Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Alizay, 20-22 juin 2014

 | 
Luc Liogier

Petit éclairage sur le luminaire des Aulerques Éburovices : entre romanité et rusticité

A slight clarification on the Eburovices’ lamp: part Roman, part rustic

Florence Carré, Yves-Marie Adrian, Laurent Guyard et Hubert Lepaumier

Résumé

Le luminaire des Aulerques Éburovices surprend par sa rareté qui s’oppose à la diversité des types rencontrés. Comme dans toutes les zones peu productrices d’huile, les lampes à huile fermées, en terre moulée ou en alliage cuivreux, sont complétées par des lampes ouvertes utilisant un combustible solide. S’y ajoute un type original, constitué de fonds de vases recyclés. Pour moitié attribués aux IIIe et IVe siècles, ils compensent probablement la rareté des lampes moulées d’importation durant cette période.

The Eburovices’ lamp is surprising given its rarity, which is in contrast with the diversity of the types found. As in all low oil-producing areas, closed oil lamps, made with moulded clay or copper alloy, were supplemented with open lamps that used a solid fuel. There was also an original type, which was made from the bottoms of recycled vases. Half of them have been dated to the 3rd and 4th centuries, and probably made up for the scarcity of imported cast lamps during this period.

Texte intégral

Tous mes remerciements vont à Colette Bemont pour son aide dans la détermination de certains types de luminaires, dont l’étonnante lampe de Pîtres, et pour la recherche de comparaisons.

  • 2 Une lecture attentive révèle que l’objet provient en réalité de la nécropole d’Évreux. Cet article (...)
  • 3 Cette enquête a été présentée à la 2e table ronde internationale ILA, Archéologie et histoire de l’ (...)

1En France septentrionale, les objets antiques destinés à l’éclairage sont rares et le territoire des Aulerques Éburovices ne fait pas exception. Ces pièces remarquables ont été repérées dès le XIXe siècle et sont souvent dessinées dans les publications. Ainsi, les découvertes de luminaire dans le département de l’Eure sont illustrées par F. Rever (1827, pl. 11, fig. 2), 1T. Bonnin (1860, pl. XIII et XLVIII) ou L. Coutil (1917, p. 178-179 et 1921, p. 71). C. de Stabenrath (1831, p. 42-43 et pl. II, no 7) croque même un curieux vase à dépression retaillé (fig. 5, no 23), qu’il identifie comme une lampe, tandis que E. Châtel consacre un article entier à un « bougeoir romain trouvé dans les fouilles du Vieil-Évreux2 » (1861). Les fouilles réalisées depuis 1975 ont confirmé la modestie du corpus mais elles ont permis de mieux le caractériser. En effet, les observations effectuées lors de l’étude de la céramique issue des fouilles du Vieil-Évreux ont révélé l’existence d’une catégorie particulière de lampes, confectionnées à partir de fonds de vases recyclés (Guyard et Bertaudière, 2007, p. 75-91 et 2008, annexe 1). Dans le but d’évaluer la part de ce type au sein du luminaire utilisé dans la cité des Aulerques Éburovices et sur ses marges, un examen rapide des sources anciennes, des collections des musées d’Évreux et de Louviers et des découvertes récentes a été effectué3. Les objets destinés à l’éclairage s’avèrent rares et le corpus réuni ne compte que 55 occurrences dont 37 lampes en terre cuite et 11 à 16 éléments métalliques. Le luminaire métallique antique, recueilli au XIXe siècle, a été publié dans le catalogue des bronzes gallo-romains du musée d’Évreux (Fauduet, 1992). En revanche, aucune étude n’a porté sur le luminaire en terre cuite, enrichi depuis 1975 d’une vingtaine d’objets.

Types et chronologie

Luminaire céramique

2Comme dans toutes les zones peu productrices d’huile, on observe l’association de lampes à huile fermées, moulées (11 cas) et de lampes ouvertes, tournées, utilisant un combustible solide (11 cas). S’y ajoute dans notre région un type original, constitué de fonds de vases recyclés, fonctionnant comme les lampes ouvertes (15 cas).

Fig. 1. Localisation des découvertes (DAO : F. Carré).

Lampes à huile moulées

  • 4 Il est donc impossible d’utiliser le critère chronologique fourni par la couleur de l’engobe, le no (...)

3Chez les Aulerques Éburovices, les lampes à huile moulées sont illustrées entre le Ier siècle avant J.-C. et le début du VIe siècle après J.-C. au plus tard (fig. 2). La catégorie tardo-républicaine est bien représentée, avec deux exemplaires (nos 1 et 8). Le premier provient d’un site rural fouillé à Guichainville, « Le Long Buisson », à environ 3 km de la ville d’Évreux (no 1). L’objet, très érodé, se trouvait dans le comblement final d’un enclos qui délimitait un habitat (Lepaumier et Marcigny dir., 2007, p. 109-113). Cette lampe se rattache vraisemblablement au type 2 de Dressel. Le moulage est assez grossier et les parois épaisses. La pâte est orange et l’engobe a disparu4. Du type 2 de Dressel, on retrouve l’anse en ruban, placée haut, dont le départ est visible, ainsi que le réservoir globuleux, à épaule bombée, avec une dépression centrale circulaire. L’aileron latéral est classique, comme le bec trapu et coupé droit, mais ce dernier est en général plus aplati. Le décor de grènetis du couvercle, caractéristique du type, subsiste à l’état de traces. Cette forme est attestée entre 70 avant J.-C. et la fin du règne d’Auguste. Ici, la céramique associée, en particulier les amphores (9 individus), indique une datation de la fin de la première moitié du Ier siècle avant J.-C. Cette lampe est remarquable car elle fait partie des rares exemplaires attribuables au Ier siècle avant J.-C. mis au jour en Gaule septentrionale, avec celles de Villeneuve-Saint-Germain (Debord et Scheers, 1984, p. 69 et fig. 5), d’Acy-Romance (Lambot, 1996, p. 32 et fig. 24) et d’Angers (Bouvet et al., 2003, p. 182 et fig. 8). Une datation entre 50/40 et 30 avant J.-C. est proposée pour cette dernière, la plus proche typologiquement de celle de Guichainville.

4Le deuxième, une lampe de Brionne (fig. 2, no 8), ornée de lions affrontés, se rattache par son anse en ruban, ses ailerons et la forme de son bec, au type 3A de Dressel dont la production se situe entre 90/70 avant J.-C. et 10 après J.-C. (Ricci, 1973, p. 198-199, décor similaire ; Bemont, 2002, p. 142). Une troisième lampe précoce est un peu plus récente que les deux autres. Très fragmentaire, en céramique fine (fig. 2, no 2), elle illustre les prototypes des types I ou IV de Loeschke par son épaule marquée de multiples moulures et les fines volutes encadrant le bec. Elle a été découverte à Évreux, rue Saint-Louis, en contexte d’habitat, associée à de la céramique augustéenne.

Fig. 2. Lampes à huile moulées (dessins : Y.-M. Adrian ; clichés : © J.-P. Godais, musée d’Évreux ; no 1 : cliché H. Paitier et dessin É. Gallouin, INRAP ; no 10 d’après Coutil, échelle inconnue).

Fig. 3. Lampes tournées ouvertes à douille (dessins : Y.-M. Adrian ; no 15 d’après Châtel, 1861, échelle inconnue ; clichés nos 12 et 14 : © J.-P. Godais, musée d’Évreux ; cliché no 17 : Y.-M. Adrian).

Fig. 4. Lampes tournées ouvertes à bec pincé (dessins : Y.-M. Adrian ; cliché : S. Le Maho, INRAP).

5Cinq autres lampes appartiennent aux types les plus répandus en Gaule, du Ier siècle après J.-C. au IIIe siècle. Le no 3 représente le type I de Loeschke, les nos 6 et 10 le type IV, le no 7 le type VII de Deneauve et le no 4, les « Firmalampen ».

Fig. 5. Vases recyclés en lampes (dessins : Y.-M. Adrian ; croquis no 23 ? : d’après De Stabenrath, 1831 ; cliché no 23 : © J.-P. Godais, musée d’Évreux ; autres clichés : © MADE, CG 27).

  • 5 Deneauve, 1969, pampres ou rinceaux des nos 967 à 984 ou 1012 à 1020, divinité avec étagère en arri (...)
  • 6 Une datation du IVe siècle serait cohérente avec l’occupation attestée sur le site de Pîtres ; en r (...)
  • 7 Par exemple, sur 325 lampes en céramique conservées au musée Rolin d’Autun, 37 proviennent de pays (...)
  • 8 Informations inédites d’Y.-M. Adrian. Datation de la lampe de Rouen par le mobilier céramique assoc (...)

6Une lampe singulière de Brionne (fig. 2, no 9) s’apparente aux lampes africaines à bec triangulaire, et plus précisément au type X de Deneauve (1969), attesté à la fin du IIe siècle et au début du IIIe siècle. Son décor complexe, figurant Mercure surmonté d’une étagère au centre d’un médaillon entouré de rinceaux végétaux se développant sur une épaule large et plate, ainsi que sa marque, la relient aux productions identifiées à Carthage5. L’objet le plus tardif provient de Pîtres (fig. 2, no 11). Sa grande taille, sa large épaule et son anse tenon évoquent nettement les lampes dites paléochrétiennes et leurs dérivés ; des concrétions dissimulent un éventuel décor. Un exemplaire très comparable par la pâte, l’anse, la morphologie du canal et la disposition des trous d’évent, est classé dans la catégorie des lampes à pâte claire produites en Maurétanie Césarienne du IVe au début du VIe siècle6 (Bussière, 2000, en particulier le no 6372). Ces deux dernières lampes, remarquables, sont des découvertes anciennes dont le contexte n’est pas détaillé dans les inventaires des musées. Il pourrait s’agir d’objets rapportés d’Afrique du Nord par des collectionneurs, comme cela était fréquent au XIXe siècle7. En revanche, deux autres lampes paléochrétiennes datées de la deuxième moitié du VIe siècle au début du VIIe siècle ont été mises au jour dans la région, lors des fouilles récentes de la cathédrale de Rouen et suite à une découverte fortuite à Rolleville, près du Havre8. Elles fournissent un argument en faveur de l’authenticité de l’origine de la lampe de Pîtres.

Lampes ouvertes tournées

7Le luminaire à huile est complété par des lampes tournées ouvertes, en céramique commune, comparables à celles d’Allemagne (par exemple à Neuss), de Suisse (à Vindonissa, Avenches ou Augst), de Londres, de Rome ou encore de Vertault, Besançon, Alésia ou Autun (Carré, 1984, p. 76 et 78). Deux types sont représentés dans notre corpus : les lampes à douille (6 exemplaires, fig. 3), avec ou sans anse, et les simples godets à anse et bec pincé (5 exemplaires, fig. 4). L’anse de ces derniers, en ruban, est en général fixée à l’opposé du bec, mais le cas des Ventes (no 21) fait exception, avec son bec latéral. Ces types apparaissent durant la seconde moitié du Ier siècle après J.-C. (Carré, 1984, p. 76 et 78). Les deux exemplaires datés (nos 17 et 22), un de chaque type, appartiennent au IIe siècle et il est possible que cette datation soit également celle des lampes nos 12, 14 et 18 à 20, attribuables à l’atelier de la rue Roosevelt à Évreux, actif durant cette période (Gerber, 2002).

Lampes ouvertes improvisées

8À côté de ces types connus, un luminaire plus rudimentaire a été mis en évidence. Il est constitué de poteries brisées dont le fond a été récupéré, principalement des cruches en pâtes claires (une dizaine d’exemplaires, fig. 5), plus rarement des pots (3 cas) ou des gobelets à dépressions (2 ou 3 cas, fig. 5, nos 23 et 36). L’utilisation pour l’éclairage est révélée par la présence de suie sur les bords de ces vases brisés, y compris sur les cassures, qui montrent parfois également des traces d’usure. Des marques destinées à guider la découpe ont été observées dans un cas (fig. 5, no 24). Bien présents dans les fouilles récentes du Vieil-Évreux, où au moins une douzaine d’exemplaires sont identifiés (nos 24 à 35), ces fonds de vases sont également attestés dans la villa de Gisayla-Coudre (nos 36 et 37), ainsi que peut-être dans la nécropole urbaine d’Évreux (no 23). Ces lampes improvisées sont en majorité attribuées à la seconde moitié du IIe et au IIIe siècles, voire quelques-unes au IVe siècle (nos 26, 27 et 33).

Luminaire métallique

  • 9 Sans provenance : chandelier en alliage cuivreux (Coutil, 1921, p. 356). Évreux : place de l’Hôtel- (...)
  • 10 Voir par exemple : Ward Perkins, 1993, p. 178 ; Bernage éd., 1978, p. 668-670. Dans la région : le (...)

9Le luminaire en fer n’est pas représenté dans notre corpus. Un objet découvert aux abords du temple du Vieil-Évreux, identifié comme un bougeoir à douille et fiche, par comparaison avec des exemplaires provenant du fanum de Bennecourt dans les Yvelines, à 30 km du Vieil-Évreux (Bourgeois, 1999, p. 118-120), s’avère être plutôt un pique-bœuf. Néanmoins, ce type est également attesté au Moyen Âge, par exemple à Winchester (Biddle, 1990, t. II, p. 981 et fig. 306, nos 3532 et 3534). Le luminaire en alliage cuivreux est exclusivement connu par les découvertes du XIXe siècle. Parmi les objets collectés sur les sites antiques de Cracouville, du Vieil-Évreux et d’Évreux se trouvent des chandeliers à deux branches et des bougeoirs sur trois pieds en alliage cuivreux9 qui peuvent aujourd’hui être attribués à la fin du Moyen Âge10.

10Le corpus antique compte en revanche deux lampes à huile complètes et un fragment d’anse (fig. 6, nos 38 à 40). Ces lampes à anse ornée sont probablement fabriquées entre la fin du Ier siècle avant J.-C. et le début du IIe siècle après J.-C. (Carré, 1984, p. 59). Une lampe ouverte, plus rare, provient du Vieil-Évreux (fig. 6, no 41). Il s’agit d’un simple godet à la paroi marquée d’un bec et doté d’un tenon de suspension central. La datation de cette lampe, publiée par T. Bonnin avec d’autres pièces de luminaire médiévales (1860, pl. xxxiii, no 4), reste douteuse. Ce type simple et fonctionnel a pu être reproduit longtemps sans variation notable. Ainsi, Viollet-le-Duc illustre ces lampes utilisées à la cave et dans les mines, dont le tenon central sert à fixer un crochet articulé (Bernage éd., 1978, p. 688, no 3).

11Par ailleurs, des fragments de lanternes et quatre bougeoirs formés de demi-sphères opposées attestent d’autres types d’éclairages (nos 42 à 49 ; Fauduet, 1992, p. 56-58).

Origine du luminaire

12Les sites de fabrication du luminaire métallique ne sont pas connus. En revanche, quelques précisions sont possibles pour les objets en terre cuite. Les lampes moulées sont vraisemblablement toutes issues d’ateliers éloignés. Les exemplaires tardo-républicains de Guichainville et Brionne (nos 1 et 8) font partie des importations italiques. La lampe précoce de la rue Saint-Louis, à Évreux (no 2), de belle qualité, se rattache à un atelier spécialisé italique ou lyonnais. Les deux exemplaires provenant des Ventes (nos 6 et 7) appartiennent respectivement, comme le révèlent leurs marques, aux productions en série d’ateliers de la vallée du Rhône et du pourtour de la Méditerranée. La « Firmalampe » du Vieil-Évreux (no 4), soignée, est certainement issue des ateliers d’Italie septentrionale ayant massivement fabriqué ces lampes. Les deux lampes africaines (nos 9 et 11) sont exceptionnelles pour la France septentrionale. L’approvisionnement en lampes ouvertes tournées semble local ou régional. Il est probable qu’une partie des lampes ouvertes, que ce soit à douille ou à bec pincé, ait été fabriquée dans l’atelier de potier de la rue Roosevelt, à Évreux, ouvert au moins durant la deuxième moitié du IIe siècle et au début du IIIe siècle (Gerber, 2002). Une étude plus poussée des pâtes permettrait de le confirmer. Des lampes à bec pincé ont également été produites dans l’atelier des Ventes, « Les Mares jumelles », à moins de 10 km d’Évreux, actif au IIe siècle (fouilles de 2001 à 2006 ; Adrian, 2011). L’exemplaire découvert sur ce site (no 22) porte des traces d’usage. Enfin, il est possible qu’une des lampes à douille trouvée à Grossoeuvre (no 13) soit issue d’ateliers opérant aux IIe et IIIe siècles en forêt de Monfort-sur-Risle, distants de 60 km (Adrian, 2001b).

13Selon l’examen des pâtes, les vases découpés sont d’origine locale ou proviennent d’acheminements extérieurs, notamment des cruches de Basse-Normandie (Orne ?). En revanche, leur transformation locale en lampe semble logique : il s’agit manifestement d’un recyclage sur le site de consommation.

Lieux de découverte

14Les agglomérations livrent la majorité des objets, soit 40 sur 55. Évreux, le chef-lieu de cité, ne fournit cependant que cinq ou six exemplaires en terre, en dépit des nombreuses fouilles qui s’y sont déroulées depuis 1985, dans des contextes variés, habitats, structures artisanales, thermes, nécropoles et sanctuaires. Le Vieil-Évreux, ville sanctuaire proche d’Évreux, propose un luminaire en terre cuite composé principalement de lampes ouvertes ; en revanche, le luminaire en alliage cuivreux y est plus abondant et diversifié. À l’opposé, les agglomérations secondaires, Pîtres et Brionne, n’apportent que des lampes en terre moulées. Dans ces sites urbains, l’habitat et les nécropoles sont les contextes privilégiés de découverte, à l’exception du Vieil-Évreux où l’essentiel des fouilles a porté sur des vestiges monumentaux.

15En secteur rural, où les lampes paraissent plus rares, des contextes variés sont représentés : habitats, sanctuaires et ateliers de potiers. Les types sont presque aussi diversifiés qu’en ville mais les objets en alliage cuivreux restent exceptionnels.

Fig. 6. Luminaire métallique (alliage cuivreux ; dessins : F. Carré et Y.-M. Adrian ; clichés : © J.-P. Godais, musée d’Évreux).

Premier bilan

16Le luminaire des Aulerques Éburovices est caractéristique des zones éloignées des régions produisant massivement de l’huile. Présent principalement dans les agglomérations, il associe quelques éléments métalliques, de rares lampes en céramique moulées de types variés, importées d’Italie, d’Afrique ou de la vallée du Rhône, et des lampes tournées ouvertes utilisant un combustible solide, fabriquées localement ou régionalement. Ces dernières sont complétées par un nombre significatif de lampes improvisées provenant du recyclage de poteries culinaires. Constituant un tiers des lampes en terre cuite, elles sont loin d’être négligeables et doivent nous inciter à porter plus d’attention aux vases fragmentaires. Ces adaptations locales compensent probablement la pénurie ou le coût des importations de lampes et d’huile. La rareté des témoins de l’éclairage quotidien pourrait cependant être due en partie à l’utilisation importante des alliages cuivreux, récupérés et refondus.

17L’approche chronologique est limitée par le nombre d’objets mais permet quelques observations. Sans surprise, les lampes en terre cuite antérieures aux années 20 après J.-C. sont exceptionnelles et importées d’Italie ou de la vallée du Rhône. De 20 après J.-C. à la fin du IIIe siècle, lampes moulées d’importation (6 cas), lampes tournées (2 à 7 cas) et vases recyclés (7 cas) coexistent. La proportion de produits locaux ou régionaux semble plus importante. Cinq vases recyclés sont issus de remblais datés des IIIe - IVe siècles et trois de niveaux attribués au IVe siècle. Ces objets sont donc presque nos seuls témoins du luminaire de cette période. En effet, si l’on excepte l’exemplaire de Pîtres, l’absence de lampe moulée attribuable aux IVe et Ve siècles en dépit des fouilles de grande envergure réalisées récemment, interroge. On peut la mettre en parallèle avec la rareté des importations africaines, notamment les amphores, dont seuls quelques exemplaires sont répertoriés à Évreux ou aux environs (Laubenheimer et Marlière, 2010, p. 551-576, 583 et 588). L’utilisation de lampes à huile, déjà anecdotique auparavant, disparaît peut-être complètement au profit d’un type de luminaire ne laissant pas de trace archéologique. En fait, l’éclairage à l’huile suivrait la même évolution que les importations en amphore de ce produit, qui semblent s’amplifier au cours des Ier et IIe siècles puis deviennent anecdotiques à partir du milieu du IIIe siècle (Laubenheimer et Marlière, 2010, p. 70).

Catalogue

Terre cuite

Lampes à huile moulées (fig. 2)

Guichainville, « Le Long Buisson » (habitat rural)

181. Lampe tardo-républicaine, vraisemblablement imitation du type 2 de Dressel, moulage assez grossier, parois épaisses, pâte orange, engobe disparu, anse en ruban, réservoir globuleux, aileron latéral, bec trapu et coupé droit, traces du décor de grènetis du couvercle. Type attesté entre 70 avant J.-C. et la fin du règne d’Auguste. Céramique associée attribuable à la fin de la première moitié du Ier siècle avant J.-C. (fouilles de 2002, musée d’Évreux, isolation, st. H56, sd 7).

Évreux11 (chef-lieu de cité)

  • 11 La lampe de la rue Alline mentionnée dans la CAG (Cliquet, 1993, p. 141) est en fait un petit vase (...)

192. Rue Saint-Louis (habitat) : lampe à huile fragmentaire au bec encadré de volutes de type Loeschke I ou IV précoce (épaule très moulurée), pâte fine beige engobée brun, paroi fine et finitions très soignées indiquant un atelier spécialisé, peut-être italique ou lyonnais, pied annulaire, niveau daté par la céramique associée de la période augustéenne (fouilles de 1985, musée d’Évreux, isolations, couche 2119).

203. Route de Paris (nécropole) : dessus de lampe de type Loeschke I, pâte fine beige légèrement micacée, engobe brun noir, décor de masque de théâtre (diamètre du médaillon : 34 mm), 30 après J.-C.-début du IIe siècle (musée d’Évreux, inv. 5991).

Le Vieil-Évreux (ville sanctuaire)

214. « Firmalampe » de type Buchi Xa, pâte orangée, trois tenons sur le couvercle, fond brisé, marque [C… (probablement [C. DESSI]), IIe siècle (Bonnin, 1860, pl. xlviii ; musée d’Évreux, inv. 4449).

225. Lampe moulée de type inconnu, marque [BIANCI] (mention : Espérandieu, 1913, p. 75).

Les Ventes, « La Trigale » (villa ?)

236. Lampe de type Loeschke IV, pâte beige fine, engobe beige, décor de cheval (diamètre du médaillon : 48 mm), pied délimité par une rainure, marque de type tria nomina [LHOSCRI L] (musée d’Évreux, inv. 6134). L’atelier est actif de la fin du Ier à la première moitié du IIe siècle, diffusion principale : basse et moyenne vallée du Rhône (Bemont, 2002, p. 231).

247. Lampe de type Deneauve VIIC, anse, pâte orangée très fine sans engobe, décor de victoire (diamètre du médaillon : 67 mm), pied délimité par une rainure, marque [CIUNDRAC] (musée d’Évreux, inv. 6135). L’atelier est probablement méditerranéen : marque présente dans le Sud de la Gaule, en Italie et en Tunisie. L’association du type et de la marque indique la première génération (Bonnet, 1998, p. 107) : IIe siècle.

Brionne, (agglomération secondaire)

258. Lampe de type Dressel 3, pâte beige mastic fine, sans engobe, anse, ailerons latéraux, décor de lions tête-bêche (diamètre du médaillon : 48 mm), pied annulaire, marque rétrograde [I-NTALE], 90/70 avant-10 après J.-C. (musée d’Évreux, inv. 4290).

269. Lampe africaine à bec triangulaire, pâte beige, engobe brun, anse, médaillon entouré de rinceaux, au centre Mercure sur un piédestal surmonté d’une étagère (diamètre du médaillon : 58,5 mm), pied annulaire contenant une rainure circulaire, grafitto [IMURI], [IMUN], [LMUN] ou [INURI], fin du IIe-début du IIIe siècle (musée d’Évreux, inv. 4289).

2710. Hameau des Fontaines (habitat) : lampe de type Loeschke IV, terre rose, décor de coquille, deuxième moitié du Ier-IIe siècle (Coutil, 1917, p. 178-179).

Pîtres (agglomération secondaire)

2811. Lampe africaine tardive, type dérivé de paléochrétien (Atlante VIII ?), pâte beige fine commune couverte de concrétions (décor possible), canal ouvert délimité par un léger bourrelet incluant le médaillon et le bec, épaule large éversée, anse pleine verticale, fond plat (musée de Louviers, inv. 1350). S’apparente aux lampes à pâte claire produites en Maurétanie Césarienne du IVe au début du VIe siècle (Bussière, 2000, no 6372).

Lampes tournées

Lampes ouvertes à douille (fig. 3)

Eure, environs d’Évreux ?

2912. Lampe fragmentaire, douille percée de deux trous non opposés, pâte commune rosée à cœur rougeâtre, quelques inclusions de quartz et d’oxyde de fer, production des ateliers d’Évreux, rue Roosevelt ? (musée d’Évreux, sans numéro d’inventaire).

Grossoeuvre ?

3013. Lampe fragmentaire, pâte commune fine blanche à surface noire, production probablement régionale, atelier de Montfort-sur-Risle ? (musée d’Évreux, inv. 68.1.1437 ?).

Évreux (chef-lieu de cité)

3114. Route de Paris (nécropole) : lampe, douille percée de deux trous non opposés, pâte commune rosée à cœur rougeâtre, quelques inclusions de quartz et d’oxyde de fer, traces de suie sur le bord en deux endroits en vis-à-vis avec les orifices de la douille, production des ateliers d’Évreux, rue Roosevelt ? (Coutil, 1921, p. 71 et planche ; probablement Bonnin, 1860, pl. XIII, no 1 ; musée d’Évreux, inv. 5918).

3215. Nécropole : lampe, douille percée de trois fentes de haut en bas, pâte blanchâtre (Châtel, 1861, p. 459-460).

Le Vieil-Évreux (agglomération, sanctuaire)

3316. Lampe fragmentaire, pâte commune blanche finement granuleuse, départ d’anse (probablement restituée par Rever, 1827, pl. 11 ; musée d’Évreux, inv. 4458).

Guichainville, « Le Devant de la Garenne » (sanctuaire)

3417. Lampe, pâte commune finement sableuse gris clair. Datation du mobilier associé : milieu du IIe siècle (fouilles de 1996 ; Adrian, 2001a, p. 115 et 127 ; Canteleu, dépôt de fouille du SRA, St. 550).

Lampes ouvertes à bec pincé (fig. 4)

Eure, environs d’Évreux ?

3518 à 20. Trois lampes, anse ruban, pâte beige avec inclusions de quartz et de petits micas, production des ateliers d’Évreux, rue Roosevelt ? (musée d’Évreux, sans numéro d’inventaire).

Eure, environs de Louviers ?

3621. Lampe, anse opposée au bec pincé, pâte blanche avec quelques petites inclusions (pyrites ?) et surface gris bleuté (musée de Louviers, inv. 1018 ?).

Les Ventes, « Les Mares jumelles » (atelier de production de terres cuites)

3722. Lampe, anse ou ergot latéral, pâte rouge orangé grossière avec inclusions de silex et d’oxydes de fer (production de l’atelier), traces d’utilisation. Datation du mobilier associé : première moitié du IIe siècle (fouilles de 2006, fosse 5).

Vases recyclés (fig. 5)

Évreux, route de Paris (nécropole) ou Le Vieil-Évreux

3823. Gobelet à dépressions retaillé, pâte blanche à surface grise lustrée, type produit aux IIIe et IVe siècles (musée d’Évreux, inv. 5931, provenance : Évreux, route de Paris) ; c’est probablement l’objet dessiné par De Stabenrath (1831, p. 42-43 et pl. II, no 7, provenance : Le Vieil-Évreux), les lacunes du pied sont les mêmes.

Le Vieil-Évreux (ville sanctuaire)

3924. Monument des eaux : fond de cruche, pâte blanche, régionale, atelier de Montfort-sur-Risle ? Datation du mobilier associé : deuxième moitié du IIe -première moitié du IIIe siècle (fouilles de 2003, Sd 13, US 512139).

4025. Base archéologique (esplanade du temple) : fond de cruche, pâte blanche, régionale, atelier de Montfort-sur-Risle ? Datation du mobilier associé : fin du IIe -premier quart du IIIe siècle (fouilles de 2001, Sd 8, CS 3010, US 320079).

4126. Thermes : fragment de fond de cruche en pâte claire, provenance régionale possible. Datation du mobilier associé : IVe siècle (fouilles de 1996-1999, Sd 44, US 123028).

4227. Thermes : fragment de fond de cruche en pâte claire, provenance régionale possible. Datation du mobilier associé : IVe siècle (fouilles de 1996-1999, Sd 44, US 123028).

4328. Thermes : fragment de fond de cruche en pâte claire, atelier de la rue Roosevelt à Évreux ? Datation du mobilier associé : IIIe siècle (fouilles de 1996-1999, Sd 44, US 123102).

4429. Thermes : fragment de fond de cruche en pâte claire, provenance indéterminée. Datation du mobilier associé : IIIe, voire IVe siècle (fouilles de 1996-1999, Sd 45, US 123110).

4530. Thermes : fragment de fond de cruche en pâte claire, bord semblant usé, provenance indéterminée. Datation du mobilier associé : IIIe voire IVe siècle (fouilles de 1996-1999, Sd 49, CS 1180, US 123193).

4631. Thermes : fragment de fond de cruche en pâte claire, provenance indéterminée. Datation du mobilier associé : fin du IIe-première moitié du IIIe siècle (fouilles de 1996-1999, Sd 23, CS 1020, US 133094).

4732. Thermes : fragment de fond de pot en céramique commune, pâte gris clair, provenance régionale possible. Datation du mobilier associé : IIIe voire IVe siècle (fouilles de 1996-1999, Sd 44, CS 1178, US 123096-000a).

4833. Thermes : fragment de fond de pot en céramique commune, pâte gris clair, provenance régionale. Datation du mobilier associé : IVe siècle (fouilles de 1996-1999, Sd 44, US 123107).

4934. Thermes : fragment de fond de pot en céramique commune, pâte grise, coupé droit, provenance indéterminée. Datation du mobilier associé : IIIe-IVe siècles (fouilles de 1996-1999, Sd 50, US 132124).

5035. Thermes : fragment de fond de pot en céramique commune, pâte blanche à surface gris ardoise, atelier de Montfort-sur-Risle. Datation du mobilier associé : fin du IIe-première moitié du IIIe siècle (fouilles de 1996-1999, US 133094).

Gisay-la-Coudre, La Villette (balnéaire de la villa)

5136. Gobelet à dépressions, pâte blanche finement sableuse à surface noire ; fin IIe ou IIIe siècle (fouilles de 1975-1986, hors contexte).

5237. Fond de cruche, pâte claire orange tendre, production de Basse-Normandie ? Datation : courant du IIe-IIIe siècle (fouilles de 1975-1986, hors contexte).

Alliage cuivreux (fig. 6)

53Le luminaire en alliage cuivreux étant déjà publié, nous n’avons illustré que les objets pouvant être mieux documentés.

Types classiques

Le Vaudreuil, « Saint-Cyr » (villa ?)

5438. Lampe s’apparentant au type Loeschke III, décor de tête de Bacchus, pied annulaire, anse ornée d’une tête barbue, copie renaissance ? Découverte de 1878 (Fauduet, 1992, p. 56, no 228b ; musée d’Évreux, inv. 5699).

Le Vieil-Évreux (ville sanctuaire)

5539. Lampe s’apparentant au type Loeschke III, anse avec réflecteur cordiforme, pied annulaire et rainuré (Fauduet, 1992, p. 56, no 227 ; musée d’Évreux, inv. 4774).

5640. Réflecteur de lampe (?) en forme de croissant, = no 53 ? (Fauduet, 1992, p. 56, no 228 ; musée d’Évreux, inv. 4782).

Lampe ouverte

Le Vieil-Évreux (ville sanctuaire)

5741. Lampe ouverte à tenon central terminé par un anneau de suspension, bec légèrement marqué (Bonnin, 1860, pl. XXXIII ; musée d’Évreux, inv. 4773).

Bougeoirs ?

Le Vieil-Évreux (ville sanctuaire)

5842. Bougeoir (?) formé de deux demi-sphères opposées reliées par une tige (Fauduet, 1992, p. 56, no 229 ; musée d’Évreux, inv. 4736).

5943 et 44. Tiges de bougeoirs ? (Fauduet, 1992, p. 56, nos 231 et 232 ; musée d’Évreux, inv. 4734 et 4735).

6045. Fragment d’un bougeoir ? (Fauduet, 1992, p. 56, no 233 ; musée d’Évreux, inv. 4738).

Évreux ou Arnières-sur-Iton (agglomération)

6146. Bougeoir formé de deux demi-sphères opposées reliées par une tige (Fauduet, 1992, p. 56, no 230 ; musée d’Évreux, inv. 68.1.1437).

Lanternes ?

Le Vieil-Évreux (ville sanctuaire)

6247. Couvercle de lanterne ? (Fauduet, 1992, p. 58, no 234 ; musée d’Évreux, inv. 4886).

6348 et 49. Boutons de couvercle de lanterne ? (Fauduet, 1992, p. 58, nos 235 et 236 ; musée d’Évreux, inv. 4884 et 5198).

Mentions diverses

64Certains objets sont documentés uniquement par une mention dans l’inventaire de L. Coutil. Leur attribution chronologique peut être douteuse dans le cas du luminaire en alliage cuivreux. Parfois, leur matière n’est pas précisée. Ils sont donc regroupés dans ce chapitre.

Évreux (chef-lieu de cité)

6550. Faubourg Saint-Léger : lampe (Coutil, 1921, p. 81).

6651. 44, rue de la Harpe (habitat) : godet ou dessous de lampe en alliage cuivreux, découverte de 1876 (Coutil, 1921, p. 52).

Gravigny (site rural)

6752. Lampe en alliage cuivreux à deux becs, découverte de 1721 (Coutil, 1921, p. 108-109).

6853. Lampe en alliage cuivreux à réflecteur en forme de croissant, découverte de 1721, = no 40 ? (Coutil, 1921, p. 108-109).

Écaquelon (habitat rural ?)

6954. Lampe à huile, découverte de 1855 (Coutil, 1925, p. 92-93).

Vernon (agglomération secondaire)

7055. Lampe en alliage cuivreux à pied et à deux becs (Coutil, 1921, p. 356).

Bibliographie

Bibliographie

Adrian Y.-M. (2001a) – La céramique du Haut-Empire dans la région d’Évreux (Eure) : première approche du répertoire et de ses approvisionnements. Revue archéologique de l’Ouest, 18, p. 95-143.

— (2001b) – Forêt domaniale de Monfort-sur-Risle (Eure). Les sites gallo-romains des parcelles 52 et 31. Rapport de sondages, Rouen, INRAP, Service régional de l’archéologie, 35 p.

— (2011) – Les Ventes, Les Mares Jumelles. Bilan scientifique régional 2007, Haute-Normandie, Rouen, Direction régionale des affaires culturelles de Haute-Normandie, Service régional de l’archéologie, p. 70-75.

Bemont C. (2002) – Les lampes de Glanum. Revue archéologique de Narbonnaise, suppl. 34, 299 p., 57 pl.

Bernage G., éd. (1978) – Encyclopédie médiévale d’après Viollet Le Duc, I : Architecture, Bayeux, 720 p.

Biddle M. (1990) – Object and economy in medieval Winchester, Oxford, Clarendon Press, Coll. Artefacts from medieval Winchester, 2, 2 vol., 1271 p.

Bonnet J. (1998) – Les lampes céramiques signées, définition critique d’ateliers du Haut-Empire, Paris, Maison des sciences de l’homme, 224 p.

Bonnin T. (1860) – Antiquités gallo-romaines des Eburoviques publiées d’après les recherches et les fouilles, Paris, J.-B. Dumoulin Libraire, 27 p., 77 pl.

Bourgeois L. dir. (1999) – Le sanctuaire rural de Bennecourt (Yvelines), du temple celtique au temple gallo-romain, Paris, Maison des sciences de l’homme, 217 p.

Bouvet J.-P., Brodeur J., Chevet P., Mortreau M. et Siraudeau J. (2003) – Un oppidum au château d’Angers (Maine-et-Loire). Revue archéologique de l’Ouest, suppl. 10, p. 173-187.

Buchi E. (1975) – Lucerne del museo di Aquilea, I, lucerne romane con marchio di fabrica, Aquilée, Associazione nazionale per Aquileia, 240 p.

Bussière J. (2000) – Lampes antiques d’Algérie, Montagnac, M. Mergoil, 428 p., 165 pl.

Calderoni P. (2008) – Aubevoye, château de Tournebut. Bilan scientifique régional 2006, Haute-Normandie, Rouen, Direction régionale des affaires culturelles de Haute-Normandie, Service régional de l’archéologie, p. 18-20.

Carré F. (1984) – Lampes à huile en terre cuite des musées Rolin d’Autun et Alésia, IIIe s. av. J.-C.-VIe s. après J.-C., mémoire de maîtrise sous la direction de M. Leglay et C. Bemont, université de Paris IV, 2 vol., 284 p., 112 pl.

Châtel E. (1861) – Bougeoir romain trouvé dans les fouilles du Vieil-Évreux. Des chandelles de suif, des bougies de cire, des cierges, des candélabres, des chandeliers, des bougeoirs et des lanternes chez les romains. Mémoires de la société des antiquaires de Normandie, 3e série, 4e vol., XXIV, p. 459-478.

Cliquet D. (1993) – L’Eure, Paris, Académie des inscriptions et belles-lettres, carte archéologique de la Gaule, 27, 285 p., 128 fig.

Coutil L. (1917) – Archéologie gauloise, gallo-romaine, franque et carolingienne du département de l’Eure, III, arrondissement de Bernay, Évreux, Imprimerie C. Hérissey, 210 p.

— (1921) – Archéologie gauloise, gallo-romaine, franque et carolingienne du département de l’Eure, IV, arrondissement d’Évreux, Évreux, Imprimerie de l’Eure, 379 p.

— (1925) – Archéologie gauloise, gallo-romaine, franque et carolingienne du département de l’Eure, arrondissement de Pont-Audemer. Bulletin de la société d’études diverses de l’arrondissement de Louviers, XVIII, p. 25-172.

Debord J. et Scheers S. (1984) – Les monnaies gauloises tardives en argent attribuables aux Suessiones trouvées à Villeneuve-Saint-Germain (Aisne). Revue du Nord, hors-série archéologie 1, p. 69-74.

Deneauve J. (1969) – Lampes de Carthage, Paris, CNRS, 238 p.

Espérandieu É. (1913) – Les fouilles du Vieil-Évreux (premier rapport). Bulletin de la Société française des fouilles archéologiques, p. 5-80.

Fauduet I. (1992) – Collections archéologiques, bronzes gallo-romains. Instrumentum, Évreux, Musée d’Évreux, 171 p.

Gerber F. (2002) – Les ateliers de potiers d’Évreux (Eure). Actes du congrès de Bayeux, 9-12 mai 2002, Marseille, SFECAG, p. 65-80.

Guyard L. et Bertaudière S. dir. (2007) – Le Vieil-Évreux (Eure). Base archéologique. Document final de synthèse, fouille préventive 2001, tome 1 : texte et planches, Rouen, MADE, Service régional de l’archéologie, 97 p., 34 pl.

— (2008) – Le Vieil-Évreux (Eure), Benettemare, « Le Champ des Os », « Nymphée », rapport de fin d’opération archéologique, sondages 2003-2004, t. 2 : études spécialisées, Rouen, MADE, Service régional de l’archéologie, 73 p.

Lambot B. (1996) – Les Rèmes à la veille de la romanisation : le Porcien au Ier siècle avant J.-C. Revue archéologique de Picardie, numéro spécial 11, p. 13-38.

Laubenheimer F. et Marlière É. (2010) – Échanges et vie économique dans le Nord-Ouest des Gaules, le témoignage des amphores du IIe siècle av. J.-C. au IVe siècle après J.-C., Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2 vol., 595 p.

Lepaumier H. et Marcigny C. dir. (2007) – Guichainville et Le Vieil-Évreux, « Le Long Buisson » : rapport final d’opération, section 2, vol. 4, Rouen, INRAP, Service régional de l’archéologie, 341 p.

Loeschke S. (1919) – Lampen aus Vindonissa. Ein Beitrag zur Geschichte von Vindonissa und des antiquen Beleuchtungswesens, Zürich, Beer, 420 p.

Rever F. (1827) – Mémoire sur les ruines du Vieil-Évreux, département de l’Eure, Évreux, Ancelle fils, 308 p., 16 pl.

Ricci M. (1973) – Per una cronologia delle lucerne tardo-repubblicane. Revue d’études ligures, XXXIX, p. 168-234.

Stabenrath C. de (1831) – Rapport fait à la société par M. de Stabenrath, sur les nouvelles fouilles qu’elle avait fait entreprendre au Vieil-Évreux, et qu’il était chargé de diriger. Recueil de la société libre d’agriculture, des sciences et belles-lettres de l’Eure, IV, p. 17-68.

Ward Perkins J. B. (1993) – London Museum Medieval Catalogue 1940, Ipswich, Anglia, 319 p.

Notes

2 Une lecture attentive révèle que l’objet provient en réalité de la nécropole d’Évreux. Cet article présente en outre une large sélection de textes antiques qui permet d’aborder les différentes catégories de luminaires.

3 Cette enquête a été présentée à la 2e table ronde internationale ILA, Archéologie et histoire de l’éclairage en Gaule, de la Préhistoire au début du Moyen Âge, qui s’est tenue au musée de Millau (Aveyron) du 22 au 24 mars 2007, dont les actes n’ont pas été publiés.

4 Il est donc impossible d’utiliser le critère chronologique fourni par la couleur de l’engobe, le noir laissant place au rouge vers 50 avant J.-C. (Bemont, 2002, p. 130).

5 Deneauve, 1969, pampres ou rinceaux des nos 967 à 984 ou 1012 à 1020, divinité avec étagère en arrière-plan des nos 968-969, marques [LMUN] en creux.

6 Une datation du IVe siècle serait cohérente avec l’occupation attestée sur le site de Pîtres ; en revanche, aucune découverte n’y évoque le Ve siècle.

7 Par exemple, sur 325 lampes en céramique conservées au musée Rolin d’Autun, 37 proviennent de pays méditerranéens et 17 de divers départements français. 16 % des objets ne sont donc pas issus d’Autun (Carré, 1984, p. 96-118).

8 Informations inédites d’Y.-M. Adrian. Datation de la lampe de Rouen par le mobilier céramique associé et de celle de Rolleville par M. Bonifay, par comparaisons (deuxième moitié du VIe siècle-début du VIIe siècle).

9 Sans provenance : chandelier en alliage cuivreux (Coutil, 1921, p. 356). Évreux : place de l’Hôtel-de-Ville, chandelier à deux branches (musée d’Évreux, inv. 5802) ; route de Paris (nécropole) : deux chandeliers sur trois pieds (Bonnin, 1860, XVII, nos 2 et 4) et un chandelier sur pied mouluré (Bonnin, 1860, XVII, no 3). Le Vieil-Évreux : deux chandeliers à deux branches (Rever, 1827, p. 78-80 et pl. 11 ; Bonnin, 1860, pl. XXXIII ; musée d’Évreux, inv. 4838). Cracouville (sanctuaire) : chandelier à deux branches (musée d’Évreux, inv. 7228).

10 Voir par exemple : Ward Perkins, 1993, p. 178 ; Bernage éd., 1978, p. 668-670. Dans la région : le chandelier découvert à Aubevoye dans un bâtiment du XVe siècle (Calderoni, 2008).

11 La lampe de la rue Alline mentionnée dans la CAG (Cliquet, 1993, p. 141) est en fait un petit vase zoomorphe (Coutil, 1921, p. 71).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Localisation des découvertes (DAO : F. Carré).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4322/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Légende Fig. 2. Lampes à huile moulées (dessins : Y.-M. Adrian ; clichés : © J.-P. Godais, musée d’Évreux ; no 1 : cliché H. Paitier et dessin É. Gallouin, INRAP ; no 10 d’après Coutil, échelle inconnue).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4322/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 692k
Légende Fig. 3. Lampes tournées ouvertes à douille (dessins : Y.-M. Adrian ; no 15 d’après Châtel, 1861, échelle inconnue ; clichés nos 12 et 14 : © J.-P. Godais, musée d’Évreux ; cliché no 17 : Y.-M. Adrian).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4322/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Légende Fig. 4. Lampes tournées ouvertes à bec pincé (dessins : Y.-M. Adrian ; cliché : S. Le Maho, INRAP).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4322/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Légende Fig. 5. Vases recyclés en lampes (dessins : Y.-M. Adrian ; croquis no 23 ? : d’après De Stabenrath, 1831 ; cliché no 23 : © J.-P. Godais, musée d’Évreux ; autres clichés : © MADE, CG 27).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4322/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
Légende Fig. 6. Luminaire métallique (alliage cuivreux ; dessins : F. Carré et Y.-M. Adrian ; clichés : © J.-P. Godais, musée d’Évreux).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4322/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 333k

Auteurs

INRAP Grand-Ouest, Basse-Normandie

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540