Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Conches-en-Ouche, 5 et 6 juin 2015

 | 
Jean-Paul Ollivier

Le palais de l’archevêque Guillaume de Flavacourt (1278-1306) : un ensemble médiéval rouennais durant les époques moderne et contemporaine

The palace of the archbishop William de Flavacourt (1278-1306): a Medieval complex in Rouen during the modern and late modern periods

Dominique Pitte

Résumé

À la charnière des XIIIe et XIVe siècles, Guillaume de Flavacourt fait édifier à l’archevêché de Rouen un nouveau palais. Le monument, délaissé dans la seconde moitié du XVe siècle au profit de constructions nouvelles, accueille à l’époque moderne la justice archiépiscopale. Les bâtiments, qui tombent en ruine et sont menacés d’un réalignement au XIXe siècle, sont sauvés par l’installation dans les lieux, en 1898, de la Maîtrise de la cathédrale.

During the transition from the 13th to the 14th Century, William de Flavacourt had a new palace built for the archbishop of Rouen. The monument, which was abandoned in the second half of the 15th Century for new constructions, housed the archbishop’s court in the modern era. The buildings, which went to ruin and were in danger of being rearranged in the 19th Century, were saved when the Cathedral Choir occupied the premises in 1898.

Entrées d'index

Mots clés :

Moyen Âge, archevêché, palais

Texte intégral

1Les recherches menées en 2012 et 2013 autour du site d’implantation de l’historial Jeanne-d’Arc à Rouen ont conduit à s’intéresser à un ensemble de vestiges et de constructions qui, étudiés à la lueur de l’iconographie ancienne et de la documentation médiévale, ont permis de restituer avec une bonne précision le palais édifié à la charnière des XIIIe et XIVe siècles par l’archevêque Guillaume de Flavacourt (fig. 1). Le terme « palais » s’applique à la résidence du prélat, qui occupait alors l’extrémité occidentale d’un ensemble plus vaste et complexe désigné à la fin du Moyen Âge sous le terme de « manoir archiépiscopal ».

Fig. 1. Le site de l’ancien palais de Guillaume de Flavacourt, en 2013 (cliché : D. Pitte).

2Les premières synthèses élaborées autour de ce palais médiéval ont fait l’objet de publications (Follain et Pitte, 2015a-c). Il sera aujourd’hui question de l’histoire moderne et contemporaine de ce monument, abordée à travers une documentation abondante et variée, conservée en grande partie aux Archives départementales de Seine-Maritime. Cette documentation permet de suivre dans le détail l’histoire du palais, du début du XVIe siècle à nos jours.

3Située au nord et au pied de la cathédrale, la résidence de Guillaume de Flavacourt était constituée d’édifices très resserrés, comprenant un corps de logis comportant deux étages, une grande salle de réception de plein pied, une chapelle présentant deux niveaux et un bâtiment abritant les communs. L’ensemble s’inscrit dans un quadrilatère bordé à l’ouest par un passage menant à la cathédrale, la « cour des Libraires ». Bâti sur l’emplacement de constructions romanes soigneusement arasées, le palais offre la particularité d’avoir été construit en avancée sur la rue qui le borde au nord (fig. 2).

Fig. 2. Le palais de Guillaume de Flavacourt : localisation et plan-masse (© Érik Follain).

  • 1 Archives départementales de Seine-Maritime (ADSM), G 60.

4L’ensemble érigé par Guillaume de Flavacourt est prestigieux. Il semble qu’on y ait parfois mené grand train durant le XIVe siècle (Fuzet et Jouen, 1908, p. xxiv-xxv). C’est dans la chapelle palatine qu’est prononcée, le 29 mai 1431, la condamnation de Jeanne d’Arc. La grande salle du palais accueille, au début du mois de juillet 1456, des séances de son procès en réhabilitation. Le palais souffre cependant de sa proximité avec la cathédrale, qui lui fait de l’ombre. Dans les années 1460, Guillaume d’Estouteville décide de construire plus à l’est un « ostel neuf » bénéficiant d’une véritable exposition au sud, reléguant le palais médiéval au rang de « vieil ostel1 ».

Le transfert de l’Officialité dans le palais de Guillaume de Flavacourt

5Georges d’Amboise, qui accède au siège épiscopal en 1494, tient de ses nombreux voyages en Italie le goût des belles constructions. Il consacre une partie de sa considérable fortune à transformer l’archevêché de Rouen qui, malgré les améliorations notables apportées par Louis de Luxembourg et Guillaume d’Estouteville au cours des décennies précédentes, ne pouvait lui convenir. Le prélat ne dut pas goûter la proximité de sa résidence avec la « cour d’église » et ses terribles prisons. Dès son arrivée à Rouen, il réorganise l’archevêché et transfère sa justice et son administration dans l’ancien palais de Guillaume de Flavacourt. Il a désormais les mains libres pour ordonner un jardin entouré de galeries et encadré à l’est par deux pavillons, dans la partie orientale de l’îlot. Il prolonge, dès son arrivée à Rouen, le palais de Guillaume d’Estouteville par une première construction comportant au rez-de-chaussée une cuisine, une salle et des appartements à l’étage. Une chapelle et une galerie sur la rue Saint-Romain viennent rapidement compléter cet ensemble.

  • 2 ADSM, G 93.

6Les auteurs ont considéré, durant tout le XXe siècle, que Georges Ier d’Amboise avait élevé un nouveau bâtiment le long du passage des Libraires pour y loger l’Officialité. Il n’y a pas lieu de douter que ce dernier fut à l’initiative de ce transfert ; on peut contester qu’il s’effectua dans un bâtiment neuf. Rien, dans la documentation qui nous est parvenue, ne permet de l’affirmer. Quelques lignes, dans les pièces comptables conservées pour le début du XVIe siècle, font bien référence à l’exécution de travaux pour la nouvelle Officialité. C’est ainsi que le compte pour l’année 1507-1508 fait état de la « construction à Rouen, en la maison de la geôle de la cour d’église, de deux chambres ou fortes prisons pour recueillir les personnes criminelez appelans »2. Selon Mgr Fuzet, qui rapporte les dires de l’abbé Colette, ces cachots étaient superposés et situés dans la tour carrée en saillie sur l’ancien logis médiéval ; la fosse de la prison aurait été, quant à elle, aménagée à la base de cette même tour (Fuzet et Jouen, 1908, p. lxix ; fig. 3).

7Il semble que les travaux d’installation aient été loin d’être achevés à la mort de Georges Ier d’Amboise, en 1511. Son neveu et successeur, Georges II d’Amboise, travaille encore activement à l’installation de sa juridiction. Le compte de Gilles de Tilques, du 30 septembre 1513 au 29 septembre 1514, mentionne que Jehan Barbe, vitrier, a été rémunéré « pour avoir refaict les vittres de la court de l’église ». En 1526, un grande quantité de terres et d’immondices est tirée des prisons et évacuée hors la ville. On travaille de façon régulière aux prisons : on y répare les fers en 1528 ; l’année suivante, on remet en état les dégâts causés par les prisonniers qui ont cassé la grille d’une fenêtre. Le compte de 1537-1538 mentionne la construction d’« une chambre basse pour la question et une chambre haulte pour le conseil de lad. court d’église » et d’une « escriptoire ou étude ». Dans le même temps, Thomas de la Houlle, charpentier, et Jehan Lefèvre, couvreur et plâtrier, interviennent sur la couverture « de chacun des costez du comble du grand corps d’hostel de lad. cour d’Esglise ». Le « grand corps d’hostel », est évidemment l’ancien logis de Guillaume de Flavacourt, réaménagé intérieurement (fig. 4). Mgr Fuzet pense que la salle située au second étage « pouvait être la chapelle ou la salle de justice de l’Official ».

8Cette abondance de travaux à la cour d’église dans les années 1520-1530 ne doit pas surprendre. L’église a, à cette époque, fort à faire avec les idées luthériennes, et des « hérétiques » issus de tous les coins du diocèse sont transférés à Rouen. Certains d’entre eux parviennent cependant à s’échapper, comme Geoffroy du Coudray, curé du Coudray, recherché en 1521 pour s’être enfui des prisons de l’archevêque.

Fig. 3. La tour de l’ancien logis médiéval a abrité, au XVIe siècle, les cachots de l’archevêque (cliché : D. Pitte).

9La grande salle médiévale semble avoir également été réaffectée en même temps que l’on transformait l’ancien logis en conciergerie ; Mgr Fuzet y place « le grand parquet et le siège des notaires ». C’est vers 1500 qu’a dû être percée, à la base de son mur nord, la porte double donnant encore aujourd’hui sur la rue Saint-Romain (fig. 5). La salle a dû servir, à cette époque, à l’ordination de prêtres, ce qui lui a valu l’appellation de « Chapelle des Ordres », qui lui est restée longtemps attachée, bien après que cette fonction ait été transférée dans d’autres lieux.

10Les prélats, après Georges II d’Amboise, ne vont plus guère porter d’attention à leur séjour rouennais. Archevêque de 1550 à 1590, Charles Ier de Bourbon ne s’occupe pas de l’archevêché : les bâtiments souffrent d’un défaut d’entretien. L’ancienne grande salle seigneuriale, qui fait face à la conciergerie de l’Officialité, semble déjà mal en point à cette époque. Dès 1569, on s’inquiète du fait que « la salle de la court d’Église menace grandement ruine et que sy elle tombe, elle fera grand dommage tant aux maisons circonvoisines que à l’église ».

Fig. 4. Le logis de Guillaume de Flavacourt a été transformé en conciergerie (cliché : D. Pitte).

11L’archevêque Charles Ier de Bourbon meurt en 1590. Pendant la vacance du siège, le chapitre de la cathédrale doit s’occuper de la maintenance des bâtiments et s’inquiète de leur état de délabrement. Il délègue en urgence des experts, qui font un constat alarmant.

  • 3 ADSM, G 3345.

12À la fin du mois de septembre de la même année, Jacques Tourmente (maçon), Denys Cousin (charpentier), Vincent Linant (plâtrier et couvreur) et Pierre Luce (plombier) se rendent sur place. En visitant l’ancienne grande salle (désignée à cette occasion comme « Chapelle des Ordres »), ils trouvent « une portion de voultes de pierre lesquelles sont en ruyne et prestz et encommencez à tumber ». Ils constatent que la cour d’église est « en totale ruyne » et suggèrent de la « rebastir tout de neuf »3. La couverture en tuiles de la conciergerie ne fait plus son office et les planchers du bâtiment sont à reprendre. La prison n’est pas en meilleur état, les pavés sont désolidarisés et l’eau stagne, entraînant dans le secteur une « puanteur ». La chapelle gothique n’est pas épargnée par le constat : la pérennité du lambris de sa voûte est menacée par des manques dans la toiture. D’une manière générale, l’arase des murs n’est plus protégée et la pluie s’infiltre dans les maçonneries, hâtant leur dégradation.

  • 4 ADSM, G 3626.

13En juillet 1591, maçons et couvreurs se rendent de nouveau à la « Chapelle des Ordres » pour décider des mesures à prendre pour ses voûtes. Leur verdict est sans appel : une première croisée est effondrée et une autre « ouverte par hault d’un grand demy pied et menace par semblable une grande ruyne »4 : il convient de tout abattre, ce qui est fait rapidement. On mure également la double porte donnant sur la rue Saint-Romain. Le parquet et les notaires, qui occupaient cet espace, sont transférés ailleurs, pour partie dans la vieille chapelle gothique. Dom Pommeraye confirme, en 1686, que « la Cour d’Église où les officiaux tiennent leur juridiction [se trouvait] dans la chapelle proche et contiguë à la grande salle au lambris dorés du Palais Archiépiscopal d’un côté et de l’autre à l’Église » ; il précise « qu’elle fut auparavant dans cette grande place vuide qui est entre l’Archevesché & les prisons de l’Officialité, mais que cette grande salle étant tombée en rüine, on la transfera dans la chapelle où se faisoit les ordres, et elle y est encore a présent » (Pommeraye, 1686, p. 418). La dénomination « Chapelle des Ordres » semble s’appliquer, sous la plume de Dom Pommeraye, à la chapelle gothique. En 1668, déjà, Farin avait distingué « la prison de l’Officialité, qui était l’ancien Archevêché, & la Chapelle des Ordres où se tient aujourd’hui le siège de l’Official » (Farin, 1668, 3e partie, p. 119).

Fig. 5. Une porte double a été percée à la base du mur nord de la grande salle seigneuriale (cliché : D. Pitte).

Fig. 6. Extrait du plan de Rouen par Jacques Gomboust, en 1655. La grande salle seigneuriale a disparu ; seul subsiste le mur nord.

14La représentation de cette partie de l’archevêché par Jacques Gomboust, en 1655, rend bien compte de la nouvelle situation : seul subsiste de la grande salle le pignon nord (fig. 6). La construction elle-même a disparu et une « place vuyde » occupe désormais son emprise, espace libre qui va être vite colonisé par plusieurs édifices, de moindre qualité architecturale et d’usage plus prosaïque. Le plan dressé vers 1715 par l’architecte Robert de Cotte témoigne des modifications apportées à ce secteur de l’archevêché au XVIIe siècle. Un mur (fig. 7A), reprenant partiellement le tracé du gouttereau de la grande salle disparue, délimite à l’est les prisons et la conciergerie (fig. 7B-C). Deux étroits passages, percés à la base du mur pignon de l’ancienne grande salle (fig. 7D), permettent désormais de pénétrer à l’intérieur de l’îlot et d’accéder à la chapelle.

  • 5 ADSM, G 3345.

15Les bâtiments abritant la justice de l’archevêque sont à cette époque dans un piteux état. Pendant une nouvelle vacance du siège, d’octobre 1651 à février 1652, les chanoines s’inquiètent à nouveau des réparations à faire à l’archevêché « et principalement en la conciergerie de la cour ecclésiastique ». On craint même des intrusions dans la cathédrale par ce côté, « a cause que tout est ouvert pendant la nuict et que les portes, tant de lad. officialité que des lieux en dépendant, ne ferment aucunement »5.

  • 6 ADSM, G 8691.

16La configuration du secteur va bientôt changer. La chapelle palatine gothique est au centre d’un conflit opposant au début du XVIIIe siècle Claude Maurice d’Aubigné et le chapitre. L’ouvrage fait en effet de l’ombre à la grande salle de l’archevêque, qui forme le projet d’édifier une nouvelle chapelle, orientée différemment : les chanoines jugent la construction projetée trop proche de la cathédrale et protestent. La vieille construction est finalement abattue : ne subsistera de son niveau intérieur qu’une travée et le départ d’une seconde. D’autres parties du vieux palais médiéval auraient pu également disparaître à cette époque, comme la tourelle occupant l’angle nord-ouest de l’ancien logis, que l’on se propose, en 1742, de démolir, parce qu’elle est « ruinée de vétusté et sans comble »6. Trois ans plus tard, on préconise de supprimer le « plancher et plafond de l’Officialité, pour être reconstruits à neuf (et) servir de grenier à foüin dans toute son étendue ». Le bâtiment lui-même est en mauvais état : il faut intervenir sur ses combles et sécuriser l’arase du mur donnant sur le passage des Libraires, qui se dégrade à cause d’infiltrations d’eau. Les bâtiments sont reconvertis, à l’instar de la conciergerie, transformée en écurie et flanquée de râteliers.

Fig. 7. Le secteur de l’Officialité, à la charnière des XVIIe et XVIIIe siècles, d’après un plan dressé dans les années 1710 par l’architecte Robert de Cotte (DAO : Érik Follain, d’après un extrait d’un plan cité par P.-A. Lablaude dans Rouen, Bâtiments nord-ouest de l’Archevêché. Étude de faisabilité pour l’implantation d’un « Historial Jeanne d’Arc », rapport final, 30 mars 2012, p. 11. Bibliothèque du Patrimoine, MH 179845).

Fig. 8. Extrait d’un plan dressé en 1828 par l’architecte Grégoire, représentant le secteur de l’Officialité (DAO : Érik Follain, d’après le Plan général des Bâtimens de l’Archevêché, ADSM, N 457).

  • 7 ADSM, N 457.

17L’Officialité quitte les lieux au milieu du XVIIIe siècle, pour se reporter vers la rue des Bonnetiers : c’est là qu’elle est encore à la fin du siècle. Le plan de l’archevêché établi par l’architecte Grégoire en 18287 comporte une allusion à la situation de ce secteur à la veille de la Révolution : on y lit, en légende sur le vieux logis, « ancienne écurie » (fig. 8).

De la Révolution à la maîtrise Saint-Évode

  • 8 ADSM, 1 QP 1170, estimation de la Maison Épiscopale de Rouen.

18La Révolution française fait peser de nouvelles menaces sur ce qui reste de l’ancien palais de Guillaume de Flavacourt. L’archevêché est morcelé en dix parties, pour lesquelles on prévoit des affectations diverses8 ; la partie qui nous intéresse va notamment accueillir les audiences du tribunal de paix. Mais cet ensemble présente une particularité, déjà évoquée : il fait saillie sur la rue Saint-Romain. En 1793, on décide « qu’il doit être fait un retranchement sur ces bâtiments […] afin que cette rue ait 19 pieds 6 pouces de largeur, proportion indispensablement nécessaire à la circulation des voitures, et que la sûreté publique réclame depuis longtemps ». Les murailles donnant sur la rue sont à cette époque très dégradées et menacent la sécurité des passants. Des pierres s’en détachent régulièrement ; les riverains s’impatientent et font pression pour que l’on hâte les travaux. Ils sont soutenus sur ce point par la Ville.

19Un événement imprévu va détourner leur attention et peut-être contribuer à la sauvegarde des murailles. Le 15 septembre 1822, la flèche et les combles de la cathédrale s’embrasent. On décide immédiatement de reconstruire la flèche et c’est le projet d’un ouvrage métallique, porté par Jean-Antoine Alavoine, qui est retenu. Il faut acheminer les matériaux au pied de la tour-lanterne et le seul espace libre pour installer le chantier est la cour située au nord, qui va prendre le nom de « cour de la Fonte ». L’architecte fait tout d’abord transiter ses matériaux par la cour d’honneur de l’archevêché, au grand dam de l’archevêque qui proteste et obtient que le chantier soit approvisionné par la rue Saint-Romain. Le rez-de-chaussée de l’ancien logis de Guillaume de Flavacourt est transformé en atelier, ce qui entraîne le percement de nouvelles portes, notamment vers la rue.

20L’archevêque, à cette époque, manque de place pour loger ses collaborateurs : les deux étages du logis, au-dessus de l’atelier, subissent des transformations moins radicales pour accueillir, vers la fin des années 1820, un vicaire général et le secrétaire de l’archevêché.

  • 9 ADSM, 4 N 457.

21L’archevêque a également besoin d’une glacière : elle est établie dans le sous-sol situé sous la nouvelle chapelle. L’architecte en charge du chantier rend compte au préfet du déroulement des travaux dans une lettre du 23 juin 1826 : « À peine les fouilles des fondations […] ont-elles été rendues à deux mètres et demi de profondeur, que l’on a trouvé d’anciens murs qui traversaient le sol en s’étendant sous la chapelle en divers sens, tant en longueur qu’en travers, il a fallu les démolir, mais au fur et à mesure de l’exécution, on a rencontré de nouvelles difficultés, qui auraient déterminé le changement du lieu, si dans le local de l’Archevêché on eût trouvé un plus propice. Les fondations du Bâtiment se sont trouvées à découvert […]. Il est très difficile de déterminer la valeur des travaux que causeront les mesures à prendre. Comme on ne peut cependant arrêter, attendu que l’on demande que la glacière soit en état pour l’hiver prochain, j’ai donné l’ordre de continuer les travaux vu l’urgence […] »9. L’ouvrage est de grande taille et les terres issues des terrassements sont réparties sur place : la salle voûtée sous la chapelle est à demi comblée.

  • 10 ADSM, 4 N 457.
  • 11 ADSM, 4 N 457, lettre au Préfet de la Seine-Inférieure, 6 octobre 1828.

22Le projet de redressement de la partie des bâtiments en saillie sur la rue n’est pas pour autant oublié. Le 20 août 1828, les habitants du quartier adressent au préfet une pétition réclamant la destruction de ces bâtiments qui ne sont « d’aucune utilité » : « Leur état de dégradation en a fait depuis longtemps abandonner l’usage. Sous ce rapport, rien ne doit s’opposer à leur démolition »10. Grégoire, architecte principal des bâtiments civils du département, confirme que « la démolition serait en effet un grand bienfait pour les propriétés qui sont situées en face ; elle donnerait à cette rue très passagère un accroissement de largeur dont elle a un bien grand besoin11 ».

  • 12 ADSM, 4 N 457. Un devis estimatif des travaux de grosses réparations à exécuter à l’archevêché en 1 (...)

23Ces impatients reçoivent vite le renfort du maire de Rouen qui a pris soin de reporter la rectification souhaitée sur le nouveau plan d’alignement adopté par la ville. Le redressement de la rue des Bonnetiers, donc celui de la limite sud de l’archevêché, est également demandé. À la même époque, à l’est, le percement de la rue Impériale (aujourd’hui de la République) fait apparaître les fondations des pavillons et de la galerie qui les relie12. On envisage un moment de démolir le pavillon dans l’angle sud-est de l’archevêché. Ce dernier est cerné par les grands travaux. Au début des années 1850, va se dérouler, autour des vestiges de l’ancien palais de Guillaume de Flavacourt, ce qu’il est convenu d’appeler une « guerre d’usure », opposant le maire de Rouen à l’État.

  • 13 Archives nationales, F 19 1824. Cité à la p. 25 de l’étude préalable à la restauration intérieure d (...)

24Dans un rapport rédigé en 1853, Eugène Viollet-le-Duc, alors inspecteur général des Monuments historiques, écrit : « Du côté de la rue Saint-Romain le palais n’est pas sur l’alignement, il devrait reculer de 1,80 m environ à l’angle de la rue Impériale, mais il serait déplorable de détruire une fort belle façade d’un beau caractère architectonique pour un si faible résultat. » La même année, le ministre de l’Instruction publique et des Cultes découvre, ou fait semblant de découvrir, le projet d’alignement de la rue Saint-Romain. Il déclare qu’il n’en a pas été informé en temps utile et que ce projet lui paraît très fâcheux « du point de vue de la conservation d’un monument remarquable par le style de son architecture et par les souvenirs historiques qui s’y attachent13 ». Lors de sa séance du 21 avril 1854, le conseil municipal répond qu’il maintient son projet.

25Le mur donnant sur la rue Saint-Romain montrant des signes de fatigue, le préfet décide de le stabiliser. Il faut pour cela installer dans la rue un échafaudage et des étais qui ne peuvent être mis en place sans l’autorisation de la ville, autorisation que l’entrepreneur chargé des travaux a bien du mal à obtenir : il n’y a en effet, lui rétorque-ton, aucune raison de faire des travaux sur un mur appelé à disparaître.

26Les consolidations se déroulent en 1855, mais les travaux provoquent un manque à gagner pour les commerçants de la rue, qui revendiquent et obtiennent des indemnités.

27Dans une lettre publiée par le Journal de Rouen du 20 août 1859, André Durand, « correspondant du ministère de l’Instruction publique et des Cultes pour les travaux historiques », s’insurge : « il serait [pourtant] utile et de bon goût de ne toucher à aucune partie de l’Archevêché et de laisser ce palais intact comme les siècles nous l’ont légué… Depuis le percement de la rue Impériale, il a été souvent question de démolir la partie de l’Archevêché qui donne sur cette nouvelle voie, parce que, dit-on, ces vieux murs nuisent à la symétrie de la rue. Il nous semble, au contraire, qu’on devrait respecter les murs de cet édifice qui bordent les rues Saint-Romain, Impériale et des Bonnetiers… Cette manie de tout aligner et de tout moderniser aujourd’hui a déjà fait disparaître un grand nombre de monuments particuliers et publics qui méritaient d’être respectés. »

  • 14 ADSM, 4 N 457.

28Une lettre du ministre de l’Instruction publique et des Cultes, en date du 26 juin 1860, met fin aux menaces qui pèsent sur le mur donnant sur la rue des Bonnetiers. On y lit « que l’alignement préconisé par la ville résulte d’une erreur des plus regrettable, ou plutôt d’un défaut d’attention. » Le ministre ne doute pas que l’édilité rouennaise, « mieux éclairée sur cette question », ne renonce à cet alignement. « Je vais donc, conclut-il, donner aux architectes diocésains l’ordre de procéder immédiatement à la restauration de ce mur »14. Le pire a été évité.

29Quelle a été l’attitude des historiens et des archéologues durant la période qui vient d’être évoquée ? Force est de constater que ce qui subsiste du palais de Guillaume de Flavacourt ne retient guère leur attention. Le dictionnaire des rues de Rouen de Pierre Périaux, en 1819, ignore l’édifice qui n’apparaît pas non plus dans les deux tomes de la Description historique des maisons de Rouen publiés en 1821 et 1841 par Eustache de La Quérière. L’attention de l’auteur avait pourtant été attirée par des constructions comparables, en d’autres points de la ville.

30L’ensemble architectural qui nous occupe n’est alors pas encore identifié comme palais médiéval et son état de délabrement détourne l’attention. La cathédrale est classée Monument historique en 1862 ; l’archevêché devra attendre encore un peu. L’abbé Cochet est, à notre connaissance, le premier à avoir évoqué, à propos de ces vestiges, le palais de Guillaume de Flavacourt : « il en reste encore de belles fenêtres ogivales rayonnantes de la fin du XIIIe siècle, qui doivent provenir de cette construction » (Cochet, 1871, col. 448). Il faudra attendre encore 15 ans pour que l’on s’intéresse de plus près à cet ensemble.

  • 15 ADSM, 4 N 458. Cité dans une lettre du ministre de l’Instruction publique et des Cultes au préfet d (...)

31L’édification de la flèche de la cathédrale se prolonge jusqu’en 1876. En 1885, l’architecte diocésain s’inquiète du fait que le rez-de-chaussée de l’ancien logis est toujours occupé par les matériaux du chantier d’Alavoine et que l’on doive encore payer un gardien pour en éviter le pillage. La vente des matériaux, dit-il, aurait pour avantage de « rendre libre le rez-de-chaussée d’un bâtiment intéressant remontant au XIVe siècle et pouvant être mieux utilisé15 ». L’archevêque cherche justement un point de chute pour la Maîtrise de la cathédrale, qui est alors logée cour d’Albane, dans des bâtiments vétustes que l’on prévoit de démolir pour parachever le dégagement de la cathédrale. Il lance en 1885 l’idée d’investir l’ancien logis de Guillaume de Flavacourt, projet qui ne se concrétise que dix ans plus tard.

32En 1887, l’archevêque et l’architecte diocésain saisissent le ministre de l’Instruction publique des Cultes et des Beaux-Arts pour obtenir l’autorisation de démolir les constructions qui encombrent l’emprise de l’ancienne grande salle médiévale. Dans une lettre du 26 août de la même année, le ministre donne son accord sous les réserves suivantes :

  • 16 ADSM, 4 V 150.

« - Le gros mur du XIVe siècle longeant la rue Saint-Romain, contre lequel sont adossés une partie des bâtiments à démolir sera respecté et les démolisseurs devront prendre toutes les précautions pour ne pas l’endommager.
- Tous objets anciens, monnaies, médailles, valeurs ou antiquités, parties sculptées, ou ayant un intérêt artistique ou archéologique qui seraient trouvés dans la démolition des bâtiments ou par la suite de l’abaissement du sol resteront la propriété de l’État16. »

  • 17 ADSM, 2 J 354-87.

33Cette clause apparaît déjà depuis quelques années dans les cahiers des charges des travaux qui sont réalisés à Rouen. On doute qu’elle ait eu beaucoup d’effet, la surveillance des travaux de ce point de vue sera encore longtemps le fait des sociétés savantes. En 1888, l’architecte Louis Sauvageot rédige un « Devis estimatif des travaux à exécuter pour l’installation de la maîtrise dans la partie des dépendances de la cathédrale comprise entre la Cour des Libraires, la rue St-Romain, l’Archevêché et la Cathédrale ». Il est prévu de réaménager l’ancien logis médiéval, mais l’architecte propose également de construire un grand bâtiment parallèle à la rue Saint-Romain17.

34Il faut attendre dix ans pour qu’un programme plus modeste soit réalisé et permette à la Maîtrise d’investir officiellement les lieux, le 28 décembre 1898.

35Une note du Bulletin de la Commission des Antiquités de la Seine-Inférieure nous apprend qu’au cours des travaux exécutés pour l’installation de la Maîtrise, on a recueilli, « entre autres débris des vieux âges, un petit vase du XVIe siècle, sur lequel on lit : Mieux vaut penser que dire » (Tougard, 1899) ; des tronçons de murs romains sont également signalés. La cour de la Fonte est débarrassée à cette occasion des débris du chantier de reconstruction de la flèche de la cathédrale, qui se sont accumulés par endroits sur plus d’un mètre de hauteur ; l’espace est nivelé de façon vigoureuse.

36Un préau est construit le long du mur vers la rue Saint-Romain. Dans les bâtiments qui encadrent la cour à l’est et à l’ouest, s’installent salles de classes et de chant, bureaux et dortoirs. Une chapelle est aménagée, que l’on orne d’un vitrail représentant saint Évode.

37La séparation des Églises et de l’État, le 9 décembre 1905, provoque le départ de l’archevêque, au début de l’année 1907. Le 6 novembre 1908, la Commission des Monuments historiques émet un avis favorable au classement de l’ancien archevêché de Rouen. On s’interroge toujours, malgré tout, sur le devenir des bâtiments. Le Conseil général voit l’opportunité d’y transférer les collections du Musée départemental des Antiquités, qui sont à l’étroit dans l’ancien couvent de la Visitation. Le conservateur du Musée visite les lieux, y compris les sous-sols médiévaux, mais on recule vite devant les coûts prévisionnels du transfert des objets et de l’adaptation des locaux. Dans les années qui suivent, l’armée envisage d’investir les bâtiments et des administrations de l’État sont pressenties pour occuper les lieux, mais en vain.

38En 1914-1918, la guerre fait irruption dans l’archevêché qui accueille des troupes et des réfugiés. La paix revenue, l’archevêque de Rouen réintègre les locaux, mais cette fois en tant que locataire. En 1938, les sous-sols médiévaux de l’archevêché, débarrassés quinze ans plus tôt des remblais qui les encombraient, sont réservés par la Défense passive pour accueillir de façon transitoire les vitraux de la cathédrale. La salle située le plus au sud sert de dépôt, après la seconde guerre mondiale, pour des tuyaux d’orgue et des plaques de plomb provenant de travaux effectués sur les toitures de l’église.

Bibliographie

Bibliographie

Cochet J.-B.-D. (1872) – Répertoire archéologique du département de la Seine-Inférieure. Paris, Imprimerie nationale, 652 p.

Farin M.-F. (1668) – Histoire de la ville de Rouen. 3e éd. Rouen, Bonaventure-Lebrun, 186 p.

Follain É. et Pitte D. (2015a) – Le palais archiépiscopal de Rouen, de la fin du XIe au milieu du XVe siècle. Moyen Âge, 100, février-avril, p. 34-45.

— (2015b) – Rouen, le palais des archevêques. Archéologia, 530, mars, p. 3-11.

— (2015c) – Le logis de Guillaume de Flavacourt, résidence rouennaise d’un archevêque à la fin du Moyen Âge. Moyen Âge, 102, août-octobre, p. 52-61.

Fuzet E.-F. et Jouen L.-A. (1908) – Comptes, devis et inventaires du manoir archiépiscopal de Rouen. Paris, A Picard, 717 p.

Pommeraye F. Dom (1686) – Histoire de l’église cathédrale de Rouen, métropolitaine et primatiale de Normandie. Rouen, impr. de l’archevêché, 693 p.

Tougard A. (1899) – Séance du 29 juillet 1898. Bulletin de la Commission des Antiquités de la Seine-Inférieure, 11, p. 316.

Notes

1 Archives départementales de Seine-Maritime (ADSM), G 60.

2 ADSM, G 93.

3 ADSM, G 3345.

4 ADSM, G 3626.

5 ADSM, G 3345.

6 ADSM, G 8691.

7 ADSM, N 457.

8 ADSM, 1 QP 1170, estimation de la Maison Épiscopale de Rouen.

9 ADSM, 4 N 457.

10 ADSM, 4 N 457.

11 ADSM, 4 N 457, lettre au Préfet de la Seine-Inférieure, 6 octobre 1828.

12 ADSM, 4 N 457. Un devis estimatif des travaux de grosses réparations à exécuter à l’archevêché en 1863 prévoit, pour la façade donnant sur la rue Impériale, le « bouchement d’une porte devenue inutile par suite de l’abaissement du sol de la rue ».

13 Archives nationales, F 19 1824. Cité à la p. 25 de l’étude préalable à la restauration intérieure de la chapelle de l’archevêché, rédigée en 1993 par M. Jantzen (ACMH) et Anne Bossoutrot (architecte DPLG). Documentation de la Conservation régionale des Monuments historiques.

14 ADSM, 4 N 457.

15 ADSM, 4 N 458. Cité dans une lettre du ministre de l’Instruction publique et des Cultes au préfet de la Seine-Inférieure, en date du 9 octobre 1885.

16 ADSM, 4 V 150.

17 ADSM, 2 J 354-87.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Le site de l’ancien palais de Guillaume de Flavacourt, en 2013 (cliché : D. Pitte).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4191/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Légende Fig. 2. Le palais de Guillaume de Flavacourt : localisation et plan-masse (© Érik Follain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4191/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Fig. 3. La tour de l’ancien logis médiéval a abrité, au XVIe siècle, les cachots de l’archevêque (cliché : D. Pitte).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4191/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Légende Fig. 4. Le logis de Guillaume de Flavacourt a été transformé en conciergerie (cliché : D. Pitte).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4191/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 5. Une porte double a été percée à la base du mur nord de la grande salle seigneuriale (cliché : D. Pitte).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4191/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 6. Extrait du plan de Rouen par Jacques Gomboust, en 1655. La grande salle seigneuriale a disparu ; seul subsiste le mur nord.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4191/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 7. Le secteur de l’Officialité, à la charnière des XVIIe et XVIIIe siècles, d’après un plan dressé dans les années 1710 par l’architecte Robert de Cotte (DAO : Érik Follain, d’après un extrait d’un plan cité par P.-A. Lablaude dans Rouen, Bâtiments nord-ouest de l’Archevêché. Étude de faisabilité pour l’implantation d’un « Historial Jeanne d’Arc », rapport final, 30 mars 2012, p. 11. Bibliothèque du Patrimoine, MH 179845).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4191/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 8. Extrait d’un plan dressé en 1828 par l’architecte Grégoire, représentant le secteur de l’Officialité (DAO : Érik Follain, d’après le Plan général des Bâtimens de l’Archevêché, ADSM, N 457).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4191/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 112k

Auteur

DRAC Haute-Normandie

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540