Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Alizay, 20-22 juin 2014

 | 
Luc Liogier

Les établissements ruraux laténien et gallo-romain du « Chemin des Granges », au Tréport (Seine-Maritime)

The rural “Chemin des Granges” La Tène and Gallo-Roman settlements in Tréport (Seine-Maritime)

Laurent Cholet
Avec la collaboration de Guillaume Blondel

Résumé

Au Tréport, « Chemin des Granges », 13 400 m2 ont été fouillés en 2012. Différents états d’enclos fossoyés, associés à des structures en creux (fosses, trous de poteaux, mares, structures de stockage...) et cinq bâtiments sur fondations légères en silex ont été mis au jour. Les structures et les données mobilières étudiées confirment la fourchette chronologique établie lors du diagnostic archéologique et tendent à indiquer une évolution en continu, d’un établissement rural laténien vers une villa gallo-romaine.

In Tréport, at the “Chemin des Granges” (Path of the Barns), 13,400m2 were excavated in 2012. Various buried enclosures, connected with hollow structures (pits, postholes, waterholes, storage structures, etc.) and five buildings built on light foundations made with flint were brought to light. The structures and movable items studied confirm the chronological period established during the archaeological diagnostic phase and seem to indicate a continuous evolution from a rural La Tène settlement to a Gallo-Roman villa.

Texte intégral

1Les fouilles réalisées par le service municipal d’archéologie de la ville d’Eu (SMAVE) au Tréport, « Chemin des Granges », font suite au diagnostic effectué en juin 2011 par É. Petit (INRAP), en amont d’un projet de lotissement. Ces recherches préalables ont révélé une sépulture à incinération de la fin de La Tène C2 ou du début de La Tène D1 et un complexe pouvant correspondre à une villa gallo-romaine (Petit dir., 2011). Les fouilles prescrites suite à ces résultats se sont déroulées de mars à juin 2012.

  • 1 De plus, la fouille a livré un modeste ensemble d’outils lithiques, essentiellement des éclats lami (...)

2Les structures ayant livré du mobilier datant, ainsi que la chronologie relative établie à certains points de recoupements, permettent de distinguer quatre grandes phases d’occupation1 (fig. 1).

L’enclos laténien

3La première occupation structurée trouve ses origines au plus tôt à la fin de La Tène moyenne (C2/D1) et reprend un certain nombre de caractères généraux observés pour les fermes indigènes en pays de Caux (Desfossés, 1996, p. 205, fig. 11). Elle est caractérisée par un enclos quadrangulaire au tracé régulier qui se développe hors emprise vers le sud-ouest ; l’ensemble est associé à un réseau parcellaire (fig. 1a). La surface enclose est au moins égale à 3 000 m2 (56 x 54 m au moins).

4La fouille des fossés a livré un lot céramique relativement important, constitué pour l’essentiel de formes non tournées correspondant à des ustensiles liés à des fonctions culinaire et de stockage qui permettent d’asseoir l’hypothèse d’un site d’habitat (fig. 6).

Une ferme gallo-romaine précoce

5Un nouvel enclos fossoyé, de forme trapézoïdale, se superpose, au moins pour partie, à l’établissement laténien, dont il étend l’emprise vers le nord-ouest (fig. 1a). L’espace ainsi délimité est supérieur ou égal à 5 000 m2 (environ 90 x 56 m). L’angle sud-est est situé hors emprise. Les limites de cet enclos sont matérialisées à l’ouest par un fossé double et à l’est par un fossé simple.

6En position presque médiane, un fossé recoupe l’espace et permet de distinguer deux cours, préfigurant la partition classique des villae. Bordant la limite ouest de l’enclos, un bâtiment sur poteaux plantés à deux nefs désignerait l’espace résidentiel ; à l’est, mares, structures et bâtiments de stockage témoigneraient des activités artisanales ou agricoles (fig. 2). Dans ses grandes lignes, cette évolution de la ferme indigène durant la phase 2 correspond au modèle de la « ferme gallo-romaine précoce » défini par J.-L. Collart (1996).

Fig. 1a. Établissement rural du « Chemin des Granges », au Tréport (Seine-Maritime). Plan général par phases (DAO : D. Cocagne, SMAVE).

Fig. 1b. Établissement rural du « Chemin des Granges », au Tréport (Seine-Maritime). Plan général par phases (DAO : D. Cocagne, SMAVE).

7Le mobilier céramique recueilli dans le comblement des structures en creux peut être attribué à la fin de la période augustéenne et au règne de Tibère (fig. 7). Cette datation est principalement affinée par la présence, en petite quantité, de vaisselle de table du premier répertoire de sigillée sud-gauloise, de terra nigra, de terra rubra ainsi que de cruches et mortiers à pâte claire symbolisant l’amorce de changements culturels dans le mode de préparation et de consommation des aliments. Toutefois, l’inventaire reste dominé par des céramiques non tournées héritées de la tradition laténienne et des céramiques communes tournées en pâte grise à noire savonneuse des groupes 13 et 25 du nord de la Seine-Maritime (production de la basse vallée de la Bresle/Briga ? Mantel et Dubois, 2013, p. 135).

L’enclos tibério-claudien

8L’évolution de la ferme jusqu’à la période claudienne est marquée par un agrandissement. Un fossé simple délimite désormais au nord-ouest un espace d’au moins 8 840 m2 (environ 96 x 92 m), dans la continuité duquel paraît se développer une seconde cour au sud-est (fig. 1b).

9Les structures associées à cette phase sont rares : deux fosses ou silos, une mare, ainsi qu’un fossé délimitant un petit enclos au nord. De fait, les espaces vides dominent. Cette perception est-elle consécutive à la persistance de structures antérieures (bâtiment sur poteaux...) ou reflète-t-elle une rupture fonctionnelle, comme la permutation des parties résidentielle et agricole de l’établissement ?

10Le mobilier céramique (fig. 8), relativement riche en vaisselle de table, permet tout du moins d’affirmer la permanence de l’habitat : vaisselle sigillée d’origine italique et sud-gauloise, répertoire diversifié de terra nigra et rubra, vases tonnelets, cruches à pâte orangée et engobe blanc crème, mortiers à col en bandeau, etc. Évolution notable par rapport à la phase précédente, les productions non tournées héritées de la tradition laténienne sont devenues largement minoritaires. Les ateliers locaux des groupes 13 et 25 fournissent désormais l’essentiel de la batterie de cuisine.

La villa du Haut-Empire

L’organisation

11De nouvelles transformations touchent l’établissement agricole dès la seconde moitié du Ier siècle (fig. 1b). Outre un agrandissement sensible de l’espace enclos, elles concernent les techniques de construction, avec l’apparition, voire même la systématisation, de bâtiments sur solins de pierre. Si l’on admet que la distinction entre ferme et villa repose sur la présence ou non de constructions sur fondations en dur (Collart, 2014), le site du « Chemin des Granges » peut s’apparenter à une installation de type villa.

  • 2 En l’état actuel des recherches, cette hypothèse repose sur la mise au jour de l’angle sud-ouest de (...)

12Des enclos accolés ou emboîtés succèdent aux limites tibério-claudiennes. Ils encadrent une cour d’au moins 16 500 m2 et définissent un espace identifié comme la pars rustica incomplète d’un établissement se développant hors emprise, plus vraisemblablement vers le sud-est2. Bordant la cour, différents enclos délimitent des parcelles, voire des micro-parcelles, caractérisant sans doute des activités agropastorales. L’espace central de la cour est occupé par une mare de forme subcirculaire, contrainte par un talus marqué par un fossé curviligne au sud-ouest et au nord-est.

13Des bâtiments sur radiers de silex encadrent la cour. Les constructions sont rustiques, de plan rectangulaire allongé. Le fort arasement des bâtiments et la rareté du mobilier associé rendent les interprétations conjecturales : habitation, grange, étable ou atelier ? En rupture avec la phase précédente, la proportion de vaisselle de table est très limitée, comprenant de rares sigillées sud-gauloises, des productions engobées du Centre et d’Argonne, des terra nigra du Noyonnais, des tonnelets sans ressaut interne et des gobelets d’origine régionale. L’écrasante majorité du répertoire est composée de céramique culinaire. Les productions des ateliers locaux (groupes 13 et 25) sont devenues secondaires au profit de celles de l’Artois et du pays de Bray. L’essentiel des céramiques à cuisson oxydante sont quant à elles issues du Noyonnais.

14La chronologie relative établie par les recoupements entre fossés ou bâtiments témoigne d’au moins deux séquences dont la portée est difficilement appréciable. Le mobilier céramique tend à associer la phase 4a au dernier tiers du Ier siècle et au début du IIe siècle, et la phase 4b à la première moitié du IIe siècle (fig. 9). Dans leur grande majorité, les tracés fossoyés paraissent établis dès la phase 4a. L’évolution la plus perceptible concerne les bâtiments sur fondations en dur.

Fig. 2. Constructions sur poteaux de la « ferme gallo-romaine précoce » (DAO : L. Cholet).

La phase 4a

15Trois constructions ont été associées à la phase 4a :

16- Le bâtiment 1 présente un plan rectangulaire (hors œuvre : 14,40 x 6,20 m ; surface intérieure : 65 m2). Le soubassement, très arasé, est conservé sur une assise constituée d’un blocage de rognons de silex montés à sec. Aucune interruption ne permet de situer les ouvertures et aucun trou de poteau ne suggère de cloisonnement interne. L’absence de tuiles sur le secteur évoque moins une récupération assidue qu’une toiture en matériaux périssables, bois ou bottes végétales.

17- Le bâtiment 2 (fig. 3 et 4) se superpose au système fossoyé antérieur limitant les parties agricole et résidentielle de l’établissement tibério-claudien. La construction, en partie hors de l’emprise fouillée, présente un plan rectangulaire allongé d’au moins 22 m sur 7, hors œuvre (surface intérieure d’au moins 117 m2). Trois pièces sont alignées sur l’axe longitudinal ; du nord-est au sud-ouest, leurs surfaces intérieures sont respectivement de 59 m2, 20 m2 et au moins 30 m2. Les techniques de construction sont identiques à celles du bâtiment 1.

Fig. 3. Bâtiments sur fondations en dur de la villa (DAO : D. Cocagne, SMAVE).

18Une différence est toutefois observée sur les segments de murs recoupant le comblement de fossés antérieurs, où la fondation est renforcée par un blocage en rognons de silex ou en galets de très gros calibre. Lors du diagnostic, « une aire sombre avec de nombreuses tegulae [...] présentant les caractéristiques d’une cave » avait été observée au centre de la pièce nord (Petit dir., 2011, p. 15). La fouille a montré que l’accumulation de tuiles résultait d’un affaissement des remblais de fossés sous-jacents, qui avait protégé les couches d’abandon et de démolition des façons aratoires. Cette observation nous renseigne néanmoins sur le mode de couverture du bâtiment.

  • 3 Des blocs calcaires délités ont été observés, débordant à l’extérieur du soubassement prolongeant l (...)

19- Le bâtiment 4 (fig. 3 et 5) borde la cour au nord. Il est de plan rectangulaire très allongé (dimensions hors œuvre : 8,60 x 24,60 m ; surface intérieure : 143 m2). Un soubassement, mis au jour à l’est de la façade nord, s’inscrit dans l’exact prolongement de cette dernière. Il pourrait s’agir des traces laissées par un appentis ou un avant-corps. La construction du bâtiment 3 ayant largement oblitéré l’extrémité orientale du bâtiment 4, il n’est pas interdit d’envisager l’extension de ce dernier au-delà du mur identifié au pignon est, portant sa longueur totale à au moins 31 m. Les segments de murs conservés reprennent les caractéristiques déjà évoquées. Les bases de trois contreforts extérieurs larges de près d’1 m ont été mises en évidence sur les deux murs gouttereaux et le pignon ouest ; elles débordent de 0,3 m de la ligne extérieure de la fondation. Les structures orientales sont très arasées, voire disparues ; de fait, il n’a pas été permis de distinguer d’autres contreforts3. Les ouvertures du bâtiment n’ont pas été localisées et aucune trace de calage ou de sablière ne permet d’envisager un cloisonnement interne. Comme pour le bâtiment 1, l’absence de tuiles suggère une couverture en matériaux périssables.

Fig. 4. Le bâtiment 2, vu vers le sud-ouest (cliché : L. Cholet).

Fig. 5. Le bâtiment 4, vu vers le sud-est. Au premier plan, de part et d’autre du pignon : murs gouttereaux du bâtiment 5, phase 4b (cliché : L. Cholet).

20Le plan du bâtiment 1 n’est pas spécifique d’une fonction particulière ; des exemples aux caractéristiques semblables se trouvent interprétés de façons très diverses, comme une étable à Isneauville/Saint-Martin-du-Vivier, en Seine-Maritime (Adrian, 2009, t. 1, p. 103) ou à Trinquies, dans la Somme, une grange ou grenier à Beauvais, « ZAC du Haut-Villé », dans l’Oise (Fémolant, 2003, p. 57 et 2006, p. 60-61), un bâtiment d’habitation ou à vocation artisanale à Barenton-Bugny, « Pôle d’activité du Griffon », dans l’Aisne (Audebert, 2010, p. 16-18). Aucun indice archéologique autre que structurel ne permettant d’appuyer le propos, et afin d’éviter toute surinterprétation, les termes génériques « bâtiment agricole » ou encore « annexe » ont été privilégiés. Il est tout aussi difficile d’établir la fonction du bâtiment 4. En l’absence de traces d’une activité spécifique et d’études paléoenvironnementales, les comparaisons se basent sur des aspects structurels. La présence de contreforts suggère toutefois l’existence d’un étage servant au stockage de matériaux pondéreux (Gaston, 2008, p. 258). La fonction de grange ou grenier pourrait donc être argumentée. Le plan rectangulaire très allongé et les proportions du bâtiment permettent de le comparer à une construction similaire de la villa de Richebourg (Yvelines), interprétée comme un « édifice de stabulation » (Barat, 1999, p. 121 et 139, bâtiment O). Cette comparaison s’applique également aux étables identifiées à Sées (Orne), « Le Grand Herbage » (Leclerc, 2007, p. 141 et 145, bâtiment 3), Guiry-Gadancourt (Val-d’Oise) et Athis-sous-Laon (Aisne ; Pannetier, 1996). Dans les trois derniers cas, l’orientation au sud apparaît comme un critère d’interprétation, suivant les recommandations des agronomes antiques pour la construction des étables (Columelle, livre 1, VI). En admettant l’existence d’un étage, l’interprétation d’étable peut être envisagée concurremment à celle de grange (Ouzoulias, 2006, t. 1, p. 189). D’autres usages peuvent d’ailleurs être proposés si l’on reprend la notion de structure « polyfonctionnelle », utilisée par C. Gaston dans son étude consacrée aux bâtiments « standardisés » dans la pars rustica des villae (2008, p. 256).

  • 4 La forme la plus simple des résidences de plan linéaire est constituée d’une enfilade de 3 pièces ( (...)

21À l’image de ce qui précède, les propositions pour le bâtiment 2 seront prudentes. La documentation archéologique fait couramment état de constructions rectangulaires à plusieurs pièces alignées dans l’axe de la longueur, identifiées tant à des bâtiments agricoles qu’à des habitations, voire même au bâtiment résidentiel d’une villa4. Des fondations de meilleure qualité, une couverture en tuiles, une structuration interne, suggèrent néanmoins une fonction d’habitation.

La phase 4b

22La phase 4b est caractérisée notamment par la destruction du bâtiment 4, auquel se substituent les bâtiments 3 et 5. Quant aux bâtiments 1 et 2, ils perdurent sans modification observable. Les nouveaux bâtiments sont de plan rectangulaire : leurs dimensions hors œuvre sont de 12 m par 7,40 m pour le bâtiment 3 (surface intérieure de 64 m2) et d’au moins 19 m par 6,40 m pour le bâtiment 5 (surface intérieure d’au moins 86 m2). Le pignon sud du bâtiment 5 n’a pas été observé et sa longueur maximale par défaut est de l’ordre de 23 m. Le schéma de construction reste rustique. Comme pour la phase 4a, il est difficile d’apprécier la fonction des différents bâtiments. Des hypothèses peuvent à la rigueur être évoquées pour deux de ces « annexes agricoles ». Sur la base des données mobilières, le bâtiment 1 pourrait être identifié, au moins durant la phase 4b, à une habitation.

23En effet, une fosse dépotoir et le remplissage d’un fossé bordant le pignon nord ont livré un lot de céramiques comprenant de nombreux vases culinaires, associés à une faible quantité de vaisselle de table.

24Reprenant les proportions du bâtiment 4 auquel il se substitue, le bâtiment 5 présente un plan rectangulaire allongé. Il pourrait s’agir d’une stabulation.

Un abandon au milieu du IIe siècle

  • 5 La présence, en surface du bâtiment 2, de mortiers du Noyonnais à col en demi-rond témoigne des rej (...)

25Comme d’autres exemples de Seine-Maritime tels que Neuville-lès-Dieppe, « Le Val d’Arquet » (Cholet, 2014) ou Étaimpuis, « La Briqueterie » (Blancquaert et al., 2009, p. 151), le site du « Chemin des Granges » se caractérise par un abandon précoce et radical. Aucun indice mobilier ne permet d’attester l’occupation du site au-delà du milieu du IIe siècle5. L’absence de trace de destruction suggère un abandon ou un déplacement de l’occupation.

26Si l’on excepte les vestiges contemporains, les seules traces témoignant d’une occupation postérieure sont deux creusements parallèles d’axe nord-sud, recoupant l’angle sud-ouest de la villa et interprétés lors du diagnostic comme les fossés bordiers d’une voirie d’époque médiévale à moderne (Petit dir., 2011, p. 19).

Conclusion

27Bien que la fouille réalisée au « Chemin des Granges » n’ait permis qu’une lecture partielle de l’établissement rural, les vestiges mis au jour contribuent à renseigner l’occupation protohistorique de ce secteur, par ailleurs mal connue. Seuls deux diagnostics réalisés récemment par l’INRAP, aux lieux-dits « Entre les Deux Chemins » (Lukas et al., 2013) et le « Mont-Huon » (Biard et al., 2013) avaient révélé des vestiges contemporains de cette période. Ce dernier avait notamment mis en évidence un ensemble « complet et cohérent » du second âge du fer, caractérisé par un enclos trapézoïdal d’au moins 2 700 m2, ainsi qu’un ensemble d’au moins dix sépultures à incinération.

28A contrario, l’occupation gallo-romaine du plateau était jusqu’alors mieux perçue, bénéficiant pour l’essentiel des campagnes de prospection-inventaire menées par É. Mantel depuis la fin des années 1980. Ces travaux ont mis en évidence un maillage dense de sites ruraux sur les plateaux entre Bresle et Yères (Mantel et al., 1998).

29Parmi les résultats les plus significatifs, cette opération a livré des vestiges permettant d’argumenter les questions de continuité spatiale et fonctionnelle des occupations entre la fin de l’âge du fer et la période gallo-romaine aux confins septentrionaux de la Seine-Maritime.

30À bien des égards, notre perception de l’établissement rural reste partielle. La caractérisation des différents espaces circonscrits par des fossés demeure très générique ; il en va de même pour les bâtiments sur fondations en dur, pour lesquels la dénomination d’« annexe agricole » a été retenue. Malgré ces lacunes, les données recueillies montrent la transformation progressive, sans hiatus apparent, d’une ferme indigène en villa. Cette mutation est lente ; d’une phase à la suivante, les modifications restent limitées. À partir de la période tibério-claudienne, voire augustéenne, les modifications s’inscrivent dans la continuité du nouvel enclos avec les agrandissements successifs puis l’apparition de bâtiments sur fondations en silex.

  • 6 Sa causalité n’est en général pas documentée.

31La fouille de la villa du « Chemin des Granges » est incomplète, sans doute limitée à une partie de la cour artisanale et agricole, et ne permet pas de préjuger de son importance. En l’état actuel, son évolution n’est pas sans évoquer la transformation des fermes gauloises de Béhen (Somme), « Au-dessus des Grands Riots », ou de Roye (Somme), « Le Puits à Marne » (Collart, 2014, p. 93-97). La chronologie de ces sites picards illustre parfaitement le propos de D. Bayard : « à partir du milieu du Ier siècle après J.-C., la répartition des établissements agricoles – nous pouvons désormais les qualifier de villae – se fige pour deux siècles » (Bayard, 1996, p. 167). Il admet également que « la moitié seulement des “fermes indigènes” a atteint cette étape ». Sur ces deux points, la chronologie du « Chemin des Granges » révèle une différence notable : alors même que le processus de romanisation de l’établissement d’origine laténienne semblait acquis, le site est abandonné au plus tard au milieu du IIe siècle. Certes, le phénomène est observé sur d’autres sites6 comme Neuville-lès-Dieppe et Étaimpuis, en Seine-Maritime, mais il concerne le plus souvent des petits établissements n’ayant pas évolué vers la villa classique.

32Faut-il associer l’abandon précoce et radical de l’établissement du « Chemin des Granges » à une restructuration agraire ou foncière ? Se pose ici le problème de la gestion du terroir et de la relation du site avec les ensembles agricoles proches, repérés par prospection pédestre comme celles d’É. Mantel, ou aérienne (clichés de « La Plaine de la Falaise », par R. Agache) et faisant état d’habitats occupés jusqu’au IIIe siècle (Mantel et al., 1998). L’abandon du site soulève d’autres questions, en rapport notamment avec son statut social et économique. S’agit-il d’une exploitation directe, par un « propriétaire-résidant-exploitant », ou d’un établissement relevant d’une gestion de type tenure (métayage, fermage, etc.) ? Autant de questions auxquelles il est impossible de répondre, l’observation du site étant limitée, à l’instar de nos connaissances sur son environnement. Toutefois, ce constat reflète un état actuel de la recherche sur ce secteur et nous ne doutons pas que des opérations futures livreront des informations propres à alimenter le débat.

33D’autres résultats notables concernent le mobilier céramique et enrichissent en ce domaine les données issues des fouilles programmées de l’agglomération de Briga et des opérations de prospection-inventaire. Les différents ensembles mis au jour sur le site du « Chemin des Granges » sont relativement homogènes et couvrent des périodes allant de La Tène C2/D1 à la première moitié du IIe siècle de notre ère (fig. 6 à 9). L’éclairage le plus significatif concerne essentiellement les ensembles céramiques julio-claudiens, pour lesquels les informations sur le sujet sont lacunaires dans la région (Mantel et al., 1998, p. 77 ; Dubois, 1998, p. 126 ; Guillier et al., 2006, p. 31 ; Mantel et Dubois, 2013, p. 137). Ces derniers présentent ici un faciès clairement romanisé. De plus, la part assez importante de vaisselle de table témoigne d’une relative richesse par rapport aux sites ruraux fouillés ou prospectés dans les environs. De fait, et même si les données recueillies ne permettent pas d’y répondre, on ne peut éluder la question du statut des occupants du site du « Chemin des Granges », certains pouvant relever d’un rang social particulier, du moins dans les premières décennies de notre ère.

34De manière générale, le mobilier céramique a permis de compléter différentes informations sur le vaisselier domestique local, et notamment sur l’évolution typologique du groupe 13 du nord de la Seine-Maritime.

35Le mobilier mis au jour a également permis d’aborder la question de l’approvisionnement en céramique culinaire. La céramique modelée de tradition laténienne disparaît progressivement, dans la première moitié du Ier siècle de notre ère, au profit des ateliers « locaux » des groupes 13 et 25 du nord de la Seine-Maritime. Les productions de ces derniers dominent jusqu’au dernier tiers du Ier siècle de notre ère, période à partir de laquelle elles sont concurrencées, principalement par les importations du Beauvaisis et de l’Artois. Les ateliers du Noyonnais fournissent quant à eux l’essentiel de la céramique cuite en atmosphère oxydante (cruches, pots, mortiers). À travers ces différents apports, l’étude de la céramique permet ainsi de mettre en relief à partir de la fin du Ier siècle, dans ce secteur « frontalier », des liens économiques privilégiés avec les peuples bellovaques, ambiens-atrébates et viromanduens et, de manière plus anecdotique, avec le territoire calète.

Fig. 6. Principales productions et formes céramiques de la phase 1 (La Tène C2/D2 ; DAO : G. Blondel, SMAVE).

Fig. 7. Principales productions et formes céramiques de la phase 2 (fin Auguste/Tibère ; DAO : G. Blondel, SMAVE).

Fig. 8. Principales productions et formes céramiques de la phase 3 (Tibère/Claude ; DAO : G. Blondel, SMAVE).

Fig. 9. Principales productions et formes céramiques de la phase 4b (première moitié du IIe siècle ; DAO : G. Blondel, SMAVE).

Bibliographie

Source

Columelle (1844) – De Re rustica. Du Bois L. (éd. et trad., Paris), CLF Panckoucke, 440 p.

Bibliographie

Adrian Y.-M. dir. (2009) – Isneauville, Saint-Martin-du-Vivier (76), « ZAC de la Plaine de la Ronce », zone A. Une ferme gauloise puis gallo-romaine et une nécropole antique. Rapport final d’opération, Rouen, INRAP, Service régional de l’archéologie, 3 vol., 417 p., 254 p. et 196 p.

Audebert A. (2010) – Barenton-Bugny, « Pôle d’activité du Griffon », tranche 2-2A. Bilan scientifique régional 2008, Picardie, Direction régionale des affaires culturelles de Picardie, Service régional de l’archéologie, p. 16-18.

Barat Y. (1999) – La villa gallo-romaine de Richebourg (Yvelines). Revue archéologique du Centre de la France, 38, p. 117-167.

Bayard D. (1996) – La romanisation des campagnes en Picardie à la lumière des fouilles récentes : problèmes d’échelles et de critères. Revue archéologique de Picardie, no spécial 11, p. 157-184.

Biard M., Féret L. et Théron V. (2013) – Le Tréport, « Le Mont Huon », route de Mancheville. Bilan scientifique régional 2009, Haute-Normandie, Direction régionale des affaires culturelles de Haute-Normandie, Service régional de l’archéologie, p. 102-103.

Blancquaert G., Adrian Y.-M., Colliou C. et Herment H. (2009) – L’occupation gallo-romaine d’Étaimpuis « La Briqueterie » (Seine-Maritime) et sa forge. Revue archéologique de l’Ouest, 26, p. 135-152.

Cholet L. dir. (2014) – Le Tréport (Seine-Maritime, 76), « Chemin des Granges », parcelle ZC 1. Rapport final d’opération de fouilles, Rouen, Service régional de l’archéologie, 372 p.

Collart J.-L. (1996) – La naissance de la villa en Picardie : la ferme gallo-romaine précoce. Revue archéologique de Picardie, 11, p. 121-156.

— (2014) – La romanisation de l’architecture rurale. Gautier G. (dir.), Roger Agache, détective du ciel, Trouville-sur-Mer, Musée archéologique de l’Oise, p. 99-105.

Defossés Y. (1996) – L’évolution de la ferme indigène en pays de Caux. L’apport des fouilles de l’autoroute A29. Premiers résultats. Revue archéologique de Picardie, no spécial 11, p. 203-208.

Dubois S. (1998) – La céramique gallo-romaine du sanctuaire de Fesques. Mantel É. (dir.), Le sanctuaire de Fesques « Le Montdu-Val-aux-Moines » (Seine-Maritime), Berck-sur-Mer, CRADC, p. 125-146.

Femolant J.-M. (2003) – Beauvais, « ZAC du Haut Villé ». Bilan scientifique régional 2000, Picardie, Direction régionale des affaires culturelles de Picardie, Service régional de l’archéologie, p. 56-57.

— (2006) – Beauvais, « Le Brin de Glaine », « ZAC du Haut Villé », 2e tranche. Bilan scientifique régional 2004, Picardie, Direction régionale des affaires culturelles de Picardie, Service régional de l’archéologie, p. 60-61.

Gaston C. (2008) – Bâtiments « standardisés » dans la pars rustica des villae : deux exemples récemment découverts en Franche-Comté. Revue archéologique de l’Est, 57, p. 253-266.

Guillier G., Adrian Y.-M. et Doyen D. (2006) – Entre Calètes et Bellovaques, les établissements ruraux gallo-romains de Mauquenchy, « Le Fond Randillon » (Seine-Maritime) : un modèle de la ferme antique. Revue archéologique de Picardie, 1-2, p. 7-48.

Leclerc G. (2007) – L’établissement rural antique du Grand-Herbage à Sées (Orne). Revue archéologique de l’Ouest, 24, p. 139-167.

Lukas D., Féret L., Kliesch F. et Prost D. (2013) – Le Tréport, « Entre les Deux Chemins ». Bilan scientifique régional 2009, Haute-Normandie, Direction régionale des affaires culturelles de Haute-Normandie, Service régional de l’archéologie, p. 101-102.

Mantel É., Devillers S. et Dubois S. (1998) – L’occupation du nord de la Seine-Maritime. Rogeret I. (dir.), Carte archéologique de la Gaule : la Seine-Maritime, Paris, Académie des inscriptions et belles-lettres, p. 75-78.

Mantel É. et Dubois S. (2013) – Aux origines de l’agglomération antique de Briga (Eu, « Bois l’Abbé », Seine-Maritime : fouille d’un quartier d’habitat d’époque julio-claudienne. Journées archéologiques de Haute-Normandie, 11-13 mai 2012, Rouen, Presses universitaires de Rouen et du Havre, p. 125-138.

Ouzoulias P. (2006) – L’économie agraire de la Gaule : aperçus historiographiques et perspectives archéologiques. Thèse de doctorat sous la direction de F. Favory, université de Franche-Comté, vol. 1, 250 p.

Pannetier V. (1996) – Les parties agricoles des villae dans le nord de la Gaule (Ier au IIIe siècle après J.-C.). Revue du Nord, 78, no 318, p. 163-175.

Petit É. dir. (2011) – Le Tréport, Seine-Maritime, « Chemin des Granges », diagnostic 2011. Un établissement gallo-romain en milieu côtier. Rapport de diagnostic, Rouen, INRAP, Service régional de l’archéologie, 43 p.

Notes

1 De plus, la fouille a livré un modeste ensemble d’outils lithiques, essentiellement des éclats laminaires et quelques grattoirs, un probable perçoir ainsi qu’un nucleus. Ce lot apparaît relativement homogène, à la fois par la technique de débitage, l’emploi d’un silex vraisemblablement local et par l’aspect des pièces, « frais » ou peu patiné. Le débitage de petites lames par percussion directe dure, de même que la présence d’une micro-denticulation assez fruste sur l’une d’entre elles suggère, avec réserve, une datation dès la fin du Néolithique (information : Grégor Marchand, université de Rennes I, CNRS, UMR 6566, Centre de recherche en archéologie, archéosciences, histoire – CREAAH). Toutefois, ce mobilier a été collecté en ramassage de surface ou dans des structures laténiennes comme gallo-romaines, et aucune occupation du secteur n’est attestée avant l’âge du fer. Son attribution chronologique reste d’ailleurs incertaine si l’on considère la possibilité d’une utilisation opportuniste de silex taillés, voire d’une exploitation locale, à une époque plus récente. L’hypothèse d’une exploitation laténienne du silex est ainsi envisagée sur le site du « Mont-Huon », à 300 m du « Chemin des Granges » (Biard et al., 2013).

2 En l’état actuel des recherches, cette hypothèse repose sur la mise au jour de l’angle sud-ouest de l’enclos et sur la forte concentration de tuiles et silex relevés en prospection à environ 50 m au sud-est de la zone de fouille.

3 Des blocs calcaires délités ont été observés, débordant à l’extérieur du soubassement prolongeant la façade nord vers l’est ; ils peuvent correspondre à un quatrième contrefort.

4 La forme la plus simple des résidences de plan linéaire est constituée d’une enfilade de 3 pièces (Collart, 2014, p. 103).

5 La présence, en surface du bâtiment 2, de mortiers du Noyonnais à col en demi-rond témoigne des rejets les plus tardifs.

6 Sa causalité n’est en général pas documentée.

Table des illustrations

Légende Fig. 1a. Établissement rural du « Chemin des Granges », au Tréport (Seine-Maritime). Plan général par phases (DAO : D. Cocagne, SMAVE).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4273/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Légende Fig. 1b. Établissement rural du « Chemin des Granges », au Tréport (Seine-Maritime). Plan général par phases (DAO : D. Cocagne, SMAVE).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4273/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Légende Fig. 2. Constructions sur poteaux de la « ferme gallo-romaine précoce » (DAO : L. Cholet).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4273/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Légende Fig. 3. Bâtiments sur fondations en dur de la villa (DAO : D. Cocagne, SMAVE).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4273/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Fig. 4. Le bâtiment 2, vu vers le sud-ouest (cliché : L. Cholet).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4273/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 5. Le bâtiment 4, vu vers le sud-est. Au premier plan, de part et d’autre du pignon : murs gouttereaux du bâtiment 5, phase 4b (cliché : L. Cholet).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4273/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 6. Principales productions et formes céramiques de la phase 1 (La Tène C2/D2 ; DAO : G. Blondel, SMAVE).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4273/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 7. Principales productions et formes céramiques de la phase 2 (fin Auguste/Tibère ; DAO : G. Blondel, SMAVE).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4273/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Fig. 8. Principales productions et formes céramiques de la phase 3 (Tibère/Claude ; DAO : G. Blondel, SMAVE).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4273/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende Fig. 9. Principales productions et formes céramiques de la phase 4b (première moitié du IIe siècle ; DAO : G. Blondel, SMAVE).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4273/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 303k

Auteur

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540