Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Alizay, 20-22 juin 2014

 | 
Luc Liogier

Le théâtre antique du sanctuaire du Vieil-Évreux : résultat des campagnes 2012 et 2013

The ancient theatre of the sanctuary in Vieil-Évreux: results of the 2012 and 2013 campaigns

Filipe Ferreira

Résumé

Les dernières campagnes effectuées sur le théâtre du sanctuaire du Vieil-Évreux en 2012 et 2013 ont été réalisées à la hauteur du complexe scénique. La mise au jour de cette partie de l’édifice, partiellement observée au XIXe siècle par l’archéologue Théodose Bonnin, a permis une relecture des vestiges. L’orchestra du théâtre a été sensiblement modifiée afin d’accueillir des jeux de combats, de même que le plateau scénique dont la surface a été agrandie. Cette transformation pourrait expliquer les différents remaniements de la cavea observés les années précédentes.

The last campaigns focusing on the theatre in the Vieil-Évreux sanctuary in 2012 and 2013 were carried out on the stage area. The renovations to this part of the building, which were partially observed in the 19th century by the archaeologist Théodose Bonnin, made it possible to reconsider the remains. The theatre’s orchestra was substantially modified in order to accommodate fighting contests, as was the stage, which was extended. This transformation could explain the various modifications made to the cavea, which were observed in previous years.

Entrées d'index

Texte intégral

1Les fouilles effectuées sur le théâtre du Vieil-Évreux entre 2010 et 2011 avaient permis de mettre au jour une partie de la cavea et de l’orchestra. Plusieurs phases ont été caractérisées malgré la faible quantité de mobilier récupéré au sein du monument (Ferreira, 2013). Comme dans la plupart des édifices de spectacle (Blin et Marc, 2011, p. 48), cette absence de mobilier datant permet seulement d’établir de larges fourchettes chronologiques. Cependant, celles qui ont pu être avancées pour le théâtre s’intègrent de façon cohérente à l’évolution générale du sanctuaire entre le Ier et IIIe siècle après J.-C. Elles suivent les grandes campagnes de construction déjà connues pour le temple central et les thermes (Bertaudière et Cormier, 2013, p. 127-129).

2Les deux dernières campagnes de fouilles menées en 2012 et 2013 ont été réalisées à la hauteur du complexe scénique. Une partie de l’orchestra, du plateau scénique et du postscaenium a été observée. Ces constructions sont réparties sous une parcelle privée, au sud, et une parcelle départementale, au nord. C’est sur cette dernière que s’est déroulée l’opération archéologique.

La scène du théâtre du Vieil-Évreux : de la représentation des vestiges à leur invention

3Les données anciennes concernant le complexe scénique remontent au milieu du XIXe siècle. Cet ensemble a été une première fois mis au jour en 1842 lors des fouilles de Théodose Bonnin et figure sur les folios 76 et 77 de son carnet de croquis, conservé au musée d’Art, d’Histoire et d’Archéologie à Évreux. Le plan complet du monument, publié en 1845 dans l’Atlas des Aulerques Eburoviques (Bonnin, 1845, pl. XII et XIII), a été réalisé par l’architecte Jean Fétis à partir des travaux de Théodose Bonnin. Le plan inhabituel de la scène a souvent été considéré comme une invention de la part de l’archéologue, de même que la reprise du plan par l’architecte (Fontaine, 2008, p. 125-127).

4La scène du théâtre du Vieil-Évreux, telle qu’elle est représentée dans ces différentes sources, se situe au milieu du mur de scène. Rappelons que les plans réalisés dans les carnets de fouilles de Théodose Bonnin ne constituent que des croquis portant les cotations des constructions observées (fig. 1). Ils ne respectent donc pas les proportions réelles du monument. Cela est particulièrement visible sur celui qui concerne la scène. Large d’une vingtaine de mètres, elle figure au centre du mur périmétral rectiligne du monument dont la longueur est estimée à une centaine de mètres tandis que la largeur de la scène, qui s’étale sur presque toute la longueur de ce même mur, n’en mesure qu’une vingtaine. La scène se compose de deux murs obliques partant du mur fermant l’hémicycle. Ils se poursuivent de façon rectiligne mais leurs extrémités ne sont pas précisées. Dans les deux cas, la frons pulpiti, ou l’avant du plateau scénique, n’est pas fermée, ce qui rend difficile la lecture du plan. Ce que l’on pourrait interpréter, de prime abord, comme les structures de l’hyposcaenium, se compose de différents murs formant des structures rectangulaires s’appuyant sur le mur de scène.

Fig. 1. Croquis du complexe scénique du théâtre du Vieil-Évreux, d’après T. Bonnin (1840).

Fig. 2. Détail du complexe scénique redessiné par J. Fétis, d’après T. Bonnin (1960, pl. XII).

5Lors de la publication de l’Atlas en 1845, l’architecte Jean Fétis a redessiné la plupart des croquis. Cette reprise de la documentation archéologique constitue une étape déterminante dans « l’invention » du théâtre du Vieil-Évreux. Aucun plan général n’avait été levé lors des campagnes de fouilles de 1842. L’architecte s’est donc inspiré des différents croquis cotés réalisés par Théodose Bonnin pour recomposer le monument (fig. 2). Plusieurs différences peuvent être relevées entre les croquis et le plan publié dans l’Atlas (Ferreira, 2010, p. 63-67) mais celles observées à la hauteur des constructions scéniques sont les plus flagrantes. Plusieurs murs sont ajoutés et l’avant du plateau scénique est refermé. Les irrégularités observées par l’archéologue au sujet du bâtiment d’arrière-scène ont été corrigées : de forme trapézoïdale, selon les mesures de Théodose Bonnin, les coulisses deviennent parfaitement rectangulaires. Bien que cela ne soit pas apparu non plus dans les croquis d’origine, Jean Fétis ne différencie pas les maçonneries les unes des autres et suggère ainsi la construction d’un complexe scénique unique, fruit d’un même projet de construction. À cela s’ajoute l’absence de texte. En effet, lors de la toute première publication de l’Atlas en 1845, seules les planches ont été publiées. Les légendes n’ont été ajoutées que dans la seconde édition de 1860, mais aucun commentaire ne vient expliciter les planches. Ce véritable assemblage des données existantes a figé l’image de l’édifice pendant plus de 150 ans.

Problématiques et enjeux

6Suite aux campagnes de 2010 et 2011, respectivement effectuées sur l’entrée principale du théâtre et le prolongement du couloir axial jusqu’au sommet de l’orchestra, l’objectif est désormais de caractériser les espaces de représentation du monument. Le plan de l’orchestra reste inconnu et il est nécessaire de vérifier l’existence du complexe scénique et des autres structures qui lui étaient rattachées, comme le mur de scène proprement dit et le bâtiment d’arrière-scène. La connaissance de ces composantes du théâtre reste primordiale. Ces différentes structures, juxtaposées, entretiennent donc des relations étroites qu’il faut définir simultanément au cours de l’évolution du bâtiment. Cette interaction reste l’un des rares indices qui permet d’approcher les différentes pratiques liées aux monuments de spectacle en Gaule. Rappelons que les sources, tant textuelles qu’épigraphiques, restent très succinctes sur le sujet (Tardy, 2009, p. 176).

Résultats des campagnes 2012 et 2013

Les premières structures scéniques du théâtre du Vieil-Évreux (états 1 et 2)

7Le premier complexe scénique (fig. 3) est édifié simultanément au premier mur périmétral rectiligne auquel il est lié. Il mesure 9 m de long sur 4 m de large. Son parement est constitué d’un petit appareil en calcaire soigneusement agencé dont les joints ont été tirés au fer. Ce premier complexe scénique, de faible dimension, comporte deux accès situés de part et d’autre du mur de scène. L’arase supérieure de ces maçonneries n’a pas été conservée et ne permet de proposer qu’une hauteur approximative du plateau initial qui serait d’environ 0,40 à 0,50 m. À l’arrière du mur de scène, le postscaenium, aux dimensions similaires, semble construit à la même période, ses fondations étant également raccordées à celle du mur périmétral rectiligne.

8Dans un second temps (état 2), deux murs ont été ajoutés aux extrémités nord et sud du premier plateau scénique, élargissant l’estrade d’un mètre de part et d’autre. Il est difficile de lier ces constructions au tout premier état du monument observé dans les parties hautes de la cavea en 2011 (Ferreira, 2013, p. 113-115) et datant de la seconde moitié du Ier siècle après J.-C.

La reconstruction du théâtre du Vieil-Évreux (état 3)

9La seconde scène du théâtre du Vieil-Évreux (fig. 3) constitue l’une des transformations les plus importantes du monument. La cavea est reconstruite et le mur périmétral rectiligne s’étend sur près de 100 m. La mise en place de plusieurs vomitoires caractérise également ce second édifice (Ferreira, 2013, p. 115-117). Contrairement au mur périmétral circulaire dont les matériaux ont été remployés, les maçonneries de l’estrade initiale ont été maintenues et intégrées au nouveau complexe scénique. Les matériaux de construction utilisés et leur agencement sont également semblables, mais les proportions sont tout autres. La scène mesure désormais de 19 m de long sur 6,30 m de large. Cet agrandissement a poussé les constructeurs à obstruer les accès disposés de part et d’autre du plateau scénique primitif et à creuser une première fois le sol de l’orchestra.

10Le mur délimitant cette nouvelle orchestra a été construit simultanément. La disposition d’un parement calcaire en petit appareil, de part et d’autre de la maçonnerie, suggère en effet que cette clôture était visible des deux côtés. Rien ne subsiste cependant des sols de cette seconde orchestra. La courbure de la maçonnerie permet de supposer qu’elle avait 20 à 25 m de diamètre.

11L’ampleur du projet s’observe également à l’arrière du mur de scène, où les coulisses ont été agrandies. Leur plan est irrégulier et donne au postscaenium une forme trapézoïdale. Ainsi, le bâtiment d’arrièrescène mesure 4,77 m au nord et 3,85 m au sud, prenant un aspect singulier peut-être lié à une erreur de calcul. Si les structures de la première scène ont été préservées, celles de l’ancien bâtiment d’arrièrescène ont été totalement déconstruites. Seules les tranchées de récupération de ces murs et leurs lits de fondation ont été observés.

Fig. 3. Synthèse des différents états du complexe scénique du Vieil-Évreux (DAO : F. Ferreira).

De l’orchestra à l’arène : une nouvelle insertion du complexe scénique (état 4)

12La dernière phase de construction du monument survient probablement lors de la modification de la pente de la cavea qui avait été observée en 2010 et en 2011. À la hauteur du complexe scénique, plusieurs structures ont également été modifiées (fig. 4). L’orchestra a de nouveau été creusée. Ce changement a entraîné la reconstruction de l’avant du second plateau scénique (fig. 3). Le mur du second état a donc été détruit puis reconstruit. L’objectif de ce nouveau mur était de contenir les remblais présents sous la scène et de « rattraper » le niveau du sol de la nouvelle aire plane située en contrebas du théâtre. De même, le mur de l’orchestra a été reconstruit, donnant à la scène sa forme finale. Le prolongement semi-circulaire du mur délimitant l’orchestra est supprimé et remplacé par un mur plus élevé se prolongeant de façon rectiligne. Un décor peint, actuellement en cours d’étude, vient orner la façade de ce qui pourrait être désormais assimilé à un podium. Des motifs naturalistes ont été observés.

Fig. 4. Vue du complexe scénique depuis le sud-est (cliché : F. Ferreira).

13La mise en place d’une orchestra plus profonde et le rehaussement de la pente de la cavea du monument pour permettre une meilleure visibilité de ce qui se déroule en contrebas, supposent que le spectacle n’est plus uniquement représenté sur la scène mais aussi au pied de celle-ci. Les « écoinçons » de l’orchestra, situés entre le mur la délimitant et le plateau scénique, sont fermés dans un second temps, sans doute parce qu’ils devaient poser certaines difficultés dans le déroulement des spectacles. Si l’on ne peut encore l’affirmer, il est possible que de petites chasses ou des combats de gladiateurs aient eu lieu au théâtre du Vieil-Évreux.

14Cette « arène » a été creusée dans le sol géologique. En ce qui concerne ces sols, seules quelques recharges constituées de sable et de graviers ont été observées. Mais aucune d’entre elles ne peut être mise en relation avec les premières scènes du théâtre (états 1 à 3). La mise en place de l’arène a donc supprimé toute trace de leur existence. Les strates qui leur correspondent n’ont été préservées qu’à l’intérieur des scènes étendues qui leur succèdent.

15Ce changement n’altère cependant pas la fonction première du monument, celle de recevoir des jeux scéniques. En effet, sur le mur de scène sont conservés les négatifs des poutres qui y étaient encastrées pour recevoir les planches de l’estrade. Le plateau scénique est donc maintenu. Celui-ci se situe à environ 1,20 m de haut, ce qui augmente sensiblement l’écart entre la scène et l’arène située en contrebas.

16Dans un dernier temps, il semble qu’une canalisation traversant le plateau scénique et le bâtiment d’arrière-scène ait été construite, afin d’évacuer les eaux accumulées au sein de la nouvelle arène creusée dans l’argile. En effet, la partie centrale du mur a été détruite puis reconstruite pour y édifier deux murs, parementés vers l’intérieur et espacés d’une quarantaine de centimètres. Ces parois sont revêtues d’un mortier riche en terre cuite et quelques tuiles remployées, disposées dans la partie supérieure de la canalisation, en constituent le couvrement.

Conclusion : un exemple parmi d’autres

17Malgré ces nombreux indices, il est encore difficile de déterminer l’aspect du mur de scène du théâtre du Vieil-Évreux. La récupération systématique des matériaux, de même que les fouilles successives et la destruction d’une partie du mur périmétral rectiligne au cours du XIXe siècle rendent difficile toute restitution. L’apport des différentes études de mobilier encore en cours permettra de préciser le cadre chronologique de cette évolution.

18La transformation du théâtre du Vieil-Évreux en un édifice de spectacle capable d’accueillir simultanément les jeux de l’arène et les jeux scéniques ne constitue pas un cas unique, ni en Gaule, ni dans le reste de l’Empire romain. Localement, ce phénomène s’observe dans plusieurs édifices, en suivant parfois la même évolution. C’est le cas, par exemple, du théâtre de Beaumont-sur-Oise (Vald’Oise), où succède au premier théâtre un édifice à arène (Magnan et al., 2012, p. 303-307). Ces premiers théâtres qui ne peuvent accueillir que des jeux scéniques sont donc réaménagés, voire remplacés, afin d’offrir de nouveaux spectacles au public. Ce changement s’observe dans plusieurs chefs-lieux de cités, comme c’est probablement le cas à Vieux-la-Romaine, dans le Calvados (Vipard, 2002, p. 31-34), à Lillebonne, en Seine-Maritime (Mutarelli, 2011, p. 53), et dans d’autres villes dont le statut n’est pas connu. Il intervient aussi bien dans des édifices de spectacles situés au sein de sanctuaires, comme ici au Vieil-Évreux ou encore à Ribemont-sur-Ancre dans la Somme (Cadoux, 1992, p. 93-94), que dans ceux situés au cœur des villes. Ce changement s’opèrerait de façon logique, l’organisation des jeux et la reconstruction des édifices publics, notamment ceux dédiés aux spectacles, constituant de véritables actes évergétiques, comme le rappelle très justement Françoise Dumasy (2011, p. 216). Le goût changeant du public, de même que le caractère officiel des jeux, a facilité le développement d’une architecture théâtrale originale, multipliant les expériences et donnant à la Gaule, mais aussi à d’autres provinces de l’empire, un théâtre aux fonctions multiples (Palermo, 2011, p. 139-140). C’est à partir de ces différents exemples mieux documentés et constituant des jalons chronologiquement plus fiables qu’il est nécessaire de poursuivre les recherches. Bien que la Normandie soit l’une des régions les plus riches en édifices de spectacle romains, peu d’entre eux sont étudiés. Le théâtre du Vieil-Évreux, par son évolution, témoigne de l’inventivité et de l’originalité des architectes pour faire d’un édifice initialement dédié aux jeux scéniques un espace de représentation polyvalent.

Bibliographie

Bibliographie

Bertaudière S. et Cormier S. (2013) – Le grand sanctuaire central du Vieil-Évreux. Résultats de la campagne 2012. Journées archéologiques de Haute-Normandie, Rouen, 24-26 mai 2013, Rouen, Presses universitaires de Rouen et du Havre, p. 127-136.

Blin S. et Marc J.-Y. (2011) – Le théâtre de Mandeure : restitution, fonction, datation. Fuchs M. et Dubosson B. (dir.), Theatra et spectacula. Les grands monuments des jeux dans l’Antiquité, Université de Lausanne, p. 47-72.

Bonnin T. (1845) – Antiquités gallo-romaines du Vieil-Évreux, Évreux, Louis Tavernier, 50 pl.

— (1860) – Antiquités gallo-romaines des Eburovices, Paris, Dumoulin, 27 p. et pl.

Cadoux J.-L. (1992) – Le théâtre du sanctuaire rural de Ribemont-sur-Ancre (Somme). Landes C., Le théâtre antique et ses spectacles. Actes du colloque tenu au musée archéologique Henri Prades de Lattes les 27, 28, 29 et 30 avril 1989, Lattes, Musée archéologique Henri Prades, p. 89-102.

Dumasy F. (2011) – Théâtres et amphithéâtres dans les cités de Gaule romaine : fonctions et répartition. Fuchs M. et Dubosson B. (dir.), Theatra et spectacula. Les grands monuments des jeux dans l’Antiquité, Université de Lausanne, p. 193-222.

Ferreira F. (2010) – Nouvelle recherches sur le théâtre du Vieil-Évreux. Mémoire de master 2 d’archéologie romaine sous la direction de N. de Chaisemartin, université Paris-Sorbonne, 2 vol., 246 p.

— (2012) – Le théâtre du sanctuaire du Vieil-Évreux (Eure). Résultats de la campagne 2011. Journées archéologiques de Haute-Normandie, Évreux, 6-8 avril 2011, Rouen, Presses universitaires de Rouen et du Havre, p. 129-138.

— (2013) – Le théâtre antique du sanctuaire du Vieil-Évreux (Eure). Journées archéologiques de Haute-Normandie, Rouen, 11-13 mai 2012, Rouen, Presses universitaires de Rouen et du Havre, p. 113-118.

Fontaine C. (2008) – Le Vieil-Évreux sous le prisme des archives. Mémoire de master 1 d’archéologie des périodes historiques sous la direction de F. Dumasy, université Paris I, 205 p.

Magnan D., Le Coz G. et Vermeersch D. (2012) – Les édifices de spectacles en Île-de-France. Revue archéologique du Centre de la France, suppl. 39, 366 p.

Mutarelli V. (2011) – À l’origine de Juliobona. Dorion-Peyronnet C. (dir.), Les Gaulois face à Rome. La Normandie entre deux mondes, Rouen, Musée départemental des Antiquités, p. 53-54.

Palermo C. (2011) – Edifici per lo spettacolo di tipo gallo-romano. Orizzonti, 12, p. 135-142.

Rever F. (1827) – Mémoire sur les ruines du Vieil-Évreux, département de l’Eure, Évreux, Ancelles fils, 308 p., 16 pl.

Tardy D. (2009) – Les lieux de culte dans les édifices de spectacles gallo-romains. Moretti J.-C. (dir.), Fronts de scène et lieux de culte dans le théâtre antique, Lyon, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, p. 175-188.

Vipard P. (2002) – La cité d’Aregenua (Vieux, Calvados), chef-lieu des Viducasses : état des connaissances, Paris, Exe, 204 p.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Croquis du complexe scénique du théâtre du Vieil-Évreux, d’après T. Bonnin (1840).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4268/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 2. Détail du complexe scénique redessiné par J. Fétis, d’après T. Bonnin (1960, pl. XII).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4268/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 3. Synthèse des différents états du complexe scénique du Vieil-Évreux (DAO : F. Ferreira).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4268/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 4. Vue du complexe scénique depuis le sud-est (cliché : F. Ferreira).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4268/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 323k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540