Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Conches-en-Ouche, 5 et 6 juin 2015

 | 
Jean-Paul Ollivier

Évolution chronologique et organisation spatiale de l’occupation du sol de la commune de Saint-Pierre-de-Varengeville (Seine-Maritime), de la Préhistoire à nos jours

Chronological evolution and spatial organisation of the use of the land in the Saint-Pierre-de-Varengeville commune (Seine-Maritime), from the Prehistoric age to the modern day

Bruno Aubry, Véronique Théron et Vincent Tessier
Avec la collaboration de Yves-Marie Adrian, Michel Bobet, Dagmar Lukas, Christelle Maret et François Kerrouche

Résumé

La commune de Saint-Pierre-de-Varengeville connaît depuis une dizaine d’années plusieurs opérations de diagnostic archéologique. Elles ont porté sur des surfaces plus ou moins importantes de son territoire, principalement à l’ouest du village, et ont permis de mettre au jour des sites inédits. La compilation des données collectées avec celles de la carte archéologique, élaborée par le service régional de l’archéologie, permet de dresser un inventaire cartographique et chronologique plus précis.

Several archaeological surveys have been carried out in the commune of Saint-Pierre-de-Varengeville over the last ten years. They have focused on smaller or larger areas of the territory, mainly to the west of the village, and they have revealed previously unknown sites. The compiling of the data collected with the data from the archaeological map, which was drawn up by the regional archaeology service, enables a more precise cartographic and chronological inventory to be produced.

Texte intégral

  • 1 Je tiens à remercier les différents acteurs qui ont, de près ou de loin, contribué à l’élaboration (...)
  • 2 Diagnostics de C. Maret en 2005, D. Lukas en 2009, M. Bobet en 2012 et B. Aubry en 2014.

1Cet article présente un bilan des données recueillies depuis plusieurs décennies lors de découvertes fortuites ou de diagnostics archéologiques réalisés en amont de travaux d’aménagement1. L’idée de travailler sur l’organisation du territoire de Saint-Pierre-de-Varengeville depuis son origine jusqu’à l’époque contemporaine est née lors de la réalisation du diagnostic effectué en janvier 2015 (Aubry, 2015). À l’issue de cette opération, des informations, qui dépassaient largement le cadre du projet, sont venues compléter celles qui avaient été accumulées durant les travaux antérieurs2. Ainsi, pas moins de 35 ha ont été évalués, majoritairement à l’ouest de la commune. Ils permettent d’interpréter des vestiges datés du Paléolithique moyen à la fin de la seconde guerre mondiale

Topographie générale et géomorphologie

2La commune de Saint-Pierre-de-Varengeville domine la boucle de Duclair située en contrebas. Elle est implantée sur un territoire géographique de « transition », entre les plaines lœssiques du Pays de Caux, au nord, et le rebord de la rive droite de la Seine, au sud (fig. 1). Cette situation géologique a généré des érosions des sols de surface. Le paysage est ondulé et entaillé, au nord, par la petite vallée de l’Austreberthe, affluent de la Seine et au sud par le talweg du « Bois de Melmont ». D’autres talwegs, perpendiculaires aux deux vallées principales (la Seine et l’Austreberthe), créent des espaces très érodés où affleurent les pavages à silex (fig. 2).

3Des sondages profonds ouverts en 2014 permettent d’observer des séquences sédimentaires épaisses de 2 m en moyenne. Leur lecture livre les derniers épisodes glaciaires de cette partie du territoire, avec le développement de paléosols et de sols crioturbés.

Fig. 1. Localisation du site (DAO : F. Carré).

Fig. 2. Profil stratigraphique nord-sud du thalweg (DAO : V. Théron).

Découverte d’industrie du Paléolithique moyen

4En 2013, deux séries bien distinctes attribuées au Paléolithique moyen sont découvertes, l’une à 1,80 m de profondeur (locus 1) et l’autre (série blanche) directement sur un pavage à silex (locus 2 ; fig. 3).

5L’unité stratigraphique enveloppant le locus 1 est composée d’un limon brun orangé plus ou moins argileux et grumeleux. D’éventuelles traces de polygones de gel apparaissent à la base de cet horizon.

6Le locus 1 a fourni 45 pièces en silex. Une ouverture mécanique sur une surface d’un peu plus de 20 m2 a permis d’approcher l’épicentre d’un amas de débitage développé. En raison de sa faiblesse numérique, la série offre une analyse limitée de la finalité du débitage. Il n’est pas possible de préciser s’il existe une ou plusieurs séquences de réductions et si plusieurs blocs de silex ont été utilisés. Toutefois, la série fournit des produits techniques de façonnage qui émanent de l’élaboration d’outils bifaciaux. Ils peuvent résulter de l’entretien de convexités des surfaces de débitage pour, par exemple, une exploitation centripète de nucléus ou lors de leur phase préparatoire. Les nucléus attestent un débitage unipolaire récurrent périphérique conduit depuis un seul plan de frappe, ainsi qu’un débitage récurrent bipolaire semi-tournant, mené depuis deux plans de frappe opposés. L’absence de pièce d’initialisation et de raccord n’autorise pas à préciser le concept volumétrique de type Seclin, mais ce point mériterait d’être développé. Toutefois, la finalité du débitage, où la méthode Levallois semble employée, est de produire des supports allongés. La présence de petits éléments (esquilles) confirme également que le locus est bien préservé et n’a subi que très peu de déplacements taphonomiques.

7Lors de l’ouverture d’un sondage complémentaire, à un peu plus de 60 m à l’est de la concentration principale, un éclat de débitage de type Levallois a été découvert dans le même environnement sédimentaire. Dans l’état actuel des investigations, il n’est pas possible de déterminer si nous sommes en présence d’une seule et même aire de débitage. Ces vestiges du Paléolithique sont comparables aux occupations fouillées sur les sites de « La Vatine » à Mont-Saint-Aignan (Aubry, 2000) et d’Etoutteville (Delagnes, 1994), en Seine-Maritime, ou ceux de la ZAC du « Long Buisson », à Guichainville, dans l’Eure (Cliquet et Marcigny, 2007).

Fig. 3. Indices d’occupation du Paléolithique moyen (clichés : B. Aubry ; DAO : V. Théron)

Des vestiges du Néolithique

8Dans les années 1960 et 1970, plusieurs pièces lithiques ont été trouvées au cours de ramassages de surface dans la partie sud-est du village, le long de la RD 43, sur une parcelle d’un peu plus de 5 ha aujourd’hui lotie (Rimbault et Broglio, 1978). Il s’agit de deux haches polies, dont une en roche verte (dolérite ?), et d’une petite série de silex taillés.

9Deux diagnostics récents, à l’ouest du bourg, fournissent également des informations sur l’occupation du secteur au Néolithique (Aubry, 2014 et 2015). Des foyers, quelques trous de poteaux, une fosse et une petite zone de débitage ont été mis au jour (fig. 4). De l’industrie lithique et quelques rares tessons sont issus de ces creusements mais l’essentiel du mobilier provient du comblement de chablis. Les foyers sont appareillés à l’aide de silex et de rares fragments de grès. L’un d’eux se singularise par un creusement circulaire de 0,8 m de diamètre pour une profondeur de 0,3 m. Ses parois sont verticales et en partie rubéfiées, sur 0,15 m de hauteur. La fosse est comblée par un limon noir incluant des boulettes d’argile rubéfiée. Un foyer analogue est connu sur le site d’Alizay ; il est attribué au Néolithique moyen II, autour de 4 300 à 3 500 ans avant notre ère.

Fig. 4. Indices d’occupation du néolithique (clichés : S. Le Maho ; DAO : V. Théron).

  • 3 C. Marcigny et S. Mazet, RFO en cours.

10Ces vestiges néolithiques peu ou pas structurés évoquent quelques sites normands situés en fond de vallée de la Seine, comme Alizay, « Le Port au Chanvre3 » et en rebord de plateau, comme Saint-Vigor-d’Ymonville (Marcigny, 2001). Ce dernier présente le même type d’occupation au Néolithique moyen.

11Le mobilier recueilli lors des diagnostics de 2013 et 2015 est peu caractéristique. Cependant, la présence de tessons de céramiques dégraissées à l’os constitue un indice pour une datation du Néolithique moyen II.

Des vestiges de l’âge du bronze ancien et final

12L’âge du bronze est également peu représenté. Il est illustré principalement par des enclos circulaires et du mobilier céramique ou lithique provenant parfois de lambeaux de sols ou de quelques chablis (fig. 5). Aucune trace d’habitat ni de parcellaire n’a été observée.

  • 4 Mission IGN 1985 (photo-interprétation : B. Aubry et P. Rainsard, 1990).

13Sur un cliché vertical de l’IGN, on devine une concentration de quatre, voire cinq enclos circulaires4. Ils sont localisés à un peu plus de 800 m au nord de l’enclos observé lors du diagnostic de 2015 (Aubry, 2015). Leur diamètre avoisine 20 m, mais la prospection au sol ne confirme pas leur existence. Dans la région, il n’est pas rare de rencontrer ce type de concentration lors d’opérations de terrain sur de grandes surfaces ou en prospection aérienne. Cette dernière, menée par l’équipe de l’association Archéo 27, porte néanmoins essentiellement ses fruits dans le département de l’Eure, où la couverture limoneuse est beaucoup moins importante qu’en Seine-Maritime. Ces enclos sont parfois regroupés en véritables nécropoles tumulaires implantées sur des plateaux et leurs bords, comme celles qui ont été fouillées depuis un peu plus d’une dizaine d’années en Seine-Maritime, à Grand-Couronne (Kliesch, 2012), ou dans l’Eure, à Ferrières-Haut-Clocher (Berranger, 2010) et Nonancourt (Kliesch, 2009 et 2010).

14Le diagnostic mené à Saint-Pierre-de-Varengeville en 2015 a, quant à lui, permis de mettre en évidence un enclos circulaire de 7 m de diamètre, marqué par un fossé large de 0,7 m. Il se trouve un peu en hauteur par rapport à la plaine environnante. Des tessons de céramique de couleur brun-orangé, fortement dégraissés au silex, ont été retouvés in situ, tandis qu’un autre élément de forme est issu d’une fosse ou chablis proche (fig. 5).

15Les opérations antérieures menées à l’échelle communale révèlent une organisation spatiale difficile à appréhender car si des habitations pérennes ont été bâties, très peu de traces sont parvenues. Il est toutefois possible que les diagnostics n’aient pas touché le cœur des habitats.

16L’examen des éléments mobiliers (céramique et industrie lithique) de leurs contextes de découverte permet d’affiner un peu la chronologie. Les objets retrouvés en 2005 (Maret, 2005), principalement des éclats de silex et une poignée de tessons, indiquent une fréquentation à la fin de l’âge du bronze. Un foyer apparenté à un four « en huit », accompagné d’un petit ensemble de vestiges céramique et lithique, corrobore également cette datation. L’opération de 2015 (Aubry, 2015) a révélé des trous de poteaux et une probable fosse de rejet. Cependant, aucun plan de bâtiment n’y est identifié. La céramique issue de ces faits montre essentiellement des récipients de stockage d’influence MMN (Manche-mer du Nord ; fig. 5).

17Il est donc envisageable que le territoire de Saint-Pierre-de-Varengeville ait abrité une occupation en aire ouverte du Bronze final, sur une vaste étendue. En l’absence de fouille d’envergure, il ne sera pourtant pas possible d’étayer telle ou telle hypothèse. Grâce à la comparaison avec des sites régionaux, les éléments disponibles plaident néanmoins en faveur d’une mise en place de l’organisation du territoire entre la fin de l’âge du bronze et le début du premier âge du fer. Il est toutefois important, de relever l’absence, en Haute-Normandie, d’éléments de parcellaire dès le Bronze ancien, à la différence des exemples bas normands.

Fig. 5. Indices d’occupation de l’âge du bronze (clichés : C. Maret et D. Breton ; DAO : S. Le Maho et V. Théron).

Mise en place d’une organisation parcellaire à l’âge du fer

18L’âge du fer est très représenté sur la commune, comme l’attestent les comptes-rendus de ramassages et de surveillances de travaux des années 1960-1970. Les études de l’époque précisent la présence récurrente de mobilier céramique laténien, souvent mêlé à des éléments antiques. La localisation de ces découvertes se concentre au nord de l’église, sur le terrain de sport et ses abords immédiats.

19J.-P. Saforge relate l’une de ces découvertes : « La construction de 15 pavillons au nord de l’église vers 1962 a permis de mettre au jour des tessons de La Tène III (grands vases et bols épais, à pâte grossière dont la couleur varie du brun rougeâtre au noir) contenus dans une couche de terre noire riche en charbon de bois et silex brûlés qui remplissaient une fosse : le tout était recouvert d’une couche de terre grise épaisse de 40 cm qui renfermait quelques tessons romains avec des vases, des assiettes, des cruches, de petites amphores en poterie commune, de la céramique commune, de la sigillée… Les déblais ont donné 4 parties supérieures de meules à broyer en poudingue. M. Lecomte a recueilli une fibule en fer simple. Il a relevé la coupe d’un fond de cabane de l’époque de La Tène et pense être devant les restes d’un hameau d’agriculteurs, constitué de quelques cabanes (pas de traces de substructions), habité de la fin de la période de La Tène à l’époque romaine. »

20Cette description lacunaire est aujourd’hui complétée par l’apport des différentes opérations de diagnostic qui, bien qu’elles se concentrent presque exclusivement dans la partie ouest du village, offrent une lecture assez claire de l’organisation du territoire au cours de La Tène, puis durant l’Antiquité (fig. 6). Les opérations de 2014 et 2015 ont mis en évidence des espaces voués à l’habitat et aux activités domestiques tandis que celles de 2005, 2009 et 2012 révèlent un parcellaire plutôt lié au pacage. Les plans issus de ces opérations montrent également des espaces peu occupés et pauvres en mobilier.

21Les réseaux fossoyés semblent se mettre en place assez tôt, durant La Tène D, comme l’atteste le mobilier céramique. Cette organisation est vraisemblablement liée à la présence de l’éperon barré dit « Le Catelier », distant d’environ 1 800 m à l’ouest du diagnostic de 2015 (Aubry, 2015). Ce site est installé sur un promontoire au niveau de la confluence entre la Seine et l’Austreberthe, dans le « Bois de la Fontaine ». Dominant la vallée, le camp est protégé par un puissant talus de pratiquement 7 m de hauteur sur sa façade, elle-même accentuée par un fossé de 9 m de profondeur. Ce dispositif renforce le côté monumental de l’aménagement. Une entrée est visible au centre de la fortification. Elle est aménagée dans l’axe d’un chemin dont une portion orientée est-ouest a été mise au jour au cours du diagnostic de 2015 (fig. 7). Il semble se poursuivre jusqu’au cœur du village actuel, sur la même orientation que l’actuelle RD 43.

Fig. 6. Indices d’occupation de l’âge du fer (cliché : image Lidar GIPSA-ONF-DRAC ; DAO : V. Théron).

22Large d’un peu plus de 12 m, le chemin est bordé par une série de fossés parallèles encadrant un empierrement en silex plus ou moins grossier légèrement bombé. Il est très certainement aménagé dès La Tène D2, comme le suggère la présence d’éléments céramique de type « Veauvillaise » découverts dans le comblement des fossés bordiers, qui pour certains apparaissent légèrement sous le dernier état de la chaussée.

23Si les diagnostics de 2013 et de 2015 révèlent également dans le même secteur des concentrations de trous de poteaux, des fosses de rejets etc., peu de fossés traduisent la présence d’enclos d’habitat. Leur largeur (de 1,2 m au maximum) et profondeur (moins d’1 m) ne sont pas significatives. Il est donc fort possible que ces occupations fonctionnent avec le site « du Catelier ». Les regroupements de bâtiments, inscrits dans des trames parcellaires, semblent lui avoir servi d’annexes.

L’Antiquité

24Les indices antiques sont majoritairement regroupés au cœur du village (fig. 8). Légèrement en retrait, deux autres concentrations de vestiges étendent l’occupation antique au sud-est. La documentation relative aux découvertes anciennes est lacunaire mais permet de dégager les grandes lignes chronologiques et de définir la nature des vestiges sans apporter plus de précisions. Une série de photos prises lors de terrassements montre des maçonneries en silex et en calcaire liés au mortier. La robustesse des soubassements, avec parfois une largeur de près d’1,10 m, suggère la présence d’un ou plusieurs bâtiments principaux. Le mobilier céramique et métallique recueilli dans l’environnement de ces fondations indique une chronologie entre le Ier et le IIIe siècle de notre ère.

Fig. 7. Plan de situation du site fouillé en 2015 par rapport à l’oppidum (cliché : image Lidar GIPSA-ONF-DRAC ; DAO : V. Théron).

Fig. 8. Interprétation de l’aménagement du territoire sous le Haut-Empire (clichés : G. Broglio et B. Aubry ; DAO : V. Théron).

25Plus récemment, des diagnostics localisés à l’ouest du village ont fourni des informations sur l’organisation de l’espace et précisent la chronologie de certains faits. Ces opérations (Maret, 2005 ; Lukas, 2009 ; Bobet, 2012) ont principalement mis en évidence des réseaux de fossés ainsi qu’un chemin orienté nord-sud. Des terres cuites architecturales et de la céramique datent l’origine de cette structuration au Ier siècle de notre ère. Il est également important de signaler que ces espaces n’ont livré aucune trace de construction, ce qui tend à montrer qu’ils sont réservés à la culture et au pacage. En revanche, les diagnostics de 2013 et de 2015 révèlent essentiellement des activités artisanales. Il s’agit au nord d’une officine de tuiliers avec au moins trois fours, deux bâtiments, dont un doté d’un petit cellier appareillé avec des blocs de calcaire, le tout entouré d’un réseau fossoyé largement ouvert à l’est. Le mobilier céramique découvert dans certaines fosses et fossés est compris entre le Ier et le IIe siècle de notre ère. Directement à l’est de cet espace artisanal, aucun vestige archéologique n’a été repéré, sur près d’un hectare (fig. 8).

26Plus au sud, et attenant à la voirie antique, un enclos quadrangulaire à double fossés d’un peu plus de 30 m de côté accueille une seconde zone artisanale tournée vers la paléo-métallurgie. Les déchets collectés dans les différentes structures révèlent la présence d’une forge (culots) et, dans une moindre mesure, d’une activité de réduction (scories coulées). La surface délimitée montre une forte anthropisation par les rejets de scories, et surtout par une coloration très sombre des sols environnants. Au sein de ces sédiments, des bâtiments sont construits sur poteaux calés à l’aide de tegulae et parfois de blocs calcaires. Ces construction accueillent des fours en fosses : faut-il y voir des abris protégeant les activités métallurgiques ? Le mobilier, et plus particulièrement la céramique, situe cette activité durant le IIe siècle de notre ère, c’est-à-dire en même temps que l’industrie tuilière repérée de l’autre côté de la voie.

27Par ailleurs, un petit espace funéraire est installé directement au sud de la voirie. Il regroupe un peu moins de 10 sépultures secondaires à incinération qui appartiennent à la même fourchette chronologique que les activités artisanales (Ier et IIe siècles). Plus au sud-est, des fosses de grandes dimensions creusées dans des limons beige-orangé pourraient correspondre à des fosses d’extraction pour la confection des terres cuites architecturales. Ces creusements sont par la suite comblés de sédiments stériles et aussi de mobilier datant du IIe et du début du IIIe siècle de notre ère.

28Ce secteur artisanal antique est desservi par un petit chemin bordé de fossés. Son parcours sinueux traverse les emprises sondées du nord-ouest au sud-est. Il longe en partie l’atelier métallurgique ainsi que l’officine de tuiliers (fig. 7).

  • 5 Par B. Aubry (RFO en cours).

29La cartographie des occupations antiques illustre une organisation articulée autour d’une voirie empierrée et de chemins secondaires en terre. Le cœur de l’occupation parait se développer dans la partie centrale du village actuel, avec des constructions maçonnées trahissant la présence d’un ou plusieurs bâtiments imposants. Un autre diagnostic conduit à la fin de l’année 20155, sur une surface d’un peu plus de 1,3 ha à l’est du village, au chevet de l’église paroissiale, apporte des informations significatives à ce sujet. Les sondages ont en effet confirmé la richesse archéologique de cette partie du village qui concentre l’essentiel de l’occupation gallo-romaine : au moins cinq bâtiments sur radiers de calcaire et de silex s’organisent suivant une trame est-ouest et nord-sud à partir d’un talweg axé nord-est/ sud-ouest. Ces bâtiments sont compris au sein d’un horizon sédimentaire fortement anthropisé, constitué par un limon sombre plus ou moins argileux. Suivant les secteurs, ce sol est très riche en mobilier antique (Ier-IIIe siècles). Des zones de rejet de déchets domestiques, voire artisanaux, dont ceux d’une probable boucherie, occupent les abords de ces constructions. Un bâtiment maçonné a également été identifié dans la partie sud de l’emprise. Il a été en partie récupéré mais des fragments d’enduits peints suggèrent une fonction d’habitat.

30En regard de toutes les découvertes relatives à l’Antiquité, il est fort possible que Saint-Pierre-de-Varengeville corresponde à un vicus organisé de part et d’autre de la voie Rouen-Lillebonne. Les activités les plus polluantes ou les plus dangereuses semblent avoir été installées à l’ouest, proches des axes de circulation pour faciliter le transport des matières premières ainsi que l’expédition des marchandises. Ces artisanats demandent beaucoup de combustible, pour alimenter les fours de tuiliers comme ceux de forge ou de réduction. Ces aménagements, couplés à de vastes surfaces vides, plaident en faveur d’aires de production installées en marge des habitats principaux situés sous le village actuel.

Le Moyen Âge et l’époque moderne

  • 6 Par P. Fajon en 2000. Information orale de l’auteur.

31Pratiquement aucun indice archéologique médiéval n’a été recensé sur la commune, que ce soit dans les données de la carte archéologique ou bien lors des différentes opérations de terrain. Quelques tessons de céramique du XVIe siècle ont été récoltés lors de sondages archéologiques effectués au lieu-dit « Du Bas Aulnay6 ». Le village ne conserve que très peu d’éléments architecturaux de ces époques. Il faut attendre le XVIIIe siècle et surtout le XIXe siècle pour qu’il adopte sa physionomie actuelle.

32Durant la période contemporaine, le village est tourné vers l’agriculture et les activités de briqueteries. L’un de ces ateliers, comprenant notamment un four et des fosses d’extraction d’argile, a été découvert lors d’un diagnostic (Lukas, 2009).

La seconde guerre mondiale

33À l’automne 1944 et dès la libération du Havre, le département de la Seine-Inférieure (actuelle Seine-Maritime) fut choisi par le Haut Commandement des forces armées américaines pour l’implantation de camps, afin de servir de bases d’arrivée et de regroupement de ses unités (fig. 9). Le diagnostic archéologique de 2015 a mis au jour une petite partie d’un vaste camp de repos et de transit pour soldats américains, le camp Twenty Grand (nom d’une marque de cigarettes commercialisée aux USA jusqu’en 1946). Son aménagement fut confié à la 89e division d’infanterie américaine (Combat Command nr. 3) placée sous les ordres du général Finlay. Dès la capitulation allemande et avec la reprise de l’activité de la zone portuaire du Havre, la division fut affectée à la gestion du camp destiné au rapatriement de certaines troupes sur le sol américain, ou au départ d’autres unités vers le Pacifique.

34La partie orientale du camp était destinée aux prisonniers allemands. Ces derniers étaient employés pour la remise en état des infrastructures détruites, le déminage ou la relève des sépultures provisoires. Cinq autres camps furent entre temps installés dans la région par les autorités américaines et eurent d’autres fonctions ou affectations, comme celle de l’accueil des blessés ou des prisonniers de guerre américains revenant d’Allemagne.

Fig. 9. Camps US implantés en Seine-Maritime (DAO : S. Le Maho).

35Après le retour de la plus grande partie des troupes aux USA, ces camps furent définitivement fermés, à la fin de 1945 ou au début de 1946, après seulement quelques mois, voire tout au plus une année d’existence.

Le camp Twenty Grand

36 Twenty Grand fut aménagé sur la commune de Saint-Pierre-de-Varengeville de part et d’autre de la RD 43 menant à Duclair. La proximité de la Seine favorisant les liaisons, notamment vers le Havre, avait sans doute motivé le choix de cette implantation. Le camp était, à l’origine, réservé aux soldats réformés et à ceux de plus de 42 ans ayant obtenu un nombre de points suffisants, en fonction de différents critères (ancienneté acquise, décorations obtenues, etc.), leur permettant d’être démobilisés et rapatriés plus rapidement. Il occupait une superficie relativement importante, probablement plus d’une centaine d’hectares ; les sondages archéologiques ne semblent avoir touché qu’une partie assez restreinte et marginale de son emprise (fig. 10).

37Un important réseau d’infrastructures constitué de routes goudronnées, de parcs de matériel et de véhicules, de réseaux d’éclairage ou d’adduction d’eau avait été créé. Les structures retrouvées lors des sondages ont été identifiées comme des fosses dépotoirs, des latrines, des trous de poteaux et des ornières ou fossés de drainage. Des vestiges du réseau d’adduction en eau potable ou en carburant ont également été observés sous forme de canalisations en fonte ou en acier et sont encore en place.

38Le camp Twenty Grand a été fermé au début de 1946 et la salle des fêtes implantée dans son enceinte a été démontée et reconstruite en centreville, où elle sert encore de salle d’activités.

Le témoignage d’un habitant

39Claude Godard, habitant de Saint-Pierre-de-Varengeville, est né en 1935. Il a bien connu dans son enfance le camp Twenty Grand et se souvient encore de nombreux détails qui nous permettent aujourd’hui d’avoir une idée plus précise de son organisation. Il raconte que la parcelle du diagnostic archéologique de 2015, était une zone affectée aux cantines, abritées sous des tentes. Un camp de prisonniers allemands était situé à seulement quelques dizaines de mètres au nord-ouest. D’après ses propres termes, ce dernier « ressemblait plus à un bidonville, fait d’éléments hétéroclites, qu’à un véritable camp ».

Fig. 10. Le Camp Twenty Grand (clichés : Marquis et al., 1994 ; extrait de la mission IGN de 1947, C1711-0051_1947-F1711-1911_0011, Cl. 11 © IGN).

  • 7 Propos recueillis avec la collaboration de Céline Godard, sa petite-fille ; archéologue responsabl (...)

40Il se rappelle également la présence de soldats de couleur, affectés à l’entretien et à la réparation des nombreux véhicules (jeep, half-tracks et blindés)7.

Le mobilier archéologique

41Les objets retrouvés proviennent exclusivement du comblement des différentes structures mises au jour en 2015. Ils appartiennent à plusieurs catégories d’ustensiles d’origine américaine : équipement militaire, denrées alimentaires, pièces détachées de véhicules (rétroviseur, banquette) et matériaux de construction. Ces derniers devaient être récupérés directement sur le camp, car une grande partie de celui-ci est implanté sur des matériaux de démolition des villes de Rouen et du Havre. En effet, dès la libération de ces villes, le génie américain a fait transiter en un temps record une noria de camions afin de construire le camp. Ils montaient par la côte de Duclair, qui fut élargie à cette occasion.

42Des objets d’origine allemande, française et parfois britannique ont également été retrouvés dans les fosses. Ils sont fréquemment le fruit de récupérations ou de trocs avec la population locale ou les prisonniers. Le plus souvent, ces objets étaient échangés contre des denrées de première nécessité ou des vêtements, dont l’armée américaine était abondamment pourvue. Cette pratique a été confirmée par le témoignage de M. Godard.

Quelques objets

Les équipements militaires

43Cette catégorie regroupe un nombre important d’effets de dotation individuelle réglementaire, d’accessoires ou d’éléments d’uniformes dont certains ont été particulièrement bien conservés. La plupart portent plusieurs types de marquages de fabrication et des instructions qui renseignent sur leur origine ou sur la façon de les utiliser. Même à l’état de fragments, la majorité de ces objets reste identifiable à l’aide d’une bonne documentation. Ils sont caractéristiques de l’équipement des forces armées américaines. D’autres éléments métalliques destinés à une utilisation collective (accessoires d’assemblage de tentes ou d’articulation de lits pliants) entrent également dans cette catégorie.

44Boussole (fig. 11) : portée au poignet à l’aide d’une sangle, elle était en dotation dans l’ensemble des forces armées américaines et pas seulement dans les troupes aéroportées ; ce modèle porte deux types de marquages, ceux définis par l’arme du génie (Corps of Engineers) et ceux qui identifient le fabricant.

Fig. 11. Boussole (cliché : S. Le Maho).

45Torche (fig. 12) : torche électrique de dotation (flashlight) fabriquée en plastique ; elle porte plusieurs types de marquages qui identifient le type (TL-122-B), le modèle de torche (B) et le nom du fabricant ; les lettres WAC ont été gravées sur le corps de la lampe et représentent soit les initiales de son propriétaire, ce qui semble relativement probable, soit les initiales du Women Army Corps, un corps d’auxiliaires féminines présent dans l’armée américaine.

Fig. 12. Lampe torche (cliché : S. Le Maho).

46Pansement (fig. 13) : pansement de dotation individuelle encore conservé dans sa boîte métallique étanche ; il s’agit d’un modèle breveté en août 1916 encore en usage pendant la seconde guerre mondiale, couramment accompagné à partir de 1941 d’un sachet de sulfanilamide (anti-infectieux et anti-hémorragique).

Fig. 13. Boite de pansement (cliché : S. Le Maho).

47Cuillère (fig. 14) : cuillère de dotation individuelle fabriquée en acier inoxydable ; elle porte la marque de nationalité (US) ainsi que le logo et la marque de fabrication (SILCO STAINLESS).

Fig. 14. Cuillère US (cliché : S. Le Maho).

48Couteau (fig. 15) : couteau de dotation individuelle, modèle « M-1926 » avec un manche en matière plastique ; il porte la marque de nationalité (US).

Fig. 15. Couteau US (cliché : S. Le Maho).

49Cuillère (fig. 16) : cuillère de dotation fabriquée en acier inoxydable ; elle provient du Medical Department dont elle porte les initiales et la marque de nationalité (… USA), de même que celle de fabrication (SILCO STAINLESS) ; destinée à l’origine à l’alimentation des blessés, ce type d’objet faisait régulièrement l’objet de récupération de la part des troupes.

Fig. 16. Cuillère MDUSA (cliché : S. Le Maho).

50Boîtes à boucles et boutons pressions (fig. 17) : boîte de graisse destinée à l’entretien des brodequins militaires, réutilisée pour y placer un lot d’œillets, de passants, de mousquetons et de boutons pressions type « lift the dot » ; l’examen de ces différents éléments permet de les attribuer à des systèmes d’attache et de fermeture d’un ou plusieurs sacs à dos, de ceinturons ou de cartouchières ; ces éléments de bouclerie étant communs à plusieurs de ces effets, il n’est pas possible de les quantifier précisément.

Fig. 17. Boîte de graisse (cliché : S. Le Maho).

51Trousse de nettoyage (fig. 18) : pochette en tissu caoutchouté réglementaire, destinée à contenir les accessoires d’entretien du fusil « Garand M1 » ; deux brosses à dents en matière plastique complètent cet équipement standard, composé d’un écouvillon métallique et d’un lavoir à ficelle.

Fig. 18. Trousse de nettoyage (cliché : S. Le Maho).

Les denrées alimentaires

52Les denrées alimentaires sont principalement illustrées par leurs emballages. Certaines d’entre-elles étaient contenues dans les rations alimentaires lyophilisées livrées sous forme de petits sachets (bouillon, café, jus de citron). Des produits d’origine française (vin, cidre, calvados) ont pu être échangés avec la population locale.

53Flacon marron (fig. 19) : flacon avec vestiges d’étiquette de 50 pastilles d’Halazone permettant la purification de l’eau destinée à la boisson ; ces flacons faisaient partie des rations alimentaires ; d’autres contenants de différentes tailles ont été retrouvés ; l’un porte la marque des laboratoires Abbott (ABBOT LAB) qui commercialisaient ce produit ;

Fig. 19. Flacon de pastilles d’Halazone (cliché : S. Le Maho).

54Sachet de café lyophilisé (fig. 20) : de marque NESCAFE, on le retrouve dans les rations alimentaires (rations K, Ten in One) ; il était fabriqué par la société NESTLE’S MILK PRODUCTS INC ; le mode d’emploi figure sur chaque emballage de portion individuelle.

Fig. 20. Sachet de café lyophilisé (cliché : S. Le Maho).

Le soin corporel

55Ces produits d’origine américaine essentiellement fournis par l’intendance militaire sont le reflet de l’abondance et de la diversité des marques disponibles à cette époque aux USA. Les soldats pouvaient acquérir ces produits assez facilement à leurs frais auprès des coopératives militaires ou foyers du soldat, les « PX » (Post Exchange) présents à l’intérieur de chaque camp.

56Flacon de parfum en verre cannelé (fig. 21) : la provenance de ce produit reste encore incertaine ; il pourrait avoir été acheté dans le commerce ou encore au Post Exchange ; plusieurs flacons de parfum identiques ont été retrouvés sur la fouille de Fleury-sur-Orne (Calvados) ;

Fig. 21. Flacon de parfum (cliché : S. Le Maho).

57Tube de dentifrice de marque Squibb (fig. 22) : il s’agit d’un produit commercialisé par « E. R. Squibb & Sons » ; cette firme proposait également une poudre dentifrice contenue dans un flacon métallique ;

Fig. 22. Tube de dentifrice (cliché : S. Le Maho).

58Préservatif (fig. 23) : ce préservatif de marque Texide est conservé dans son emballage d’origine.

Fig. 23. Préservatif (cliché : S. Le Maho).

59Tubes de pommade prophylactique (fig. 24) : l’un d’eux provient d’une trousse contenant un nécessaire de prévention des maladies vénériennes.

Fig. 24. Tubes de pommade (cliché : S. Le Maho).

Les objets de loisirs

60Afin d’améliorer le quotidien des soldats, des manifestations récréatives sont organisées (théâtre, revues, cinéma) ; la presse et des magazines sont mis à disposition et l’approvisionnement du tabac supervisé. Certains objets retrouvés sur le camp témoignent de ces activités de loisirs.

61Balle de ping-pong (fig. 25) : balle en plastique marquée des initiales de propriété (US), fabriquée pour le compte des forces armées américaines ; les sports collectifs tenaient une place importante parmi les activités des soldats et d’autres équipements de sport, comme ceux de base-ball (casque, batte, gants, balles), portant les mêmes marques, leur étaient également fournis.

Fig. 25. Balle de ping-pong (cliché : S. Le Maho).

62Fragments de journaux : l’un d’eux provient d’un quotidien officieux de l’armée américaine, le Stars and Stripes édité sur le théâtre européen d’opérations à partir de 1942. Celui-ci porte en titre les lettres [STARS] AND STRIPES M [EDITARRANEAN], édition méditerranéenne réalisée depuis des bureaux situés à Alger, Tunis, Naples, Rome, Nice ou encore Marseille ; une publicité d’époque pour les ballets russes présentés par S. Hurok, un célèbre impresario américain, y est illustrée ; deux autres fragments marqués en haut de page (… [M] AGAZINE, SUNDAY, S[EPTEMBER]…) correspondent à un magazine dont le titre nous est inconnu ; il porte un dessin humoristique montrant trois personnages dont une femme à droite (fig. 26).

Fig. 26. Fragment de journal (cliché : S. Le Maho).

63Briquet (fig. 27) : briquet à amadou de la marque Dunhill ; il s’agit d’un bien d’achat personnel en argent (sterling silver) comportant deux parties tubulaires parallèles : l’une d’elle maintient la mèche à amadou en place et l’autre porte le système d’allumage, constitué d’un ressort et d’une pierre à briquet.

Fig. 27. Briquet (cliché : S. Le Maho).

Autres objets

64Certains objets n’entrent dans aucune catégorie spécifique, en raison de leur origine. Ils semblent provenir essentiellement de la récupération faite par les soldats, d’objets de prise (objets de valeur, armement, vaisselle, etc.) ou de trocs effectués avec la population.

65Pistolet (fig. 28) : d’origine française ou belge ; le barillet est manquant ; ce type d’arme de poing était en vente libre sur le marché civil, de la fin du XIXe jusqu’au début du XXe siècle ; il est couramment appelé Bulldog ou vélo dog en raison de son usage d’origine, défense des cyclistes contre les morsures des chiens errants ; sa taille et son faible encombrement en fait une arme de poche idéale ; le calibre de la munition semble correspondre au 6,35 mm ; la découverte d’une telle arme « abandonnée » dans le comblement d’une fosse n’est pas sans rappeler l’engouement des troupes américaines pour les armes de prises ou de récupération, qui faisaient l’objet d’un véritable commerce et parfois de trafics ; les armes de poing, les armes blanches, les coiffures ou les drapeaux allemands étaient autant de trophées pris à l’ennemi dont les soldats raffolaient.

Fig. 28. Pistolet (cliché : S. Le Maho).

66 Mug (fig. 29) : tasse en faïence blanche d’origine britannique ; il porte la marque du fabricant, la date de fabrication ainsi que les lettres GR (Georgius Rex) et le chiffre romain VI indiquant le règne de Georges VI (1937-1953). Ce type de mug fut couramment utilisé par les armées britanniques pendant la seconde guerre mondiale.

Fig. 29. Mug (cliché : S. Le Maho).

67Cuillères (fig. 30) : lot de cinq petites cuillères à dessert en argent, d’origine allemande ; la présence de plusieurs types de marques apposées sur chacun de ces ustensiles nous indique le nom du fabricant (F. Schumacher) et le titre (teneur) du métal, qui apparaît sous forme de deux poinçons associés au chiffre 800 ; ce dernier nous renseigne sur la quantité d’argent contenue dans l’ustensile, exprimée en millièmes ; une pellicule d’or recouvre les deux côtés du cuilleron, ce que doit normalement rappeler l’un des deux poinçons ; la période d’apposition du marquage « 800 » identifiant le titre d’argent est comprise entre 1886 et nos jours ; un monogramme, constitué des lettes C B et H entremêlées, d’inspiration Arts déco, complète le décor du manche ; il s’agit habituellement des initiales de l’ancien propriétaire des couverts.

Fig. 30. Lot de cuillères en argent (cliché : S. Le Maho).

68Fiole (fig. 31) : marquée Vicks va-tro-nol et tube en verre (compte-goutte).

Fig. 31. Fiole (cliché : S. Le Maho).

Conclusion

69La commune de Saint-Pierre-de-Varengeville dévoile à travers les données documentaires et les investigations de terrain une image plus précise de son organisation. Les premiers indices d’occupation humaine remontent au Paléolithique moyen. Elle se poursuit du Néolithique au second âge du fer pendant lequel se met en place une trame parcellaire. L’implantation d’un site de hauteur au lieu-dit « Le Catelier » au cours de La Tène, semble être, en grande partie, le moteur de l’organisation territoriale protohistorique.

70Sous le Haut-Empire, un vicus se développe, avec sa trame viaire en place depuis la période gauloise, mais renforcée par des chemins secondaires et des espaces dédiés à des activités artisanales, pour certains accompagnés de sépultures à incinération. D’autres investigations archéologiques offriront certainement des informations complémentaires sur l’occupation antique qui pourrait couvrir plus de 60 ha.

Bibliographie

Bibliographie

Aubry B. (2015) – Saint-Pierre-de-Varengeville, Gargantua-route de Duclair. Rouen, INRAP, Service régional de l’archéologie, 124 p.

Aubry B. et Cliquet D. (2000) – Apport du site Paléolithique moyen de Mont-Saint-Aignan/La Vatine (Seine-Maritime) à la connaissance des processus de mise en œuvre des matières premières lithiques. Rouen, INRAP, Service régional de l’archéologie, 63 p.

Aubry B. et Adrian Y.-M. (2013) – Saint-Pierre-de-Varengeville, route de Duclair-rue de la Briquetterie. Rouen, INRAP, Service régional de l’archéologie, 97 p.

Berranger M. (2010) – Ferrières-Haut-Clocher, rue Sainte-Catherine, rue des Moutiers, « Le Gériot ». Rapport de fin d’opération de fouille archéologique no AP.004. Rouen, MADE, Service régional de l’archéologie, 3 vol., 823 p.

Bobet M. (2012) – Saint-Pierre-de-Varengeville, Chemin de la Messe. Rouen, INRAP, Service régional de l’archéologie, 59 p.

Clarck J.-P. (2002) – La folie des briquets. Flammarion, 373 p.

Cliquet D. et Marcigny C. (2007) – Guichainville et le Vieil-Évreux, « Le Long-Buisson ». Les occupations du Paléolithique, section 2, vol. 2. Rapport final d’opération, 2002-2004. Rouen, INRAP, Service régional de l’archéologie, 263 p.

Delagnes A. (1994) – Rapport de fouille, Etoutteville « Valleville ». A 29, section Le Havre-Yvetot. Un atelier de débitage de lames au Paléolithique moyen. Rouen, AFAN, Service régional de l’archéologie, 39 p.

Enjame H.-P. (2004-2013) – Government Issue. Guide du collectionneur. Paris, Histoire et collections, 2 vol.

Filstroff N. (2014) – La ration Ten in One de l’armée américaine. Militaria, 348, p. 50-51.

Garmond N., Gomes M. et Laudrin F. (2015) – Reims-Bétheny, un camp oublié de prisonniers allemands. Archéologia, 529, p. 66-73.

Kliesch F. (2009) – Nonancourt, future station d’épuration. Rouen, INRAP, Service régional de l’archéologie, 46 p.

— (2010a) – Nonancourt, rue de la Paquetterie, « La Potinière » (future station d’épuration). Un groupe d’enclos circulaires funéraires de l’âge du bronze. Rouen, INRAP, Service régional de l’archéologie, 129 p.

— (2010b) – Nonancourt, rue de la Paquetterie. Une occupation de l’âge du bronze moyen à final au bord de l’Avre. Rouen, INRAP, Service régional de l’archéologie, 42 p.

— (2012) – Grand-Couronne. Le Petit-Essart, Le Clos Saint-Samson. Rouen, INRAP, Service régional de l’archéologie, 64 p.

Lukas D. (2009) – Saint-Pierre-de-Varengeville, route des Lilas, Briquetterie, « Le Bourg Joly ». Rouen, INRAP, Service régional de l’archéologie, 61 p.

Marcigny C. (2001) – Saint-Vigor-d’Ymonville. « Les Sapinettes » et « La Mare des Mares ». Du néolithique ancien au néolithique moyen. Rouen, INRAP, Service régional de l’archéologie, 1, 318 p.

Maret C. (2005) – Saint-Pierre-de-Varengeville, rue de la Paix. Rouen, INRAP, Service régional de l’archéologie, 60 p.

Marquis J.-C., Herson V. et Jourdaine J.-L. (1994) – Les Camps cigarette : les Américains en Haute-Normandie à la Libération. Rouen, Médianes, 64 p.

Rimbault J.-Y. et Broglio G.-B. (1978) – Nouveaux aspects de Saint-Pierre-de-Varengeville. Bulletin de la Société normande d’études préhistoriques, 44, no 4, p. 83-92.

Saforge J.-P. (1964) – Occupations de La Tène III et de l’époque gallo-romaine à Saint-Pierre-de-Varengeville. Bulletin de la Société normande d’études préhistoriques, vol. 38, no 3, p. 89 et 136-139.

Notes

1 Je tiens à remercier les différents acteurs qui ont, de près ou de loin, contribué à l’élaboration de ce travail, notamment : les équipes de fouilles, les bénévoles, Mme le maire de Saint-Pierre-de-Varengeville, les aménageurs privés et publics ainsi que le SRA de Haute-Normandie. Je tiens aussi à évoquer la mémoire de Christel Maret, notre collègue décédée au début de l’année 2015.

2 Diagnostics de C. Maret en 2005, D. Lukas en 2009, M. Bobet en 2012 et B. Aubry en 2014.

3 C. Marcigny et S. Mazet, RFO en cours.

4 Mission IGN 1985 (photo-interprétation : B. Aubry et P. Rainsard, 1990).

5 Par B. Aubry (RFO en cours).

6 Par P. Fajon en 2000. Information orale de l’auteur.

7 Propos recueillis avec la collaboration de Céline Godard, sa petite-fille ; archéologue responsable d’opération en Basse-Normandie (INRAP).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Localisation du site (DAO : F. Carré).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4212/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Légende Fig. 2. Profil stratigraphique nord-sud du thalweg (DAO : V. Théron).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4212/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 317k
Légende Fig. 3. Indices d’occupation du Paléolithique moyen (clichés : B. Aubry ; DAO : V. Théron)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4212/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 430k
Légende Fig. 4. Indices d’occupation du néolithique (clichés : S. Le Maho ; DAO : V. Théron).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4212/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 249k
Légende Fig. 5. Indices d’occupation de l’âge du bronze (clichés : C. Maret et D. Breton ; DAO : S. Le Maho et V. Théron).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4212/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig. 6. Indices d’occupation de l’âge du fer (cliché : image Lidar GIPSA-ONF-DRAC ; DAO : V. Théron).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4212/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 181k
Légende Fig. 7. Plan de situation du site fouillé en 2015 par rapport à l’oppidum (cliché : image Lidar GIPSA-ONF-DRAC ; DAO : V. Théron).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4212/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 294k
Légende Fig. 8. Interprétation de l’aménagement du territoire sous le Haut-Empire (clichés : G. Broglio et B. Aubry ; DAO : V. Théron).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4212/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 438k
Légende Fig. 9. Camps US implantés en Seine-Maritime (DAO : S. Le Maho).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4212/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 215k
Légende Fig. 10. Le Camp Twenty Grand (clichés : Marquis et al., 1994 ; extrait de la mission IGN de 1947, C1711-0051_1947-F1711-1911_0011, Cl. 11 © IGN).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4212/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 457k
Légende Fig. 11. Boussole (cliché : S. Le Maho).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4212/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 12. Lampe torche (cliché : S. Le Maho).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4212/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende Fig. 13. Boite de pansement (cliché : S. Le Maho).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4212/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 14. Cuillère US (cliché : S. Le Maho).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4212/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende Fig. 15. Couteau US (cliché : S. Le Maho).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4212/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende Fig. 16. Cuillère MDUSA (cliché : S. Le Maho).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4212/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 17. Boîte de graisse (cliché : S. Le Maho).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4212/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 18. Trousse de nettoyage (cliché : S. Le Maho).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4212/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Légende Fig. 19. Flacon de pastilles d’Halazone (cliché : S. Le Maho).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4212/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende Fig. 20. Sachet de café lyophilisé (cliché : S. Le Maho).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4212/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Légende Fig. 21. Flacon de parfum (cliché : S. Le Maho).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4212/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 22. Tube de dentifrice (cliché : S. Le Maho).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4212/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende Fig. 23. Préservatif (cliché : S. Le Maho).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4212/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Légende Fig. 24. Tubes de pommade (cliché : S. Le Maho).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4212/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Légende Fig. 25. Balle de ping-pong (cliché : S. Le Maho).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4212/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Légende Fig. 26. Fragment de journal (cliché : S. Le Maho).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4212/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Légende Fig. 27. Briquet (cliché : S. Le Maho).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4212/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 28. Pistolet (cliché : S. Le Maho).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4212/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Légende Fig. 29. Mug (cliché : S. Le Maho).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4212/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Légende Fig. 30. Lot de cuillères en argent (cliché : S. Le Maho).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4212/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende Fig. 31. Fiole (cliché : S. Le Maho).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4212/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 57k

Auteurs

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540