Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Alizay, 20-22 juin 2014

 | 
Luc Liogier

Le quartier sud de la nécropole de Pîtres (Eure). Aperçu des résultats de la fouille de 2008

The southern part of the Pîtres necropolis (Eure). Overview of results from the 2008 excavations

Éric Mare, Yves-Marie Adrian et Fabien Pilon

Résumé

La vaste nécropole de Pîtres, déjà fouillée en partie, est utilisée de l’âge du fer à la fin de l’époque gallo-romaine. La zone étudiée en 2008 comprend, pour la période laténienne, quatre sépultures en coffre, une probable tombe à char et quelques incinérations. Dans la même zone se trouvent sept incinérations des IIe et IIIe siècles de notre ère. Enfin, de la fin du IIIe à la fin du IVe siècle, 97 inhumations réutilisent l’espace funéraire précédent et l’étendent vers l’est. Parmi elles, on remarque un caveau en brique à couverture de blocs calcaires. Pour certaines fosses, on suppose la présence de tubes à libation. Le mobilier est durant la période gallo-romaine principalement constitué de vaisselle en verre ou en céramique.

The large necropolis in Pîtres, which has already been excavated in part, was used from the Iron Age until the late Gallo-Roman times. The area studied in 2008 includes, for the La Tène period, four grave pits, a tomb that seems likely to be a chariot burial and some cremations. In the same area, seven cremations were found from the 2nd and 3rd centuries A.D. Finally, from the late 3rd century to the end of the 4th century, 97 burials reused the earlier burial space and extended it eastwards. Among them, a brick tomb covered with limestone blocks can be seen. For some tombs, it is assumed that libation tubes were present. The objects from the Gallo-Roman period mainly comprise glass or ceramic crockery.

Texte intégral

Présentation

1Cette fouille a été réalisée en 2008, suite à un diagnostic, sur des terrains concernés par la demande d’extension de carrière de la société SNEC, aux abords immédiats d’une importante nécropole gauloise et gallo-romaine ayant déjà fait l’objet de plusieurs interventions. Certaines études, telle que celle du mobilier métallique, sont toujours en cours, nous proposons toutefois de présenter ici les principaux résultats en attendant une publication plus complète. L’aspect anthropologique, absent de ce résumé en raison de la très médiocre conservation des ossements, y sera développé.

2La nécropole a été découverte par G. Carpentier en 1974 lors d’une ouverture de carrière. Elle s’étend sur environ 4 000 m2 et a fait l’objet de nombreuses interventions depuis cette date. De 1975 à 1981 ont eu lieu les campagnes de fouilles de D. Halbout-Bertin, R. Guilloit et A. Cerdan, puis un diagnostic a été conduit par B. Penna et A. Boivin en 1992, une fouille par N. Roudié en 1996, un diagnostic par C. Riche en 2002, une fouille par N. Roudié en 2004, et enfin un diagnostic suivi d’une fouille par nous-mêmes en 2006 et 2008 (fig. 1).

3Ce site est l’une des nécropoles nord-occidentales majeures pour l’âge du fer et l’époque gallo-romaine, tant par le nombre de sépultures (de nombreuses ont été détruites mais il en a été observé plus de 400 en fouille), que par la quantité et la qualité du mobilier. Aux environs immédiats, il a été observé un secteur d’habitat laténien au nord-est, une occupation gallo-romaine au nord-ouest et une zone d’occupation protohistorique au sud.

4Sous le village de Pîtres se trouve un vicus, vraisemblablement Pistae, dont de nombreuses structures ont été repérées, en particulier des thermes et un théâtre. La boucle de la Seine la plus proche, dite « du Vaudreuil », est également riche en vestiges de la protohistoire, de l’Antiquité et du haut Moyen Âge.

État de conservation

5Les niveaux superficiels sont absents. La zone fouillée est située immédiatement au sud d’un secteur ayant déjà anciennement fait l’objet d’une extraction, d’un remblaiement et d’une remise en état. Il est très vraisemblable que ce soit à l’occasion de cette dernière que tous les niveaux superficiels de la zone fouillée ont été prélevés. En effet, la grave apparaît sous à peine 0,10 m de terre végétale, alors que les sondages du diagnostic ont mis en évidence un recouvrement limoneux naturel minimum de 0,50 m dans les secteurs non remaniés. De toute évidence, les niveaux limoneux ont été prélevés jusqu’à la grave pour recouvrir les remblais de la zone nord et l’on a simplement étalé quelques centimètres de terre végétale en attendant l’exploitation de ce secteur.

6De ce fait, les structures archéologiques superficielles telles que les fosses à incinération ont été majoritairement détruites. Les quelques structures résiduelles observées sont le plus souvent perturbées. Parmi les tombes à incinération protohistoriques, certaines ont été bouleversées mais sont assez profondes pour avoir échappé au décapage. Toutefois, ces dernières ont visiblement fait l’objet d’un pillage ou d’une fouille rapide.

Fig. 1. Localisation des interventions archéologiques (DAO : É. Mare).

7Ce secteur est en effet en bordure de la zone où ont été pratiqués les fouilles de sauvetage et ramassages au gré des travaux entre 1975 et 1981. Il est donc possible que les recreusements observés aient été effectués à cette occasion. Toutefois, la manière dont ils ont été réalisés, en négligeant les céramiques, nous semble plus évocatrice de pilleurs à la recherche de mobilier métallique.

8En ce qui concerne les tombes à incinération gallo-romaines, la répartition et les indices encore en place autorisent à estimer leur nombre à plusieurs dizaines. Les quelques fonds de fosses étudiés ne sont donc qu’une très faible partie des aménagements de ce secteur de la nécropole aux IIe et IIIe siècles. Les rares fosses épargnées en raison d’une profondeur sensiblement plus importante ont néanmoins été bouleversées.

9Les inhumations ont moins souffert en raison d’une profondeur généralement plus importante, toutefois certaines tombes d’enfants étant très proches du niveau de décapage, il est possible que certaines aient été arasées. Le secteur nord-ouest de la fouille a la particularité d’avoir des comblements de fosses plus humifères que les autres. Ils devaient donc se voir nettement lors de l’enlèvement des niveaux superficiels. Cela explique sans doute que certaines tombes de ce secteur aient visiblement été visitées anciennement. Ce fait est indéniable pour les sépultures gallo-romaines mais ne peut être démontré pour les sépultures protohistoriques. L’absence ou la faible quantité de mobilier nous interroge, mais les comblements ne semblaient pas avoir été bouleversés récemment. Si des perturbations ont été réalisées, elles seraient dans ce cas probablement plus anciennes.

10Si l’on peut considérer que les tombes à inhumation sont d’une représentativité suffisante pour indiquer la limite de l’espace funéraire vers le sud, en revanche, les tombes à incinération ne sauraient être utilisées comme marqueurs car il est très vraisemblable que l’îlot observé ne soit que le résultat d’un décapage ancien, localement moins destructeur, plutôt que d’une réalité d’organisation de la nécropole.

Évolution chrono-spatiale générale

11La nécropole de Pîtres s’étend sur une vaste surface (environ 200 m de longueur) et est déjà connue pour sa longue durée d’utilisation, de l’âge du fer à la fin de l’époque gallo-romaine. La partie fouillée, au sud-ouest de l’ensemble, comprend elle aussi des vestiges de ces deux périodes (fig. 2).

12À l’ouest ont été aménagées quatre sépultures en coffre à l’époque laténienne, ainsi qu’une probable « tombe à char » dont il ne subsiste qu’une fosse de roue. Compte tenu des informations livrées par les précédentes interventions, nous pouvons considérer que ces vestiges correspondent à l’extrémité sud-occidentale d’un ensemble plus conséquent. À l’est, mais toujours dans la partie occidentale de la zone fouillée, ont été observées cinq tombes à incinération de La Tène finale.

13Dans la même zone que ces dernières, sept tombes à incinération ont également été aménagées durant l’époque antique. Le mobilier oriente vers le IIe et le IIIe siècles de notre ère, mais l’arasement du site a détruit la grande majorité des informations. Il convient donc de rester prudent sur un éventuel hiatus au Ier siècle de notre ère, mais l’absence de mobilier résiduel de cette période amène toutefois à considérer une occupation au Ier siècle peu probable.

Fig. 2. Plan phasé de la nécropole (DAO : É. Mare).

14Au IIIe ou au début du IVe siècle, les incinérations ont laissé la place aux inhumations, avec une réutilisation de l’espace occupé aux périodes précédentes et un développement vers l’est. On observe deux organisations successives : une première, de faible ampleur, avec des tombes orientées nord-sud, et une seconde, plus importante, avec des tombes est-ouest et un développement plus extensif vers l’est.

Fig. 3. Sépulture laténienne en chambre no 152 (DAO : É. Mare).

Les phases d’occupation

Inhumations laténiennes

15Quatre tombes ont été découvertes, groupées au nord-ouest de la zone fouillée. Trois sont approximativement orientées est-ouest et l’une nord-sud. Les inhumés sont placés dans des « chambres » en bois. Certaines révèlent l’utilisation de poteaux d’angle afin de maintenir les parois latérales. La disposition des remblais de l’une d’elles évoque une double cloison.

16Parmi les tombes orientées est-ouest, il n’en est qu’une qui permette de supposer une orientation du défunt la tête vers l’ouest, à condition que les quelques dents conservées soient en place. Une tombe, orientée nord-sud, permet par la présence du crâne, de constater une orientation la tête vers le nord.

17À l’exception de la tombe 152 (fig. 3), le mobilier est peu abondant, à tel point que l’on peut considérer comme très vraisemblable l’hypothèse de prélèvements postérieurs. Cela vaut particulièrement pour l’une, vide de tout mobilier d’accompagnement, et pour une autre dont la moitié occidentale est vierge de tout mobilier hormis trois clous plaqués contre la paroi.

18Les sépultures 152 et 249 n’ont livré que de l’armement, deux umbos de bouclier et une lance pour 152, une épée et son probable fourreau pour 249. La tombe 256 contenait un couteau, une fibule et un bracelet en bronze.

19En l’attente de l’achèvement de l’étude du mobilier métallique, les datations ne reposent que sur quelques rares éléments en céramique. Ils permettent d’attribuer ces structures à la période laténienne, peut-être moyenne pour 152 et finale pour 195. Mais cette dernière datation ne repose que sur un seul fragment de céramique, contenu dans le comblement, qui pourrait avoir été amené ultérieurement lors d’une recherche de mobilier.

Incinérations de La Tène finale

20Cinq fosses peuvent être attribuées à cette période. D’autres, ne fournissant aucun indice chronologique, pourraient toutefois s’y rattacher. Elles se répartissent de manière assez dispersée entre les tombes à inhumation laténiennes jusqu’à une dizaine de mètres plus à l’est.

21Lorsqu’elles sont visibles, les fosses sont de forme circulaire (de 0,40 à 1 m de diamètre). Leur comblement comprend des inclusions de charbons de bois et des éclats de silex rubéfiés sans doute issus du bûcher. Quatre sont visiblement bouleversées, soit par le décapage ancien, soit par un recreusement de la fosse probablement dû au pillage. Certaines conservent toutefois le fond d’un ou deux vases in situ.

22Il semble que les vases ne reposent pas directement sur le fond mais à deux ou trois centimètres au-dessus. Deux hypothèses viennent à l’esprit : soit le fond a été légèrement remblayé après creusement de manière à obtenir une surface régulière, soit un lit de matière organique ou un plancher a été mis en place, permettant au sable limoneux de s’infiltrer sous le vase. Compte tenu du faible nombre d’observations, nous n’avons pas, dans l’immédiat, d’arguments pour étayer l’une ou l’autre de ces hypothèses.

23La présence d’ossements incinérés n’est avérée que dans deux cas, les os étant réduits à l’état de traces pour l’un d’eux. Leur absence au sein des autres vases peut s’expliquer par la mauvaise conservation des contenants, deux tombes n’ayant en effet livré que la partie inférieure d’un vase balustre. Dans l’une des structures, les deux céramiques, écrasées et fragmentées, n’étaient conservées que pour un tiers de leur volume. Au sein de l’une des tombes les mieux documentées, le vase ossuaire, incomplet, renfermait les restes incinérés d’un seul sujet. Cependant, ce résultat est à considérer avec prudence puisque le dépôt n’est que partiellement conservé. L’amas osseux a également livré du mobilier métallique, non identifiable en l’état.

24Les modalités de dépôt sont donc difficiles à définir. L’emploi d’un vase en céramique comme contenant n’est attesté que dans un cas. On peut toutefois le supposer pour les autres, cette pratique étant habituelle à cette période. Ils peuvent être accompagnés de vases d’offrandes, mais compte tenu de l’état de conservation des fosses, on ne peut préjuger de la présence ou de la nature d’autres types de mobilier.

La tombe à char

25Il n’a été possible d’observer que l’une des fosses de roue d’une tombe à char, en limite nord-ouest de l’emprise, le reste ayant été détruit anciennement lors de l’exploitation de la carrière au nord de la zone de fouille. Le bandage métallique est replié sur lui-même. Les éléments manquent pour affiner la chronologie au sein de la période laténienne.

Incinérations des IIe et IIIe siècles

26La zone concernée par les incinérations gallo-romaines recouvre, selon les données actuelles, sensiblement le même secteur que celui des incinérations protohistoriques. L’état très lacunaire ne laisse pas la possibilité de juger ni de l’étendue, ni de l’organisation des tombes durant cette phase. Sept incinérations ont pu être attribuées à cette période. Les fosses, circulaires, ont un diamètre compris entre 0,45 à 0,80 m. Seule l’une d’elles est de forme oblongue. La présence de clous et de fragments de tuiles laisse envisager un coffre en bois et une couverture en tuiles. Le comblement de la plupart des fosses comporte des particules de cendres et de charbons probablement issues du bûcher, mais compte tenu du bouleversement subit, il est délicat de se prononcer sur une éventuelle particularité du mode de dépôt.

27Pour autant que l’on puisse en juger, il semblerait que les dépôts aient été effectués en espace colmaté. Toutefois, l’arasement important des structures ne permet pas de vérifier cette hypothèse. Les ossuaires sont en céramique, à l’exception d’un cas où l’on a utilisé une bouteille en verre avec goulot obturé et scellé (bouchon en matériau périssable et opercule en bronze). Lorsqu’ils sont présents, les restes osseux déposés dans le vase correspondent à un unique sujet. Mais cela est à considérer avec précaution puisque les dépôts sont incomplets.

28Peu d’offrandes ont été observées. On note cependant la présence d’une cruche en association avec l’urne en verre, un petit cruchon en verre ou encore une petite cruche en céramique. La pratique de l’offrande liée au service à boire, qui caractérise les phases suivantes, s’observe donc déjà. Elle ne concerne pas que cette partie de la nécropole mais a déjà été remarquée dans d’autres secteurs (Roudié, 1996, p. 15).

29L’ensemble du mobilier attribué à cette phase est datable des IIe et IIIe siècles de notre ère.

Marquage en surface ?

30Une cinquantaine de fragments de calcaire ont été recueillis dans les inhumations gallo-romaines proches de la zone des incinérations. L’éloignement des zones d’habitat et le fait que l’on ne trouve pas de blocs de ce type naturellement sur le site, incitent à considérer ces fragments comme liés à la destruction d’aménagements antérieurs. Bien que l’on ne puisse infirmer la possibilité de mobilier issu du bouleversement d’aménagements contemporains des inhumations gallo-romaines, l’hypothèse qu’il s’agisse des vestiges d’une phase antérieure semble plus vraisemblable. Le calcaire, fin et tendre, provient très vraisemblablement de la vallée de la Seine. L’un de ces fragments, recueilli dans la tombe à inhumation 163, présente encore des traces de taille (fig. 4). C’est une plaque épaisse de 86 mm, au bord arrondi, qui porte un décor incisé de bandeau compartimenté en rectangles. Parmi les hypothèses possibles, celle de la partie sommitale d’une stèle retient bien évidemment l’attention, compte tenu du contexte.

Fig. 4. Bloc de calcaire du comblement de la tombe 163 (cliché : É. Mare).

Inhumations des IIIe et IVe siècles

Organisation

31Les tombes occupent tout le secteur nord de la zone fouillée (fig. 2). La répartition montre à l’évidence qu’il s’agit d’un quartier se développant plus au nord, dont nous avons la limite d’extension méridionale. Le diagnostic a montré l’absence d’occupation de cette période plus au sud. Si la disposition des tombes les plus septentrionales semble indiquer qu’il existait très vraisemblablement une matérialisation de la limite de la zone sépulcrale vers le sud, aucun indice n’en a été observé.

32Deux orientations se distinguent, l’une sensiblement nord-sud et l’autre est-ouest. La première ne concerne que 19 cas alors que la seconde est beaucoup plus représentée, avec 78 tombes. Tant par les recoupements que par le mobilier présent, on peut conclure à l’antériorité de l’orientation nord-sud.

Les tombes nord-sud

33Elles se répartissent sur tout l’espace funéraire et s’organisent en petits groupes avec quelques cas de tombes plus isolées. Un seul recoupement est observé, entre les fosses 170 et 236, que leur orientation, bien que sensiblement différente, incite à attribuer à la même phase.

34La dispersion des tombes et l’organisation multipolaire permettent d’envisager l’hypothèse d’une occupation des secteurs les plus délaissés de la nécropole à incinération des IIe et IIIe siècles, avant une occupation plus « officielle » et organisée, représentée par les tombes est-ouest. Un manque de repères communs pourrait être à l’origine de cette disposition « éclatée ». Si l’on considère l’hypothèse d’une organisation en allées parallèles (et l’on ne peut la négliger complètement), cela supposerait qu’un grand nombre de tombes aient été arasées en raison d’une profondeur très faible. Compte tenu de la profondeur moyenne observée, cela semble peu crédible. Sans doute y avait-il une organisation, et la disparition probable de certaines tombes rend son appréhension difficile.

Les tombes est-ouest

35Cette occupation, de plus grande ampleur, témoigne d’une organisation générale qui semble plus évidente dans la moitié orientale, avec une disposition en allées nettement perceptible. Elle est présente également dans la partie occidentale, mais plus lacunaire, comme si l’on avait veillé à préserver certaines zones, correspondant aux tombes laténiennes et aux inhumations nord-sud. Il est possible que certaines sépultures soient encore trop perceptibles ou d’un symbolisme trop présent pour être bouleversées et que l’on se soit attaché à respecter l’organisation nouvelle tout en ménageant d’anciennes tombes.

L’orientation des défunts

36La mauvaise conservation de la matière osseuse n’a le plus souvent pas permis d’observer l’orientation des corps. Dans de nombreux cas, ce sont les restes métalliques des chaussures qui en ont donné la détermination. Cette démarche s’appuie sur le fait que, même si la position fonctionnelle n’a pas pu toujours être assurée, elle est très vraisemblable dans la majorité des cas.

37Alors que l’orientation des corps est homogène pour les tombes nord-sud, la tête au sud dans tous les cas où cette observation a pu être faite, soit 14 sur 19, elle est hétérogène pour les tombes est-ouest. La majorité des défunts est disposée la tête vers l’est mais 9 ont la tête vers l’ouest, sans que leur répartition ne montre qu’il s’agisse d’une étape particulière dans l’occupation. Tout au plus peut-on observer que ce cas de figure concerne essentiellement le secteur oriental, à l’exception d’une tombe d’enfant et d’une tombe maçonnée en brique, dont le mobilier du IIIe siècle laisse un doute quant à son attribution à cette phase d’occupation (rien n’interdit de la supposer contemporaine des incinérations du IIIe siècle).

Mode d’inhumation

38La profondeur des fosses est variable. Les fosses d’enfants sont relativement superficielles alors que celles des adultes peuvent être très profondes. L’utilisation de coffres ou cercueils est majoritaire. Certains cas montrent l’utilisation de pierres de calage en fond de fosse.

39Une tombe a livré une épingle en bronze, recueillie sur le crâne du défunt. Son utilisation pour la fermeture d’une enveloppe corporelle est possible, mais elle peut également fermer une coiffe ou décorer une coiffure.

Mobilier d’accompagnement

40L’essentiel du mobilier d’accompagnement est en céramique ou en verre et appartient à la catégorie du service à boire : bouteilles, cruches ou cruchons et gobelets (fig. 5 à 8). Ce mobilier relevant probablement de la pratique d’offrandes liées au repas funéraire se trouve, indifféremment et de manière à peu près équilibrée, disposé à la tête ou aux pieds des défunts. Dans trois cas, le dépôt a été effectué en dehors du cercueil. Les dépôts sont constitués soit de céramique et de verrerie associées, soit de céramique ou de verrerie isolées. On ne note aucune répartition particulière en fonction de l’orientation des tombes ou de leur localisation au sein de l’ensemble. 48 tombes ont livré des monnaies dont le nombre total est de 87. Leur emplacement n’a pu être identifié par rapport au squelette que dans 17 tombes. Il s’avère variable puisqu’elles se situent au niveau de la tête (2 cas), du thorax (3 cas), du bassin (2 cas), de l’abdomen (3 cas), des flancs (4 cas), des membres inférieurs (3 cas) et des pieds (2 cas). Dans un cas, les monnaies sont dissociées, deux sont sur la tête, une autre est contre le flanc gauche. 45 sépultures ont livré des chaussures identifiées par leurs clous, soit un peu moins de la moitié des inhumations. Parmi celles-ci, 23 comprenaient également les vestiges osseux permettant d’appréhender la position du défunt. Dans tous les cas, les chaussures étaient disposées aux pieds, mais certaines posent l’interrogation d’un mobilier d’accompagnement plutôt que d’habillement. Une tombe illustre bien cette question en paraissant contenir deux paires de souliers, l’une en position fonctionnelle, l’autre disposée non loin des pieds du défunt. Le nombre de clous est assez variable, parfois assez nombreux, parfois en très faible quantité, sans que cela soit imputable à la fouille. L’hypothèse de chaussures non cloutées est donc envisageable, ce qui incite à considérer le nombre de cas observés a minima. L’une des chaussures comprenait à son extrémité un fer qui semble être une protection antérieure. Cet objet est trop dégradé pour observer sa morphologie mais pourrait attester de cette pratique.

Fig. 5. Pot et cruches en céramique (cliché : S. Le Maho).

Fig. 6. Formes basses en verre (cliché : S. Le Maho).

Fig. 7. Cruches en verre (cliché : S. Le Maho).

Fig. 8. Bouteilles en verre (cliché : S. Le Maho).

41Six tombes ont livré des boucles de ceintures, quatre étant accompagnées d’un couteau. Elles ne sont pas en position fonctionnelle et sont donc considérées comme du mobilier d’accompagnement. L’une est en fer et les cinq autres en bronze. Ce type de mobilier est proportionnellement peu abondant. On remarque cependant un couteau ou poignard (fig. 9) associé à une ceinture représentée par une boucle et quinze appliques décoratives en bronze dont la disposition a pu être restituée (fig. 10).

42Les objets de parure (bracelets, colliers de perles) bien que rares, apparaissent en position fonctionnelle. Six tombes contiennent un bracelet et trois un collier. Si les bracelets se répartissent entre adultes et enfants, les colliers ne concernent que des enfants. Bracelet et collier sont associés dans un seul cas. Les objets de toilette sont peu nombreux : il s’agit de deux palettes à fard (l’une avec un objet en fer non identifié), d’une spatule en céramique avec une pince à épiler (1 cas) et d’épingles en bronze ou en verre (4 cas).

43Une tombe a livré un ensemble d’éléments en fer et en bronze, associés à quelques fragments de bois, identifié comme étant vraisemblablement un coffret à garnitures de bronze. Ses dimensions sont très difficiles à apprécier, tout au plus peut-on estimer une longueur maximale de 15 cm. Aucun indice n’a permis d’en connaître le contenu.

44Cinq sépultures ont livré des offrandes animales sous la forme d’amas osseux de gallinacés en connexion anatomique. Quatre d’entre elles ne contenaient qu’une volaille, une seule en contenait deux. Le dépôt était placé à l’extérieur du cercueil, indifféremment à la tête, aux pieds ou sur le côté du défunt. Dans le cas du dépôt double, il n’a pas été possible de déterminer si l’un des amas osseux se trouvait sur le couvercle ou dans le cercueil. Tous n’offrent pas un squelette complet. Si trois cas semblent correspondre à un animal entier, deux ne concernent que la moitié d’un animal, voire le quart. Aucun indice de contenant n’a été observé.

Fig. 9. Couteau ou poignard de la sépulture 259 (cliché : Conservare).

Fig. 10. Appliques décoratives de ceinture de la sépulture 250 et restitution de leur disposition (DAO : É. Mare).

Un caveau en brique

45Parmi les tombes est-ouest et dans le secteur des tombes gallo-romaines les plus précoces, une tombe en caveau a été aménagée. Le fond et les parois sont en maçonnerie de brique soignée (fig. 11 et 12). La couverture est réalisée à l’aide de quatre gros blocs de calcaire. Trois sont disposés directement sur l’arase de la maçonnerie, le dernier est placé au-dessus du plus petit des blocs en s’appuyant également sur les extrémités des blocs, les plus gros disposés aux extrémités. Les dimensions internes sont de 2,34 m de longueur, 0,67 m de largeur et 0,66 m de hauteur. L’inhumé est le mieux conservé du site, peut-être est-ce dû à l’absence de colmatage. Il s’agit d’un homme adulte et le mobilier d’accompagnement, daté du IIIe siècle, est simple : une cruche et le fond d’une bouteille en verre, tous les deux découpés, ainsi qu’un jeton ou cabochon en verre bleu.

Fig. 11. Caveau maçonné en briques de la sépulture 248 (clichés : É. Mare).

Fig. 12. Coupe longitudinale restitutive de la sépulture 248 (DAO : É. Mare).

La libation

46Quelques cas permettent d’envisager cette pratique. Le plus pertinent est celui de la sépulture 132, où il a été observé au niveau de l’une des extrémités une tache sablo-limoneuse grise d’une quinzaine de centimètres de diamètre, depuis le haut de la fosse jusqu’à une poche plus large de même nature, au niveau du sternum du défunt et juste au-dessus du lit de matière organique tapissant le fond de fosse (fig. 13). Ce fait évoque le dispositif appelé « tube à libation », destiné à offrir des offrandes liquides au défunt là où il repose. Cet aménagement peut être en tuiles courbes comme à Portbail, dans la Manche (Paez-Rezende et al., 2014), ou bien en bois comme ici, ou à Estrées-Deniécourt dans la Somme (Prilaux, 2007), où cette hypothèse a également été émise.

47Trois « poches » sablo-limoneuses grises ont également été observées dans la tombe 131. Si l’on considère l’emplacement des monnaies transformées en médailles comme correspondant au thorax du défunt, ces « poches » seraient aux angles de la fosse, au niveau des pieds, et sur le côté de la fosse, sensiblement à hauteur des monnaies. Sans doute trop nombreux pour correspondre tous à un dispositif de ce genre, il est toutefois possible que l’un ou l’autre de ces amas soit le témoin d’une pratique de cette nature, quoique leur disposition ne coïncide pas avec celle à laquelle on pourrait s’attendre. Un autre témoignage des pratiques libatoires est probable dans une tombe ayant livré trois récipients dont deux présentent des perforations très vraisemblablement volontaires. Ces récipients destinés à la libation sont assez fréquents dans le Sud de la France mais assez peu illustrés dans la moitié nord. L’un est nettement placé en dehors du contenant, l’autre est au niveau des pieds, sans que l’on puisse déterminer précisément s’il a été déposé à l’intérieur ou à l’extérieur, sur le couvercle. Dans ce cas, par contre, la libation serait pratiquée au cours de l’inhumation. Les perforations de vases ne peuvent échapper à l’observation quand le vase est complet, ce cas est donc vraisemblablement isolé. Par contre, la libation par l’intermédiaire d’un tube en bois est difficilement observable dans un comblement tel que la grave, dont l’instabilité n’est pas propice à la conservation de « négatifs ». Il est donc possible que ce type de pratique ait été plus fréquent.

Aménagement particulier

48Le comblement de la fosse 131, déjà cité à l’occasion des pratiques libatoires, a livré un gros bloc de silex (0,42 x 0,17 x 0,13 m) dont la position verticale résulte indiscutablement d’un acte volontaire. Ce bloc était à 0,20 m au-dessus du fond de fosse, au-dessus de monnaies, d’un anneau et d’un tube en tôle de bronze. Si l’on accepte l’hypothèse que ces objets étaient probablement placés au niveau de la poitrine, le bloc aurait donc été au-dessus de celle-ci, vraisemblablement posé sur le couvercle du contenant. Bien que ce geste témoigne très vraisemblablement d’une intention particulière (peut-être symbolique), nous en appréhendons mal la signification.

Fig. 13. Plan du fond de fosse de la sépulture 132, plans intermédiaires et proposition de restitution du tube à libations (DAO : É. Mare).

Chronologie

49Parmi les deux orientations observées, nord-sud et est-ouest, la première semble être la plus ancienne. Les arguments retenus sont le recoupement des tombes nord-sud par les tombes est-ouest et une datation qui, lorsqu’elle peut être affinée, ne dépasse pas le début du IVe siècle, ce qui n’est pas le cas de certaines tombes est-ouest. La cartographie des éléments de datation, malgré de nombreuses tombes non datées ou datées globalement du IVe siècle, tend à indiquer un développement à partir d’un noyau occidental localisé sur le lieu des sépultures de La Tène finale et du IIe ou IIIe siècle. Les quelques éléments paraissant en décalage le sont certainement en raison du dépôt d’un mobilier un peu ancien, pratique fréquente avec le monnayage.

50Le développement du noyau initial des tombes est-ouest évite les inhumations laténiennes en chambre. Cela pose l’interrogation d’une signalétique encore visible et respectée. La sépulture en caveau, pour laquelle on peut supposer l’appartenance à un individu d’une certaine importance sociale, est dans le secteur des tombes en chambre laténiennes qui sont, elles aussi, celles de personnages particuliers. Cela conforte l’hypothèse d’une bonne conservation des tombes en chambre laténiennes au IIIe siècle, qui auraient servi de repères pour l’extension de la zone funéraire aux IIIe et IVe siècles.

51Par ailleurs, certaines zones semblent vides. La question du respect de sépultures ou de monuments antérieurs se pose également. Il semble donc que l’on puisse envisager le développement de cette partie de la nécropole davantage comme une évolution alliant le respect des aménagements antérieurs et les contraintes des nouvelles pratiques, que comme une suite de bouleversements complets.

Le mobilier en céramique et verre

La céramique des incinérations laténiennes

52Les six vases attribuables à La Tène finale ne sont pas toujours précisément identifiables mais ils révèlent la prédominance de céramiques fines et lustrées de forme élancée, dont plusieurs ont été tournées. Seule une céramique modelée rudimentaire se distingue. La prépondérance de poteries de qualité est également perceptible dans les nombreux tessons laténiens dispersés dans les tombes gallo-romaines : on reconnaît ainsi au moins deux vases peints en rouge.

La céramique des inhumations laténiennes

53Un seul vase, très morcelé, a été découvert en place dans les quelques inhumations de La Tène (sép. 152 ; fig. 3). Son remontage fait apparaître un « pot » de forme plutôt cylindrique, rehaussé d’une bande décorée d’incisions ou d’encoches vraisemblablement faites à l’ongle, motif pour lequel nous n’avons trouvé aucun parallèle. La pâte, finement sableuse et entièrement brune, ne paraît pas avoir été tournée, mais elle a été soigneusement égalisée puis lustrée à l’extérieur, y compris au revers du fond, permettant d’y former une sorte de pied annulaire.

La céramique et la verrerie des incinérations des IIe et IIIe siècles

54Ces céramiques s’avèrent assez typiques bien qu’elles ne soient pas toutes identifiables et datables. En effet, il s’agit presque uniquement de simples cruches à pâtes claires déposées en accompagnement du dépôt cinéraire, et pourvues de la classique lèvre « moulurée » ou « en poulie ». Dans quelques cas, ces poteries se résument à des débris très fragmentaires. Leurs origines restent pour la plupart incertaines bien qu’étant probablement locales ou régionales. La précision chronologique de ces cruches est faible car elles sont attestées entre le IIe et le IIIe siècle. À côté des cruches en céramique commune très banales, une seule sigillée est présente, utilisée comme vase ossuaire dans l’une des sépultures. Il s’agit d’une petite cruche ou carafe indéterminée (le col est absent, sans doute depuis l’origine pour permettre le dépôt des os brûlés), attribuable aux productions des ateliers du Centre de la Gaule au cours de la deuxième moitié du IIe ou de la première moitié du IIIe siècle.

55Les quelques verreries sont employées indifféremment comme vases ossuaires ou bien comme offrandes. L’une d’elles est un pot de type Isings 67a ou 68 tandis qu’une autre, servant de vase ossuaire, est une bouteille hexagonale Isings 52b, fermée par un opercule de bronze et de liège. Cette dernière verrerie se distingue par sa fabrication sommaire (forme hexagonale imparfaite et surépaisseur des parois). Ailleurs, une verrerie ne subsiste pratiquement que par la partie inférieure d’une bouteille rectangulaire Isings 90 pourvue d’une marque « B » au fond. Enfin, une fiole de couleur verte, de type Morin Jean 22, a été découverte isolée, provenant peut-être d’un dépôt ou bien d’une incinération en pleine terre détruite.

La céramique et la verrerie des inhumations des IIIe et IVe siècles

56Elles constituent un ensemble assez important avec 20 poteries et 51 verreries dans un état de conservation variable. En raison de la profondeur d’enfouissement et de la compression subie dans la grave, voire aussi des conditions de fouille, les vases ne sont en effet pas toujours intacts, certains ayant d’ailleurs été volontairement brisés ou même mutilés. Ceci est avéré dans une dizaine de cas, se présentant sous l’aspect de petits trous sur la panse ou bien d’une décapitation, peut-être d’un bris volontaire s’accompagnant d’une dispersion des restes en plusieurs endroits de la tombe. Parfaitement visible sur certaines poteries, la mutilation ou le bris intentionnel est également manifeste pour quelques verreries. L’exemple le plus flagrant est fourni par la sépulture en caveau 248, dans laquelle la cruche en céramique a été coupée en deux, tandis qu’une partie inférieure de bouteille en verre, grossièrement découpée mais restée intacte, complète le dépôt. Cette pratique est à dissocier du possible réemploi de vases plus anciens, également attesté dans au moins un cas, si ce n’est deux, où une verrerie des IIe-IIIe siècles plus ou moins intacte fait partie d’un dépôt funéraire précisément daté du IVe siècle, ne serait-ce que par les monnaies.

57La constitution des dépôts fait apparaître trois cas de figure : les poteries ou verreries uniques sont les plus nombreuses (24 cas), mais on trouve plusieurs cas de dépôts multiples de verreries (deux ou trois vases : 9 cas ; quatre vases : 1 cas), ainsi que plusieurs dépôts associant poteries et verreries (12 cas). À noter qu’il n’y a curieusement aucun dépôt multiple de poteries. Dans le détail, les dépôts multiples s’avèrent variés sur le plan typologique mais l’association cruche ou flacon et bol, que les vases soient en terre ou en verre, s’observe à plusieurs reprises (au moins 10 cas). Le dépôt le plus important montre un assemblage plus contrasté avec trois vases hauts (une céramique et 2 verreries) associés à un petit bol en verre.

Fig. 14. Principales formes en céramique des inhumations des IIIe (rangée du haut) et IVe siècles (DAO : Y.-M. Adrian).

58Par ailleurs, quarante-sept de ces dépôts comportent une ou plusieurs monnaies en offrandes qui fournissent des jalons décisifs pour la chronologie. Ceci est appréciable car dans l’ensemble, les datations fournies par les poteries et surtout les verreries ne sont pas très précises, se cantonnant souvent au siècle. De manière générale, il apparaît que la chronologie de ces inhumations couvre une bonne partie des IIIe et IVe siècles, les plus nombreuses étant celles du IVe siècle. Aucun indice ne permet de situer les plus tardives au-delà de la fin du IVe siècle, l’absence des monnaies théodosiennes étant, à ce sujet, déterminante.

Les céramiques

59De manière générale, les poteries issues des inhumations antiques (fig. 14) révèlent la légère prédominance des cruches (10 exemplaires), qu’elles soient en céramique commune ou en céramique fine, sur les formes hautes de type « gobelet » (7 exemplaires). Par ailleurs, on remarque deux vases de type pot, encore que leur silhouette et leur taille réduite puissent les apparenter à des gobelets. Les gobelets sont variés et présentent une morphologie caractéristique de l’époque, marquée notamment par la présence d’un col haut souligné d’un épaulement, ainsi que l’ajout fréquent d’une anse, cette dernière étant en effet spécifique aux séries du IVe siècle. Ce modèle de gobelet est aujourd’hui bien attesté en différents secteurs de la région, notamment dans la vallée de la Seine (Adrian, 2006), et plus particulièrement à Val-de-Reuil, tout près de Pîtres (Beurion dir., 2012). Au moins deux révèlent des traces d’exposition à la chaleur du côté opposé à l’anse, démontrant une utilisation initiale pour la cuisson. Malgré ce point, ce type de vase semble avoir été réservé à la boisson, même si celle-ci a pu être chauffée au préalable.

60Les céramiques fines importées ne sont pas très nombreuses au sein de l’ensemble : il y a seulement quatre sigillées d’Argonne, dont trois sont des cruches de type Chenet 343 tandis que l’autre est une curieuse bouteille à col évasé dépourvue d’anse et rehaussée d’un décor linéaire à la peinture blanche (fig. 14, no 300-3). Elle est a priori inédite dans le répertoire argonnais. L’une des cruches en sigillée a sans doute été perforée volontairement (fig. 14, no 156-9) tandis qu’une autre a été décapitée. Outre ces sigillées, une petite cruche métallescente correspondant au modèle Chenet 343 se signale, sans doute argonnaise elle aussi (fig. 14, no 268-4). Son aspect est singulier et il est possible d’envisager qu’il s’agisse d’une sigillée accidentellement noircie lors de la cuisson. Une sixième poterie fragmentaire, non illustrée, correspond à un gobelet de type Chenet 333/334 et appartient à la catégorie des dérivées de sigillée (pâte rosâtre et engobe rouge fragile).

61En complément des céramiques fines, deux poteries communes sont rehaussées d’un décor peint : il s’agit de petites cruches à pâtes claires dont les cols sont caractéristiques du IVe siècle, ce que confirme une monnaie constantinienne associée à l’une d’elles (fig. 14, no 231-1). Deux petits pots en céramique commune sombre apparaissent quant à eux typiques du début du Bas-Empire (2e moitié du IIIe-1re moitié du IVe siècle ; fig. 14, no 155-7 et 245-6). Un antoninien de Tetricus émis vers 273-274 et un nummus de Constantin émis vers 310-313 confirment pour chacun cette datation. Les pâtes de ces deux pots permettent d’envisager des provenances régionales dont une pourrait être celle de l’atelier de la forêt de Montfort-sur-Risle.

Les verreries

62Elles associent quatre à cinq vases attribuables au Haut-Empire, sans doute au IIIe siècle, à une importante série (51 vases) de la fin du IIIe et du IVe siècles, régulièrement associée à des monnaies (fig. 15).

63Les verreries les plus anciennes sont incontestablement deux bouteilles hexagonales Isings 52b en verre bleu, une demi-bouteille cylindrique (découpée) Isings 89 signée « FRO » en verre bleuté, et enfin une haute fiole carrée Isings 84, dite « flacon de Mercure », en verre incolore (quelques-unes sont illustrées, fig. 15). Deux de ces verreries liées aux dépôts du IVe siècle sont manifestement des vases anciens en réemploi. S’il apparaît diversifié, l’ensemble de verreries du Bas-Empire est néanmoins dominé par les flacons à large lèvre rabattue, parfois tombante, de types Isings 101 ou Goethert-Polaschek 78-79 (13 exemplaires ; les plus représentatifs sont illustrés fig. 15), ainsi que par le bol ou coupe à bord coupé non rebrûlé de types Isings 96 ou Goethert-Polaschek 49a (14 exemplaires : voir les principales variantes sur la fig. 15). Ce type est exceptionnellement pourvu de dépressions (fig. 15, no 236-2). La proportion des petits bols est encore plus importante si l’on y adjoint les formes à bord rebrûlé (4 exemplaires), rassemblées par Isings sous le même numéro 96, et qui sont toujours déclinées en verre bleuté (dont le no 168-1, fig. 15).

Fig. 15. Principales formes en verre des inhumations des IIIe (rangée du haut) et IVe siècles (DAO : Y.-M. Adrian).

64Les matériaux utilisés pour la fabrication de ces différentes verreries sont variables en qualité et en couleur : les verres bleutés sont largement majoritaires pour les flacons Isings 101 mais leur qualité est irrégulière, quelques-uns sont en effet verdâtres, riches en bulles et en impuretés. La matière est parfois filandreuse et il est probable que ceci ait eu un rôle décoratif, en particulier pour l’un d’eux, où les filandres sont très prononcées. Deux flacons sont franchement verts, se distinguant aussi par leur forme ramassée et un rebord plus anguleux, traduisant probablement une origine particulière, à moins qu’il ne s’agisse d’une question d’ordre chronologique, comme le suggèrent dans un cas trois monnaies valentiniennes en association et ayant pu circuler jusqu’au début du Ve siècle, ou bien la boucle de ceinture en bronze associée à la seconde. Les nombreux bols Isings 96 à bords coupés révèlent également un certain nombre de variations, mais ce type paraît beaucoup plus homogène, y compris au niveau de ses dimensions (souvent 8 à 9 cm d’ouverture pour 6,5 cm de hauteur). Les matériaux utilisés sont cette fois très souvent verdâtres et riches en bulles ou impuretés.

65Malgré la prédominance de deux modèles principaux, plusieurs autres formes de verreries se signalent tout en étant de représentation variable, plusieurs étant même uniques : il y a ainsi trois petites cruches « à tubulures » latérales (biberons ? fig. 15, no 163-1), deux vases hauts et à cols évasés (sans doute des flacons), une grande bouteille cylindrique à deux anses, une carafe à décor de filets, un petit vase à deux anses et décor de filets ainsi que deux fioles de très petite taille (voir les plus représentatives de toutes ces verreries, fig. 15). Par ailleurs, deux petits vases ovoïdes à lèvre éversée et rebrûlée apparaissent comme des formes intermédiaires entre le tout petit flacon et le gobelet élancé (dont le no 156-17, fig. 15).

66Parmi les verreries diverses, deux flacons à cols évasés et bords coupés de types Isings 104b ou Goethert-Polaschek 100/101 se remarquent (dont le no 156-3, fig. 15). Ils ont en commun une forme et un matériau blanchâtre filandreux assez similaires. La datation tardive de ce modèle est relativement bien établie en Gaule du nord, ce que confirme ici une monnaie de Constantin en association. Autres verreries caractéristiques mais uniques : une bouteille cylindrique à deux anses de type Isings 127 ou Goethert-Polaschek 141 et une carafe Isings 122 ou Goethert-Polaschek 127/128 à décor de filets autour du col (fig. 15). Outre ces dernières, l’une des verreries les plus remarquables de cet ensemble est un petit vase à anses (fig. 15, no 190-1) qui associe certaines caractéristiques des carafes (forme du rebord, décor de filets en haut et en bas, fines anses repliées) à une taille particulièrement réduite (hauteur : 9 cm) ainsi qu’à un diamètre d’ouverture relativement conséquent (environ 5 cm). La chronologie de ce vase unique dans le corpus régional est jalonnée par trois monnaies constantiniennes dont la perte peut être située durant la deuxième moitié du IVe siècle.

Les accessoires et parures en pâte de verre

67Ils sont assez peu nombreux : trois colliers de perles, trois bracelets, une perle seule, une épingle et un jeton ont été recueillis. Chacun des colliers diffère. Deux proviennent de tombes d’enfants. L’un est monté sur des éléments de fil de bronze et pourvu d’un fermoir, individualisant ainsi chacune des 64 perles. 41 sont bleu foncé, 12 jaunâtres (ambre ?) et 11 vertes. Les deux autres colliers sont plus modestes, avec des perles vertes coniques associées à plusieurs perles bleu pâle pour l’un et des perles coniques bleu foncé associées à plusieurs minuscules perles cylindriques bleues et vertes pour l’autre. Sans être particulièrement fréquents, en particulier dans la région (l’exemple le plus récent est celui de la sép. 334 de Val-de-Reuil, « La Comminière » ; Beurion et al., 2012), ces accessoires sont très caractéristiques du Bas-Empire, datation confirmée ici par les monnaies de Constantin associées aux deux derniers. Outre ces colliers, une grosse perle conique en « fritte » de verre verdâtre à décor légèrement dentelé, montée sur une chaînette en fer, a été recueillie. Il s’agit d’un modèle bien connu au cours du Haut-Empire et qui apparaît donc plus ancien que la date de la sépulture, fixée au IVe siècle par une monnaie de Constantin. Tout aussi caractéristiques sont les trois bracelets en pâte de verre noire, de section semi-circulaire. Le plus étroit d’entre eux est associé à un « biberon » en verre, suggérant une sépulture d’immature. Si les exemplaires funéraires ne sont pas si nombreux dans le corpus régional, ce type de bracelet est bien connu au IVe siècle dans une bonne partie de la Gaule, y compris en contexte d’habitat. Ces accessoires de parure se complètent ici d’un petit bracelet ou anneau sans doute en lignite, provenant d’une tombe d’immature.

68Enfin, une rare aiguille en pâte de verre noire se distingue, associée à l’un des bracelets en pâte de verre. Alors qu’il est particulièrement fréquent en os, cet accessoire est en effet peu courant dans cette matière et il s’agit de l’un des tout premiers exemplaires découverts dans la région.

Les monnaies

69Parmi les 91 sépultures fouillées, 49 contenaient des monnaies soit 53,8 %. Le lot numismatique issu de ces structures comprend 88 monnaies, toutes d’époque romaine et en alliage cuivreux, dont six en billon. Elles sont présentes en nombre variable dans les tombes, entre une unité pour la majorité (26 cas) et jusqu’à six dans une sépulture. On note la présence de huit monnaies percées (soit presque 10 % du total), toutes des IIe et IIIe siècles. Dans trois sépultures, toutes les monnaies sont percées (1 exemplaire et deux fois 2 exemplaires) ; dans deux autres, elles le sont partiellement (1 sur 2 et 2 sur 3). On note également que 6 des 14 sépultures d’enfants contiennent des monnaies (deux pièces dans 5 cas et trois pièces dans un cas) et que trois contiennent des monnaies percées, soit 50 % d’entre elles (ce qui est supérieur à la moyenne globale).

70Si l’on considère les dates de frappe, une très forte majorité d’espèces est datable du IVe siècle (67 spécimens, soit 76 % du total) et principalement de sa première moitié (59 spécimens, soit 67 % du total). Parmi les sépultures contenant des monnaies, seulement deux au plus sont datables de la première moitié du Ve siècle, sans pouvoir donner de précisions. Cette datation est fournie par des monnaies rognées valentiniennes frappées entre 364 et 378. Cette pratique de rognage est courante à partir de la décennie 410. Elle est alors destinée à pallier l’« absence quasi totale de renouvellement des stocks monétaires courants occasionnée d’abord et surtout par la cessation d’activités des ateliers gaulois vers 397-398, puis par les bouleversements subséquents aux assauts barbares de 406-407 » (Gricourt, 2009, p. 724). Les deux sépultures concernées ont livré, pour l’une, trois monnaies valentiniennes, dont un exemplaire incontestablement rogné (voire peut-être un deuxième), et pour l’autre, deux monnaies dont une valentinienne également probablement rognée. Le terminus post quem du lot est fourni par un aes 2 à l’effigie de Valentinien II frappé dans un atelier indéterminé entre 378 et 388.

Conclusions

71Cette opération, la deuxième à être menée de manière approfondie, a permis d’observer un quartier de cette nécropole et d’y reconnaître les modes d’inhumation entre l’âge du fer et le IVe siècle de notre ère. De même que pour les campagnes précédentes, on remarque la réutilisation de l’espace funéraire laténien durant l’époque gallo-romaine. Le « chevauchement » des nécropoles laténienne et gallo-romaine, déjà observé, est donc confirmé, quoiqu’il semble y avoir eu un certain respect de la zone funéraire laténienne lors des aménagements funéraires antiques. A. et M. Cerdan avaient émis l’hypothèse d’une organisation polynucléaire (Cerdan, 1993, p. 149). La fouille argumente également dans ce sens avec une absence de sépultures du Ier siècle alors qu’elles sont bien représentées ailleurs, notamment dans la partie fouillée par N. Roudié en 1995. Parallèlement, le IVe siècle est peu illustré dans les fouilles anciennes. En ce qui concerne l’absence de tombes du Ier siècle, l’arasement du site ne semble pas devoir être mis en cause car, dans ce cas, du mobilier épars aurait été trouvé en quantité significative, y compris dans le comblement des sépultures postérieures.

72L’appréhension assez complète d’un quartier de la nécropole révèle l’absence de concentration particulière, tant du point de vue de la répartition hommes, femmes et enfants, que dans la nature des dépôts funéraires. Ceci, lié à la disposition en rangée et aux données chronologiques, permet de supposer une évolution partant du noyau formé par les sépultures laténiennes pour se développer vers l’est. Une première phase de sépultures nord-sud, semble-t-il assez disséminées, laisse place rapidement à une organisation plus dense et plus rigoureuse de tombes est-ouest. Parmi les aménagements funéraires se signalent particulièrement la sépulture en caveau de briques, ainsi qu’au moins un probable tube à libation.

  • 1 En dehors du cas récent de la nécropole de Caudebec-lès-Elbeuf (responsables : L. Jégo et M. Texier (...)

73Le mobilier recueilli est d’un grand intérêt, et ce à deux niveaux. À l’échelle de cette vaste nécropole en partie détruite ou sommairement fouillée, elle livre un ensemble homogène et cohérent d’objets divers en rapport avec ce qui correspond manifestement à la fin de l’utilisation du cimetière. Si les phases anciennes de sépultures (La Tène puis Haut-Empire) ne sont pas toujours très bien documentées et surtout correctement étudiées, faute de moyens (le mobilier des fouilles Cerdan n’est pas du tout étudié ; celui de la fouille préventive de 1996 serait à reprendre), la phase récente (IVe siècle) est quant à elle désormais bien perçue, alors qu’elle restait jusqu’à présent inconnue, à peine attestée par des collectes effectuées par G. Carpentier dans les années 70-80 dans la parcelle voisine de la zone fouillée. La compilation de toutes ces données pourtant disparates et parfois imprécises, et leur parfaite complémentarité, pourraient à terme offrir un panorama funéraire presque sans équivalent dans la région1, ainsi que sans doute, dans la plupart des territoires limitrophes.

  • 2 La comparaison avec la nécropole rurale fouillée récemment à Évrecy (responsable : A. Thomann, INRA (...)

74À une échelle plus large, cet ensemble alimente considérablement les données disponibles sur le milieu funéraire du Bas-Empire, encore mal connu dans la région haut normande. Ceci concerne bien évidemment les modes d’inhumations et leurs caractéristiques, mais aussi les différentes catégories de mobiliers, par le biais de leur présence plus ou moins significative (voire aussi de leur absence), fournissant ainsi des éléments de comparaison avec certains territoires voisins, parfois mieux documentés2. À ce titre, la série de verreries exhumée s’avère décisive pour la connaissance, non pas tant par son degré de sophistication, somme toute limité, mais par son importance quantitative et sa composition typologique, ainsi que par les nombreuses associations avérées, à commencer par celles des monnaies. Or, la région souffre toujours de lacunes importantes sur le verre tardo-antique, ne disposant pas de séries rurales ou urbaines conséquentes comme certaines régions voisines. Sans négliger l’intérêt des quelques verreries du Haut-Empire, que ce soit dans les incinérations ou bien les inhumations, il est en effet évident que les acquis majeurs concernent la fin du IIIe et le IVe siècle, et ce à plusieurs titres. Sur le plan typologique tout d’abord, la proportion inégale des différents modèles ainsi que leurs variations plus ou moins importantes (pour les flacons, en particulier) fournissent des références dans une région qui en manquait cruellement, mais aussi pour les territoires environnants, inégalement documentés.

75La présence de quelques modèles rares, dont un petit vase à anse inédit, contribue à mieux cerner la diversité de cette vaisselle, tout en appréciant les particularismes locaux de sa consommation (et d’artisanat) dans le Nord de la Gaule.

76La prépondérance du verre dans les dépôts funéraires du IVe siècle constitue également une information intéressante, dont la portée ne doit cependant pas être surévaluée. Il semble en effet manifeste qu’il ne s’agit pas d’un aspect d’ordre économique (population plus aisée), car les verreries en présence sont, à quelques rares exceptions près, assez ordinaires voire très banales (les bols à bords coupés et les flacons, en particulier) et correspondent à la verrerie usuelle de cette période, produite en grande quantité, trouvée abondamment en contexte d’habitat (Adrian, à paraître). Et ce n’est certainement pas un hasard si le reste du mobilier, notamment vestimentaire, renvoie également une image modeste qui est également renforcée par l’absence complète de vaisselle métallique. Car si certaines des ceintures présentent un intérêt indéniable, c’est surtout en raison des lacunes régionales sur ce mobilier, car il ne s’agit pas de modèles exceptionnels ou luxueux. En réalité, les disparités parfois importantes (en types de vases comme en quantités) observées avec les autres nécropoles des IIIe et surtout IVe siècles, semblent plutôt liées à des habitudes locales dont il conviendra à terme d’évaluer la portée.

Bibliographie

Bibliographie

Adrian Y.-M. (2006) – Céramiques et verreries des IVe et Ve siècles dans la basse vallée de la Seine : des exemples issus de Rouen, Lillebonne, Caudebec-lès-Elbeuf, Tourville-La-Rivière (Seine-Maritime), Pîtres et Poses (Eure). Van Ossel P. (dir.), Les céramiques de l’Antiquité tardive en Île-de-France et dans le Bassin parisien, I : Ensembles régionaux. Dioecesis Galliarum, Document de travail, 7, Nanterre, p. 331-388.

— (à paraître) – La verrerie antique (Ier-Ve s.) dans la région Haute-Normandie : principales données et panorama des découvertes récentes. Fioles, fiasques et flacons. Actes du colloque de Rouen, 4-6 avril 2013. Association « Verre et Histoire ».

Beurion C. dir. (2012) – Val de Reuil, La Comminière, ZAC des Portes (Eure). Un établissement rural de La Tène finale et une nécropole gauloise et gallo-romaine. Rapport de fouille, Rouen, INRAP, Service régional de l’archéologie.

Cerdan A. et M. (1993) – La nécropole gauloise et gallo-romaine de Pîtres, La Remise (Eure). Revue archéologique de l’Ouest, suppl 6, p. 149-153.

Paez-Rezende L., Cabanis M., Chanson-Bertolio K. et Clément-Sauleau S. (2014) – Origine et évolution d’un quartier de la ville antique, Portbail, (Manche). Rapport de fouille, Caen, INRAP, Service régional de l’archéologie, 2 vol.

Pilon F. (2012) – Découvertes monétaires en contexte funéraire gallo-romain en Haute-Normandie : bilan de quelques études récentes. Journées archéologiques de Haute-Normandie, Évreux, 6-8 mai 2011, Rouen, Presses universitaires de Rouen et du Havre, p. 161-172.

Prilaux G. (2007) – Derrière le « Jardin du Berger ». Découverte de probables tubes à libations chez les Viromanduens. Kruta V et Leman-Delerive G. dir, Feux des morts, foyers des vivants. Les rites et symboles du feu dans les tombes de l’âge du fer et de l’époque romaine, Lille, Université Charles-de Gaulle-Lille 3, p. 51-64.

Roudié N. (1996) – Pîtres « La Remise », DFS, Rouen, AFAN, Service régional de l’archéologie, 150 p.

Notes

1 En dehors du cas récent de la nécropole de Caudebec-lès-Elbeuf (responsables : L. Jégo et M. Texier, INRAP) qui offre une vision continue entre les Ier et IVe siècles de notre ère.

2 La comparaison avec la nécropole rurale fouillée récemment à Évrecy (responsable : A. Thomann, INRAP, 2014), en plaine de Caen, devrait entre autres s’avérer particulièrement fructueuse.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Localisation des interventions archéologiques (DAO : É. Mare).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4290/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Fig. 2. Plan phasé de la nécropole (DAO : É. Mare).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4290/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Légende Fig. 3. Sépulture laténienne en chambre no 152 (DAO : É. Mare).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4290/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 4. Bloc de calcaire du comblement de la tombe 163 (cliché : É. Mare).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4290/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 5. Pot et cruches en céramique (cliché : S. Le Maho).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4290/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 6. Formes basses en verre (cliché : S. Le Maho).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4290/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Fig. 7. Cruches en verre (cliché : S. Le Maho).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4290/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 8. Bouteilles en verre (cliché : S. Le Maho).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4290/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 9. Couteau ou poignard de la sépulture 259 (cliché : Conservare).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4290/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 10. Appliques décoratives de ceinture de la sépulture 250 et restitution de leur disposition (DAO : É. Mare).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4290/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Légende Fig. 11. Caveau maçonné en briques de la sépulture 248 (clichés : É. Mare).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4290/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 12. Coupe longitudinale restitutive de la sépulture 248 (DAO : É. Mare).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4290/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 13. Plan du fond de fosse de la sépulture 132, plans intermédiaires et proposition de restitution du tube à libations (DAO : É. Mare).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4290/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 14. Principales formes en céramique des inhumations des IIIe (rangée du haut) et IVe siècles (DAO : Y.-M. Adrian).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4290/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Légende Fig. 15. Principales formes en verre des inhumations des IIIe (rangée du haut) et IVe siècles (DAO : Y.-M. Adrian).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4290/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 397k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540