Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Conches-en-Ouche, 5 et 6 juin 2015

 | 
Jean-Paul Ollivier

Les toitures et les tuiles médiévales de l’aile ouest de l’abbaye de Jumièges (Seine-Maritime)

Medieval roofs and tiles from the west wing of the Jumièges abbey (Seine-Maritime)

Gilles Deshayes

Résumé

Les pentes et matériaux de couverture de la toiture disparue de l’aile ouest de l’abbaye de Jumièges ont pu être étudiés à la faveur des travaux de consolidation de l’église Notre-Dame, en 2010, au travers des saignées conservées dans le parement de la tour sud de sa façade occidentale. Près de cinquante morceaux de tuiles plates, chevillées ou à crochet, brutes ou glaçurées, participent à la documentation des toitures du monastère au cours de la seconde moitié du Moyen Âge.

The slopes and materials that covered the disappeared roof of the Jumièges abbey’s west wing were able to be studied thanks to the reinforcement work carried out on the Notre-Dame church in 2010, through the grooves preserved in the facing of the southern tower of its western facade. Around fifty pieces of flat, pegged or hooked tiles, which were untreated or glazed, add to the documentation on monastery roofs during the second half of the Middle Ages.

Entrées d'index

Texte intégral

Une toiture ancrée dans la tour sud de Notre-Dame

  • 1 Nous remercions Bénédicte Guillot (INRAP) pour la transmission du plan du diagnostic réalisé dans l (...)

1L’abbaye de Jumièges est un monastère bénédictin de la basse vallée de la Seine, situé en aval de Rouen (fig. 1 et 2). Fondé au VIIe siècle, incendié par les Vikings en 841, relevé au cours du Xe siècle, il est régulièrement remanié jusqu’au XIVe siècle. L’aile ouest du carré claustral fut érigée au cours du XIIe siècle, contre le mur méridional de la tour sud de l’église Notre-Dame, abbatiale romane du deuxième tiers du XIe siècle (fig. 3 à 5). Il s’agit d’une salle monumentale composée de six travées initialement voûtées de croisées d’ogives, dont les accès côté ouest sont desservis par deux entrées ouvertes sous porches1 (fig. 6). L’identification de la fonction primitive de cet édifice majestueux, une salle destinée à l’accueil des hôtes, revient à Lucien Musset (1985, p. 113). Cet usage est corroboré par les travaux universitaires de Nathalie Manoury (1997, p. 86-93), puis plus récemment par nos propres recherches (Deshayes, 2015, vol. 2, t. 1, p. 30-58), et celles de Mathilde Gardeux (2013, 2014 et 2015). L’aile ouest fut mutée en « recettes et greniers » au XIVe siècle puis désignée comme « grand cellier » aux XVIIe et XVIIIe siècles et enfin surnommée « salle des gardes de Charles VII » au XIXe siècle.

  • 2 Archives départementales de Seine-Maritime (ADSM), L 3211, fol. 26.

2L’aile ouest fut partiellement détruite à partir de l’extrême fin du XVIIIe siècle. On note en particulier, en 1799, la mention de la chute du pignon de la bibliothèque située à l’étage2. Cet état de dégradation, à l’exception des voûtes, semble se stabiliser dans les années 1820, comme en témoignent les dessins et les gravures de l’époque.

Fig. 1. Vestiges de l’abbaye de Jumièges (cliché : P. Godbille).

Fig. 2. Églises et bâtiments de l’abbaye de Jumièges en 1674 et évolution des enclos monastiques de 1650 à nos jours (DAO : G. Deshayes d’après le plan de 1674 de P. de la Vigne et le plan des ruines de G. Lanfry et G. Deshayes).

3La disparition de la dernière toiture, de la charpente, des planchers et des différents revêtements de lambris et d’enduits, révéla sans doute très tôt les deux négatifs de toitures aujourd’hui nettement visibles (fig. 5). Ceux-ci apparaissent comme des saignées obliques dans le parement sud de la tour sud.

4Ces deux états de toitures correspondent aux deux principaux chantiers de l’aile ouest : sa construction dans le courant du XIIe siècle, entre 1140 et 1170 (Manoury, 1997, p. 89), puis sa surélévation d’un étage, longtemps attribuée à la construction de la vaste bibliothèque mise en place entre 1663 et 1669, mais qui pourrait remonter au XIVe siècle. Ces réfections ont pour conséquence l’obstruction de deux larges baies du mur sud de la tour romane (fig. 7).

5La bibliothèque fut décrite en 1762 par dom Dubusc, historien de l’abbaye : le prieur de l’abbaye, « Dom Vincent de Marsolles, […], commença cette année [1663] son second triennat à Jumiéges par faire élever les murailles d’un corps de bâtiment à l’entrée du monastère pour y transporter la bibliothèque » : « Sa longueur est de 100 pieds ; sa largeur de 30 pieds 10 pouces en dedans, non compris le cabinet, et sa hauteur de 15 pieds 3 pouces. Une des principales beautés de cet édifice est d’être bien percé. Dix croisées, chacune de9 pieds 6 pouces de hauteur sur 6 pieds 10 pouces de large, règnent aux deux côtés et lui donnent une très grande clarté. Le pavé est de pierre de Caen et le plafond de bois de sapin. Deux grandes tablettes, à sept planches et hautes de douze pieds, occupent les extrémités de ce vaisseau dans toute sa largeur et même dans une partie de sa longueur… » (Dubusc, 1762, t. III, p. 121-122).

6Malgré cette description précise, d’autres données historiques et archéologiques plaident en faveur d’une surélévation bien plus précoce, au XIVe siècle, quand l’abbé Guillaume le Jeune muta l’aile ouest en « recettes et greniers », c’est-à-dire en édifice de stockage de revenus en nature (Deshayes, 2015, vol. 2, t. 1, p. 44-45). Une porte couverte d’un arc brisé, conservée au-dessus des voûtes et du pignon nord de l’aile ouest, est un indice de cette surélévation médiévale.

Fig. 3. Vestiges des porches et de la façade occidentale de l’aile ouest (cliché : G. Deshayes, 2013).

Fig. 4. Vestiges de l’aile ouest vus depuis la massif occidental de l’église Notre-Dame (cliché : G. Deshayes, 2008).

Fig. 5. Vestiges de l’aile ouest et de la tour sud de l’église Notre-Dame (cliché : G. Deshayes, 2013).

Fig. 6. Plan des vestiges actuels de l’aile ouest et de son porche, du parloir, des maisons nord et sud (base de relevé : Art graphique et patrimoine, 2013 ; compléments : G. Lanfry en 1954, G. Deshayes et B. Guillot en 2015 ; DAO : G. Deshayes).

Fig. 7. Obstruction d’une baie de la tour sud de l’église Notre-Dame (cliché : G. Deshayes, 2010).

  • 3 ADSM, 12 Fi 129, « Plan de la forest de Brotonne […] » (1671) ; Bibliothèque nationale de France, d (...)

7En 1669, Dom Silvestre Morel, nouveau prieur et maître des novices, « fit couvrir la bibliothèque en ardoises » (Dubusc, 1762, t. III, p. 156). Deux dessins, datés de 1671 et 1702, confirment l’existence de cette toiture en ardoises, tandis que celle de l’abbatiale était en plomb et celles de la plupart des autres bâtiments monastiques, dont la petite église Saint-Pierre, en tuiles plates3.

8Les deux saignées les plus basses et les moins pentues contiennent encore des vestiges de solins de mortier (fig. 8 et 9). Ceux-ci y avaient été engagés comme couvre-joints à la jonction des versants de la toiture de l’aile ouest et du mur de la tour sud, contre lequel ces versants s’appuyaient. Ils contiennent de nombreux morceaux de tuiles plates dont certains recouverts en partie de glaçure.

Fig. 8. Saignée de la première toiture de l’aile ouest dans le mur sud de la tour sud de l’église Notre-Dame (cliché : G. Deshayes, 2007).

Relevé des saignées de la première toiture de l’aile ouest

9L’église Notre-Dame fait l’objet, depuis 1988, de travaux de recherches pluridisciplinaires encadrés par James Morganstern, professeur d’histoire de l’art de l’université de Columbus (Ohio). Plusieurs spécialistes de l’architecture médiévale collaborent à ce projet, en vue d’une publication monographique. La dernière campagne de travaux de consolidation des ruines de cette église, entre 2008 et 2012, a permis d’accéder à presque toutes les parties de l’édifice, intérieures et extérieures. Ainsi, un relevé exhaustif des saignées et des solins de la première toiture de l’aile a été réalisée en avril 2010 (fig. 10). À l’issue du relevé et après une couverture photographique, quasiment tous les morceaux de tuiles noyés dans les solins ont été numérotés et étudiés de plus près. Seuls les éléments directement concernés par les saignées et les restes de solins ont fait l’objet d’un dessin, incluant la grande baie romane.

Fig. 9. Faîte de la saignée de la première toiture de l’aile ouest (cliché : G. Deshayes, 2010).

Fig. 10. Ancrage de la première toiture de l’aile ouest dans le parement de la tour sud de l’église Notre-Dame (relevés et DAO : G. Deshayes).

Phasage chronologique des vestiges relevés

10La chronologie des vestiges relevés se décompose en cinq phases.

11La phase 1 correspond à la construction de la tour sud de l’église Notre-Dame, entre 1055 et 1067 d’après James Morganstern (2002, p. 299). La phase 2 est celle de la pose de la première toiture de l’aile ouest : la baie romane est condamnée jusqu’à la base de son arc en plein cintre, avec des pierres de taille calcaires et quelques tuiles plates liées d’un même mortier. Cette ouverture a été bouchée depuis l’intérieur de la tour.

12La phase 3 se distingue par l’entaille du parement de la tour sud et la pose d’un solin de mortier. Deux saignées, larges de 14 cm et peu profondes, apparaissent ainsi dans l’axe des versants de la toiture de l’aile ouest. Un solin de mortier et de morceaux de tuiles plates est engagé dans la saignée ouest.

13Deux cas de figure sont possibles :

  • soit les saignées et le solin ont été réalisés à l’époque de la pose de la toiture pour l’ancrer immédiatement dans le parement de la tour sud ; dans ce cas, ils correspondent sans doute aux derniers travaux de construction de l’aile ouest dans la deuxième moitié du XIIe siècle ;

  • soit ils ont été réalisés postérieurement pour répondre à un problème d’étanchéité ou d’écartement entre la toiture et le parement de la tour ; seule une datation relative reste alors applicable, ils sont postérieurs à la construction de l’aile ouest ; néanmoins, comme nous le verrons, la présence de morceaux de tuiles plates à crochets pourrait orienter la datation du solin au plus tôt vers le XIIIe siècle.

14L’observation macroscopique effectuée in situ semble montrer que l’obstruction de la baie et le solin ouest sont faits avec un même mortier très sableux, beige-gris pâle, contenant de nombreux nodules de calcaire et quelques petits fragments de charbon de bois (fig. 11). La similarité des mortiers n’indique pas nécessairement leur contemporanéité mais plus généralement l’utilisation des mêmes matières premières et d’un même procédé de fabrication, donc probablement d’une même époque.

15Durant la phase 4, diverses obstructions sont réalisées à l’aide de plâtres blancs ou gris. Ces travaux ne peuvent être datés précisément. Néanmoins, dans la vallée de la Seine normande, l’utilisation du plâtre dans la construction semble devenir une pratique courante à partir du XIVe et surtout du XVe siècle, d’après les travaux de Philippe Lardin (1995, p. 159-180). Il s’agit surtout d’obstructions réalisées depuis l’intérieur de la tour, donc probablement antérieures à la surélévation de l’aile ouest.

16La phase 5 est marquée par le comblement des deux saignées et la condamnation de la partie haute de la baie romane depuis l’extérieur de la tour. L’observation macroscopique semble montrer que ces travaux ont été faits avec un même mortier très sableux beige-rose pâle contenant de nombreux nodules de calcaire et de petites « boulettes » de mortier brun clair (fig. 12). Cette phase correspond sans doute à la surélévation de l’aile ouest. Les empreintes de lambourdes, situées au niveau de la base de l’arc en plein cintre de la baie romane, pourraient donc correspondre au plancher des combles de l’aile ouest ainsi surélevée. Le morceau d’enduit de plâtre blanc conservé sur le parement de la tour, à droite de la baie romane, pourrait être un des derniers vestiges des revêtements qui recouvraient les murs rejointoyés de la bibliothèque.

Fig. 11. Mortier de la phase 3 des toitures de l’aile ouest (cliché : G. Deshayes, 2010).

Étude comparative : la pente de la toiture

17Les saignées ouest et est de la première toiture affichent respectivement des pentes de 48,6° et 46,9°. Cette inégalité est due au fait que l’aile n’a pas été construite perpendiculairement à la tour sud mais légèrement désaxée vers le nord-est (fig. 6). La moyenne des deux pentes, de 47,75 °, peut être comparée à celles d’autres grandes toitures normandes inventoriées par Frédéric Épaud (2007, p. 141, fig. 132). Les sept pentes les plus proches de son corpus normand, comprises entre 46 ° et 49 °, appartiennent à des toitures dont la datation est comprise entre 1140 et 1210. Cette fourchette chronologique est compatible avec celle qui est avancée par Nathalie Manoury pour la construction de l’aile ouest, entre 1140 et 1170. D’après les exemples régionaux et les travaux de Frédéric Épaud, il est vraisemblable que la toiture de l’aile ouest reposait sur une charpente à chevrons-formant-fermes.

Fig. 12. Mortier de la phase 5 des toitures de l’aile ouest (cliché : G. Deshayes, 2010).

Étude comparative : les tuiles

Les morceaux de tuiles plates des phases 2, 3 et 5

1858 morceaux de tuiles plates ont été localisés et dessinés. 47 ont été prélevés dans les mortiers des phases 2 et 5. Ils correspondent à deux types de tuiles (fig. 13) :

  • des tuiles plates chevillées, sans crochet, percées de deux trous cylindriques (fig. 14) ; les trous sont destinés à maintenir des chevilles de bois pour accrocher les tuiles sur les voliges ;

  • des tuiles plates à crochet, avec un ou deux petits trous coniques (fig. 15). Ces trous servaient à renforcer la fixation des tuiles, avec un petit clou en fer, dans les parties de la toiture où elles risquaient de se décrocher, notamment les rives.

19Il existe dans chacun des cas des exemples dont le pureau, c’est à dire le tiers inférieur de la tuile exposé aux intempéries, est glaçuré (fig. 14).

20La phase 2 compte six morceaux dans l’obstruction de la baie romane. Les fragments identifiables correspondent à des tuiles plates chevillées dont certaines avec une glaçure variant du jaune orange au gris vert.

21La phase 3 compte vingt morceaux noyés dans le solin ouest et illustrant les deux types :

  • des tuiles plates chevillées, épaisses de 13 à 19 mm ;

  • des tuiles plates à crochet percées d’un petit trou.

22La seule tuile remontée affiche une hauteur de 32,3 cm et une largeur restituée de 18 cm. Ces tuiles sont épaisses de 12 à 15 mm.

Fig. 13. Typologie des tuiles médiévales de l’abbaye de Jumièges (DAO : G. Deshayes).

Fig. 14. Morceaux de tuile plate chevillée et de tuile plate glaçurée noyés dans la saignée de la première toiture de l’aile ouest (cliché : G. Deshayes, 2010).

23La phase 5 compte 32 fragments de tuiles plates pris dans un même mortier et répartis dans six ensembles aujourd’hui séparés. Les deux types sont présents :

  • des tuiles plates chevillées, avec un exemplaire unique épais de 15 à 17 mm, percé d’un trou cylindrique large de 13 à 15 mm et taché de projections involontaires de glaçure jaune ;

  • des tuiles plates à crochet percées d’un petit trou, épaisses de 11 à 15 mm. Quelques morceaux sont marqués de projections involontaires de glaçure verte. D’autres ont un pureau couvert d’une glaçure verte.

24Ces trois phases chronologiques ont donc livré les deux mêmes grands types de tuiles plates :

  • des tuiles chevillées, parfois glaçurées, épaisses de 13 à 19 mm ;

  • des tuiles à crochet percées d’un petit trou, parfois glaçurées, épaisses de 11 à 15 mm.

25Si le seul exemplaire est représentatif, ces tuiles sont hautes de 32,3 cm et larges de 18 cm.

26En dépit du très petit « nombre minimum d’individus » conservés, on peut constater la présence de tuiles plates chevillées glaçurées dans chacune des phases, l’absence de tuile à crochet dans la phase la plus ancienne et l’absence de tuile à crochet glaçurée dans la phase intermédiaire. Il semble que les tuiles chevillées correspondent au modèle le plus ancien et que les tuiles à crochet, moins hautes, moins larges et moins épaisses, soient apparues dans un second temps avant de remplacer définitivement le modèle primitif.

Caractéristiques des autres tuiles découvertes dans l’abbaye

27Un sondage réalisé en avril 2007 dans la cave de la maison nord, construite contre la façade occidentale de l’aile ouest (fig. 6), a livré plusieurs centaines de morceaux de tuiles plates médiévales dans des couches datant des XVe et XVIe siècles (Deshayes, 2008 et 2015, vol. 2, t. 1, p. 59-87). Elles se répartissent en deux types distincts :

  • les tuiles chevillées, sans crochet, percées de deux trous cylindriques (quantitativement minoritaires), brutes ou glaçurées, hautes de 38,5 cm, larges de 21,3 à 21,7 cm et épaisses de 13 à 20 mm ; les trous ont un diamètre compris entre 11 et 20 mm ; les angles des tuiles sont parfois arrondis ; les glaçures varient du jaune orange au gris vert ;

  • les tuiles à crochet, majoritairement percées d’un seul petit trou conique plus ou moins rond, à gauche ou à droite du crochet qui est le plus souvent centré ; ces tuiles, brutes ou glaçurées, sont larges de 17 à 18,8 cm et épaisses de 11 à 15 mm ; aucune hauteur n’a pu être restituée ; les glaçures varient du jaune orange au vert ; deux pureaux en sont couverts sur une hauteur moyenne de 13 cm.

28Ces découvertes concordent avec les morceaux présentés plus haut et permettent de caractériser les deux grands modules de tuiles plates utilisées dans l’abbaye au Moyen Âge.

Origine de production des tuiles de l’abbaye

29Les sites de production des tuiles découvertes dans l’abbaye ne sont pas connus. Les sources écrites mentionnent de nombreuses tuileries actives sur le territoire à partir de la seconde moitié du XIIIe siècle, en particulier dans le Roumois (fig. 16 ; Boüard, 1965 ; Derouard, 1994 ; Lardin, 1995, p. 193-212, 1996, p. 123 et 2004, p. 125-136). Des milliers de tuiles étaient donc produites à quelques kilomètres au sud de l’abbaye sur la rive gauche de la Seine, dans les villages limitrophes du Landin, de Barneville-sur-Seine et de Honguemare-Guenouville, situés à cheval sur les coteaux de bord de Seine et le plateau argileux du Roumois. La production des tuiles plates glaçurées est également attestée dans ce secteur au XIVe siècle.

Fig. 15. Remontage des morceaux d’une tuile plate à crochet issus de la première saignée de la toiture (cliché : G. Deshayes).

Fig. 16. Tuileries attestées sur le territoire haut-normand entre le XIIIe et le XVIe siècle (G. Deshayes, d’après M. de Boüard et P. Lardin).

30Malgré la proximité de ce centre actif pendant plusieurs siècles, il est fort probable que les tuiles des bâtiments monastiques étaient produites dans des fours implantés à proximité, comme l’illustre l’exemple de l’abbaye Saint-Taurin d’Évreux. La fouille a permis de mettre au jour les vestiges d’un four de tuilier-carreleur du XIIIe siècle à l’intérieur de l’enceinte monastique (Deshayes, 2013b).

  • 4 ADSM, 9 H 190, rentes seigneuriales de la baronnie de Jumièges.
  • 5 ADSM, 9 H 63, Journal des rentes du cellérier de l’abbaye de Jumièges (1491-1494), fol. 18 r°.
  • 6 ADSM, 9 H 112, Journal des rentes du cellérier de l’abbaye à Jumièges et au Mesnil (1507), fol. 15.
  • 7 ADSM, Terrier 57, « 20e feuille de Conihout commence par 30. finit par 136. contenant le triege du (...)

31Les sources écrites conservent quelques mentions utiles à la localisation d’une tuilerie au lieudit « Le Passage », entre l’abbaye de Jumièges et la Seine. Un manuscrit de 1260 localise en effet une « masure », « dans la paroisse Saint-Valentin de Jumièges », entre la « tuilerie des moines », le cours de la Seine et un « chemin » : « […] totum masagium meum situm in parrochia sancti valentini de Gemmetico inter tegulariam monachorum in una parte et keminum altera et inter sequanam in alia parte et terram Ortolary in altera4 » Une tuilerie est également mentionnée à Jumièges en 1408 (Derouard, 1993, p. 107, d’après ADSM, 9 H 223). Au cours de l’occupation anglaise, des tuiles sont achetées au Conihout (Lardin, 1995, p. 204, note 133). Le journal des rentes du cellérier de l’abbaye de 1491-1494 localise un jardin « en la rue mesnart dun coste a la tieullerie5 » ; celui de 1507 cite « ung jardin assis a la rue menart dun coste la tuyllerie daultre coste aux hoirs lucas gueroult dun bout jehan sanson daultre bout a la voye quj va a ladite tuillerie » puis « ung jardin assis a la rue menart dun coste le chemin du roy dun coste jehan marescot dun bout la sente quj vient du chemin du roy a la tuyllerie et daultre bout michault gueroult6 ». Un démantèlement de la « Couture de la Thuillerie » serait à l’origine d’une grande partie du triège du « Passage », au cours de l’époque moderne (Derouard, 1993, p. 75-77). Cependant, aucune tuilerie n’est figurée sur le plan terrier correspondant, réalisé par Pierre de la Vigne et attribuable aux années 1660-16707. L’actuelle rue du Perrey, ancien « Chemin du Roi », dessert le « chemin rural no 21 dit vide des tuileries ». Celui-ci correspond probablement à la « sente » citée en 1507. Il mène aux vastes herbages du « Passage » dans lesquels une prospection géophysique localiserait peut-être quelques fours de tuiliers. D’après les textes, la « tuilerie des moines », implantée avant 1260, fonctionna jusqu’après 1507 avant de disparaître au cours du XVIe ou du XVIIe siècle ; il est vraisemblable que plusieurs fours s’y succédèrent.

Datation des tuiles de l’abbaye

32Les tuiles plates les plus anciennes attestées en Normandie sont des tuiles chevillées datées de la fin du XIIe siècle. Si elles restent rares (fig. 17), elles sont néanmoins signalées dans les niveaux d’occupation de l’abbaye Saint-Georges-de-Boscherville (Seine-Maritime ; Épaud, 2007, p. 126), à l’abbaye du Valasse (Seine-Maritime ; Follain, 2009, p. 75) et dans la cathédrale de Lisieux (Calvados), où des exemplaires glaçurés ont été utilisés en remploi (Épaud, 2007, p. 127). La fouille de la partie nord de la basse-cour du château d’Harcourt (Eure), en 2014, a permis d’identifier les vestiges d’un contrecœur de cheminée entièrement composé de morceaux de tuiles plates chevillées, potentiellement attribuable au dernier quart du XIIe ou au début du XIIIe siècle s’il s’agit de la reconstruction du château attribuée à Robert II d’Harcourt (vers 1175-1212 ; Jardillier, 1973, p. 42 ; Deshayes, 2013a, p. 126, 135).

Les tuiles glaçurées ou « tieulles plommées »

33Les tuiles glaçurées, ou « tieulles plommées », font l’objet de découvertes régulières en Haute-Normandie (Pitte, 2006), lors d’opérations archéologiques menées dans de grands établissements seigneuriaux comme l’archevêché de Rouen, des abbayes et manoirs monastiques ou des châteaux (fig. 18). Les glaçures observées correspondent principalement au vert, au jaune et à l’orange, avec de nombreuses nuances.

  • 8 ADSM, 2 E 1/150, fol. 159 r° et 2 E 1/151, fol. 62 r° : livraison de 8 000 tuiles au Mesnil-sous-Ju (...)
  • 9 Suivi de travaux, par V. Mutarelli (INRAP), auquel nous avions assisté.

34Leur utilisation est attestée à Lisieux à la fin du XIIe siècle (Épaud, 2007, p. 127) ; leur production est mentionnée dans des sources du XIVe siècle8. À Jumièges, les découvertes de morceaux glaçurés lors de travaux ou de prospections pédestres sont relativement nombreuses (Deshayes, 2012). Une tranchée réalisée en 2001 au pied du mur gouttereau nord de l’église Saint-Pierre en a livré plusieurs fragments, sans doute tombés de la toiture du collatéral nord de l’édifice, fortement transformé au cours du XIVe siècle9.

Synthèse interprétative

35Cette étude des saignées de la tour sud liées à la première toiture de l’aile ouest du carré claustral de Jumièges a permis de mieux en appréhender les pentes et les matériaux de couverture.

36La construction des élévations maçonnées de l’aile ouest a été datée entre 1140 et 1170 par Nathalie Manoury. Celle de sa toiture, d’après sa pente, nécessairement postérieure, pourrait être placée entre 1140 et 1210, par comparaison avec d’autres couvertures normandes. Des tuiles plates, complètes, fragmentaires ou volontairement brisées, ont été insérées dans l’obstruction de la baie de la tour sud, sans doute à l’époque de la pose de cette toiture : les morceaux identifiables correspondent à de larges et hautes tuiles plates chevillées, parfois couvertes d’une glaçure jaune-orange à gris-vert. Celles-ci correspondent à ce qui existe déjà ou se fabrique à l’époque de la pose. Il semblerait normal que la première couverture de l’aile ouest, fraîchement posée sur un vaste édifice entièrement neuf, ne soit composée que d’un même gabarit de tuiles. Il s’agirait donc de ces tuiles chevillées, en tout ou partie glaçurées. Les caractéristiques du bâtiment, de son toit et de ces tuiles chevillées autorisent une estimation approximative de la surface de couverture, d’environ 700 m², et du nombre de tuiles nécessaires, à environ 25 500 en ne comptant qu’un tiers de la tuile exposé aux intempéries. La toiture de l’aile ouest pourrait ainsi rejoindre le corpus très limité des toitures normandes de la deuxième moitié du XIIe siècle composées de tuiles chevillées glaçurées.

Fig. 17. Quelques sites de découverte de tuiles chevillées sur le territoire haut-normand (DAO : G. Deshayes).

Fig. 18. Quelques sites de découverte de tuiles plates glaçurées sur le territoire haut-normand (DAO : G. Deshayes).

37D’autres morceaux de tuiles plates ont été noyés dans le solin de la saignée ouest après la pose de la toiture : les fragments identifiés, non glaçurés, correspondent au modèle précédent mais aussi à des tuiles plates à crochet percées d’un petit trou.

38Donc, à l’époque de la pose du solin, le second type de tuile existe déjà : il est moins haut, moins large, moins épais, il possède un crochet, mais on ne peut assurer qu’il est aussi glaçuré. Cette coexistence semble démontrer qu’à ce moment, l’abbaye de Jumièges possède déjà des édifices couverts de tuiles plates à crochet. Dans l’état actuel des connaissances, il semble que ce nouveau type ne soit employé dans la région qu’à partir du XIIIe siècle. Les tuiles contemporaines du four de l’abbaye Saint-Taurin d’Évreux, daté du courant du XIIIe siècle, sont plates, à crochet et percées d’un petit trou. Les tuiles à crochet et le solin de mortier pourraient donc être attribués au XIIIe siècle.

39Les autres morceaux, pris dans l’obstruction des saignées au moment de la surélévation de l’aile ouest, correspondent aux deux mêmes types de tuiles, avec en plus des exemplaires de tuiles plates à crochet glaçurées dont la production est attestée localement au XIVe siècle. Ces obstructions maçonnées, contemporaines de la dépose de la toiture médiévale de l’aile ouest, ont sans doute conservé quelques échantillons morcelés de celle-ci. Comme pour la phase précédente, le remontage des morceaux montre que les tuiles ont été brisées sur place par les couvreurs avant d’être insérées dans la maçonnerie. Il est possible qu’elles aient été destinées à la nouvelle toiture de l’aile ouest et puissent donc appuyer l’hypothèse d’un étage remonté au XIVe siècle plutôt qu’au XVIIe siècle. Pour conclure, il semblerait que la façade richement sculptée de l’aile ouest de Jumièges et sa corniche de modillons (fig. 19) étaient surmontées, dès la deuxième moitié du XIIe siècle, d’une toiture de tuiles plates chevillées, en tout ou partie glaçurées. L’abbaye de Jumièges fit peut-être partie, avec ses voisines de Boscherville et du Valasse (peut-être également l’abbaye du Trésor à Bus-Saint-Rémy ; Pitte, 2007), des premières abbayes ayant recouvert certains de leurs édifices d’une toiture de tuiles glaçurées.

Fig. 19. Vestiges de la façade occidentale de l’aile ouest vers 1900 (carte postale, collection G. Deshayes).

40Si certains établissements religieux des départements limitrophes, comme celui de Maubuisson dans le Val-d’Oise (Toupet et al., 2006), ont recouvert leurs églises et bâtiments conventuels de tuiles glaçurées dès le début du XIIIe siècle, la rareté des exemples normands montre que ce type de couverture était peut-être réservé à des édifices plus importants. Il est fort probable que l’apparence de la toiture de l’aile ouest devait être à la hauteur de celle des sculptures extérieures et de la portée des travées voûtées intérieures.

41Cette étude de cas et la multiplication des découvertes récentes au cœur des établissements seigneuriaux les plus prestigieux de la région incitent à poursuivre l’établissement d’une typochronologie régionale qui permettra à l’examen des terres cuites architecturales de participer pleinement à la restitution et à la datation des édifices médiévaux aujourd’hui dépourvus de leurs anciennes coiffes multicolores.

Bibliographie

Bibliographie

Boüard M. de (1965) – Notes sur les matériaux de couverture utilisés en Normandie au Moyen Âge. Annales de Normandie, p. 49-60.

Derouard J.-P. (1993) – Un passage de la basse Seine : Jumièges. Le passage et ses annexes à l’époque traditionnelle : VIIe-XIXe siècles. Les Gémétiques, Association des Baronnies de Jumièges et Duclair, 112 p.

— (1994) – Tuileries et briqueteries de la boucle de Jumièges du XIVe au XIXe siècle. Études normandes, 1, p. 47-59.

Deshayes G. (2008) – Chronique des fouilles médiévales en France. Jumièges (Seine-Maritime). Maisons civiles de l’abbaye. Archéologie médiévale, 38, p. 213-214.

— (2012) – Premier inventaire des sites, vestiges et matériels archéologiques de la commune de Jumièges (Seine-Maritime). Groupe archéologique du Val de Seine, 65 p.

— (2013a) – Harcourt (27), « Le Château », Rapport final d’opération de diagnostic archéologique. Rouen, MADE, Service régional de l’archéologie, 255 p.

— (2013b) – Principaux résultats de la fouille préventive d’une partie de l’abbaye Saint-Taurin d’Évreux, dans l’enceinte du couvent de la Providence (2010). Journées archéologiques de Haute-Normandie. Rouen, 11-13 mai 2012, Rouen, Publications des universités de Rouen et du Havre, p. 213-218.

— (2015) – Le cellier médiéval en Normandie orientale. Contribution à l’étude des utilisations, implantations et architectures des caves et celliers dans la Normandie orientale du second Moyen Âge (principalement dans les établissements monastiques). Thèse d’histoire et archéologie médiévales sous la direction d’A.-M. Flambard Héricher, université de Rouen, 5 vol., 2054 p.

Dubusc Dom (1762) – Histoire de l’abbaye royale de Saint-Pierre de Jumièges par un religieux bénédictin de la congrégation de Saint-Maur. Loth J. (éd.), Rouen, C. Métérie, 3 vol. (1882, 1884, 1885), 384, 320 et 316 p.

Épaud F. (2007) – De la charpente romane à la charpente gothique en Normandie. Évolution des techniques et des structures de charpenterie aux XIIe-XIIIe siècles. Caen, Publications du CRAHM, 613 p.

Follain É. (2009) – L’abbaye du Vœu aux XIIe-XIIIe siècles. Avenel A., Cahagne J.-M., Follain É., Grelois A. et Le Maho J., Le Valasse. T. I. L’abbaye cistercienne Notre-Dame du Vœu (XIIe-XVIIIe siècles). Le château (XIXe-XXe siècles), Rouen, Les Falaises, p. 76-115.

Gardeux M. (2013) – Abbaye de Jumièges. Aile ouest du cloître. Étude du bâti. Rapport préliminaire de la campagne 2012. Université Lumière Lyon 2, 2 vol., 98 et 138 p.

— (2014) – Jumièges. Abbaye. Bilan Scientifique régional 2012, Haute-Normandie, Direction régionale des affaires culturelles de Haute-Normandie, service régional de l’archéologie, p. 84-87.

— (2015) – Espace d’assistance, espace de pouvoir : les dispositifs d’accueil et d’hébergement dans quelques monastères bénédictins en Normandie aux XIIe et XIIIe siècles. Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre (BUCEMA) [en ligne], hors-série no 8, mis en ligne le 29 janvier 2015, consulté le 29 mai 2015.

Jardillier A. (1973) – Harcourt, une maison illustre, un château médiéval. Nouvelles de l’Eure, 46, hiver 1972-1973, 72 p.

Lardin P. (1995) – Les chantiers du bâtiment en Normandie orientale (XIVe-XVIe siècles). Les matériaux et les hommes. Thèse de doctorat d’Histoire sous la direction de J.-P. Leguay, université de Rouen, 852 p.

— (1996) – Les chantiers du bâtiment en Normandie orientale à la fin du Moyen Âge. Les bâtisseurs du Moyen Âge. Organisation et mode de construction. La pierre, le bois et le métal, Dossiers d’archéologie, 219, décembre 1996-janvier 1997, p. 118-127.

— (2004) – Les matériaux de couverture en Normandie orientale à la fin du Moyen Âge. Matériau et construction en Normandie du Moyen Âge à nos jours, actes du colloque de Saint-Lô (Manche), 24-25 novembre 2000, Saint-Lô, Société d’archéologie et d’histoire de la manche, p. 117-149.

Manoury N. (1997) – Les bâtiments conventuels de l’abbaye de Jumièges. Archéologie médiévale, 26, p. 77-107.

Morganstern J. (2002) – Le massif occidental de Notre-Dame de Jumièges : recherches récentes. Sapin C. (dir.), Avant-nefs et espaces d’accueil dans l’église entre le IVe et le XIIe siècle, Paris, CTHS, p. 296-309.

Musset L. (1985) – Normandie romane. 2. La Haute-Normandie. Saint-Léger-Vauban, Zodiaque, 320 p., 2e éd.

Pitte D. (2006) – À propos des églises d’Elbeuf : la diffusion de la tuile vernissée sur les toits de Normandie orientale, à la fin du Moyen Âge et à l’époque moderne. Patrimoine normand, 58, mai-juin-juillet, p. 65-67.

— (2007) – Eure. Bus-Saint-Rémy. Sondages archéologiques à l’abbaye Notre-Dame-du-Trésor. Bulletin monumental, vol. 165, 4, p. 381-383.

Toupet C., Costa L. et Dor M. (2006) – Une restitution de l’abbaye de Maubuisson au XIIIe siècle. Saint-Ouen l’Aumône (Vald’Oise). Bulletin archéologique du Vexin français et du Val-d’Oise, 38, p. 117-139.

Notes

1 Nous remercions Bénédicte Guillot (INRAP) pour la transmission du plan du diagnostic réalisé dans l’abbaye en juillet 2015.

2 Archives départementales de Seine-Maritime (ADSM), L 3211, fol. 26.

3 ADSM, 12 Fi 129, « Plan de la forest de Brotonne […] » (1671) ; Bibliothèque nationale de France, département des Estampes, VA-76 (5)-FOL : « Veüe de l’Abbaye de IVMIEGES de L’ordre de St Benoist Congrégations de St Maur ; à 5. Lieües de Rouen, dans le pais de Caux 1702 », dessin en couleurs de Théodore Basset de Jolimont, 1702.

4 ADSM, 9 H 190, rentes seigneuriales de la baronnie de Jumièges.

5 ADSM, 9 H 63, Journal des rentes du cellérier de l’abbaye de Jumièges (1491-1494), fol. 18 r°.

6 ADSM, 9 H 112, Journal des rentes du cellérier de l’abbaye à Jumièges et au Mesnil (1507), fol. 15.

7 ADSM, Terrier 57, « 20e feuille de Conihout commence par 30. finit par 136. contenant le triege du parc & port de Jumieges ».

8 ADSM, 2 E 1/150, fol. 159 r° et 2 E 1/151, fol. 62 r° : livraison de 8 000 tuiles au Mesnil-sous-Jumièges (dont un millier de « tieules plommées »), produites par Philippe Harel, tuilier à Barneville-sur-Seine, en 1362 et 1363.

9 Suivi de travaux, par V. Mutarelli (INRAP), auquel nous avions assisté.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Vestiges de l’abbaye de Jumièges (cliché : P. Godbille).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4185/img-1.jpg
Fichier image/, 216k
Légende Fig. 2. Églises et bâtiments de l’abbaye de Jumièges en 1674 et évolution des enclos monastiques de 1650 à nos jours (DAO : G. Deshayes d’après le plan de 1674 de P. de la Vigne et le plan des ruines de G. Lanfry et G. Deshayes).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4185/img-2.jpg
Fichier image/, 660k
Légende Fig. 3. Vestiges des porches et de la façade occidentale de l’aile ouest (cliché : G. Deshayes, 2013).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4185/img-3.jpg
Fichier image/, 224k
Légende Fig. 4. Vestiges de l’aile ouest vus depuis la massif occidental de l’église Notre-Dame (cliché : G. Deshayes, 2008).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4185/img-4.jpg
Fichier image/, 224k
Légende Fig. 5. Vestiges de l’aile ouest et de la tour sud de l’église Notre-Dame (cliché : G. Deshayes, 2013).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4185/img-5.jpg
Fichier image/, 176k
Légende Fig. 6. Plan des vestiges actuels de l’aile ouest et de son porche, du parloir, des maisons nord et sud (base de relevé : Art graphique et patrimoine, 2013 ; compléments : G. Lanfry en 1954, G. Deshayes et B. Guillot en 2015 ; DAO : G. Deshayes).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4185/img-6.jpg
Fichier image/, 312k
Légende Fig. 7. Obstruction d’une baie de la tour sud de l’église Notre-Dame (cliché : G. Deshayes, 2010).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4185/img-7.jpg
Fichier image/, 224k
Légende Fig. 8. Saignée de la première toiture de l’aile ouest dans le mur sud de la tour sud de l’église Notre-Dame (cliché : G. Deshayes, 2007).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4185/img-8.jpg
Fichier image/, 288k
Légende Fig. 9. Faîte de la saignée de la première toiture de l’aile ouest (cliché : G. Deshayes, 2010).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4185/img-9.jpg
Fichier image/, 272k
Légende Fig. 10. Ancrage de la première toiture de l’aile ouest dans le parement de la tour sud de l’église Notre-Dame (relevés et DAO : G. Deshayes).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4185/img-10.jpg
Fichier image/, 452k
Légende Fig. 11. Mortier de la phase 3 des toitures de l’aile ouest (cliché : G. Deshayes, 2010).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4185/img-11.jpg
Fichier image/, 296k
Légende Fig. 12. Mortier de la phase 5 des toitures de l’aile ouest (cliché : G. Deshayes, 2010).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4185/img-12.jpg
Fichier image/, 348k
Légende Fig. 13. Typologie des tuiles médiévales de l’abbaye de Jumièges (DAO : G. Deshayes).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4185/img-13.jpg
Fichier image/, 244k
Légende Fig. 14. Morceaux de tuile plate chevillée et de tuile plate glaçurée noyés dans la saignée de la première toiture de l’aile ouest (cliché : G. Deshayes, 2010).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4185/img-14.jpg
Fichier image/, 260k
Légende Fig. 15. Remontage des morceaux d’une tuile plate à crochet issus de la première saignée de la toiture (cliché : G. Deshayes).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4185/img-15.jpg
Fichier image/, 132k
Légende Fig. 16. Tuileries attestées sur le territoire haut-normand entre le XIIIe et le XVIe siècle (G. Deshayes, d’après M. de Boüard et P. Lardin).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4185/img-16.jpg
Fichier image/, 224k
Légende Fig. 17. Quelques sites de découverte de tuiles chevillées sur le territoire haut-normand (DAO : G. Deshayes).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4185/img-17.jpg
Fichier image/, 204k
Légende Fig. 18. Quelques sites de découverte de tuiles plates glaçurées sur le territoire haut-normand (DAO : G. Deshayes).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4185/img-18.jpg
Fichier image/, 216k
Légende Fig. 19. Vestiges de la façade occidentale de l’aile ouest vers 1900 (carte postale, collection G. Deshayes).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4185/img-19.jpg
Fichier image/, 482k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540