Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Alizay, 20-22 juin 2014

 | 
Luc Liogier

Le grand sanctuaire central du Vieil-Évreux (Eure) : synthèse de la fouille triennale 2011-2013

Large central sanctuary in Vieil-Évreux (Eure): summary of the three-year excavations (2011-2013)

Sandrine Bertaudière

Résumé

Les niveaux augustéens et tibéro-claudiens du grand sanctuaire central du Vieil-Évreux ont livré de nouveaux indices d’occupation, sans pour autant pouvoir affirmer qu’il s’agisse déjà d’un contexte cultuel. L’exploration des abords des premiers temples en pierre a permis de restituer leur environnement. De nouvelles informations ont été apportées sur le chantier de construction du monument sévérien, la fermeture de l’édifice et sur l’organisation de son démantèlement. Pour la phase de réoccupation tardo-antique, des éléments inédits nous renseignent sur l’organisation spatiale au sein du castellum.

The levels of the large central sanctuary in Vieil-Évreux from the time of Augustus and Tiberius-Claudius revealed new signs of occupation, but do not allow the assertion that this was already a cultural context to be made. The exploration of the surroundings of the first stone temples has made it possible to reconstruct their environment. New information was provided on the construction site of the Severan monument, the closure of the building and the organisation of its demolition. With respect to the reoccupation in Late Antiquity, some new elements provided us with insight into the spatial organisation inside the castellum.

Texte intégral

1Le site archéologique du Vieil-Évreux, considéré comme une agglomération secondaire à vocation religieuse, est implanté sur un plateau, à 6 km à l’est de Mediolanum Aulercorum (Évreux), le chef-lieu de cité de la tribu des Aulerques Eburovices.

2Durant le Ier siècle de notre ère, deux pôles (îlots d’habitations) sont créés. L’un se développe autour d’un premier sanctuaire et le second près d’une grande place publique (fig. 1a). Sous Trajan, ces quartiers sont progressivement abandonnés et un urbanisme tout à fait original est mis en place (fig. 1b). L’agglomération adopte alors une forme polygonale exceptionnelle et atteint une surface de 230 ha, dont près de 45 sont occupés par une bande bâtie (habitat, portique et voie) de 100 m de large formant une couronne autour du cœur monumental. Dans ce dernier, thermes, temple et théâtre sont présents au centre de l’agglomération. Une place publique ainsi que deux autres temples à plan centré, un réseau d’aqueducs et quelques rues complètent cet espace qui couvre une surface d’environ 185 ha.

3À son apogée, au IIIe siècle, de grands travaux d’agrandissement et de transformation sont entrepris dans toute l’agglomération. Un nouveau sanctuaire monumental est reconstruit sur les vestiges du précédent. Il est constitué de trois grands temples sur podium reliés par des galeries. Cet ensemble de 111 m de long est installé dans un espace sacré de 6 ou 8 ha.

4Simultanément, les thermes et le théâtre sont agrandis. Deux grands vestiaires circulaires sont accolés au balnéaire et des transformations sont entreprises dans l’édifice. Le théâtre est rehaussé pour augmenter le nombre de places (Ferreira, 2013). Un macellum est également construit près des thermes, vers 240-250, mais il restera inachevé. Des réfections, voire des reconstructions, sont également réalisées dans certaines parties de la couronne bâtie ; c’est notamment le cas d’une riche demeure installée dans la branche sud-ouest (Hartz, 2013).

5Vers le milieu du IIIe siècle, les travaux sont interrompus, le sanctuaire est fermé et de nombreux bâtiments sont détruits. À la fin du IIIe siècle, il est transformé en castellum. L’ensemble est totalement démoli et récupéré durant le IVe siècle.

L’évolution du sanctuaire

6Voir tableau page suivante : phasage et chronologie

Apports de la campagne de fouilles triennale 2011-2013

7La campagne de fouilles triennale a porté sur le cœur du sanctuaire, soit sur le temple central et la terrasse de la galerie de liaison sud pour l’état sévérien, soit sur le temple sud et les cours ouest et sud pour l’état claudio-antonin et sur l’espace ouest pour les états antérieurs.

Fig. 1. Évolution de l’agglomération du Vieil-Évreux (DAO : MADE ; d’après les clichés aériens d’Archéo 27, les prospections géophysiques de Géocarta et les fouilles de 1996 à 2014).

Tableau : Phasage et chronologie

Fig. 2a et 2b. Les occupations antérieures aux premiers temples en pierre (DAO : MADE).

L’occupation augusto-tibérienne (10 avant J.-C. à 20 après J.-C. ?)

État 1 : une première occupation (vers la fin du Ier siècle avant J.-C.)

8La première occupation attestée sur ce site (fig. 2a) est datée de l’époque augustéenne, vraisemblablement vers la fin du Ier siècle avant J.-C. (vers 10 avant J.-C. ?). L’emprise limitée des surfaces fouillées et l’état d’arasement pour cette période ne permettent pas de caractériser cette occupation, limitée à quelques fosses creusées dans le terrain naturel.

Fig. 2c et 2d. Les occupations antérieures aux premiers temples en pierre (DAO : MADE).

État 2 : un premier sol aménagé (vers 1 à 10 après J.-C. ?)

9Un sol constitué d’un cailloutis de silex installé sur une surface d’au moins 60 m2 scelle les creusements antérieurs (fig. 2b). Deux lignes de petites fosses rayonnent autour d’un creusement plus important. Il est pour le moment impossible de les interpréter.

État 3 : des foyers (de 10 à 20 après J.-C. ?)

10L’occupation dense dans l’axe de la cella sévérienne s’avère plus diffuse de part et d’autre (fig. 2c). Une succession de foyers plats de forme ovale ou circulaire d’1 m à 1,40 m de diamètre, reposant sur des sols entretenus, caractérise cet état. Dans l’espace qui semble être le cœur de l’occupation, cinq foyers se superposent : trois au-dessus d’un sol en silex et deux autres en dessous. Ces soles ont été à chaque fois nettoyées. Cette zone de combustion pourrait être interprétée comme un espace cultuel, mais il manque encore quelques éléments pour confirmer cette hypothèse. Ces foyers témoignent cependant d’une pérennité fonctionnelle dont la nature reste à définir.

L’occupation tibéro-claudienne : un remaniement important (de 20 à 55 ?)

11Le site est fortement remanié à la période tibéro-claudienne (fig. 2d). Un apport de terre, issu probablement d’une carrière (Bertaudière et al., à paraître), est étalé sur une surface d’environ 1 800 m2. Des aménagements sont ensuite installés, tels qu’une probable palissade et un petit bâtiment sur solin. Cet ensemble pourrait constituer l’un des premiers temples en terre et bois mais les faibles surfaces fouillées et le manque d’indices ne permettent pas de valider cette hypothèse.

Le premier sanctuaire en pierre : l’état claudio-antonin (de 55 à 100)

12Au cours du Ier siècle, le premier sanctuaire attesté est édifié. Un premier temple circulaire est d’abord construit sous Claude auquel est ajouté, durant le dernier quart du Ier siècle, un groupe de deux autres temples géminés à plan centré (fig. 3a). Ils sont embellis à l’époque antonine (au début du IIe siècle) : les sols des galeries sont revêtus d’un dallage calcaire ; à l’intérieur des cellae, des socles de groupes statuaires (?) sont agrandis, tandis qu’à l’extérieur la cour avant est agrémentée d’un dallage en calcaire dur (fig. 3b).

Les aménagements extérieurs

13Dans la cour sud, une allée d’environ 5,50 m de large, menant à l’entrée sud-ouest du temple méridional, est bordée par une probable pergola, comme en attestent des trous de poteaux alternant avec des fosses. Cette allée permettait également de longer l’édifice par l’arrière. Elle est bordée d’une haie signalée par des fosses de plantation dont deux états ont clairement été identifiés. L’allée liée à l’état flavien mesure 1,60 m de large. Elle est limitée par une haie qui est décalée vers l’ouest lors de la phase d’embellissement (état antonin) afin d’élargir l’allée.

14Dans la cour sud, l’existence d’un aménagement hydraulique est fortement soupçonnée en raison de la présence d’une petite fondation observée dans l’axe d’un système d’adduction d’eau et probablement d’évacuation, mis au jour sous l’allée méridionale.

Des offrandes attestées

15De nombreux objets ont été découverts sur cette allée, notamment face à l’entrée arrière de la galerie du temple central. La localisation de chaque objet dans la cour arrière et dans la cour sud montre que la concentration devant l’entrée arrière du temple central devait, au moins pour le plus grand nombre, être liée à des offrandes. Quatre types de dépôts ont été répertoriés : certains sont placés dans de petits creusements, des objets sont pliés, des éléments sont fichés dans le sol ou simplement jetés ou déposés en surface. De rares offrandes correspondent à du mobilier votif, mais la majorité est issue de la vie quotidienne.

Démolition de l’édifice

16Les temples sont démolis vers la fin du IIe siècle. Les remblais ont livré un nombre conséquent de fragments d’enduits peints qui ont fait l’objet d’une première étude (Bonelli, 2012). Plusieurs lots de fragments correspondent aux décors des cellae et des galeries des temples.

Une phase de transition ?

17Avant la construction de l’état sévérien et pour permettre la poursuite du culte dans le sanctuaire, d’autres temples ont peut-être été édifiés (Guyard et Bertaudière, 2005, p. 101). En effet, trois temples, observés par photographie aérienne dans l’angle sud-ouest, ont probablement été utilisés lors de cette phase de transition.

Le monument sévérien (de 180 à 280 ?)

Le chantier de construction

18Une fois les premiers temples en pierre détruits, les terrassements pour la construction du monument sévérien ont été entrepris (fig. 3c). Des informations inédites ont été apportées sur l’organisation de ce chantier gigantesque. Deux nouvelles aires du travail de la pierre ont été identifiées. L’une a été observée à l’emplacement de l’escalier du temple central et la seconde a en partie été fouillée à l’arrière de la galerie de liaison sud.

19Les déchets calcaires, liés à l’ajustement des blocs lors de leur installation sur les fondations, ont semble-t-il été réutilisés pour réaliser des sols extérieurs et intérieurs dans les galeries de liaison en rez-de-jardin. La fouille à l’avant de l’édifice, et notamment à l’emplacement du mur de soutènement de la terrasse de la galerie de liaison sud, a permis de conforter l’hypothèse d’un projet initial revu au cours de la construction. Les vestiges d’une nouvelle porte ont effectivement été identifiés dans l’angle nord de la terrasse. Cette ouverture n’a été utilisée qu’au moment de la construction ; les soubassements de la terrasse ont ensuite été remblayés pour en asseoir le sol. La seconde porte, encore en élévation, de très belle facture, a elle aussi été condamnée.

Fig. 3a et 3b. Évolution du sanctuaire (DAO : MADE).

Fig. 3c. Évolution du sanctuaire (DAO : MADE).

Quelques données sur l’architecture

20Les remblais de démolition ont livré un nombre important de blocs permettant à Sébastien Cormier (2014) de compléter la restitution architecturale de l’édifice et d’affiner les dimensions des différents modules. Les éléments en haut-relief et en ronde-bosse, en cours d’étude, apportent les premières informations sur le décor du fronton et sur les différentes statues installées dans le sanctuaire.

21Ce monument se compose d’un podium de 5 à 6 m de haut sur lequel trois temples, reliés par des galeries, ont été installés. Devant les galeries de liaison, une terrasse d’environ 10 m de large accueille deux puits monumentaux (au moins pour la terrasse sud). Seul le puits situé au plus près du temple central est en cours de fouille. Le conduit, d’1,60 m de diamètre, est récupéré sur 5 m de haut puis conservé sur au moins 12 m. Il est construit en dalles de calcaire usées. Le fond de la structure n’a pas encore été atteint.

22La hauteur totale du temple central est estimée à un peu plus de 27 m de haut, de la base du podium au faîtage, tandis que les galeries de liaison ont une hauteur estimée à 12,50 m sans compter la hauteur de la toiture (Cormier, 2014).

Aménagements dans la cour avant

23Dans la cour avant de l’édifice, le sol est réalisé avec les déchets calcaires issus de la construction. La partie supérieure correspond à une couche de craie damée. Plusieurs aménagements ont été observés dans cet espace. Une structure particulière devait être installée contre la partie latérale du mur d’échiffre sud. Le sol présentait en effet une forte usure sur une surface limitée. Devant le mur d’échiffre sud, une petite fondation devait recevoir un socle, peut-être pour y placer une statue. Contre le mur de soutènement de la terrasse de la galerie de liaison sud, un autre aménagement, niche ou autel, était également installé dans l’axe de la terrasse.

Une première démolition de l’édifice en lien avec une cérémonie de clôture (vers 250 à 280)

24Vers le milieu du IIIe siècle, le monument est partiellement démoli (fig. 4a). À l’avant de l’édifice, les marches de l’escalier du temple central et une partie du mur d’échiffre sud sont récupérées. Les remblais de soutènement de l’escalier sont en partie évacués. Les galeries de liaison semblent éventrées au plus près du temple central. Des autels ont été démontés et le revêtement des sols et des murs est en partie récupéré. L’architecture du monument paraît quant à elle préservée. Ce premier démontage de l’édifice pourrait correspondre à une démolition avortée ou à un choix symbolique en lien avec la fermeture du sanctuaire.

25Après 273, le monument semble faire l’objet d’une fermeture officielle (fig. 4b). Au XIXe siècle, les archéologues ont mis au jour, dans les galeries de liaison et dans le temple nord, en rez-de-jardin, une épaisse couche charbonneuse dans laquelle a été enfoui du mobilier mutilé. Ce niveau pourrait correspondre à un rituel public spécifique. À l’avant de l’édifice, la même séquence stratigraphique a été observée lors des deux dernières campagnes de fouille. Le mobilier, différent, évoque plutôt des rejets d’objets très hétéroclites et fragmentés qui pourraient être associés à l’abandon de l’édifice ou être en lien avec la préparation d’un probable rituel de fermeture.

De la fin du IIIe siècle à la fin du IVe siècle

Le castellum tardo-antique (vers 280 à 340 ?)

26L’ensemble est ensuite scellé par d’épais remblais d’argile installés pour la construction du castellum (fig. 4c). Les trois temples sévériens sont ceinturés par un talus large d’au moins 14 m, doublé d’un fossé d’au moins 10 m de large. À l’avant de l’édifice, une sorte de plate-forme est créée dans l’angle sud-ouest de l’escalier récupéré du temple central. Dans la pente de cet aménagement, le dernier niveau d’occupation, fouillé sur une très faible surface, a livré une monnaie de Constance II, datée de 337 à 341. Dans l’angle sud du temple et de la terrasse de la galerie de liaison sud, d’épais remblais sombres suggèrent que des activités liées au feu étaient très présentes dans le castellum.

27Il semblerait, au vu de la datation de la dernière occupation, que le castellum soit toujours en activité au cours de la démolition de l’édifice.

Le chantier de démolition et le remblaiement du site (milieu du IVe siècle à la fin du IVe siècle)

28À l’emplacement de l’escalier du temple central, les niveaux en lien avec le castellum sont perforés par un aménagement assez spectaculaire. Il se compose de toute une série de creusements dans lesquels des blocs calcaires ont été installés et calés puis retirés lors de la phase ultime de récupération.

29Trois types d’aménagements ont été identifiés : une probable rampe dont il ne reste que trois lignes d’empreintes de blocs, deux gros creusements ne contenant plus que les négatifs de blocs interprétés comme des trous de poteaux et les vestiges d’escaliers assez rudimentaires, dont il ne subsiste que les creusements dans la pente de l’escalier sévérien et deux marches en réemploi.

30À l’issue de cette fouille partielle, il est difficile de proposer une interprétation fiable pour l’ensemble de ces vestiges et ce d’autant plus que nous ne connaissons pas de structure comparable. Si ces aménagements s’avèrent bien être liés au démontage du monument, ils témoigneraient d’un chantier de démolition organisé et renforceraient alors l’hypothèse selon laquelle le démantèlement du sanctuaire était le fait d’une commande publique (Guyard et al., à paraître).

Fig. 4a et 4b. La fin de vie de l’édifice (DAO : MADE).

31Le remblaiement du site semble progressif. En effet, les premiers remblais de démolition fouillés à l’intérieur de l’édifice, dans le sous-sol de la cella, et à l’arrière de la galerie de liaison, sont datés par la céramique (Théolas et Laot, 2012) et les monnaies de la fin du IIIe siècle. En revanche, à l’avant de l’édifice, les remblais appartiennent au milieu du IVe siècle. Ces différentes datations tendent à montrer que la démolition s’est étalée dans le temps et indiquent vraisemblablement le sens de remblaiement après la récupération des matériaux.

Fig. 4c. La fin de vie de l’édifice (DAO : MADE).

32L’intérieur de l’édifice, en rez-de-jardin, semble donc rapidement enseveli sous des monticules de gravats dont il ne restait que les premiers mètres. Les tranchées de récupération, à l’avant de l’édifice, sont ensuite comblées, de même que les trous de récupération de l’aménagement installé dans la pente de l’escalier du temple central. Ce remblaiement est daté du milieu du IVe siècle. L’avant de la galerie de liaison nord semble avoir été rebouché un peu plus tard, c’est-à-dire vers la fin du IVe siècle. La prochaine campagne de fouille portera essentiellement sur les niveaux du Bas-Empire.

Bibliographie

Bibliographie

Bertaudière S. (2012) – Le Vieil-Évreux (Eure), « Le grand sanctuaire ». Rapport de fouille programmée 2011, Rouen, MADE, Service régional de l’archéologie.

Bertaudière S. et Cormier S. (2013) – Le grand sanctuaire central du Vieil-Évreux (Eure) : résultats de la campagne 2012. Journées archéologiques de Haute-Normandie, Rouen, 24-26 mai 2013, Rouen, Presses universitaires de Rouen et du Havre, p. 127-136.

— (2012) – Le grand sanctuaire central du Vieil-Évreux (Eure) : résultats de la campagne 2011. Journées archéologiques de Haute-Normandie, Rouen, 11, 12 et 13 mai 2012, Rouen, Presses universitaires de Rouen et du Havre, p. 103-112.

Bertaudière S., Fechner K., Hartz C., Doutrelepont H. et de Lil A. (à paraître) – Les études des sciences de la terre et de la vie menées au sein du sanctuaire gallo-romain du Vieil-Évreux. Sacrée science. Apports des études environnementales à la connaissance des sanctuaires celtes et romains du Nord-Ouest européen. Actes du colloque d’Amiens du 6-7 juin 2013.

Bonelli L. (2012) – Les enduits peints du Grand Sanctuaire du Vieil-Évreux (Eure) : étude préliminaire. Rapport de fouille programmée 2011, Rouen, MADE, Service régional de l’archéologie.

Cormier S. (2014) – Contribution à l’étude architecturale du sanctuaire du Vieil-Évreux. Synthèse des résultats des campagnes de fouilles 2011-2013, « Le grand sanctuaire ». Rapport de fouille programmée 2014, Rouen, MADE, Service régional de l’archéologie.

Cormier S., Guyard L. et Bertaudière S. (2012) – Les décors architecturaux du sanctuaire gallo-romain du Vieil-Évreux (Eure) : état de la question sur l’ornement plaqué. Boilève J., Jardel K. et Tendron G. (dir.), Le décor des édifices édilitaires civils et religieux en Gaule durant l’Antiquité (Ier-IVe siècle) : peinture, mosaïque, stuc et décor architectonique). Actes du colloque de Caen, 7-8 avril 2011, Chauvigny, APC, Mémoire XLV, p. 271-287.

Ferreira F. (2013) – Le théâtre antique du Vieil-Évreux : résultats de la campagne 2011. Journées archéologiques de Haute-Normandie, Rouen, 11, 12 et 13 mai 2012, Rouen, Presses universitaires de Rouen et du Havre, p. 115-117.

Guyard L. et Bertaudière S. (2006) – Le grand sanctuaire central du Vieil-Évreux (Eure) : résultats des fouilles 2005-2006 et perspectives 2007-2009. Haute-Normandie archéologique, 11, fasc. 2, p. 83-94.

— (2005) – Le Vieil-Évreux (Eure), « Le grand sanctuaire ». Rapport de fouille programmée 2005, Rouen, MADE, Service régional de l’archéologie.

— (2007) – Les thermes de la ville sanctuaire du Vieil-Évreux. Dossiers d’archéologie, 323, p. 52-65.

— (2009) – Le grand sanctuaire central du Vieil-Évreux (Eure) : résultats de la campagne 2008. Journées archéologiques de Haute-Normandie, Rouen, 3-5 avril 2009, Rouen, Presses universitaires de Rouen et du Havre, p. 153-158.

— (2010a) – Le Vieil-Évreux (Eure), « Le grand sanctuaire ». Rapport de fouille programmée triennale, campagne 2007-2009, Rouen, MADE, Service régional de l’archéologie.

— (2010b) – Un macellum inachevé dans la ville-sanctuaire du Vieil-Évreux (Eure). Caesarodunum, XLIII-XLIV, p. 15-41.

Guyard L., Bertaudière S. et Cormier S. (2011) – Le grand sanctuaire central du Vieil-Évreux (Eure) : résultats de la campagne 2009. Journées archéologiques de Haute-Normandie, Harfleur, 23-25 avril 2010, Rouen, Presses universitaires de Rouen et du Havre, p. 89-94.

Guyard L., Bertaudière S., Cormier S. et Fontaine C. (à paraître) – Le démantèlement d’un grand sanctuaire civique de la cité des Aulerques Eburovices : le site du Vieil-Évreux (Eure) entre 250 et 350. La fin des dieux : les lieux de culte du polythéisme dans la pratique religieuse du IIIe au Ve siècle après J.-C. (Gaules et provinces occidentales). XXXVIe symposium international organisé par HALMA-IPEL-UMR 8164 (les 27-28 mars 2013), Centre de recherches HALMA-UMR 8164, Université Charles-de-Gaulle-Lille 3.

Guyard L., Bertaudière S. et Fontaine C. (2009) – Le Vieil-Évreux. Recherche sur le grand sanctuaire central (Eure). L’archéologue, 102, p. 31-34.

— (2012) – Relecture du dépôt de bronze du grand sanctuaire central du Vieil-Évreux (Eure) : un dépôt lié à la fermeture du temple ? Gallia, 69, p. 151-194.

Hartz C. (2013) – Le Vieil-Évreux (Eure) : les habitats de l’agglomération antique. Résultats de la campagne 2011. Journées archéologiques de Haute-Normandie, Rouen, 11-13 mai 2012, Rouen, Presses universitaires de Rouen et du Havre, p. 119-124.

Theolas D. et Laot F. (2012) – Étude de la céramique issue de la campagne de fouille 2010, « Le grand sanctuaire ». Rapport de fouille programmée 2012, Rouen, MADE, Service régional de l’archéologie, p. 205-234.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Évolution de l’agglomération du Vieil-Évreux (DAO : MADE ; d’après les clichés aériens d’Archéo 27, les prospections géophysiques de Géocarta et les fouilles de 1996 à 2014).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4264/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Légende Tableau : Phasage et chronologie
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4264/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 664k
Légende Fig. 2a et 2b. Les occupations antérieures aux premiers temples en pierre (DAO : MADE).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4264/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Légende Fig. 2c et 2d. Les occupations antérieures aux premiers temples en pierre (DAO : MADE).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4264/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Légende Fig. 3a et 3b. Évolution du sanctuaire (DAO : MADE).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4264/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Légende Fig. 3c. Évolution du sanctuaire (DAO : MADE).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4264/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Légende Fig. 4a et 4b. La fin de vie de l’édifice (DAO : MADE).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4264/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Légende Fig. 4c. La fin de vie de l’édifice (DAO : MADE).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4264/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 387k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540