Version classiqueVersion mobile

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Alizay, 20-22 juin 2014

 | 
Luc Liogier

Évreux (Eure), 19 et 21 rue du Docteur-Poulain. Nouveau bilan sur la grande nécropole du sud d’Évreux

Évreux (Eure), 19 and 21 rue du Docteur-Poulain. New overview of the large necropolis in southern Évreux

Frédéric Kliesch

Résumé

Les données de la fouille permettent de proposer un nouvel état des connaissances sur la grande nécropole du « Clos au Duc » à Évreux. Les résultats sont très probants en matière d’organisation, de gestion et de recrutement de l’espace funéraire. La crémation est pratiquée jusqu’au IIIe siècle, ce qui remet en cause la prévalence de l’inhumation qui était perçue jusqu’alors au travers des différentes interventions dès le IIe siècle et montre plutôt une sectorisation des pratiques funéraires. L’apport majeur de cette fouille est le constat d’un semi-enfouissement des ossuaires qui explique peut-être la rareté des découvertes de conduits de libation.

Texte intégral

Introduction

Découvertes antérieures à 1983

1La grande nécropole antique dite du « Clos au Duc », située au sud de la ville de Mediolanum-Aulercorum (Évreux), fait l’objet de recherches archéologiques depuis de nombreuses années.

2Dès 1830 a lieu une première découverte. Elles vont s’enchaîner durablement lors de la construction de la ligne de chemin de fer Paris-Caen-Cherbourg, commencée en 1854. Les excavations ferroviaires ont livré de nombreuses sépultures dans le secteur situé entre l’actuel viaduc de l’avenue Winston-Churchill et la rue du Lycée, ainsi que dans les rues du Chantier, du Capitaine-Louis-Herriot et rue Franklin-Delano-Roosevelt. Les érudits locaux, les élus, les journalistes et habitants suivent et consignent ces découvertes (Kliesch, 2012).

3D’autres observations ont été faites à la fin du XIXe siècle, puis dans les années 1907 à 1925 par H. Lamiray et M. Le Pesant, lors des reconstructions d’après-guerre (Lamiray, 1927 ; Cliquet, 1993). Toutes ces découvertes se concentrent dans un triangle dessiné par le haut de la rue Saint-Louis, la gare SNCF et « Le Buisson ».

Le développement de la nécropole

4À l’époque antique, si le monde des vivants est implanté dans la vallée sur les bords de l’Iton, l’espace réservé aux morts est établi au sud de la ville, sur le rebord de plateau, à flanc de coteau, au lieudit le « Clos au Duc ».

5Depuis 2009, les diagnostics négatifs situés sur le haut du plateau indiquent des espaces non anthropisés qui enserrent la nécropole (fig. 1 ; Kliesch, 2014a). Ces données sont confirmées par l’identification de l’une de ses limites à l’est (Kliesch, 2011). Sur le haut du plateau, le diagnostic pratiqué aux 14-16 rue de Bellevue démontre la présence exclusive de la crémation (Kliesch et Leterreux, 2014). À proximité, une fouille, réalisée aux 19-21 rue du Docteur-Poulain, sur 780 m2, confirme la prédominance des crémations du Ier au IIIe siècle sur cette partie haute du plateau. Les résultats de cette fouille font l’objet de cet article.

6Un peu plus bas, trois interventions ont été menées aux 2 et 2bis rue de Bellevue (diagnostics : Pluton-Kliesch, 2002 ; Carré, 2000 ; Kliesch, 2014b). Elles ont livré de rares crémations et de nombreuses sépultures à inhumation, dont un cercueil en plomb. Une fouille réalisée à mi-pente, sur la parcelle AT 384 (Pluton-Kliesch dir., 2003), a livré 181 structures funéraires datées du Ier siècle après J.-C. À cette époque, les sépultures secondaires à crémation sont majoritaires. On note la présence de 25 inhumations de sujets périnataux et une prédominance des sépultures secondaires à crémation pour les sujets adultes et immatures (78 cas ; Pluton-Kliesch et al., 2008b). C’est à proximité de cette parcelle qu’une stèle gallo-romaine a été mise au jour par É. Follain en 1983 (Varoqueaux, 1984, p. 396).

7Une fouille et un diagnostic ont été menés sur le tiers inférieur de la pente, rue de la Libération. Le diagnostic sur la parcelle XP 43 a révélé 11 sépultures à inhumation datées des II-IIIe siècles (Pluton-Kliesch, 2008a). La fouille (3bis rue de la Libération) a livré sur 200 m2 une forte densité de sépultures, sur trois niveaux : une crémation du Ier siècle perturbée et 120 sépultures à inhumation datées de la fin du Ier au IIIe siècle (Pluton-Kliesch et al., 2009). Les sépultures se répartissent en trois phases. La phase I, datée de la fin du Ier siècle ou du début du IIe siècle, renferme des défunts habillés (Kliesch et Pluton-Kliesch, 2010), inhumés sur le dos, dans des cercueils en bois cloués. Il s’agit d’individus adultes (hommes et femmes) et immatures. Les sépultures de la phase II, datées du IIe siècle de notre ère, sont généralement atypiques. Les défunts, majoritairement des hommes adultes, sont souvent inhumés sur le ventre, en position contrainte ou en hyper extension. De plus, les fosses sépulcrales renferment des ossements d’équidés. Si la plupart du temps ce sont des ossements épars, cinq sépultures ont livré plusieurs quartiers de chevaux. Il semble s’agir d’une gestion « hygiéniste » de ces carcasses animales. Enfin, la phase III renferme trois sépultures à inhumation, dont un cercueil en plomb sans décor et anépigraphe (Pluton-Kliesch et al., 2013). Au IIIe siècle, la nécropole n’a plus lieu d’être éloignée de la ville pour des raisons de sécurité (crainte de l’incendie). Elle s’étend jusqu’aux portes de la ville, le long des voies antiques, où la population a fait construire des tombeaux. Lors de l’agrandissement de la rue Franklin-Delano-Roosevelt en 1838, des tombes ont été trouvées de part et d’autre de la chaussée, confirmant l’extension de la nécropole. De même, un diagnostic réalisé au 46 rue Franklin-Delano-Roosevelt a révélé la présence de deux sépultures à inhumation antiques (Kliesch, 2014c). Dans ce cadre, l’intervention archéologique réalisée aux 19 et 21 rue du Docteur-Poulain à l’hiver 2011 (Kliesch, 2014d) constitue une suite logique pour la reconnaissance systématique de tous les secteurs rattachés à cette grande nécropole.

Fig. 1. Plan de localisation des diagnostics et fouilles dans le secteur de la nécropole du « Clos au Duc » à Évreux (DAO : F. Kliesch).

8L’implantation topographique nous semble être un choix opportuniste : c’est un secteur en pente, difficilement constructible, et boisé. Or, la pratique de la crémation nécessite deux conditions : la présence de combustible (arbre, bois) et une mise en sécurité, à savoir être loin de la ville par crainte de l’incendie. De plus, son accès est aisé car ce secteur est desservi par une voie qui mène au sanctuaire du Vieil-Évreux, et qui relie les villes de Dreux et Chartres à Évreux. Par ailleurs, cette voie passe probablement, 500 m plus au sud-est, aux abords d’un fanum (fouille du LEP Hébert ; Doyen dir., 2002). Aux IIe et IIIe siècles, un second chemin existe sans doute, il est toujours utilisé et est attesté au Moyen Âge (chemin Saint-Louis, rue de la Libération).

9La nécropole se développe en même temps que la ville. Actuellement, les fouilles montrent que le cimetière du Ier siècle, où la crémation est prédominante, semble se situer sur le rebord de plateau et jusqu’au milieu de celui-ci. Le pendage naturel est modulé par un apport de terre afin de réaliser des terrasses.

La gestion de la nécropole

10Existe-t-il une gestion raisonnée de cet espace ou ne fait-il qu’être aménagé au fil des siècles et lors du changement de mode funéraire ? À cette question, nous répondons que des aménagements partiels sont perceptibles. La fouille aux 19-21 rue du Docteur-Poulain (Kliesch, 2014d) montre, par le phasage, que la limite est figée à l’est depuis la seconde moitié du Ier siècle. Cette limite est matérialisée par l’implantation des fossés de clôture (St. 64 et 65). Dans un même temps, un chemin d’accès (St. 108) est soit réhabilité (entretenu), soit créé. Au même moment, une couche de remblai (graviers et terre mêlée, US 101) est apportée dans l’aire sépulcrale. Jusqu’alors, nous n’avons pas observé ailleurs dans la nécropole (les conditions ne le permettaient pas) de réorganisation ou un entretien des lieux. Nous pouvons donc considérer qu’une volonté d’aménagement existe, mais qu’en fonction des surfaces fouillées, de la densité d’urbanisation et de la nature des aménagements, il n’est pas toujours possible de les infirmer ou de les confirmer.

11Une autre gestion de l’espace funéraire discrète, mais maintenant confirmée en divers points de la nécropole, est celle des déchets issus de la ville, notamment les ossements issus de l’abattage de la faune, des restes de boucherie et des travaux artisanaux. On observe en plusieurs lieux l’enfouissement de restes d’équidés (majoritaires), de bovidés, de caprinés, etc. (Lepetz et al., 2010 ; Pluton-Kliesch et al., 2010). Ces restes sont essentiellement ceux qui sont impropres au travail de récupération de matière première (tabletterie). La place des ossements de chevaux dans les tombes a été observée pour la première fois en 1851, lors de la création de la pile du viaduc du chemin de fer.

Les apports de la fouille aux 19-21 rue du Docteur-Poulain

12Ce secteur (fig. 2) a eu longtemps une vocation agricole. En 1920, l’office des Habitations à bon marché (HBM) décide de construire la cité-jardin avec la création de trois nouvelles rues : la rue du Château-d’Eau, la rue du Docteur-Poulain et la rue Alphonse-Chassant. C’est lors de la démolition de ces constructions de 1920 pour une restructuration de l’habitat qu’a été réalisée la fouille archéologique. Elle a nécessité un double décapage. 59 sépultures secondaires à crémation, 5 poteaux, 6 fossés, 1 fosse (St. 49), 2 supposés lambeaux de sol (St. 28 et 53), 23 sépultures secondaires à crémation probables, 1 chemin (St. 108) et 2 structures modernes ont été mis au jour. Le deuxième décapage a révélé le fossé de clôture de la nécropole. Ce fossé a également été perçu lors du diagnostic des parcelles contiguës des 14 et 16 rue de Bellevue (Kliesch et Leterreux, 2014). Deux trous de poteaux qui participent peut-être à un système de couverture léger à l’entrée de la nécropole ont aussi été observés.

La gestion de l’espace funéraire

Le remblai (US 101), un double niveau d’utilisation de l’aire sépulcrale

13L’apport du remblai (US 101) sur environ 400 m2 a nécessité une main d’œuvre sans doute importante et généré un coût. Nous avons pu observer que l’épaisseur de ce remblai varie considérablement d’un groupe de tombes à un autre, passant de quelques centimètres à 20 ou 30 cm. Cette disparité ne peut pas être expliquée par un ravinement ou une action anthropique délibérée, et la couche sédimentaire apportée nous a semblé « en place ». Il est possible que ceux qui ont commandé et payé cet apport aient profité de leur position pour faire déposer dans des secteurs préférentiels plus de matériaux. À cette hypothèse, nous préférons l’idée, que nous n’avons pas pu vérifier sur le terrain mais qui semble la plus raisonnable, à savoir la mise à plat du sol du cimetière. Les creux du sol, les dépressions générées par le passage, le ravinement et les creusements des sépultures auraient donc naturellement été plus fournis en épaisseur de matériaux (US 101).

14Ce remblai (US 101) était une nécessité pour enfouir de nouveaux dépôts funéraires dans un sol déjà densément occupé, sans conséquence sur les dépôts déjà en place.

15La lecture attentive des sédiments (US 101, 102 et 103) n’a pas toujours permis de déterminer précisément les contours des fosses funéraires, mais il semble que le rôle joué par l’apport de remblais ait évité des recoupements importants, puisque nous n’en n’avons pas observés sur le terrain. Pour autant, la présence de tessons épars dans le fossé d’enclos, St. 64 et 65, témoigne de bris de pots et cruches. La fouille a, elle aussi, montré la présence de tessons de verre et de céramiques isolés ne se rapportant à aucune sépulture. Enfin, pour finir sur l’apport de l’US 101, celui-ci s’opère concomitamment ou juste après le creusement des fossés (St. 64 et 65) puisque le chemin (St. 108) qui passe entre les deux fossés est constitué du même matériau.

Le phasage

16Les dépôts de la phase I (30 cas) semblent s’axer sur le reliquaire et sont d’une modestie toute relative. Même s’il existe des dépôts plus conséquents en nombre de vases et de mobilier, le dépôt unique du vase reliquaire reste majoritaire. À cette observation nous objecterons qu’il faut rester prudent d’un point de vue statistique. En effet, les dépôts de la phase II sont moins nombreux (10 occurrences). Les structures de phase indéterminée sont au nombre de 13. Enfin, nous dénombrons 6 structures qui sont dans un espace chronologique dit de transition. L’arasement de la phase I n’est pas un phénomène brut et important. Il est plutôt un mode d’ensevelissement incomplet et volontaire des éléments en céramique. Le rehaussement du sol du cimetière qui lui est consécutif a pu être destructeur pour les dépôts de la phase I par un apport de poids et une circulation pédestre sur les dépôts qui, visibles dans un premier temps, sont masqués par l’US 101. La sépulture St. 27, dont la datation par la céramique indique les IIe ou IIIe siècles après J.-C., a été creusée avant l’apport du remblai US 101 et se voit calée chronologiquement par les deux monnaies trouvées dans l’ossuaire. En effet, une troisième monnaie, dont la date d’émission est 140 de notre ère et dont la circulation est envisageable jusqu’à 275, trouvée dans l’US 101, montre que le fossé d’enceinte, le chemin et l’US 101 apparaissent après 140. Il ne nous est pas possible de préciser davantage la chronologie de l’agencement spatial de la nécropole. L’étude numismatique indique que les trois monnaies concernées peuvent potentiellement circuler jusqu’en 275. Si l’on suppose que les dépôts funéraires sont faits avec des monnaies qui sont proches de leur date d’émission, nous avons du mal à croire qu’elles aient pu être gardées pendant respectivement 70 et 60 ans. Pour cette raison, nous excluons un réagencement de la nécropole après le second siècle. Il est plus raisonnable de penser que cette modification a lieu entre 140 et 175, la date de 200 étant le terminus post quem envisageable. Nous n’avons pas d’autre élément qui permette de préciser ce phasage, mais il est certain que toutes les tombes du Ier siècle et du premier quart du IIe siècle sont antérieures à la phase II.

Enfouissement incomplet (tombes de la phase I)

17L’absence de contours visibles des tombes et de leur creusement en phase I est une preuve en faveur d’un enfouissement partiel. En effet, si lors du creusement les urnes ne sont que semi-enterrées, leurs parties supérieures sont vite exposées au ravinement, aux différences de températures extérieures, notamment au gel, mais aussi aux différences de température et d’humidité entre la partie ensevelie et la partie à l’air libre. Il s’ensuit la disparition de la partie haute des contenants. Il en découle également que nous ne retrouvons que peu de couvercles ou fragments d’un second individu dont des éléments de panse servent à obstruer le dépôt. Il en résulte aussi un accès facile au dépôt pour des libations. Cette hypothèse est confirmée par l’observation sur de nombreux pots et cruches ossuaires de desquamations de la face externe, qui pourraient correspondre à une exposition au gel.

Fig. 2. Plan de la fouille des 19 et 21 rue du Docteur-Poulain à Évreux (DAO : D. Lépinay).

18Le dépôt en partie visible en surface explique aussi pourquoi nous n’avons, malgré deux niveaux de sépultures, aucun recreusement prouvé à la fouille. Si le dépôt est détectable, il est facile de l’éviter lors de l’installation d’une nouvelle sépulture. De même, il est aisé de rouvrir une tombe sans dégrader le premier dépôt (St. 70 en est l’illustration). Enfin, lors de la restructuration ou de l’aménagement de fossés de clôture, l’apport du remblai US 101 vient sceller les tombes, ce qui nous permet de comprendre tous ces phénomènes. La stratigraphie, associée à la datation des céramiques et aux datations apportées par 14 monnaies dans les sépultures, permet donc de confirmer ce phasage. Le recouvrement par l’US 101, associé aux éléments climatiques, aux datations céramiques et numismatiques, n’existe pas pour la phase II, ce qui ne nous permet pas de savoir si, lors de cette phase, les enfouissements étaient incomplets comme en phase I.

Une limite de la nécropole et l’un des chemins d’accès

19L’une des limites de la nécropole est représentée par les fossés 64 et 65 (Kliesch, 2014d). Ces fossés, qui ont été en eau, sont creusés dans le calcaire, et une couche hydromorphe a été observée au fond sur une hauteur variant de 10 à 20 cm. Puisque le fossé est creusé après le début de l’utilisation du secteur funéraire (dans le courant du second siècle), qu’il est en eau au moins ponctuellement, que des vases de la première phase sont plus ou moins exposés à l’air libre et que des dépressions existent dans le cimetière, on peut supposer que ce rebord de plateau possédant un pendage infime était cependant gorgé d’eau, au moins en période hivernale, eau qui provenait du plateau, probablement fortement déboisé et dont le terrain ne permettait plus l’absorption des surplus lors des phénomènes pluvieux. Ainsi, les fossés creusés dans le courant du second siècle ont eu un rôle prophylactique et de drainage pour le ruissellement, et un rôle de clôture séparant la partie cimetériale de la partie non funéraire. Le chemin St. 108 donnait accès à la nécropole par une interruption du fossé de limite. Son remblai caillouteux garantissait un accès « au sec ». Légèrement décalés à l’intérieur de l’entrée formée par les extrémités des fossés 64 et 65, nous avons mis au jour deux trous de poteau (St. 94 et 95) qui pourraient avoir participé à la matérialisation de l’entrée du cimetière, ou à l’élaboration d’un système de couverture légère de l’entrée. En l’absence d’autres éléments, il n’est pas possible d’affirmer qu’un tel dispositif existait. En revanche, nous notons l’absence totale de tombe dans l’espace formé entre ces poteaux et l’interruption des fossés. Une tombe, St. 17, a été creusée dans l’axe des fossés St. 64 et 65. Cette tombe a été fortement endommagée par la rigole large de 0,2 m qui permet l’évacuation du surplus d’eau du fossé 65 dans le fossé 64. Cette rigole sert de trop-plein en cas d’un afflux massif d’eau et sa faible largeur permet à toute personne qui entre dans la nécropole par le chemin St. 108 de l’enjamber.

La chaîne opératoire des funérailles

20L’étude des 59 sépultures secondaires à crémation livre une part d’information non négligeable sur les pratiques funéraires entre la seconde moitié du Ier siècle de notre ère et la fin du IIIe siècle.

21Aucune des fouilles réalisées sur la nécropole n’a livré d’ustrinum. Nous ne disposons que d’une mention ancienne (Lamiray, 1927, p. 96) qui décrit une vaste zone crématoire. « L’ustrinum, qui contenait cette statuaire, était formé d’une fosse de 18 m de long, large de 1 m 60 et profonde de 0 m 80 à 1 m, orientée nord-ouest-sud-est. Depuis la surface jusqu’au fond de la fosse, garnie de deux rangs de silex bruts, nous trouvâmes des débris de figurines dans toutes les couches et sur toute l’étendue de la fosse. Le sable argileux sous-jacent en contenait lui-même quelques fragments forts difficiles à y découvrir. En dehors des fragments de statuettes, la fosse contenait parmi un grand nombre de foyers, reconnaissables aux couches de cendre et de bois brûlé, et séparés par des fragments de tuiles à rebord, des clous forgés, des débris de vases de terre commune et de verre, des monnaies dont la plus récente est de Marc-Aurèle, des fibules, des perles de verre, des os de bœuf et quelques ossements humains. […] Les centaines de sépultures par incinération, qu’on a trouvées, ou qui existent encore à l’entour, sont une preuve convaincante de l’existence de l’ustrinum en ce lieu [...] » S’agit-il du bûcher principal de la nécropole ?

22La position de cet ustrinum n’était pas connue jusqu’à ce jour, en l’absence de plan de situation. Le recoupement des indices lacunaires laissés par les érudits locaux du début du XXe siècle nous permet d’affirmer qu’il se situe à proximité de l’avenue Winston-Churchill et de la rue d’Hardencourt. Ce dispositif de crémation n’était peut-être pas le seul utilisé et il reste sans doute d’autres structures analogues à proximité de celui trouvé par H. Lamiray en 1925. De petits bûchers individuels peuvent aussi avoir existé dans la nécropole, et même sur la parcelle fouillée, mais, s’ils sont à usage unique, les données ethnologiques indiquent qu’ils ne laissent aucune trace au sol.

23Une seule sépulture a livré du mobilier brûlé, déposé sur le bûcher au côté du défunt, il s’agit d’une palette à fard (St. 89, phase I). Les éléments de parure et de vêtement (clous de chaussures, fibules brûlées) sont généralement fréquents. Leur absence peut indiquer qu’ils n’ont pas été placés sur le bûcher ou recueillis par l’officiant, le collecteur d’os.

24Les poids des dépôts osseux sont très faibles et le ramassage indique que seule une partie des os est mise en dépôt dans les urnes reliquaires. Ce geste est renforcé par la propreté des ossements retrouvés. En effet, nous n’avons pas observé, lors de la fouille des tombes en laboratoire, de charbon, de cendre, de résidus de verre fondu ou de métaux. Nous pouvons en conclure que l’officiant n’utilisait pas d’outil pour le ramassage ou que les ossements collectés étaient triés et lavés.

25Après cette collecte très sélective arrive le moment du dépôt dans la tombe. Là encore, plusieurs étapes des funérailles nous échappent (éventuel cortège, chants, prières, partage et recueillement autour des restes du défunt, partage de repas, d’offrandes, dépôts d’éléments périssables, etc.).

26La tombe devient notre repère pour cette fin de la chaîne opératoire puisque les éléments qu’elle livre sont figés (lorsqu’ils ne se décomposent ou ne se dégradent pas) jusqu’à ce que nous les mettions au jour. Dans nos parcelles, les tombes sont creusées peu profondément et lorsque des rognons de silex bruts ou de gros silex saillants et angulaires sont trouvés au moment du creusement, ils servent à caler les vases reliquaires ou d’accompagnement. Ce geste ultime témoigne d’une habitude puisqu’il est récurrent (au moins 26 cas sur 59).

Choix des contenants funéraires

27Le choix des contenants utilisés comme vases ossuaires, rue du Docteur-Poulain, diffère profondément de celui fait sur la parcelle AT 384. Ainsi, les pots à cuire en pâte sombre dorés au mica sont ici peu représentés, alors qu’ils étaient prépondérants sur la parcelle AT 384 (Pluton-Kliesch dir., 2003). Les dépôts funéraires sont constitués de 63 amas osseux pour 64 défunts déposés dans 59 tombes. Le choix des urnes ossuaires est équilibré entre les pots et les cruches. Nous dénombrons 23 pots, 22 cruches dont une à tubulure latérale, 3 bouteilles, 1 gobelet, 1 flacon, 6 contenants périssables et 7 contenants indéterminables (dont une verrerie).

28Les formes les plus fréquentes sont donc les cruches et les pots, à deux anses ou non, présentant des lèvres en « gouttière » facilitant la pose de couvercles. Il s’agit le plus souvent de productions locales en pâte claire. On constate la présence d’une cruche pouvant provenir du pays d’Auge (pôle de production dit « groupe d’Argences », dans l’actuel Calvados). À noter également la présence d’une intéressante cruche, modèle unique, montrant un poucier et dorée au mica (structure 34, iso 24), d’origine indéterminée (Feret, 2014).

29La répartition des formes se retrouve aux deux périodes puisque la phase I regroupe 11 cruches et 10 pots et que la phase II révèle 3 cruches et 5 pots. En ce qui concerne la phase dite de transition, nous comptons 1 cruche et 4 pots. Enfin, 6 cruches et 4 pots ne sont pas chronologiquement situés.

30Les autres formes de contenant ne sont pas assez nombreuses pour être interprétées, mais elles semblent se retrouver dans les deux phases. Deux contenants périssables sont attribués à la phase I, un à la phase de transition, un à la phase II et deux sont non datés.

31Ces identifications rapportées au phasage montrent l’absence de choix préférentiel entre cruche et pot. Elles montrent aussi que ce sont les formes les plus courantes et les formes fermées qui sont les plus nombreuses.

32Existe-t-il alors un choix relatif à l’âge du défunt ? Tout d’abord les immatures sont contenus dans 7 cruches et 11 pots. Les adultes et sujets de taille adulte se répartissent dans 4 cruches et 7 pots. Un si faible échantillon de population ne donne qu’une tendance. La différence ne semble en rien flagrante ou révélatrice d’un choix. Au mieux, le pot est à peine surreprésenté. L’étude par phase montre la même répartition très équilibrée. La phase I montre des chiffres plus hauts, mais comme les tombes y sont plus nombreuses, ce résultat était attendu. En somme, les immatures sont traités comme les adultes (fig. 3) dans cette partie de la nécropole durant les deux phases.

33Si la forme des urnes qui servent d’ossuaires n’est pas discriminante, est-elle adaptée au volume des ossements qu’elle contient ? Il n’en est rien. En effet, les dépôts observés varient de 451,1 g (St. 8) à 0,1 g. Il en découle un espace de dépôt très restreint puisque la moyenne des dépôts complets des adultes est de 164,78 g et celle des immatures est de 23,06 g. Or les urnes, si elles étaient choisies en fonction de la masse du dépôt, devraient toutes être de petit gabarit ce qui n’est pas le cas. Dans de nombreux cas, les ossements ne remplissaient que le tiers inférieur de l’urne.

Fig. 3. À gauche : l’ossuaire de la tombe St. 34, une cruche contenant 54,1 g d’ossements brûlés d’un défunt adulte ; à droite : l’ossuaire de la tombe St. 5, un pot contenant 8,7 g d’ossements brûlés d’un défunt âgé de 0 à 1 an (cliché : F. Kliesch).

Fig. 4. À gauche, le pot ossuaire qui contenait une cruche à tubulure latérale en verre qui recouvrait le dépôt osseux brûlé d’un défunt âgé de 0 à 1 an (cliché : F. Kliesch).

34Il n’existe aucun choix de taille d’urne qui soit en relation avec l’âge du défunt ou bien le volume d’ossements. Nous avons choisi d’illustrer ce propos avec les vases recollés des structures St. 5 et 34 (fig. 3). Une seule structure (St. 107, iso 154) pose la question d’un éventuel choix de l’ossuaire. C’est une cruche en terre cuite à tubulure latérale (biberon). Elle contient 0,6 g d’ossements brûlés qui pourraient suggérer un individu immature, mais la détermination est impossible. En l’absence de preuve nous nous rangerons à la même conclusion que pour le choix des formes.

35Les adultes et les immatures sont déposés indifféremment, quel que soit le poids des ossements, dans des contenants en céramique et beaucoup plus rarement en verre dont la capacité n’est pas en rapport avec le volume des esquilles ramassées sur le bûcher (fig. 4).

Des dépôts fermés ?

36La gestuelle des funérailles n’est pas la seule à intervenir dans les nécropoles. En effet, la mise en terre est suivie de cérémonies de toute nature. Parmi ces commémorations, il est parfois nécessaire pour les familles de procéder à des offrandes et des libations. Cette partie de la chaîne opératoire ne laisse pas ou très peu de traces archéologiques et est surtout documentée par les sources écrites.

37La question de la ré-intervention sur le dépôt (pour y verser des liquides, par exemple) est illustrée par certaines des tombes. Le dispositif d’ouverture marqué par un bloc de calcaire sur la sépulture St. 5 permet en effet une interaction avec le dépôt. De même, les sépultures St. 26, 72 et 83 possédaient sans doute un couvercle constitué par des formes basses en céramique. Les dépôts des tombes St. 5 et 26 sont de la phase II et ceux des sépultures St. 72 et 83 sont de la phase I. Nous ne pouvons nullement prouver que les dépôts ont été rouverts pour les cérémonies. Nous constatons juste qu’ils étaient facilement accessibles, en particulier ceux de la phase I puisqu’ils étaient souvent partiellement enfouis.

Le mobilier d’accompagnement dans les tombes

38La nature des dépôts (parures) est similaire dans toute la nécropole. Il existe toutefois des disparités sur les sépultures puisque certaines sont accompagnées de cruches ou de verreries quand d’autres ne contiennent qu’un pot ossuaire, et ce, quel que soit l’âge du défunt.

39Rue du Docteur-Poulain, un seul objet, la palette à fard en marbre (St. 89, iso 112), a été soumis au feu. Les découvertes anciennes et récentes se font l’écho d’un panel d’objets récurrents. Toutefois, il manque à cette parcelle la statuaire, particulièrement présente lors de la fouille de l’ustrinum en 1925 (Lamiray, 1927) et dans le fossé de la parcelle AT 384.

40Dans ce secteur de la nécropole, certains mobiliers semblent exclusivement réservés aux immatures. C’est le cas des perles : 3 perles de verre sont associées à un enfant de la classe 0-1 an (St. 84), et 1 perle cannelée à un infans II (St. 41). La cruche à tubulure latérale (biberon) est associée à un enfant de la classe 0-1 an (St. 5). Les jetons en os et en verre sont associés aux infans I en nombre varié : 15 jetons en os dans la St. 59 et 2 jetons en verre dans la St. 104. Les gobelets sont eux aussi déposés dans des sépultures d’individus immatures infans I (St. 59 et 89) et infans II (St. 70). Les fragments de fibules en alliage cuivreux et fer sont présents dans la sépulture d’un infans I (St. 59) et dans celle d’un infans II (St. 89). Enfin, la palette à fard qui est issue du bûcher (offrande primaire) est aussi déposée dans la sépulture d’un immature infans II (St. 89). Ainsi, si les contenants des sépultures, les fosses, leur aménagement et la majorité des vases d’accompagnement (pots et cruches) sont distribués sans distinction entre les sépultures d’individus immatures de taille adulte ou d’adultes, ce n’est pas le cas pour toute une catégorie d’offrandes. Tout ce qui a trait à la parure, au vêtement et aux soins (fibule, perle, palette à fard) semble destiné uniquement aux immatures. Il en est de même pour ce qui se rapporte au jeu (jetons en os et en verre). Enfin, les objets miniatures en céramique et en verre (pot à onguent, vase miniature) et les gobelets leur sont attribués. Ce constat est valable pour tous les âges et toutes les phases chronologiques.

41Les monnaies sont indifféremment présentes dans les tombes des adultes (5 cas) et des immatures (5 cas). Elles représentent sans doute un moyen de rétribuer le passeur d’âme pour le voyage vers l’au-delà.

Traitement des défunts

42Quelle que soit la période chronologique, nous n’avons pas observé de disparités de traitement entre les tombes d’enfants de toutes classes d’âge et les tombes d’individus adultes ou de taille adulte. La présence de crémations d’enfants de moins de un an est attestée dans 5 cas. Comme nous l’avons déjà signalé, nous n’avons trouvé aucune sépulture à inhumation.

43La question de pôles attractifs liés à la prédominance de la crémation ou de l’inhumation s’offre à nous. Y a-t-il un lien social, une classe particulière, un rang, une catégorie socioprofessionnelle qui préfère l’une ou l’autre des modalités ? Existe-t-il un lien financier dans le choix de l’une ou l’autre des pratiques ? La crémation est-elle opportuniste lorsque la matière première (bois, arbre) est présente en abondance ? La romanisation de la capitale de cité joue-t-elle un rôle dans la prédominance des pratiques ? Il existe sans doute une multitude de cause à ces choix.

Les défunts

Nombre minimum d’individus

44Quatre sépultures sont doubles (St. 19, 39, 70, et 89). Les défunts sont séparés au sein de la tombe et déposés dans deux contenants différents. Une seule sépulture triple a été identifiée (St. 19, iso 152, sujets A et B et iso 157 sujet C). Le premier ossuaire contient les restes de deux immatures, un enfant âgé de moins de 1 an (sujet A) et un immature infans II (sujet B), tandis que le second ossuaire renferme les os d’un infans I (sujet C).

Recrutement de la population

45Au total, 64 défunts qui correspondent à 59 sépultures secondaires à crémation ont été mis au jour. 24 sépultures d’enfants de moins de 15 ans se répartissent ainsi (Depierre, 2014, p. 194) : six de moins de 1 an, huit infans I (1 à 6 ans) et dix infans II (7 à 13 ans). Nous n’avons identifié aucun individu représentant les juvenis (14 à 19 ans). Cela ne signifie pas qu’ils n’étaient pas présents dans le cimetière puisque nous avons sept individus de taille adulte qui peuvent aussi bien appartenir à cette classe d’âge qu’à la classe des adultes. 14 individus sont adultes, sans précision possible. Enfin, 16 sépultures ont livré trop peu d’ossements pour pouvoir déterminer l’âge du défunt (en moyenne 3,9 g, avec un écart-type de 6,25 g).

46Notre échantillon de population est limité, il est donc très délicat d’apporter une totale confiance aux calculs statistiques. Pour autant, la prédominance des sujets immatures (37,5 % des défunts), qui donne une impression de surreprésentation, s’explique par les données acquises sur les populations pré-jennériennes. Dans ces populations passées, il n’est pas surprenant de trouver autant d’individus immatures de tout stade. À l’époque antique, le taux de mortalité infantile est de l’ordre de 20 à 40 %. Les maladies infantiles sont liées entre autres à l’éruption dentaire, l’inflammation des amygdales, la toux, la fièvre, la diarrhée, mais sont aussi d’origine virale ou bactérienne (Charlier, 2003, p. 99).

47Ces pourcentages sont similaires à ceux des autres secteurs de la nécropole. Au 3bis rue de la Libération, les immatures représentaient 34,1 % des 135 défunts. Dans la parcelle AT 384, ils constituaient 37 % des 108 défunts.

48Pour lutter contre l’idée encore répandue de l’absence d’enfants qui n’ont pas encore de dents dans les dépôts de crémation, nous insistons sur le fait que, sur notre parcelle, toute la population a accès à la crémation. De plus, s’il y avait eu des inhumations d’enfants sur nos parcelles, leurs ossements auraient été conservés, comme partout dans la nécropole (14 et 16 rue de Bellevue, 2 et 2bis rue de Bellevue, 3bis rue de la Libération, etc.). Il est intéressant de comparer ce qui semble être la règle pendant un peu plus de deux siècles sur cette parcelle, à la parcelle AT 384 (no 1, fig. 1), dont la fouille a révélé la présence d’enfants de moins de 1 an aussi bien inhumés qu’incinérés. De même, les adultes et individus de taille adulte semblent quasi exclusivement inhumés au 3bis rue de la Libération (no 2, fig. 1), dans la parcelle contigüe (XP 43, no 5, fig. 1), ainsi qu’au 2 rue de Bellevue (no 7, fig. 1), pour la même séquence chronologique.

Diagnose sexuelle

49Aucune diagnose sexuelle n’a pu être réalisée sur cette population.

Poids total des amas osseux

50Quel que soit l’âge des défunts, le poids des dépôts osseux, même complets, est extrêmement faible. Le poids moyen des six sujets immatures âgés de moins de 1 an est de 10,1 g, avec un écart-type de 11,7 g. Si l’on ne prend en compte que les dépôts complets (St. 5, 15 et 88), le poids moyen des enfants de moins de 1 an est de 5,23 g, avec un écart-type de 2,97 g. Le poids moyen des huit infans I est de 9,33 g, avec un écart-type de 8,07 g. Si l’on ne prend en compte que les dépôts complets (St. 19, iso 157 et St. 25, 39 et 59), le poids moyen des enfants de 1 à 6 ans est de 16,55 g, avec un écart-type de 7,28 g. Le poids moyen des dix sépultures individuelles d’infans II est de 34 g, avec un écart-type de 31,96 g. Si l’on ne prend en compte que les cinq dépôts complets (St. 20, 33, 35, 87 et 100), le poids moyen des enfants de 7 à 13 ans est de 42,54 g, avec un écart-type de 39,11 g.

Fig. 5. Ulna gauche de la sépulture St. 8 avant reconstitution anatomique (cliché : F. Kliesch).

Fig. 6. Ulna gauche de la sépulture St. 8 après remontage (cliché : F. Kliesch).

51Le poids moyen des sept sujets de taille adulte est de 67,59 g, avec un écart-type de 89,77 g. Si l’on ne prend en compte que les dépôts complets (St. 2 et 23), le poids moyen des défunts de taille adulte est de 172,3 g, avec un écart-type de 128,13 g. Le poids moyen des quatorze sujets adultes est de 130,44 g, avec un écart-type de 103,99 g. Si l’on ne prend en compte que les dépôts complets (St. 8, 34, 45, 72, 81, 83, 85 et 102), le poids moyen des défunts adultes est de 164,78 g, avec un écart-type de 125,36 g.

52Un élément est constant durant l’utilisation de l’espace sépulcral, à savoir la très faible quantité d’ossements déposés dans les ossuaires. Le poids des ossements est nettement inférieur à celui d’un squelette humain brûlé pour lequel nous avons plusieurs référentiels (Depierre, 2014, p. 105-155). Ce fait récurrent n’est pas dû à la classe d’âge des défunts, il n’est pas non plus le fait de dépôts mal conservés. Pour mémoire, la structure St 5, au vase ossuaire complet haut de 19 cm, ne contient que 8,7 g d’ossements. Le vase aurait pu aisément accueillir la presque totalité du produit de l’ustion d’un individu. À cela, il serait possible d’argumenter que le défunt est un enfant de moins de un an. Dans le cas de la sépulture 23, le dépôt complet d’un adulte est de 81,7 g pour un vase qui mesure 20 cm de haut.

53Ce mode de dépôt « faible » suggère que l’officiant a prélevé « la partie pour le tout », pars pro toto dans le monde gallo-romain. La représentation du défunt devient alors symbolique.

54Le mode de prélèvement des ossements à Évreux démontre toujours, que les dépôts soient complets ou incomplets, une sous-représentativité très importante du poids total attendu des restes d’une crémation.

La représentation des différentes régions anatomiques

55Il n’existe pas de secteur anatomique préférentiel lors de la collecte sur le bûcher. Ainsi, que les dépôts complets fassent 10, 50, 100, 200 ou 450 g, le crâne, le tronc et les membres sont tous représentés. Le seul indice d’une recherche ponctuelle de captation d’os reconnaissables est le ramassage des diaphyses des os longs (humérus, fémur, etc.), facilement identifiables au sein d’un bûcher (fig. 5 et 6).

56La sépulture 8 est significative. Il s’agit du plus lourd dépôt osseux, avec un poids de 451,1 g pour un individu adulte. L’amas renferme de nombreux fragments de côtes et de coxal, l’épiphyse distale synostosée du tibia droit, l’épiphyse proximale du fémur avec le troisième trochanter, le tiers médial de la clavicule et le listel soudé sur les corps vertébraux. Quelques petites hernies sont visibles sur les corps supérieur et inférieur d’une vertèbre thoracique. Les fragments osseux sont relativement grands : un fragment de côte mesure 6,5 cm, un fragment de diaphyse de l’ulna mesure 13,4 cm (une fois recollé), un fragment de coxal mesure 6 cm et le tiers distal du tibia droit mesure 8,2 cm.

57L’officiant semble non seulement avoir peu ringardé le bûcher mais aussi avoir prélevé les os des membres (245,7 g), du tronc (85,2 g), et dans une moindre mesure du crâne (75,1 g). Ce geste reflète aussi le produit de la crémation, puisqu’il a recueilli les segments les plus visibles ou volumineux.

58Le réceptacle est un pot haut de 18 cm dont 9 cm hébergent les ossements. Le pot aurait pu aisément recevoir une quantité supérieure d’ossements (au moins 1 000 g). Comme tous les dépôts observés à Évreux, celui-ci, bien que complet, est lacunaire en quantité et en poids d’ossements. Les autres dépôts complets du catalogue de sépultures conduisent à la même conclusion.

Conclusion

59La fouille de faible envergure réalisée aux 19-21 rue du Docteur-Poulain a fait avancer les connaissances sur la nécropole, son organisation spatiale et sur la chaîne opératoire qui conduit aux funérailles. Elle a complété la classification du vaisselier céramique utilisé, avec la mise au jour, pour la première fois dans la région, d’un gobelet de type Déchelette 67. Elle a également permis de démontrer un enfouissement partiel de certains ossuaires, permettant un accès aux ossements pour les libations.

60Si ce mode de semi-enfouissement des dépôts était une pratique régionale, il expliquerait la quasi-absence de découvertes d’éléments de libation dans les nécropoles. L’absence de col des vases funéraires, souvent attestée, pourrait ne pas être due à l’arasement ou au décapage par des engins, mais refléterait bien l’image d’une pratique de semi-enfouissement.

61De la même manière, l’absence de signalétique des tombes s’expliquerait aisément. Les stèles funéraires font particulièrement défaut dans une capitale de cité comme Évreux (un seul cas). Moins d’une dizaine seulement ont été retrouvées à Lillebonne, il en est de même à Rouen. Aucune n’a été retrouvée avec certitude à Caudebec-lès-Elbeuf.

62Le rebord de plateau où se situe la fouille des 19-21 rue du Docteur-Poulain, semble être la partie la plus ancienne de la nécropole (Haut-Empire). Cela s’explique sans doute par l’éloignement des bûchers funéraires de la ville, par crainte de l’incendie, et par l’exploitation de terrains originellement en pente et boisés. Le déboisement de la pente pour exploiter les terrains proches de la ville permet d’offrir du combustible pour la crémation et d’exploiter les « fausses terrasses », voire de les aménager. La partie nord-ouest de la nécropole (sur le bas du versant), qui a livré l’essentiel des découvertes anciennes, semblerait essentiellement réservée à l’inhumation. Toutes les autres découvertes de sépultures à inhumation se trouvent en bord des voiries actuelles (rue de la Justice, rue Franklin-Delano-Roosevelt, rue du Capitaine-Louis-Herriot, rue du Lycée, rue Alline, rue du Chantier, rue du Buisson). Par ailleurs, comme dans toutes les agglomérations importantes, les lieux de passage accueillent, dans un souci de mémoire, des tombes isolées et des îlots de tombes, ce qui est sans doute le cas de la rue Franklin-Delano-Roosevelt.

63Si le caractère ostentatoire conduit vers la ville à partir de la seconde moitié du IIe siècle, les tombeaux contenant des cercueils en plomb sont paradoxalement éloignés des grands axes et semblent mêlés aux cercueils en bois. Ces cercueils en plomb étaient exposés lors des funérailles, ce qui suffisait peut-être à satisfaire l’orgueil des riches familles qui les commandaient.

Bibliographie

Bibliographie

Carré F. (2000) – Évreux, rue de la Libération. Rapport de diagnostic archéologique, 13 et 14 novembre 2000, Rouen, Service régional de l’archéologie, 11 p.

Charlier P. (2003) – La mortalité infantile : données paléopathologiques. Gourevitch D. (dir), Maternité et petite enfance dans l’Antiquité romaine : catalogue d’exposition, Bourges, Muséum d’histoire naturelle, 6 novembre 2003-28 mars 2004, Bourges, Service d’archéologie municipal, p. 98-101.

Cliquet D. dir. (1993) – L’Eure. 27, Carte archéologique de la Gaule, Paris, Maison des sciences de l’homme, 285 p.

Depierre G. (2014) – Crémation et archéologie : nouvelles alternatives méthodologiques en ostéologie humaine, Éditions universitaires de Dijon, 654 p.

Doyen D. dir., Lecler É., Delestree L.-P., Mantel É. et Pilon F. (2002) – Évreux un fanum gallo-romain dans l’enceinte du LEP Hébert, rue Duglesclin. Rapport d’opération de fouille, Rouen, INRAP, Service régional de l’archéologie, 85 p.

Feret L. (2014) – Étude du mobilier céramique et du verre. Kliesch F. (dir.), Haute-Normandie. Eure (27). Évreux, 19-21 rue du Docteur-Poulain. Premier bilan sur la grande nécropole du sud d’Évreux. Rapport d’opération de fouille, Rouen, INRAP, Service régional de l’archéologie, p. 247-258.

Kliesch F. (2011) – Évreux, rue de Bellevue, parcelle AT 288. La limite est de la nécropole se confirme. Rapport final d’opération, Rouen, INRAP, Service régional de l’archéologie, 37 p.

— (2012) – Les débuts de l’archéologie préventive en Haute-Normandie : l’exemple d’Évreux, 1832-2010. Bulletin de la Société géologique de Normandie et des amis du Muséum du Havre, 97, p. 113-127.

— (2014a) – Haute-Normandie. Eure (27). Évreux, 13 rue du Docteur-Poulain. Rapport d’opération de diagnostic, Rouen, INRAP, Service régional de l’archéologie, 81 p.

— (2014b) – Haute-Normandie. Eure (27). Évreux, 2 rue de Bellevue. Rapport d’opération de diagnostic, Rouen, INRAP, Service régional de l’archéologie, 103 p.

— (2014c) – Haute-Normandie. Eure (27). Évreux, 46 rue F.-D.-Roosevelt, parcelle XL 169. Rapport d’opération de diagnostic, Rouen, INRAP, Service régional de l’archéologie, 85 p.

— (2014d) – Haute-Normandie. Eure (27). Évreux, 19-21 rue du Docteur-Poulain. Premier bilan sur la grande nécropole du sud d’Évreux. Rapport d’opération de fouille, Rouen, INRAP, Service régional de l’archéologie, 338 p.

Kliesch F. et Leterreux M.-F. (2014) – Haute-Normandie. Eure (27). Évreux, 14 à 21 rue Hector-Ridel et 14 et 16 rue de Bellevue, « Le Clos au Duc », phase II. Rapport d’opération de diagnostic, Rouen, INRAP, Service régional de l’archéologie, 81 p.

Kliesch F. et Pluton-Kliesch S. (2010) – Les sépultures antiques du « Clos au Duc », tissu, chaussures et taphonomie. Rencontre autour des sépultures habillées, Carry-le-Rouet, 13-14 novembre 2008, Gap, Éditions des Hautes-Alpes, p 36-46.

Lamiray H. (1927) – Promenades historiques et anecdotiques dans Évreux, Évreux, H. Lamiray, 215 p.

Lepetz S., Bémili C., Pluton-Kliesch S. et Cottard A. (2010) – Le site antique du « Clos au Duc » à Évreux (Eure). Sépultures de privilégiés ou trous à ordures ? Gardeisen A., Furet E. et Boulbes N. (dir.), Histoire d’équidés, des textes, des images et des os. Actes du colloque organisé par l’UMR 5140 du CNRS à Montpellier, 13-14 mars 2008, Lattes, Association pour le développement de l’archéologie en Languedoc-Roussillon, p. 29-56.

Pluton-Kliesch S. (2002) – La nécropole antique du « Clos au Duc », 2 rue de Bellevue, à Évreux (27). Rapport de diagnostic, Rouen, INRAP, Service régional de l’archéologie, 10 p.

— (2003) – La nécropole antique du « Clos au Duc », rue de la Libération, Évreux (27). Document final de synthèse, Rouen, INRAP, Service régional de l’archéologie, 333 p.

Pluton-Kliesch S., Adrian Y.-M., Kliesch F. et Cottard A. (2008b) – La nécropole gallo-romaine du « Clos au Duc » à Évreux (Eure) : des sépultures du Ier siècle après J.-C. Revue archéologique de l’Ouest, 25, p. 209-260.

Pluton-Kliesch S., Bemilli C. et Lepetz S. (2010) – La nécropole du « Clos au Duc » à Évreux : mise au point sur l’interprétation du site. Journées archéologiques de Haute-Normandie, Rouen, 3-5 avril 2009, Rouen, Presses universitaires de Rouen et du Havre, p. 139-152.

Pluton-Kliesch S., Bemilli C., Lepetz S., Herrscher E., Cottard A., Adrian Y.-M., Kliesch F., Le Bailly F., Lajoye P., Leconte L., Théron V. et Deviese T. (2009) – Évreux (27), 3bis rue de la Libération, la nécropole antique du Clos au Duc. Rapport final d’opération, Rouen, INRAP, Service régional de l’archéologie, 2 vol., 409 p. et catalogue.

Pluton-Kliesch S., Cottard A., Leclercq É. et Adrian Y.-M. (2008a) – Évreux (27), rue de la Libération. La nécropole antique du « Clos au Duc » (parcelle XP 43). Rapport de diagnostic, Rouen, INRAP, Service régional de l’archéologie, 48 p.

Pluton-Kliesch S., Devièse T., Kliesch F., Leconte L., Moulherat C., Pilon F. et Yvinec J.-H. (2013) – Un cercueil antique en plomb découvert à Évreux (27) : étude pluridisciplinaire. Gallia, 70, fasc. 2, p. 323-340.

Varoqueaux C. (1984) – Fouilles et monuments archéologiques en France métropolitaine, circonscription de Haute-Normandie. Gallia, 42, fasc. 2, p. 390-399.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Plan de localisation des diagnostics et fouilles dans le secteur de la nécropole du « Clos au Duc » à Évreux (DAO : F. Kliesch).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4298/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 664k
Légende Fig. 2. Plan de la fouille des 19 et 21 rue du Docteur-Poulain à Évreux (DAO : D. Lépinay).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4298/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Légende Fig. 3. À gauche : l’ossuaire de la tombe St. 34, une cruche contenant 54,1 g d’ossements brûlés d’un défunt adulte ; à droite : l’ossuaire de la tombe St. 5, un pot contenant 8,7 g d’ossements brûlés d’un défunt âgé de 0 à 1 an (cliché : F. Kliesch).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4298/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 4. À gauche, le pot ossuaire qui contenait une cruche à tubulure latérale en verre qui recouvrait le dépôt osseux brûlé d’un défunt âgé de 0 à 1 an (cliché : F. Kliesch).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4298/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 5. Ulna gauche de la sépulture St. 8 avant reconstitution anatomique (cliché : F. Kliesch).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4298/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 6. Ulna gauche de la sépulture St. 8 après remontage (cliché : F. Kliesch).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4298/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 136k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search