Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Conches-en-Ouche, 5 et 6 juin 2015

 | 
Jean-Paul Ollivier

La seconde guerre mondiale dans l’Eure : à la recherche des traces de l’occupation allemande

The Second World War in the Eure: the search for traces of the German occupation

France Poulain

Résumé

La seconde guerre mondiale a laissé des traces sur les territoires normands, au premier rang desquels les plages du débarquement et leurs multiples éléments défensifs. Largement médiatisés, ils ont conduit à laisser dans l’oubli les édifices et aménagements réalisés par l’armée allemande dans l’Eure. L’inventaire qui débute de ce patrimoine considérable en est la preuve.

The Second World War left its mark on Normandy; of particular note are the landing beaches and their many defensive elements. Widely publicised, they have caused the buildings and developments constructed by the German army in Eure to be forgotten. The inventory started of this considerable heritage is evidence of that.

Entrées d'index

Texte intégral

  • 1 La base de fabrication de carburant de V2, située dans les carrières de pierre à Caumont, n’a pas e (...)
  • 2 Colette Boisson à Conches-en-Ouche, Philippe Caclard à Triqueville, Claude Chatoux à Boissy-Lamberv (...)

1Les paysages gardent les traces des périodes passées, plus encore lorsqu’il s’agit des stigmates de la guerre. Pour autant, ces traces, même si elles sont encore perceptibles, ne sont pas toujours comprises par ceux qui les regardent. Le travail de recherche entamé en 2013 vise à cartographier tous les éléments encore visibles (ce qui exclut pour l’instant les vestiges enfouis1) de la seconde guerre mondiale dans l’Eure (aménagements de sols, bâtiments, etc.). Il est réalisé progressivement grâce à l’apport d’habitants passionnés par le patrimoine local2, de propriétaires ou d’historiens.

2Cet inventaire permet aussi de commencer à mettre en place des processus de connaissance locale de ces vestiges et de veiller à leur meilleure prise en compte dans les projets d’aménagement territoriaux. Il n’est pas encore question de savoir si on doit ou non les préserver, mais bien de prendre conscience de leur existence afin de décider de leur devenir. Ces vestiges sont de plusieurs types : pistes d’aérodromes enherbées ou bétonnées, bases de lancement de V1 ou graffitis dans les châteaux et témoins de l’occupation des contingents allemands (Gaillon, La Vacherie, Tillières-sur-Avre, Louye, etc.).

Les pistes d’aérodromes et leurs bâtiments annexes

  • 3 Plutôt que Bernienville, qui ne semble pas avoir accueilli d’aérodrome.

3Les aérodromes allemands utilisés durant la seconde guerre mondiale sont les suivants : Barville3, Beaumont-le-Roger, Bernay, Conches-en-Ouche, Droisy, Étrépagny, Évreux, Marcilly-la-Campagne, Saint-André-de-l’Eure et Triqueville (fig. 1).

4Seuls Conches-en-Ouche, Évreux et Saint-André-de-l’Eure, dédiés aux bombardiers, ont été équipés de pistes en béton ; les autres étaient des terrains en herbe avec des installations périphériques dispersées, parfois assez éloignées. Ils disposaient quand même de quelques pistes en béton ou de bouts de piste pour amorcer le décollage ou l’atterrissage. La localisation de certains aérodromes, l’évaluation de leur périmètre et l’identification de leurs vestiges sont possibles sur les photographies aériennes ou les documents d’archives ; cette méthode ne permet cependant pas d’identifier ce qui est trop petit ou caché sous la végétation. Il a par ailleurs existé des terrains annexes sans équipements permanents, qui n’ont souvent pas été officiellement répertoriés.

Les aérodromes bétonnés

5Trois aérodromes bétonnés ont été créés à Conches-en-Ouche, Évreux et Saint-André de l’Eure (Lepoint et Poulain, 2015a).

Fig. 1. Localisation des sites mentionnés (DAO : N. Bolo).

Fig. 2. Aérodrome de Saint-André-de-l’Eure : dalle amagnétique toujours présente (cliché : G. Lepoint).

6L’histoire de l’aérodrome d’Évreux, depuis sa création jusqu’à nos jours, a été largement étudiée et documentée, même si l’information est peu diffusée car il s’agit toujours d’un site occupé par le ministère de la Défense. Il a hébergé des bombardiers et des chasseurs.

  • 4 Notons que ce terrain servait à la formation et l’instruction des nouveaux pilotes de bombardiers e (...)
  • 5 Le revêtement des pistes est généralement adapté aux besoins, souvent en herbe pour les avions lége (...)

7Celui de Saint-André-de-l’Eure4 est encore en partie utilisé dans sa fonction première par deux aéroclubs équipés de pistes en herbe, car les deux pistes en béton construites par les Allemands sont hors d’usage5 (fig. 2).

8Le terrain d’aviation de Conches-en-Ouche est situé sur quatre communes : Conches-en-Ouche, Le Fresne, Mesnil-Hardray et Nagel-Séez-Mesnil. Ce sont les Français qui entament en 1939 les travaux de défrichement qui sont rapidement mis sous l’autorité d’un commandement allemand. Il s’agit alors de Français réquisitionnés sur place ou transférés d’autres régions, dans le cadre du « Service du travail obligatoire » (STO). L’objectif est de construire rapidement un aérodrome pour assurer des ponts aériens.

9Le terrain, qui forme un pentagone irrégulier, fait environ 2 km de large (fig. 3). Il y a deux grands axes de pistes en béton, 36 hangars, une tour de contrôle et un garage de réparation (près de l’actuelle déchetterie), dont subsistent encore deux caves et un escalier. Il y a aussi 10 postes de tir pour lancer des obus de calibre 105 et un blockhaus. En tout, plus de 4 000 personnes y ont travaillé. Les Allemands vont dans les communes environnantes, à Portes et à Ormes, pour chercher une main-d’œuvre dont le travail consiste notamment à étaler le ciment sur les pistes.

10En 1942, trois maisons sont démolies au Mesnil-Hardray ; l’église de Nagel-Séez-Mesnil connaît le même sort : elle est située en bout de piste et gène l’atterrissage des avions. Les matériaux nécessaires à la construction arrivent par la gare de Conchesen-Ouche et des camions font la navette jusqu’au camp. D’autres constructions servent de hangars pour les avions. Elles ont des fondations aussi profondes que la hauteur hors sol, en béton ferraillé. Les murs sont larges de 1,50 m. À l’intérieur, seules les zones où les roues circulent sont bétonnées. À côté, un cylindre reçoit l’eau nécessaire en cas d’incendie. Des constructions de baraques en brique enduites de ciment abritent certains gradés. Elles comprennent deux portes et deux cheminés et mesurent 11 m de long, pour 7 m de large, l’épaisseur des murs étant de 0,50 m. Les châteaux de Champ-Dolent et de Quenet (au Fresne) abritent quant à eux les oficiers et les sous-oficiers.

Fig. 3. Vues aériennes de l’aérodrome de Conches-en-Ouche en 1945 et 2015 (clichés : G. Lepoint).

11De 1942 à 1944, on dénombre 37 attaques aériennes à Conches-en-Ouche, dont 17 sur le camp. Le 23 août 1944, l’arrivée du deuxième bataillon du 67e Armored contraint les soldats allemands à incendier leurs installations et à s’enfuir. Aujourd’hui, les quelques socles de hangar subsistants sont cachés par la végétation, d’autres sont utilisés par des cultivateurs et des particuliers, deux socles et un bout de piste ont été concassés. Les pistes sont en partie réutilisées par le club d’aéromodélisme et occupées par une zone artisanale appelée « Les Pistes » (Fig. 3).

Les aérodromes enherbés

12Ce type d’aérodrome est le plus important dans l’Eure, notamment parce que son coût d’aménagement le rendait plus facile à réaliser (Lepoint et Poulain, 2015b). Pour autant, la nature argileuse de certains sols ne permettait pas aux avions de réussir à décoller, malgré l’usage de grilles pour faciliter le roulement. C’est ce qui est arrivé à Barville, qui n’a connu que quelques mois de fonctionnement : ses installations annexes, des petits bâtiments en parpaings, sont toujours visibles.

13À Bernay, Étrepagny, Marcilly-la-Campagne ou Beaumont-le-Roger, il reste le plus souvent quelques bâtiments ou des départs de pistes.

14Beaumont-le-Roger a été utilisé uniquement par la chasse ; il a accueilli jusqu’à 2 000 hommes. Les installations sont situées principalement sur la commune de Beaumontel, avec quelques débordements sur Beaumont-le-Roger et Le Tilleul-Othon. On peut encore observer sur le site les pistes en béton, les bases de hangars, les cuves conservant l’eau ou le gasoil, les aires de stationnement ou bien les grilles qui étaient positionnées pour éviter aux avions de s’enfoncer dans le sol. Ces dernières ont parfois été réutilisées comme clôtures (Fig. 4). La comparaison avec les photographies aériennes permet de retrouver une très grande partie de ces installations (Fig. 5).

15L’aérodrome de Triqueville a conservé, à cause de son éloignement d’une zone habitée et de sa non-réutilisation, la quasi-totalité des édifices bâtis pour assurer son fonctionnement (Caclard et Poulain, 2015). Cet aérodrome d’une centaine d’hectares en gazon, planifié par les Français, a été construit par les Allemands à partir du 15 juin 1940. Les pilotes de la Richthofen faisaient des essais avec leurs avions, les Stukas Me 109. Le but de cette base était de préparer l’invasion de l’Angleterre et de protéger les plages de la Manche. De juillet à décembre 1940, aucun civil n’a été autorisé à pénétrer dans l’enceinte du terrain. Barbelés, gardiens et chiens y veillaient.

16Entre 1941 et 1942, les Allemands ont aménagé le terrain, créant des cantines, des départs de pistes bétonnées, des parkings alvéoles, des abris souterrains, des hangars à portes coulissantes (fig. 6-8), des postes d’observation et de défense anti aérienne (DCA), des blockhaus de surveillance (fig. 9), des casemates, une station de pompage, un central téléphonique, un mirador, une dalle avec une butte de tir et des « piscines » qui servaient à stocker du carburant (fig. 10). Une centaine de « STO » travaillaient sur le site. Une cinquantaine de nouveaux chasseurs, les Focke-Wulf (FW) 19, plus rapides, ont pris le relais. L’effectif sur le terrain était de 1 000 hommes.

17Jusqu’en 1943, le site abrite des unités de chasse et un atelier de remise en état des avions endommagés lors de missions vers l’Angleterre. À partir de cette année et jusqu’en août 1944, il n’a plus qu’un rôle secondaire de terrain de secours et de dispersion. En 1944, tout s’accélère, puisqu’entre mars et la Libération, le groupe de résistants du maquis « Surcouf » opère des sabotages sur les hangars, sur les trains d’atterrissages de cinq chasseurs et sur les lignes électriques. À la mi-août, le terrain est abandonné par manque de carburant, les plateformes sont détruites et l’aérodrome est jugé inutilisable. Ce n’est qu’à la in de la guerre que cinquante prisonniers allemands remettent le terrain en état et démantèlent les hangars, à l’exception des parties bétonnées.

Fig. 4. Aérodrome de Beaumont-le-Roger : vestiges de plaques roulantes réutilisées comme clôtures (cliché : F. Poulain).

Fig. 5. Aérodrome de Beaumont-le-Roger : on repère sur cette vue aérienne des restes de voies et des dalles de béton correspondant aux hangars ou aux aires de dispersion. Des vestiges visibles sur une photographie de 1947 sont reportés en vert (DAO : G. Lepoint).

Fig. 6. Aérodrome de Triqueville : poste d’observation et restes d’un hangar (cliché : F. Poulain).

Fig. 7. Aérodrome de Triqueville : vue rapprochée d’un mur porteur de hangar (cliché : F. Poulain).

Fig. 8. Aérodrome de Triqueville : traces au sol des portes coulissantes (cliché : F. Poulain).

Fig. 9. Aérodrome de Triqueville : bunker d’observation et de défense (cliché : F. Poulain).

Fig. 10. Aérodrome de Triqueville : « piscine » de stockage du carburant (cliché : F. Poulain).

18Aujourd’hui, la quasi-totalité des structures édifiées est encore visible en tout ou partie. Outre des ruines de bâtiments et de casemates qui ne sont pas identifiables sur les photos aériennes, il subsiste quelques traces d’aires de stationnement ou de hangars (fig. 11). Les vingt-six blockhaus conservés sur le site sont trop petits et trop solides pour que leur destruction soit intéressante (fig. 12). Les bases des hangars ont souvent été réutilisées par les agriculteurs pour en faire des espaces de stockage ou par les habitants pour adosser leurs constructions. Il demeure aussi quelques constructions ruinées telle la « Maison Rouge », occupée par le commandement (fig. 13), et une salle des cartes circulaire située en sous-sol. Néanmoins, la pression foncière entraîne parfois la disparition de certaines de ces traces comme cela a été le cas en 2015, lorsqu’un départ de piste bétonné a été détruit par un agriculteur qui souhaitait disposer de quelques ares de plus (fig. 14).

Les bases de lancement de V1

19Afin d’assurer des positions stratégiques permettant d’envoyer des bombes volantes sur l’Angleterre, les Allemands décident, dès le début de la seconde guerre mondiale, de construire des sites de lancement de V1. Les positions de l’Eure visent la ville de Portsmouth (Chatoux, 2014).

  • 6 Sites projetés mais non réalisés : Bouquelon, Le Landin, Crasville, La Tetonnière (cette localisati (...)
  • 7 EIS : Système d’instruments électroniques.

20Sur les 35 sites prévus dans ce département6, 17 sont achevés en mars 1944 (fig. 1). Il s’agit des EIS 1847 Bosc-Roger-en-Roumois, EIS 185 Bosc-Benard-Commin (« Ferme Les Hayes »), EIS 186 Honguemare (« Ferme du Château d’Automne »), EIS 187 Bouquetot (« Ferme du Mesnil »), EIS 188 Ecaquelon (« La Prée »), EIS 189 Boissey-le-Chatel (« Le Hamel »), EIS 190 Le Gros-Theil (« Les Hayes à La Guérie »), EIS 191 Malleville-sur-le-Bec (« La Forge »), EIS 192 Brionne (« Le Mont Mal »), EIS 193 Routot (« Ferme Moulin Rachet »), EIS 194 Valletot, EIS 195 Brétigny (« Hameau de l’Orme »), EIS 196 Aclou (« La Mare Pecquet »), EIS 197 Giverville (« La Garenne »), EIS 198 Morsan (« Bois Pitou »), EIS 199 Drucourt (« Bois des Fains ») et EIS 200 Faverolles (« Les Mares Pulantes »).

Fig. 11. Aérodrome de Triqueville : aire de stationnement ou de hangar (cliché : F. Poulain).

21À Boissy-Lamberville, se distinguent encore les éléments clés d’une base de lancement, étudiée par Claude Chatoux (Chatoux et Poulain, 2014), avec les casemates et les zones de réglage magnétique. À Morsan, la base no 198 du « Bois Pitou » est une base de deuxième génération, probablement construite vers le début du mois de mai 1944. Il a fallu sept à quinze jours pour la réaliser. Les travaux ont été exécutés par des prisonniers de guerre, encadrés par 40 à 60 Allemands spécialistes des V1, formés à Peenemünde en Allemagne mais aussi en Pologne.

22Aujourd’hui, nous pouvons encore observer une partie de la dalle « amagnétique », les traces du chemin conduisant à l’abri de stockage des produits chimiques, une partie du hangar d’assemblage, une partie du blockhaus de commandement de tir et des isolateurs électriques encore en place, fixés aux arbres, près du hangar d’assemblage en direction de Lamberville. Toutes les installations ne sont pas conservées car, à l’annonce du débarquement du 6 juin 1944, toutes les bases de ce type furent démantelées et reconstruites pour certaines au nord de la Seine, comme celles de Boissy-Lamberville, Giverville, Boisney ou Brétigny.

Fig. 12. Aérodrome de Triqueville : blockhaus (cliché : F. Poulain).

Fig. 13. Aérodrome de Triqueville : vestiges de la « Maison Rouge » (cliché : F. Poulain).

Fig. 14. Aérodrome de Triqueville : piste bétonnée en cours de démolition en 2015 (cliché : F. Poulain).

Fig. 15. Caumont : site de production du carburant pour les V2 (cliché : F. Poulain).

23Seules demeurent aujourd’hui des traces inamovibles, comme les massifs et les pistes en béton ou ciment, qui constituent des marqueurs paysagers. La problématique de la connaissance et de la mémoire nécessaires à la préservation de ces traces du passé est au cœur de notre recherche.

24Dans l’Eure, les carrières de Caumont, au bord de la Seine, ont également été utilisées par les allemands pour construire une base secrète visant à la production du carburant nécessaire aux V2 (fig. 15).

Les châteaux sous l’Occupation

25De nombreux bâtiments furent occupés par les Allemands qui y laissèrent quantité de graffitis. Mais les habitants n’ont le plus souvent pas souhaité conserver ces traces et seules celles qui se trouvaient dans des lieux inaccessibles, inoccupés ou qui étaient trop complexes ou coûteuses à effacer sont parvenues jusqu’à nous. C’est le cas de quelques graffitis situés au château de Tillières-sur-Avre (fig. 16).

Fig. 16. Château de Tillières-sur-Avre : peintures allemandes. Il s’agit d’un chant patriotique « Nichts kann uns rauben Liebe und Glauben [zu unserm Land] » (Rien ne peut nous enlever l’amour et la foi [dans notre pays]) (cliché : B. Massonneau).

26L’Occupation fut quasi systématique dans les manoirs et châteaux, ce qui en fait les lieux les plus marqués de cette période. Certains d’entre eux en conservent des traces à travers des graffitis ou des réaménagements logistiques : murs ajoutés ou démolis, chambres ou pièces mobilières démontées (boiseries, panneaux, bibliothèques). Un recensement de ces traces est en cours. Ce travail est considérable car il nécessite de visiter tous les manoirs et châteaux occupés par les Allemands.

27Il a été mené de manière exhaustive sur le château de Gaillon, à la fois parce qu’il s’agit d’une propriété de l’État mais aussi parce qu’une recherche portant sur le relevé de tous les graffitis, traces et décors encore présents est menée depuis 2012 (Poulain, 2015 ; Pitte et al., 2015). Rappelons qu’en 1940, le château est réquisitionné pour être transformé en stalag, puis en 1941 en camp d’internement administratif où sont enfermés des « politiques » et des « marchés noirs ». Au total, environ 417 hommes et 177 femmes y ont été prisonniers. Le camp était gardé par des gendarmes français. Plusieurs transferts ont eu lieu vers le camp de Royallieu à Compiègne. À partir d’octobre 1944 et jusqu’en décembre 1945, 1 400 personnes ont été internées à Gaillon en attendant leur jugement. Ce sont principalement des collaborateurs, des « profiteurs », des travailleurs volontaires en Allemagne, des délateurs, des miliciens ou des engagés volontaires dans l’armée allemande. La garde change souvent : F. F. I., police militaire ou gardes civils.

Fig. 17. Château de Gaillon : relevé d’un grafitti représentant une bataille entre des avions allemands et la défense au sol française (D. Pitte et F. Poulain).

28Ces différents occupants ont laissé un important témoignage de graffitis encore visibles aujourd’hui. Très fragiles car souvent tracés à la mine de plomb ou sur du plâtre aujourd’hui pulvérulent, ils ont été redessinés pour être préservés et conservés (fig. 17).

Conclusion

29Ce travail sur un passé relativement proche, en termes historiques, nous permet de mieux appréhender les paysages qui composent notre quotidien. Nombre de ces derniers ont certes été façonnés par l’agriculture ou le fait urbain, mais aussi fortement par les guerres avec leur lot de destructions et de constructions d’infrastructures militaires. Cette recherche doit aussi nous permettre de ne pas oublier que nos territoires ont été marqués pas des événements traumatisants que les générations actuelles et futures doivent garder en mémoire.

Bibliographie

Bibliographie

Caclard P. et Poulain F. (2015) – L’aérodrome allemand de Triqueville. Les Essentiels. Connaissance de l’Eure, 63, mars, 2 p.

Chatoux C. (2014) – Les bases V1 dans l’Eure. Les Essentiels. Connaissance de l’Eure, 55, novembre, 2 p.

Lepoint G. et Poulain F. (2014) – La base V1 de Boissy-Lamberville et Giverville. Les Essentiels. Connaissance de l’Eure, 56, novembre, 2 p.

— (2015a) – Les aérodromes allemands bétonnés de la Seconde Guerre Mondiale dans l’Eure. Les Essentiels. Connaissance de l’Eure, 60, mars, 2 p.

— (2015b) – Les aérodromes allemands enherbés de la Seconde Guerre Mondiale dans l’Eure. Les Essentiels. Connaissance de l’Eure, 62, mars, 2 p.

Pitte D., Poulain F. et Breton J.-L. (2015) – Les graffiti contemporains du château de Gaillon : bilan des premières campagnes de relevés (2012-2014). Journées archéologiques de Haute-Normandie, 20-22 juin 2014, Rouen, Presses universitaires de Rouen et du Havre, p. 251-260.

Poulain F. (2015) – Les traces et décors de la Seconde Guerre Mondiale au Château de Gaillon. Les Essentiels. Connaissance de l’Eure, 70 et 71, juin, 4 p.

Notes

1 La base de fabrication de carburant de V2, située dans les carrières de pierre à Caumont, n’a pas encore fait l’objet d’une recherche détaillée.

2 Colette Boisson à Conches-en-Ouche, Philippe Caclard à Triqueville, Claude Chatoux à Boissy-Lamberville et Gérard Lepoint.

3 Plutôt que Bernienville, qui ne semble pas avoir accueilli d’aérodrome.

4 Notons que ce terrain servait à la formation et l’instruction des nouveaux pilotes de bombardiers et de lieu de repos pour les unités de retour du Front russe. Il a également accueilli des chasseurs. Les aires de dispersion situées à l’extérieur de la voie périphérique ont presque toutes disparu.

5 Le revêtement des pistes est généralement adapté aux besoins, souvent en herbe pour les avions légers, ULM ou planeurs, comme à l’aéroclub de Saint-André. La vétusté des pistes en béton n’est pas à l’origine du revêtement en herbe.

6 Sites projetés mais non réalisés : Bouquelon, Le Landin, Crasville, La Tetonnière (cette localisation n’existe pas dans l’Eure), Amfreville-la-Campagne, Ceseville, Crosville-la-Vieille, Vitot, Beaufour, La Neuville-Dubosc (« Le Bout de la Ville »), Perrier-la-Campagne, Le Tilleul-Othon, Saint-Léger-de-Rotes, Brionne (« Saint-Denis »), Morainville-Jouveaux, Le Favril (« Cour Perelle ») et Fontaine-la-Louvet (« La Boissonnière »).

7 EIS : Système d’instruments électroniques.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Localisation des sites mentionnés (DAO : N. Bolo).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4207/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Légende Fig. 2. Aérodrome de Saint-André-de-l’Eure : dalle amagnétique toujours présente (cliché : G. Lepoint).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4207/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 3. Vues aériennes de l’aérodrome de Conches-en-Ouche en 1945 et 2015 (clichés : G. Lepoint).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4207/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Fig. 4. Aérodrome de Beaumont-le-Roger : vestiges de plaques roulantes réutilisées comme clôtures (cliché : F. Poulain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4207/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Légende Fig. 5. Aérodrome de Beaumont-le-Roger : on repère sur cette vue aérienne des restes de voies et des dalles de béton correspondant aux hangars ou aux aires de dispersion. Des vestiges visibles sur une photographie de 1947 sont reportés en vert (DAO : G. Lepoint).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4207/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Légende Fig. 6. Aérodrome de Triqueville : poste d’observation et restes d’un hangar (cliché : F. Poulain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4207/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 7. Aérodrome de Triqueville : vue rapprochée d’un mur porteur de hangar (cliché : F. Poulain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4207/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 8. Aérodrome de Triqueville : traces au sol des portes coulissantes (cliché : F. Poulain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4207/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende Fig. 9. Aérodrome de Triqueville : bunker d’observation et de défense (cliché : F. Poulain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4207/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Fig. 10. Aérodrome de Triqueville : « piscine » de stockage du carburant (cliché : F. Poulain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4207/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Fig. 11. Aérodrome de Triqueville : aire de stationnement ou de hangar (cliché : F. Poulain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4207/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Fig. 12. Aérodrome de Triqueville : blockhaus (cliché : F. Poulain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4207/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 13. Aérodrome de Triqueville : vestiges de la « Maison Rouge » (cliché : F. Poulain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4207/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 14. Aérodrome de Triqueville : piste bétonnée en cours de démolition en 2015 (cliché : F. Poulain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4207/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 15. Caumont : site de production du carburant pour les V2 (cliché : F. Poulain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4207/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 16. Château de Tillières-sur-Avre : peintures allemandes. Il s’agit d’un chant patriotique « Nichts kann uns rauben Liebe und Glauben [zu unserm Land] » (Rien ne peut nous enlever l’amour et la foi [dans notre pays]) (cliché : B. Massonneau).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4207/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 17. Château de Gaillon : relevé d’un grafitti représentant une bataille entre des avions allemands et la défense au sol française (D. Pitte et F. Poulain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4207/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 81k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540