Version classiqueVersion mobile

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Alizay, 20-22 juin 2014

 | 
Luc Liogier

Briga antique (Eu, « Bois l’Abbé », Seine-Maritime) : exploration archéologique d’îlots d’habitation au nord du complexe monumental

Ancient Briga (Eu, “Bois l’Abbé”, Seine-Maritime): archaelogical exploration of blocks of dwellings to the north of the monumental site

Étienne Mantel, Stéphane Dubois et Richard Jonvel

Résumé

La fouille programmée cette année sur le site du « Bois l’Abbé » a porté sur le quartier d’habitation en cours d’exploration depuis 2011 au nord-est du complexe monumental. Elle a confirmé l’organisation urbaine de ce secteur, avec la mise en évidence de nouvelles rues et d’une série de constructions supplémentaires à caractère privé. Ces maisons présentent des dimensions parfois importantes, mais sont dépourvues d’éléments de confort. Leur abandon, à la fin du IIIe siècle, paraît pour partie lié à des glissements de terrain répétés, suite à des épisodes de forte pluviométrie.

Texte intégral

Objectifs et stratégies de la programmation en cours sur le site du « Bois l’Abbé »

1La programmation actuelle des fouilles du « Bois l’Abbé » vise à sortir du cadre des quelques monuments publics mis en évidence depuis le XIXe siècle, afin de saisir enfin la nature du site au sein duquel ils s’insèrent.

2Il paraît désormais difficile de soutenir les hypothèses jusqu’alors avancées d’un simple « grand sanctuaire » rural ou d’un « conciliabulum » regroupant, de manière isolée, des monuments publics, pour servir de centre religieux et administratif à un district rural. L’extension des fouilles nous conduit à des interprétations d’année en année plus complexes, qui pondèrent peu à peu notre perception du sanctuaire, de sa genèse, de son évolution dans le temps et de sa place au sein du site (fig. 1).

3Ainsi, nous soutenons depuis 2006 l’hypothèse d’une agglomération importante qui se développerait à partir de la seconde moitié du Ier siècle autour du complexe monumental. Cette proposition reposait à l’origine sur deux campagnes de prospections pédestres, menées en 2006 et 2007, qui avaient mis en évidence des vestiges antiques sur une cinquantaine d’hectares. Ces indices au sol, sous couvert forestier, comprenaient une zone artisanale de tuiliers et peut-être d’artisanat potier, sur au moins un hectare, et des zones d’extraction de matériaux (craie, argile). Les petits sondages ouverts par le Service archéologique municipal de la ville d’Eu (1995-2000) en quelques points de la clairière s’étaient en outre tous révélés positifs, livrant des traces de constructions et de voiries, et tendaient vers la même conclusion, qui cependant n’emportait pas l’adhésion de manière incontestable. Pour valider ces résultats, des prospections magnétiques et électriques avaient alors été menées, en 2010, sur plus de 4 ha, par la société Géocarta. Elles ont malheureusement abouti pour le site du « Bois l’Abbé » à un échec total, pour des raisons pédologiques et géologiques, échec dont nous avions rendu compte dans la publication des Journées archéologiques de Haute-Normandie de 2011 (Mantel et Dubois, 2012).

4L’impossibilité d’étudier le sous-sol par ces moyens géophysiques rendait dès lors inévitable l’ouverture de sondages étendus, puis de fouilles en aire ouverte, qui ont été menés dès 2010 au nord (sondage 6) et au nord-est (sondage 7) du complexe monumental (fig. 3 et 4). Ces fenêtres ouvertes sur des quartiers à vocation domestique ont depuis été élargies lors de campagnes estivales successives de trois mois. Ces travaux, encore à l’œuvre aujourd’hui, mettent peu à peu en évidence des îlots de constructions privées insérés dans un réseau de voiries approximativement orienté sur les points cardinaux, tout en étant adapté à la topographie.

5Une telle organisation présente un caractère urbain indéniable et paraît avoir été mise en place durant le troisième quart du Ier siècle, probablement dans les années 60-70, avec un abandon du quartier qui intervient vers la fin du IIIe siècle.

Fig. 1. Briga antique : état des connaissances sur l'emprise, l’organisation et la nature des vestiges archéologiques d’après les fouilles, les prospections de surface et les relevés micro-topographiques, janvier 2014 (DAO : É. Mantel et S. Dubois ; relevé : É. Mantel et R. Jonvel).

Fig. 2. Vue aérienne de la zone d’habitat (cliché : É. Mantel).

6À l’issue de la campagne de l’an passé, l’hypothèse d’une agglomération structurée se trouvait donc sérieusement confortée, avec la mise en évidence d’un axe routier nord-sud (cardo A), de deux axes sensiblement est-ouest (decumani A et B) et d’une vingtaine de constructions privées (fig. 4).

7Toutefois, pour éviter toute spéculation sur la représentativité des structures d’habitat mises au jour, il nous est apparu nécessaire d’étendre l’emprise de la zone décapée. Il s’agissait notamment de questionner l’hypothèse d’une « ville-sanctuaire », vivant d’une économie centrée essentiellement sur l’activité cultuelle, dotée de bâtiments pour l’accueil et l’hébergement des fidèles (hospitalia, tavernes) et éventuellement d’ateliers voués à la fabrication d’exvoto. L’exemple revisité du Vieil-Évreux, emblématique dans la région de ce modèle de « villes-sanctuaires », montre (pour ce que l’on veut bien nous en montrer) une organisation des zones d’habitat en couronne autour du sanctuaire.

8La stratégie mise en œuvre pour tester ce « modèle » au « Bois l’Abbé » a consisté à ouvrir une nouvelle aire de fouilles, plus éloignée du complexe monumental. Il s’agissait de vérifier le rôle structurant des voiries au-delà du quartier en cours de dégagement et de confirmer l’extension (ou non) des zones habitées au-delà d’un simple noyau concentré aux abords du lieu de culte (fig. 2).

9Cette nouvelle aire de fouilles de 400 m2 environ (sondage 7bis) a été ouverte en forêt, une soixantaine de mètres au nord du sondage 7, au débouché du cardo A, dans la cavée qui descend vers la vallée de la Bresle, 100 m en contrebas (fig. 4). Ce cardo semble en effet constituer l’un des axes majeurs de l’agglomération : il prolonge dans la ville l’une des voies romaines quittant Briga vers le nord et dessert directement le complexe monumental. L’emplacement retenu pour l’implantation du sondage 7bis constitue également la limite nord de l’agglomération telle qu’elle était perçue par les prospections pédestres, juste avant la rupture de pente. Parallèlement, les décapages ont été étendus autour des sondages 6 et 7, afin de mieux appréhender l’organisation du quartier, en particulier la densité de l’occupation. Il s’agissait en outre d’élargir le corpus des plans d’habitations, afin d’en apprécier la variété, les modèles, les différences sociales éventuelles, et de rechercher des traces d’activités économiques, artisanales notamment.

10Les vestiges dans ces différents secteurs, au nord du complexe monumental, sont dans un état général de conservation assez médiocre, la stratigraphie se limitant, sur l’essentiel de la zone décapée, à une dizaine de centimètres d’épaisseur sous la terre végétale. Quelques secteurs sont un peu mieux préservés, là où ont été aménagées de petites terrasses, et où sont en général conservés 20 à 30 cm de remblais de nivellement. Cette mince couverture stratigraphique correspond à deux siècles ou deux siècles et demi de présence humaine, et ne permet que rarement de discriminer les niveaux d’occupation, de construction ou de démolition. Un couvert forestier plus que millénaire, le défrichement de la clairière dans les années 1860 et l’activité agricole qui a suivi jusqu’à la fin des années 1980, ont pour partie bouleversé les niveaux superficiel (labours, chablis, terriers).

11Ces limites de l’analyse stratigraphique sont largement compensées par la rapidité d’action qu’elles permettent, ouvrant ainsi sur une lecture horizontale à grande échelle du quartier.

Fig. 3. Plan de la partie occidentale de Briga au IIIe siècle, phase 7 (É. Mantel et S. Dubois).

Résultats obtenus : la structuration du quartier

12Il nous semble incontournable de souligner en premier lieu les progrès accomplis en 2013 dans la compréhension de la manière dont a été structurée l’agglomération à partir du troisième quart du Ier siècle. La campagne de relevés micro-topographiques menée par l’université de Picardie y contribue largement, par la mise en évidence dans la zone sous couvert forestier de reliefs et d’aménagements que l’on peut assigner selon les cas à des voiries ou à des espaces bâtis. Ces apports sont particulièrement significatifs autour des « Grands Thermes », où des traces de voiries importantes sont encore lisibles, en particulier un axe nord-sud qui relie la vallée de la Bresle au plateau haut-normand, en longeant par l’ouest l’édifice public (?) connu sous le nom de « Grands Thermes » (fig. 1).

13La fouille offre quant à elle une vision plus circonscrite, mais aux résultats avérés de manière incontestable. Les secteurs décapés depuis l’an passé ont établi avec certitude l’existence d’un quadrillage de rues organisé (avec une certaine souplesse) sur les points cardinaux. L’orientation des rues transversales, axées selon les cas strictement ou approximativement est-ouest, a cependant été adaptée à la topographie, et notamment aux thalwegs et à la déclivité du plateau dans ce quartier nord-ouest de la ville. L’extension du réseau de rues en profondeur (en s’éloignant des monuments ?) est désormais bien perceptible, à travers la mise en évidence de quatre decumani successifs le long du cardo A. Le decumanus C, lié au centre public, paraît cependant avoir un tracé qui lui est propre. Des caniveaux ont également été découverts le long de plusieurs de ces rues et constituent les premiers éléments, certes un peu frustes, de l’organisation d’un modeste réseau d’assainissement, au moins à l’échelle de ce quartier. Ces rues délimitent des îlots peu réguliers (fig. 5), dont quatorze ont actuellement été abordés archéologiquement, un seul étant fouillé intégralement (îlot V). Ils présentent des structures bâties plutôt densément, avec des constructions dans l’ensemble assez vastes, entre 100 et 200 m2 au sol en général, et quelques unités plus modestes ainsi peut-être qu’une demeure plus vaste et au plan plus complexe qui atteindrait 300 m2. Ces différents îlots constituent le quartier nord-ouest de Briga, et les données issues de la prospection pédestre permettent d’envisager l’existence d’au moins quatre quartiers supplémentaires de superficies sensiblement égales (fig. 1).

14Sur la cinquantaine d’hectares de l’agglomération, si l’on soustrait les voiries, places, monuments publics et zones non bâties en arrière des îlots, on peut estimer à une trentaine d’hectares les terrains voués à l’habitat. Une seconde petite fenêtre entrouverte sur ces espaces d’habitation, dans le « quartier des Petits Thermes » (bâtiments 100, 101 et 102), montre une densité tout à fait comparable à celle du quartier nord, avec des maisons de même type. Il n’est donc pas infondé de proposer, avec toutes les réserves qu’impose ce type d’exercice, une modélisation de l’habitat à l’échelle de l’agglomération. Sur les 8 000 m2 actuellement décapés au nord du complexe monumental ont été dégagées vingt parcelles bâties, ce qui donne un ratio de 24 unités d’habitation à l’hectare, et invite à restituer 700 à 750 maisons à l’apogée du développement de la ville. Sur la base des statistiques démographiques d’époques médiévale et moderne, qui évaluent communément le coefficient de feu à quatre ou cinq personnes, on peut proposer une première estimation de la population locale aux alentours de 3 000 ou 4 000 habitants, dans une hypothèse basse. Rappelons la capacité d’accueil estimée du théâtre, qui serait d’environ 4 000 personnes selon M. Mangard (1982) ou 5 000 personnes selon L. Cholet (2002). Une telle densité de population n’a rien d’exceptionnel et rejoint sensiblement les propositions avancées pour des milieux densément agglomérés comme Amiens. Notons que ce chef-lieu de cité tout proche, couvrant plus de 200 ha, avait une population estimée par J.-L. Massy et D. Bayard à environ 15 000 habitants, ce qui donne une échelle de comparaison avec Briga (Bayard et Massy, 1983).

15Ces chiffres seront peut-être appelés à évoluer rapidement, s’il s’avère nécessaire de rattacher à l’agglomération une concentration de vestiges antiques observée sur la pointe étroite du plateau dominant la Bresle, au nord de la zone fouillée, et qui pour l’instant est considérée comme un habitat isolé en périphérie. La découverte, cette année, d’une rue dirigée vers cette concentration nécessite de retourner prospecter finement la zone intermédiaire qui couvre une dizaine d’hectares. Une action est engagée en ce sens avec l’ONF.

Les unités d’habitation

16Un autre point significatif des deux dernières campagnes sur l’habitat concerne l’emploi privilégié d’un même modèle de maison, répété avec des variantes qui agrémentent et individualisent ici où là les façades : pavillons ou tour d’angle, pièces en débord. Le modèle de base consiste en un corps de logis rectangulaire relativement allongé de type longère, segmenté en deux à quatre pièces, et présentant une ou deux galeries sur ses façades. Ce schéma concerne essentiellement les constructions édifiées dans le courant des IIe et IIIe siècles. L’état initial de la fin du Ier ou des premières décennies du IIe siècle est en général de conception plus simple et moins spacieux, avec une pièce unique ou deux pièces accolées.

17Les bâtiments 16-19 et 17-18, s’ils appartiennent à un même ensemble domestique, pourraient marquer ici une évolution du modèle local, étape intermédiaire vers une organisation de type domus, avec deux corps de bâtiments ouverts sur une cour en arrière de l’îlot.

18Ce modèle d’habitat privé, qui emporte semble-t-il l’adhésion des habitants de Briga dans la seconde partie du Haut-Empire, semble peu usité par ailleurs en contexte d’agglomération. Quelques exemples ont été observés ici ou là dans les provinces occidentales de l’Empire, mais il est en général difficile d’en mesurer la représentativité. Un parallèle s’impose toutefois avec plusieurs agglomérations de la province de Bretagne, notamment Calleua (Silchester), où les fouilles d’époque victorienne et les travaux en cours dirigés par M. Fulford mettent en évidence une prédominance de maisons du même type, ou encore Durouernum (Canterbury) où les observations tendent vers un même modèle.

19Si ces exemples sont relativement peu nombreux en milieu urbain en l’état actuel des connaissances, ces longères à galeries et pavillons d’angle s’avèrent en revanche des plus fréquentes en milieu rural, où elles constituent la forme d’habitat usuelle des propriétaires de domaines et de leurs administrateurs. Les nombreuses villae observées d’avion ou fouillées depuis deux décennies en Picardie montrent de manière incontestable la prédominance de ce modèle de maison dans les campagnes de l’Ouest de la Gaule Belgique.

20À Briga, ces maisons sont en général édifiées de manière indépendante les unes des autres et séparées par d’étroits passages ou ambitus, qui peuvent également servir de coupe-feu. Seuls les bâtiments 31 et 34 s’écartent de ce cadre, en présentant deux murs pignons accolés. La superficie des différents exemples dégagés permet d’envisager un statut social assez aisé de la population de ce quartier, avec des surfaces au niveau de l’emprise de l’ordre de 100 à 200 m2 et quelques exemples plus spacieux encore. À ces superficies conséquentes en rez-de-chaussée s’ajoutent des étages, que l’on peut restituer sans hésitation pour certaines habitations en raison d’une largeur des murs plus importante. Ces étages semblent limités au corps de logis central (bâtiments 1-21, 17-18, 31-34 en particulier). Cette aisance relative se retrouve dans l’équipement domestique, caractérisé par de la vaisselle de table de qualité avec une abondance du verre, de la sigillée et de la gobeleterie engobée et métallescente, ou encore par la présence régulière d’amphores à vin et à huile. Signalons également la mise en évidence d’objets liés à l’écriture (encriers, styles, graffites), et la découverte d’une petite bague en or destinée à un enfant dans le bâtiment 31.

21Ces indices d’un niveau de vie assez aisé sont tempérés par les éléments de confort et de décor, qui s’avèrent des plus limités au sein des habitats étudiés : absence d’hypocaustes, de décor mural, de vitres, extrême rareté des sols aménagés qui dans les rares cas attestés affectent un caractère fruste (radier de sol en silex, assainissement du niveau de circulation par un cailloutis). On notera simplement la présence ici ou là d’un foyer, en général situé dans la plus grande pièce du corps central, d’une latrine aménagée dans une amphore dans le recoin d’une grande pièce à vivre du bâtiment 1, d’un cellier dans le bâtiment 6, et d’une cave qui reste à fouiller dans le bâtiment 16-19 (fig. 4). L’accès à l’eau se faisait à proximité. Un puits a notamment été identifié dans l’îlot V, un point d’eau semble aménagé sur le pignon du bâtiment 26, et la zone humide au creux du thalweg de l’îlot VI pourrait avoir été mise en valeur dans un cadre qui nous échappe.

22Le bâti lui-même fait appel à des matériaux locaux et privilégie l’usage des élévations en terre et bois, la pierre semblant essentiellement réservée, à Briga, dans l’état actuel de nos connaissances, aux monuments publics. Les soubassements, seuls conservés, sont systématiquement constitués de parements de rognons de silex montés à sec, avec ponctuellement des lits de craie ou de tuiles associés. Seul le bâtiment 31 semble avoir les solins du corps central scellés au mortier maigre. Les angles sont en général renforcés par des rognons de grande taille, auxquels ont été substitués dans certaines constructions une meule de grès, des blocs calcaires durs issus de la récupération de colonnades toscanes, ou de gros blocs non équarris en calcaire et en grès. Ces soubassements assez disparates constituaient sans doute des murets peu élevés, servant de supports à une ossature en bois. Des traces de torchis ont été observées dans le bâtiment 28, sous la forme d’épandages de blocs d’argile rubéfiée. Des épandages de tuiles épars indiquent sans conteste qu’une grande partie de ces maisons était couverte en tegulæ et imbrices, mais il est vraisemblable que cette pratique n’était pas généralisée. Une partie de ces tuiles provient cependant des ratés de cuisson de l’atelier voisin. L’ensemble du quartier présente donc des caractères assez rustiques, même s’il se démarque très nettement de la tradition gauloise régionale où prédominent des constructions sur poteaux plantés à toiture végétale. Ce type de longères en bois et torchis sur soubassements de pierre était encore très couramment usité en Picardie, comme en Normandie, jusque vers le milieu du XXe siècle, et nombre d’exemples assez comparables sont encore en élévation et habités aujourd’hui.

23Les activités économiques pratiquées dans ce quartier nord sont difficiles à percevoir, en l’absence d’ateliers artisanaux ayant laissé des traces matérielles patentes. C’est donc sur l’instrumentum peu fourni que reposent les premières pistes, qui restent bien maigres. Signalons en premier lieu un gros four accolé au pignon est du bâtiment 1-21, dont il ne subsiste que la sole, et que l’on pourrait attribuer, sous réserve, à une activité de boulangerie. Parmi les nombreuses meules recueillies figure d’ailleurs un exemplaire en grès de grand module trouvé en réemploi dans le bâtiment 26, qui suggère une activité de meunerie à traction animale qui dépasse le simple cadre domestique que l’on peut présumer pour les autres. Une grande paire de forces pourrait renvoyer à une présence de moutons au sein de l’agglomération, avec une activité textile associée, au moins consacrée au filage (fusaïoles). Des boulettes de « bleu d’Égypte » peuvent avoir servi de pigments à des peintres en bâtiment ou à des teinturiers. Quelques poids de filets en plomb témoignent enfin d’une activité de pêche au moins occasionnelle, probablement dans la Bresle, ou, pourquoi pas, en bord de mer, distant de seulement 8 km. Ce court inventaire ne couvre pas, et de loin, l’ensemble des activités qui ont sans doute été pratiquées sur place, mais dont la plupart n’ont pas laissé de traces. À terme, ces premiers éléments seront complétés par une petite série d’objets et outils en fer actuellement en restauration.

Fig. 4. Plan général du quartier d’habitation en cours de fouille au nord-est du complexe monumental, sondages 6, 7 et 7bis (É. Mantel, S. Dubois et R. Jonvel).

Un abandon du quartier pour partie lié à des problèmes climatiques ?

24Un autre apport significatif de l’année 2013 a été la mise en évidence des stigmates de problèmes climatiques qui ont sûrement contribué de manière non négligeable à l’abandon progressif de ce quartier.

Fig. 5. Plan du découpage en îlots (É. Mantel et S. Dubois).

Fig 6. Rangées de poteaux en façade du bâtiment 1-21 destinés à renforcer son assise (É. Mantel et J. Parétias).

25En effet, plusieurs maisons ont visiblement été lourdement affectées par des glissements de terrain touchant essentiellement la façade tournée vers la pente. Les cas des bâtiments 1-21 et 29-30 sont emblématiques de ces phénomènes.

26Le premier, et le trottoir qui court le long de sa façade, ont fait l’objet d’efforts répétés en vue de stabiliser le sous-sol, et par contrecoup les soubassements immédiatement en arrière ; il est possible qu’ils témoignent également de tentatives en vue d’étayer la façade de la maison pour retarder sa désolidarisation. Une forêt très dense d’au moins trois rangées de trous de poteaux et de pieux (la fouille doit être poursuivie pour achever l’étude de ce secteur complexe en 2014) a été implantée à cette fin sur trois mètres de large sur toute la longueur du bâtiment (fig. 6). Une simple rangée paraît compléter le dispositif le long du pignon, à moins que d’autres aménagements n’aient été oblitérés par le ravinement. La densité extrême de ces structures donne l’impression de phases successives de travaux de stabilisation. On observe également une réfection localisée de la façade, un petit muret ayant été construit à cet endroit pour arrêter le gonflement du mur dû aux poussées internes des terres de remblai. Malgré tous ces efforts, sans doute étalés dans le temps, l’angle nord-ouest s’est totalement disloqué, et des pans complets du mur ont glissé sur deux à trois mètres, à la fin de l’occupation, au moment de l’abandon ou peu après. Ce phénomène s’est prolongé jusqu’à atteindre une phase d’équilibre. La pierre d’angle se retrouve ainsi, avec encore un mètre de mur plus ou moins solidaire, à environ 2,20 m de son emplacement initial.

27Le second cas, très flagrant, touche le bâtiment 29-30 et semble avoir conduit, d’après les premières observations, à l’effondrement de la galerie de façade suite à un affaissement de la sablière sur près d’un demi-mètre, les remblais d’installation sous-jacents ayant été emportés sur la pente. Le sol de la galerie présente, suite à cet « incident », une pente de l’ordre de 45°.

28Des phénomènes de même type avaient déjà été signalés l’an passé dans l’îlot voisin, en particulier sur le bâtiment 2 dont le pignon nord, qui fait face à la pente, présente un ventre très marqué ; de même, sur le bâtiment 4, une partie de la façade s’est affaissée sur la pente et le bâtiment a dû faire l’objet d’une réfection, limitée à la zone effondrée. D’autres observations moins pertinentes sur les bâtiments voisins (bâtiments 9, 14 et 15, 17-18) conduisent à une interprétation similaire.

29Un dernier témoignage spectaculaire de ces glissements de terrain répétés a été reconnu au nord du decumanus A : un pan entier de radier de cour qui provient de façon assurée de l’autre côté de la rue (espace W) a été emporté sur près de 7 m pour venir se bloquer dans l’espace Y, contre la façade du bâtiment 28. Suite à ce premier « incident », la cour W a été réaménagée avec un blocage de craie damée assez solide, de 8 cm environ d’épaisseur, précédé d’une rangée de poteaux le long du trottoir pour le maintenir en place. Lors d’un nouvel épisode fortement pluvieux, c’est cette fois l’ensemble de la cour qui a glissé après la rupture, semble-t-il, de deux poteaux, et a recouvert complètement la chaussée selon une coulée fluide ; elle n’en a pas été évacuée, ce qui suggère que l’abandon du quartier est plus ou moins concomitant de cet événement. En tout état de cause, la voirie n’est plus praticable à partir de ce moment pour une circulation des véhicules. Ces phénomènes naturels qui semblent avoir affecté ce secteur de manière répétitive sont liés à des épisodes pluvieux importants, conjugués à un substrat géologique imperméable et à des remblais instables. Les eaux pluviales se sont infiltrées dans les niveaux supérieurs et ont gorgé les terres de remblais meubles superficiels, d’origine anthropique, sur lesquelles avaient été édifiées ces constructions ; l’eau ne pouvant s’infiltrer plus profondément, elle a plus ou moins fluidifié et alourdi ces matériaux qui ont alors glissé sur un sommet de plateau en légère déclivité, selon un phénomène classique de mécanique des sols. Le caractère assez général de ce phénomène au sein du quartier d’habitation nord nous conduira rapidement à réexaminer la nature de différents effondrements intervenus sur le pourtour du complexe monumental, en particulier du côté du bâtiment ouest, sur une large section du portique 3 aux abords du fanum 4, probablement sur une partie du mur CXX qui enceint la grande place, et peut-être également dans le théâtre, qui subit encore actuellement des mouvements de ce type. Ces questionnements sur le rôle de phénomènes naturels dans l’abandon de certains quartiers de l’agglomération sont totalement inattendus et tranchent avec les explications historiques, épidémiologiques et socio-économiques que nous admettions sans réserve jusqu’alors. Il faudra désormais, pour l’agglomération du « Bois l’Abbé », être très attentifs aux témoignages de ces glissements de terrain et les replacer chronologiquement de manière aussi fine que possible pour mesurer l’impact qu’ils ont pu avoir sur l’abandon, indépendamment des autres facteurs historiques indiscutables qui ont affecté plus largement le Nord de la Gaule. De fait, l’observation détaillée des secteurs les plus lourdement concernés n’est pas terminée et appellera des observations fines complémentaires.

Une découverte inattendue : un réseau fortifié à l’ouest de l’agglomération

30Un dernier axe de la campagne 2013 a consisté à poursuivre de manière intensive le relevé micro-topographique de l’ensemble du site, opération menée en collaboration avec Richard Jonvel (UnivArchéo), et qui a porté cette année sur une douzaine d’hectares supplémentaires, amenant désormais la zone relevée à trente-six hectares sur les trois dernières années (fig. 1).

31Deux secteurs ont été privilégiés cette année. Une vaste aire au nord et au nord-ouest du complexe monumental est destinée à cerner les limites du site et à tenter de repérer des aménagements de voirie. Le second secteur, dans la partie sud de l’agglomération, a été centré sur les importants mouvements de terrain où sont édifiés les « Grands Thermes » et qui n’avaient jamais fait l’objet d’un relevé. Les résultats sont cette année plutôt novateurs et vont largement contribuer à la réflexion sur le statut et l’organisation du site. Le contexte de sous-bois a en effet favorisé la fossilisation de nombreux microreliefs qui ont permis d’identifier plusieurs voiries, des zones bâties et des points d’eau.

32Mais la découverte la plus intéressante concerne sans conteste une enceinte fortifiée jusqu’alors totalement insoupçonnée, qui couvre une vaste surface en forêt, à l’ouest de l’agglomération antique, et enserre manifestement l’essentiel de l’étroit plateau qui constitue la « colline de Beaumont » (fig. 7).

33Cette enceinte se présente sous la forme d’un fort relief, en partie relevé cette année sur 144 m. Elle est constituée d’un large talus curviligne en surplomb de 4 à 6 m (dans les parties bien conservées) au-dessus d’un large méplat d’environ 30 m. Ce dernier comprend au pied du talus une cuvette d’une largeur estimée de 4 ou 5 m, d’après les observations faites en plusieurs points. En avant de ce fossé apparaît un second talus, plus modeste, conservé sur environ 1 m de haut, lui aussi précédé d’un relief en creux qui pourrait être un second fossé, et qui domine cette fois directement la pente abrupte vers la vallée de la Bresle au nord, et vers le vallon de Saint-Pierre-en-Val, au sud.

34Le caractère fortifié de ces aménagements conserve toute son importance en milieu boisé, et cet aspect défensif est renforcé par la mise en évidence d’une saillie circulaire sur le tronçon relevé au nord, qui à cet endroit épouse l’extrémité d’une terrasse, peut-être aménagée. Le talus est ici interrompu par une butte de terre à peu près circulaire et en forme de tronc de cône, qui mesure à la base 25 m sur 29 m, avec une plate-forme sommitale de 5 m de diamètre environ. Sa proéminence est renforcée par une implantation en saillie par rapport à l’enceinte fortifiée, avec un surplomb de 3 m par rapport à ce que l’on présume être le profil d’équilibre du fossé. Vers l’intérieur de l’enceinte, ce tertre est enserré dans un cercle délimité par deux fossés, le premier immédiatement autour de la plate-forme centrale, le second à la base de la butte de terre.

35Ce premier tronçon de fortification a été découvert en décembre 2013. Dès janvier 2014, une prospection pédestre complémentaire en sous-bois a permis une première appréciation de l’étendue de l’enceinte, qui nécessitera ultérieurement des investigations complémentaires et un levé de terrain précis. Il est apparu que le talus et le méplat humide qui le précède épousent le rebord de l’étroit plateau au nord comme au sud, et que l’enceinte délimitée affecte, selon une première estimation, une surface comprise entre 20 et 30 ha.

36Cette enceinte soulève bien évidemment de nouveaux questionnements de fond sur la nature du site et sa genèse, dans la mesure où elle présente tous les caractères d’une fortification implantée en marge de l’agglomération romaine, en position de contrôle visuel panoramique sur l’ensemble des territoires alentour, et plus particulièrement sur la basse vallée de la Bresle jusqu’à son embouchure. Sa chronologie n’est bien évidemment pour l’heure pas déterminée, mais les modèles théoriques tendent vers la fin de l’âge du fer ou le début de l’époque romaine. On se gardera bien pour l’heure de spéculer sur la nature et les enjeux de cette découverte, mais ce réseau fortifié s’impose de lui-même comme un dossier lourd pour les investigations et les réflexions à venir, qui devront porter non plus sur le seul « Bois l’Abbé », mais sur l’ensemble de la « Colline de Beaumont ».

En guise de conclusion…

37L’opération se poursuivra en 2014 sur les mêmes secteurs de fouille ; synthétiser plus avant les résultats obtenus serait donc prématuré.

38Il nous semble en revanche nécessaire d’insister sur les moyens mis en œuvre pour aborder un site de l’ampleur du « Bois l’Abbé ». Son exploration ne saurait s’inscrire que dans la longue durée, sur plusieurs décennies, avec des ouvertures en aire ouverte et des campagnes de fouilles conséquentes (trois mois chaque année depuis 2006). Une approche multiforme s’impose, au-delà des pratiques traditionnelles de l’archéologie (prospections et fouilles) : toute méthode ou discipline susceptible d’éclairer sous un angle ou un autre l’étendue des vestiges, leur nature et leur chronologie, doit être mise en œuvre. C’est ainsi que le relevé micro-topographique de détail mené depuis maintenant trois ans couvre désormais une superficie de 36 ha. Il apporte des informations fondamentales qui interrogent les origines et le statut initial du site, et permet d’envisager, dans des secteurs inexplorés en fouille, la localisation d’importants éléments structurants. Dans la même optique, une étude de la végétation actuelle en sous-bois a été engagée durant l’hiver 2013-2014, sous la conduite de Jean-Paul Legrand (ONF) en vue de cartographier les espèces végétales qui témoignent de l’activité humaine et celles qui soulignent la présence de points d’eau. L’extension en forêt du réseau fortifié conduit également à envisager un relevé aérien par système laser (Lidar), qui devrait intervenir dans les années à venir. Enfin, pour mieux appréhender la mécanique des sols sur l’ensemble du plateau, l’intervention d’un géomorphologue spécialisé dans ce genre de questionnement est incontournable à court terme.

Fig. 7. Relevé micro-topographique de la fortification observée en forêt d’Eu secteur E (R. Jonvel, UnivArchéo).

39Cet investissement long et lourd sur la durée est le prix à payer si l’on veut prétendre à une compréhension assez précise de l’organisation et des étapes de développement de l’agglomération. La leçon des campagnes menées ces dix dernières années au « Bois l’Abbé » est celle de l’humilité face au terrain : chaque nouvelle opération conduit à réviser ou nuancer une partie de nos hypothèses, à moduler la chronologie, et ouvre le champ à de nouveaux questionnements, souvent de détail, mais parfois sur des aspects fondamentaux.

Bibliographie

Bibliographie

Bayard D. et Massy J.-L. (1983) – Amiens romain : Samarobriva Ambianorum, Amiens, Revue archéologique de Picardie, 374 p.

Cholet L. (2002) – Le sanctuaire gallo-romain du « Bois l’Abbé » : 200 ans de fouilles en forêt d’Eu, Eu, Service municipal d’archéologie, 31 p.

Mangard M. (1982) – L’inscription dédicatoire du théâtre du Bois l’Abbé à Eu (Seine-Maritime). Gallia, XL, fasc. 1, p. 35-51.

Mantel É. et Dubois S. (2012) – Premier éclairage sur l’agglomération antique de Briga (Eu, Bois l’Abbé, Seine-Maritime). Fenêtres ouvertes sur un quartier d’habitation au nord-est du centre monumental. Journées archéologiques de Haute-Normandie, Évreux, 6-8 mai 2011, Rouen, Presses universitaires de Rouen et du Havre, p. 151-160.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Briga antique : état des connaissances sur l'emprise, l’organisation et la nature des vestiges archéologiques d’après les fouilles, les prospections de surface et les relevés micro-topographiques, janvier 2014 (DAO : É. Mantel et S. Dubois ; relevé : É. Mantel et R. Jonvel).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4244/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 804k
Légende Fig. 2. Vue aérienne de la zone d’habitat (cliché : É. Mantel).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4244/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
Légende Fig. 3. Plan de la partie occidentale de Briga au IIIe siècle, phase 7 (É. Mantel et S. Dubois).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4244/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende Fig. 4. Plan général du quartier d’habitation en cours de fouille au nord-est du complexe monumental, sondages 6, 7 et 7bis (É. Mantel, S. Dubois et R. Jonvel).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4244/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 660k
Légende Fig. 5. Plan du découpage en îlots (É. Mantel et S. Dubois).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4244/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Légende Fig 6. Rangées de poteaux en façade du bâtiment 1-21 destinés à renforcer son assise (É. Mantel et J. Parétias).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4244/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 7. Relevé micro-topographique de la fortification observée en forêt d’Eu secteur E (R. Jonvel, UnivArchéo).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4244/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 730k

Auteurs

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search