Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Conches-en-Ouche, 5 et 6 juin 2015

 | 
Jean-Paul Ollivier

Bilan de la prospection archéologique aérienne sur le canton de Damville (Eure)

Review of the aerial archaeological exploration in the canton of Damville (Eure)

Véronique Le Borgne, Jean-Noël Le Borgne et Gilles Dumondelle

Résumé

39 années de prospection archéologique aérienne sur le canton de Damville ont permis d’enregistrer 261 découvertes. On y recense de nombreux enclos de toutes formes et de toutes dimensions, une quinzaine de constructions où les sanctuaires gallo-romains dominent, des voies romaines et des chemins, mais aussi des parcellaires et des lignes isolées.

39 years of aerial archaeological exploration in the canton of Damville have resulted in 261 discoveries. There are many examples of enclosures of all shapes and sizes, around fifteen constructions dominated by the Gallo-Roman sanctuaries, Roman roads and paths, as well as isolated parcels and boundaries.

Texte intégral

Le canton de Damville et la prospection aérienne

1Le canton de Damville est situé sur le plateau de Saint-André-de-l’Eure, au sud du département de l’Eure, proche de la limite administrative avec l’Eure-et-Loir. Il est traversé par l’Iton qui y pénètre à l’ouest et le quitte au nord après un changement de direction très marqué. Il regroupe 16 communes. En 2015, il a fusionné avec le canton de Verneuil-sur-Avre pour former une nouvelle entité administrative.

2Centré au sud du département, le canton de Damville a bénéficié des survols de tous les prospecteurs de l’association Archéo 27 : Philippe Béchelen dès 1977, Serge Godet et Michel Gaspard à la fin des années 1980, puis Annie Étienne et Pascal Eudier à partir de 1990. L’équipe actuelle de prospecteurs de l’association travaille sur ce canton depuis 1983, d’abord sur sa moitié ouest, puis sur sa totalité depuis 2006.

3La prospection aérienne du canton de Damville a été favorisée par l’absence de grands massifs forestiers et par le faible boisement des versants bordant l’Iton, ceux-ci ne devenant abrupts et impropres à la mise en culture que sur les quatre communes situées les plus au nord du canton : Villalet, Manthelon, Le Sacq et partiellement Sylvains-les-Moulins. Ce fait, associé à un paysage souvent ouvert, a rendu les recherches très fructueuses mais inégales suivant les communes.

4La prospection pratiquée sur le canton de Damville est classique, essentiellement pendant la première moitié de l’été, en juin et juillet. Les quelques découvertes faites durant le printemps concernent des sites également visibles à des périodes plus tardives.

Les résultats

La répartition des sites

5Cette étude cantonale synthétise 39 années de prospection. Elle traite de 261 dessins redressés, soit 1,43 par km2, mais à la répartition hétérogène. Toutes les communes du canton sont concernées, même si celle de Villalet, la moins étendue, ne possède qu’un seul site. Six autres communes ont une densité de sites faible, comprise entre 0,5 et 1 par km2. Pour quatre d’entre elles, ce constat de rareté était déjà fait en 2002 dans l’ouvrage Archéologie aérienne dans l’Eure (Le Borgne et al., 2002), alors que le corpus de structures a plus que doublé depuis cette date. Cette relative pauvreté traduit-elle une carence de la prospection aérienne ou une réelle absence, notamment pour les versants de la rivière ? Grandvilliers a la plus forte densité de structures avec 37 dessins, soit 2,1 sites par km2.

Les bâtiments et leur environnement

6La prospection aérienne a permis de découvrir 18 bâtiments ou groupes de bâtiments sur le canton de Damville, principalement dans sa moitié nord. Quatorze de ces sites ont livré du mobilier gallo-romain lors de reconnaissances au sol et un autre n’a pas fourni de matériel datant, mais son plan fait penser à une grange carrée antique ; un bâtiment est adossé au fossé à l’intérieur de la basse-cour d’un château à motte complètement arasé sur la commune de Damville ; enfin, deux ne sont pas datables actuellement.

Fig. 1. Le sanctuaire gallo-romain de Thomer-la-Sôgne, le plus vaste découvert en prospection aérienne dans l’Eure, son aire sacrée dépasse 30 ha (cliché : J.-N. Le Borgne et G. Dumondelle).

7Parmi les 15 sites antiques mentionnés, 7 concernent des lieux de culte. Le plus complexe se situe à Thomer-la-Sôgne (fig. 1). Son aire sacrée, délimitée par un péribole doté d’une entrée en crochet, n’est pas complètement connue mais s’étend sur plus de 2 ha. Deux temples de type fanum y sont identiiables, dont un entouré d’un quadriportique.

8Aux Essarts, une construction partiellement visible peut correspondre à un sanctuaire comprenant plusieurs cellæ. Il est presque adossé au côté est d’un petit enclos fossoyé quadrilatéral. Une exèdre carrée est située au milieu de ce même côté. Un petit bâtiment de type « grange carrée », de même orientation, se trouve à 150 m au sud. L’ensemble est inclus dans un vaste enclos quadrilatéral de 8 ha.

9À Avrilly et Sylvains-les-Moulins, deux lieux de culte se présentent comme de simples fana entourés de leurs périboles, mais dans un contexte riche en structures fossoyées : quatre enclos, des fossés parcellaires et des fossés dans l’emprise du sanctuaire à Avrilly, un enclos hybride et de nombreux fossés à Sylvains-les-Moulins.

Fig. 2. Les Essarts. Le long de la voie romaine Évreux-Le Mans, un bâtiment et un système d’enclos en vis-à-vis (cliché : J.-N. Le Borgne et G. Dumondelle).

10Un deuxième fanum est connu sur la commune de Sylvains-les-Moulins sous le toponyme « Les Murgers », sans que l’on sache si l’on doit cette appellation à un amoncellement de pierres à l’emplacement du temple ruiné ou aux tas de déblais provenant des puits creusés pour la construction de l’aqueduc alimentant le Vieil-Évreux. En effet, ce tronçon souterrain passe à quelques dizaines de mètres du sanctuaire.

11À Manthelon, un fanum simple est construit presque en bordure de falaise d’où il domine le fond de la vallée de l’Iton d’une trentaine de mètres. Enin, celui de Corneuil est complété par deux édicules alignés de part et d’autre de la galerie est du temple, suivant une organisation que l’on retrouve sur plusieurs sites cultuels de la région.

12Aucun site antique comprenant des constructions fondées en dur ne présente une organisation de type villa, ni de bâtiment avec un plan de pars urbana. À Avrilly, celui du « Haut du Val », souvent photographié, mais en limite de parcelle et toujours incomplet, possède notamment une grange carrée. Cet établissement est vraisemblablement contemporain d’un chemin sinueux, suivi sur plus de 3 km, qui le contourne. Les autres sites ne montrent que des bâtiments isolés, à Grandvilliers, dans un ensemble d’enclos et au Sacq, en fond de vallée. À Thomer-la-Sôgne, à 300 m à l’est du sanctuaire, quelques tracés de murs trahissent l’existence d’un établissement. Enfin, aux Essarts, une construction gallo-romaine est adossée à la voie romaine reliant Évreux à Condé-sur-Iton et au Mans, en vis-à-vis d’un vaste enclos hybride compartimenté situé de l’autre côté de la voie (fig. 2).

Fig. 3. Carte des enclos repérés en prospection aérienne sur le canton de Damville (DAO : J.-N. Le Borgne et G. Dumondelle).

L’aqueduc du Vieil-Évreux

13Le parcours de l’aqueduc qui alimente l’agglomération du Vieil-Évreux a été suivi au XIXe siècle depuis son site de destination jusqu’au bois d’Ardennes, à Sylvains-les-Moulins, seule commune du canton où il a été identifié, soit sur une quinzaine de kilomètres environ. Son tracé n’est pas connu au-delà. Il s’agit rarement d’un pont aqueduc et jamais dans le canton de Damville. L’utilisation de murs bahuts a été plus fréquente et la trace d’un tronçon a pu être photographiée en prospection aérienne. Pour le territoire qui nous intéresse, ce parcours est surtout souterrain et le percement de cet ouvrage a été effectué à partir de puits régulièrement espacés. Ces creusements et leurs rejets peuvent être visibles d’avion sous forme de picots alignés, ce qui est le cas le long de la route départementale 51, à la hauteur du Gérier-Arnault.

Fig. 4. Deux des enclos circulaires situés au bord de l’Iton, à Roman (cliché : J.-N. Le Borgne et G. Dumondelle).

Les enclos circulaires

14La prospection aérienne a permis la découverte de 16 enclos circulaires (ig. 3). Aucun n’est à fossés doubles. Dix sont situés en fond de vallée dont sept font sans doute partie d’un même ensemble étendu de part et d’autre de l’Iton, sur les communes de Roman (ig. 4) et Gouville. Les cercles situés sur les plateaux sont tous isolés.

Les autres enclos

15On en dénombre 140 dont 90 sont complets. L’approximation de ce décompte découle de l’incertitude sur la nature de certaines structures photographiées, en raison de données partielles, ou de la confusion possible entre des fossés délimitant des enclos ou marquant des limites parcellaires. Trois de ces enclos présentent un plan qualiié parfois de précurseur de celui des villæ galloromaines du nord de la Gaule, composé d’un grand enclos quadrilatéral ouvert le plus souvent à l’est, englobant dans sa partie ouest un enclos plus petit ouvert dans la même direction (siège d’un domaine agricole ou sanctuaire ?). Les enclos quadrilatéraux sont les plus nombreux, environ 120. Leur taille très variable va de 3,6 ha à Buis-sur-Damville à moins de 100 m2 à Manthelon. Trois sont à fossés doubles. Quelquesuns ont une forme trapézoïdale plus marquée, d’autres sont compartimentés. Une vingtaine sont curvilignes ou hybrides, avec des fossés partiellement courbes ou des angles fortement arrondis. On remarque aussi des enclos groupés comme à Avrilly, Corneuil, Buis-sur-Damville (fig. 5) ou Grandvilliers.

Fig. 5. Un ensemble étendu d’enclos à Buis-sur-Damville (cliché : J.-N. Le Borgne et G. Dumondelle).

Les voies et les chemins

16Le réseau viaire du canton est dominé par trois axes qui dessinent un triangle encadrant la région étudiée : deux voies romaines dont l’emprise dépasse les 20 m, identifiées de longue date, et un chemin moins large assez rectiligne (fig. 6).

17La première voie, au nord-ouest, reliant Évreux à Condé-sur-Iton (tronçon de la voie Évreux-Le Mans), occupée par des routes actuelles ou des chemins ruraux, suit la limite de la commune de Villalet puis celle de Manthelon avant de traverser une partie de cette commune et celle de Gouville. Elle était déjà connue et la prospection aérienne n’a pas apporté d’information nouvelle. La deuxième, au sud, relie Condé-sur-Iton à Nonancourt (tronçon de la voie Lisieux-Dreux). Moins suivie par le réseau routier actuel, elle effleure Roman avant de traverser la commune de Grandvilliers. La prospection aérienne a bien précisé son tracé à travers champs, notamment à la frontière entre Roman et Dame-Marie (sur le canton de Breteuil), où elle dessine une courbe suivie d’une contre courbe, surprenante entorse à la linéarité pour une voie de cette importance sur terrain plat.

Fig. 6. Carte des voies et chemins vus en prospection aérienne sur le canton de Damville (DAO : J.-N. Le Borgne et G. Dumondelle).

18Un apport notable de la prospection aérienne est la mise en évidence sur plus de 16 km d’un troisième axe. Il est orienté nord-ouest/sud-est comme l’essentiel du réseau hydrographique du plateau (vallons actifs ou secs), souvent matérialisé par de petits boisements. Venant de la commune des Ventes (canton d’Évreux-Sud), il traverse les communes de Sylvains-les-Moulins, Corneuil et Buis-sur-Damville avant de continuer sur Moisville et Marcilly-la-Campagne, dans le canton de Nonancourt.

19De nombreux fragments de chemins repérés dans le canton de Damville semblent aimantés par ces trois axes. Ils suggèrent des dessertes de la campagne environnante.

Les parcellaires et les lignes isolées

20Toutes les structures non identifiables à des travaux récents ou à des tracés figurant sur le cadastre napoléonien sont retenues dans le cadre des prospections aériennes conduites par Archéo 27. Partant de ce principe, de nombreuses traces sont enregistrées mais difficilement qualifiables. Il a déjà été fait allusion ci-dessus à la limite floue qui peut exister entre un fossé d’enclos et une limite parcellaire. Dans le canton de Damville, environ 75 de ces structures sont assimilables à des éléments de parcellaire en raison notamment de leur densité, de leur organisation ou de leurs relations avec des chemins. Près de 65 autres restent considérées comme de simples lignes parfois très longues ou très marquées.

Conclusion

21Cette synthèse sur la prospection archéologique aérienne au-dessus du canton de Damville reflète un état de la recherche forcément provisoire. La campagne de 2015, avec son lot d’ajouts et de précisions, est là pour le rappeler. On peut cependant retenir la confirmation de la faible densité de sites repérés au centre du territoire, le long du cours de l’Iton, 13 ans après une première synthèse, malgré des données ayant plus que doublé. Notons aussi le petit nombre de bâtiments antiques fondés en dur, qui confirme un fait déjà constaté pour l’ouest et le centre du département. Remarquons surtout que sept de ces établissements, soit environ la moitié, sont des sanctuaires. Les habitats étaient-ils construits en matériaux périssables ?

Bibliographie

Bibliographie

Le Borgne V., Étienne-Eudier A., Le Borgne J.-N., Eudier P. et Dumondelle G. (2002) – Archéologie aérienne dans l’Eure. Caudebec-les-Elbeuf, Page de Garde, 101 p.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Le sanctuaire gallo-romain de Thomer-la-Sôgne, le plus vaste découvert en prospection aérienne dans l’Eure, son aire sacrée dépasse 30 ha (cliché : J.-N. Le Borgne et G. Dumondelle).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4219/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 2. Les Essarts. Le long de la voie romaine Évreux-Le Mans, un bâtiment et un système d’enclos en vis-à-vis (cliché : J.-N. Le Borgne et G. Dumondelle).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4219/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 3. Carte des enclos repérés en prospection aérienne sur le canton de Damville (DAO : J.-N. Le Borgne et G. Dumondelle).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4219/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Légende Fig. 4. Deux des enclos circulaires situés au bord de l’Iton, à Roman (cliché : J.-N. Le Borgne et G. Dumondelle).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4219/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Fig. 5. Un ensemble étendu d’enclos à Buis-sur-Damville (cliché : J.-N. Le Borgne et G. Dumondelle).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4219/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 6. Carte des voies et chemins vus en prospection aérienne sur le canton de Damville (DAO : J.-N. Le Borgne et G. Dumondelle).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4219/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 416k

Auteurs

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540