Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Alizay, 20-22 juin 2014

 | 
Luc Liogier

L’étude des matériaux organiques dans les tombes du haut Moyen Âge : un apport à la connaissance des pratiques funéraires et des vêtements ?

The study of organic materials in the tombs from the early Middle Ages: could this be a contribution to knowledge on funeral practices and clothing?

Florence Carré, Antoinette Rast-Eicher, Bruno Bell et Julien Boisson

Résumé

Il s’agit de la présentation d’un programme collectif de recherche initié en 2012 et destiné à promouvoir un type d’étude encore très superficiellement pratiqué en France. Les vestiges organiques, cuirs, textiles, bois ou autres végétaux préservés dans l’environnement des objets métalliques, sont en effet susceptibles d’apporter des précisions importantes sur les pratiques funéraires, les vêtements et les dépôts présents dans les sépultures.

It involves the presentation of a joint research programme that started in 2012 and was aimed at promoting a type of study that is still only carried out very superficially in France. The organic remnants, leather, textiles, wood or other plants preserved in the surroundings of metal objects may indeed provide important details on the burial practices, clothing and the deposits present in the graves.

Texte intégral

1Le programme collectif de recherche (PCR) intitulé « L’étude des matériaux organiques dans les tombes du haut Moyen Âge : un apport à la connaissance des pratiques funéraires et des vêtements ? » a vu le jour en 2012, suite aux fouilles du cimetière mérovingien d’Harfleur (Seine-Maritime). Ce site a en effet fourni la possibilité d’adapter les méthodes de dégagement et de prélèvement à la problématique abordée, tout en procurant une matière abondante en raison de la richesse du mobilier métallique. Le PCR est coordonné par F. Carré et porté par une équipe pluridisciplinaire composée des archéologues ayant oeuvré à Harfleur, dont J. Boisson, responsable d’opération, ainsi que de spécialistes de la restauration (B. Bell) et des matériaux organiques, en particulier des textiles (A. Rast-Eicher). Cet article présente un état de la recherche centré sur le haut Moyen Âge puis les objectifs du PCR, les moyens et les méthodes mises en œuvre et enfin quelques-uns des résultats obtenus en 2013.

État de la recherche

Une problématique initiée par des tombes exceptionnelles

2Dès le milieu du XIXe siècle, des découvertes spectaculaires par la préservation des matières organiques permettent d’appréhender l’extraordinaire richesse de certaines sépultures franques. Ainsi, le site d’Oberflacht, en Allemagne, exploré en 1846, fait encore référence pour le mobilier en bois (Dürrich et Mezel, 1847 ; Paulsen, 1992). En Normandie, l’abbé Cochet s’intéresse à des tombes plus modestes ou moins bien conservées. Remarquable observateur, il signale les éléments textiles présents sur les objets métalliques (Cochet, 1857, p. 239). Il repère également à Envermeu (Seine-Maritime) des restes de mousse recouvrant un récipient en alliage cuivreux (ibid., p. 175) ou encore les traces des cordes de suspension d’un plateau de balance (ibid., p. 184). Ces constatations demeurent cependant ponctuelles et l’étude n’est pas poussée plus loin.

3À partir des années 1920, les travaux d’Édouard Salin intègrent l’observation au microscope des vestiges, conduisant par exemple à l’identification de tiges de prêle recouvrant des fragments de textiles dans plusieurs tombes de Lezéville, en Haute-Marne (Salin, 1922 et 1952, p. 129).

4Au cours des années 1950 et au début des années 1960, de nouvelles découvertes exceptionnelles, comme à Cologne et à Augsbourg en Allemagne (Doppelfeld, 1960 et 1964 ; Werner, 1977, p. 141-151) ou à Saint-Denis en France (Salin, 1958), renouvellent l’intérêt pour les restes organiques. Une réflexion est menée durant 20 ans par Albert France-Lanord, Édouard Salin, puis Michel Fleury, sur les méthodes à appliquer pour leur prélèvement, leur étude et leur conservation. Ainsi, à la basilique de Saint-Denis, les prélèvements sont, dans un premier temps, effectués à l’aide de paraffine (Salin, 1958, p. 24 et pl. VIII). Rapidement, cette pratique est abandonnée et des feuilles d’aluminium, autorisant les radiographies car perméables aux rayons X, sont utilisées pour extraire les textiles, les cuirs et les dépôts végétaux des sarcophages, en conservant leurs relations spatiales. De nombreuses notes, des croquis, des photographies et des films constituent l’enregistrement (Fleury, 1979, p. 24-26). Certains fragments de tissus présentent des dimensions importantes, jusqu’à plusieurs dizaines de cm2, et de nombreux éléments se superposent. La fouille en laboratoire, couche par couche, s’appuie sur des radiographies et s’accompagne de dessins de localisation. Textiles, restes humains et insectes sont examinés au microscope. Des mesures de conservation sont prises à l’aide de cire (France-Lanord, 1979). Les résultats sont fabuleux (Fleury et France-Lanord, 1998), même si les interprétations proposées sont parfois erronées, tant sur le plan de l’identification des fibres textiles ou des techniques de tissage que sur celui de la stratigraphie. En revanche, ce mode de prélèvement a permis de reprendre l’étude en 2005 et de présenter, en particulier, une nouvelle restitution du costume de la reine Arégonde (Périn, 2009).

5Durant les années 1970, des découvertes effectuées à l’abbaye Saint-Victor de Marseille (Démians d’Archimbaud, 1971, p. 94 et 108) amènent le laboratoire d’anthropologie de Draguignan à proposer un protocole permettant la fouille en laboratoire des sépultures exceptionnelles, en reprenant en particulier la technique du prélèvement à l’aide de plaques. L’enregistrement spatial est plus précis, reposant sur un carroyage aux mailles de 0,1 m2. L’utilisation, durant le dégagement, d’une loupe qui peut grossir jusqu’à 50 fois, donne la possibilité d’identifier des restes très fins. Une équipe pluridisciplinaire est constituée. Les résultats sont impressionnants (Boyer et Fattori, 1976 ; Boyer et al., 1987).

  • 1 Signalons également le sarcophage 6 de Perrusson, dans l’Indre-et-Loire, ouvert en 1971, qui docume (...)
  • 2 Deux sarcophages antiques mis au jour à Naintré ont livré des restes exceptionnels, et la fouille a (...)

6Les découvertes de tombes de la période mérovingienne comportant une quantité importante de matières organiques restent toutefois rares1. Leurs études ont prouvé la richesse des informations qu’elles apportent, d’autant plus lorsqu’elles sont traitées par des équipes de spécialistes, de préférence dans les heures qui suivent leur ouverture2.

La documentation de sépultures plus ordinaires en Suisse et en Allemagne

  • 3 Par exemple, les nécropoles d’Altenerding (Hundt, 1996), de Niederstotzingen (Hundt, 1967) ou de Gi (...)
  • 4 Farke, 1991 ; Bartel et Knöchlein, 1993 ; ces deux restauratrices ont mentionné très tôt la présenc (...)

7Durant les années 1960, la recherche archéologique sur l’époque mérovingienne est beaucoup plus développée en Allemagne qu’en France. Il en est de même de l’étude des textiles archéologiques, pour laquelle un laboratoire spécifique est créé à Mayence sous l’impulsion de Hans-Jürgen Hundt. Des échantillons de périodes diverses provenant de toute l’Europe y sont envoyés pour analyse ; ce domaine reste toutefois une spécialité des chercheurs allemands et suisses. Parmi les restes minéralisés étudiés, certains sont issus des cimetières mérovingiens allemands ; ils sont publiés dans les monographies sous la forme de catalogues3. De nombreuses tombes à la conservation ordinaire sont ainsi documentées, mais les données ne sont pas vraiment intégrées aux débats sur la position et la fonction des objets, en particulier des fibules. En effet, les fragments de textiles sont détachés de leur support pour être envoyés à Mayence. Il faut attendre les années 1990, avec les observations détaillées de Heidemarie Farke, tisserande et restauratrice à Weimar (Allemagne, Thuringe), puis de Antja Bartel, restauratrice à Bamberg (Allemagne, Bavière), pour qu’une discussion basée sur les textiles reprenne4.

  • 5 Par exemple, en Suisse, Flaach (Windler, 2012, 24 tombes avec mobilier), Baar (Früebergstrasse : Mü (...)

8Durant ces mêmes années, l’utilisation du microscope électronique à balayage (MEB) ouvre la possibilité d’identifier les fibres minéralisées. Enfin, une méthodologie spécifique est testée puis appliquée à des cimetières mérovingiens importants, comptant jusqu’à 213 tombes dotées de mobilier métallique5. Le protocole de prélèvement, de stockage et d’étude est décrit et abondamment illustré dans la publication du cimetière de Baar, Früebergstrasse, en allemand (Müller, 2010, p. 128-133), mais également dans un article en français (Rast-Eicher, 2009). La méthode prend en compte l’impossibilité d’identifier à l’œil nu, lors du dégagement, les restes les plus ténus. Sur le terrain, les objets sont donc systématiquement prélevés en motte avec l’ensemble du sédiment plus organique qui les entoure. Des bandes plâtrées en assurent la cohésion. Ces mottes sont conservées dans une humidité stabilisée et assainie par une congélation, radiographiées puis fouillées sous binoculaire par les restaurateurs, sous la direction d’une spécialiste des matériaux organiques. Cette dernière enregistre en plan les vestiges à chaque stade d’un dégagement qui peut être réalisé durant plusieurs semaines. Les mottes sont alors réfrigérées entre chaque intervention et humidifiées durant les observations. La collaboration du restaurateur et du spécialiste est importante puisqu’elle permet de mieux identifier la matière organique, souvent difficile à reconnaître. L’intégration des archéologues dans les démarches et les réflexions est également primordiale, car l’interprétation prend en compte l’ensemble des données fournies par chaque tombe. Les résultats obtenus montrent que cette méthode optimise les renseignements apportés par les textiles, les cuirs et fourrures ainsi que les végétaux préservés dans les sépultures (exemples dans Rast-Eicher, 2009).

  • 6 C’est-à-dire que les ceintures ne sont pas portées, ni les fourreaux qui y sont suspendus.
  • 7 Rast-Eicher, 2012, p. 73 : le garnissage peut être aussi constitué de plumes, comme à Elgg (Suisse, (...)

9Au-delà de l’identification de ces restes, des matières et des techniques utilisées, la réflexion sur leur position amène des hypothèses sur leur fonction. Ainsi, les pratiques funéraires sont précisées, en particulier la manière de présenter les objets dans la sépulture. Par exemple, sur le site de Baar, Zugerstrasse (Suisse, canton de Zoug), dans quatre tombes masculines, ils sont regroupés par paquets enveloppés dans des textiles maintenus par des liens (Horisberger et al., 2004, p. 183). Si le fait de placer l’ensemble du mobilier sur ou à côté du corps des hommes6 avait déjà été perçu comme une pratique fréquente en Suisse et en Allemagne (Bader et al., 2002, p. 83), les détails de la mise en œuvre n’en avaient pas encore été observés. Reste maintenant à s’interroger sur la signification symbolique de ces gestes funéraires. La présence de végétaux est également illustrée, probablement sous la forme de bouquets, hypothèse formulée à La Tour-de-Trême (Suisse, canton de Fribourg) pour des restes de feuilles de céréales au revers d’une fibule (Graenert et Rast-Eicher, 2003, p. 168), mais aussi en tant que garnissage de vêtements ou de couvertures matelassées comme à Lauchheim (Allemagne, Ostalb-Kreis) et Flaach7 (Suisse, canton de Zürich).

  • 8 Helmig et al., 2003, p. 138-139 et 141 ; Rast-Eicher, 2012, p. 73.
  • 9 La littérature est abondante à ce sujet, voir par exemple Clauss, 1987 ; Martin, 1991 et 1994.
  • 10 Bartel et Knöchlein, 1993 ; Rast-Eicher, 2012, p. 58 ; Burzler et al., 2002, vol. 1, p. 227.
  • 11 Voir entre autres : Windler et Rast-Eicher, 2012 ; Amrein et al., 1999 ; Rast-Eicher et Volken, 200 (...)

10L’analyse du positionnement des textiles et des cuirs alimente la réflexion sur la restitution des vêtements funéraires (Rast-Eicher, 2009). La caractérisation de la relation entre les tissus et les ardillons des fibules permet des certitudes sur l’association, systématique ou non, entre certaines qualités d’étoffes et des types de fibules spécifiques. Des cas de paires de fibules où chacune ferme un tissu différent, l’un en laine et l’autre en lin ou en chanvre, sont repérés8, bousculant les raisonnements qui s’appuyaient uniquement sur la position des objets9. Très souvent, des renforts, lanières de cuir ou brides en fils, sont destinés à fixer les fibules au vêtement sans l’abîmer, comme à Waging am See (Allemagne, Oberbayern, fig. 15B), Flaach (Suisse, canton de Zurich, fig. 15A, D à F) ou Schleitheim10 (Suisse, canton de Schaffhausen, fig. 15C). Au fil des observations, la restitution du costume funéraire féminin du haut Moyen Âge est révisée11. Pour les hommes, l’importance des vêtements en fourrure au détriment des textiles est envisagée (Rast-Eicher, 2009, p. 102). Ces fourrures sont notamment illustrées à Flaach et Flurlingen (Rast-Eicher, 2012, p. 56-57 et 73 ; Bader et al., 2002, p. 75-82) ainsi qu’à Baar, Früebergstrasse (Suisse, canton de Zoug), où l’une d’elles, dans la tombe 213, est attribuée à une cape ou un manteau (Rast-Eicher, 2009, p. 100). Ce ne sont là que quelques exemples de l’extraordinaire richesse des informations collectées grâce à ces études.

Et en France ?

11Dans notre pays, entre les années 1970 et 1990, l’intérêt pour les restes organiques des sépultures mérovingiennes à la conservation ordinaire, alors en plein essor en Allemagne, se traduit seulement par des études ponctuelles ou des mentions rapides. Ainsi, on peut citer, en ce qui concerne les textiles, un inventaire pour la région Centre (Ferdière, 1984, p. 245), un article synthétique (Masurel, 1982) et quelques approches essentiellement techniques pour les sites de Maule, dans les Yvelines (Masurel et Meyer-Roudet, 1991), de Hordain, dans le Nord (Demolon dir., 2006, p. 244-252), de Nouvion-en-Ponthieu, dans la Somme (Piton, 1985, p. 277-281) et de Bulles, dans l’Oise (Legoux, 2011, p. 165-178). Les autres vestiges organiques apparaissent quelquefois dans les commentaires, comme un tapis d’herbes dans la tombe 365 de Hordain (Demolon dir., 2006, p. 32) ou un fourreau en cuir de bovidé et en aulne dans la tombe 771 de Bulles (Legoux, 2011, p. 69). Durant cette période, comme dans les pays voisins, la mise en œuvre fréquente de restaurations visant à nettoyer intégralement les objets ne favorise pas les observations sur la fonction des textiles.

Fig. 1. Plan du cimetière avec localisation des tombes présentées (DAO : J. Boisson et A. Pézier).

12Les questionnements se développent cependant depuis quelques années. En témoignent la « Rencontre autour des sépultures habillées », organisée en 2008 (Bizot et Signoli, 2009), quelques articles synthétiques (Médart et Moulherat, 2008), ainsi que les chapitres spécialisés apparaissant dans des rapports de fouilles (par exemple Moulherat, 2004, 2005 et 2007) et dans des publications, comme celles des sites de Largillay-Marsonnay, dans le Jura (Billoin et al., 2006) ou encore Saint-Dizier, en Haute-Marne (Rast-Eicher, à paraître) et Erstein, dans le Bas-Rhin (Médart et al., 2006 et 2007). Parfois, un article complet est même consacré aux restes textiles d’une tombe (Billoin et al., 2004), ou à l’analyse des fourreaux d’épée d’un site (Pillard-Jude, 2004 ; Tegel, 2004).

13Néanmoins, les moyens destinés à ces travaux ont souvent été sollicités après le passage des objets chez le restaurateur, lorsqu’il avait mis en évidence des restes, pour des éléments très rarement prélevés en motte. Le potentiel documentaire en est alors amoindri, limité à ce qui a été identifié et laissé en place sur l’objet ou parfois même systématiquement prélevé en cours de restaurationsans véritable enregistrement de la position. Ce sont les restes les plus grossiers et les plus minéralisés ; la chance de découvrir les étoffes les plus fines, telles que les soieries, est quasiment nulle. De plus, la restauration préalable des objets pénalise les observations. La présence des produits de stabilisation et de consolidation, brillants, gêne les observations à la binoculaire et empêche généralement le fonctionnement correct du microscope électronique à balayage, donc la caractérisation des fibres.

  • 12 L’exercice est délicat car ce sont des fragments visibles très souvent sur une seule face et de nom (...)

14Les études se cantonnent encore en majorité à une approche technique, visant à la caractérisation des matériaux, des fils et des modes de tissage des textiles. Or l’identification des tissus du haut Moyen Âge, variés et complexes, demande de l’expérience et de solides connaissances bibliographiques que peu de spécialistes possèdent12. Enfin, les questionnements sur la fonction des tissus sont rares. Et pour cause, puisque le lien spatial entre le vestige et l’objet support n’a souvent pas été enregistré ou conservé.

  • 13 Par A. Rast-Eicher, sur des crédits d’analyse (DRAC).
  • 14 Cette discipline est en revanche peu connue de nos collègues suisses et allemands et sa compatibili (...)

15En Haute-Normandie, l’étude des restes organiques a également été réalisée13 après restauration pour les sites de Poses, Tournedos-sur-Seine/Porte-Joie et Louviers, rue du Mûrier, apportant malgré tout un certain nombre d’informations. Le simple choix de conserver sur les objets de Louviers l’intégralité des restes reconnus a permis, entre autres, l’identification d’un renfort d’attache de fibule en cuir et celle d’un dépôt de ceinture à la taille, lanière textile enroulée autour de la boucle. Un minuscule mais exceptionnel fragment de soie, malheureusement séparé d’une fibule, a aussi été mis en évidence (Carré et Jimenez dir., 2008, p. 81-92 ; Jimenez et al., 2009). Une restitution du costume funéraire d’une femme particulière, car accompagnée d’objets associés à deux cultures, wisigothique et saxonne, a pu être proposée (Jimenez et al., 2007). En France, les données concernant les matériaux organiques restent donc limitées, quoiqu’ils ne soient pas moins bien conservés que dans les pays voisins. Certes, le coût de ces travaux n’est pas négligeable, mais il ne représente pas un investissement supérieur à celui qui a été mis en place lors de la généralisation de l’anthropologie de terrain14, dont les apports sont indéniables. De même que pour cette discipline, le développement passe en premier lieu par une formation des personnes impliquées, de la fouille à la restauration. Sur le terrain, l’équipe devrait être en mesure d’identifier les tombes potentiellement intéressantes et d’effectuer un prélèvement en motte en en connaissant les objectifs. Le traitement des mottes en phase post-fouille devrait être prévu et réalisé par des techniciens, des restaurateurs et des spécialistes équipés de binoculaires à fort grossissement et suffisamment formés pour reconnaître, donc épargner, des vestiges organiques ténus.

Les objectifs du PCR

16Le PCR a pour but de promouvoir cette approche en France. Il s’agit de renouveler les problématiques du domaine funéraire en complétant le faisceau des indices fournis par la pratique, surtout française, de l’anthropologie de terrain, afin de mieux comprendre et restituer les gestes effectués autour des défunts.

Les moyens

17Le site choisi pour illustrer l’intérêt de cette démarche est une importante nécropole mérovingienne fouillée en 2011 et 2012 sur la commune d’Harfleur (Seine-Maritime). Près de 650 sépultures et réductions de corps ont été mises au jour dans un espace d’environ 1 900 m2 enclos par les murs d’un ensemble monumental antique (fig. 1 ; Boisson et Follain, 2014). L’utilisation de cette nécropole débute vers la fin du Ve ou le début du VIe siècle et s’achève vers le début du VIIIe siècle. Les sépultures, parfois très bien conservées, sont souvent accompagnées d’objets.

18L’importance de ce cimetière n’avait pas été perçue lors du diagnostic. L’étude des matériaux organiques ne faisait donc pas partie du cahier des charges et il a été décidé de l’entreprendre hors du cadre préventif, sous la forme d’un PCR. Le nombre de tombes et d’objets ne permettait malheureusement pas d’envisager une étude exhaustive. L’équipe de recherche a sélectionné des sépultures de préférence non perturbées, bien documentées et comportant des types d’objets susceptibles d’alimenter la problématique des vêtements ou des accessoires, en particulier des fibules. Leur stabilisation et leur nettoyage ont été différés.

La méthode

Fouille, prélèvement et stockage

19Sur le terrain, la meilleure méthode pour préserver les vestiges organiques est de prélever les objets en mottes plâtrées, congelées jusqu’à l’étude. Ce mode opératoire n’a pas pu être mis en place en cours d’opération et un protocole simplifié a été conseillé par le service régional de l’archéologie. En majorité, les objets n’ont pas été détourés agressivement, ils ont parfois été prélevés en motte, sans plâtrage, mais le plus souvent en levée directe (Proust, 2009), en conservant la terre au revers.

20Pour les mottes et les objets sélectionnés s’est posée la question des conditions de conservation. Le financement du PCR impliquait une intervention fractionnée en deux ans, aux printemps 2013 et 2014, soit un à trois ans après la fouille. Les mottes n’ont pas été congelées et le développement de moisissures a nécessité l’ouverture des sacs. Le sédiment a séché, s’est craquelé puis a cassé, amenant une perte d’information importante sur la localisation des restes organiques.

21L’un des apports de cette expérience est d’avoir montré la nécessité d’anticiper en incluant dans la prescription la prise en compte, dès la phase de terrain, des questionnements liés à la présence de matières organiques. Il s’agit de définir avant l’opération un protocole de fouille et de prélèvement en adéquation avec les possibilités de l’archéologie préventive. Il serait utile de préciser en amont le choix des types d’objet ou des ensembles sur lesquels on pratiquera, dès la phase de terrain, les manipulations adéquates. Une formation de l’équipe est donc nécessaire avant l’intervention. Enfin, il faut définir un mode de conservation selon les délais d’étude. Si les moyens humains et financiers pour le traitement de ces prélèvements sont mis en place durant la fouille, une conservation à court terme, sans congélation, est envisageable. En revanche, cette dernière reste la seule possibilité d’une gestion à long terme.

Dégagement en laboratoire

22Les vestiges organiques se répartissent en plusieurs types. Lorsqu’ils sont collés à l’objet métallique par imprégnation de produits de corrosion du fer ou du cuivre, ils sont minéralisés, bien adhérents au métal (fig. 2), et les sédiments peuvent être éliminés complètement avant leur étude. Des restes sont aussi présents dans la terre proche d’un objet en fer et imprégnés par les produits de corrosion. Ils sont alors minéralisés et conservent un volume qui peut les éloigner du métal, mais ils sont fragiles ; les sédiments peuvent être éliminés avant leur étude, cependant, des observations sont parfois nécessaires au fur et à mesure du nettoyage. Des vestiges sont également attestés dans les sédiments, sans contact avec les produits de corrosion. Soit ils gardent une structure organisée, et, très fragiles, ils doivent être étudiés au fur et à mesure de leur dégagement, car leur survie est particulièrement aléatoire, soit leur structure n’est plus organisée. Visibles sous forme de taches brunes à noires, ils sont localisables et intégrés à la réflexion générale, mais rarement conservés. Une partie importante de l’étude des restes organiques est donc effectuée durant leur mise au jour, puisque certains ne peuvent être préservés, et nécessite la présence d’un expert.

  • 15 Trois jours en 2013, quatre en 2014.

23Dans le cadre du PCR, les travaux de dégagement15 se sont déroulés dans l’atelier Bell. A. Rast-Eicher, spécialiste des matériaux organiques et particulièrement des textiles, a tout d’abord examiné les objets afin de réaliser une première identification des restes. Sur ses indications et après observations communes, B. Bell a procédé à l’enlèvement de la terre afin de suivre les fibres et les nappes organiques.

Fig. 2. Restes d’une toile fine sur la plaque de châtelaine no 1291 de la tombe 1793 (cliché : M. Drieu).

Fig. 3. Exemple de documentation en cours de dégagement des cuirs, en vert, et des textiles, en bleu, pour l’ensemble no 673 de la tombe 1485 (© A. Rast-Eicher).

24L’utilisation de différentes échelles de grossissement s’est avérée indispensable : l’œil nu pour avoir une vue d’ensemble, un grossissement moyen (x 10) lors de l’élimination du sédiment et plus important (x 20) pour différencier des restes organiques les éléments allogènes provenant du sédiment. Le travail est adapté à chaque cas. Sur les alliages cuivreux, la corrosion est peu développée et la terre n’est pas imprégnée de produits de corrosion. Elle peut donc être éliminée mécaniquement, au scalpel ou à l’aiguille, sous loupe binoculaire. Néanmoins, en raison du délai entre la fouille et l’étude, les objets ont séché et il a parfois été nécessaire d’humidifier la zone de travail avec un mélange d’eau et d’éthanol (50/50) pulvérisé. Il a fallu alors maintenir l’humidité constante jusqu’aux observations finales. L’utilisation du mélange d’eau et d’éthanol en jet doux (pissette, seringue...) permet d’éliminer délicatement le sédiment non adhérent, sans dégât sur les restes organiques.

25Sur les objets en fer, la corrosion peut atteindre plusieurs centimètres d’épaisseur, les ions fer se déplaçant facilement dans le sédiment pour former des produits de corrosion. Cette mobilité facilite une minéralisation rapide des restes organiques, relativement loin de l’objet, mais le sédiment alentour se trouve facilement intégré, formant une gangue compacte (fig. 3). Dans ce cas, les restes organiques ne peuvent pas être dégagés sélectivement. En revanche, quand la terre n’est pas adhérente à l’objet, les vestiges organiques sont généralement bien conservés et nettoyés suivant les mêmes procédures que pour les alliages cuivreux.

26Pour permettre leur étude, les restes ne doivent pas être consolidés, c’est-à-dire imprégnés de résine synthétique (Paraloïd, Acryl...) qui les fixe en place ou renforce leur structure. Ainsi, le travail dans un même lieu, alternant le dégagement et les observations, autorise l’analyse et le prélèvement des fragments qui ne pourraient pas subsister, sans consolidation, à des déplacements ou à un long stockage. Les vestiges organiques sont, après leur caractérisation et la ponction de prélèvements, consolidés sur l’objet et conservés, avant la poursuite du dégagement.

Fig. 4. Vue au microscope électronique à balayage des fibres de lin se trouvant au revers d’une fibule de la tombe 1485. Les nœuds, bien visibles, sont typiques des fibres végétales (© A. Rast-Eicher).

Enregistrement et étude

27Les restes organiques sont positionnés par des relevés effectués sur des clichés au fur et à mesure des observations (fig. 3). Les radiographies aident parfois au repérage, surtout dans le cas de mottes. Les différentes couches sont notées ainsi que les relations qu’elles ont entre elles et avec l’objet. Toutes les faces de ce dernier sont examinées pour déterminer, par exemple, si le tissu ou le cuir passent tout autour d’une boucle ou d’une lame. Une première identification se fait simultanément. Pour les peaux, on observe la disposition des poils ou de leurs trous, leur aspect et leurs dimensions (voir dans ce volume l’article sur Nassandres, fig. 6 et 10). Des prélèvements des éventuels poils permettent en général une caractérisation des espèces par l’observation morphologique au MEB (microscope électronique à balayage). Pour les textiles, le sens de torsion des fils de chaîne et de trame, leur diamètre, leur nombre par centimètre et le mode de tissage sont définis. Parfois, la matière est directement identifiable (laine feutrée par exemple), mais en général le passage au MEB est nécessaire. Les végétaux sont repérés et également déterminés par observations microscopiques (fig. 4). Les prélèvements destinés au microscope, qui demandent une préparation spécifique, sont traités dans les mois qui suivent le dégagement.

Fig. 5. Sépulture 1485 (DAO : A. Pézier).

Quelques résultats

28En 2013, deux tombes d’Harfleur, 1485 et 1793, contenant un mobilier féminin datable entre 520-530 et 600-610, ont été étudiées dans le but de documenter le costume funéraire, afin d’illustrer les apports liés à la méthode employée.

La tombe 1485

Présentation

29La fosse de la sépulture 1485, au fond plat et aux parois verticales, est creusée dans un sédiment limono-argileux et recoupe un mur antique. Tout autour du corps, des pierres, silex et calcaires, reposant à diverses profondeurs, délimitent en plan des parois rectilignes que l’on peut attribuer à un contenant en bois trapézoïdal d’environ 1,8 m de long et 0,36 à 0,42 m de large (fig. 5).

Fig. 6. Mobilier de la tombe 1485 (DAO : A. Pézier, S. Lelarge et M. Chaussois).

30Le squelette, très mal conservé, est représenté par le crâne, en vue supérieure, la mandibule, en connexion étroite avec ce dernier, la diaphyse de l’humérus gauche, face antérieure, les diaphyses des membres inférieurs, face antérieure, et quelques os du pied droit.

  • 16 La radio n’était guère éloquente mais l’identiication a été possible après le dégagement.
  • 17 Cette aiguille, bougée à la fouille, se trouvait à proximité de l’autre mais ne reposait pas en fon (...)

31Le mobilier (fig. 6), abondant, est constitué d’une grande épingle à polyèdre en alliage cuivreux au niveau du cou (no 659), de deux fibules discoïdes à décor cloisonné, l’une découverte à l’emplacement du sternum (no 660) et l’autre, à la taille, en deux parties séparées (nos 668 et 669), de trois petits anneaux en alliage cuivreux alignés entre les fibules (nos 661, 662 et 663), dont deux, filiformes (nos 661 et 663), évoquent des attaches de perles ou de pendeloques, et de trois perles placées dans le prolongement de l’alignement des anneaux (nos 665, 666 et 667). Un grand anneau en fer (no 671) se trouve sur le bassin et une boucle de ceinture rectangulaire en alliage cuivreux (no 670) est située entre les fémurs, à distance de deux rivets scutiformes non assortis, le no 664, positionné de chant près des perles et le no 674, à l’envers à gauche du tibia gauche. Ces éléments, d’ordinaire liés à la fixation de la boucle de ceinture à la lanière, ont ici une autre fonction, car la boucle est déjà associée à deux rivets carrés. Un ensemble d’objets est aligné le long de la jambe gauche. On distingue deux anneaux en fer, l’un vers l’extrémité proximale du fémur (no 672) et l’autre vers le genou (no 673a). Ce dernier jouxte un ensemble de petits outils en fer fixés en trousseau à un anneau16 (no 673b). Enfin, deux aiguilles en alliage cuivreux (nos 675 et 67617) sont localisées à l’extrémité proximale du tibia.

  • 18 Leur altitude varie en effet entre 20,48 m Ngf (no 667), 20,50 m Ngf (nos 663 à 666), 20,51 m Ngf ( (...)

32La position des objets montre que cette sépulture a certainement été perturbée. L’ensemble évoque le passage d’un animal qui aurait circulé au niveau du bassin, séparant la fibule en deux. Les perles et les anneaux ont peut-être aussi été déplacés18. La ceinture semble épargnée car les rivets carrés sont à leur emplacement d’origine. Une excroissance de la fosse et l’absence de pierre dans ce secteur indiqueraient l’accès du fouisseur dans la tombe au nord.

Fig. 7. Restes de fourrure ou de textile feutré en laine sur la grande épingle no 659 de la tombe 1485 (cliché : A. Rast-Eicher).

Fig. 8. Textiles en lin ou chanvre au revers de la fibule no668 de la tombe 1485 (© A. Rast-Eicher).

Restes organiques

  • 19 Fils : torsion z/indéterminée, Ø = 0,5 mm ; armure indéterminée.
  • 20 Textile 1, contre l’objet (fils : torsion z/z, Ø = 0,5-0,7 mm ; environ 16 à12 fils/cm). Par-dessus (...)

33Les matériaux organiques sont relativement abondants. Tout autour de la grande épingle se trouvent les restes d’un tissu assez feutré en laine ou plus probablement d’une fourrure (fig. 7). Le revers de la fibule no 660 comporte plusieurs couches de textiles mal conservés. Le plus proche de l’objet est en laine19. Il est recouvert par un tissu en lin ou chanvre qui présente probablement un pli. Sous les textiles, contre le métal, deux possibles brides, dont le matériau est indéterminé, sont visibles en coupe. Le revers de la fibule no 668 conserve trois couches de toile en lin ou chanvre20 (fig. 8) et, entre le ressort et l’ardillon, deux ils (Ø = 1,5 mm, filage indéterminé) qui appartiennent probablement à une bride, étant donné leur diamètre important et leur position à proximité de l’ardillon.

34Les deux anneaux filiformes proches des perles gardent des traces de cuir (nos 661 et 663) et le troisième anneau (no 662) celles d’un il en fibres végétales (torsion S/z, Ø = 0,5 mm).

  • 21 Fils : torsion z/z, Ø = 0,4 mm ; environ 14 fils/cm.
  • 22 Fils : torsion z/z, Ø = 0,5 mm ; 10 à 12 fils/cm.
  • 23 Fils : torsion z (une seule direction visible), Ø = 0,8-1,2 mm.
  • 24 Fils : torsion z/z, Ø = 0,5 mm ; environ 12 fils/cm.

35La boucle no 670 présente un fragment de cuir sur l’ardillon et, au revers, un vestige de toile de laine21. Du cuir est observé au revers des rivets nos 664 et 674. L’anneau no 671 comporte, côté ciel, des restes de ils (torsion z, Ø = 0,8-1 mm), et, côté terre, des fragments de toile de laine22. Sur les deux faces de l’anneau no 672, des fils d’un tissu en laine23 sont collés. La face tournée vers le ciel de l’anneau no 673a est traversée par une lanière en cuir. Sous cette bande, contre le métal, on observe un fragment de toile en laine semblable à celle de la boucle24. Sur la face posée au sol de cet anneau se trouve du bois. Entre le bois et le fer, on observe des restes botaniques et des petits fragments de toile. Les outils en fer no 673b sont rattachés par des lanières en cuir à l’anneau no 673a (fig. 3).

Interprétation et comparaisons

  • 25 En raison de leur position au cou, ces objets sont rattachés à la fermeture de manteaux (Martin, 20 (...)
  • 26 Les caractéristiques des divers fragments permettent de les attribuer à un même textile. Les vestig (...)
  • 27 Sur un corpus de 44 petites fibules ne comprenant pas celles d’Harfleur, une seule tient un gros ti (...)
  • 28 Le « Chemin aux Errants », fouille dirigée par Y.-M. Adrian, bride repérée par M. Drieu sur une fib (...)
  • 29 Le cuir de la lanière est traversé par l’ardillon.

36Les éléments de fixation témoignent de deux ou trois couches de vêtements. L’épingle est piquée dans un tissu feutré en laine ou plus probablement une fourrure, ce qui est intéressant car il s’agit d’une des rares grandes épingles de cou dont la fonction est documentée par des restes organiques25. On peut imaginer qu’il s’agit d’une cape ou d’un manteau. Les deux fibules ferment un même tissu en lin26. Le type de textile, assez fin, est habituel pour ces petites fibules placées au cou27. Ce voile ou vêtement est doté de brides pour passer les ardillons. Ce mode de fixation est attesté sur d’autres fibules du site (S. 1793 et probablement 1411) et comparable à des exemples suisses et allemands (voir ci-dessus, en particulier Schleitheim et Flaach). Il a également été repéré récemment à Val-de-Reuil, dans l’Eure28. Un troisième textile, une toile de laine, est attesté de la taille aux genoux. Il appartient probablement à un vêtement ample resserré par la ceinture, qui est portée29, et déployé sur la gauche de la défunte. En effet, il est observé à 15 cm du genou et les éléments suspendus à la ceinture semblent pris dans des plis (tissu sur les deux faces des objets nos 671, 672 et 673). Les trois anneaux en alliage cuivreux et les trois perles peuvent être associés. Le no 662 serait cousu au vêtement, comme le montre la présence et le cheminement d’un fil qui transperce le textile. Il participerait éventuellement à sa fermeture. Les deux autres, nos 661 et 663, sont suspendus à des lanières en cuir.

37On peut se demander s’ils ne constituent pas, avec les trois perles, un ensemble de pendeloques portées au cou ou décorant le vêtement, comme cela a été proposé pour les tombes 27 de Giberville dans le Calvados (Pilet et al., 1990) et 145 de Bulles, dans l’Oise (Legoux, 2011). Les anneaux filiformes sont en général passés dans des perles, des monnaies ou des éléments minéraux percés. Les deux exemplaires sont fermés et la question de pendeloques en matériaux disparus, par exemple des graines, des végétaux tressés ou des perles en bois, reste posée. Le petit rivet scutiforme no 664 pourrait avoir refermé une lanière de suspension en cuir de cet ornement. En effet, sa petitesse semble en rapport avec les dimensions des pendeloques.

  • 30 Exemples dans Ben Redjeb, 2007, p. 246 ou 237 (tombe 206, avec une aumônière suspendue perceptible (...)
  • 31 Müller et al., 2010, vol. 1, p. 277-290, une dizaine de cas, voir en particulier les tombes 148, 15 (...)
  • 32 Par exemple, voir Salin, 1952, p. 129 ; Demolon dir., 2006, p. 32 ; Fleury et France-Lanord, 1998, (...)

38Le grand anneau no 671 participe probablement au système de suspension à la ceinture des objets répartis le long du membre inférieur gauche. L’anneau no 672 est peut-être rattaché à la ceinture par le no 671, et au trousseau d’outils par la lanière observée sur l’anneau no 673a. Des bandes de cuir relient ce dernier et les outils. Une aumônière totalement disparue est suggérée par les aiguilles (nos 675 et 676), que l’on n’imagine pas en vrac dans la tombe, et par la présence d’un sédiment plus sombre autour des objets nos 674 et 675. Le rivet no 674 pourrait avoir fixé la lanière de cuir reliant cette poche au système d’anneaux. Ce type de suspension d’objets utilitaires à la ceinture, par une ou plusieurs lanières, avec une succession d’anneaux, est très fréquent dans les sépultures féminines et souvent documenté uniquement par la position des différents éléments30. Lorsque l’étude inclut l’analyse des restes organiques, d’intéressantes propositions de restitution sont possibles. Elles sont illustrées pour le VIIe siècle par les sites suisses de Baar, Früebergstrasse31, et Bülach (Amrein et al., 1999). Le bois et les végétaux observés sur la face au contact avec le fond de la fosse de l’anneau no 673a pourraient se rattacher au cercueil et à une litière installée sous le corps. De nombreux dépôts de végétaux ont été signalés dans les tombes de l’époque mérovingienne, mais il est souvent difficile d’être informé sur la surface occupée par ces restes et sur leur nature32.

  • 33 Tous les exemples disponibles témoignent de vêtements tombant jusqu’aux pieds, ce qui est certainem (...)

39L’étude autorise donc un certain nombre d’hypothèses de restitution. La défunte, installée dans un contenant en bois, reposait au moins au niveau des genoux sur des végétaux. Elle portait probablement un vêtement de lin fixé par les fibules et, sans doute dessous, un autre, en laine, ample, serré à la taille par la ceinture et perceptible jusqu’aux genoux33. Un manteau ou une cape en fourrure était fixé au cou par l’épingle. Des pendeloques, formées par trois perles en verre et deux anneaux qui étaient peut-être passés dans des perles en matériaux organiques, ornaient la poitrine de cette femme. Une succession d’anneaux et de lanières de cuir permettait de suspendre à la ceinture un trousseau de petits outils et une aumônière.

  • 34 La moitié sud de la France actuelle se démarque toutefois.

40Une sépulture très comparable a été fouillée à Saint-Sauveur, dans la Somme (Ben Redjeb, 2007, p. 246-249, tombe 236). Datée de la période MA3, entre 560 et 610, elle comporte deux petites fibules de cou, une grande épingle placée le long de l’humérus droit et un ensemble de perles qui a glissé du thorax vers le coude gauche, ce qui ne semble pas correspondre à un collier porté. À la ceinture, un grand anneau est probablement destiné à suspendre les anneaux, le peigne, la clé et le couteau découverts le long du membre inférieur gauche. Il ne s’agit là que de l’un des nombreux exemples de ce type de costume funéraire féminin, attesté durant cette période sur une grande partie du vaste territoire des royaumes francs34.

Fig. 9. Sépulture 1793 (DAO : A. Pézier).

La tombe 1793

Présentation

41La fosse de la sépulture 1793, au fond plat, est creusée dans un sédiment limono-argileux. Elle recoupe probablement la sépulture 1794 (fig. 9).

42Le squelette, mieux conservé que celui de S. 1485, est représenté par le crâne, la mandibule, en connexion étroite avec ce dernier, et le membre supérieur gauche, replié, main sur les coxaux, humérus, radius et ulna déconnectés. S’y ajoutent des fragments de coxaux ainsi que les membres inférieurs et les pieds, à l’exception des phalanges.

43Les indices concernant les aménagements de la tombe sont peu nombreux. Le crâne, apparaissant par sa face antéro-supérieure, et la clavicule, presque parallèle à l’axe du corps, semblent témoigner d’une contrainte au nord par une paroi ou un coussin. La déconnexion du membre supérieur gauche pourrait signifier la présence d’un vide, éventuellement d’un couvercle. Les os des pieds sont néanmoins parfaitement en connexion et en équilibre, montrant un colmatage rapide dans ce secteur ou bien le maintien par des chaussures. La pierre située contre le genou gauche ne participe pas à un aménagement car son sommet est à l’altitude où reposent le corps et les objets. En revanche, le bloc proche de l’humérus gauche fait partie du comblement de la tombe, à moins qu’il n’ait basculé dans le vide créé par l’effondrement d’un éventuel contenant.

44Le mobilier est réparti du cou aux genoux (fig. 10). Deux fibules discoïdes en alliage cuivreux (nos 1288a et b) sont alignées sur le sternum. Un bracelet en alliage cuivreux est glissé au poignet gauche (no 1289). Une boucle de ceinture rectangulaire, également en alliage cuivreux (no 1290a), repose sur le sacrum, recouverte par les os de la main, à l’endroit, ardillon pointant vers la droite. Elle est associée à un rivet (no 1290b).

45Une plaque de châtelaine ajourée en alliage cuivreux (no 1291), fragmentaire, se trouve sur le col du fémur gauche. Un ensemble d’objets en fer est localisé près du genou gauche (no 1292). Il associe un couteau (no 1292a), deux grands anneaux, l’un circulaire (b), posé sur la soie du couteau, l’autre déformé (c), recouvert par la soie du couteau et un anneau plus petit (d), également aplati et probablement passé dans c.

Fig. 10. Mobilier de la tombe 1793 (DAO : A. Pézier et M. Chaussois).

Restes organiques

  • 35 Et non entre l’ardillon et la plaque.

46La fibule la plus proche du crâne (no 1288a) se présente à l’endroit, l’ardillon perpendiculaire à l’axe du corps. Sur l’endroit se trouvent des fils de laine que l’on peut suivre sur le bord de l’objet (torsion z, Ø = 0,5-0,8 mm). Au revers, trois couches de textiles sont visibles en coupe (fig. 11). Le textile 1, contre le métal, est en lin ou en chanvre (fils : torsion z/z ? ; Ø = 0,2 mm). Il s’agit probablement d’une toile. Par-dessus, on observe le textile 2 (fils : torsion z/? ; Ø = 0,2 mm) puis le textile 3, un probable sergé en lin ou en chanvre, aux fils très cassés (fils : torsion z/z ; Ø = 0,5-0,8 mm). Ce dernier repose sur une petite bande de cuir qui est placée dans l’axe du corps et passe sur le bord de la fibule. Une bride en fils végétaux est présente vers le porte-ardillon et semble passer à l’extérieur de l’ardillon35 (fig. 12). Dans la terre, séparés, se trouvent quelques fils mal caractérisés (Ø = 0,2-0,4 mm) et difficiles à rattacher à l’un des tissus.

47L’endroit de l’autre fibule (no 1288b) est couvert en partie d’une fine couche noire, à la fibre très fine, très décomposée, peut-être animale, éventuellement de la peau. Au revers de l’objet se trouve un tissu en fibres végétales (fils : torsion z/? ; Ø = 0,3 mm), plié. Des fils en lin ou chanvre (Ø = 0,6-0,8 mm) passent dessus et le traversent. Ils sont retors, ce qui les désigne comme les vestiges d’une bride dans laquelle était glissé l’ardillon disparu.

48À l’une des extrémités du bracelet en alliage cuivreux (no 1289), des restes botaniques sont observés (fig. 13). La boucle de ceinture (no 1290) comporte sur ses deux faces des restes de tissu peu lisibles (sur l’endroit, fils : torsion z ; Ø = 0,4 mm) ainsi que de petits fragments de cuir. La largeur de la lanière, 2 cm environ, est nette au revers (fig. 14).

49La rondelle de châtelaine (no 1291) reposait sur une toile (fig. 2 ; fils : torsion z/z ; Ø = 0,3-0,4 mm ; environ 16 fils/cm). La soie du couteau (no 1292a) conserve des traces du manche en bois et du cuir du fourreau. L’anneau en fer (no 1292b) préserve, sur la face tournée vers le ciel, des restes de fils (torsion z/z ; Ø = 0,5 mm) ainsi que ceux d’une petite courroie en cuir. L’anneau en fer (no 1292c) comporte, du côté du ciel, les fragments d’une toile (fils : torsion z/s ; Ø = 1-1,2 mm).

Interprétation et comparaisons

50Les deux fibules ferment, comme dans la tombe 1485, un vêtement en lin ou en chanvre, ici probablement un sergé. De même, des brides sont destinées à glisser l’ardillon, protégeant la lisière du tissu. Cette dernière est également renforcée d’une bande de cuir à l’emplacement où la bride est fixée. C’est un système que l’on rencontre par exemple en Suisse, à Flaach (fig. 15E et F ; Rast-Eicher, 2012, p. 68, fig. 106b, tombe 18) ou en Allemagne, à Unterhaching (Nowak-Böck et Von Looz, 2013, p. 164, sép. 5). Les restes de toile fine observés sous la châtelaine suggèrent une autre couche vestimentaire, tout comme l’existence de traces de tissus des deux côtés de la boucle de ceinture. Bien qu’aucun vestige organique ne l’indique, à l’exception de la bande de cuir sur le no 1292b, les éléments constituant l’ensemble no 1292 pouvaient être suspendus à la châtelaine, elle-même reliée à la ceinture, constituant un système comparable à celui de la tombe 1485. La toile plus grossière présente sous l’anneau no 1292c pourrait signaler un autre vêtement ou un linceul, à moins qu’elle n’appartienne à une aumônière dont cet anneau renforcerait l’ouverture.

Fig. 11. Trois couches de textile (nos 1 à 3) et une bande de cuir vus en coupe au revers de la fibule no 1288a de la tombe 1793 (© A. Rast-Eicher).

51Les tiges ou feuilles conservées sur le bracelet suggèrent un bouquet tenu dans la main gauche. Il est remarquable de pouvoir attribuer des restes de végétaux à un bouquet, car la distinction avec un matelas ou une litière, ici évidente en raison de la position du bracelet, est rarement possible 3. De tels bouquets accompagnent par exemple une jeune femme inhumée durant la deuxième moitié du Ve siècle dans l’abbaye Saint-Victor de Marseille (Boyer et Fattori, 1976, p. 281).

Fig. 12. Bride, textile (en bleu) et cuir (en vert) au revers de la fibule no 1288a de la tombe 1793, à deux stades du dégagement (© : A. Rast-Eicher).

Fig. 13. Restes botaniques sur le bracelet no1289 de la tombe 1793 (cellules végétales bien visibles) ; ils témoignent vraisemblablement d’un bouquet placé dans la main (cliché : A. Rast-Eicher).

Fig. 14. Lanière en cuir de la ceinture au revers de la boucle no1290a de la tombe 1793 (cliché : A. Rast-Eicher).

Une mode commune

52Le costume funéraire de ces deux femmes présente donc de grandes ressemblances avec les cas étudiés en Suisse ou en Allemagne. Ainsi, les traces d’au moins deux vêtements sont retrouvées. Le plus fin, souvent en fibres végétales, est associé aux petites fibules portées au cou. Les ardillons de ces dernières sont, dans certains cas, passés dans des brides, afin de protéger les lisières des tissus, parfois renforcées de bandes de cuir (fig. 15). Enfin, la suspension à la ceinture d’objets utilitaires tels que couteaux, outils de toilette ou aumônières, à l’aide d’anneaux successifs, constitue des châtelaines, éléments décoratifs essentiels de ce costume féminin.

Fig. 15. Fibules fixées par différentes sortes de brides, ardillons perpendiculaires à l’axe du corps (A, D, E et F d’après Windler, 2012, p. 58, fig. 84, p. 59, fig. 85b et p. 68, fig. 106b ; B d’après Bartel et Knöchlein, 1993, p. 430, fig. 9 ; C d’après Burzler et al., 2002, vol. 1, fig. 143).

Une technique de moulage des objets

  • 36 Il s’agit de bagues, d’une aiguille, de rivets, de boucles ovales et rectangulaires et de plaques-b (...)

53Des observations techniques ont été effectuées par B. Bell lors de l’examen sous loupe binoculaire. Il est apparu qu’une proportion importante des objets en alliage cuivreux (29 sur 486, soit 6 %), par rapport à d’autres sites de la même période, a été coulée dans des moules en os de seiche36. La technique consiste en une prise d’empreinte dans deux os de seiche aplanis. Elle est réalisée par simple pression d’un modèle en matériau dur (métal, bois, os...) sur l’un des os, puis le second est appliqué jusqu’à jonction des deux côtés. Une fois l’original retiré, une arrivée pour la coulée est créée, les deux valves sont mises en connexion et maintenues en place par une ligature, puis le métal en fusion est versé dans ce moule. Le démoulage intervient immédiatement mais l’empreinte a été détruite par la chaleur. C’est donc une technique rapide à mettre en œuvre, qui peut être très précise, avec un moule à usage unique. En revanche, le modèle peut être réutilisé de nombreuses fois. Sur l’objet ainsi réalisé, les stries caractéristiques de la structure de l’os de seiche sont imprimées (fig. 10, no 1290a et fig. 16). Elles sont généralement éliminées sur la face visible, par abrasion, mais elles sont parfois conservées au revers ou dans les parties difficilement accessibles aux outils. La présence de ces stries est d’ailleurs la seule possibilité pour repérer l’utilisation de cette technique plutôt que celle d’un moule bivalve en argile ou en pierre. Si l’os de seiche du revers de la pièce est remplacé par une pierre plate, alors cet usage passe inaperçu.

54L’abondance relative de cette pratique sur le site d’Harfleur peut être mise en relation avec la proximité de l’embouchure de la Seine, qui permet l’installation de pêcheries et la capture des nombreuses seiches nécessaires à cette production. En effet, l’os des seiches pêchées prélevé frais est de bien meilleure qualité pour cette utilisation que ceux qui peuvent être récoltés sur les plages.

  • 37 Par exemple sur une boucle rectangulaire de Nouvion-en-Ponthieu (Piton, 1985, pl. 9, tombe 53, dess (...)

55Cette technique a été repérée sur deux plaques-boucles du site de Bopfingen, en Allemagne (Bade-Wurtemberg ; Blumer et Knaut, 1991), et par René Legoux lors de l’étude du cimetière de Bulles (2011, vol. 1, p. 123). Ailleurs, les traces du moule sont parfois dessinées sans proposition d’interprétation37. Une recherche est en cours pour préciser les types d’objets concernés ainsi que pour mesurer l’ampleur de l’utilisation des empreintes sur os de seiche sur le plan spatial et chronologique.

Fig. 16 : Traces de moulage à l’os de seiche sur une boucle en alliage cuivreux de la tombe 1553 (© B. Bell).

Les perspectives

56En 2014, la majorité des fibules du site a fait l’objet d’un examen préliminaire afin d’orienter le travail de dégagement. Une tombe masculine a par ailleurs été documentée. L’année 2015 sera consacrée à l’achèvement de l’étude des fibules, à la rédaction d’un article de synthèse et de bilan, ainsi qu’à l’organisation d’une journée de présentation des méthodes et de leur potentiel.

Bibliographie

Bibliographie

Amrein H., Rast-Eicher A. et Windler R. (1999) – Neue Untersuchungen zum Frauengrab des 7. Jahrhunderts in der reformierten Kirche von Bülach (Kanton Zürich). Zeitschrift für Schweizerische Archäologie und Kunstgeschichte, 56, 2, p. 73-112.

Bader C., Windler R. et Rast-Eicher A. (2002) – Ein Gräberfeld des 7. Jahrhunderts in Flurlingen, Archäologie im Kanton Zürich, 1999/2000. Berichte der Kantonsarchäologie Zürich, 16, p. 47-120.

Bartel A. et Knöchlein R. (1993) – Zu einem Frauengrab des sechsten Jahrhunderts aus Waging am See, Lkr. Traunstein, Oberbayern. Germania, 71, 2, p. 419-439.

Ben Redjeb T. (2007) – La nécropole mérovingienne de Saint-Sauveur (Somme). Revue archéologique de Picardie, 1-2, p. 31-298.

Billoin D., Châtelet M., Médard F. et Moulherat C. (2004) – Équerres métalliques et enveloppe textile d’une sépulture mérovingienne à Geispolsheim (Haut-Rhin). Revue archéologique de l’Est, 53, p. 253-261.

Billoin D., Gaillard de Sémainville H. et Moulherat C. (2006) – La nécropole du haut Moyen Âge de Largillay-Marsonnay, « Sur le Marteret » (Jura). Revue archéologique de l’Est, 55. http://rae.revues.org/1030.

Bizot B. et Signoli M. dir. (2009) – Rencontre autour des sépultures habillées, Carry-le-Rouet (Bouches-du-Rhône), 13-14 novembre 2008. Gap, Éditions des Hautes-Alpes, 146 p.

Blumer R.-D. et Knaut M. (1991) – Zum Edelmetallguss in Ossa-Sepia-Formen im Frühmittelalter. Fundberichte aus Baden-Wurtenberg, 16, p. 545-553.

Boisson J. et Follain É (2014) – Découverte d’une basilique romaine à Harfleur (Seine-Maritime), première approche. Journées archéologiques de Haute-Normandie, Rouen, 24-25 mai 2013, Rouen, Presses universitaires de Rouen et du Havre, p. 83-94.

Boyer R. dir., Arnaud G. et S., Fattori Y. et Perrot-Vial R. (1987) – Vie et mort à Marseille à la fin de l’Antiquité : inhumations habillées des Ve et VIe siècles et sarcophage reliquaire trouvé à l’Abbaye de Saint-Victor, Marseille, Imprimerie municipale, 123 p.

Boyer R. et Fattori Y. (1976) – Aperçu sur une méthode de fouille des inhumations habillées. Revue archéologique de Narbonnaise, 9, p. 271-284.

Burzler A., Höneisen M., Leicht J. et Ruckstuhl B. (2002) – Das frühmittelalterliche Schleitheim : Siedlung, Gräberfeld und Kirche, Schaffhausen, Kantonarchäologie, 2 vol., 549 p. et 356 p., CD-ROM.

Carré F. et Jimenez F. dir., Le Maho J., Gallien V., Follain É., Tegel W., Rast-Eicher A., Bell B., Guerra M., Stutz F., Esquès C., Calligaro T., Escher K., Adrian Y.-M. et Pilet-Lemière J. (2008) – Louviers (Eure) au haut Moyen Âge. Découvertes anciennes et fouilles récentes du cimetière de la rue du Mûrier, Saint-Germain-en-Laye, Association française d’archéologie mérovingienne, 334 p., 135 fig., 66 pl.

Clauss G. (1987) – Die Tragsitte von Bügelfibeln, eine Untersuchung zur Frauentracht im frühen Mittelalter. Jahrbuch des Römisch-Germanischen Zentralmuseums Mainz, 34, 2, p. 491-603.

Cochet J.-B. D. (1857) – Sépultures, gauloises, romaines, franques et normandes, Paris, Derache, 450 p.

Démians d’Archimbaud G. (1971) – Les fouilles de Saint-Victor de Marseille. Comptes rendus des séances de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 115e année, 1, p. 87-117.

Demolon P. dir., Blondiaux J., Compagnon É., Dhenin M., Louis É., Masurel H. et Prévost V. (2006) – La nécropole mérovingienne de Hordain (Nord), VIe-IXe siècles après J.-C., Douai, Direction de l’archéologie, 269 p.

Desrosiers S. (2000) – Textiles découverts dans deux tombes du Bas-Empire à Naintré (Vienne). Cardon D. et Feugère M. (dir.), Archéologie des textiles des origines au Ve siècle. Actes du colloque de Lattes, octobre 1999, Montagnac, M. Mergoil, p. 195-207.

Doppelfeld O. (1960) – Das fränkische Frauengrab unter dem Chor des Kölner Domes. Germania, 38, p. 89-113.

— (1964) – Das fränkische Knabengrab unter dem Chor des Kölner Domes. Germania, 42, p. 156-188.

Dürrich F. et Mezel W. (1847) – Die Heidengräber am Lupfen (bei Oberflacht), Stuttgart, Arnold, 28 p.

Farke H. (1991) – Textile Reste an zwei völkerwanderungszeitlichen Vogelfibeln. Zur Bergung und Präparation archäologischer Textilfunde. Alt-Thüringen, 26, p. 57-197.

Ferdière A. (1984) – Le travail du textile en région Centre de l’âge du fer au haut Moyen Âge. Revue archéologique du Centre de la France, 23, 2, p. 209-275.

Fleury M. (1979) – Histoire et laboratoire, les fouilles de Saint-Denis, les fouilles de la basilique depuis Viollet-le-Duc. Bijoux et parures mérovingiens de la reine Arégonde, belle-fille de Clovis, Dijon, Archeologia, p. 18-26.

Fleury M. et France-Lanord A. (1998) – Les trésors mérovingiens de la basilique de Saint-Denis, Woippy, G. Klopp, 569 p.

France-Lanord A. (1979) – La fouille en laboratoire, méthodes et résultats. Bijoux et parures mérovingiens de la reine Arégonde, belle-fille de Clovis, Dijon, Archeologia, p. 64-91.

Graenert G. et Rast-Eicher A. (2003) – La fibule estampée de La Tour-de-Trème : une trouvaille particulière de l’époque mérovingienne en Gruyère. Cahiers d’archéologie fribourgoise, 5, p. 158-173.

Haas-Gebhard B. et Fehr H. (2013) – Unterhaching. Eine Grabgruppe der Zeit um 500 n. Chr. bei München, Munich, Archäologische Staatssammlung München, 328 p.

Helmig G., Ihrig B., Meyer L., Nicca M., Rast-Eicher A. et Schillinger F. (2003) – Frühmittelalterliche Grabfunde im Umkreis des Antikenmuseums in Basel. Jahresbericht der Archäologischen Bodenforschung des Kantons Basel-Stadt (2001), p. 129-149.

Hincker V. et Poirier A. (2013) – Le cimetière mérovingien de Manerbe (Calvados, Basse-Normandie). Reflet d’une petite communauté rurale du VIIe siècle. Lorren C. (dir.), La Gaule, le monde insulaire et l’Europe du Nord au haut Moyen Âge. Actualité de l’archéologie en Normandie (Ve-Xe s.). Actes des XXVIIe journées internationales d’archéologie mérovingienne, Caen, 29 septembre-1er octobre 2006, Saint-Germain-en-Laye, Association française d’archéologie mérovingienne, p. 149-182.

Horisberger B., Müller K., Cueni A. et Rast-Eicher A. (2004) – Bestattungen des 6./7. Jh. aus dem früh-bis spätmittelalterlichen Gräberfeld Baar ZG-Zugerstrasse. Jahrbuch der Schweizerischen Gesellschaft für Ur-und Frühgeschichte, 87, p. 163-214.

Hundt H.-J. (1967) – Die Textilfunde. Paulsen P., Alamannische Adelsgräber von Niederstotzingen, Stuttgart, Müller & Gräff, p. 7-20.

— (1978) – Die Textilreste. Paulsen P. et Schach-Dörges H., Das alamannische Gräberfeld von Giengen ander Brenz, Stuttgart, Müller & Gräff, p. 149-163.

— (1996) – Textilfunde. Helmuth H., Anker D. et Hundt H.-J., Das Reihengräberfeld von Altenerding in Oberbayern 2. Anthropologie, Damaszierung und Textilfunde, Mainz am Rhein, P. von Zabern, p. 154-190.

Jego L., Carré F. et Adrian Y.-M. (2013) – Le cimetière de Capelle-les-Grands « Les Terres Noires » (Eure), Ve-VIIIe siècles. Lorren C. (dir.), La Gaule, le monde insulaire et l’Europe du Nord au haut Moyen Âge. Actualité de l’archéologie en Normandie (Ve-Xe s.). Actes des XXVIIe journées internationales d’archéologie mérovingienne, Caen, 29 septembre-1er octobre 2006, Saint-Germain-en-Laye, Association française d’archéologie mérovingienne, p. 137-148.

Jimenez F., Carré F. et Le Maho S. (2007) – Une sépulture exceptionnelle à Louviers (Haute-Normandie) à la charnière des Ve et VIe siècles : réflexions autour de la restitution. Medieval Europe, on the road again. Actes du 4e congrès international d’archéologie médiévale et moderne, Paris, INHA, 3-8 septembre 2007. http://medieval-europe-paris-2007.univ-paris1.fr.

Jimenez F., Carré F. et Rast Eicher A. (2009) – Louviers, rue du Mûrier (Eure) : trois cas de sépultures habillées du haut Moyen Âge. Rencontre autour des sépultures habillées, Carry-le-Rouet, 13-14 novembre 2008, Gap, Éditions des Hautes-Alpes, p. 47-55.

Legoux R. (2011) – La nécropole mérovingienne de Bulles (Oise), Saint-Germain-en-Laye, Association française d’archéologie mérovingienne, 2 vol.

Legoux R., Périn P. et Vallet F. (2004) – Chronologie normalisée du mobilier funéraire mérovingien entre Manche et Lorraine, Saint-Germain-en-Laye, Association française d’archéologie mérovingienne, hors-série, 62 p.

Martin M. (1991) – Tradition und Wandel der fibelgeschmückten frühmittelalterlichen Frauenkleidung. JbRGZM, 38, p. 629-680.

— (1994) – Fibel und Fibeltracht. Späte Völkerwanderungszeit und Merowingerzeit auf dem Kontinent, Reallexikon der Germanischen Altertumskunde, 8, p. 541-582.

— (2002) – Nadeln. Späte Völkerwanderungszeit und Merowingerzeit auf dem Kontinent, Reallexikon der Germanischen Altertumskunde, 20, p. 505-514.

Masurel H. (1982) – Les tissus antiques de l’âge des métaux à l’époque mérovingienne : fabrication, gisements, traitements. Revue archéologique Sites, 13, p. 11-26.

Masurel H. et Meyer-Roudet H. (1991) – Les vestiges textiles d’Épiais-Rhus (Val-d’Oise) et de Maule (Yvelines). Bulletin archéologique du Vexin français, 24, p. 47-54.

Médard F. et Moulherat C. (2008) – Les textiles mérovingiens : état des recherches et nouvelles perspectives. Guillaume J. et Peytremann É. (dir.), L’Austrasie : sociétés, économies, territoires, christianisation. Actes des XXVIe journées internationales d’archéologie mérovingienne, Nancy, 22-25 septembre 2005, Presses universitaires de Nancy, p. 123-132.

Médard F., Rohmer P. et Moulherat C. (2007) – Das merowingerzeitliche Gräberfeld von Erstein (6.-7. Jh. n. Chr.). Zur Untersuchung von mineralisierten Textilien an Fibeln. Rast-Eicher A. et Windler R. (dir.), NESAT IX : Archäologische Textilfunde - Archaelogical Textiles, Braunwald, 18-21 mai 2005, Ennenda, ArcheoTex, p. 92-97.

Médard F., Rohmer P., Moulherat C. et Guillaume J. (2006) – La nécropole mérovingienne d’Erstein (Bas-Rhin) : étude des textiles minéralisés au contact des fibules. Revue archéologique de l’Est, 55, p. 307-322.

Motteau J. (1985) – L’habillement de la sépulture mérovingienne de Perrusson (Indre-et-Loire). Revue archéologique du Centre de la France, 24, 2, p. 256-257.

Moulherat C. (2004) – Les vestiges textiles minéralisés découverts dans la nécropole de Preny « Bois Lasseau » (Meurthe-et-Moselle), Paris, Rapport d’analyse CERTA/C2RMF, 15 p.

— (2005) – Les vestiges textiles de la nécropole d’Erstein « Limerscheimer Weg » (Bas-Rhin), Paris, Rapport d’analyse CERTA/C2RMF, 77 p.

— (2007) – L’identification des fibres textiles de la nécropole mérovingienne de Saint-Dizier, RN 4, « La Tuilerie », (Haute-Marne). Résultats et interprétations des analyses, Paris, CERTA/C2RMF, 24 p.

Muller K. (2010) – Gräber, Gaben, Generationen. Der frümittelalterliche Friedhof (7. Jahrhundert) von der Früebergstrasse in Baar (Kanton Zug), Bâle, Archäologie Schweiz, 2 vol.

Nowak-Böck B. et Von Looz G. (2013) – Organische Materialien. Haas-Gebhard B., Unterhaching, eine Grabgruppe der Zeit um 500 n. Chr. bei München, Munich, Archäologische Staatssammlung München p. 156 – 185.

Paulsen P. (1992) – Die Holzfunde aus dem Gräberfeld bei Oberflacht und ihre kulturhistorische Bedeutung, Stuttgart, Theiss 164 p., 135 ill.

Périn P. (2009) – La reconstitution du costume d’Arégonde. Nouvelles propositions. L’actualité de l’archéologie du haut Moyen Âge en Picardie. Revue archéologique de Picardie, 1-2, p. 69-75.

Pilet C., Alduc-le-Bagousse A., Blondiaux J., Buchet L., Grévin G. et Pilet-Lemière J. (1990) – Les nécropoles de Giberville (Calvados), fin du Ve siècle-fin du VIIe siècle après J.-C. Archéologie médiévale, 20, p. 3-140.

Pillard-Jude C. (2004) – Des fourreaux d’épées remarquablement conservés. Trésors mérovingiens d’Alsace : la nécropole mérovingienne d’Erstein (6e-7e siècle après J.-C.), Catalogue d’exposition, 22 octobre 2004-31 août 2005, Strasbourg, Musée archéologique de Strasbourg, p. 54-55.

Piton D. (1985) – La nécropole de Nouvion-en-Ponthieu, Dossiers archéologiques, historiques et culturels du Nord et du Pas-de-Calais, 20, 372 p.

Piton D. et Schuler R. (1981) – La nécropole de Nouvion-en-Ponthieu (Somme), IVe-VIIe siècle. Rapport préliminaire. Cahiers archéologiques de Picardie, 8, p. 217-274.

Proust O. (2009) – Méthodologie d’étude des restes organiques minéralisés. Rencontre autour des sépultures habillées, Carry-le-Rouet, 13-14 novembre 2008, Gap, Éditions des Hautes-Alpes, p. 103-109.

Rast-Eicher A. (2003) – Frühmittelalterliche Umhänge aus Frauengräbern der Nord-und Nordostschweiz. Bender-Jorgensen L., Bank-Burgess J. et Rast-Eicher A. (dir.), Textilien aus Archäologie und Geschichte, Festschrift für Klaus Tidow, Neumünster, Wachholtz, p. 112-131.

— (2009) – La fouille de textiles et cuirs. Rencontre autour des sépultures habillées, Carry-le-Rouet, 13-14 novembre 2008, Gap, Éditions des Hautes-Alpes, p. 97-102.

— (2012) – Textilien, Leder und weitere organische Reste. Windler R., Ein Gräberfeld des 5.-7. Jahrhunderts bei Flaach (ZH), Dübendorf, Kantonsarchäologie, p. 56-77.

— (à paraître) – Les restes de textiles et fourrures. Truc M.-C. (dir.), Trois sépultures mérovingiennes d’exception à Saint-Dizier « La Tuilerie » (Haute-Marne).

Rast-Eicher A. et Volken M. (2008) – Modes vestimentaires en Gaule mérovingienne. Histoire et images médiévales, 20, p. 36-56.

— (2009) – Découvertes inédites sur les Mérovingiens. Histoire et images médiévales, 25, p. 14-27.

Salin É. (1922) – Le cimetière barbare de Lezéville. Mobilier funéraire et art décoratif francs, d’après les fouilles exécutées par M. Édouard Salin, Nancy, Berger Levrault, 147 p.

— (1952) – La civilisation mérovingienne d’après les sépultures, les textes et le laboratoire. Paris, Picard, 4 vol.

— (1958) – Les tombes gallo-romaines et mérovingiennes de la basilique de Saint-Denis (fouilles de janvier-février 1957), Paris, Imprimerie nationale, 95 p.

Tegel W. (2004) – Les restes de bois sur des objets en métal d’Erstein. Trésors mérovingiens d’Alsace : la nécropole mérovingienne d’Erstein (6e-7e siècle après J.-C.), Catalogue d’exposition, 22 octobre 2004-31 août 2005, Strasbourg, Musée archéologique de Strasbourg, p. 85-86.

Werner J. dir. (1977) – Die Ausgrabungen in St. Ulrich und Afra in Augsburg, 1961-1968. Munich, Beck, 2 vol., 584 p.

Windler R. (2012) – Ein Gräberfeld des 5.-7. Jahrhunderts bei Flaach, Dübendorf, Kantonsarchäologie, 153 p.

Windler R. et Rast-Eicher A. (2012) – Beobachtungen zur Tracht (zweite Hälfte 5. Jh./um 500). Windler R., Ein Gräberfeld des 5.-7. Jahrhunderts bei Flaach, Dübendorf, Kantonsarchäologie, p. 84-87.

Notes

1 Signalons également le sarcophage 6 de Perrusson, dans l’Indre-et-Loire, ouvert en 1971, qui documente les vêtements d’une riche femme de la fin du VIe siècle (Motteau, 1985).

2 Deux sarcophages antiques mis au jour à Naintré ont livré des restes exceptionnels, et la fouille a montré combien les témoins pouvaient être éphémères à partir de l’enlèvement du couvercle, avec, en particulier, la disparition rapide des couleurs des tissus (Desrosiers, 2000).

3 Par exemple, les nécropoles d’Altenerding (Hundt, 1996), de Niederstotzingen (Hundt, 1967) ou de Giengen (Hundt, 1978).

4 Farke, 1991 ; Bartel et Knöchlein, 1993 ; ces deux restauratrices ont mentionné très tôt la présence de brides pour fixer les petites fibules et les fibules ansées.

5 Par exemple, en Suisse, Flaach (Windler, 2012, 24 tombes avec mobilier), Baar (Früebergstrasse : Müller, 2010, 213 tombes avec mobilier ; Zugerstrasse : Horisberger et al., 2004, 15 tombes avec mobilier), Flurlingen (Bader et al., 2002, 17 tombes avec mobilier) ; en Allemagne, Waging am See (Bartel et Knöchlein, 1993, 1 tombe), Unterhaching (Haas-Gebhard et Fehr, 2013, 9 tombes avec mobilier).

6 C’est-à-dire que les ceintures ne sont pas portées, ni les fourreaux qui y sont suspendus.

7 Rast-Eicher, 2012, p. 73 : le garnissage peut être aussi constitué de plumes, comme à Elgg (Suisse, canton de Zürich) ou Munningen (Allemagne).

8 Helmig et al., 2003, p. 138-139 et 141 ; Rast-Eicher, 2012, p. 73.

9 La littérature est abondante à ce sujet, voir par exemple Clauss, 1987 ; Martin, 1991 et 1994.

10 Bartel et Knöchlein, 1993 ; Rast-Eicher, 2012, p. 58 ; Burzler et al., 2002, vol. 1, p. 227.

11 Voir entre autres : Windler et Rast-Eicher, 2012 ; Amrein et al., 1999 ; Rast-Eicher et Volken, 2008 et 2009 ; Rast-Eicher, 2003.

12 L’exercice est délicat car ce sont des fragments visibles très souvent sur une seule face et de nombreuses erreurs d’identification sont constatées. Les lisières des tissus, tissées aux planchettes, passent en particulier souvent pour des sergés car certaines techniques ne produisent pas partout un tour complet du cordon (par exemple Moulherat, 2007, p. 11). Des sergés observés sur leur envers sont pris pour des toiles.

13 Par A. Rast-Eicher, sur des crédits d’analyse (DRAC).

14 Cette discipline est en revanche peu connue de nos collègues suisses et allemands et sa compatibilité avec le mode de prélèvement en motte est d’ailleurs à discuter. Les os sont en effet souvent inclus dans les mottes, ce qui peut poser des problèmes pour l’enregistrement de leurs altitudes et faces d’apparition.

15 Trois jours en 2013, quatre en 2014.

16 La radio n’était guère éloquente mais l’identiication a été possible après le dégagement.

17 Cette aiguille, bougée à la fouille, se trouvait à proximité de l’autre mais ne reposait pas en fond de fosse.

18 Leur altitude varie en effet entre 20,48 m Ngf (no 667), 20,50 m Ngf (nos 663 à 666), 20,51 m Ngf (no 662) et 20,52 m Ngf (no 661).

19 Fils : torsion z/indéterminée, Ø = 0,5 mm ; armure indéterminée.

20 Textile 1, contre l’objet (fils : torsion z/z, Ø = 0,5-0,7 mm ; environ 16 à12 fils/cm). Par-dessus, le textile 2 (fils : torsion z/z, Ø = 1,2-1,5 mm). Sur le textile 2, le textile 3 (fils : torsion z/z, Ø = 0,3-0,6 mm ; environ 15 fils/cm).

21 Fils : torsion z/z, Ø = 0,4 mm ; environ 14 fils/cm.

22 Fils : torsion z/z, Ø = 0,5 mm ; 10 à 12 fils/cm.

23 Fils : torsion z (une seule direction visible), Ø = 0,8-1,2 mm.

24 Fils : torsion z/z, Ø = 0,5 mm ; environ 12 fils/cm.

25 En raison de leur position au cou, ces objets sont rattachés à la fermeture de manteaux (Martin, 2002).

26 Les caractéristiques des divers fragments permettent de les attribuer à un même textile. Les vestiges de tissu en laine au contact de la fibule no 660, non caractérisés, ne s’opposent pas à cette interprétation, car il peut s’agir d’une lisière aux planchettes. Ces dernières, qui stabilisent le bord des tissus et le décorent, sont habituelles au haut Moyen Âge et souvent réalisées en laine pour des vêtements en lin ou chanvre (voir par exemple la tombe 118 de Louviers, Carré et Jimenez dir., 2008, p. 90-91).

27 Sur un corpus de 44 petites fibules ne comprenant pas celles d’Harfleur, une seule tient un gros tissu (jusqu’à 10 fils/cm), 8 un textile moyen (10 à 15 fils/cm) et les autres un textile fin ou très fin. Sur 38 fibules où les fibres ont été déterminées, 18 sont en lin ou en chanvre, 15 en laine et 2 en soie (documentation inédite d’A. Rast-Eicher).

28 Le « Chemin aux Errants », fouille dirigée par Y.-M. Adrian, bride repérée par M. Drieu sur une fibule ansée symétrique du VIIe siècle, identification confirmée par A. Rast-Eicher.

29 Le cuir de la lanière est traversé par l’ardillon.

30 Exemples dans Ben Redjeb, 2007, p. 246 ou 237 (tombe 206, avec une aumônière suspendue perceptible par ses rivets décoratifs) ; Hincker et Poirier, 2013, p. 171 ; Jégo et al., 2013, p. 142 et 144.

31 Müller et al., 2010, vol. 1, p. 277-290, une dizaine de cas, voir en particulier les tombes 148, 152 et 180.

32 Par exemple, voir Salin, 1952, p. 129 ; Demolon dir., 2006, p. 32 ; Fleury et France-Lanord, 1998, p. 75.

33 Tous les exemples disponibles témoignent de vêtements tombant jusqu’aux pieds, ce qui est certainement le cas ici mais n’a pas laissé de trace.

34 La moitié sud de la France actuelle se démarque toutefois.

35 Et non entre l’ardillon et la plaque.

36 Il s’agit de bagues, d’une aiguille, de rivets, de boucles ovales et rectangulaires et de plaques-boucles.

37 Par exemple sur une boucle rectangulaire de Nouvion-en-Ponthieu (Piton, 1985, pl. 9, tombe 53, dessin plus net dans Piton et Schuler, 1981, pl. 32, no 29).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Plan du cimetière avec localisation des tombes présentées (DAO : J. Boisson et A. Pézier).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4339/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 708k
Légende Fig. 2. Restes d’une toile fine sur la plaque de châtelaine no 1291 de la tombe 1793 (cliché : M. Drieu).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4339/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 3. Exemple de documentation en cours de dégagement des cuirs, en vert, et des textiles, en bleu, pour l’ensemble no 673 de la tombe 1485 (© A. Rast-Eicher).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4339/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Fig. 4. Vue au microscope électronique à balayage des fibres de lin se trouvant au revers d’une fibule de la tombe 1485. Les nœuds, bien visibles, sont typiques des fibres végétales (© A. Rast-Eicher).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4339/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 5. Sépulture 1485 (DAO : A. Pézier).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4339/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Légende Fig. 6. Mobilier de la tombe 1485 (DAO : A. Pézier, S. Lelarge et M. Chaussois).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4339/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Légende Fig. 7. Restes de fourrure ou de textile feutré en laine sur la grande épingle no 659 de la tombe 1485 (cliché : A. Rast-Eicher).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4339/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 8. Textiles en lin ou chanvre au revers de la fibule no668 de la tombe 1485 (© A. Rast-Eicher).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4339/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Fig. 9. Sépulture 1793 (DAO : A. Pézier).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4339/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Fig. 10. Mobilier de la tombe 1793 (DAO : A. Pézier et M. Chaussois).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4339/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Légende Fig. 11. Trois couches de textile (nos 1 à 3) et une bande de cuir vus en coupe au revers de la fibule no 1288a de la tombe 1793 (© A. Rast-Eicher).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4339/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende Fig. 12. Bride, textile (en bleu) et cuir (en vert) au revers de la fibule no 1288a de la tombe 1793, à deux stades du dégagement (© : A. Rast-Eicher).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4339/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Légende Fig. 13. Restes botaniques sur le bracelet no1289 de la tombe 1793 (cellules végétales bien visibles) ; ils témoignent vraisemblablement d’un bouquet placé dans la main (cliché : A. Rast-Eicher).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4339/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 14. Lanière en cuir de la ceinture au revers de la boucle no1290a de la tombe 1793 (cliché : A. Rast-Eicher).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4339/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 15. Fibules fixées par différentes sortes de brides, ardillons perpendiculaires à l’axe du corps (A, D, E et F d’après Windler, 2012, p. 58, fig. 84, p. 59, fig. 85b et p. 68, fig. 106b ; B d’après Bartel et Knöchlein, 1993, p. 430, fig. 9 ; C d’après Burzler et al., 2002, vol. 1, fig. 143).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4339/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Fig. 16 : Traces de moulage à l’os de seiche sur une boucle en alliage cuivreux de la tombe 1553 (© B. Bell).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4339/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 65k

Auteurs

DRAC Haute-Normandie

Atelier Bell

Archéopole

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540