Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Alizay, 20-22 juin 2014

 | 
Luc Liogier

Production et diffusion des sarcophages chez les Aulerques Éburovices, les Calètes et les Véliocasses

Production and spread of sarcophagi among the Eburovices, Caletes and Veliocasses

Érik Follain

Résumé

L’inventaire raisonné des sarcophages en pierre, découverts en Haute-Normandie sur le territoire des Aulerques Éburovices, Calètes et Veliocasses, met en évidence une aire de diffusion limitée. Son emprise, amputée de l’estuaire, correspond aux vallées de la basse Seine et de ses affluents. S’agissant d’une utilisation du calcaire à silex local, la correspondance entre l’aire de diffusion et l’aire d’extraction est quasiment parfaite. Cette production, surtout attestée pendant le Bas-Empire, serait l’indice d’une activité économique importante autour des villes de Rouen, Caudebec-lès-Elbeuf et Évreux, mais également dans leurs campagnes environnantes.

The itemised inventory of stone sarcophagi, which were discovered in Haute-Normandie on the territory of the Eburovices, Caletes et Veliocasses, emphasizes that they were spread to a limited extent. Their influence, which is reduced drastically from the estuary, corresponds to the valleys of the lower Seine and its tributaries. Given the use of limestone with local flint, the correspondence between the spread area and the extraction area is almost perfect. This production, which is recorded in particular during the Late Roman Empire, would provide evidence of important economic activity around the towns of Rouen, Caudebec-lès-Elbeuf and Évreux, and also in the surrounding countryside.

Texte intégral

1Les découvertes anciennes et les incontournables annexes « lapidaires » dans les publications récentes montrent clairement que les sarcophages en pierre sont des objets communs à chacune des régions de la Gaule romaine. Pourtant, les études abordant les questions de fabrication et de commercialisation sont restées, à ce jour, trop rares. On peut citer celle qui a été menée autour de Lourdes, qui est axée autour de l’identification de multiples sites de production (Bourdarchouk, 2002), ou encore celle concernant le territoire des Ségusiaves (Béal, 2013). Les enquêtes menées dans ce domaine en Espagne pourraient être une inspiration, pourtant elles paraissent privilégier les sarcophages décorés (à titre d’exemple Claveria, 2012).

  • 1 Selon l’expression et le titre d’un ouvrage de Jean-Jacques Hatt (1951).

2C’est, systématiquement, autour des pratiques funéraires, ou de l’iconographie et du décor, que se concentrent les recherches. Les sarcophages en pierre, par leur petit nombre, ne sont souvent qu’un élément anecdotique de la « tombe gallo-romaine1 » à l’échelle d’une nécropole. Tout change lorsque l’on se place au niveau d’un territoire. Les aspects iconographiques et stylistiques sont, par la force des choses, totalement hors de propos pour la Haute-Normandie, car il n’y a pas de décor sur les exemplaires découverts à ce jour, en dehors de celui conservé au musée départemental des Antiquités de Seine-Maritime (no 38, fig. 18).

  • 2 Opération réalisée par l’INRAP. La post-fouille étant placée sous la direction de Myriam Texier, l’ (...)

3La mise au jour de deux sarcophages de grandes dimensions (nos 8 et 9, fig. 7 et 8), à Caudebec-lès-Elbeuf en 20112, a nécessité la recherche d’éléments locaux de comparaison pour affiner leur étude ; on s’est aperçu que le nombre de ceux-ci pouvait alimenter une analyse à l’échelon régional. Privée de considérations sur l’iconographie et assurée d’une provenance locale, car le matériau employé est exclusivement le calcaire à silex de la basse vallée de la Seine, l’étude s’est concentrée sur les questions de production et de diffusion.

Le cadre de l’étude

Problématique

4Les sarcophages de pierre (fig. 1) sont dans cette étude considérés exclusivement comme un produit manufacturé et comme l’objet d’un commerce, dont on peut analyser la diffusion. L’aire de recherche est limitée, administrativement, à la région de Haute-Normandie, et, historiquement, correspond grossièrement aux territoires des cités des Aulerques Éburovices, Calètes et Véliocasses (fig. 2). L’établissement du catalogue et la cartographie inhérente, ont montré que l’utilisation de ces tombeaux semble se concentrer dans la basse vallée de la Seine, à l’exclusion de l’estuaire proprement dit. Pour cette raison, l’étude a été recentrée sur cette zone géographique.

  • 3 Le no 48, mis au jour à Vernon dans les années 1960, en est le meilleur exemple. Il n’a pas été con (...)
  • 4 Le no 12 est présenté au public sur les pelouses d’un jardin public, à Louviers (Eure). Aucun artic (...)

5Un autre aspect essentiel est la définition d’un champ chronologique pour qualifier la fabrication, la diffusion et l’utilisation de ce contenant funéraire. S’agissant souvent de découvertes anciennes, les datations restent généralement imprécises, voire inexistantes. Il y a, sans doute, ici la nécessité d’entreprendre le recollement systématique des mobiliers funéraires et des sarcophages, puis d’en préciser les analyses. Ceci n’a pu être fait lors de cette étude, les efforts se sont, en effet, concentrés sur l’inventaire et l’association des exemplaires retrouvés3 avec la documentation4, ainsi que sur les observations stéréotomiques.

  • 5 Il faut remercier, pour leur collaboration et leur disponibilité, le musée départemental des Antiqu (...)

6Les considérations typologiques et techniques trouvent également leurs places. Elles n’intéressaient aucunement les antiquaires du XIXe siècle, ni d’ailleurs les archéologues de la première moitié du XXe siècle. Les observations pertinentes ne peuvent donc concerner que les exemplaires conservés aujourd’hui5. Ce sont ces analyses qui permettront de construire un argumentaire en faveur de l’existence d’une production locale ou régionale.

Fig. 1. Fouille du sarcophage (no 48) de Vernon à une époque où l’on s’intéressait plus au contenu qu’au contenant (cliché : archive privée).

Méthodologie et choix pour l’établissement du catalogue

  • 6 Mes remerciements vont à ma collègue Florence Carré, à Nathalie Bolo et à Christophe Chappet de la (...)
  • 7 La recherche des sarcophages dispersés dans le jardin botanique d’Évreux s’apparente vite à un jeu (...)

7Une recherche dans les Cartes archéologiques de la Gaule (Cliquet, 1993, pour l’Eure ; Rogeret, 1997 pour la Seine-Maritime ; Lequoy et Guillot, 2004, pour Rouen), associée à la consultation de la documentation du service régional de l’archéologie6, ont permis de réunir les éléments nécessaires au catalogue. Des visites sur les lieux de conservation, parfois surprenants7, complètent, par les relevés et les photographies réalisés, les données déjà recueillies. Le nombre de sarcophages obtenu pourrait paraître bien réduit, concernant deux départements. Il n’en est rien. D’une part, il ne faut pas confondre l’Antiquité avec la période mérovingienne, dont les nécropoles ont donné de grandes quantités de sarcophages et, d’autre part, la situation en Haute-Normandie n’est pas spécifique. Il suffit pour s’en convaincre de considérer l’exemple de Beauvais où seuls quatorze exemplaires ont été recensés pour l’Antiquité (Schuler, 1995, p. 109).

  • 8 Il ne faut pas négliger les phénomènes de réemploi ; le no 35 en est la caricature puisque le sarco (...)
  • 9 La présence de sculptures antiques sur les parois externes d’un sarcophage mérovingien (presque tou (...)

8Dans la pratique, les éléments caractérisés par leurs matériaux, leurs dimensions et leurs formes ont été retenus. Les simples mentions ont été écartées. Reste un critère primordial : celui de la datation et de l’attribution à la période antique. On serait tenté de recourir à un artifice des plus réducteurs, celui d’écarter les formes trapézoïdales pour ne garder que les rectangulaires. Dans certaines régions, ce constat semble se confirmer (Guignon et al., 1987, p. 139) et dans d’autres secteurs il s’infirme (Schuler, 1995, p. 109-110). Pour la basse vallée de la Seine, ce critère a été associé avec d’autres filtres, mais à l’évidence ce sont bien les exemplaires rectangulaires que l’on peut attribuer à l’Antiquité. Le mobilier associé demeure le premier des arguments8. Les autres critères sont le choix du matériau, la pierre de l’Oise paraît propre à l’époque mérovingienne, ainsi que le caractère monolithique et massif des cuves et des couvercles, réservé à l’Antiquité9.

Fig. 2. Carte de répartition des découvertes de sarcophages rectangulaires. La diffusion et la production se concentrent autour de la vallée de la Seine et de ses affluents, Eure et Iton. (© É. Follain).

9L’établissement d’une typologie (fig. 31), et les hypothèses qui pourront en découler, reposeront sur les formes de couvercles et les distinctions établies à partir des dimensions. La prédominance du type avec couvercle bombé est telle que l’on est amené à considérer les autres sarcophages comme des exceptions (fig. 10 et 21).

Catalogue

10Les communes, sans distinction de département, sont citées par ordre alphabétique. Les références bibliographiques sont limitées aux documents essentiels et évitent toute redondance. Le renvoi aux relevés effectués à l’occasion de cette étude est systématique.

Fig. 3. Sarcophage (no 1) découvert sur la commune d’Ailly (croquis extrait des notes Lalun ; bibliothèque municipale de Louviers).

Ailly, Eure

11No 1 (fig. 3; Lalun, 1860). Au lieu-dit « Camp-d’Artois », un sarcophage complet a été découvert. Il est taillé dans un calcaire à silex. Un croquis grossier en donne les dimensions : 2,24 m à 2,30 m par 0,90 m et 0,12 m d’épaisseur pour les parois. Le couvercle bombé est épais de 0,60 m avec une feuillure de 0,05 m. Malgré la présence de mobilier, aucune datation n’est proposée, en dehors de la période antique.

Fig. 4. Sarcophage (no 3) à couvercle bombé de Canappeville (cliché et relevés : F. Carré ; DAO : É. Follain).

Canappeville, Eure

12Dans le parc du château, deux sarcophages ont été découverts, au début du XIXe siècle ; ils y sont encore conservés.

13No 2 (Coutil, 1897 ; Dibon, 1857). Seule la cuve est conservée, dans un domaine privé, et elle mesure 1,93 m par 0,64 m, sur une hauteur minimale de 0,30 m. Intérieurement, la cavité fait 1,70 m par 0,45 m et au moins 0,20 m de profondeur. Le matériau employé est un calcaire à silex.

14No 3 (fig. 4 ; Coutil, 1897 ; Dibon, 1857). Il est actuellement utilisé comme décor de jardin dans une propriété privée. Ce sarcophage, réalisé en calcaire à silex, est complet, à l’exception d’une restauration au ciment gris. La cuve est longue de 2,16 m, large de 0,75 m et haute de 0,62 m. Son creusement est, quant à lui, long de 1,91 m, large de 0,48 m, mais la profondeur reste inconnue. Les dimensions du couvercle, bombé et muni d’une légère feuillure, sont de 2,16 m par 0,72 à 0,75 m pour une épaisseur de 0,35 m. La sépulture était accompagnée de mobilier (Coutil, 1897, p. 138, dessin de deux vases en terre et un vase en verre), mais l’une des verreries est datée de la seconde moitié du Ier siècle (Sennequier, 1993, vol. 2, HN. 3. 2 no 24, p. 35).

Fig. 5. Nécropole des « Serres Chevrier » à Caudebec-lès-Elbeuf. Sarcophage (no 4) au couvercle tectiforme exposé à la « Fabrique des Savoirs » (© É. Follain).

Fig. 6. Nécropole des « Serres Chevrier » à Caudebec-lès-Elbeuf. Cuve de sarcophage et son inhumation (no 5) exposées à la « Fabrique des Savoirs ». Le couvercle bombé, trop dégradé, n’a pas été conservé (© É. Follain).

Caudebec-lès-Elbeuf, Seine-Maritime

15Les découvertes de sarcophages ont eu lieu dans le quartier des rues Étienne-Dolet et de la République, à l’emplacement des serres industrielles Chevrier. Ce secteur correspond à la nécropole de l’antique agglomération d’Uggate.

  • 10 Cet établissement, cœur culturel et éducatif du pays d’Elbeuf, a remplacé le musée d’Elbeuf.

16No 4 (fig. 5 ; Brisson, 1966). Le sarcophage est présenté au public dans l’une des salles de la Fabrique des savoirs10. La technique de taille de ce sarcophage, en calcaire à silex, est de qualité et les finitions de surface, à la gradine, sont assez régulières. Les dimensions extérieures de la cuve sont 2,09 m par 0,62 m pour une hauteur de 0,55 m. Intérieurement, la cavité mesure 1,94 m par 0,49 m pour une profondeur de 0,40 m. Le couvercle est tectiforme, avec des rebords abattus pour former des méplats et une faîtière en légère pente. Il mesure 2,07 m de long, 0,61 m de large et 0,30 m de haut. La feuillure périphérique est importante et correspond à un retrait de 0,05 m. La datation proposée est la fin du IIIe siècle ou le début du IVe siècle (Brisson, 1966, p. 173).

Fig. 7. Sarcophage (no 8) découvert à Caudebec-lès-Elbeuf en 2011. Seul le bossage latéral de la cuve permet de le distinguer de l’exemplaire suivant (© É. Follain).

Fig. 8. Sarcophage (no 9) découvert à Caudebec-lès-Elbeuf en 2011 (© É. Follain).

17No 5 (fig. 6 ; Schneider, 1965, p. 438 et fig. 1 ; de Boüard, 1966, p. 265-268 et fig. 13). Avec son inhumation entièrement reconstituée, le sarcophage est exposé à la Fabrique des savoirs. Le couvercle bombé n’est pas conservé. La cuve est taillée dans un calcaire à silex et mesure extérieurement 2,16 m par 0,71 m pour une hauteur de 0,64 m. Les dimensions internes sont de 1,88 m par 0,44 m pour une profondeur de 0,42 m. L’inhumation est datée du IVe siècle. Des traces de pic ou de broche sont visibles et les silex ont été bouchardés.

18No 6 (Kliesch, 2010, p. 28 et fig. 12 et 13). Sarcophage d’enfant taillé dans un calcaire à silex, provenant des fouilles de Charles Schneider pratiquées de 1964 à 1965. Il n’y a pas de couvercle et la cuve est de plan rectangulaire. Il est conservé chez un particulier (renseignements : Frédéric Kliesch).

19No 7 (Kliesch, 2010, p. 28 et fig. 14 et 15). Sarcophage d’adulte taillé dans un calcaire à silex et provenant des fouilles de Charles Schneider, entre 1964 et 1965. La cuve est rectangulaire et le couvercle a disparu. Il est conservé chez un particulier (renseignements : Frédéric Kliesch).

  • 11 Remerciements à François Kerrouche, INRAP, lors de la manipulation des nos 8 et 9 et à Serge Le Mah (...)
  • 12 L’auteur de cet article est en charge du catalogue raisonné du lapidaire de cette opération réalisé (...)
  • 13 Sa référence pour l’opération est IH 2823.
  • 14 La « fraîcheur » de ce sarcophage, sortant de fouilles, tout comme celle du no 9, permet une observ (...)

20No 8 (fig. 7). La découverte est récente11 et les études sont en cours12. Ce sarcophage complet a été mis au jour lors de l’opération « Les Serres Chevrier » de 2011. Il est stocké provisoirement dans les locaux de l’INRAP à proximité de Rouen13. Le matériau employé est un calcaire à silex de bonne tenue et, détail technique, la roche est disposée en délit pour le couvercle (voir infra nos 8 et 12). Les dimensions externes de la cuve rectangulaire sont de 2,13 m par 0,76 m pour une hauteur de 0,59 m et, intérieurement, de 1,88 m par 0,49 m pour une profondeur de 0,42 m. Le volume est estimé à 0,571 m3 et, selon la densité du calcaire de Vernon fixé à 2,6 ou 2,7, le poids de la cuve serait de 1 500 kg. Le couvercle, quant à lui, mesure 2,14 m par 0,76 m pour 0,42 m de hauteur. Le volume est de 0,53 m3, son poids estimé serait de 1 410 kg. Les traces de taille14 sont particulièrement nettes. Pour la cuve on voit, intérieurement, les parois dressées au taillant et le fond réalisé au pic, voire à la broche. Les faces extérieures, y compris le plan de joint avec le couvercle, sont finies à la gradine. La face latérale B (fig. 5) se distingue par un léger bossage, fait au pic ou à la broche, entouré par une ciselure réalisée à la gradine. Le couvercle bombé montre également une finition à la gradine, mais à la base de l’un de ses côtés on observe une bande verticale au taillant. Une feuillure périphérique assure l’ajustement du couvercle. Ultime raffinement, pour cette fermeture, quatre agrafes de section carrée, en fer scellées au plomb, en pi, sont encore visibles, deux pour chaque face. Les mortaises sont des encoches présentant des petites cavités de quelques centimètres de profondeur et de deux centimètres de côté. Le corps n’était pas accompagné de mobilier. Le sarcophage est daté par sa similitude stéréotomique et par sa proximité avec le no 9.

  • 15 Il est numéroté IH 2806 dans l’opération.
  • 16 Renseignements communiqués par Myriam Texier et Laure Simon, INRAP.

21No 9 (fig. 8). Ce sarcophage complet provient des fouilles de l’INRAP, « Les Serres Chevrier », de 201115. Il est également conservé provisoirement chez l’opérateur. Le matériau et les marques de taille sont identiques à ceux du précédent, à une exception près, toutes les faces extérieures de la cuve sont finies à la gradine. Le couvercle possède une feuillure, il est solidarisé avec la cuve par quatre agrafes totalement identiques à celles du no 8. Les dimensions et les volumes sont extrêmement proches du sarcophage précédent. Pour la cuve on mesure, hors tout 2,08 m par 0,75 m sur une hauteur de 0,62 m. Les dimensions internes sont de 1,85 m par 0,47 m pour une profondeur de 0,41 m. Le couvercle mesure 2,16 m par 0,72 m et 0,44 m d’épaisseur maximale. Le volume de la cuve est de 0,555 m3, soit 1 470 kg. Le couvercle pèse 1 270 kg pour un volume de 0,49 m3. L’inhumation était accompagnée de vases en verre. Ce mobilier, composé d’un gobelet du IVe siècle et de deux cruches (fin du IIIe siècle ou IVe siècle16) permet de dater ce tombeau des débuts du Bas-Empire.

Criquebeuf-sur-Seine, Eure

22Deux sarcophages ont été découvert en 1976, pendant l’exploitation d’une carrière, sur la parcelle cadastrale 83 section ZH de la commune de Criquebeuf-sur-Seine.

23No 10 (fig. 9; Halbout-Bertin, 1976 et 1987, p. 56). Le couvercle et la cuve sont taillés dans un calcaire à silex. Les dimensions extérieures de la cuve sont 2,22 m par 0,73 m et 0,62 m de haut. Intérieurement, on mesure une profondeur de 0,36 m ; les parois sont épaisses de 0,22 m aux extrémités et 0,16 m latéralement. Le couvercle est légèrement bombé, de plan trapézoïdal et montre une feuillure périphérique. Sa longueur est de 2,10 m, sa largeur varie entre 0,60 m et 0,70 m et son épaisseur est de 0,20 m.

24No 11 (fig. 10 ; Halbout-Bertin, 1976 et 1987, p. 56 et 54, fig. 1 et 2). Malgré l’emploi du calcaire à silex, ce sarcophage est d’une très grande qualité stéréotomique. Les extrémités de la cuve sont arrondies, tout comme celles du couvercle qui est également bombé. La cuve est longue de 1,75 m par 0,55 m et 0,58 m de hauteur. Les parois sont peu épaisses, en dessous d’une dizaine de centimètres. La profondeur intérieure est de 0,35 m. Les mesures du couvercle sont 1,78 m par 0,62 m, pour une épaisseur maximale de 0,28 m. La face interne du couvercle est creusée selon un profil légèrement concave.

25Ces sarcophages contenaient des vases en verre étudiés par G. Sennequier (Halbout-Bertin, 1987, p. 57-68), qui propose une datation du courant du IIe siècle. Elle signale cependant qu’il pourrait s’agir de pièces recyclées et que les inhumations seraient, en réalité plus tardives.

Daubeuf-la-Campagne, Eure

26No 12 (fig. 11 ; Le Pesant, 1966). La cuve de ce sarcophage et son couvercle, disposé artistiquement en bascule, sont aujourd’hui sur la pelouse du jardin public Aristide Briand, à Louviers. Les dimensions et les caractéristiques de cet exemplaire ont permis de l’identifier comme le sarcophage découvert au triège de Longuemare, sur la commune de Daubeuf-la-Campagne, dans les années 1960. Il a été mis au jour lors de travaux de labours. Le matériau employé est un calcaire à silex. La cuve a pour particularité de présenter un angle abattu. Sa longueur est de 1,88 m, sa largeur de 0,66 m et sa hauteur de 0,58 m. Le creusement mesure 1,67 m par 0,45 m, pour une profondeur de 0,38 m. Le couvercle est à peine débordant avec une longueur de 1,90 m, une largeur de 0,65 m et une épaisseur de 0,38 m. Le profil est bombé avec une feuillure de 0,03 m sur 0,15 m latéralement et 0,19 m aux extrémités. D’après le mobilier (Le Pesant, 1966, p. 384) l’inventeur date l’inhumation de la fin du IIIe siècle. Lors du relevé, les veines du calcaire, particulièrement marquées, ont montré que le couvercle était taillé en délit. Cet artifice lui confère une plus grande solidité au-dessus de la cuve, à la manière d’un linteau franchissant le vide d’une baie.

Fig. 9. Sarcophage (no 10) de Criquebeuf-sur-Seine (cliché et relevés : D. Halbout-Bertin, service régional de l’archéologie ; DAO : É. Follain).

Fig. 10. Sarcophage (no11) aux extrémités arrondies de Criquebeuf-sur-Seine (cliché et relevés : D. Halbout-Bertin ; DAO : É. Follain).

Fig. 11. Sarcophage (no 12) de Daubeuf-la-Campagne, actuellement conservé sur la pelouse du jardin public Aristide Briand, à Louviers (© É. Follain).

Évreux, Eure

27Les sarcophages trouvés à Évreux proviennent d’une nécropole du Haut et du Bas-Empire. Leurs découvertes sont liées aux travaux ferroviaires autour de l’actuelle gare (Gerber, 1993). Trois cuves en réemploi dans la fondation du rempart du castrum (Follain, 2005), n’ont pas été incluses dans le catalogue. En effet, on ne connaît pas leurs dimensions et la nature du calcaire employé. De plus, leur fonction funéraire est incertaine.

28No 13 (Mathière, 1925, p. 152). Cette découverte est datée du 23 janvier 1853. Elle a été réalisée lors des travaux de la « route neuve de Paris » et de la voie de chemin de fer. Il s’agit d’un sarcophage d’enfant rectangulaire, en calcaire à silex. Sa largeur est de 0,50 m et sa hauteur de 0,80 m en incluant le couvercle en bâtière qui aurait été orné. Le creusement de la cuve mesure 0,97 m par 0,40 m. Une monnaie de Constance date l’inhumation du IVe siècle.

29No 14 (Mathière, 1925, p. 154). Les 10 et 11 septembre 1884, entre les deux viaducs de la route de Paris, on a découvert un sarcophage rectangulaire présentant intérieurement un arrondi. Le matériau est un calcaire à silex. Les dimensions sont, hors tout, 2,08 m par 0,74 m et 1 m de hauteur. La cavité de la cuve mesure 1,70 m par 0,45 m, pour une profondeur de 0,35 m. Le couvercle n’est pas conservé.

30No 15 (Mathière, 1925, p. 154). Le 12 septembre 1884, un sarcophage d’enfant en calcaire à silex est exhumé. Ses dimensions sont de 1,45 m par 0,50 m pour une hauteur de 0,60 m, incluant un couvercle de 0,28 m d’épaisseur qui n’est malheureusement pas décrit. On signale la présence d’agrafes en fer.

31No 16 (Mathière, 1925, p. 154). En 1885, route de Paris, un sarcophage à couvercle tectiforme est découvert. Son matériau est un calcaire à silex. Ses mesures sont : 1,07 m par 0,57 m, pour une hauteur totale de 0,80 m. Le creusement de la cuve mesure 0,97 m par 0,40 m.

32No 17 (fig. 12; Coutil, 1921b, p. 60; Mathière, 1925, p. 152). Il est conservé en extérieur dans le jardin botanique (actuel parc François-Mitterrand). Sa découverte remonte au 17 octobre 1853, lors du creusement d’une pile du viaduc de chemin de fer dans la propriété Lambert. Le matériau utilisé est un calcaire à silex. La cuve, de 2,18 m par 0,75 m pour une hauteur de 0,60 m, est rectangulaire ; son creusement mesure 1,98 m par 0,55 m et une profondeur de 0,43 m. Le couvercle bombé, de 2,32 m par 0,75 m pour une épaisseur de 0,40 m, présente une feuillure périphérique et deux méplats latéraux à la base. Des traces de gradine sont visibles.

Fig. 12. Sarcophage à couvercle bombé (no 17) d’Évreux, conservé dans le jardin botanique ; il provient du secteur de la gare où il a été découvert en 1853 (© É. Follain).

Fig. 13. Sarcophage à couvercle tectiforme (no19) découvert en 1854, conservé dans le jardin botanique d’Évreux (© É. Follain).

33No 18 (Coutil, 1921b, p. 60; Mathière, 1925, p. 152). Ce sarcophage, en calcaire à silex, au couvercle bombé a été découvert le 29 octobre 1853 pendant des travaux de la voie de chemin de fer. Il est strictement identique au no 17.

34No 19 (fig. 13 ; Coutil, 1921b, p. 61 ; Mathière, 1925, p. 152). Provenant des travaux de la voie de chemin de fer en janvier 1854, il est conservé dans le jardin botanique (actuel parc François-Mitterrand). Ce sarcophage est fermé par un couvercle tectiforme, présentant deux méplats latéraux à la base, et taillé dans un calcaire à silex. La cuve rectangulaire mesure 2,12 m par 0,75 m pour une hauteur de 0,58 m. Ses dimensions internes sont de 1,90 m par 0,49 m pour une profondeur de 0,38 m. Le couvercle en bâtière est long de 2,15 m, large de 0,74 m et épais de 0,41 m, dont 0,03 m de feuillure périphérique.

35No 20 (fig. 14; Coutil, 1921b, p. 61; Mathière, 1925, p. 152). Découvert en janvier 1854 pendant les travaux de la voie ferrée, il est conservé en extérieur dans le jardin botanique (actuel parc François-Mitterrand). Le matériau employé est un calcaire à silex. Son couvercle tectiforme présente une feuillure périphérique de 0,02 m, des méplats latéraux à la base et un réglet de 0,06 m de côté soulignant la faîtière. Les dimensions externes de la cuve rectangulaire sont de 2,05 m par 0,67 m pour 0,60 m de haut et, intérieurement de 1,85 m par 0,45 pour 0,40 m de profondeur. Les dimensions du couvercle sont : 2,09 m par 0,66 m et 0,44 m d’épaisseur. Des traces de gradine sont visibles. La présence d’agrafes de fer est attestée par les cassures de la cuve et du couvercle.

Fig. 14. Sarcophage à couvercle tectiforme (no 20) découvert en 1854, conservé dans le jardin botanique d’Évreux. C’est la présence d’une baguette soulignant la faîtière qui le distingue (© É. Follain).

Fig. 15. Sarcophage (no 21) provenant du secteur de la gare en 1884, présenté au public sur la pelouse du musée municipal. Il est connu pour son inhumation féminine accompagnée d’une patère en verre gravé (© É. Follain).

36No 21 (fig. 15 ; Coutil, 1921b, p. 63-68 ; Lamiray, 1927, p. 89-90 et fig. ; Bourbon, 1886). Ce sarcophage est visible sur la pelouse du musée municipal, le long de la cathédrale. Sa découverte remonte à 1884 lors des travaux de la « route neuve de Paris », à proximité de la voie ferrée Paris-Cherbourg. Sa cuve rectangulaire et son couvercle bombé sont taillés dans un calcaire à silex. L’intérieur n’est pas actuellement accessible, mais la bibliographie cite une loge céphalique (Bourbon, 1885, p. 237). Des mortaises pour agrafes de fer sont observables. Au nombre de trois, quatre probablement, elles étaient scellées au plomb. Le couvercle mesure 2,11 m par 0,72 m et 0,40 d’épaisseur. Les dimensions de la cuve sont, extérieurement de 2,06 m par 0,74 pour 0,60 de hauteur et, intérieurement, 1,80 m par 0,44 m et 0,38 m de profondeur. Le mobilier (Bourbon, 1885, p. 237), particulièrement riche, avec notamment une patère en verre gravé, permet de dater cette inhumation féminine du IVe siècle (Lamiray, 1927 ; Coutil, 1921b, fig. 24, p. 62 ; Sennequier, 1993, vol. 2, HN. 1. 10, p. 20-21).

  • 17 D’où la présence de mortaises en queue d’aronde (Bourbon, 1886, p. 238).

37No 22 (Bourbon, 1886, p. 238). Ce sarcophage d’enfant à couvercle tectiforme a été trouvé route neuve de Paris près de la voie ferrée. La nature de la roche n’est pas précisée, mais la cuve est taillée dans un réemploi17. Elle mesure 1,16 m par 0,50 m et 0,32 m de haut, son creusement est de 0,91 m par 0,27 m et 0,17 m de profondeur. Le couvercle est épais de 0,28 m. Le squelette d’enfant n’était pas accompagné de mobilier, l’inhumation n’est donc pas datée.

Ferrières-Haut-Clocher, Eure

38No 23 (Bourbon, 1881 ; Coutil, 1921). Il s’agit d’un sarcophage rectangulaire en calcaire à silex contenant une inhumation féminine avec du mobilier abondant daté du IVe siècle, incluant neuf vases en verre (Sennequier, 1993, HN. 3 20B, p. 66 ; HN. 18. 8, p. 212 et HN. 14. 5, p. 294).

Fig. 16. Extrait d’une lithographie intitulée « Intérieur de l’église de Graville », tirée de Nodier et al., 1820. Dans la niche on aperçoit le sarcophage (no 24) de sainte Honorine.

Le Havre, Seine-Maritime ; « prieuré de Graville-Sainte Honorine »

39No 24 (fig. 16 ; lithographie « Intérieur de l’église de Graville », Nodier et al., 1820, n. p. ; Cochet, 1846 ; Naef, 1892). Le sarcophage, d’une longueur de 2 m, est taillé dans un calcaire à silex. Son couvercle est tectiforme. On ne sait pas précisément comment le sarcophage est arrivé dans l’église de Graville-Sainte-Honorine. En acceptant les données hagiographiques, il serait la sépulture de sainte Honorine, martyrisée au IVe siècle. On devrait alors le considérer comme datant du Bas-Empire.

Hénouville, Seine-Maritime

40Lors de l’élargissement de la route entre Saint-Martin-de-Boscherville et Duclair, au lieu-dit « La Fontaine », sur le territoire de la commune d’Hénouville, deux sarcophages ont été découverts.

41No 25 (Lanfry, 1953, p. 80). L’auge funéraire, de plan rectangulaire, était fermée par des dalles plates. Seule une dimension interne est mentionnée : 1,75 m.

42No 26 (Lanfry, 1953, p. 82-83). Ce sarcophage, rectangulaire et à couvercle bombé, était mieux conservé. Les dimensions relevées sont, intérieurement, de 2 m par 0,40 m et 0,35 m de profondeur. Les mesures externes sont 0,75 m de large pour une hauteur de 0,52 m. Le couvercle a une épaisseur maximale de 0,40 m. Le mobilier en verre date l’inhumation de la fin du IIIe siècle (Sennequier, 1993, HN. 3. 21, p. 67).

Lillebonne, Seine-Maritime

43La principale nécropole de Lillebonne (Juliobona) a livré exclusivement des sarcophages d’enfants. Le contexte chronologique ne dépasse pas le Haut-Empire. L’utilisation d’un matériau local et donc une fabrication sur place sont probables.

44No 27 (Cochet, 1855, p. 134-135). Le calcaire à silex employé est fortement chargé en silex et très fissuré. Ce sarcophage de plan rectangulaire mesure 1,25 m. Cette simple dimension indique qu’il s’agit d’une inhumation d’enfant. La sépulture n’est pas datée, mais le contexte est celui d’un cimetière du Haut-Empire.

45No 28 (Lecerf et Mangard, 1979). Il s’agit d’un sarcophage d’enfant déplacé lors d’un creusement antérieur aux fouilles. Le calcaire à silex est identique au no 27. Les dimensions sont : 1,50 m par 0,60 m et 1 m par 0,30 m pour un creusement de 0,20 m. Il n’y a pas d’indice chronologique.

46No 29 (Lecerf et Mangard, 1979). Il s’agit encore d’un sarcophage d’enfant déplacé. Le calcaire à silex est identique au no 27. Les dimensions sont : 1,50 m par 0,60 m et 0,80 m par 0,30 m pour une hauteur de 0,22 m intérieurement. Il n’est pas daté.

47No 30 (Kliesch, 2011, St. 11). Ce sarcophage pillé, non daté, en calcaire à silex fissuré, mesure 1,30 m par 0,96 m.

48No 31 (Kliesch, 2011, St. 13). Ce sarcophage pillé, non daté, est en calcaire à silex fissuré. Les dimensions n’ont pu être prises.

49No 32 (Kliesch, 2011, St. 17). Ce sarcophage pillé, non daté, en calcaire à silex fissuré, mesure 1,20 m par 0,80 m.

Poses, Eure

50Au lieu-dit « Le Mesnil de Poses », sur la commune de Poses, deux sarcophages (fig. 33) ont été découverts dans une nécropole de l’âge du fer et gallo-romaine, associant incinérations et inhumations. Les deux tombeaux ne sont pas conservés, mais Léon Coutil les a décrits avec une relative précision.

51No 33 (Coutil, 1932 p. 149). Sans mobilier, il mesurait 2,16 m de longueur, 0,70 m de large et 0,60 m de hauteur. Il est identique au no 34, donc à couvercle bombé.

Fig. 17. Sarcophage (no 35) réemployé dans l’abbaye Saint-Amand de Rouen. Il est déposé dans la cour intérieure du musée départemental des Antiquités de Seine-Maritime (© É. Follain).

Fig. 18. Sarcophage au décor de masques affrontés sur frises de boucliers (no 38). Il est conservé au musée départemental des Antiquités de Seine-Maritime (© É. Follain).

Fig. 19. Sarcophage (no 39) comportant une inscription dans une tabula ansata. Il est conservé au musée départemental des Antiquités de Seine-Maritime (© É. Follain).

52No 34 (Coutil, 1932, p. 150-151, pl. III et fig. 26). La cuve rectangulaire mesure, hors tout, 2 m de long par 0,65 m de large et, intérieurement, 0,44 m par 1,70 m et 0,33 m de profondeur. Le couvercle, épais de 0,27 m est bombé et présente une feuillure périphérique pour l’encastrement. D’après le mobilier (huit vases en verre et cinq grands bronzes des Antonins, Coutil, 1932, pl. III, p. 151, fig. 27 à 33 et p. 150). Léon Coutil date cette sépulture féminine du IIe siècle.

Rouen, Seine-Maritime

53Provenant d’un cimetière médiéval, ce premier sarcophage rouennais est un réemploi.

54No 35 (fig. 17 ; Chirol, 1966, p. 209). Actuellement déposé dans la cour intérieure du musée départemental des Antiquités, il s’agit d’un sarcophage gallo-romain réutilisé pour l’inhumation d’une des abbesses de Saint-Amand. Seule la cuve en calcaire à silex subsiste. Les arêtes de sa face de pose sont adoucies et l’un de ses angles a été biseauté avec soin. Ses dimensions sont : 2,10 m par 0,66 m et 0,58 m de haut.

  • 18 Un fragment de couvercle tectiforme a été découvert en 1994. Il s’agit d’un fronton inscrit et déco (...)

55La nécropole de l’est de Rouen (Lequoy et Guillot, 2004, p. 217-221) s’étend tout le long de la rue Saint-Hilaire et de la route de Darnétal. Datée des IIIe et IVe siècles, elle mêle incinérations et inhumations. Des fragments erratiques de sarcophages18 sont signalés, mais un seul a été découvert in situ.

56No 36 (Cochet, 1874, p. 266-267). La taille de ce sarcophage est grossière. Le matériau est un calcaire à silex. Sa longueur est de 2,70 m. Il contenait un sarcophage en plomb doublé de plâtre.

  • 19 Comme souvent, une description d’un sarcophage, trouvé rue du Renard en 1933, ne peut être utilisée (...)

57La nécropole de l’ouest, autour de la rue du Renard et de l’église Saint-Gervais, est certainement la plus vaste. Elle est utilisée de l’Antiquité à la période mérovingienne. Les découvertes de sarcophages y sont nombreuses, mais les simples mentions19 et les tombeaux mérovingiens ont été écartés de l’étude, à l’exception des deux sarcophages conservés actuellement dans l’église Saint-Gervais (voir infra nos 41 et 42).

58No 37 (Lequoy et Guillot, 2004, p. 230). Seule une cuve rectangulaire subsiste. Elle se trouve dans la cour du musée départemental des Antiquités. Elle provient de la rue Revel, anciennement Roulland, où elle a été exhumée en 1833. Elle porte l’inscription « Severinus fils de Severus ». Taillée dans un calcaire à silex, elle mesure 2,46 m par 0,66 m pour une hauteur de 0,60 m. Des traces de finition à la gradine subsistent.

59No 38 (fig. 18 ; Lequoy et Guillot, 2004, p. 229-230) ; le sarcophage est complet, mais sa cuve rectangulaire est présentée dans la salle de la mosaïque tandis que son couvercle, un réemploi retaillé dans un fût de colonne et sous-dimensionné, est resté dans la cour intérieure du musée départemental. Le couvercle est en pierre de l’Oise. Le matériau employé pour la cuve est un calcaire à silex de bonne qualité, car il a permis la sculpture d’un bas-relief. Il s’agit de deux masques affrontés sur une frise de boucliers, sur l’un des grands côtés. Les autres faces ont une finition à la gradine. La cuve mesure hors tout 2,18 m par 0,74 m sur 0,60 m de haut. Le couvercle bombé est long de 2,20 m, large de 0,58 m et épais au maximum de 0,22 m.

60No 39 (fig. 19 ; Louis, 1949). Ici aussi les deux parties du sarcophage, en calcaire à silex, ont été séparées. La cuve est exposée à l’intérieur du musée départemental et le fragment de couvercle dans la cour intérieure. Il s’agit d’une découverte presque récente, puisque ce sarcophage provient de la rue du Renard, où il fut exhumé en 1948, lors de travaux de voirie. Le fragment de couvercle bombé est conservé sur une longueur de 0,74 m. Son épaisseur est de 0,35 m et sa largeur de 0,81 m. La cuve est complète et ses dimensions sont, hors tout, de 2,40 m par 0,80 m pour une hauteur de 0,68 m. Sa cavité est profonde de 0,32 m et trapézoïdale, passant de 0,23 m à 0,50 m en 1,90 m de longueur. Le creusement, assez grossier, contraste avec la présence d’une inscription de qualité (Louis, 1949, p. 237) sur l’un des deux grands côtés de la cuve. L’inscription de quatre lignes est cantonnée dans une tabula ansata à peltes. Aux extrémités sont gravées une ascia et une scie. La tombe ayant été pillée, l’inhumation est difficile à dater. On a cependant proposé de l’attribuer à la fin du IIIe siècle ou au début du IVe siècle (Mangard, 1971).

61No 40 (fig. 20 et 21 ; Cochet, 1868, p. 22, no 83). Ce sarcophage a été découvert rue Louis-Aubert en 1841. À l’évidence, par ses dimensions, il appartient au groupe restreint des « sarcophages paléochrétiens de dimensions monumentales » (Pardyova, 1997). En effet, on mesure pour la cuve 2,61 m par 0,86 m pour 0,65 m de haut, extérieurement, et 2,31 m par 0,66 m pour une profondeur de 0,48 m, intérieurement ; quant au couvercle, ses dimensions sont 2,98 m par 1,10 m, pour une épaisseur de 0,60 m. À partir des volumes et de la densité de son calcaire à silex (voir supra Caudebec-lès-Elbeuf, nos 8 et 9) on obtient respectivement 2 000 kg pour le couvercle et 1 700 kg pour la cuve. Cette dernière est rectangulaire avec une feuillure périphérique. Le couvercle, évidé de manière à former une contre-feuillure, est en bâtière. Sa base est soulignée d’un cavet plat et l’une de ses pentes est décorée de trois acrotères passablement dégradés. Les surfaces sont ponctuellement layées. L’inhumation masculine était accompagnée d’un fragment de fiole en verre datée de la première moitié du IVe siècle (Sennequier, 1993, p. 187, HN. 9. 13, p. 187).

62Les deux exemplaires suivants sont associés en raison de leur matériau, un marbre rouge veiné, qui implique une provenance extérieure à la région.

Fig. 20. Sarcophage aux « dimensions monumentales » (no 40). Il est conservé à l’extrémité de la cour intérieure du musée départemental des Antiquités de Seine-Maritime (© É. Follain).

  • 20 On a souvent dit qu’il s’agissait d’un marbre provenant du gisement de Vieux dans le Calvados, mais (...)

63No 41 (fig. 22 ; Bonnet et Pelay, 1897 ; Hilaire de Néville, 1849). Ce très grand sarcophage de marbre rouge, sans couvercle, est considéré comme le sépulcre de saint Romain. C’est à l’évidence, par le matériau employé, une importation. Déposé dans la crypte de l’église Saint-Godard, il fut transféré en 1802 à l’église Saint-Romain, où il est actuellement enchâssé dans un autel. Des grilles permettent l’examen du marbre, mais la crasse et la cire n’aident pas à son identification20. La cuve mesure 2,42 m par 0,71 m hors tout et 0,76 m de haut. Intérieurement, les dimensions sont de 1,95 m par 0,46 m pour une profondeur de 0,45 m. Selon l’abbé Cochet, il daterait du VIIe siècle. Sa forme et le matériau employé sont parfaitement compatibles avec une attribution à l’Antiquité.

64No 42 (Deville, 1838, p. 191-193). Ce sarcophage, découvert en 1837 rue Roulland, est dans un marbre rouge semblable à celui de saint Romain. La cuve fissurée a été réparée au moyen de quatre agrafes. Sa longueur est de 1,83 m, sa largeur de 0,67 m et sa hauteur de 0,40 m. Intérieurement la longueur est de 1,62 m. Son couvercle est une dalle de marbre grossièrement taillée. L’inhumation féminine n’était pas associée avec du mobilier, mais des objets ont été recueillis à l’extérieur de la cuve. Ils semblent dater des IIIe et IVe siècles.

Fig. 21. Restitution du sarcophage monumental (no 40) à acrotères de Rouen (© É. Follain).

Fig. 22. Le fond de la figure est un détail du marbre du sarcophage de saint Romain (no 41). À gauche, en haut, dessin de Bonnet et Pelay publié en 1897. À droite, en bas, l’autel de l’église Saint-Romain où le sarcophage est enchâssé (© É. Follain).

65Les deux sarcophages rouennais qui suivent ne seront pas utilisés dans la cartographie, ni dans la caractérisation des productions antiques dans l’aire d’étude. Ils sont présents, dans ce catalogue, pour démontrer la persistance de la production (voir infra).

  • 21 On parle, chez les tailleurs de pierre et chez les carriers actuels, de franc-banc. Cette dénominat (...)

66No 43 (fig. 23 ; Loisel, 1911). Découvert place de l’église Saint-Gervais, en janvier 1910, ce sarcophage est conservé dans le bas-côté nord, depuis les années 1950. Il est complet et taillé dans le meilleur des calcaires à silex, caractérisé par sa dureté, sa couleur grise et son grain très fin21. La cuve est trapézoïdale en plan et en section longitudinale, ses dimensions sont, hors tout, de 2,13 m par 0,62 à 0,69 m pour une épaisseur de 0,64 à 0,68 m. Une fissure élargie permet de mesurer l’une des parois sur 0,12 m.

Fig. 23. Sarcophage (no 43) mérovingien (ou paléochrétien) découvert en 1910 sur la place de l’église de Saint-Gervais. Son décor de rosaces et d’octogones, associé à un chrisme, est particulièrement exceptionnel (© É. Follain).

Fig. 24. Sarcophage (no 44) mérovingien (ou paléochrétien) découvert en 1910 sur la place de l’église de Saint-Gervais. Il provient de la même fouille que le précédent (© É. Follain).

  • 22 Ce qualificatif paraît plus justifié que celui de tectiforme, comme cela sera abordé dans les quest (...)
  • 23 L’effet de léger décaissement est le même, mais l’emploi d’un ciseau gradine est probable.
  • 24 L’aspect actuel, ainsi que les documents anciens (Loisel, 1911, figure de la p. 81 ou les photograp (...)

67Le couvercle, en bâtière22, est également en forme de trapèze, dans les deux plans ; il mesure 2,11 m par 0,60 à 0,67 m pour une hauteur de 0,34 à 0,41 m. Le bas des longs côtés et la faîtière sont soulignés par des méplats. Son décor, obtenu par contraste entre surfaces polies et zones bouchardées23, est particulièrement exceptionnel24. Chacune des faces, du couvercle ou de la cuve, est entourée d’une large ciselure. Pour le couvercle, les frontons sont unis et les rampants sont ornés chacun de cinq rosaces à cinq pétales. La cuve affirme, sans contestation, le caractère chrétien du tombeau, par la présence d’un chrisme sur la plus grande des extrémités. À l’opposé, un croisillon et trois ou quatre segments circulaires sont visibles. Latéralement, ce sont deux panneaux d’octogones sécants et adjacents, déterminant des carrés flanqués d’hexagones oblongs, qui complètent le décor. Lors d’études stylistiques, anciennes ou récentes (Loisel, 1911, p. 81-84 ; Baylé, 1985 et 1990) l’unanimité s’est faite autour d’une attribution à la période mérovingienne. La fouille de 1911, où huit sarcophages ont été découverts, a montré qu’ils avaient été pillés anciennement. On doit donc se contenter de cette imprécision.

68No 44 (fig. 24 ; Loisel, 1911) ; le contexte de la découverte est le même que celui du no 43. Il est conservé dans le bas-côté sud de l’église Saint-Gervais. Le calcaire à silex utilisé est équivalent à celui du no 43. La différence avec ce dernier se fait au niveau du décor et des mesures. Ici, les faces sont toutes réalisées en ménageant une ciselure autour d’une zone bouchardée. Les dimensions relevées sont : pour le couvercle, 1,96 m par 0,70 à 0,72 m et une épaisseur de 0,37 à 0,42 m ; pour la cuve, 1,98 m par 0,70 m et une hauteur de 0,47 à 0,49 m. Il serait également mérovingien, sans plus de détail.

Sotteville-lès-Rouen, Seine-Maritime

69Lors des travaux de la voie de chemin de fer, deux sarcophages ont été mis au jour en bordure de Seine, sur le territoire de la commune de Sotteville-lès-Rouen.

70No 45 (fig. 25, à droite ; Deville, 1845). La fouille du sarcophage a entraîné sa destruction. Son calcaire à silex était d’une qualité médiocre. Ses dimensions sont strictement identiques à celles du second tombeau. La fouille a révélé la présence d’un squelette féminin accompagné d’un mobilier abondant, en particulier des vases en verre (Deville, 1845, p. 182-185). Une monnaie de Constantin permet de dater cette inhumation du début du IVe siècle, ce que confirme la verrerie (Sennequier, 1993, vol. 2, HN. 9. 12C, p. 185 et HN. 14 6, p. 296).

71No 46 (fig. 25, à gauche, et 26 ; Deville, 1845). Ce sarcophage, découvert en premier, n’aurait contenu aucun mobilier. Son bon état de conservation a justifié son transfert dans la cour intérieure du musée départemental des Antiquités, où il est encore. Il est complet et la mise sur cales de son couvercle permet un examen interne. Son calcaire à silex est de bonne qualité et a gardé en surface des traces de finition à la gradine. Les dimensions de sa cuve sont 2,14 m par 0,71 m pour une hauteur de 0,58 m. Les dimensions intérieures sont de 1,94 m par 0,51 m pour une profondeur de 0,42 m. Le couvercle est légèrement débordant avec 2,17 m par 0,71 m. Il est haut de 0,42 m, de forme bombée et présente une feuillure périphérique.

Val-de Reuil, Eure

72No 47 (fig. 27 ; Newman et al., 2014). Le sarcophage a été déposé et est conservé au dépôt mobilier du service régional de l’archéologie de Haute-Normandie. Sa petite taille et les restes osseux qui s’y trouvaient montrent qu’il s’agit d’un sarcophage d’enfant. Le calcaire à silex a été utilisé pour la cuve et le couvercle. Les dimensions de la cuve sont de 1,15 m par 0,55 m pour 0,45 m de haut. Les parois sont épaisses d’une dizaine de centimètres à l’exception de l’une des extrémités où l’on observe une logette céphalique. La profondeur du creusement est de 0,30 m, sa largeur maximale de 0,39 m et sa longueur de 0,93 m. Le couvercle mesure 1,15 par 0,55 m et son épaisseur est de 0,32 m. Son profil bombé est complexe, car des bandeaux latéraux ont été réservés. On a là une section en « chapeau de gendarme » assez singulière. Les surfaces extérieures ont une finition à la gradine. En l’absence de mobilier, il n’a pas été proposé de datation.

Fig. 25. Dessin des deux sarcophages de Sotteville-lès-Rouen (Déville, 1845). Celui de gauche est conservé au musée départemental des Antiquités à Rouen. Il ne présentait pas de cartouche latéralement, il s’agit de sa section (nos 45 et 46).

Vernon, Eure

  • 25 Disparu en 2014, il a finalement été retrouvé aux services techniques de la ville de Vernon. Ce ser (...)

73No 48 (fig. 1 et 28 ; de Boüard, 1966, p. 262-263, fig. 8 et 9). Découvert 22 rue de l’Ardèche, ce sarcophage était présenté au public dans un square en bordure de Seine25. Il est taillé dans un calcaire à silex de Vernon, mais le banc employé est loin d’être de la meilleure qualité. La cuve mesure 1,83 m par 0,60 m pour une épaisseur de 0,56 m. Intérieurement, le creusement est long de 1,69 m par 0,46 m et profond de 0,33 m. Le couvercle est très dégradé, mais son profil bombé subsiste, ainsi que sa feuillure périphérique. Sa longueur est de 1,81 m, sa largeur de 0,61 m et son épaisseur de 0,26 m, avec une feuillure de 0,03 m. Cinq vases en verre, que l’on aperçoit sur la figure de M. de Boüard (1966, p. 262, fig. 9), paraissent tardifs. Ceci n’est pas confirmé par le numéraire représenté par une monnaie de Trajan et une autre d’Antonin.

Fig. 26. Sarcophage (no 46) de Sotteville-lès-Rouen, conservé dans la cour intérieure du musée départemental des Antiquités à Rouen (© É. Follain).

Fig. 27. Sarcophage d’enfant (no 47) découvert lors d’une opération préventive sur la commune de Val-de-Reuil. Conservé au dépôt de fouilles du service régional de l’archéologie (© É. Follain).

Caractères de la production et de sa diffusion

74On peut tirer de multiples indications de ce catalogue, en particulier pour caractériser les productions régionales. Leur diffusion, limitée à la basse vallée de la Seine, est également un sujet de réflexion.

Les matériaux employés et les techniques de taille

75Le marbre rouge veiné (fig. 22) des nos 41 et 42 n’a pas été clairement identifié. On parle souvent de celui de Vieux, dans le Calvados, mais cette provenance n’est pas certaine, surtout en ce qui concerne le sépulcre de saint Romain. Noirci par son séjour dans la crypte de Saint-Godard et sous l’autel de Saint-Romain, il est abondamment ciré et son examen visuel est ainsi difficile. Un marbre pyrénéen paraît tout aussi vraisemblable.

76L’autre matériau identifié est le calcaire à silex (fig. 7, 8, 15 et 28). Il permet de qualifier, sans contestation possible, les productions locales ou régionales. En raison du caractère massif des sarcophages, de la rareté des inscriptions (nos 37 et 39) et des décors (nos 13 et 38), la présence de silex n’a pas été un obstacle à l’utilisation des roches du sénonien. Leur dureté et leur tenue ont permis la réalisation de monolithes, tant pour les cuves que les couvercles. À propos de ces derniers, on a pu noter une mise en œuvre en délit (nos 8, 9 et 12) qui assure une plus grande solidité pour un élément suspendu ; cela dénote une bonne connaissance des propriétés du matériau.

Fig. 28. Sarcophage (no 48) de Vernon (© É. Follain).

77Les méthodes de fabrication, tout comme les formes, restent simples. Un premier point concerne le lit de pose des cuves ; il est laissé brut de carrière la plupart du temps (fig. 11). De nombreuses traces d’outils subsistent sur les exemplaires conservés, mais leurs séjours en extérieur achèvent de les effacer. Les observations concernent essentiellement les creusements et la finition des surfaces extérieures. Les parois internes sont réalisées au taillant (nos 8 et 9) et les fonds à la broche (nos 5, 8 et 9). À l’extérieur, on note parfois le bouchardage des silex et le plus souvent une finition à la gradine (fig. 5, 12, 13, 24, 27 et 29 ; nos 4, 8, 9, 17, 20, 37, 38, 46 et 47). Parfois, les traces de pic et de broche subsistent. Pour les couvercles bombés, des méplats, réalisés au taillant, peuvent exister (pour la dénomination des outils voir Bessac, 2002). L’abattement soigné de l’angle de certaines cuves (fig. 30) n’a pas trouvé d’explication. S’agit-il d’une marque d’atelier ou d’un dispositif technique ?

Fig. 29. Traces de finition à la gradine photographiées sur les cuves et les couvercles de sarcophages (nos 7 et 8) découverts à Caudebec-lès-Elbeuf en 2011 (© É. Follain).

Fig. 30. Quelques exemples de cuves présentent un angle soigneusement abattu. Faut-il y voir la marque de fabrique d’un atelier ? (© É. Follain).

Carrières et lieux possibles des productions

  • 26 Dans Dujardin, 1998, on lit, p. 185 : « il nous faut reconnaître notre manque de connaissances pour (...)
  • 27 À l’exception d’une exploitation du banc de tuf d’eau douce, mise en évidence à Lillebonne lors du (...)
  • 28 On voit actuellement, face à Caudebec-lès-Elbeuf, de nombreuses petites carrières abandonnées sur l (...)
  • 29 On a pu observer dans certaines carrières l’extraction de cuves à l’horizontale surmontée d’extract (...)

78Il faut, une bonne fois pour toutes, l’affirmer : il n’y a pas de carrière antique attestée26 en Haute-Normandie, en l’état actuel de la recherche27. Des zones d’extraction du calcaire à silex sont, par contre, connues pour le Moyen Âge (fig. 2). Par extension, on suppose que l’activité a pu y commencer dès l’Antiquité. La morphologie de la basse vallée de la Seine se prête, à merveille, à cette activité de carrière, par la présence de nombreuses falaises donnant accès aux bancs. C’est pourquoi on peut supposer l’existence d’extractions ponctuelles, en fonction de demandes particulières, comme la commande d’un sarcophage28. La liste des carrières éventuelles a été établie de l’aval vers l’amont. À Lillebonne, des cônes de gravats et des carreaux abandonnés suggèrent l’existence d’une extraction ancienne au lieu-dit « Le Four à Chaux ». La mauvaise qualité du calcaire est semblable à celle des sarcophages d’enfants de la nécropole du Catillon. En s’approchant de Rouen, sur la rive gauche, Caumont est un ensemble de carrières qui remontent, au moins, au XIIIe siècle (Dujardin, 1998, p. 389-390). Sur la rive droite, les falaises de Dieppedalle-Croisset, sur la commune de Canteleu, montrent de nombreuses traces d’extraction (Dujardin, 1998, p. 398-399). Une mention d’activité portuaire au haut Moyen Âge (Le Maho, 2004, p. 16) pouvant permettre le transport des blocs suggère l’ancienneté de ces carrières. Quittant la vallée de la Seine pour celle de son sous-affluent, l’Iton, il faut signaler l’existence de carrières, d’origine médiévale, à Bapeaume sur la commune d’Arnières. Ce toponyme est d’ailleurs souvent employé au XIXe siècle pour qualifier le calcaire des sarcophages découverts dans l’Eure (Bourbon, 1885, p. 236 ; Coutil, 1921b, p. 60 et 63). Pour terminer, il faut citer les carrières de Vernon, en exploitation au moins depuis le XIIe siècle (Dujardin, 1998, p. 391). Il semble que ce soit là que les meilleures qualités de bancs ont été exploitées. L’intérêt de tous ces lieux est de cumuler l’accessibilité de la roche à la proximité du fleuve, moyen idéal pour transporter les marchandises pondéreuses. Une particularité de tous ces lieux d’extraction possibles est la faible épaisseur des bancs exploitables, une soixantaine de centimètres. Elle devait imposer l’ouverture de surfaces très importantes29. Enfin, une question d’organisation de la production ne peut être résolue, en l’absence de découvertes archéologiques : les sarcophages partaient-ils des carrières sous forme de blocs équarris ou bien comme produits finis ? La solidité du calcaire à silex et les épaisseurs des parois de cuves et des couvercles plaident plutôt pour un travail de taille complet en carrière. Surtout, les poids de blocs équarris auraient été par trop importants.

Datations

  • 30 No 3, de la seconde moitié du Ier siècle ; nos 10, 11, 34 et 48, du IIe siècle. Il pourrait s’agir (...)
  • 31 Nos 4, 5, 8, 9, 13, 21, 23, 24, 26, 39, 40, 42 et 45.

79Parmi les quarante-six sarcophages gallo-romains de cette collection, une douzaine seulement est datée. Le plus souvent, ce sont des datations fournies par les vases en verre car les indications numismatiques restent rares. À l’exception de cinq inhumations du Haut-Empire30, ces sarcophages se situent chronologiquement de la fin du IIIe au courant du IVe siècle31. Ces indications chronologiques permettent d’attribuer leur production au début du Bas-Empire. À titre d’exemple, la situation à Beauvais, où l’on place l’usage des sarcophages de pierre aux IIIe et IVe siècles (Schuler, 1995, p. 110), semble tout à fait comparable. Les sarcophages d’enfants de Lillebonne n’ont pas été pris en compte car le contexte, une nécropole du Haut-Empire, et la tradition ancienne d’inhumer les plus jeunes des immatures, suffisent à expliquer leur présence et à les dater.

Diffusions

  • 32 La batellerie fluviale est connue par une bibliographie abondante. Son usage préférentiel pour le t (...)
  • 33 Pour mémoire, le poids du no 8 a été estimé à 2 910 kg et celui du no 9 à 2 740 kg.
  • 34 Sur la carte, fig. 2, on dénombre 24 sarcophages, sur 46, en milieu urbain.

80Entre les lieux d’extraction et les sites d’inhumation, la voie fluviale est la plus naturelle32, surtout si l’on prend en compte le poids des sarcophages en pierre33. La cartographie des découvertes est très révélatrice à cet égard (fig. 2). Elle montre que l’estuaire, et donc le domaine maritime, n’est pas concerné. Si l’on considère que la période d’utilisation de ces tombeaux de pierre est bien le Bas-Empire, cela n’est pas surprenant : la civitas des Calètes a disparu et sa capitale, Juliobona, est en déclin. Il y a probablement, aussi, le souci de s’éloigner de l’embouchure de la Seine et de la piraterie saxonne. Revenant à l’aire de diffusion mise en évidence par la cartographie, on peut noter que toutes les découvertes ne se trouvent pas à proximité immédiate du fleuve ou de ses affluents. On peut parallèlement constater que les lieux de ces inhumations sont de deux natures : des nécropoles de sites urbains et des sites ruraux mal définis. À partir de ces deux constats, émerge le schéma qui suit. Les endroits où sont utilisés ces sarcophages de pierre sont, majoritairement34, les villes ou agglomérations qui ont survécu aux crises du IIIe siècle : Rouen, Caudebec-lès-Elbeuf et Évreux. Ailleurs, il s’agit de découvertes isolées, ou accompagnées d’indices de sites à caractères ruraux, probablement de grandes villae. Quand les sarcophages sont éloignés de la voie fluviale, de moins d’une quinzaine de kilomètres, la route a pu être utilisée. Il faudrait relativiser cette répartition des tombeaux de pierre entre villae et villes : certains secteurs géographiques sont privilégiés par l’archéologie préventive pour des questions d’activités d’aménagement.

Typologie

81La première question concerne les formes de sarcophages attestées dans l’aire d’étude. L’existence de types particuliers est bien l’une des façons de mettre en avant la production locale. Par exemple, on remarque l’absence typologique des sarcophages dont le couvercle est à quatre pentes et garni d’une plinthe carrée centrale. Ce type est pourtant très présent dans la région picarde toute proche (Schuler, 1995 ; Collard, 1990).

82Les deux importations en marbre (fig. 22) n’appellent pas de commentaire, les formes parallélépipédiques de leurs cuves étant on ne peut plus communes (nos 41 et 42).

Les types peu représentés

  • 35 Il suffit de citer les sarcophages des fouilles de l’église Saint-Ouen à Rouen (Cochet, 1873).

83L’un des deux sarcophages de Criquebeuf-sur-Seine (no 11, fig. 10) est l’unique représentant d’un type associant une cuve aux extrémités arrondies avec un couvercle bombé et concave en-dessous. Ce modèle est ordinairement un produit d’exportation, souvent à décor chrétien. Seuls trois exemples seraient connus en Gaule. Tous sont en marbre avec un décor gravé. Il s’agit du sarcophage de saint Andoche, conservé à Saulieu (Dupont, 1982), du tombeau de saint Francovée, au musée d’Autun et du sépulcre de saint Léonien, présenté au musée Saint-Pierre de Vienne. Leurs datations paléochrétiennes ou mérovingiennes font douter d’une attribution au IIe siècle pour le sarcophage de Criquebeuf-sur-Seine. Il est plausible de voir dans cet unicum haut-normand une copie locale d’un produit d’importation prestigieux. Quelques cuves rectangulaires fermées par des couvercles tectiformes ont été rencontrées (nos 4, 13, 16, 19, 20, 22 et 24). Une précision de vocabulaire est un préalable nécessaire, le qualificatif « tectiforme » étant trop imprécis. Il existe dans d’autres régions des sarcophages dont le couvercle est en forme de toit, mais à quatre pentes. En Haute-Normandie on observe exclusivement deux pentes déterminant deux frontons simples (fig. 31). Pour cette raison, on préférera l’expression « en bâtière ». Ce type comprend six sarcophages concentrés principalement à Évreux. Sa forme et sa pérennité pendant l’époque mérovingienne35 sont connues. La présence de ce type dans les régions voisines est telle qu’il est inutile de compiler les exemples, d’autant qu’il est manifestement peu répandu en Haute-Normandie. On signalera l’existence d’un exemplaire dont la faîtière est soulignée d’une forte nervure de section carré (fig. 14, no 20).

Fig. 31. Les deux types principaux de sarcophages gallo-romains rencontrés en Haute-Normandie : en haut, type A, à couvercle en bâtière ; en bas, type B, à couvercle bombé (© É. Follain).

Fig. 32. Comparaison du couvercle du sarcophage monumental de Rouen (voir fig. 20 et no 40) avec les couvercles ségusiaves (DAO : É. Follain, d’après Béal, 2013, fig. 16, p. 222).

Les couvercles bombés, un type omniprésent

  • 36 Ce sont les nos 1, 3, 5, 8, 9, 12, 17, 21, 26, 33, 34, 38, 39, 45, 46, 47 et 48.
  • 37 Il faudrait d’ailleurs préciser « à frontons ou extrémités semi-circulaires ».
  • 38 Ces deux tombeaux de « célébrités » dispensent d’une liste sans fin de comparaisons.

84Les 17 exemplaires36 à couvercles bombés37 démontrent la prééminence de ce type (fig. 31). Il est, comme le précédent, l’un des plus courants pour la période antique. À titre de comparaison, on peut citer deux exemples célèbres : celui dit « tombeau de saint Dizier » (Territoire-de-Belfort), ou encore, celui de saint Lupien, dans l’église de la commune éponyme (Aube38). Les caractéristiques de ce type sont abondamment décrites dans le catalogue ; il faut, en complément, signaler une certaine standardisation dans les dimensions et insister sur l’association de ce type avec le Bas-Empire. Concernant le premier point, cette standardisation est imposée par l’épaisseur des meilleurs bancs de calcaire à silex (dits franc-bancs) qui ne dépasse pas une soixantaine de centimètres. La longueur moyenne se situe autour de 2,05 m, la largeur autour de 0,75 m et la hauteur cumulée de la cuve et du couvercle est inférieure au mètre. Un peu moins de la moitié sont datés, avec une très nette prédominance du Bas-Empire. Un ultime détail est à mentionner : dans de nombreux cas, la présence d’un scellement par agrafes métalliques est attestée (nos 8, 9, 15, 21 et 42).

Fig. 33. (Coutil, 1932, p. 157, pl. V). À gauche, Léon Coutil, et sa barbe blanche, à droite, un carrier, le pied vainqueur sur le couvercle retourné d’un sarcophage (no 33 ou 34).

Le sarcophage d’un évêque ?

  • 39 En Gaule, seuls trois sarcophages ont retenu l’attention (Pardyova, 1997, p. 140-141 et 144).
  • 40 À Charmes (Amaury, 2011, p. 34 et fig. 1), à Morneix (Révon, 1870, no 74, p. 42 ; Ernst, 2014, p. 1 (...)
  • 41 Tout comme Arles a conservé le tombeau (Benoît, 1954, no 4, p. 35) de son évêque de la fin du IVe s (...)

85Parmi les sarcophages gallo-romains de Rouen, un tombeau se détache du lot par ses dimensions et la qualité de sa stéréotomie (fig. 20 et 21). Le no 40, découvert en 1841 rue Aubert, réunit les critères pour être qualifié de « sarcophage paléochrétien de dimensions monumentales » (Pardyova, 1997, p. 138). La longueur de la cuve de 2,61 m est bien supérieure au 2,20 m, longueur minimale pour entrer dans ce groupe très fermé39. Le couvercle, avec ses 2,93 m par 1,10 m est également bien au-dessus du seuil. La datation de l’inhumation, la première moitié du IVe siècle, est également compatible. Pourtant, le sarcophage de Rouen ne correspond pas aux productions prestigieuses rencontrées à Milan, à Rome ou à Arles (Pardyova, 1997, p. 140-141). On conservera cependant l’idée qu’un sarcophage de ces dimensions ne peut avoir été destiné qu’à un personnage du « sommet de la pyramide sociale du Bas-Empire » (Pardyova, 1997, p. 141). Les éléments décoratifs (trois acrotères : deux corniers et un médian) renvoient à de nombreux exemples de couvercles à six acrotères que l’on rencontre dans le sud-est de la France40. Le sarcophage de Rouen s’éloigne de ces exemples par sa taille, par la présence d’un cavet périphérique rendant débordant son couvercle et par l’absence d’acrotère sur l’un des rampants. Un commentaire de Geneviève Sennequier (1993, p. 187, HN. 9. 13) sur le mobilier pourrait justifier le caractère monumental de ce tombeau : « V. Arveiller, 1985, p. 144, note 4, signale que l’on aurait trouvé des restes de vin dans certains de ces flacons et Morin Jean rapporte l’opinion d’archéologues selon laquelle ces fioles auraient été déposées dans la tombe de prêtres chrétiens, Morin Jean, p. 82 et note 2. » La tradition (par exemple Loisel, 1907) place les sépultures des premiers évêques de Rouen dans l’église Saint-Gervais. Voir dans le tombeau monumental de la rue Aubert, toute proche de cette église, le sépulcre d’un de ces premiers évêques est donc tout à fait envisageable41.

86Selon la méthode de calcul proposée par Ben Russell (2011, p. 127), la production de sarcophages dans la basse vallée de la Seine aurait représenté de 1 000 à 2 300 tombeaux. Il faut préciser que, par basse vallée de la Seine, on entend une zone étendue aux plateaux limitrophes et aux affluents. Ces sarcophages, – avec leurs contingences de production, de transport et d’échange –, constituent le révélateur d’une activité économique intense, à l’échelon d’un territoire finalement assez réduit. Il semble donc qu’au début du Bas-Empire, la basse vallée de la Seine, amputée de la zone de l’estuaire, a été le lieu d’un commerce actif de sarcophages produits localement.

  • 42 Ceci expliquerait la présence d’un sarcophage isolé à Ferrières-Haut-Clocher (no 23, voir fig. 2).

87L’existence d’un sarcophage aux extrémités arrondies, inspiré de modèles prestigieux en marbre, et d’un autre exemple de dimensions monumentales, montrent la capacité des ateliers locaux à produire des pièces exceptionnelles. Ces deux productions illustrent leur savoir-faire, capable de répondre à des demandes hors normes. La production habituelle de ces ateliers reste cependant marquée par un type caractérisé par son couvercle bombé. Le secteur d’Évreux, s’il procède de la même dynamique, paraît se distinguer et constituer une seconde aire d’activité alimentant la ville et ses campagnes42.

  • 43 Cette attribution à la période mérovingienne est d’ailleurs quelque peu abusive (Lequoy et Guillot, (...)
  • 44 Ce sont les motifs ornementaux qui sont également utilisés pour justifier une datation du haut Moye (...)

88En faisant figurer dans cette étude deux sarcophages mérovingiens43, de très grandes qualités stéréotomiques et décoratives, on suggère que cette activité de production et de diffusion a perduré au-delà du ive siècle. Ces modèles prestigieux (nos 43 et 44, fig. 23 et 24) témoignent de la persistance de la production. Le choix de la roche, le plus fin et le plus dur des calcaires à silex, montre que le savoir-faire des carriers s’est maintenu. Le décor de l’un de ces deux sarcophages, trouvés place de l’église Saint-Gervais, prouve, parallèlement, que l’art des tailleurs de pierre s’est conservé, tout comme le répertoire décoratif44.

  • 45 Les découvertes de sarcophages en feuilles de plomb sont nombreuses en Haute-Normandie. Elles ont i (...)

89Enfin, la question de l’association avec les sarcophages en feuille de plomb se pose également. En effet, ils peuvent être utilisés conjointement dans les mêmes sépultures ou coexister dans les mêmes nécropoles. Il conviendrait, pour ouvrir de nouvelles perspectives, de réaliser l’inventaire de ces sarcophages de plomb45 et de comparer leur aire de diffusion et leur chronologie avec celles des tombeaux de pierre.

Bibliographie

Sources

Lalun C.-A. (1860) – Notes Lalun, Bibliothèque municipale de Louviers, dossier 34, feuillets 1226-1318, liasse 1226.

Bibliographie

Alline M. (1933) – Notes d’archéologie gallo-romaine : sépulture rue du Renard, Rouen. Bulletin de la Société libre d’émulation de la Seine-Inférieure, p. 225-236.

Amaury G. (2011) – Charmes-sur-Rhône et sa proche région dans l’Antiquité. Bilan archéologique. Ardèche archéologie, 28, p. 34-37.

Arveiller V. (1985) – Le verre d’époque romaine au musée de Strasbourg, Paris, Réunion des musées nationaux, 320 p.

Balmelle C. et al. (1985) – Le décor géométrique de la mosaïque romaine, Paris, Picard, 431 p.

Bayle M. (1985) – Les monuments sculptés de la Normandie (VIIe-IXe siècles). La Neustrie : les pays au nord de la Loire de Dagobert à Charles le Chauve, VIIe-IXe siècles, Catalogue d’exposition, Rouen, Musées départementaux de Seine-Maritime, p. 209-223.

— (1990) – La sculpture préromane en Normandie et ses prolongements jusqu’au début du XIe siècle. Cahiers archéologiques, 38, p. 37-62.

Béal J.-C. (2013) – Les sarcophages de pierre dans la cité antique des Segusiaves. Revue archéologique de l’Est, 62, p. 211-230.

Bédon R. (1984) – Les carrières et les carriers de la Gaule romaine, Paris, Picard, 247 p.

Bénoit F. (1954) – Sarcophages paléochrétiens d’Arles et de Marseille, Paris, CNRS, 84 p., 49 pl.

Béssac J.-C. (2002) – Glossaire des termes techniques. Gallia, 59, p. 189-194.

Bonnet M. et Pelay E. (1897) – Dessin du sarcophage de saint Romain. Bulletin de la commission des antiquités de la Seine-Inférieure, X, p. 316 et planche hors texte.

Boüard M. de (1966) – Informations archéologiques Haute et Basse-Normandie. Gallia, 24, 2, p. 257-273.

Bourbon G. (1881) – Notice sur une sépulture gallo-romaine découverte à Ferrières-Haut-Clocher en 1875. Recueil des travaux de la société libre de l’Eure, V, p. 199-206.

— (1886) – Notes sur de récentes découvertes faites à Évreux. Sépultures romaines de la côte de Paris. Recueil des travaux de la Société libre de l’Eure, VI, p. 236-239.

Bourdarchouk J.-L. (2002) – Production et diffusion des sarcophages romains tardifs et mérovingiens de la région de Lourdes (Hautes-Pyrénées). Gallia, 59, p. 53-60.

Brisson C. (1966) – Note sur le sarcophage gallo-romain découvert en décembre 1963 à Caudebec-lès-Elbeuf. Bulletin de la commission des antiquités de la Seine-Maritime, 25, p. 171-173.

Chatel E. (1981) – Sarcophage en marbre à décor gravé. Bulletin de l’association française d’archéologie mérovingienne, 4, p. 61-65.

Chirol É. (1966) – Crosses de deux abbesses de Saint-Amand mises au jour à Rouen, le 29 mai 1964. Bulletin de la commission des antiquités de la Seine-Maritime, 25, p. 209-221.

Claveria M. (2012) – La production de sarcophages romains en Hispania : officinae et influences. Sarkophag Studien, 6, p. 123-134.

Cliquet D. (1993) – L’Eure 27, Paris, Académie des inscriptions et belles-lettres, Carte archéologique de la Gaule, 285 p.

Cochet J.-B. D. (1846) – Graville. L’abbaye Sainte-Honorine. IV Les tombeaux. Les églises de l’arrondissement du Havre, Ingouville, Gaffney frères, p. 82-96.

— (1855) – La Normandie souterraine ou notices sur des cimetières romains et des cimetières francs explorés en Normandie, Paris, Derache, 400 p.

— (1868) – Catalogue du musée d’antiquités de Rouen, Rouen, 159 p.

— (1873) – Notice sur des sépultures chrétiennes trouvées, en mars 1871, à Saint-Ouen de Rouen. Revue archéologique, 25, p. 1-17.

— (1874) – Rapport annuel à M. le préfet de la Seine-Inférieure. Bulletin de la commission des antiquités de la Seine-Inférieure, III, p. 261-284.

Cognot F. (2002) – Les carrières de La Lie à la Roche-Vineuse (Saône-et-Loire). Gallia, 59, p. 120-131.

Collard J.-L. (1990) – Une sépulture du Bas-Empire découverte à Nibas (Somme). Revue archéologique de Picardie, 3-4, p. 119-125.

Coutil L. (1895) – Harquency. Archéologie gauloise, gallo-romaine, franque et carolingienne. Arrondissement des Andelys, Paris, Leroux, p. 96-97.

— (1897) – Canappeville. Archéologie gauloise, gallo-romaine, franque et carolingienne. Arrondissement de Louviers, Louviers, Turmel, p. 137-138.

— (1921a) – Ferrières-Haut-Clocher. Archéologie gauloise, gallo-romaine, franque et carolingienne. Arrondissement d’Évreux, Paris, Leroux, p. 267-269.

— (1921b) – Évreux. Archéologie gauloise, gallo-romaine, franque et carolingienne. Arrondissement d’Évreux, Paris, Leroux, p. 13-105.

— (1932) – Le cimetière gaulois et gallo-romain par incinération du Mesnil-de-Poses, près de Poses (Eure). Bulletin de la Société préhistorique de France, 29, 3, p. 143-159.

Deville A. (1838) – Antiquités. Précis analytique des travaux de l’Académie des sciences, belles lettres et arts, Rouen, Périaux, p. 185-193.

— (1845) – Découverte de sépultures antiques à Quatre-Mares. Revue de Rouen et de la Normandie, 11, 1, p. 158-167.

Dibon P. (1857) – Note sur deux tombeaux trouvés dans le parc du château de Canappeville. Congrès archéologique de France : séances générales tenues à Nantes, en 1856, à Verneuil, au Neubourg en 1854 et 1855, et à Louviers en 1856, Paris, Derache, p. 270.

Dujardin L. (1998) – Carrières de pierre en Normandie, Caen, 2 vol., 712 p.

Dupont J. (1982) – Le sarcophage de saint Andoche à Saulieu. Mémoire de la commission des antiquités du département de Côte d’Or, 32, p. 259-274.

Ernst D. (2014) – Un mystérieux sarcophage gallo-romain sur une colline de Morneix. Bulletin d’information de Monnetier-Morneix-Esserts-Salève, 84, p. 13.

Follain É. (2002) – Sarcophages de la rue du Mûrier : des blocs de réemploi gallo-romains. Louviers de l’Antiquité au Moyen Âge, Louviers, Musée de Louviers, p. 28-30.

— (2004) – Lillebonne, hôtel de ville, quartier Saint-Denis. ADLFI. Archéologie de la France-Informations, Haute-Normandie, http://adlfi.revues.org/12344, 3 p. (consulté le 25 janvier 2015).

— (2005) – Guide de visite du rempart gallo-romain d’Évreux, Évreux, 32 p.

Gaggadis-Robin V. (2005) – Les sarcophages païens du musée de l’Arles antique, Arles, Musée de l’Arles et de la Provence antiques, 332 p.

Gerber F. (1993) – Évreux. VI. Sépultures. Cliquet D., L’Eure 27, Paris, Académie des inscriptions et belles-lettres, Carte archéologique de la Gaule, p. 139-142.

Guignon P., Bardel J.-P. et Batt M. (1987) – Nécropoles et sarcophages du haut Moyen Âge en Bretagne. Revue archéologique de l’Ouest, 4, p. 133-148.

Halbout-Bertin D. (1976) – Rapport sur la fouille de deux sarcophages faite à Criquebeuf le 30 septembre 1976, Rouen, Service régional de l’archéologie, 14 p.

— (1987) – Le Catelier de Criquebeuf-sur-Seine. Notes archéologiques Deux inhumations en sarcophages du IVe siècle à Criquebeuf-sur-Seine (Eure). Annales de Normandie, 3, p. 53-68.

Hatt J.-J. (1951) – La tombe gallo-romaine. Recherches sur les inscriptions et les monuments funéraires gallo-romains des trois premiers siècles de notre ère, Paris, PUF, 329 p.

Hilaire de Neville A.-L. (1849) – Restitution à la crypte Saint-Godard du tombeau de saint Romain. Revue de Rouen, 3, p. 125-129.

Kliesch F. (2010) – L’antique nécropole d’Uggade. Rue É. Dolet, rue de la République, « Les Serres Chevrier », Rouen, INRAP, Service régional de l’archéologie, 111 p.

— (2011) – La nécropole principale de Juliobona, son mur de berge et ses aménagements de rives, Rouen, INRAP, Service régional de l’archéologie, 158 p.

Lamiray H. (1927) – Promenades historiques et anecdotiques dans Évreux, Évreux, H. Lamiray, 215 p.

Lanfry G. (1953) – Un cimetière gallo-romain au lieu-dit « La Fontaine » près de Duclair. Bulletin de la Société normande d’études préhistoriques, 35, fasc. 3, p. 80-83.

Langlois E.-H. (1829) – Mémoire sur les tombeaux gallo-romains découverts à Rouen dans le cours des années 1827 et 1828, Rouen, 33 p.

Lecerf R. et Mangard M. (1972) – Lillebonne, le Catillon. DFS 089, Rouen, Service régional de l’archéologie, n. p.

Le Maho J. (2004) – Transports de matériaux de construction dans la basse Seine et ses abords au haut Moyen Âge (VIIe-Xe siècles) : les témoignages des textes et de l’archéologie. Matériau et construction en Normandie du Moyen Âge à nos jours, Saint-Lô, Société d’archéologie et d’histoire de la Manche, p. 11-32.

Le Pesant M. (1966) – Découverte d’un sarcophage gallo-romain à Daubeuf-la-Campagne. Annales de Normandie, 16, fasc. 4, p. 379-384.

Lequoy M.-C. et Guillot B. (2004) – Rouen (76/2), Paris, Académie des inscriptions et belles-lettres, Carte archéologique de la Gaule, 332 p.

Loisel A. (1911) – Les tombes gallo-romaines découvertes sur la place de l’église Saint-Gervais le 15 janvier 1910. Bulletin des Amis des monuments rouennais, p. 75-84.

Louis R. (1949) – Sur un sarcophage, avec ascia et scie, découvert à Rouen en 1948. Gallia, 7, fasc. 2, p. 236-239.

Maillé A. de (1971) – Les cryptes de Jouarre, Paris, Picard, 309 p.

Mangard M. (1971) – La tombe romaine chez les Calètes et les Veliocasses, Rouen, CRDP, 20 p.

Mathière J. (1925) – La Civitas des Aulerci Eburovices à l’époque gallo-romaine, Évreux, Drouhet, 356 p.

Moliner M. (2006) – La basilique funéraire de la rue Malaval à Marseille (Bouches-du-Rhône). Gallia, 63, p. 131-136.

Naef A. (1892) – Guide de l’église et de l’ancien prieuré de Graville Sainte-Honorine. Le Havre, Bourdignon, 223 p.

Newman C., Bailliot M. et Rusillon S. (2014) – ZAC des Portes. 4e tranche à Val-de-Reuil, 2011, Oxford archéologie Grand Ouest, Service régional de l’archéologie, 2 vol., 270 et 371 p.

Nodier C., Taylor J. et Cailleux A. de (1820) – Voyages pittoresques et romantiques dans l’ancienne France, Paris, Gide, 357 p.

Pardyova M. (1997) – Les sarcophages paléochrétiens de dimensions monumentales. Studia minora facultatis philosophicae universitatis brunensis, 2, p. 137-148.

Pichon M. (2002) – Le transport par voie navigable. L’exemple du site de Tendu (Indre). Gallia, 59, p. 83-88.

Pilot de Thorey J.-J. A. (1843) – Sarcophage. Précis statistique des antiquités du département de l’Isère, 3, p. 116-160.

Revon L. (1870) – Inscriptions antiques de la Haute-Savoie : épigraphie gauloise, romaine et burgonde, Annecy, Thésio, 50 p.

Rogeret I. (1997) – La Seine-Maritime 76, Académie des inscriptions et belles-lettres, Carte archéologique de la Gaule, 663 p.

Royer J.-F. (1992) – Rouen, rue Jean Revel, rapport provisoire, Rouen, AFAN, Service régional de l’archéologie.

— (1993) – Rouen, rue Jean Revel, Bilan scientifique régional 1992, Haute-Normandie, Direction régionale des affaires culturelles de Haute-Normandie, Service régional de l’archéologie, p. 95.

Russell B. (2011) – The Roman Sarcophagus Industry : a Reconsideration. Elsner J. et Huskinson J. (dir.), Life, Death and Representation. Some New Work on Roman Sarcophagi, Berlin, De Gruyter, p. 119-147.

Schneider C. (1965) – Inhumations rituelles d’époque gallo-romaine à Caudebec-lès-Elbeuf. Annales de Normandie, 15, 3, p. 437-447.

Schuler R. (1995) – Nécropoles et sépultures d’époque romaine à Beauvais : état des connaissances. Revue archéologique de Picardie, 3-4, p. 49-140.

Sennequier G. (1993) – Verrerie d’époque romaine retrouvée en Haute-Normandie. Thèse de doctorat sous la direction de N. Gauthier, université de Tours, 559 p.

Vesly L. de (1912) – Cercueils de pierre découverts sur la place de l’église Saint-Romain, à Rouen. Bulletin de la commission des antiquités de Seine-Inférieure, 15, p. 158-160.

Notes

1 Selon l’expression et le titre d’un ouvrage de Jean-Jacques Hatt (1951).

2 Opération réalisée par l’INRAP. La post-fouille étant placée sous la direction de Myriam Texier, l’auteur de cet article collabore à cette phase, en étudiant l’ensemble du lapidaire.

3 Le no 48, mis au jour à Vernon dans les années 1960, en est le meilleur exemple. Il n’a pas été conservé sur place, ni au musée municipal. Par des documents touristiques glanés sur le web, on apprend qu’il se trouve dans un square, en bordure de Seine. Finalement, après des travaux, on le retrouve dans les ateliers municipaux.

4 Le no 12 est présenté au public sur les pelouses d’un jardin public, à Louviers (Eure). Aucun article ne permet de l’associer avec une découverte réalisée dans cette commune. Ce sont ses caractéristiques, tout particulièrement ses dimensions (Le Pesant, 1966), qui ont permis de l’identifier comme provenant de la commune de Daubeuf-la-Campagne (Eure).

5 Il faut remercier, pour leur collaboration et leur disponibilité, le musée départemental des Antiquités de Seine-Maritime, la Fabrique des savoirs à Elbeuf, les musée municipaux de Vernon et d’Évreux.

6 Mes remerciements vont à ma collègue Florence Carré, à Nathalie Bolo et à Christophe Chappet de la cellule « Carte archéologique ».

7 La recherche des sarcophages dispersés dans le jardin botanique d’Évreux s’apparente vite à un jeu de piste.

8 Il ne faut pas négliger les phénomènes de réemploi ; le no 35 en est la caricature puisque le sarcophage est réutilisé pour une abbesse de Saint-Amand (Chirol, 1966).

9 La présence de sculptures antiques sur les parois externes d’un sarcophage mérovingien (presque toujours composé de plusieurs parties pour la cuve), peut être assez spectaculaire (Coutil, 1895 ; le réemploi montre encore un bas-relief d’Hercule et d’une femme partiellement conservé). Pour la région Haute-Normandie, le réemploi de blocs antiques a été étudié pour la nécropole mérovingienne de la rue du Mûrier, à Louviers (Follain, 2002).

10 Cet établissement, cœur culturel et éducatif du pays d’Elbeuf, a remplacé le musée d’Elbeuf.

11 Remerciements à François Kerrouche, INRAP, lors de la manipulation des nos 8 et 9 et à Serge Le Maho, INRAP, pour les recherches dans la documentation de fouilles.

12 L’auteur de cet article est en charge du catalogue raisonné du lapidaire de cette opération réalisée par l’INRAP.

13 Sa référence pour l’opération est IH 2823.

14 La « fraîcheur » de ce sarcophage, sortant de fouilles, tout comme celle du no 9, permet une observation fine et complète des marques d’outils et donc une approche de sa stéréotomie satisfaisante.

15 Il est numéroté IH 2806 dans l’opération.

16 Renseignements communiqués par Myriam Texier et Laure Simon, INRAP.

17 D’où la présence de mortaises en queue d’aronde (Bourbon, 1886, p. 238).

18 Un fragment de couvercle tectiforme a été découvert en 1994. Il s’agit d’un fronton inscrit et décoré, associé avec deux têtes de dadophores, en guise d’acrotères (Lequoy et Guillot, 2004, p. 219, fig. 223).

19 Comme souvent, une description d’un sarcophage, trouvé rue du Renard en 1933, ne peut être utilisée. Le mobilier abondamment décrit indique clairement une inhumation antique, mais on ignore la forme du sarcophage, ses dimensions et son matériau (Alline, 1933). Un autre exemple de documentation inexploitable est donné par deux sarcophages, fouillés en 1992, rue Jean Revel. Ici, également, il n’y a pas de mesure, pas de description, pas de datation et pas d’indication de matériau, malgré la découverte dans le cadre d’une opération d’archéologie préventive (Royer, 1992 et 1993).

20 On a souvent dit qu’il s’agissait d’un marbre provenant du gisement de Vieux dans le Calvados, mais une origine pyrénéenne (pays de Lourdes) serait également envisageable. Les représentants du clergé de l’église Saint-Romain ont eu l’amabilité de donner accès à ce monument.

21 On parle, chez les tailleurs de pierre et chez les carriers actuels, de franc-banc. Cette dénomination se rencontre à la fois pour les carrières modernes et contemporaines de Caumont et de Vernon (Eure).

22 Ce qualificatif paraît plus justifié que celui de tectiforme, comme cela sera abordé dans les questions de typologie (voir infra).

23 L’effet de léger décaissement est le même, mais l’emploi d’un ciseau gradine est probable.

24 L’aspect actuel, ainsi que les documents anciens (Loisel, 1911, figure de la p. 81 ou les photographies dans Vesly, 1912, n. p.) montrent que le monumentum s’est beaucoup dégradé et a perdu une partie de son décor.

25 Disparu en 2014, il a finalement été retrouvé aux services techniques de la ville de Vernon. Ce service a été alors mis en contact avec le musée municipal pour son transfert et sa présentation au public.

26 Dans Dujardin, 1998, on lit, p. 185 : « il nous faut reconnaître notre manque de connaissances pour l’ensemble de la Normandie » ; et, p. 186 : « il n’y a pas, pour l’instant, de site d’extraction antique repéré de manière indubitable. » Cette prétendue origine antique des carrières médiévales est, par exemple, reprise dans Newman et al., 2014, p. 104 (à décharge, sur la base d’assertions de chercheurs locaux).

27 À l’exception d’une exploitation du banc de tuf d’eau douce, mise en évidence à Lillebonne lors du chantier de l’Hôtel de ville (Follain, 2004).

28 On voit actuellement, face à Caudebec-lès-Elbeuf, de nombreuses petites carrières abandonnées sur la rive droite. On peut tout à fait envisager que les sarcophages d’Uggate proviennent de ce banc facilement accessible.

29 On a pu observer dans certaines carrières l’extraction de cuves à l’horizontale surmontée d’extraction verticale des couvercles (Cognot, 2002, p. 125). Pour les carrières de Haute-Normandie, il faut considérer qu’un sarcophage représentait l’ouverture d’une surface de quatre à cinq mètres carrés, ce qui est particulièrement dispendieux en termes d’exploitation.

30 No 3, de la seconde moitié du Ier siècle ; nos 10, 11, 34 et 48, du IIe siècle. Il pourrait s’agir de mobilier thésaurisé.

31 Nos 4, 5, 8, 9, 13, 21, 23, 24, 26, 39, 40, 42 et 45.

32 La batellerie fluviale est connue par une bibliographie abondante. Son usage préférentiel pour le transport des produits de carrière a bien été souligné dans « Le transport vers les lieux d’utilisation » (Bedon, 1984, p. 137-144). On trouvera également dans Pichon, 2002 une réflexion concernant les navires utilisés au sortir des carrières. Lors d’une exposition récente, l’un de ces bateaux transportant des blocs de pierre a été présenté au public : exposition du 4 juin 2011 au 6 mai 2012 au musée départemental de l’Arles antique, intitulée « Opération Arles-Rhône 3. Fouille, relevage et restauration d’un chaland antique pour son installation dans l’extension du musée, 2011-2013 ».

33 Pour mémoire, le poids du no 8 a été estimé à 2 910 kg et celui du no 9 à 2 740 kg.

34 Sur la carte, fig. 2, on dénombre 24 sarcophages, sur 46, en milieu urbain.

35 Il suffit de citer les sarcophages des fouilles de l’église Saint-Ouen à Rouen (Cochet, 1873).

36 Ce sont les nos 1, 3, 5, 8, 9, 12, 17, 21, 26, 33, 34, 38, 39, 45, 46, 47 et 48.

37 Il faudrait d’ailleurs préciser « à frontons ou extrémités semi-circulaires ».

38 Ces deux tombeaux de « célébrités » dispensent d’une liste sans fin de comparaisons.

39 En Gaule, seuls trois sarcophages ont retenu l’attention (Pardyova, 1997, p. 140-141 et 144).

40 À Charmes (Amaury, 2011, p. 34 et fig. 1), à Morneix (Révon, 1870, no 74, p. 42 ; Ernst, 2014, p. 13), à Aoste, dit sarcophage de Rhodia (Pilot de Thorey, 1843), sur le territoire des Segusiaves (Béal, 2013, p. 221-222), à Marseille dans la basilique funéraire de la rue Malaval (Moliner, 2006) et à Arles (avec par exemple : Gaggadis-Robin, 2005, p. 250, no 91).

41 Tout comme Arles a conservé le tombeau (Benoît, 1954, no 4, p. 35) de son évêque de la fin du IVe siècle, Concordius, on peut imaginer que Rouen possède, au musée départemental des Antiquités, le sarcophage d’un de ses premiers prélats.

42 Ceci expliquerait la présence d’un sarcophage isolé à Ferrières-Haut-Clocher (no 23, voir fig. 2).

43 Cette attribution à la période mérovingienne est d’ailleurs quelque peu abusive (Lequoy et Guillot, 2004, p. 225). Ces sarcophages ayant été découverts pillés, elle ne repose que sur un contexte bien vague, celui de la proximité de la crypte Saint-Gervais, sur une forme légèrement trapézoïdale et sur la présence d’un chrisme ; pourtant, ce dernier ne jurerait pas avec une datation paléochrétienne.

44 Ce sont les motifs ornementaux qui sont également utilisés pour justifier une datation du haut Moyen Âge. Le rapprochement fait par M. Baylé (1985, p. 222) avec le tombeau d’Agilberte, à Jouarre (voir la description précise par comparaison : Maillé, 1971, p. 244-250), n’a rien de probant. Comme elle le reconnaît, il est franchement remanié et d’une composition décorative éloignée. Le décor de rosaces et celui des octogones sont, finalement, très comparables aux cartons employés par les mosaïstes de l’Antiquité (voir Balmelle et al, 1985, pl. 247, p. 391, pour les rosaces et pl. 169, p. 260, pour les octogones). Là aussi, une attribution à la période paléochrétienne est vraisemblable.

45 Les découvertes de sarcophages en feuilles de plomb sont nombreuses en Haute-Normandie. Elles ont intéressé précocement les antiquaires et les érudits, la littérature qui les concernent semble abondante (voir par exemple Langlois, 1829).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Fouille du sarcophage (no 48) de Vernon à une époque où l’on s’intéressait plus au contenu qu’au contenant (cliché : archive privée).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4311/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Légende Fig. 2. Carte de répartition des découvertes de sarcophages rectangulaires. La diffusion et la production se concentrent autour de la vallée de la Seine et de ses affluents, Eure et Iton. (© É. Follain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4311/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 608k
Légende Fig. 3. Sarcophage (no 1) découvert sur la commune d’Ailly (croquis extrait des notes Lalun ; bibliothèque municipale de Louviers).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4311/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 4. Sarcophage (no 3) à couvercle bombé de Canappeville (cliché et relevés : F. Carré ; DAO : É. Follain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4311/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Fig. 5. Nécropole des « Serres Chevrier » à Caudebec-lès-Elbeuf. Sarcophage (no 4) au couvercle tectiforme exposé à la « Fabrique des Savoirs » (© É. Follain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4311/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 6. Nécropole des « Serres Chevrier » à Caudebec-lès-Elbeuf. Cuve de sarcophage et son inhumation (no 5) exposées à la « Fabrique des Savoirs ». Le couvercle bombé, trop dégradé, n’a pas été conservé (© É. Follain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4311/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 7. Sarcophage (no 8) découvert à Caudebec-lès-Elbeuf en 2011. Seul le bossage latéral de la cuve permet de le distinguer de l’exemplaire suivant (© É. Follain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4311/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Légende Fig. 8. Sarcophage (no 9) découvert à Caudebec-lès-Elbeuf en 2011 (© É. Follain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4311/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Légende Fig. 9. Sarcophage (no 10) de Criquebeuf-sur-Seine (cliché et relevés : D. Halbout-Bertin, service régional de l’archéologie ; DAO : É. Follain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4311/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig. 10. Sarcophage (no11) aux extrémités arrondies de Criquebeuf-sur-Seine (cliché et relevés : D. Halbout-Bertin ; DAO : É. Follain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4311/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Fig. 11. Sarcophage (no 12) de Daubeuf-la-Campagne, actuellement conservé sur la pelouse du jardin public Aristide Briand, à Louviers (© É. Follain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4311/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig. 12. Sarcophage à couvercle bombé (no 17) d’Évreux, conservé dans le jardin botanique ; il provient du secteur de la gare où il a été découvert en 1853 (© É. Follain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4311/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 13. Sarcophage à couvercle tectiforme (no19) découvert en 1854, conservé dans le jardin botanique d’Évreux (© É. Follain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4311/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 14. Sarcophage à couvercle tectiforme (no 20) découvert en 1854, conservé dans le jardin botanique d’Évreux. C’est la présence d’une baguette soulignant la faîtière qui le distingue (© É. Follain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4311/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 15. Sarcophage (no 21) provenant du secteur de la gare en 1884, présenté au public sur la pelouse du musée municipal. Il est connu pour son inhumation féminine accompagnée d’une patère en verre gravé (© É. Follain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4311/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig. 16. Extrait d’une lithographie intitulée « Intérieur de l’église de Graville », tirée de Nodier et al., 1820. Dans la niche on aperçoit le sarcophage (no 24) de sainte Honorine.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4311/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 17. Sarcophage (no 35) réemployé dans l’abbaye Saint-Amand de Rouen. Il est déposé dans la cour intérieure du musée départemental des Antiquités de Seine-Maritime (© É. Follain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4311/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 18. Sarcophage au décor de masques affrontés sur frises de boucliers (no 38). Il est conservé au musée départemental des Antiquités de Seine-Maritime (© É. Follain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4311/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 19. Sarcophage (no 39) comportant une inscription dans une tabula ansata. Il est conservé au musée départemental des Antiquités de Seine-Maritime (© É. Follain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4311/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 20. Sarcophage aux « dimensions monumentales » (no 40). Il est conservé à l’extrémité de la cour intérieure du musée départemental des Antiquités de Seine-Maritime (© É. Follain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4311/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende Fig. 21. Restitution du sarcophage monumental (no 40) à acrotères de Rouen (© É. Follain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4311/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 22. Le fond de la figure est un détail du marbre du sarcophage de saint Romain (no 41). À gauche, en haut, dessin de Bonnet et Pelay publié en 1897. À droite, en bas, l’autel de l’église Saint-Romain où le sarcophage est enchâssé (© É. Follain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4311/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Légende Fig. 23. Sarcophage (no 43) mérovingien (ou paléochrétien) découvert en 1910 sur la place de l’église de Saint-Gervais. Son décor de rosaces et d’octogones, associé à un chrisme, est particulièrement exceptionnel (© É. Follain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4311/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Légende Fig. 24. Sarcophage (no 44) mérovingien (ou paléochrétien) découvert en 1910 sur la place de l’église de Saint-Gervais. Il provient de la même fouille que le précédent (© É. Follain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4311/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig. 25. Dessin des deux sarcophages de Sotteville-lès-Rouen (Déville, 1845). Celui de gauche est conservé au musée départemental des Antiquités à Rouen. Il ne présentait pas de cartouche latéralement, il s’agit de sa section (nos 45 et 46).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4311/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 26. Sarcophage (no 46) de Sotteville-lès-Rouen, conservé dans la cour intérieure du musée départemental des Antiquités à Rouen (© É. Follain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4311/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 27. Sarcophage d’enfant (no 47) découvert lors d’une opération préventive sur la commune de Val-de-Reuil. Conservé au dépôt de fouilles du service régional de l’archéologie (© É. Follain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4311/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 28. Sarcophage (no 48) de Vernon (© É. Follain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4311/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Légende Fig. 29. Traces de finition à la gradine photographiées sur les cuves et les couvercles de sarcophages (nos 7 et 8) découverts à Caudebec-lès-Elbeuf en 2011 (© É. Follain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4311/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 30. Quelques exemples de cuves présentent un angle soigneusement abattu. Faut-il y voir la marque de fabrique d’un atelier ? (© É. Follain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4311/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 31. Les deux types principaux de sarcophages gallo-romains rencontrés en Haute-Normandie : en haut, type A, à couvercle en bâtière ; en bas, type B, à couvercle bombé (© É. Follain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4311/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 32. Comparaison du couvercle du sarcophage monumental de Rouen (voir fig. 20 et no 40) avec les couvercles ségusiaves (DAO : É. Follain, d’après Béal, 2013, fig. 16, p. 222).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4311/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 33. (Coutil, 1932, p. 157, pl. V). À gauche, Léon Coutil, et sa barbe blanche, à droite, un carrier, le pied vainqueur sur le couvercle retourné d’un sarcophage (no 33 ou 34).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4311/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 229k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540