Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Conches-en-Ouche, 5 et 6 juin 2015

 | 
Jean-Paul Ollivier

Les décors retrouvés du château de Gaillon

Decoration found in the château de Gaillon

France Poulain

Résumé

Les témoignages écrits, en plans ou en dessins, ne sont guère nombreux pour comprendre et connaître le château de Gaillon depuis son édification. Le moyen le plus fiable que nous ayons à disposition vient du relevé des graffitis anciens qui parent les murs restants de l’édifice. Leur inventaire et analyse nous permettent aujourd’hui d’avoir une meilleure connaissance de ce site majeur pour la Normandie.

There is little written evidence, in plans or drawings, with which to gain an understanding and awareness of the château de Gaillon since it was built. The most reliable means available to us is the discovery of old graffiti which decorate the remaining walls of the building. The inventory and analysis of this graffiti now enables us to gain greater knowledge of this site of major importance for Normandy.

Entrées d'index

Texte intégral

1Les premières recherches sur l’histoire récente du château de Gaillon ont débuté en 2012, avec le relevé des graffitis présents sur le site (Pitte et al., 2015). Ce sont ainsi plusieurs centaines de témoignages inscrits par des détenus du Centre d’internement administratif (CIA, 1816-1901), des réfugiés espagnols (1939) et des militaires, entre 1902 et 1918 puis 1939 et 1947, qui ont été décalqués et scannés. Mais ces premiers travaux, cherchant à préserver les traces les plus fragiles de l’histoire du château, ont mis de côté le relevé systématique des décors. Or, ceux-ci méritent d’être analysés. Des pans entiers de l’histoire du château apparaissent à travers les décors de la Renaissance, de la période du CIA et liés à l’accueil d’un Centre d’instruction des sous-lieutenants auxiliaires (CISLA) de l’infanterie par l’armée belge, entre 1914 et 1918.

Les décors de la Renaissance

2Entre le milieu du XVe et le début du XVIe siècle, les cardinaux d’Estouteville et d’Amboise transforment l’ancien château médiéval qui devient un fleuron de la Renaissance en France. En 1502, la « Grant Maison » est édifiée et parée des plus beaux motifs de cet art naissant. Les décors intérieurs semblent avoir été réalisés autour de 1508, mais il n’en reste guère de traces, tant les démolitions dues à la vente des pierres après la Révolution française ont été importantes.

3Il ne subsiste que quelques moulures décorées à l’entrée de la tour « de la Sirène », les arcs et culs de la chapelle basse et deux piliers sculptés en fausse perspective à la sortie de la chapelle vers la galerie « sur le Val » (fig. 1). C’est à cet endroit que l’on peut encore apercevoir le dernier décor peint datant de la Renaissance. Il s’agit au plafond d’un motif bleu et or, avec un liseré jaune entourant des triangles bleus dans lesquels se trouvent des ronds jaunes (fig. 2) et, sur le mur, on aperçoit encore un ou deux anges encadrant un motif surmonté de trois couronnes dorées (fig. 3), sans qu’il soit vraiment possible de distinguer une composition plus formelle, tant les traces sont ténues.

4À ce jour, il n’a pas été trouvé d’autre décor datant de cette période. La préservation de ceux-ci est pour l’instant acquise du fait de leur altitude, à plus de 2,50 m du sol, ce qui empêche les visiteurs de les toucher. Néanmoins, comme ils se trouvent sur un mur protégé de la pluie mais exposé au vent, il conviendrait d’envisager des mesures de restauration.

Les décors du Centre d’internement administratif

5Au début du XIXe siècle, le château continue d’être démantelé et vendu comme carrière de pierres : certaines d’entre elles sont acquises par Alexandre Lenoir pour être installées au musée des Monuments français. Le mouvement prend fin grâce au rachat du site par l’État français en 1812, soit à peine 25 ans après sa vente à un particulier. Mais ce rachat global n’est pas lié à une volonté de protection patrimoniale du site. Il s’agit en effet de répondre à une commande nationale d’ouvrir sept maisons centrales de détention sur le territoire (décret du 16 juin 1808). Or, pour les départements de la Somme, de la Seine-Inférieure, de l’Eure, du Calvados, de l’Orne et de l’Eure-et-Loir, le lieu n’est pas encore trouvé. Les années passent et en 1811, le préfet de l’Eure propose d’acquérir le château de Gaillon à cet effet. Le 3 janvier 1812, un décret impérial porte alors création d’une maison centrale de détention, indiquant que les bâtiments de l’ancien château permettront de recevoir 500 condamnés des deux sexes (cours d’assises et voie de police correctionnelle) pour les peines de plus d’un an.

Fig. 1. Plan du rez-de-chaussée du château de Gaillon (document : STAP 27 ; DAO : N. Bolo).

6Jusqu’au milieu des années 1820, des travaux gigantesques sont réalisés afin de remonter les parties détruites, sur la même base volumétrique que les précédentes. La vie est rude pour les détenus qui doivent travailler dans de nombreux ateliers installés sur place (fabrication de chaussons, brosses, tapis en matières végétales, boutons de nacre, bonneterie, instruments d’optique, petits meubles, couronnes mortuaires, accordéons, etc.) Un travail de recherche archéologique va d’ailleurs débuter en 2016 sous la direction de Jean-Louis Breton (Association pour la renaissance du château) et Dominique Pitte pour retrouver les traces de la partie réservée aux aliénés et aux épileptiques dans les « Jardins hauts ».

7La vie quotidienne est rythmée par le travail mais aussi par les repas et les périodes de repos ; l’ensemble doit se faire en silence et sous le joug de la morale chrétienne. Il faut se rappeler que le XIXe siècle est une période complexe sur le plan religieux puisque, si une large part des populations ouvrières perd le contact avec l’Église (un taux important de familles ne font plus baptiser leurs enfants), il est inexact de faire de ce siècle une période de détachement global du fait religieux de la société française. Les élites, bourgeoises ou intellectuelles, puisent dans la morale et la charité chrétienne pour ouvrir de nombreux centres de médecine, d’accueil pour les jeunes femmes, etc. Il n’est donc pas illogique que les responsables du centre d’internement aient voulu « remettre dans le droit chemin » toutes les brebis égarées qui leur étaient confiées.

Fig. 2. Décor peint de la Renaissance à la sortie de la chapelle (cliché : F. Poulain).

Fig. 3. Anges et couronnes de la Renaissance à la sortie de la chapelle (cliché : F. Poulain).

Fig. 4. Angelots encadrant le Saint-Esprit, XIXe siècle (cliché : F. Poulain).

8Plusieurs éléments témoignent de cette volonté, en particulier deux peintures et des encarts muraux. Il s’agit d’un plafond peint dans le vestibule de la chapelle (fig. 4) et d’un Christ figuré sur le mur du réfectoire dans la « Grant Maison » (fig. 5). La composition est simple, avec des représentations classiques de l’art chrétien. La datation est facilitée par le fait que le plafond sur lequel se trouve la nuée avec la colombe de l’Esprit Saint accompagné d’anges est techniquement une réalisation du XIXe siècle. Pour le Christ, même s’il se trouve sur un mur dont la chronologie est encore sujette à analyse (car un travail d’archéologie du bâti est encore à réaliser pour la « Grant Maison » du fait de la complexité des percements et des modes de construction utilisés), la représentation picturale ne peut être antérieure au XIXe siècle.

9Les encarts muraux reprennent des versets liturgiques et sont adaptés aux salles qu’ils précèdent. On trouve ainsi au début des cellules du sous-sol de l’aile d’Estouteville : « Nous sommes ainsi chatiés à cause de nos iniquités Tobias Chap.~ 13 V.~ 5 », et à l’entrée du réfectoire général : « Réfectoire » et « Soit que vous mang[i]ez, soit que vous buviez et quelque chose que vous fassiez, faites tout four la gloire de Dieu, St Paul, 1er épi. chap. 10 V. 3 » (fig. 6). « Je dormirai en paix Seigneur et je reposerai tranquillement car c’est en vous Seigneur que j’ai toute ma confiance » est inscrit au-dessus de l’encart indiquant « Dortoirs – Couloir N° 4 » au premier étage de la « Grant Maison » (fig. 7). Au second étage « C’est vous Seigneur qui nous garderez et qui veillerez sur nous » surmonte la porte permettant d’accéder aux chambrées (fig. 8).

Fig. 5. Christ en croix dans le réfectoire (cliché : F. Poulain).

Fig. 6. Inscriptions à l’entrée du réfectoire (cliché : D. Pitte).

Fig. 7. Inscriptions à l’entrée des dortoirs de la « Grant Maison », au 1er étage (cliché : D. Pitte).

10Il existe également de rares encarts retraçant la vie quotidienne des gardiens, avec des signalétiques comme « Archives », « Logement du gardien chef » ou « Geole »... (fig. 9). Ces inscriptions ont été préservées car elles étaient recouvertes par de nombreuses couches de peinture. Les autres cartouches visibles ne sont plus déchiffrables à cause des dégradations qu’ont connues les bâtiments. Une campagne de restauration des inscriptions visibles devrait voir le jour.

Fig. 8. Inscriptions à l’entrée des dortoirs de la « Grant Maison », au 2e étage (cliché : D. Pitte).

Les décors du Centre d’instruction des sous-lieutenants auxiliaires

11Au début du XXe siècle, le Centre d’internement administratif ferme ses portes faute de disposer de cellules individuelles. Ain de soutenir l’économie locale mise à mal par le départ des gardiens, des détenus et autres populations présentes dans le château, la décision est prise d’y installer une caserne dès 1902. Les locaux, facilement transformables en dortoirs, sont réutilisés. Les 28e et 74e régiments d’infanterie se succèdent ; les soldats sont surtout originaires de Normandie et de la région parisienne.

12Entre 1914 et 1918, ce rôle militaire est confirmé avec le casernement d’une batterie du 103e régiment d’artillerie lourde dans le « Pavillon Colbert », l’affectation de deux sections d’exclus, le déplacement du pénitencier militaire de Saint-Omer dans les locaux de la colonie correctionnelle et l’installation par l’armée belge d’un Centre d’instruction des sous-lieutenants auxiliaires de l’infanterie. Or, si ce fait est connu, il restait au début de notre étude peu de trace de leur présence, il était même difficile de savoir dans quelles parties du château ils avaient pu résider, vivre ou s’entraîner. Les recherches sur les décors en parallèle à l’étude documentaire menée sous la direction de Jean-Louis Breton ont permis de trouver quelques réponses à ces questions.

13La majeure partie des décors correspondant à cette période se trouve dans les infirmeries belge et française ainsi que dans des salles ornées au pochoir. Les malades belges et français étaient regroupés dans une aile du château dans des unités séparées. La localisation de ces espaces est facilitée par la présence de deux couleurs de peinture encore visibles, un vert bleu et un beige rose, mais aussi par deux inscriptions sur les murs, « Infirmerie française » et « Infirmerie belge » (fig. 10). Des inscriptions rappelant des règles d’hygiène élémentaires témoignent de cette affectation des lieux (fig. 11).

14Les salles décorées au pochoir se trouvent aux étages des ailes nord et ouest du château. Il n’existe plus de traces au niveau des rez-de-chaussée, mais les décors ont probablement été effacés. C’est peut-être le cas de la pièce photographiée par Maurice Des Ombiaux pour le Service photographique de l’armée belge, lors d’une visite au CISLA (fig. 12 ; Des Ombiaux, 1915). Le motif au pochoir visible sur le cliché est géométrique, cependant il n’est plus aujourd’hui observable dans le château. Il s’agissait peut-être d’un décor du rez-de-chaussée de l’aile ouest, qui a été entièrement repeint après-guerre.

Fig. 9. Signalétiques peintes (clichés : D. Pitte et F. Poulain).

15Cinq autres salles décorées au pochoir présentent des frises hautes de motifs floraux, avec des bandeaux intermédiaires. La base des murs peinte au coaltar a été recouverte par une peinture au plomb marron foncé (fig. 13 et 14). La plus petite pièce montre une frise de leurs vertes. La plus spectaculaire est communément appelée « salle à manger du commandant belge », dénomination de tradition orale ne reposant sur aucune preuve formelle. Elle est ornée d’une frise haute faite de plusieurs motifs floraux de couleurs variées, assise sur une seconde frise de damier blanc et rouge foncé, de laquelle émergent des bandes jaunes qui descendent jusqu’au soubassement marron foncé. Le fond des murs est peint d’un bleu outremer (fig. 15 et 16).

16Peut-on dater ces décors de l’occupation des lieux par le CISLA ? Pour répondre à cette question, plusieurs éléments de chronologie doivent être pris en compte. Des graffitis apposés sur les décors peints indiquent clairement que ces derniers ont été réalisés avant la seconde guerre mondiale. Bien que le pochoir soit une méthode ancienne, le graphisme utilisé à Gaillon date du début du XXe siècle. Stylistiquement, les décors au pochoir ont donc été faits après 1910. Il faut par ailleurs garder à l’esprit qu’un pochoir peut être réutilisé à l’infini. Il ne s’agit donc pas d’une datation exacte mais uniquement d’une fourchette chronologique, entre 1910 et 1939. Les recherches dans les archives militaires françaises et belges n’ont pas permis pour l’instant d’affiner cette datation, mais il est toujours possible qu’un document y faisant référence soit trouvé dans les années à venir.

Fig. 10. Signalétique de l’infirmerie belge du CISLA (cliché : F. Poulain).

Conclusion

17Les études qui viennent d’être évoquées permettent d’avoir une vision plus fine du château de Gaillon et de la manière dont les espaces étaient utilisés dans le passé. Les suites à venir sont doubles : d’une part, affiner les recherches, et d’autre part, veiller à la préservation et à la restauration de ces décors.

Fig. 11. Inscription peinte sur les murs de l’infirmerie belge (cliché : F. Poulain).

Fig. 12. « Le cours théorique » dans une salle décorée au pochoir (cliché : M. Des Ombiaux, service photographique de l’armée belge).

Fig. 13. Décor peint de l’aile ouest (cliché : F. Poulain).

Fig. 14. Relevé des motifs floraux (dessin : F. Poulain).

Fig. 15. Peintures de la « salle à manger du commandant belge » (cliché : F. Poulain).

Fig. 16. Relevé du décor peint de la « salle à manger du commandant belge » (dessin : F. Poulain).

Bibliographie

Bibliographie

Des Ombiaux M. (1915) – Un royaume en exil. La Belgique du dehors. Documents du service photographique de l’armée belge, fasc. 2, Paris, imprimerie du Pays de France, 64 p.

Pitte D., Poulain F. et Breton J.-L. (2015) – Les graffiti contemporains du château de Gaillon : bilan des premières campagnes de relevés (2012-2014). Journées archéologiques de Haute-Normandie, Alizay 20-22 juin 2014, Rouen, Presses universitaires de Rouen et du Havre, p. 251-260.

Poulain F. (2015) – Les traces et décors du château de Gaillon. Les Essentiels. Connaissance de l’Eure, 64, juin 2015, 2 p.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Plan du rez-de-chaussée du château de Gaillon (document : STAP 27 ; DAO : N. Bolo).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4203/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 2. Décor peint de la Renaissance à la sortie de la chapelle (cliché : F. Poulain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4203/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 3. Anges et couronnes de la Renaissance à la sortie de la chapelle (cliché : F. Poulain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4203/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Fig. 4. Angelots encadrant le Saint-Esprit, XIXe siècle (cliché : F. Poulain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4203/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 5. Christ en croix dans le réfectoire (cliché : F. Poulain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4203/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Fig. 6. Inscriptions à l’entrée du réfectoire (cliché : D. Pitte).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4203/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 7. Inscriptions à l’entrée des dortoirs de la « Grant Maison », au 1er étage (cliché : D. Pitte).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4203/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 8. Inscriptions à l’entrée des dortoirs de la « Grant Maison », au 2e étage (cliché : D. Pitte).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4203/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 9. Signalétiques peintes (clichés : D. Pitte et F. Poulain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4203/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Fig. 10. Signalétique de l’infirmerie belge du CISLA (cliché : F. Poulain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4203/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 11. Inscription peinte sur les murs de l’infirmerie belge (cliché : F. Poulain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4203/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 12. « Le cours théorique » dans une salle décorée au pochoir (cliché : M. Des Ombiaux, service photographique de l’armée belge).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4203/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 13. Décor peint de l’aile ouest (cliché : F. Poulain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4203/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende Fig. 14. Relevé des motifs floraux (dessin : F. Poulain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4203/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 15. Peintures de la « salle à manger du commandant belge » (cliché : F. Poulain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4203/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende Fig. 16. Relevé du décor peint de la « salle à manger du commandant belge » (dessin : F. Poulain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4203/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 91k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540