Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Conches-en-Ouche, 5 et 6 juin 2015

 | 
Jean-Paul Ollivier

La fouille du cloître de l’abbaye Saint-Martin d’Auchy à Aumale (Seine-Maritime)

The excavation of the cloister in the Saint-Martin d’Auchy abbey, Aumale (Seine-Maritime)

Mathieu Wawrzyniak et Maxime Larratte

Résumé

Une fouille programmée, menée en 2014 par le Centre d’archéologie et d’histoire médiévales des établissements religieux sur le site de l’abbaye Saint-Martin d’Auchy à Aumale a permis de mettre au jour deux états du mur bahut du cloître structurellement liés à l’abbaye construite durant le XVIIe siècle ou au début du XVIIIe siècle, lorsqu’elle est cédée aux mauristes. Ces structures s’appuient sur des remblais qui scellent l’arasement d’une phase plus ancienne dont l’organisation spatiale était différente.

A planned excavation, which was conducted in 2014 by the Centre for archaeology and medieval history of religious establishments on the site occupied by the Saint-Martin d’Auchy abbey in Aumale resulted in the discovery of two states of the cloister’s low wall; they are structurally linked to the abbey, which was built during the 17th Century or at the beginning of the 18th Century, when it was transferred to the Maurist monks. These structures are built on earthworks which seal the levelling of an older phase with a different spatial layout.

Texte intégral

Historique

  • 1 Pour ce chapitre historique, voir Petit, 2010 ; Sémichon, 1862, t. I, p. 289-320 et t. II, p. 4-82  (...)

1Le monastère1 est fondé comme collégiale dédiée à la Sainte Vierge et à saint Martin à la fin du Xe ou au début du XIe siècle par Guérinfroid, premier seigneur normand d’Aumale, sur le versant d’un promontoire dominant la vallée de la Bresle. Il y installe six chanoines.

2En 1096, la collégiale est cédée à l’abbaye bénédictine Saint-Lucien de Beauvais. Le monastère est soumis à la règle et érigé en prieuré. En 1130, Guillaume le Gros, comte d’Aumale, le transforme en abbaye. C’est au cours du XIIe siècle qu’elle connaît sa période la plus faste. En 1193, Philippe Auguste prend Aumale. Il l’assiège de nouveau en 1196, détruit la ville, le château et brûle l’abbaye. L’abbaye et son église sont reconstruites au début du XIIIe siècle. Dans la seconde moitié du siècle, la communauté compte vingt-cinq moines et six à sept clercs. Pendant la guerre de Cent ans, l’abbaye peine à percevoir les revenus réguliers de ses possessions, notamment anglaises, et l’entretien des édifices est progressivement abandonné. En 1393, un compte rendu de visite signale que l’on trouve difficilement un lieu pour célébrer l’office.

3L’abbaye n’est toujours pas reconstruite en 1448 et elle ne le sera après cette date que grâce aux indulgences accordées par le pape Nicolas V à ceux qui contribueraient à la rétablir. En 1472, après le siège de Beauvais, Charles le Téméraire passe à proximité d’Aumale lorsqu’il se rend au Tréport. Il détruit la ville, le château comtal et l’abbaye. Cette dernière et son église sont reconstruites dès l’année suivante par l’abbé Pierre Roussel. L’abbatiale est réhabilitée dans des dimensions plus modestes qu’auparavant.

4En 1517, l’abbaye passe en commande. Le premier abbé commendataire, Guillaume Leroux de Tilly, achève la construction des bâtiments conventuels et fait ériger un logis flanqué de quatre tours dans la partie agricole de l’abbaye. Dans la seconde moitié du XVIe siècle, les abbés commendataires, qui ne résident pas ou peu à Aumale, n’ont pas le même souci d’entretenir les bâtiments. Après une plainte de Charles de Lorraine, duc d’Aumale, auprès du Parlement de Rouen, ce dernier délègue en 1605 deux conseillers sur les lieux pour constater les dégradations. Ils recommandent que les revenus de l’abbaye soient saisis pour pourvoir aux réparations. En 1622, les religieux se plaignent qu’aucuns travaux n’ont été exécutés. Leur abbé, à la tête de l’abbaye jusqu’en 1660, n’aurait réalisé aucune réparation.

5À la fin du XVIIe siècle, l’archevêque de Rouen constate au cours d’une visite l’état de dégradation dans lequel se trouve l’abbaye. Il recommande encore que les revenus de l’abbé soient saisis pour réparer en priorité le chœur de l’église et les bâtiments conventuels. L’abbé, Guillaume Anfrie de Chaulieu, tente de se décharger des réparations et de faire déclarer les édifices irréparables. Le Parlement de Rouen dépêche en 1690 des experts qui dressent sur place un état des lieux. En 1698, Pierre de l’Espine, abbé et membre du Parlement de Rouen, fait constater par mesure de prudence l’état dans lequel lui sont livrés les bâtiments. La même année, le Parlement de Rouen décharge définitivement les deux abbés des réparations du monastère.

Fig. 1. Façade est du bâtiment conventuel encore en élévation (cliché : M. Wawrzyniak).

6Le 13 décembre 1703, l’abbé Pierre de l’Espine et le duc du Maine décident d’y établir les bénédictins réformés de Saint-Maur. L’archevêque de Rouen donne son consentement le 28 du même mois. À leur arrivée, les mauristes trouvent une abbaye désolée. Les travaux commencent le 23 avril 1705 et durent cinq ans. La construction de l’église intervient entre 1729 et 1744, le coût des travaux nécessitant une cotisation des autres monastères mauristes de Normandie.

7Après la Révolution, l’abbaye est vendue comme bien national. L’adjudication a lieu le 21 juin 1791 et l’abbaye est en partie démolie en 1793. Sur le cadastre de 1815, seuls les bâtiments conventuels encore en élévation sont figurés. Il s’agit de l’aile orientale (fig. 1), du mur sud de l’aile septentrionale et du mur sud du cloître, également mur gouttereau nord de l’église paroissiale, accolée au cloître. Aucun autre élément des églises paroissiale et abbatiale ne subsiste.

La fouille programmée de 2014

8L’intervention archéologique a été motivée par la volonté du propriétaire de réhabiliter en partie le cloître mauriste, réhabilitation qui participe à un projet plus global de restauration qu’il a entrepris avec la Conservation régionale des Monuments historiques depuis plusieurs années. Il s’agit de la première intervention sur les niveaux archéologiques depuis les observations de Félix Beauvain-Montillet et de l’abbé Cochet (1860) sur le chevet de l’église abbatiale gothique.

9L’opération intervient à la suite d’une campagne de relevés topographiques et d’une étude historique effectuées par le Centre d’archéologie et d’histoire médiévales des établissements religieux (CAHMER) en 2012. Il s’agit d’une fouille programmée menée par les membres de l’association durant quatre semaines.

10Afin de déterminer le tracé du mur bahut, un sondage a été réalisé dans l’angle nord-est du cloître. Le retrait des planchers à l’intérieur de l’aile est a été l’occasion d’en tester le potentiel stratigraphique (fig. 2)

Fig. 2. Implantation des sondages (DAO : M. Wawrzyniak).

État I : occupation contemporaine du site

11Les premières structures mises au jour sous la couche végétale correspondent à l’occupation contemporaine du site. Elles recoupent une couche dont le mobilier céramique est daté jusqu’au XXe siècle. Il s’agit de creusements de faible profondeur qui doivent être liés à l’utilisation du cloître comme jardin à cette époque.

12Une canalisation en brique mal conservée a également été dégagée. Elle devait évacuer les eaux usées de la cuisine du bâtiment conventuel vers le cloître dans un large puits perdu. Un regard en brique, accolé contre le mur sud de l’aile nord, sert à envoyer les eaux pluviales vers une citerne aménagée dans la cave, sous le bâtiment conventuel encore en élévation. La partie orientale du sondage est largement perturbée par un creusement contre la fondation du bâtiment conventuel, dont la fonction nous échappe encore.

État II : reconstruction du cloître de l’abbaye moderne

13Sous une couche de limon marron, présente de façon sporadique sous la terre végétale et recoupée par les installations contemporaines, les fondations d’un mur bahut larges de 0,50 m ont été mises au jour à environ 20 cm sous le niveau de circulation actuel (fig. 3 et 4). Ce mur fonctionne structurellement avec l’abbaye dont des vestiges sont encore en élévation. Il délimite une galerie de cloître large de 2,20 m. L’arasement de la structure doit représenter le sommet de la fondation avant l’élévation qui a dû être entièrement récupérée. Cette fondation est constituée de blocs de craie taillés plus ou moins grossièrement dont certains doivent être des éléments de récupération. Ces blocs sont liés par un mortier compact très argileux.

14Le sol de la galerie est constitué de carreaux de pavement non glaçurés de 13 cm par 13, pour une épaisseur de 3 cm. Il repose sur un mortier jaune qui porte encore les empreintes des carreaux récupérés (fig. 5). Ce mortier s’appuie sur des remblais postérieurs à l’installation du mur bahut. Ils ont livré un mobilier céramique datable des XVIIIe et XIXe siècles. Les travaux liés à l’érection de ce mur coïncideraient avec ceux que réalisent les mauristes à partir de 1705 ; le mobilier n’interdit cependant pas une construction plus tardive, dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, période durant laquelle l’église abbatiale est reconstruite.

Fig. 3. Vue générale du sondage 1 (cliché : M. Wawrzyniak)

15À l’extérieur de la galerie, le long du mur bahut, un mortier de tuileau rose a été dégagé (fig. 6). Il devait recevoir un aménagement tel qu’un trottoir ou un équipement lié à la gestion des eaux pluviales. Des empreintes encore visibles dans ce mortier semblent suggérer que l’aménagement était constitué de briques.

État III : construction de l’abbaye moderne

16Le mortier de tuileau scelle l’arasement des fondations d’un mur dont la fonction doit être la même que le premier mis au jour et qui fonctionne déjà structurellement avec les vestiges encore en élévation (fig. 7). Large de 0,70 m, il est constitué de blocs de craie liés par un mortier argilo-sableux orange (fig. 3). Il dessine une galerie plus large de 0,50 m par rapport au mur plus récent. Aucun niveau de sol associé n’a été retrouvé. Il a dû être détruit lors du réaménagement du cloître.

17À l’intérieur de la cour, la construction de cette fondation a été suivie d’un remblaiement massif pour surélever le terrain de près de 1,40 m. Ces remblais ont livré un mobilier céramique des XVIe et XVIIe siècles.

18Il est probable que ce premier état du cloître soit celui qui accompagne la construction des bâtiments conventuels. Dans le sondage réalisé à l’intérieur de l’aile orientale, nous avons observé le même remblaiement. La surélévation du terrain est concomitante de la construction des fondations de ce bâtiment. On trouve dans ces terrassements de fines couches indurées de craie et de mortier, liées au mur, qui doivent être des niveaux de travail en rapport avec la construction du bâtiment conventuel (fig. 8). Le mobilier associé à ces couches n’est pas postérieur au XVIIe siècle, ce qui correspond à celui des couches qui suivent l’édification du mur bahut.

Fig. 4. Sondage 1 : plan de l’état II (DAO : M. Wawrzyniak).

Fig. 5. Sol de la galerie du cloître du XVIIIe siècle (cliché : M. Wawrzyniak).

Fig. 6. Mortier de tuileau (cliché : M. Wawrzyniak).

Fig. 7. Sondage 1 : plan de l’état III (DAO : M. Wawrzyniak).

19On observe donc la construction d’une abbaye entièrement nouvelle à une époque qui nous échappe un peu. La première hypothèse est que l’abbaye est érigée dès le XVIIe siècle, entre 1622, date à laquelle les religieux se plaignent encore de l’état des lieux, et le milieu du siècle. À la fin du XVIIe siècle, les derniers abbés commendataires tentent de se décharger de la réparation des bâtiments de l’abbaye. Dans les informations du procès-verbal de 1690, un témoin affirme qu’elle était encore en bon état cinquante ans plus tôt. La seconde hypothèse est une construction entièrement nouvelle au début du XVIIIe siècle, lorsque les mauristes arrivent dans l’abbaye.

État IV : l’abbaye médiévale

20Les remblais qui nivellent le terrain scellent l’arasement de structures plus anciennes (fig. 9). Elles apparaissent, pour les mieux conservées, à quelques centimètres sous les niveaux de sol modernes. Contrairement aux vestiges plus récents dont seules les fondations ont été mises au jour, ceux-ci présentent, à la même altitude, des structures en élévation (fig. 3).

21Dans le secteur 1, un mur d’orientation est-ouest, large de 1 m, a été mis au jour sous des remblais de démolition accolés contre lui. Ce mur est parementé en brique, craie et silex taillés. L’hétérogénéité de ce parement suggère qu’il a connu au moins une réfection (fig. 10).

22Dans la zone perturbée par le puits perdu contemporain, le mur semble observer un retour vers le nord, peut-être une entrée vers l’intérieur d’un bâtiment. Ce bâtiment pourrait être l’aile nord d’une phase plus ancienne de l’abbaye qui aurait une emprise différente de celle de l’époque moderne.

23Une cloison en brique est accolée contre ce mur dans un espace qui serait alors la galerie du cloître (fig. 11). Nous ne comprenons pas la raison qui aurait motivé l’obstruction, au moins partielle, de la circulation à l’intérieur de la galerie. L’ouverture du sondage est trop restreinte pour espérer dégager l’éventuel mur bahut qui répondrait à ce mur. À l’est de ce mur en brique, une couche de terres cuites architecturales pilées semble constituer le vestige d’un niveau de sol récupéré ou partiellement détruit fonctionnant très probablement avec lui. Il apparaît sous 1,40 m de remblai par rapport au niveau de sol actuel et 1,20 m par rapport au niveau de sol associé au second état du cloître moderne. Ce niveau de sol est recoupé par l’installation des fondations de l’aile est moderne et par celles du mur bahut le plus récent.

Fig. 8. Niveaux de travail à l’intérieur du remblai de nivellement qui intervient à l’époque moderne (cliché : M. Wawrzyniak).

Fig. 9. Sondage 1 : plan de l’état IV (DAO : M. Wawrzyniak).

24Au nord de ce même mur, trois structures ont été reconnues. Leur fonction n’est pas certaine, pas plus que leur contemporanéité. Ces murs ne sont pas harpés entre eux et ont pu être installés à des moments différents pour, dans un dernier temps, fonctionner ensemble, lorsqu’ils ont été percés de trous, probablement pour installer un plancher (dont l’altitude ne correspondrait à aucun des sols, ni médiéval, ni moderne). Ils présentent également des parements soignés propres à des éléments en élévation, soit en craie, soit en brique, soit dans un appareillage alternant les deux matériaux.

25Dans le secteur 2, sous 1,20 m de remblais qui surélèvent le terrain à l’époque moderne, un mur nord-sud a été mis au jour (fig. 12). Il délimite deux espaces (fig. 13 à 15) : à l’ouest, un remblai de démolition qui est encore postérieur à la construction de l’abbaye moderne et sur lequel nous nous sommes arrêtés pour des raisons de sécurité (l’ouverture étant inférieure à 12 m ² et les bermes déjà hautes de près de 1,50 m) et à l’est, un niveau de sol, très mal conservé, associé à ce mur. Le remblai de démolition est recoupé par deux creusements circulaires de petite et moyenne dimensions que nous interprétons comme des éléments ponctuels liés à la construction de l’abbaye moderne. Le comblement de l’un de ces creusements a livré un tesson de céramique daté du XVe siècle. L’altitude du sol est la même que celle du sol observé dans le secteur 1. De ce niveau de circulation, seuls subsistent deux carreaux de pavement non glaçurés de 22 cm sur 22, et 5 cm d’épaisseur (fig. 14). Ils reposent sur des niveaux de préparation alternant craie pilée et couches argileuses. Ces derniers ont livré un mobilier céramique datable du XVIe siècle. L’abbaye fonctionne donc déjà à cette époque. Le sol est recoupé par deux creusements quadrangulaires (fig. 15). Un seul a été testé, le second étant de deux tiers hors de l’emprise de fouille. Le premier s’est révélé être une sépulture orientée tête vers l’ouest (fig. 16). Le comblement de cette sépulture était scellé par une dalle de mortier de chaux, probablement pour éviter tout phénomène de tassement qui aurait pu provoquer l’affaissement du pavement. Ces deux creusements correspondent donc à des fosses sépulcrales qui ont été recoupées par la tranchée de fondation du mur est de l’aile orientale moderne.

Fig. 10. Mur en brique, craie et silex, d’orientation est-ouest (cliché : M. Wawrzyniak).

26La présence de sépultures à l’intérieur de cet espace pourrait s’expliquer par le fait que l’on se trouve soit dans la salle capitulaire, soit, et c’est l’hypothèse que nous privilégions, à l’intérieur de la galerie du cloître.

Fig. 11. Cloison de brique s’accolant contre le mur en brique, craie et silex (cliché : M. Wawrzyniak).

Fig. 12. Mur d’orientation nord-sud dans le sondage 2 (cliché : M. Wawrzyniak).

Fig. 13. Sondage 2 : plan de l’état III (DAO : M. Wawrzyniak).

Fig. 14. Sol associé au mur d’orientation nord-sud dans le sondage 2 (cliché : M. Wawrzyniak).

Fig. 15. Vue générale du sondage 2 (cliché : M. Wawrzyniak).

Fig. 16. Sépulture testée dans le sondage 2 (cliché : M. Wawrzyniak).

Conclusion

27L’opération que nous avons menée en 2014 a permis de déterminer l’emprise de la galerie du cloître moderne fonctionnant structurellement avec l’abbaye encore en élévation qui lui est contemporaine. Celle-ci est reconstruite à une époque qui nous échappe encore, très probablement au début ou au cours du XVIIIe siècle, soit lors des travaux mauristes sur les bâtiments conventuels, qui interviennent dès 1705, soit lors des travaux de l’église abbatiale, entre 1729 et 1744. L’abbaye moderne est une construction entièrement nouvelle qui ne repose sur aucune structure plus ancienne. Sa réalisation intervient soit au cours du XVIIe siècle, entre 1622 et 1690, sans que nous n’en percevions la trace dans les archives, soit au début du XVIIIe siècle, lorsque l’abbaye est cédée à la congrégation bénédictine des réformés de Saint-Maur. Cette nouvelle construction s’accompagne de travaux de terrassements massifs qui rehaussent les niveaux de sol de 1,20 m.

28Ce remblaiement scelle l’arasement de l’abbaye reconstruite en 1473 après sa destruction par Charles le Téméraire et qui perdure au XVIe siècle voire jusqu’au XVIIe ou au début du XVIIIe siècle. Cette reconstruction est poursuivie et achevée au début du XVIe siècle lorsque l’abbaye passe en commande. Il est difficile d’appréhender la nature de cette reconstruction : réparation, réhabilitation d’éléments plus anciens ou construction nouvelle ? Par rapport à cette phase de reconstruction, l’abbaye moderne est déplacée vers le nord et l’ouest, ses structures présentent un léger désaxement. Nous prévoyons d’intervenir à nouveau dans le cloître en 2015. Les objectifs sont de repérer un éventuel aménagement central à l’intérieur du cloître moderne, déterminer la fonction des structures médiévales mises au jour dans les secteurs 1 et 2 et documenter d’éventuels éléments plus anciens. Un sondage sera également réalisé devant la façade est du bâtiment conventuel afin d’évaluer la stratigraphie dans une zone a priori épargnée par les aménagements modernes et contemporains.

Bibliographie

Bibliographie

Augé P., Leman V., Petit A. et Racinet P. (2012) – Aumale (Seine-Maritime). Abbaye Saint-Martin d’Auchy. Rapport d’intervention topographique. SRA de Haute Normandie.

Cochet J.-B.-D. abbé (1860) – Antiquités chrétiennes découvertes à l’abbaye d’Auchy. Bulletin de la Société des Antiquaires de Normandie, 1re année, 1er trimestre, p. 140-146.

Petit B. (2011) – L’abbaye Saint-Martin d’Auchy. Annuaire des cinq départements de la Normandie, Congrès d’Aumale, 5-8 juillet 2010, Condé-sur-Noireau, p. 83-106.

Sémichon L.-E. (1862) – Histoire de la ville d’Aumale (Seine-Inférieure) et de ses institutions depuis les temps anciens jusqu’à nos jours. Paris, Auguste Aubry, 2 vol.

Notes

1 Pour ce chapitre historique, voir Petit, 2010 ; Sémichon, 1862, t. I, p. 289-320 et t. II, p. 4-82 ; les documents conservés aux archives départementales de l’Oise (H 1303 et 1304) et de Seine-Maritime (1 H 1 à 1 H 155).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Façade est du bâtiment conventuel encore en élévation (cliché : M. Wawrzyniak).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4196/img-1.jpg
Fichier image/, 236k
Légende Fig. 2. Implantation des sondages (DAO : M. Wawrzyniak).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4196/img-2.jpg
Fichier image/, 124k
Légende Fig. 3. Vue générale du sondage 1 (cliché : M. Wawrzyniak)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4196/img-3.jpg
Fichier image/, 224k
Légende Fig. 4. Sondage 1 : plan de l’état II (DAO : M. Wawrzyniak).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4196/img-4.jpg
Fichier image/, 168k
Légende Fig. 5. Sol de la galerie du cloître du XVIIIe siècle (cliché : M. Wawrzyniak).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4196/img-5.jpg
Fichier image/, 192k
Légende Fig. 6. Mortier de tuileau (cliché : M. Wawrzyniak).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4196/img-6.jpg
Fichier image/, 216k
Légende Fig. 7. Sondage 1 : plan de l’état III (DAO : M. Wawrzyniak).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4196/img-7.jpg
Fichier image/, 152k
Légende Fig. 8. Niveaux de travail à l’intérieur du remblai de nivellement qui intervient à l’époque moderne (cliché : M. Wawrzyniak).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4196/img-8.jpg
Fichier image/, 192k
Légende Fig. 9. Sondage 1 : plan de l’état IV (DAO : M. Wawrzyniak).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4196/img-9.jpg
Fichier image/, 184k
Légende Fig. 10. Mur en brique, craie et silex, d’orientation est-ouest (cliché : M. Wawrzyniak).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4196/img-10.jpg
Fichier image/, 356k
Légende Fig. 11. Cloison de brique s’accolant contre le mur en brique, craie et silex (cliché : M. Wawrzyniak).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4196/img-11.jpg
Fichier image/, 156k
Légende Fig. 12. Mur d’orientation nord-sud dans le sondage 2 (cliché : M. Wawrzyniak).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4196/img-12.jpg
Fichier image/, 168k
Légende Fig. 13. Sondage 2 : plan de l’état III (DAO : M. Wawrzyniak).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4196/img-13.jpg
Fichier image/, 160k
Légende Fig. 14. Sol associé au mur d’orientation nord-sud dans le sondage 2 (cliché : M. Wawrzyniak).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4196/img-14.jpg
Fichier image/, 172k
Légende Fig. 15. Vue générale du sondage 2 (cliché : M. Wawrzyniak).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4196/img-15.jpg
Fichier image/, 172k
Légende Fig. 16. Sépulture testée dans le sondage 2 (cliché : M. Wawrzyniak).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4196/img-16.jpg
Fichier image/, 183k

Auteurs

CAHMER, membre associé du laboratoire TrAme E.A. 4284

Université de Picardie Jules Verne

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540