Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Alizay, 20-22 juin 2014

 | 
Luc Liogier

Les occupations laténienne, gallo-romaine et médiévale sur l’A 150, site no 2, à hauteur de Flamanville (Seine-Maritime)

The La Tène, Gallo-Roman and Medieval occupations on the A 150, site No. 2, at Flamanville (Seine-Maritime)

Bruno Lepeuple

Résumé

Dans le cadre de l’aménagement autoroutier de l’A 150, l’une des fouilles prescrites a révélé trois grandes phases d’occupation. Deux enclos et des éléments parcellaires attribuables à La Tène C2/D1 précèdent l’aménagement d’une voie antique reliant Rouen à la mer. La périphérie d’un habitat du haut Moyen Âge, dont l’extension a été perçue lors du diagnostic, a révélé un système d’enclos reprenant les aménagements antérieurs.

Within the A 150 motorway network, one of the required excavations revealed three major phases of occupation. Two enclosures and some fragments attributable to La Tène C2/D1 preceding the development of an ancient road that linked Rouen to the sea. The edges of an early Middle Ages settlement, the area of which was identified during the survey phase, revealed a system of enclosures containing the earlier developments.

Texte intégral

1Au cœur du pays de Caux (fig. 1), la fouille de Flamanville est la plus septentrionale des opérations archéologiques réalisées sur le tracé de l’A 150. Elle a été menée du 10 janvier au 19 mars 2013, sur une surface d’environ 1 ha. Dans un contexte de plateaux essentiellement tournés vers la culture et en dehors de l’habitat actuel, les éléments structurants du paysage immédiat sont les clochers d’Écalles-Alix, à 800 m au sud, de Flamanville, à 1,9 km au nord, et une inflexion de la route départementale 6015 en direction d’Yvetot (fig. 2). Il s’agit d’un des points hauts du secteur et l’emprise est située sur une pente douce, au sud de la ligne de crête. Les sols sont caractérisés par une couverture homogène de limons dont la partie superficielle, orangée et argileuse, a une épaisseur qui varie de 0,35 à 0,80 m entre les points hauts et bas, traduisant une érosion différentielle et assez prononcée pour la partie nord du décapage.

Fig. 1. Localisation de l’opération (DAO : B. Lepeuple).

2L’opération de diagnostic a mis en évidence une occupation du haut Moyen Âge, avec quelques tessons attribuables aux VIIe et VIIIe siècles, lors de l’ouverture de trois tranchées placées dans l’axe du projet autoroutier. La présence de fonds de cabanes et de nombreux poteaux, dont certains appartenaient vraisemblablement à des bâtiments, a amené l’hypothèse d’un habitat. Une voie antique, au nord de l’occupation médiévale, était associée à quelques tessons de cette période, pouvant suggérer une occupation antique autour de cet espace. Une réduction de l’emprise du projet d’aménagement a contraint de laisser la zone la plus densément occupée, au sud, en dehors de la prescription de fouille.

3Globalement, le site est caractérisé par l’indigence du mobilier, 342 tessons de céramique dont la moitié est attribuable au haut Moyen Âge, l’autre se répartissant de manière équivalente entre la protohistoire, l’époque antique, le second Moyen Âge et l’époque moderne (fig. 3).

Fig. 2. Environnement topographique et archéologique de la fouille (DAO : B. Lepeuple).

Fig. 3. Plan masse et répartition du mobilier céramique (DAO : B. Lepeuple).

L’environnement archéologique et historique

4Le contexte archéologique de cette partie de la Seine-Maritime est mal documenté. Le pays de Caux, d’une manière générale, reste mal connu. Les apports récents sont essentiellement issus des fouilles ouvertes sur le tracé de l’A 29 et concernent surtout l’occupation protohistorique, principalement le second âge du fer. L’opération de diagnostic conduite sur le tracé de l’A 150 renseigne la même période ainsi que l’Antiquité et ne corrige pas la carence concernant le haut Moyen Âge. Les mentions du pays de Caux sont rares dans les sources écrites du haut Moyen Âge, à la différence du Talou, plus à l’est (Le Maho, 1997, p. 98). Néanmoins, si l’on se réfère à la dispersion des vocables paroissiaux, les marqueurs du haut Moyen Âge sont relativement conséquents. Les dédicaces à saint Martin, sont nombreuses dans le secteur ; dans un rayon de 8 km autour de la fouille, cinq occurrences sont relevées (fig. 2). De même, les vocables des saints Aubin, Clair, Éloi, Étienne, Germain et Pierre réunissent huit églises, dont l’origine est probablement antérieure à l’an mil. Les découvertes funéraires, mêmes anciennes, ne peuvent étayer ce thème, la zone figurant un vide des connaissances (Carré dir., 2011, p. 90), probablement imputable à un manque d’investigations.

Fig. 4. Plan des structures attribuables à La Tène (DAO : B. Lepeuple).

Deux enclos et un parcellaire laténiens

5Quelques rares témoins céramiques associés à la chronologie relative permettent d’attribuer à La Tène deux enclos quadrangulaires et quelques éléments parcellaires (fig. 4). Le côté sud des deux enclos est aligné sur un même axe et ils présentent la même morphologie. Le premier, à l’ouest, n’a été perçu que partiellement, mais peut être complété en s’appuyant sur les données issues du diagnostic pour restituer un espace de 750 m2. Le profil des fossés est régulier, en U, et l’encaissement d’environ 0,20 m sous le décapage pour une ouverture de 0,70 à 0,80 m. La partie sud-est est plus conséquente, avec 0,40 m de profondeur pour 0,90 m d’ouverture au niveau du décapage. Il s’agit également du seul emplacement où la stratigraphie, plus complexe, révèle un niveau d’utilisation de limon gris clair, scellé par un effondrement plus important du bord interne du fossé, suggérant la présence d’un talus. Cette section est également la seule à avoir livré du mobilier (fig. 5). Il s’agit d’un lot de céramiques constitué de plusieurs tessons provenant d’au moins trois formes non tournées, cohérentes technologiquement, qui peuvent être attribuées à La Tène C2/D1 avec, notamment, des comparaisons issues des données de l’A 29 (Blancquaert, 2000, p. 400), ou encore d’autres occupations des plateaux nord de Rouen (Adrian, 2011, vol. 3, p. 78). Aucun autre matériel ne vient contredire cette approche.

Fig. 5. Échantillon du mobilier céramique attribuable à La Tène C2/D1 (DAO : B. Lepeuple).

6Vers l’est, le second enclos a été perçu dans la totalité de son emprise. La reprise partielle de son tracé au haut Moyen Âge n’a cependant pas autorisé une approche exhaustive des volumes stratigraphiques. Néanmoins, une surface de 1 200 m2 est avérée. Il est de forme et d’orientation identiques au précédent enclos. Le système de drainage qu’il implique ne diffère pas non plus, avec un écoulement des eaux vers l’ouest. Le profil des fossés est constant, évasé avec un fond plat. La profondeur est plus importante au nord et à l’est, de 0,25 à 0,35 m pour une ouverture de 0,65 à 0,80 m, et plus faible sur toute la section sud, de 0,15 m pour 0,50 m d’ouverture estimée. Cette différence est sans doute encore plus accentuée par l’érosion, qui affecte davantage la partie septentrionale de la fouille. La stratigraphie montre, de manière récurrente, la présence d’un niveau d’utilisation hydromorphe, de teinte gris clair, recouvert par un effondrement des bords qui suggère là encore l’aménagement d’un talus interne. Quelques rares traces permettent de supposer la présence de poteaux, éventuellement destinés à maintenir un fascinage des talus. L’interruption des fossés au sud indique la présence d’un accès.

7Les éléments datants sont extrêmement rares, les fossés nord et est ayant fourni quelques tessons de céramique non tournée, très fragmentée et ne présentant aucun élément de forme. Néanmoins, ces témoins, productions de l’âge du fer, ne sont pas incohérents avec le lot issu du comblement des fossés de l’enclos 1. Aucune structure interne à cet espace n’a fourni de mobilier attribuable à cette période.

8Ces deux enclos s’insèrent dans un plus vaste ensemble, perçu au travers de quelques structures linéaires dont peu sont datées. La partie méridionale de ces deux enclos s’appuie sur une même ligne qui constitue l’exutoire principal pour les eaux drainées. Immédiatement au sud, deux autres fossés présentent une même orientation, cohérente avec des éléments perçus lors de la phase de diagnostic dans la tranchée sud. Au nord, un petit segment de fossé présente la même orientation que le côté nord des enclos. Il peut être interprété comme l’indice d’une organisation parcellaire qui dépasse le cadre des deux ensembles fermés évoqués ci-dessus. Ce dernier élément linéaire s’organise éventuellement avec d’autres structures en creux, dont une ligne de fosses ou poteaux située à 3,5 m au nord. Les éléments chronologiques font défaut dans ce secteur et cette proposition de datation ne repose que sur une orientation et une organisation cohérentes des différents creusements.

9Cette phase d’occupation est en résonance avec les acquis des opérations antérieures et les réflexions récentes produites à ce sujet (Blancquaert et Aubry, 2013), tant du point de vue chronologique, avec un pic des installations dans la seconde moitié du IIe siècle avant notre ère, que de celui des formes de l’occupation, notamment la succession d’enclos contigus, comme à Veauville-lès-Baons/Baons-le-Comte ou Cottévrard. Cependant, rien ne permet d’identifier un pôle d’habitat, la surface des enclos étant même en deçà de celles les plus fréquemment rencontrées localement. Ces vestiges s’insèrent éventuellement dans un ensemble plus vaste et ne forment pas le centre de l’occupation.

Fig. 6. Plan des structures attribuables à l’époque gallo-romaine (DAO : B. Lepeuple).

Fig. 7. Section de la voie à ornière dans la partie sud de la fouille (cliché : B. Lepeuple).

Une voie antique et ses aménagements

10Le seul tronçon de voirie identifié présente une ligne continue, d’axe sud-est/nord-ouest, il est lisible sur une longueur de 70 m puis disparaît progressivement (fig. 6) : les différentes empreintes s’amenuisent peu à peu, ce qui peut être imputé à l’érosion du site. Dans la continuité de l’axe de circulation, quelques structures en creux sont dispersées aux abords du côté nord, sans que leur répartition ne vienne se superposer au tracé théorique, suggérant un effet de paroi de la voie sur son flanc nord-est. La partie sud-est se présente sous la forme d’une bande de roulement marquée de façon continue d’ornières, avec un entraxe de 1,15 à 1,2 m (fig. 7). Deux fossés bordiers ont été aménagés du côté nord, un premier serre la voie au plus près et est relativement prononcé, il est conservé sur une profondeur de 0,50 m, le second est plus ténu, encaissé de 0,10 m au maximum.

Fig. 8. Section de la voie au niveau du radier de silex (cliché : B. Lepeuple).

Fig. 9. Coupe du fossé drainant les eaux de la mare vers l’ouest (cliché : B. Lepeuple).

11Une mare, d’une étendue de 125 m2, borde la voie sur son côté nord-est. Sa profondeur sous le niveau de décapage est d’environ 0,30 m et s’accentue au contact de l’axe de circulation, sur une ligne qui correspond au tracé du fossé bordier. Aucune chronologie n’a pu être établie entre les deux faits. La mare concentre les eaux de ruissellement venant du nord. L’évacuation se fait sur trois points, vers l’est depuis la partie haute de la retenue, depuis sa partie basse par le biais du drain parallèle à la voie et vers le sud au moyen d’un aménagement particulier.

12L’intégralité du flanc sud-ouest de la mare présentait, au décapage, une importante densité de silex, dans l’axe de la voirie et sur une bande dont la largeur était cohérente avec cette dernière. La fouille a révélé des concentrations et organisations inégales imputables au bouleversement de la structure. Un segment mieux conservé montre deux alignements de silex posés de champ dans l’axe des ornières en creux (fig. 8). Ils encadrent un espace intermédiaire où des éléments de petit module sont posés à plat. Sur le côté opposé à la mare, une bande serre au plus près la ligne de l’ornière sur une largeur de 0,70 m. Ce niveau est constitué de pierres de moyen module disposées les unes à côté des autres pour former un niveau plan. La zone présentant une forte concentration de pierres, également caractérisée par l’absence d’ornière en creux, peut faire l’objet d’une projection où ce radier serait présent sur 25 m de longueur, au contact de la retenue d’eau.

13Dans l’angle ouest de la mare, les eaux filtrent au travers du radier de silex pour rejoindre un fossé d’axe nord-ouest/sud-est reconnu sur une longueur de 32 m au terme de laquelle il s’infléchit vers l’ouest pour reprendre un des fossés laténiens. Les traces observées en plan dans la tranchée sud du diagnostic plaident en faveur d’une prolongation de ce tracé sur au moins 30 m. Ce fossé, évasé avec un fond plat, présente un profil très régulier marqué tout du long par une forte oxydation de son niveau inférieur (fig. 9), attestant son rôle de drain.

14Au-delà de la zone fouillée, quelques indices permettent de percevoir la continuité de la voie (fig. 10). Vers le sud-est, un segment a été reconnu lors du diagnostic. Les caractéristiques de cet aménagement diffèrent de celles du tronçon fouillé. C’est une chaussée au profil bombé, chargée de silex et bordée sur chacun de ses flancs par un fossé (Kliesch, 2012b, p. 59-62). À 800 m au nord-ouest de la fouille, un autre segment a été identifié lors du diagnostic. Il était bordé par un enclos fréquenté au moins du Ier au IIIe siècle de notre ère (Kliesch, 2012a, p. 39-42). L’orientation de ces trois segments de voies permet de les relier entre eux pour percevoir un axe rectiligne qui correspond probablement à l’itinéraire suivi entre Rouen et Cany, passant par Barentin (Duval, 1980, p. 123-124). Les quelques éléments de céramique recueillis indiquent une fréquentation du site, via cet axe de circulation, entre la fin du Ier et le IIIe siècle. Aucune occupation antique ne peut être mise en évidence dans l’emprise de la fouille. Néanmoins, deux groupes de structures apparaissent spatialement cohérents avec les fossés de drainage dans la partie orientale du site. Au sud, le premier ensemble présente deux poteaux ancrés de 0,35 à 0,40 m de profondeur sur le côté nord-est du fossé et distants de 3 m (fig. 11). Du même côté, un groupe de huit poteaux, plus faiblement ancrés dans le sol, dessine un bâtiment d’environ 14 m2 (fig. 6). Au nord, deux poteaux, distants de 2 m et ancrés de 0,15 à 0,20 m, sont placés sur le côté sud-ouest du fossé. Un troisième poteau est implanté en regard du premier de l’autre côté du fossé. Ces deux ensembles peuvent être interprétés comme des systèmes de franchissement, l’écartement, de 2 et 3 m, est compatible avec le passage d’un attelage.

Fig. 10. Cliché vertical de l’environnement de la fouille en 2012 et segments de la voie gallo-romaine (Image Nokia Microsoft Corporation © ; DAO : B. Lepeuple).

Fig. 11. Aménagement en bordure d’un fossé gallo-romain dans l’angle sud de la fouille (cliché : B. Lepeuple).

Fig. 12. Mobilier métallique du IVe siècle (radiographie : Arc’Antique ; clichés : D. Martins et É. Winckel ; dessin de l’épingle : V. Gaillard).

Deux objets du Bas-Empire

  • 1 Étude réalisée en collaboration avec Damien Glad (AFT), d’après les orientations données par Floren (...)
  • 2 Böhme, 1974, vol. 2, pl. 97, no 5, site de Oudenburg (Belgique), tombe masculine du IVe ou Ve siècl (...)
  • 3 Pour exemple, le site d’Isneauville, « La Plaine de la Ronce », a fourni un couteau de forme compar (...)

15Deux pièces métalliques (fig. 12), que l’on ne peut lier avec certitude à une occupation dans l’emprise de la prescription, peuvent orienter vers une continuité de la fréquentation du site dans le courant du IVe siècle. Seule découverte issue d’une fosse dans un secteur indigent en mobilier, un couteau présente une lame à décor damasquiné de laiton et d’argent1, perceptible par la radiographie, constitué de trois cercles oculés. Ce type de décor, lorsqu’il est porté sur des armes, offre essentiellement des comparaisons au nord de la Somme2. Ces découvertes en contexte funéraire sont en lien avec des forteresses et des cités fortifiées participant à la défense du Litus saxonicum sur les côtes et les fleuves de l’Allemagne à la Picardie en passant par la Belgique, pour les IVe et Ve siècles. La forme du couteau évoque ici davantage une attribution à l’Antiquité tardive3. Parmi d’autres mobiliers, ces objets témoignent de l’importance quantitative des implantations de fédérés germaniques pour la défense du territoire de Gaule du Nord, notamment dans le cadre du Litus saxonicum et de la défense de la Manche face aux raids francs et saxons (Verslype, 2007).

Fig. 13. Plan des structures attribuables au haut Moyen Âge (DAO : B. Lepeuple).

  • 4 Böhme, 1974, vol. 2, carte 9 pour la répartition des découvertes, notamment les sites de Fécamp (Se (...)

16Un fragment d’épingle en alliage cuivreux a été mis au jour dans le comblement supérieur du drain évacuant les eaux de la mare. Il porte un décor alternant nervures et bandeaux prismatiques qui trouve des comparaisons équivalentes en chronologie, pour les IVe et Ve siècles. La répartition géographique déborde cependant sur une aire plus vaste, avec des points de comparaison plus locaux quant au type de décor4.

Une occupation du haut Moyen Âge

17L’occupation du haut Moyen Âge est probablement liée à un habitat localisé, d’après la densité des structures observées au diagnostic, au sud de l’emprise fouillée. La zone explorée comporte essentiellement un vaste système d’enclos qui emprunte à la fois à la période laténienne et au système des drains antiques (fig. 13). Environ 4 700 m2 sont ainsi définis et subdivisés en trois espaces utiles de 1 300, 1 100 et 2 100 m2. Les interruptions des fossés signalent des accès, au nord et au sud, et des circulations internes, l’une d’elles étant marquée par deux points d’amoncellement volontaire de silex sur toute la hauteur d’un fossé.

18Au sud de la mare, un autre fossé, d’axe est-ouest, s’infléchit vers le sud. Il est lié, dans sa partie occidentale, à une file de poteaux dont on trouve le pendant 50 m vers l’ouest. Les inflexions perceptibles aux extrémités de cet ensemble semblent se refermer sur un espace dense en vestiges repéré dans la tranchée sud du diagnostic. Il pourrait s’agir d’une clôture qui limite la probable zone habitée. Le tracé des deux fossés orientaux tient compte de la voie au niveau du radier de silex, signalant à la fois l’utilisation pérenne de la mare, avec des eaux maintenant drainées vers l’est, et de l’axe de circulation jusqu’à ce point. Au-delà, le tracé rectiligne est incompatible avec l’emprise des fossés d’enclos, qui ne comportent aucun aménagement lié à leur franchissement. En revanche, l’espace entre la clôture et le principal drain d’axe est-ouest forme une bande de 8 m de largeur vierge de toute occupation. Ainsi, l’axe de circulation se trouve dévié vers le sud, probablement suite à un défaut d’entretien du système de drainage. Pour ce que l’on peut percevoir de l’occupation du haut Moyen Âge, elle semble scindée par un chemin, l’habitat étant au sud et une série d’enclos au nord.

19À l’intérieur des enclos, et plus généralement dans la zone fouillée, trop peu d’indices permettent de définir la chronologie et les activités. La céramique du haut Moyen Âge y est néanmoins prépondérante.

Fig. 14. Vue en coupe du silo 73 (cliché : D. Martins).

Fig. 15. Vue en coupe de la fosse 178 (cliché : D. Martins).

  • 5 Une analyse radiocarbone, efectuée sur une brindille issue des rejets de ce four, donne le résultat (...)

20Cette période semble former la plus forte empreinte, si l’on compare les rejets pris dans les comblements des structures en creux à ceux qui ont été observés dans les fossés. Ce premier Moyen Âge y est caractérisé par une présence ténue de terres cuites architecturales antiques ainsi que de nombreux silex, quelquefois de fort module, ceux-ci étant quasiment absents des niveaux laténiens. Trois des quatre fonds de cabane du site sont dans l’emprise des enclos, mais dispersés ; trois silos (fig. 14), deux piriformes et l’un cylindrique, ne marquent pas non plus de concentration pour souligner une zone spécialisée. Il faut noter, essentiellement à proximité des fossés, des fosses plus ou moins importantes de prélèvement de matériaux, dont le creusement s’est limité à extraire les niveaux de limon argileux et est resté au toit de l’horizon inférieur, impropre à une utilisation en contexte bâti (fig. 15). Le centre de l’espace enclos, autour d’un fossé de partition qui présente un élargissement lié à un point de rétention d’eau, concentre davantage de structures et de mobilier. Il indique éventuellement une utilisation du point d’eau, qui pourrait être lié à l’élevage. Un four très arasé, classique des plans du haut Moyen Âge, est recoupé par le fossé limitant les enclos au sud. Il est le seul élément pouvant indiquer deux séquences dans l’occupation médiévale5.

  • 6 À 95,4 % de probabilité, 672-868 AD, dont 80,3 % restreints à 672-779 AD.
  • 7 À 95,4 % de probabilité, 777-981 AD, avec une date calculée à 810 AD (± 30).

21Le mobilier céramique (fig. 16), peu abondant et souvent très fragmenté, est d’une remarquable homogénéité. Les pâtes claires dominent largement, avec 95 % du nombre de tessons, et sont majoritairement sableuses, à hauteur de 91 %. Ces caractéristiques technologiques situent l’occupation entre le milieu du VIIe et le VIIIe siècle. Cependant, les quelques formes identifiées sont toutes fermées et s’apparentent à des profils d’oules ou de cruches. L’absence de décor, à l’exception de deux tessons portant une impression à la molette, ou de forme de tradition mérovingienne, comme des pots biconiques, invite à restreindre la chronologie au VIIIe siècle, avec des témoins plus proches des productions carolingiennes. Formes et caractéristiques technologiques permettent d’attribuer une partie de ce groupe à l’atelier de La Londe, ce qui conforte l’attribution chronologique (Roy, 1993), ou du moins permet de le rattacher à un centre proche utilisant la même veine de matière première. Deux analyses radiocarbone viennent conforter cette approche. Une brindille carbonisée issue d’une fosse relativement riche en rejets probablement liés à l’occupation domestique, en bordure sud de la fouille, oriente vers la fin du VIIe et le VIIIe siècle6. Un niveau de charbon, épandu dans la partie supérieure du comblement d’un trou de poteau et du fossé situé au sud-est de l’emprise, rend compte de l’abandon du site, avec un terminus post quem plus imprécis, de la in du VIIIe au Xe siècle7.

Fig. 16. Échantillon du mobilier céramique attribuable au VIIIe siècle (DAO : B. Lepeuple).

Du bas Moyen Âge à nos jours

22Aucune occupation ne vient prendre la place de celle du haut Moyen Âge. Le mobilier postérieur ne fait que souligner une fréquentation anecdotique du terrain avec, notamment, une continuité pour l’utilisation de la mare, dont les derniers niveaux de comblement ont révélé trois fragments de pots attribuables à la seconde moitié XVe siècle. Une seconde mare, perçue pour moitié lors de la fouille, a été aménagée à l’ouest de la première. D’environ 25 m de diamètre, elle est alimentée depuis l’est, dans l’axe d’une légère dépression du terrain visible avant le décapage. L’exutoire adopte la même direction que les drains antiques et médiévaux, mais avec un décalage de 7 m vers le sud. Il peut éventuellement reprendre le tracé du supposé chemin contemporain de l’occupation médiévale. Cette mare a fait l’objet d’un comblement volontaire, avec notamment une poche de matériaux de démolition contenant des fragments de briques orangées de type Saint-Jean, des silex avec traces de mortier et de l’ardoise. Ce point d’eau disparaît à l’époque contemporaine.

Pour conclure

23Relativement aride en termes d’artefacts collectés, ce site apporte des informations substantielles sur les occupations du plateau de Caux. La présence laténienne, centrée sur le IIe siècle avant notre ère, se trouve ici confirmée. L’existence d’une voie antique, reliant Rouen à la côte, passant probablement par le centre antique de Cany, trouve ici une preuve archéologique. Cet axe est potentiellement utilisé pour rejoindre des postes de garnisons de l’Antiquité tardive et du début du Moyen Âge. L’existence d’un habitat du haut Moyen Âge n’est attestée que par les données du diagnostic. Néanmoins, l’aménagement de ses abords, au VIIIe siècle, par un système d’enclos subdivisés, constitue un cas peu fréquent en regard des données régionales et est peut-être plus spécifique à des secteurs qui nécessitent un drainage des terres.

Bibliographie

Bibliographie

Adam S. (2014) – Flamanville/Motteville. A 150 : site 3A. Bilan scientifique régional 2013, Haute-Normandie, Rouen, Direction régionale des affaires culturelles de Haute-Normandie, Service régional de l’archéologie, p. 98-99.

Adrian Y.-M. (2011) – Isneauville-Saint-Martin du Vivier, ZAC de la Plaine de la Ronce. Volume 2 : Zone A. Une ferme gauloise puis gallo-romaine et une nécropole antique, Rapport final d’opération, Rouen, INRAP, Service régional de l’archéologie, 3 vol.

Blancquaert G. (2000) – L’intensification de l’habitat et la standardisation du mobilier en pays de Caux (76). Les installations agricoles de l’âge du fer en France septentrionale, Paris, ENS, Études d’histoire et d’archéologie, 6, p. 395-409.

Blancquaert G. et Aubry B. (2013) – Chapitre 6 : La Haute-Normandie. L’habitat rural du second âge du fer. Rythmes de création et d’abandon au nord de la Loire, Paris, CNRS, p. 133-146.

Blondeau R. (2014) – Motteville. A 150 : site 10. Bilan scientifique régional 2013, Haute-Normandie, Rouen, Direction régionale des affaires culturelles de Haute-Normandie, Service régional de l’archéologie, p. 107-109.

Böhme H.-W. (1974) – Germanische Grabfunde des 4. Bis 5. Jahrhunderts zwischen unterer Elbe und Loire, Munich, 2 vol.

Böhner K., dir. (1981) – À l’aube de la France. La Gaule de Constantin à Childéric. Catalogue d’exposition, musée du Luxembourg, 26 février-3 mai 1981, Paris, RMN, 255 p.

Carré F., dir. (2011) – L’archéologie en Haute-Normandie. Bilan des connaissances. Tome 1 : le Haut Moyen Âge, Rouen, Presses universitaires de Rouen et du Havre, 207 p.

Delalande A. (2014) – Mesnil-Panneville. A 150 : site 5. Bilan scientifique régional 2013, Haute-Normandie, Rouen, Direction régionale des affaires culturelles de Haute-Normandie, Service régional de l’archéologie, p. 102-104.

Duval P.-C. (1980) – Le réseau routier antique en Haute-Normandie. Mémoire de maîtrise sous la direction de N. Gauthier, université de Rouen.

Kliesch F. (2012a) – Haute-Normandie, Seine-Maritime (76). Écalles-Alix et Flamanville. Liaison autoroutière A 150, rapport 1, section 2, tranche 1A. Rapport d’opération de diagnostic archéologique, Rouen, INRAP, Service régional de l’archéologie.

— (2012b) – Haute-Normandie, Seine-Maritime (76). Écalles-Alix et Flamanville. Liaison autoroutière A 150, rapport 2, section 2, tranche 1B. Rapport d’opération de diagnostic archéologique, Rouen, INRAP, Service régional de l’archéologie.

— (2012c) – Haute-Normandie, Seine-Maritime (76). Flamanville et Motteville (fin). Liaison autoroutière A 150, tranche 1C et rapport 3, section 2, tranche 3. Rapport d’opération de diagnostic archéologique, Rouen, INRAP, Service régional de l’archéologie.

— (2012d) – Haute-Normandie, Seine-Maritime (76). Mesnil-Panneville et Croix-Mare. Liaison autoroutière A 150, rapport 4, section 2, tranche 1D. Rapport d’opération de diagnostic archéologique, Rouen, INRAP, Service régional de l’archéologie.

— (2012e) – Haute-Normandie, Seine-Maritime (76). Mesnil-Panneville, sous le bois des sapins. Liaison autoroutière A 150, rapport 6, section 2, tranche 1F. Rapport d’opération de diagnostic archéologique, Rouen, INRAP, Service régional de l’archéologie.

— (2012f) – Haute-Normandie, Seine-Maritime (76). Bouville et Villers-Écalles. Liaison autoroutière A 150, rapport 8, section 1, tranche 1G. Rapport d’opération de diagnostic archéologique, Rouen, INRAP, Service régional de l’archéologie.

Le Maho J. (1997) – L’occupation du sol. Rogeret I., Carte archéologique de la Gaule, la Seine-Maritime (76), Paris, Académie des inscriptions et belles lettres, p. 98-102.

Lepert T. (1993) – Contribution des fouilles récentes à la connaissance de la céramique laténienne de Haute-Normandie. Les Celtes en Normandie. Les rites funéraires en Gaule (IIIe-Ier siècle avant J.-C.), Revue archéologique de l’Ouest, supplément no 6, p. 83-93.

Letor A. (2014) – Motteville. A 150 : site 3B. Bilan scientifique régional 2013, Haute-Normandie, Rouen, Direction régionale des affaires culturelles de Haute-Normandie, Service régional de l’archéologie, p. 99-101.

Michel M. et Pézennec A. (2014) – Bouville/Villers-Écalles. A 150 : site 6. Bilan scientifique régional 2013, Haute-Normandie, Rouen, Direction régionale des affaires culturelles de Haute-Normandie, Service régional de l’archéologie, p. 104-107.

Roy N. (1993) – Un atelier de potiers du haut Moyen Âge (Forêt de La Londe, Seine-Maritime), état de la recherche. Revue archéologique de l’Ouest, 10, p. 123-128.

Verslype L. (2007) – Éditorial. Identités et communautés en Neustrie mérovingienne.

— (dir.), Villes et campagnes en Neustrie : sociétés, économies, territoires, christianisation. Actes des XXVe journées internationales d’archéologie mérovingienne, Tournai, 17-20 juin 2004, Montagnac, M. Mergoil, p. 11-24.

Notes

1 Étude réalisée en collaboration avec Damien Glad (AFT), d’après les orientations données par Florence Carré et Marine Drieu.

2 Böhme, 1974, vol. 2, pl. 97, no 5, site de Oudenburg (Belgique), tombe masculine du IVe ou Ve siècle ; Böhner, 1981, p. 147-148, site de Bonn (Allemagne), tombe masculine de la deuxième moitié du IVe siècle.

3 Pour exemple, le site d’Isneauville, « La Plaine de la Ronce », a fourni un couteau de forme comparable (Adrian, 2011, vol. 3, p. 247, inv. 14, no 3).

4 Böhme, 1974, vol. 2, carte 9 pour la répartition des découvertes, notamment les sites de Fécamp (Seine-Maritime), Bailleul-sur-Thérain (Oise) et Areines (Loir-et-Cher).

5 Une analyse radiocarbone, efectuée sur une brindille issue des rejets de ce four, donne le résultat suivant : à 95,4 % de probabilité, 625-764 AD, ainsi répartis : 625-711 AD à 90,6 % et 711-746 AD à 4,8 %.

6 À 95,4 % de probabilité, 672-868 AD, dont 80,3 % restreints à 672-779 AD.

7 À 95,4 % de probabilité, 777-981 AD, avec une date calculée à 810 AD (± 30).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Localisation de l’opération (DAO : B. Lepeuple).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4335/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig. 2. Environnement topographique et archéologique de la fouille (DAO : B. Lepeuple).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4335/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 764k
Légende Fig. 3. Plan masse et répartition du mobilier céramique (DAO : B. Lepeuple).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4335/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 4. Plan des structures attribuables à La Tène (DAO : B. Lepeuple).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4335/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Légende Fig. 5. Échantillon du mobilier céramique attribuable à La Tène C2/D1 (DAO : B. Lepeuple).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4335/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 6. Plan des structures attribuables à l’époque gallo-romaine (DAO : B. Lepeuple).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4335/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Fig. 7. Section de la voie à ornière dans la partie sud de la fouille (cliché : B. Lepeuple).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4335/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Fig. 8. Section de la voie au niveau du radier de silex (cliché : B. Lepeuple).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4335/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Fig. 9. Coupe du fossé drainant les eaux de la mare vers l’ouest (cliché : B. Lepeuple).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4335/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 10. Cliché vertical de l’environnement de la fouille en 2012 et segments de la voie gallo-romaine (Image Nokia Microsoft Corporation © ; DAO : B. Lepeuple).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4335/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 616k
Légende Fig. 11. Aménagement en bordure d’un fossé gallo-romain dans l’angle sud de la fouille (cliché : B. Lepeuple).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4335/img-11.jpg
Fichier image/, 252k
Légende Fig. 12. Mobilier métallique du IVe siècle (radiographie : Arc’Antique ; clichés : D. Martins et É. Winckel ; dessin de l’épingle : V. Gaillard).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4335/img-12.jpg
Fichier image/, 356k
Légende Fig. 13. Plan des structures attribuables au haut Moyen Âge (DAO : B. Lepeuple).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4335/img-13.jpg
Fichier image/, 348k
Légende Fig. 14. Vue en coupe du silo 73 (cliché : D. Martins).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4335/img-14.jpg
Fichier image/, 192k
Légende Fig. 15. Vue en coupe de la fosse 178 (cliché : D. Martins).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4335/img-15.jpg
Fichier image/, 208k
Légende Fig. 16. Échantillon du mobilier céramique attribuable au VIIIe siècle (DAO : B. Lepeuple).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4335/img-16.jpg
Fichier image/, 177k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540