Version classiqueVersion mobile

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Alizay, 20-22 juin 2014

 | 
Luc Liogier

Labra et alvei comme éléments d’agrément d’une grande résidence gallo-romaine et de l’habitat urbain : les exemples de la villa du « Chemin aux Errants », à Val-de-Reuil (Eure) et de Caudebec-lès-Elbeuf (Seine-Maritime)

Labra and alvei as decorative features of a large Gallo-Roman residence and of the urban settlements: the examples of the villa in the “Chemin aux Errants” settlement, Val-de-Reuil (Eure) and in Caudebec-lès-Elbeuf (Seine-Maritime)

Érik Follain

Résumé

À l’occasion d’une étude du mobilier lapidaire des fouilles de la villa du « Chemin aux Errants », à Val-de-Reuil, des fragments ont révélé la présence de vasques sur le site : un grand alveus et un labrum à la cuve hémisphérique. Ce mobilier architectural, caractéristique des demeures campaniennes, est donc également présent dans la région normande. Pendant une seconde étude, celle du lapidaire de Caudebec-lès-Elbeuf (« Les Serres Chevrier »), la découverte d’un labrum illustre l’utilisation de ces vasques en milieu urbain.

Entrées d'index

Texte intégral

1Une opération préventive en milieu urbain, « Les Serres Chevrier » à Caudebec-lès Elbeuf, et une autre réalisée en campagne, le « Chemin aux Errants » sur la commune de Val-de-Reuil, ont permis la découverte de vasques antiques. Ce type de mobilier paraît extrêmement rare, pour la Gaule de l’Ouest. En réalité, il suffit que l’on prête un peu plus attention aux divers fragments des collections lapidaires pour se rendre compte qu’il n’en est rien.

Fig. 1. Vasque en son jardin ; peinture de la villa de Poppée à Oplontis (baie de Naples) conservée in situ (cliché : © É. Follain).

La villa du « Chemin aux Errants »

  • 1 Il suffit, pour s’en convaincre de citer, parmi de nombreux exemples, la villa de Saint-Émilion (Ba (...)

2De septembre 2011 à décembre 2012, près de huit hectares ont été explorés préventivement à une extension de carrière, sur la commune de Val-de-Reuil, au lieu-dit « Le Chemin aux Errants ». Dirigées par Y.-M. Adrian (INRAP), les fouilles ont mis en évidence une occupation de la fin de l’âge du bronze au XIVe siècle (Adrian, 2014). Pour la période antique, c’est une vaste villa, dont la partie résidentielle est particulièrement développée, qui a été mise au jour. En dépit de quelques petits bâtiments datés du courant du Ier siècle, la construction du logis principal est attribuée au début du IIe siècle. Le site gallo-romain est surtout singularisé par ses installations hydrauliques, qu’elles soient utilitaires ou décoratives. En effet, on signale, à l’ouest de l’enceinte maçonnée, un système de canaux, peut-être destiné à une activité piscicole, et, en avant de la résidence, un vaste bassin d’agrément. Ce dernier, plus fréquent en Gaule que ce que l’on croit1, montre de manière particulièrement significative, pour le site du « Chemin aux Errants », l’importance de l’eau, à la fois comme élément de confort et, surtout, comme composante majeure du décor. C’est ainsi qu’il faut interpréter l’un des résultats de l’étude du lapidaire recueilli pendant les fouilles. Parmi les dizaines de fragments d’objets ou de pièces architectoniques, il est remarquable qu’une quinzaine d’entre eux proviennent de vasques et de labra. Ainsi, les villae du Nord-Ouest de la Gaule n’auraient rien à envier à celles d’Italie (fig. 1) ou, plus proches, d’Aquitaine. Les bassins et les fontaines seraient présents, dans et autour des parties résidentielles. Le lapidaire de la villa du « Chemin aux Errants » est une nouvelle pièce à verser au dossier. Par ailleurs, ces identifications montrent l’intérêt de conserver la grande majorité des fragments de pierre : le classement, puis la combinaison de certains de ces morceaux de calcaires permettent, maintenant, de proposer la restitution d’une vasque et d’un labrum.

Fig. 2. Dépôt lapidaire à Pompéi : à gauche, labrum, et à droite, alveus (cliché : © É. Follain).

Questions de méthode

3Il faut, dans le cadre de cette courte étude, saisir l’opportunité de souligner l’avantage du ramassage systématique des éléments dits lapidaires. En effet, si certains d’entre eux ne subsistent plus qu’à l’état de fragments, leur existence ne pourra être connue que par ces maigres restes. L’exemple du labrum terminant le catalogue est particulièrement éclairant. Son existence et sa forme ne sont restituables qu’au travers de ces maigres restes : ceux-ci sont de petites tailles, mais leur nombre et leur répartition en donnent une idée précise. Le choix fait par le responsable d’opération de ramasser, selon un principe de raisonnable présomption, toute pierre présentant une trace d’aménagement (dressée, taillée, sciée ou sculptée) concilie ainsi, dans le cadre d’une opération préventive, un investissement en temps modéré sur le terrain avec la possibilité d’une étude exhaustive.

4Le tri et l’étude des éléments recueillis ont permis d’isoler un certain nombre de morceaux de vasques. Leur relative abondance est apparue particulièrement intéressante. À défaut de découvrir des exemplaires complets, on néglige ce type de mobilier, souvent considéré, à tort, comme limité aux contrées méditerranéennes.

5Chacun des fragments retenus a fait l’objet de relevés pertinents pour leur compréhension. Les cassures sont figurées par des traits irréguliers et par un gris foncé. L’utilisation d’ombrages permet, si nécessaire, de souligner la volumétrie des pièces. Dans le descriptif de chacun des fragments, sont développés, successivement, les points suivants : qualification du fragment, contexte, nature du matériau, traces remarquables d’outils, dimensions observées et dimensions déduites. Il convient de préciser que l’identification des matériaux est issue d’un simple examen visuel. En l’absence de roches décoratives, le choix est des plus réduits. Il n’y a donc, sur ce site, que les calcaires de l’Oise ou ceux de la basse vallée de la Seine (calcaires à silex). Enfin, au descriptif est ajoutée une interprétation, que le fragment soit considéré isolément, ou en association avec d’autres éléments.

Catalogue des fragments

  • 2 Cette distinction a été rappelée par M. Cavalieri (Cavalieri et Bartagli, 2002).

6Un rappel du vocabulaire s’impose, car, si les mots « vasque » ou « bassin » restent assez imprécis, deux mots latins permettent de distinguer la forme rectangulaire de la forme circulaire. Depuis les travaux d’A. Ambrogi (1995, p. 12), on appelle la vasque rectangulaire alveus et le bassin circulaire labrum2, évitant ainsi toute confusion (fig. 2).

Indices de quatre vasques (fig. 3)

7- La-1 – Fragment de cylindre évidé ; découvert dans ISO 1486 ; taillé dans un calcaire à silex (sénonien) ; le fragment mesure : diamètre extérieur 0,45 m x diamètre intérieur 0,25 m x H. 0,16 m ;

8- La-2 – Fragment de bloc polygonal percé d’un conduit cylindrique ; découvert dans décapage au sud Ens D Sd 7 ; taillé dans un calcaire à silex (sénonien) ; le conduit a été ouvert à la broche et les faces extérieures finies à la gradine ; le fragment mesure L. 0,50 m x l. 0,25 m x H. 0,16 m. L’utilisation de calcaire à silex suggère l’association de La-1 et La-2 pour former le pied d’une vasque, le conduit servant alors pour le passage des tuyaux d’alimentation en eau ;

9- La-3 – Rebord, angle ; découvert dans ST 2135 ; taillé dans un calcaire de l’Oise (lutécien ; grain fin, ferme, crème) ; le fragment mesure L. 0,13 m x l. 0,07 m x H. 0,07 m. En raison de la modénature observée il s’agit manifestement de l’angle du rebord d’un alveus ;

10- La-4 – Rebord de vasque ou de cuve indéterminée ; découvert dans 20068 ; taillé dans un calcaire de l’Oise (lutécien ; grain fin, ferme, crème) ayant subi un début de calcination ; le fragment mesure L. 0,125 m x l. 0,075 m x H. 0,05 m. Il s’agit probablement d’un labrum, en raison de son profil et d’une courbure à peine perceptible ;

11- La-5 – Angle de vasque ou d’une cuve quelconque ; découvert dans ST 4053 comblement inférieur ; taillé dans un calcaire de l’Oise (lutécien ; grain fin, ferme, crème) ; le fragment mesure L. 0,16 m x l. 0,10 m x H. 0,11 m. L’existence même d’un angle suggère qu’il s’agit là d’un alveus.

Fig. 3. Dessins de plusieurs éléments de vasques ; La-1 et La-2 sont peut être associés pour former un pied. La-3 et La-5 proviennent de bassins rectangulaires, alors que La-4 pourrait appartenir à une vasque circulaire (© É. Follain).

Un alveus bien identifié, mais incomplet (fig. 4 et 5)

12- La-6 – Fragment d’alveus ; découvert dans puits 2663 ; taillé dans un calcaire de l’Oise (lutécien ; grain fin, ferme, crème à beige) présentant un début de calcination ; son rebord est muni d’un trop plein arrondi et se présentant de biais ;

  • 3 Dans le rapport de fouille où le fragment est présenté (Lukas, 2014, vol. 1, p. 312), il est improp (...)

13- La-7 – Fragment d’alveus3 jointif avec La-6 ; découvert à plusieurs centaines de mètres lors d’une opération précédente (Lukas, 2014, vol. 1, p. 312-313 et fig. 256 et 257). Les dimensions relevées, pour les deux fragments associés sont de L. 0,85 m (0,44 m et 0,41 m) x l. 0,50 m x H. 0,376 m. Les minima pour cet alveus sont de 1,20 m en longueur et 0,90 m en largeur. Les proportions habituelles des alvei laissent penser que ce bassin pourrait atteindre près de deux mètres, ce qui en fait un exemplaire parmi les plus grands répertoriés. Le bord linéaire, le fond plat et la modénature de ces deux éléments jointifs en font clairement un alveus (fig. 6).

Fig. 4. Les deux fragments d’alveus La-6 et La-7 (cliché : © É. Follain).

Un labrum et son pied totalement fragmentés (fig. 7)

14- La-8 – Dalle percée d’un conduit cylindrique vertical ; découvert dans 20143 ; taillée dans un calcaire de l’Oise (lutétien ; grain fin, ferme, couleur crème, fossilifère) ; le fragment mesure L. 0,33 m x l. 0,24 m x H. 0,12 m et le diamètre de son conduit est estimé à plus ou moins 0,10 m (fig. 7). À titre d’hypothèse, elle pourrait être la plinthe du pied (La-9) de la vasque restituée fig. 8 (La-10, La-11 et La-12) ;

Fig. 5. Dessins du fragment La-6 (muni de son trop-plein) découvert lors de cette opération et du fragment La-7 découvert précédemment à plusieurs centaines de mètres (Lukas, 2014) ; ils proviennent d’un alveus dont on ignore les dimensions (© É. Follain).

15- La-9 – Fragment de cylindre évidé ; découvert dans ST 3968 ; taillé dans un calcaire de l’Oise (lutétien ; grain fin, ferme, couleur crème) ; le conduit a été taillé avec une broche ; le fragment mesure L. 0,30 m x 0,17 m x H. 0,09 m ; le diamètre extérieur est estimé d’après la courbure à 0,37 m (fig. 7). Le calcaire employé, les traces de broche et le diamètre correspondant avec celui du disque de pose de La-10 laissent supposer qu’il s’agit là du pied de la vasque restituée avec La-10, La-11 et La-12 ;

Fig. 6. Proposition de restitution de l’alveus ; les proportions de la vasque sont approximatives et les piétements sont de pure convention (© É. Follain).

16- La-10 – Fragment de fond, disque d’attente de la buse et disque de pose de la vasque ; découvert dans US 20172 sond 3 ; taillé dans un calcaire de l’Oise (lutétien ; grain fin, ferme, couleur crème) ; finition de surface à la gradine ; le fragment mesure L. 0,21 m x l. 0,12 m x H. 0,09 m ; d’après la courbure le diamètre du disque de pose est compris entre 0,35 m et 0,40 m (fig. 7) ;

Fig. 7. Dessins des fragments La-8 à La-14 et leurs positionnements (© É. Follain).

17- La-11 – Fragment de rebord de vasque ; découvert dans ST 2135 US 1 entre sol 8 et sol 9 ; taillé dans un calcaire de l’Oise (lutétien ; grain fin, ferme, couleur crème) ; le fragment mesure L. 0,19 m x H. 0,165 m x épaisseur 0,06 m ; d’après la courbure le diamètre externe est estimé à 0,895 m (fig. 7) ;

Fig. 8. Proposition de restitution d’un labrum à partir des fragments La-8 à La-14 (© É. Follain).

18- La-12 – Fragment de rebord de vasque ; découvert dans US 20685 ; taillé dans un calcaire de l’Oise (lutétien ; grain fin, ferme, couleur crème) ; le rebord présente un décor de torsade ; le fragment mesure L. 0,16 m x H. 0,045 m x profondeur 0,08 m ; d’après la courbure le diamètre interne est estimé à 0,82 m (fig. 7). Le fragment La-11 est relativement usé et, donc, son décor n’est pas conservé. Les profils comparables, la nature identique du matériau et les diamètres extrêmement proches autorisent à voir dans La-11 et La-12 des fragments provenant de la même vasque. La-10 appartiendrait au fond de cette vasque ;

Fig. 9. Fragment La-13 à la base de la buse ; les coups de la broche pour le creusement du conduit sont ici visibles, comme sur La-14 (© É. Follain).

19- La-13 – Fragment de buse de fontaine ; découvert dans US 20299 carré J2 ; taillé dans un calcaire de l’Oise (lutétien ; grain fin, ferme, couleur crème) ; le conduit est ouvert à la broche et la face extérieure porte des traces de finition à la gradine ; le fragment mesure : diamètre 0,13 m, épaisseur variant de 0,025 à 0,04 m et hauteur 0,14 m (fig. 7 et 9) ;

20- La-14 – Fragment de buse de fontaine ; découvert dans US 20137 carré I2 ; taillé dans un calcaire de l’Oise (lutétien ; grain fin, ferme, couleur crème) ; le conduit est taillé à la broche et la face extérieure porte des traces de finition à la gradine ; le fragment mesure : 0,18 m x 0,18 m x H. 0,07 m (fig. 7). C’est le creusement du conduit, à la broche, et le calcaire employé qui permettent l’association des deux fragments non jointifs de la buse (La-13 et La-14 ; fig. 9).

Éléments de typologie et de comparaisons

  • 4 Ceci n’a rien de surprenant car les pièces architectoniques voyageaient sur la Seine entre l’Oise e (...)

21Le premier point à évoquer ici concerne le matériau utilisé pour ces vasques. On s’attend, en effet, à les voir taillées dans un marbre ou une autre roche dure, et donc à ce qu’elles soient des produits d’exportation d’ateliers, lointains ou locaux (Gaston, 2007, p. 310 et 313). Pour le site du « Chemin aux Errants », on notera l’absence du marbre et l’omniprésence des calcaires de l’Oise4. En l’état, on ne peut affirmer l’existence d’une production implantée dans, ou à proximité, de ce bassin d’extraction. Il est certain, par contre, qu’un ou plusieurs ateliers utilisaient ces roches.

22Le second point concerne la chronologie. Aucun élément n’est en place et, donc, les fragments de cette petite collection sont, comme la villa, à attribuer au IIe siècle et à la première moitié du IIIe siècle (Adrian, 2014).

23Les fragments La-1 à La-5 ne sont pas réellement signifiants d’un point de vue typologique. Leur intérêt est d’attester l’existence de deux alvei et de deux labra, s’ajoutant aux deux exemplaires mieux renseignés qui suivent.

24Le grand alveus (La-6 et La-7) est du type A selon la classification de A. Ambrogi (1995, p. 13-18 et 61-103). Il est caractérisé par sa forme oblongue et ses parois moulurées de bas en haut. Ses piétements sont au nombre de deux et présentent des chapiteaux à la hauteur de leurs extrémités opposées. La base de ces piétements est également moulurée.

Fig. 10. Labrum en calcaire à silex provenant de l’opération « Les Serres Chevrier » sur la commune de Caudebec-lès-Elbeuf (Seine-Maritime ; © É. Follain).

  • 5 Il peut s’agir soit d’une question de chronologie, soit d’une question de géographie. Les deux exem (...)
  • 6 Voir supra « Un alveus bien identifié, mais incomplet ».

25C. Gaston préfère parler de « pieds en dalle de section rectangulaire à la silhouette gracile » (2007, p. 305). La modénature des parois est assez éloignée des exemples italiques. On constate en particulier la présence d’un rebord in et anguleux très différent du tore des alvei italiens. Globalement, la modénature est plus marquée et plus saillante5. Enfin, les dimensions hypothétiques6 de l’alveus du « Chemin aux Errants » paraissent sortir des normes, ou tout au moins des moyennes (fig. 6).

  • 7 Dans les exemples romains, les oves sont largement plus fréquents (voir, entre autres, Ambrogi, 200 (...)

26Le labrum proposé à partir de l’association des fragments La-8 à La-14, appartient au type IV d’A. Ambrogi par la forme hémisphérique de sa vasque. Son pied, réduit à l’essentiel, se rapproche du type IV b. Il faut signaler également que la buse est une pièce indépendante. La présence d’un décor, une torsade7 sur le rebord, est aussi une particularité de ce labrum. Son profil et la profondeur de la vasque font que l’on peine à trouver une comparaison parmi les alvei romains, à l’exception peut-être d’une pièce non terminée d’Ostie (Ambrogi, 2005, p. 266, L 71 et fig. p. 534). Son pied, qui semble limité à un cylindre sur plinthe, ne trouve, quant à lui, aucune comparaison. L’étude des alvei découverts en Espagne n’est guère plus éclairante (Morillo et Salido Dominguez, 2011). L’existence de buse indépendante y est cependant illustrée par un alveus d’Italica (ibidem, 2011, p. 168-169, fig. 22 et 23). La forme hémisphérique de la cuve et l’utilisation du calcaire de l’Oise pourraient faire du labrum de Val-de-Reuil un type propre aux ateliers du Nord-Ouest de la Gaule (fig. 9).

Les vasques comme élément de décor et de confort dans la villa

27Ce qu’il faut avant tout retenir, c’est que, contrairement à une idée reçue, ces éléments existent dans l’environnement des villae du Nord-Ouest de la Gaule. Les alvei et les labra, si présents dans les demeures campaniennes, font aussi partie de l’agrément de ces résidences plus septentrionales. Pour le découvrir, il suffit de s’attacher à conserver le moindre fragment de pierre aménagé et de procéder à l’examen de l’ensemble du lapidaire recueilli. Les découvertes de pièces complètes ont été et seront extrêmement rares, mais les traces de ces vasques subsistent ; il suffit de les chercher. Elles témoignent du fait que, malgré les différences climatiques, les modes de vie, les architectures et l’aménagement des jardins se sont largement diffusés.

  • 8 Cet aspect dépasse, bien évidemment, le cadre de cet article. Il est cependant une question que l’o (...)

28Les alvei et les labra sont des motifs redondants de l’iconographie romaine (fig. 1), lorsqu’il s’agit de représenter paysages ou jardins. Elles sont indispensables, au même titre que les bassins, à cette mise en scène de la nature autour des lieux de résidence des élites (Grimal, 1943). Il n’est donc pas surprenant de retrouver, sur le site de la vaste villa du « Chemin aux Errants », des fragments attestant leur présence. Grâce aux aménagements hydrauliques reconnus (alimentations ou évacuations) et dans une perspective plus large que cet article, il restera à rechercher les implantations potentielles de ces vasques sur le site et, ainsi, leurs rapports avec les architectures de cette vaste résidence8.

Appel à informations

  • 9 Au service régional de l’archéologie, 7 place de la Madeleine, 76172 Rouen cedex 1 ; eric.follain@c (...)
  • 10 L’étude du lapidaire de cette opération INRAP est en cours et menée par l’auteur de cet article.

29Il serait souhaitable que cette étude s’étende à l’ensemble de la région Haute-Normandie. C’est pourquoi un appel à communiquer leurs informations, concernant des découvertes de vasques, est lancé auprès des acteurs de l’archéologie régionale9. À titre d’exemple, voici la fiche (infra) et la documentation (fig. 10) d’une vasque quasiment complète, découverte récemment lors du chantier « Les Serres Chevrier », à Caudebec-lès-Elbeuf10.

30Le contexte de ce labrum reste vague ; il est urbain, l’agglomération d’Uggate, mais dans le détail on ne peut établir s’il provient de thermes ou d’un habitat. Il témoigne, pourtant, de la présence en ville du même mobilier d’agrément que dans les riches résidences rurales.

31En l’absence d’un catalogue exhaustif de ces vasques, de nombreuses questions subsistent. Sans pouvoir toutes les énoncer, on retiendra les questions de raccordements aux réseaux hydrauliques, les choix d’implantations intérieures ou extérieures, les aspects typologiques et les problèmes de provenance et d’ateliers.

Provenance géographique

Caudebec-lès-Elbeuf (Seine-Maritime), « Les Serres Chevrier »

Contexte archéologique large

Nécropole antique de l’agglomération d’Uggate (Veliocasses)

Référence inventaire

La-1.

Dessins

Au 1/20e, vue en coupe et de côté, vue du dessus

Photographies

Vue du dessous, vue du dessus, vue de trois-quarts

Provenance structurelle

St 3156 (puits) à 7 m de profondeur

Nature de la roche

Calcaire à silex banc ferme sénonien type Caumont ou Vernon, couleur blanc à gris clair, grain fin

Dimensions hors-tout

diamètre restitué 0,92 m, hauteur 0,22 m

Traces d’outils

Trace de broche ou d’aiguille pour percer le conduit central

Traitement de surface

Polissage intérieur ?

Qualifié de

Vasque ou, plus précisément de labrum

Description

Monolithe partiellement conservé ; bassin circulaire et à fond plat possédant un rebord en bourrelet (section incomplète) et la base annulaire d’un jet central ; son conduit vertical est taillé grossièrement

Éléments de comparaison et bibliographie

type 1 (Ambrogi, 2005*, p. 74-75 et fig. p. 79) et type VII (ibid., p. 78-80 et fig. p. 80) ; exemplaire découvert dans le cantonnement de la legio VII gemina de l’actuelle province du Leon en Espagne (Morillo et Salido Dominguez, 2011, p. 164-165, fig. 18 et 19) ; proche par la faible profondeur et par une base centrale annulaire du labrum découvert à proximité du temple de Champlieu dans l’Oise (Cauchemé, 1912, pl. IV)

Datation

Antique

Utilisation primaire

Labrum intérieur ou extérieur

Utilisation secondaire

Le défoncement grossier, et aux limites irrégulières, de sa surface inférieure suggère une mise en place sur un support autre que son pied d’origine

Utilisation finale

Comblement de puits

* L’absence de dessins et de sections fait que l’on peine à trouver, dans cet ouvrage, des comparaisons pertinentes.

Bibliographie

Bibliographie

Adrian Y.-M. (2014) – Val-de-Reuil, Le Chemin aux Errants, Zone C. Bilan scientifique régional 2012, Haute-Normandie, Rouen, Direction régionale des affaires culturelles de Haute-Normandie, Service régional de l’archéologie, p. 49-52.

Ambrogi A. (1995) – Vasche di eta romana in marmi bianchi et colorati, Rome, L’Erma di Bretschneider, 263 p.

— (2005) – Labra di eta romana in marmi bianchi e colorati, Rome, L’Erma di Bretschneider, 629 p.

Authom N. et Paridaens N. (2009) – Merbes-le-Château/Labuissière. La villa gallo-romaine du « Champ de Saint-Éloi ». Bilan des deux premières campagnes de fouilles (2006-2007). Chronique de l’archéologie wallonne, 16, p. 42-45.

Balmelle C. (2000) – Les demeures aristocratiques d’Aquitaine, Bordeaux, Aquitania, 497 p.

Cauchemé V. (1902) – Fouilles archéologiques exécutées dans la forêt de Compiègne sous la direction de M. Albert de Roucy. Quatrième partie comprenant les fouilles de Champlieu et des Tournelles, Compiègne, Imprimerie du Progrès de l’Oise, 144 p. et 18 pl. hors-texte.

Cavalieri M. et Barbagli D. (2002) – Alvei et labra in marmi colorati : tipologie e impiego. Athenaeum: studu periodici di letteratura e storia dell’antichita, 90, no 1, p. 49-74.

Follain É., Langlois J.-Y. et Bocard H. (1996) – Les fontaines de la place de la Pucelle IIIe, XVIe et XVIIIe siècles, Rouen, 16 p.

Gaston C. (2007) – Vasques rectangulaires à pieds en dalle dans les collections d’Autun (Saône-et-Loire) : un mobilier en pierre méconnu. Revue archéologique, 2, no 44, p. 305-318.

Grimal P. (1943) – Les jardins romains à la fin de la République et aux deux premiers siècles de l’Empire. Essai sur le naturalisme romain, Paris, Boccard, 558 p.

Lukas D. (2014) – Du sanctuaire à l’habitat gallo-romain. « Le Chemin aux Errants »-zone A, « Les Sablons », « La Salle ». Haute-Normandie, Eure, Val-de-Reuil. RFO. Rouen, INRAP, Service régional de l’archéologie, 2 vol., 350 et 166 p.

Morillo A. et Salido Dominguez J. (2011) – Labra de epoca romana en Hispania. Archivo español de arqueología, 84, p. 153-178.

Notes

1 Il suffit, pour s’en convaincre de citer, parmi de nombreux exemples, la villa de Saint-Émilion (Balmelle, 2000, no 50, p. 403-405 et fig. 309, p. 404), la villa de Caumont-sur-Durance (Vaucluse) et celle du « Champ de Saint-Éloi », à Merbes-le-Château, dans la province du Hainaut en Belgique (Authom et Paridaens, 2009).

2 Cette distinction a été rappelée par M. Cavalieri (Cavalieri et Bartagli, 2002).

3 Dans le rapport de fouille où le fragment est présenté (Lukas, 2014, vol. 1, p. 312), il est improprement qualifié de labrum, terme réservé aux vasques circulaires.

4 Ceci n’a rien de surprenant car les pièces architectoniques voyageaient sur la Seine entre l’Oise et le territoire de l’actuelle Haute-Normandie. On citera à titre d’illustration le bassin de la fontaine gallo-romaine semi-enterrée, place de la Pucelle à Rouen (Follain et al., 1996).

5 Il peut s’agir soit d’une question de chronologie, soit d’une question de géographie. Les deux exemples de Gaule cités par C. Gaston (2007, p. 307, fig. 1, no 5, Augst et no 7, Lyon ; p. 310) sont très révélateurs de cette diférence.

6 Voir supra « Un alveus bien identifié, mais incomplet ».

7 Dans les exemples romains, les oves sont largement plus fréquents (voir, entre autres, Ambrogi, 2005, L 3, p. 175-176 et fig. p. 499 ; L 9, p. 182-187 et fig. p. 504).

8 Cet aspect dépasse, bien évidemment, le cadre de cet article. Il est cependant une question que l’on peut poser ici : celle du rapport que les vasques et le grand bassin, disposé en avant de la façade, ont pu entretenir.

9 Au service régional de l’archéologie, 7 place de la Madeleine, 76172 Rouen cedex 1 ; eric.follain@culture.gouv.fr.

10 L’étude du lapidaire de cette opération INRAP est en cours et menée par l’auteur de cet article.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Vasque en son jardin ; peinture de la villa de Poppée à Oplontis (baie de Naples) conservée in situ (cliché : © É. Follain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4283/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Fig. 2. Dépôt lapidaire à Pompéi : à gauche, labrum, et à droite, alveus (cliché : © É. Follain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4283/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 3. Dessins de plusieurs éléments de vasques ; La-1 et La-2 sont peut être associés pour former un pied. La-3 et La-5 proviennent de bassins rectangulaires, alors que La-4 pourrait appartenir à une vasque circulaire (© É. Follain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4283/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 4. Les deux fragments d’alveus La-6 et La-7 (cliché : © É. Follain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4283/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 5. Dessins du fragment La-6 (muni de son trop-plein) découvert lors de cette opération et du fragment La-7 découvert précédemment à plusieurs centaines de mètres (Lukas, 2014) ; ils proviennent d’un alveus dont on ignore les dimensions (© É. Follain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4283/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 6. Proposition de restitution de l’alveus ; les proportions de la vasque sont approximatives et les piétements sont de pure convention (© É. Follain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4283/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 7. Dessins des fragments La-8 à La-14 et leurs positionnements (© É. Follain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4283/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 8. Proposition de restitution d’un labrum à partir des fragments La-8 à La-14 (© É. Follain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4283/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 9. Fragment La-13 à la base de la buse ; les coups de la broche pour le creusement du conduit sont ici visibles, comme sur La-14 (© É. Follain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4283/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 10. Labrum en calcaire à silex provenant de l’opération « Les Serres Chevrier » sur la commune de Caudebec-lès-Elbeuf (Seine-Maritime ; © É. Follain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4283/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 319k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search