Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Alizay, 20-22 juin 2014

 | 
Luc Liogier

Rouen, suivi archéologique des travaux du musée de l’Œuvre

Rouen, archaeological supervision of work at the musée de l’Œuvre

Érik Follain
Avec la collaboration de Dominique Pitte et DRAC Haute-Normandie

Résumé

Les travaux du musée de l’Œuvre ont nécessité, pendant l’hiver 2013-2014, une surveillance archéologique. Au nord, des maçonneries ont été étudiées dans la cave de la maison de l’Œuvre. Un mur à arcs de décharge semble appartenir à une construction antique monumentale. Un portique, au nord-est, pourrait être le péristyle d’une domus du Haut-Empire. Sous la salle du chapitre, un mur du Bas-Empire paraît contradictoire avec l’hypothèse d’une basilique paléochrétienne, proposée après les fouilles de la cour d’Albane.

Work conducted at the musée de l’Œuvre required archaeological supervision during the winter of 2013-2014. In the north, masonry structures were studied in the cellar of the maison de l’Œuvre. A wall of discharging arches seems to have belonged to an old monument construction. A portico, in the north-east, could be the peristyle of an early Roman empire domus. Under the chapter room, a wall from the late Roman Empire seems to contradict the palaeochristian basilica hypothesis, which was proposed after excavations of the Albane courtyard.

Texte intégral

  • 1 La collaboration de l’entreprise Lanfry et du cabinet Pierre-André-Lablaude-ACMH a facilité cette i (...)
  • 2 On citera, entre autres : Le Maho, 1994, 1998 et 2005 ; Le Maho dans Lequoy et Guillot, 2004, notic (...)

1Les aménagements du futur musée de l’Œuvre de la cathédrale (fig. 1) ont nécessité un suivi archéologique comportant des fouilles ponctuelles et des études stratigraphiques. L’opération s’est déroulée exclusivement en sous-sol, durant l’hiver 2013-2014 et a mobilisé l’auteur, aidé de Dominique Pitte, ingénieur d’études au service régional de l’archéologie de Haute-Normandie1. Les espaces concernés par le projet incluent le bâtiment d’Albane et sa grande salle, la « maison du four du chapitre », la salle du chapitre, la « maison de l’Œuvre » et le « bâtiment des Libraires ». Topographiquement, son emprise est limitée par la cour des Libraires, la cathédrale, la rue Saint-Romain et le jardin de la cour d’Albane. Il faut rappeler que ce dernier a été exploré, dans les années 1980 et le début de la décennie suivante, lors de fouilles programmées sous la direction de Jacques Le Maho2.

Fig. 1. Localisation du futur musée de l’Œuvre (en rouge ; © É. Follain).

Fig. 2. Plan des différentes structures observées en 2014. Les constructions antiques et paléochrétiennes découvertes lors des fouilles de la cour d’Albane sont également figurées, ainsi que quelques salles du futur musée (© É. Follain).

2Les sous-sols listés ci-dessus ont fait l’objet de profondes restructurations et restaurations. Compte tenu des profondeurs de l’intervention et des destructions déjà occasionnées par les caves existantes, les niveaux rencontrés appartiennent en très grande majorité à la période antique, tout particulièrement de la fin du Haut-Empire au Bas-Empire (fig. 2). Un bref rappel des résultats obtenus lors des recherches menées par Jacques Le Maho s’impose, en se limitant aux périodes antiques. Les niveaux les plus profonds atteints sont datés du IIIe siècle et les structures associées appartiennent essentiellement à une domus détruite par un incendie. Après quelques décennies où l’occupation, mal définie, associe réaménagements d’une partie des constructions antérieures et installations de bâtiments en torchis et colombages, une basilique paléochrétienne est construite. Le fouilleur la présente ainsi : « Cette identification s’appuie notamment sur le fait que l’édifice nord découvert sous la cour d’Albane, archéologiquement daté de la fin du IVe ou du début du Ve siècle, a de bonnes chances de correspondre à la nouvelle basilique (basilica, aula) dont les travaux de construction étaient en cours lorsque Victrice prononça son homélie. » (Lequoy et Guillot, 2004, p. 269). Architecturalement, elle est décrite comme un édifice basilical à trois nefs de 13,20 m de largeur interne, reconnu partiellement sur une longueur de 21 m, depuis sa façade ouest (fig. 2 et 14).

Indices de l’existence, au nord-ouest, d’une construction monumentale

  • 3 Lequoy et Guillot, 2004, notice 198, p. 125-127, rédigée par J. Le Maho. Il décrit ainsi (p. 125) l (...)
  • 4 Une ventilation du lieu s’imposera par la suite afin de combattre la forte humidité qui dégrade les (...)

3En premier lieu, il convient de s’intéresser à une découverte contemporaine des fouilles antérieures. Les vestiges présents dans la cave de la « maison de l’Œuvre », localisée au nord-ouest (fig. 2), sont restés occultés après leur découverte. Cet ensemble n’a jamais été signalé autrement que par des notes laconiques3. Par ailleurs, ces maçonneries sont simplement mentionnées dans les rapports de fouilles comme un simple mur à arcs de décharge (Le Maho, 1989). Enfin, s’il existe bien un plan dans la documentation de fouilles numérisée, aucune photographie ni aucun relevé en élévation ne sont joints. Afin d’organiser et de justifier, dans le futur, leur protection, ces importantes structures ont donc été relevées, durant l’hiver 2013-2014, dans le détail. On a donc réalisé une étude architecturale et constitué une documentation complète (fig. 3 à 6). Il s’agit d’un angle de murs perpendiculaires (est-ouest et nord-sud), traversé par un conduit horizontal placé de biais à la hauteur de l’angle (fig. 3, M1 et M2). Le mode de construction est un opus mixtum réalisé avec soin à partir de moellons cubiques bien taillés et de chaînages de briques d’au moins deux lits. Le conduit est parementé d’arases de briques (fig. 4). Le mur M1 est armé de deux arcs de décharge de grande taille puisque la corde dépasse 2 m à l’intrados et 2,60 m à l’extrados (fig. 5). Les arcs sont légèrement surbaissés et formés d’une alternance de briques clavées et de voussoirs calcaires (fig. 6). À l’extrémité occidentale du mur M3, il faut ajouter un refend postérieur se retournant en angle droit vers le sud (fig. 3, M4). Son appareillage est très grossier et le mortier de son blocage est particulièrement pulvérulent. Un gros bloc de libage en calcaire à silex est isolé de ces structures (fig. 3, B1). De multiples fosses sont également observables dans ce qui semble être un remblai de démolition. Cet ensemble complexe a été péremptoirement réduit à son seul mur à arcs de décharge et assimilé aux installations de la domus. Or cet angle détermine une salle, dont l’importance est suggérée par le caractère monumental de ces maçonneries. Les arcs sont manifestement là pour amortir et recevoir la charge d’une élévation importante, celle de plusieurs niveaux ou celle de la retombée d’une voûte. Un élément de comparaison justifie, également, leur intérêt. Dans la crypte du parvis de Notre-Dame de Paris, est visible un massif comportant des arcs comparables. Il a été interprété comme la base d’une basilique civile du Haut-Empire par Paul-Marie Duval (1993, illustrations p. 302-304), puis, à la lumière d’autres découvertes, comme un soubassement dont le caractère monumental est affirmé par Didier Busson (1998, p. 261-262). Un sondage s’imposerait dans la cave de la « maison de l’Œuvre » pour préciser cette nouvelle lecture et pour déterminer la nature du volume encavé. Il serait également intéressant de reconnaître la présence éventuelle de contreforts, comme pour la structure de la crypte archéologique parisienne4.

Fig. 3. Structures antiques présentes dans la cave de la « maison de l’Œuvre », dite également « Vieille maison » (© É. Follain).

Fig. 4. Le conduit horizontal percé dans l’angle de M2 et M1, parementé de briques et enduit (© É. Follain).

Fig. 5. Les dimensions de ces arcs suggèrent l’existence d’un grand bâtiment, peut-être public. La charge reçue par ces arcs doit correspondre à une élévation importante ou à la retombée d’une voûte (© É. Follain).

Fig. 6. L’angle de murs et l’un des deux arcs de décharge (© É. Follain).

Un péristyle pour la domus de la cour d’Albane ?

4Au nord-est (fig. 2), c’est la création d’un ascenseur, d’un escalier, de vides techniques et de sanitaires qui a conduit à l’enlèvement d’une partie des niveaux antiques.

  • 5 L’horizon stratigraphique qui peut correspondre au niveau de circulation est assez terreux et témoi (...)

5La partie inférieure de la stratigraphie accessible dans la fosse d’ascenseur est trop réduite pour être réellement interprétée, mais on perçoit cependant la volonté de remblayer et de niveler le secteur. Ce n’est qu’avec la mise en place, probablement au début du IIIe siècle, d’un important portique, que l’on peut comprendre l’organisation architecturale de cet espace. De ce portique ont été reconnues l’amorce du côté est, une longueur significative du tracé nord et peut-être sa limite ouest (fig. 7). Son stylobate est formé de massifs de blocs calcaires empilés sur deux à trois niveaux (fig. 8). Ils sont reliés entre eux par des murets maçonnés et grossièrement parementés (fig. 9). Les piles sont surmontées d’une plinthe parallélépipédique très épaisse qui porte une colonne toscane ; deux bases, un fragment de fût et deux fragments de chapiteaux permettent la restitution de cet ordre (fig. 10). Par son décor, il appartient à un type des plus courants parmi les constructions antiques de Rouen. Le fût est orné d’écailles imbriquées pour les deux tiers supérieurs, le tiers inférieur restant lisse ; c’est du moins ce que laisse supposer l’existence d’un bandeau de séparation visible sur le principal fragment retrouvé. Le chapiteau, dont plusieurs morceaux ont été recueillis, est surtout conservé au niveau de l’abaque de plan carré. L’amorce de l’échine montre un décor végétal. Un unique fragment a conservé des couleurs blanche, ocre et rouge, ce qui indique que l’ordre était peint. À l’extérieur de la colonnade, dans l’angle nord-est, aucun sol aménagé n’est visible5. En revanche, la présence d’un niveau de béton de grande qualité et comportant au moins une recharge est attestée dans les deux branches reconnues du portique (fig. 7). Des solins de blocs calcaires, tant au nord qu’à l’est, bordent ce sol de béton et laissent supposer que les murs de fond du portique étaient montés en torchis et colombages (fig 7, M2, M3 et M4). Une maçonnerie parementée en opus incertum, aperçue lors de la reprise en sous-œuvre d’un mur des caves médiévales, constitue probablement une limite à l’ouest (fig. 7, M1). À propos de ces caves médiévales, il convient, au passage, de signaler que la base de leurs parois est construite en gros blocs de libage en calcaire à silex. Les dimensions et l’abondance de ces blocs sont inhabituelles et suggèrent une récupération sur un monument antique. Revenant au portique, on ne peut que constater sa destruction par le feu qui a également entraîné l’effondrement des colonnes dans l’espace hypèthre. La couche d’incendie contient une forte proportion de torchis brûlé, mais l’essentiel des matériaux provient de l’effondrement des toitures. Cet événement se place durant la seconde moitié du IIIe siècle. Les diverses reprises en sous-œuvre des murs et les terrassements ponctuels ont permis de vérifier, pour la totalité de cette zone, l’existence d’un dépotoir, épais d’au moins 0,60 m, postérieur à l’incendie (fig. 2). Il est composé d’une matrice sableuse contenant une très forte proportion de coquillages, tout particulièrement des huîtres, ainsi que de nombreux tessons (les mortiers sont particulièrement représentés). Il y a là l’indice d’un abandon de la zone, devenue alors une décharge et connaissant régulièrement des inondations. Un rapide examen du mobilier suggère la fin du IIIe siècle et le courant du IVe siècle. Aucun niveau postérieur ne subsistait dans ce secteur, déjà bien entamé par les caves médiévales et modernes.

Fig. 7. Restitution en plan d’un grand portique d’ordre toscan (© É. Follain).

Fig. 8. L’un des massifs de fondation de la colonnade du portique. De bas en haut : fragments de la base, plinthe en calcaire de l’Oise et piles de blocs de calcaire à silex (© É. Follain).

Fig. 9. La colonnade du portique est supportée par un stylobate continu formé de massifs de blocs empilés, reliés par des maçonneries grossières (© É. Follain).

Fig. 10. Les différents fragments de colonnes toscanes permettent une restitution de l’ordre. Placée sur une plinthe, la base attique à scotie en trait de scie a été observée à deux reprises. Un tronçon de fût décoré d’un bandeau surmonté d’écailles imbriquées doit se situer entre le premier et le second tiers de la colonne. Plusieurs fragments de chapiteau ont été découverts. Il s’agit d’un chapiteau toscan dont l’abaque est de plan carré et la modénature ornée de motifs végétaux stylisés. Considérant ces caractéristiques, cette colonne devait être assez élancée d’où une proportion modulaire de huit diamètres proposée (© É. Follain).

  • 6 À l’exception de photographies, ces colonnes ne sont pas documentées dans les archives de fouilles (...)
  • 7 La documentation des fouilles a été numérisée grâce à un financement de la DRAC de Haute-Normandie. (...)
  • 8 Signalons aussi que l’entrecolonnement de l’atrium de la domus est mesuré entre 2 et 2,50 m, ce qui (...)

6Pour établir la fonction de ce portique, il convient tout d’abord de souligner son implantation topographique, quasiment au contact de la domus des fouilles de la cour d’Albane. Architecturalement, la similitude entre le dessin de l’ordre toscan du portique, tel que restitué d’après ses fragments, et les colonnes toscanes de l’atrium de la domus (Lequoy et Guillot, 2004, p. 126 et fig. 78, p. 1276) est manifeste. On sait, par leur description, que ces dernières étaient taillées, comme les éléments recueillis en 2014, dans un calcaire de l’Oise, et possédaient des fûts décorés d’écailles imbriquées. Leurs bases sont à deux tores et leurs chapiteaux sont toscans. L’une des colonnes de l’atrium était fragmentée mais complète. Malheureusement, il n’existe pas de dessin des colonnes de la domus dans la documentation numérisée7 de la cour d’Albane, ni d’ailleurs dans les rapports ou les publications. Les photographies ne sont pas suffisantes pour savoir s’il s’agit d’un même ensemble lapidaire8. Dans cette éventualité, il serait parfaitement fondé d’associer le portique découvert en 2014 avec la domus dégagée dans les années 1980 (fig. 2). Rien ne s’opposerait alors à imaginer cette maison romaine à atrium avec un péristyle entourant un jardin à l’est, telle que les exemples des demeures de Saint-Romain-en-Gal (Rhône) en ont rendu l’image courante (Desbat et al., 1994).

Le stylobate nord de la basilique paléochrétienne remis en question ?

7Le troisième secteur, au sud, est localisé sous la salle du chapitre (fig. 2). Les travaux visaient à transformer une ancienne galerie menant aux carneaux de chauffage de la cathédrale en cage d’escalier. De part et d’autre de cette étroite galerie (fig. 11), un volume de terre d’environ un mètre d’épaisseur a dû être terrassé. À cette occasion, la stratigraphie, limitée chronologiquement à la fin du Haut-Empire et au Bas-Empire, a été étudiée. Une seule structure était apparente, mais les dimensions de cette importante maçonnerie, ainsi que sa datation, ses positions stratigraphique et topographique, en font un élément essentiel à verser au dossier de la basilique paléochrétienne (fig. 12).

  • 9 Par exemple, dans la documentation de fouilles numérisée, le plan intitulé « Fouilles Saint-Romain, (...)
  • 10 Il s’agit là des deux valeurs que l’on rencontre dans l’abondante littérature publiée. Des contrôle (...)
  • 11 On finit par ne plus savoir si la tranchée est celle ouverte pour l’installation du stylobate ou po (...)

8Les stratigraphies (fig. 13) rendues accessibles par l’élargissement de la galerie (fig. 2 et 11) sont totalement scellées par les niveaux de construction et les fondations de la salle du chapitre ; les séquences du haut Moyen Âge et de la période romane sont fortement perturbées ou totalement détruites. La partie centrale de l’excavation a entièrement disparu lors du creusement de la galerie de chauffage, au XIXe siècle. La parfaite correspondance des altitudes, la similitude dans l’enchaînement des séquences stratigraphiques et la continuité entre les deux tronçons du mur et de ses fondations attestent de la cohérence des occupations et de l’unicité des espaces qui se sont succédés dans cette emprise. Quatre phases, tant chronologiques que structurelles, ont été identifiées. L’occupation du Haut-Empire est marquée par des horizons argilo-sableux contenant des matériaux de construction variés (fig. 13 : coupe nord-sud, nos 19-20, et coupe est-ouest, nos 9-11). Elle est scellée par la couche d’incendie du IIIe siècle (coupe nord-sud, nos 17-18, et coupe est-ouest, nos 7-8), sans plus de précision au vu de la rareté du mobilier céramique ; elle-même est recouverte d’un épais remblai de démolition soigneusement nivelé (coupe nord-sud, no 15, et coupe est-ouest, no 6). C’est dans ce terrain qu’une tranchée de près de 2 m de large et 1 m de profondeur a été creusée (fig. 12 et 13). Elle est comblée pour moitié par une succession de lits de gravats et de mortier mélangés (fig. 13 : coupe nord-sud, nos 16a-16d, et coupe est-ouest, no 5). Ils forment le radier compacté d’un massif de gros blocs de libage en calcaire à silex ; soigneusement posés, ces blocs aux faces dressées sont disposés sur une largeur de 1,70 m environ (fig. 12 et 13). Cette fondation supporte un mur de 1,15 m d’épaisseur, qui est conservé sur une hauteur de 1,10 m. Le mur est parementé en opus mixtum et présente, à la base, une assise de réglage en briques (fig. 12 et 13). Le seul chaînage conservé est traversant et composé d’un unique lit de briques dans le blocage. Les moellons calcaires sont cubiques, mais irréguliers, et, pour une bonne part, en réemploi. Les deux tronçons du mur sont orientés selon un axe ouest-est. L’extrémité du parement sud a été atteinte à l’est ; il forme alors un angle droit, en direction du nord. Cette face a été reconnue au-delà de la largeur du mur. On aurait donc là un retour et non l’arrêt maçonné du mur (fig. 11). Le mode de construction, à la hauteur de l’angle, semble le confirmer, puisque le parement (fig. 13, coupe est-ouest) est soigneusement réalisé avec l’association d’un chaînage de quatre rangs de briques et de moellons allongés avec des faces de parement layées (chevrons, diagonales et biais ; fig. 13, coupe est-ouest). Aucun sol n’est visible, à l’exception de la surface indurée, notée de part et d’autre du sommet des blocs de libage. Dans la moitié supérieure des stratigraphies, les occupations sont différenciées entre le sud et le nord du mur. Au sud, une succession de niveaux de construction et de démolition est visible (fig. 13, coupe nord-sud, nos 2-5). Au nord, la situation est plus complexe puisque l’on constate l’existence, sur un lit de mortier, d’un mur en argile crue et fragments de calcaire (coupe nord-sud, no 9), au contact d’une épaisse couche de « terres noires » (coupe nord-sud, no 8). Le mur découvert en 2014 et sa fondation s’accordent mal avec la restitution, à l’issue des fouilles des années 1980, de la basilique paléochrétienne (fig. 2). En planimétrie, il est parfaitement dans l’alignement de la tranchée du stylobate nord de la basilique. Les altimétries sont également compatibles. Le sommet de la fondation de gros blocs du mur observé en 2014 est à 12,30 m NGF et la seule cote interne de la basilique présente sur les plans numérisés9, est à 12,13 m NGF, pour le sol contre la tranchée du stylobate sud. L’arasement du mur nord de la basilique oscille entre 13,63 et 14,04 m NGF, ce qui est proche du sommet du mur de 2014, nivelé à 13,40 m NGF (fig. 11). Les descriptifs sont également très comparables, que ce soit par le mode de construction (un plateau de gros blocs de libage de calcaire à silex sur semelle compactée) ou par la largeur, 1,70 m pour l’élément de 2014 et 1,30 m (Lequoy et Guillot, 2004, p. 258) ou 2 m (Le Maho, 1998, p. 322) pour la basilique10. Ce qui inquiète avant tout, c’est la présence d’un mur sur les blocs de fondation découverts en 2014. Cette élévation est totalement incompatible avec la fonction de stylobate proposée pour la structure reconnue dans les fouilles de 1980. En réalité, un court tronçon subsiste dans la basilique, mais c’est une simple tranchée qui le prolonge vers l’est. On aurait pourtant dû s’interroger il y a bien longtemps, car un stylobate de près de 2 m de large, pour supporter les colonnes d’une basilique d’une largeur interne de 13,20 m, semble quelque peu disproportionné. À ceci s’ajoute un problème de planimétrie, puisque le mur dégagé en 2014 se retourne à angle droit vers le nord et donc vers l’extérieur de la basilique, coupant alors la projection supposée de son bas-côté. On ajoutera enfin que les tranchées, actuellement présentées comme stylobates d’un édifice paléochrétien, avaient d’abord été interprétées comme des excavations du XIe siècle, en rapport avec le transfert de tombes (Le Maho, 1987, fig. 8, no 690 et p. 16-1711).

Fig. 11. Plan au sol de la salle du chapitre (en grisé) et parois de la galerie de chauffage de la cathédrale (en traits pleins). Les deux tronçons de murs du Bas-Empire sont ainsi localisés (© É. Follain).

Fig. 12. Au sud du chantier, les terrassements ont fait apparaître cette coupe d’un mur et de sa fondation, axés est-ouest. Il est localisé, en plan et en altitude, dans le prolongement du supposé stylobate nord de la basilique paléochrétienne restituée après les fouilles des années 1980 (© É. Follain).

Fig. 13. Sous la salle du chapitre, deux stratigraphies ont été relevées : à gauche, la coupe, axée nord-sud, correspond à la face ouest de l’excavation ; à droite, la coupe, orientée est-ouest, se présente perpendiculairement à la paroi est de l’excavation (© É. Follain).

  • 12 Archives de la CRMH, no 0016, boîte 2, dossier M et no 0108, boîte 16, dossier PM et photographie.
  • 13 Bulletin de la commission des antiquités de Seine-Inférieure, 7, 1885-1887, p. 434.
  • 14 L’association d’un grand bâtiment rectangulaire avec un bloc thermal n’est pas rare. On pense, par (...)

9C’est la présentation d’un plan compilant les différentes périodes du groupe cathédrale (Lequoy et Guillot, 2004, p. 271, fig. 290), qui, au final, fait douter de l’hypothèse (fig. 14). Il est légendé ainsi : « Plan cumulatif du groupe épiscopal (dessin J. Le Maho, 1998, p. 326) ». La mise en rapport des données et des hypothèses qui y sont figurées laisse perplexe, au regard de la maçonnerie découverte sous la salle du chapitre en 2014 (fig. 14, C). Ce plan figure, à la fois, un mur (fig. 14, B) attesté à l’emplacement du creusement de la galerie de chauffage du XIXe siècle et l’hypothèse d’une abside semi-circulaire. Afin de conforter cette terminaison de la basilique vers l’est, une voie romaine est ajoutée sur le plan, à l’emplacement de la cour des Libraires (fig. 14, no 17b). Pourtant, cette voie n’apparaît pas ailleurs dans l’ouvrage : elle n’est en particulier pas citée dans le chapitre intitulé « Rues antiques » (Lequoy et Guillot, 2004, p. 100-116) et ne figure pas plus sur le plan des vestiges du Haut-Empire, ou sur celui de Rouen au haut Moyen Âge (Lequoy et Guillot, 2004, plan volant et fig. 289b, p. 267). Un creusement à son emplacement supposé, en 1957, pour l’enfouissement d’une cuve à fioul, sous le pavé de la cour des Libraires, n’a d’ailleurs rien révélé12. Pour s’en convaincre, il faut citer la découverte au XIXe siècle de murs antiques13 à l’emplacement de cette rue fantomatique. La maçonnerie axée nord-sud, présentée comme attestée dans ce plan des différents états du groupe cathédrale, n’est pas plus justifiée. Dans son emprise, la seule observation, réalisée en 1999, est celle d’un dallage calcaire antérieur à l’incendie du IIIe siècle (Pitte, 2001, p. 84). Aucune découverte de structure à cet endroit n’a été faite antérieurement. On le voit, l’hypothèse d’une basilique paléochrétienne, tout au moins dans la configuration architecturale jusqu’ici proposée, est sérieusement remise en cause. Seuls les murs nord, sud et ouest sont incontestables, tout comme leur association avec le petit balnéaire dégagé à l’ouest. Et s’il faut pousser jusqu’au bout la démonstration, rien n’interdirait alors de voir dans le grand bâtiment rectangulaire un espace technique ou un espace utilisé par les usagers des thermes14. Plus prosaïquement, seule une analyse rigoureuse des relevés stratigraphiques des années 1980 (s’ils existent) pourrait peut-être répondre à ces questions.

Fig. 14. Extrait redessiné de la figure 210, légendée « Plan cumulatif du groupe épiscopal » (dessin J. Le Maho, 1998, p. 326 dans Lequoy et Guillot, 2004).
Les numéros figurant sur le document sont détaillés de la manière suivante :
2 - Église collégiale Saint-Étienne,
3 - Rotonde,
4 - Porche entre deux tourelles d’escalier,
7 - Réfectoire des chanoines (?),
8 - Baptistère,
9 - Atrium paléochrétien,
10 - Maison sur cellier,
17 - Voies romaines.
Ont été ajoutées les indications suivantes :
en A, stylobate nord ;
en B, mur figuré comme attesté, mais non justifié ;
en C, le mur sur fondation de gros blocs découvert en 2014.
Les deux voies romaines numérotées 17 ont été distinguées l’une de l’autre en a et b. La rue 17a est un axe retrouvé en fouilles, par contre la voie 17b est purement hypothétique (DAO : É. Follain).

Bibliographie

Bibliographie

Bardel J.-P. (1984) – Les thermes gallo-romains de Plestin-les-Grèves. Bulletin de la société archéologique de Corseul, 20 p.

Busson D. (1998) – Paris (75), Paris, Académie des inscriptions et belles-lettres, Carte archéologique de la Gaule, 609 p.

Desbat A., Leblanc O. et Prisset J.-L. (1994) – La maison des dieux Océan à Saint-Romain-en-Gal. Gallia, suppl. 51, 276 p., 300 fig.

Duval P.-M. (1993) – De Lutèce oppidum à Paris capitale de la France, Paris, Association pour la publication d’une histoire de Paris, 402 p.

Le Maho J. (1987) – Rouen. Cour d’Albane. Rapport scientifique 1987, Rouen, Service régional de l’archéologie, 28 p.

— (1989) – Rouen. Cathédrale Notre-Dame. Fouilles de la cour d’Albane. Compte-rendu sommaire d’activité, portant sur la campagne de mars à décembre 1989, Rouen, Service régional de l’archéologie, non paginé.

— (1994) – Les fouilles de la cathédrale de Rouen de 1985 à 1993. Esquisse d’un premier bilan. Archéologie médiévale, 24, p. 1-49.

— (1998) – Rouen. Cathédrale Notre-Dame. Les premiers monuments chrétiens de la France, 3 : Ouest, Nord et Est, Paris, Picard, p. 320-327.

— (2005) – Le groupe épiscopal de Rouen, des temps paléochrétiens à l’époque des raids vikings (IVe-IXe siècles) : le témoignage des textes et de l’archéologie. 396-1996, 16e centenaire de la cathédrale Notre-Dame de Rouen, colloque international 5-7 décembre 1996, Rouen, Connaissance du patrimoine, p. 142-175.

Lequoy M.-C. et Guillot B. (2004) – Rouen (76/2), Paris, Académie des inscriptions et belles-lettres, Carte archéologique de la Gaule, 332 p.

Nielsen I. (1990) – Thermae et balnea. The architecture and cultural history of roman public baths, Aarhus University Press, 2 vol., 194 et 212 p.

Pitte D. (2001) – Rouen archéologique. Deux siècles d’archéologie à Rouen. Bulletin des amis des monuments rouennais, octobre 2000 - septembre 2001, p. 84-95.

Notes

1 La collaboration de l’entreprise Lanfry et du cabinet Pierre-André-Lablaude-ACMH a facilité cette intervention.

2 On citera, entre autres : Le Maho, 1994, 1998 et 2005 ; Le Maho dans Lequoy et Guillot, 2004, notices 86, 87, 198 à 200, 205, 625 à 629, 642 à 644, 668, 670 et 678.

3 Lequoy et Guillot, 2004, notice 198, p. 125-127, rédigée par J. Le Maho. Il décrit ainsi (p. 125) les structures : « […] un mur nord-sud en maçonnerie du IIe siècle, comportant deux arcs de décharge en briques, se rattachant probablement à un état précédent de la domus. » Pourtant, l’altitude d’arasement du mur à arcs de décharge est largement supérieure aux niveaux de circulation dans l’atrium de la domus. Par ses altitudes, le mur à arcs serait plutôt à rattacher à l’époque paléochrétienne.

4 Une ventilation du lieu s’imposera par la suite afin de combattre la forte humidité qui dégrade les structures. En l’état, le manque d’oxygène ne permet pas d’envisager de sondages dans ce volume confiné.

5 L’horizon stratigraphique qui peut correspondre au niveau de circulation est assez terreux et témoigne potentiellement d’un espace en jardin. Ceci n’aurait rien de surprenant si l’on retient l’hypothèse d’une cour à péristyle.

6 À l’exception de photographies, ces colonnes ne sont pas documentées dans les archives de fouilles numérisées. L’ordre n’a jamais été dessiné.

7 La documentation des fouilles a été numérisée grâce à un financement de la DRAC de Haute-Normandie. Une copie se trouve au centre de documentation du Patrimoine.

8 Signalons aussi que l’entrecolonnement de l’atrium de la domus est mesuré entre 2 et 2,50 m, ce qui est une valeur proche des 2,20 m observés dans la colonnade découverte en 2014.

9 Par exemple, dans la documentation de fouilles numérisée, le plan intitulé « Fouilles Saint-Romain, plan topographique du cabinet G. Gille et R. Drombois géomètres experts associés ».

10 Il s’agit là des deux valeurs que l’on rencontre dans l’abondante littérature publiée. Des contrôles effectués sur l’ensemble des documents publiés donnent une valeur comprise entre 1,60 m et 2 m pour la tranchée et autour de 1,80 m pour le massif subsistant à l’extrémité du stylobate nord. Voir par exemple Lequoy et Guillot, 2004, p. 258, fig. 281.

11 On finit par ne plus savoir si la tranchée est celle ouverte pour l’installation du stylobate ou pour la récupération des matériaux de celui-ci (Le Maho, 1987, fig. 8, no 690 et p. 16-17). Une coupe stratigraphique du secteur aurait été des plus utiles.

12 Archives de la CRMH, no 0016, boîte 2, dossier M et no 0108, boîte 16, dossier PM et photographie.

13 Bulletin de la commission des antiquités de Seine-Inférieure, 7, 1885-1887, p. 434.

14 L’association d’un grand bâtiment rectangulaire avec un bloc thermal n’est pas rare. On pense, par exemple, au hangar technique des thermes du Hogolo, en Bretagne (Bardel, 1984), ou aux petites basiliques thermales de Great-Chesters et de Halton, en Angleterre (Nielsen, 1990, p. 133, fig. 135 et 136).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Localisation du futur musée de l’Œuvre (en rouge ; © É. Follain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4235/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 2. Plan des différentes structures observées en 2014. Les constructions antiques et paléochrétiennes découvertes lors des fouilles de la cour d’Albane sont également figurées, ainsi que quelques salles du futur musée (© É. Follain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4235/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 3. Structures antiques présentes dans la cave de la « maison de l’Œuvre », dite également « Vieille maison » (© É. Follain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4235/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende Fig. 4. Le conduit horizontal percé dans l’angle de M2 et M1, parementé de briques et enduit (© É. Follain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4235/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 5. Les dimensions de ces arcs suggèrent l’existence d’un grand bâtiment, peut-être public. La charge reçue par ces arcs doit correspondre à une élévation importante ou à la retombée d’une voûte (© É. Follain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4235/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Fig. 6. L’angle de murs et l’un des deux arcs de décharge (© É. Follain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4235/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 7. Restitution en plan d’un grand portique d’ordre toscan (© É. Follain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4235/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Légende Fig. 8. L’un des massifs de fondation de la colonnade du portique. De bas en haut : fragments de la base, plinthe en calcaire de l’Oise et piles de blocs de calcaire à silex (© É. Follain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4235/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig. 9. La colonnade du portique est supportée par un stylobate continu formé de massifs de blocs empilés, reliés par des maçonneries grossières (© É. Follain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4235/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig. 10. Les différents fragments de colonnes toscanes permettent une restitution de l’ordre. Placée sur une plinthe, la base attique à scotie en trait de scie a été observée à deux reprises. Un tronçon de fût décoré d’un bandeau surmonté d’écailles imbriquées doit se situer entre le premier et le second tiers de la colonne. Plusieurs fragments de chapiteau ont été découverts. Il s’agit d’un chapiteau toscan dont l’abaque est de plan carré et la modénature ornée de motifs végétaux stylisés. Considérant ces caractéristiques, cette colonne devait être assez élancée d’où une proportion modulaire de huit diamètres proposée (© É. Follain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4235/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 11. Plan au sol de la salle du chapitre (en grisé) et parois de la galerie de chauffage de la cathédrale (en traits pleins). Les deux tronçons de murs du Bas-Empire sont ainsi localisés (© É. Follain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4235/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 12. Au sud du chantier, les terrassements ont fait apparaître cette coupe d’un mur et de sa fondation, axés est-ouest. Il est localisé, en plan et en altitude, dans le prolongement du supposé stylobate nord de la basilique paléochrétienne restituée après les fouilles des années 1980 (© É. Follain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4235/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Fig. 13. Sous la salle du chapitre, deux stratigraphies ont été relevées : à gauche, la coupe, axée nord-sud, correspond à la face ouest de l’excavation ; à droite, la coupe, orientée est-ouest, se présente perpendiculairement à la paroi est de l’excavation (© É. Follain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4235/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Légende Fig. 14. Extrait redessiné de la figure 210, légendée « Plan cumulatif du groupe épiscopal » (dessin J. Le Maho, 1998, p. 326 dans Lequoy et Guillot, 2004).Les numéros figurant sur le document sont détaillés de la manière suivante :2 - Église collégiale Saint-Étienne,3 - Rotonde,4 - Porche entre deux tourelles d’escalier,7 - Réfectoire des chanoines (?),8 - Baptistère,9 - Atrium paléochrétien,10 - Maison sur cellier,17 - Voies romaines.Ont été ajoutées les indications suivantes :en A, stylobate nord ;en B, mur figuré comme attesté, mais non justifié ;en C, le mur sur fondation de gros blocs découvert en 2014.Les deux voies romaines numérotées 17 ont été distinguées l’une de l’autre en a et b. La rue 17a est un axe retrouvé en fouilles, par contre la voie 17b est purement hypothétique (DAO : É. Follain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4235/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 352k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540