 15 p. et n. p.

— (1985) – Gisay-la-Coudre, rapport de fouille, Rouen, Service régional de l’archéologie de Haute-Normandie, 2 vol., 18 p. et n. p.

— (1986) – Gisay-la-Coudre, rapport de fouille, Rouen, Service régional de l’archéologie de Haute-Normandie, 2 vol., 17 p. et n. p.

Schulze-Dörrlamm M. (1986) – Romanisch oder Germanische Untersuchungen zu den Armbrust-und Bügelknopffibeln des 5. und 6. Jahrhunderts aus den Gebieten westlich des Rheins und südlich der Donau. Das Jahrbuch des Römisch-Germanischen Zentralmuseums, 33, p. 593-70.

— (2002) – Byzantinische Gürtelschnallen und Gürtelbeschläge im Römisch-Germanischen Zentralmuseum, Teil 1, Mainz, Römisch-Germanischen Zentralmuseums.

Schumacher M.-H. (2002) – Le cimetière mérovingien de Wellin. Mémoire présenté en vue de l’obtention du grade de licenciée en archéologie et histoire de l’art, UCL, Louvain-la-Neuve.

Tourneur J. (2004) – Une occupation de la période gallo-romaine et du haut Moyen Âge : le site de Courbépine/Boissy-Lamberville « A 28-diffuseur de Bernay » (Eure). DFS de fouille préventive, Rouen, INRAP, Service régional de l’archéologie de Haute-Normandie, 75 p.

Vallet F. (1993) – Parures féminines étrangères du début de l’époque mérovingienne trouvées dans le Soissonnais. Studien zur Sachsenforschung, 8, p. 109-121.

— (2008) – Collections mérovingiennes de Napoléon III provenant de la région de Compiègne, Paris, Réunion des musées nationaux, 492 p.

Véronèse J. (2011) – La magie divinatoire à la fin du Moyen Âge. Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 21, p. 311-341.

Vigot A.-S. (2005) – Archéologie de la salle capitulaire de l’abbaye de Saint-Évroult-Notre-Dame-du-Bois (Orne) aux XIIIe-XIVe siècles : un espace d’inhumation privilégié ? Mémoire de maîtrise d’histoire médiévale sous la direction de C. Hanusse et A. Alduc-le-Bagousse, université de Caen-Basse-Normandie, 2 vol., 272 . et n. p.

Von Freeden U. (2005) – La conquête de l’Arabie du sud par les Sassanides et sa répercussion sur le grand commerce : l’exemple des grenats.

Notes

1 Malgré le nombre important de structures, la fouille a été réalisée en 12 jours avec l’aide de bénévoles en partie débutants, après un décapage de qualité médiocre au tractopelle. Nous tenons à remercier les bénévoles qui ont participé à l’intervention ainsi que D. Pitte pour ses clichés, S. Franco et S. Hingant pour leurs dessins, le musée départemental des Antiquités de Rouen et le musée de la Famenne (Belgique) pour le prêt d’images, J. Hernandez, F. Vallet, P. Périn, O. Kayser et M. Drieu qui ont aidé aux recherches bibliographiques.

2 D’après une notice historique sur l’église disponible sur le site internet de la commune, rédigée à partir d’une monographie de M. Parey, directeur de l’école de Nassandres à la in du XIXe siècle. Cet ouvrage n’a pas été retrouvé par la mairie, contactée en 2014.

3 Intervention de M.-C. Lequoy, documentation complète dans Carré, 2014, p. 4 et annexes 4 et 5.

4 Le transport en bateau par la Seine, le long de la côte au nord de l’estuaire puis par les leuves du nord de la Seine-Maritime est clairement perceptible par la carte de répartition (Carré et al., 2011, p. 111, fig. 70, carte à actualiser ; Carré et Hincker, à paraître).

5 L’église, dédiée à saint André, est déjà attestée au XIe siècle. Vers 1528, elle est dotée d’un patron secondaire, saint Roch (Rambaud et Hamon, 1996).

6 Observation et identification des restes organiques : A. Rast-Eicher.

7 Une idée des proportions moyennes est apportée par deux tableaux du bilan des connaissances (Carré dir., 2011, p. 95, fig. 57 et p. 96, fig. 58).

8 Dans le cas de S. 1, elle a probablement été bougée lors du décapage.

9 Au sujet de ces objets recyclés, voir Pion, 2012, et pour les fragments de bracelets et les perles, voir plus particulièrement les p. 51 et 52, note 14.

10 Le gros diamètre des trous des poils, compris entre 0,5 et 0,2 mm, indique qu’il ne s’agit pas de peau de capriné.

11 Fils de 0,5 mm de diamètre, torsion z/s, 14 x 14 fils par cm.

12 Diamètre des trous des poils compris entre 0,5 et 0,2 mm.

13 Étude : Y.-M. Adrian.

14 Observations et mesures : C. Chapelain de Seréville-Niel.

15 Diagnose sexuelle probabiliste, selon Murail et al., 2005.

16 Les précisions techniques concernant les objets ont été apportées par B. Bell lors de la restauration.

17 Fouilles dirigées par Y.-M. Adrian, étude de M. Drieu, rapport en cours.

18 Étude technologique : M. Biard ; un grand merci à M. Drieu pour ses nombreuses orientations bibliographiques.

19 Pour plus d’information sur cette matière, voir Deliens et al., 2007.

20 Hinguant et Biard, 2013 ; pour la préhistoire en général, voir Otte, 2007.

21 Fouilles de la société Archéopole, responsable J. Boisson, que je remercie de l’information (rapport en cours).

22 Trente exemplaires au moins sont connus, voir Quast, 1996, carte de répartition p. 338, liste p. 344 : 1 exemplaire dans le Kent, 6 en France auxquels on peut ajouter celui de Charnay (Cession-Louppe et Vanhaecke, 2007, p. 123), les 2 de Harfleur et celui de Saint-Dizier (Paresys et al., 2009, p. 84), 1 en Belgique (Cession-Louppe et Vanhaecke, 2007, p. 123) et 18 en Allemagne (complément d’inventaire dans Busch et Korteweg, 1988).

23 Cette hypothèse a été retenue par D. Quast (1993, p. 95 ; 1996, p. 337) en raison de la morphologie et de la technologie des ardillons liés à certaines boucles, typiquement méditerranéennes, de préférence à celle de Busch et Korteweg (1988), qui suggèrent des ateliers situés au nord des Alpes, travaillant les pierres dures, en particulier les grenats plats pour les décors cloisonnés, et façonnant des boucles imitant les exemplaires en écume de mer d’origine méditerranéenne.

24 La conquête de l’Arabie du sud par les Sassanides et la fermeture de la voie commerciale maritime entre l’Inde et l’Empire byzantin, d’après U. Von Freeden (2005).

25 J’ai pu examiner l’objet en détail grâce aux clichés aimablement communiqués par T. Cassart, conservateur du musée de la Famenne, où elle est exposée (inv. MF/We/16). Contexte de découverte : Schumacher, 2002, p. 98-104.

26 Inventaire en cours, plus de quarante exemplaires sur le continent et une cinquantaine en Angleterre (Meaney, 1981, p. 77).

27 Type 339 de Legoux et al., 2004 ; étude : Hinz, 1966.

28 Des contre-exemples sont connus, comme la boule de la tombe de Childéric, qui se démarque par ses dimensions et dont on ne sait si elle a été portée en pendeloque ; la possibilité d’une sépulture féminine adjacente a même été évoquée (Kazanski et Périn, 1988, p. 18-20). En revanche, quelques sépultures dotées d’une panoplie d’armes typiquement masculine contenaient, posée contre l’épée, une perle à facettes en cristal : la tombe 49 de Vieuxville en Belgique (Cession-Louppe et Vanhaecke, 2007, p. 124), une sépulture d’Hammelburg en Bavière (Menghin, 1983, p. 196-197) et la tombe 2 d’Hemmingen dans le Baden-Württemberg (Menghin, 1983, p. 210).

29 Cartes dans Hinz, 1966, p. 213 ; Meaney, 1981, p. 12 ; Busch et Korteweg, 1988, p. 17 ; Herdick, 2001, Fundkarte 1. Quelques exemplaires sont signalés plus au sud, comme la perle de la tombe 27 de La Turraque à Beaucaire-sur-Baïse dans le Gers (Larrieu et al., 1985, p. 57-59), ou à l’est, en Crimée, dans une tombe masculine (Quast, 1993, p. 94).

30 La comparaison n’est pas excessivement éloignée, puisque M. Éliade décèle des traces de chamanisme dans les croyances et pratiques des Germains (1995, p. 299). En Australie, les cristaux de roche, détachés du trône de la divinité suprême, sont introduits dans le corps du futur chamane (Éliade, 1995, p. 53-54). En Amérique subtropicale, les esprits gardiens tombent sous la forme de cristaux de roche dans la sacoche du chamane (p. 88). Aux Célèbes et à Bornéo, les cristaux de quartz font partie des éléments majeurs de la boîte à objets magiques du chamane (p. 278). Les cristaux ont dans tous ces cas le rôle d’intermédiaire avec les esprits, pour voir l’âme du malade et définir les soins à lui donner (p. 121, 123, 269 et 278).

31 Les chocs dus au port du cristal au bout d’une lanière ou d’une chaîne paraissent la cause la plus logique mais il faudrait expérimenter pour en avoir la certitude. On peut aussi penser aux traces d’un usage particulier, comme celui d’écraser des ingrédients pour fabriquer une poudre ou une pommade médicinale, mais l’observation à la binoculaire donne plutôt l’impression de chocs réguliers avec un instrument pointu, quelques ratés produisant des éclats un peu plus gros.

32 Des cristaux de roche comparables ornent des pièces d’orfèvrerie (Caillet, 1985, p. 218 ; Lemeunier, 2007). Des mitres sont également décorées de cabochons en amande, comme celle de l’évêque O’Dea, conservée à Limerick (Irlande). C’est l’interprétation proposée pour un cristal en amande découvert sur le crâne d’un défunt inhumé aux XIIIe-XIVe siècles dans la salle capitulaire de l’abbaye Saint-Évroult-Notre-Dame-du-Bois dans l’Orne (Vigot, 2005, fig. 180 et annexe 78 ; Hincker, 1999, vol. 2, p. 215).

33 Voir les travaux de J. Véronèse, qui traitent très rapidement du haut Moyen Âge en s’appuyant sur les textes de saint Augustin et d’Isidore de Séville ; signalons au passage un développement sur l’utilisation du cristal au bas Moyen Âge pour faire apparaître les esprits (Véronèse, 2011).

34 Le diamètre des trous des poils est compris entre 0,5 et 0,2 mm ; il ne s’agit donc pas de peau de capriné et l’aspect lisse exclut le cuir de porc.

35 Trous des poils de faible diamètre et groupés par trois.

36 Je remercie Marine Drieu de m’avoir signalé cette référence.

37 Dans le nord de la Mandchourie, le costume du chamane, spécialiste de l’âme des vivants et des morts, comporte un miroir en cuivre pour voir l’âme des défunts (Éliade, 1995, p. 134).

38 Par B. Bell, qui a déjà observé le phénomène.

39 Conservée au musée départemental des Antiquités de Rouen, inv. 2001.1.119.

40 Conservée au musée de Louviers, inv. 1334.

41 Fouilles d’Y.-M. Adrian, étude de M. Drieu.

42 Pour une étude technique de ces plaques à cabochons, voir Carré et Jimenez dir., 2008, p. 133-136.

43 Tombe 118 (ibid., p. 135-136).

44 Conservée au musée d’Évreux, inv. 7725.

45 Conservée au musée départemental des Antiquités de Rouen, inv. 2001.0.84.

46 Jego et al., 2013, p. 144, tombe 1003.

47 Conservée au musée départemental des Antiquités de Rouen, inv. 673 bis 6.

48 Présentation des arguments : Kazanski et Périn, 2006 et 2008 ; Bierbrauer, 1997, p. 167 ; Vallet, 1993.

49 La région fournit un cas troublant car il évoque une double origine. C’est la femme de la tombe 118 de Louviers, qui est parée d’objets saxons et wisigothiques (Carré et Jimenez dir., 2008, p. 173-174).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Localisation des sites mentionnés, des habitats et des cimetières des Ve-Xe siècles répertoriés en Haute-Normandie (F. Carré, N. Bolo, carte archéologique 2014).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4349/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Légende Fig. 2. Sarcophages découverts en 1868 à Nassandres (d’après Loisel, 1868).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4349/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 3. Localisation sur le plan cadastral actuel des interventions archéologiques dans le secteur de l’église (DAO : F. Carré).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4349/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Fig. 4. Mobilier collecté lors de l’intervention de 1990 (dessins nos 1 à 4 et 10 : É. Follain ; nos 5 à 7 : S. Franco et F. Carré ; no 9 : Y.-M. Adrian).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4349/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Légende Tableau 1. Caractéristiques des sépultures.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4349/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Légende Fig. 5. Plan général des vestiges (F. Carré).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4349/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Légende Fig. 6. Mobilier funéraire (dessins : F. Carré et Y.-M. Adrian ; clichés : D. Pitte et A. Rast-Eicher).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4349/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Légende Fig. 7. Tombe 10 (F. Carré).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4349/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Légende Fig. 8. Fibule de type wisigoth de la tombe 10 et comparaisons (F. Carré).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4349/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Légende Fig. 9. Fragment de perle en cristal de roche de la tombe 10 (F. Carré, B. Bell, S. Hinguant et A. Rast-Eicher).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4349/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Légende Fig. 10. Autres objets de la tombe 10 (dessins : F. Carré ; clichés : D. Pitte et A. Rast-Eicher).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4349/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende Fig. 11. Objets de type wisigoth découverts en Haute-Normandie (dessins : S. Le Maho et F. Carré ; clichés : Y. Deslandes, © CG 76, pour Envermeu, et J.-P. Godais, musée d’Évreux, pour Muids).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4349/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 524k

Auteurs

CRAHAM, UMR 6273 CNRS-UCBN

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540