Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Conches-en-Ouche, 5 et 6 juin 2015

 | 
Jean-Paul Ollivier

Châteaux de Conches et du « Vieux-Conches » (Eure) : esquisse chronologique

Conches and Vieux-Conches Castle (Eure): chronological sketch

Thomas Guérin

Résumé

Les études de surface menées dans le cadre du projet collectif de recherche sur les fortifications de terre et au cours des chantiers de conservation de l’association CHAM ont permis de rassembler une documentation abondante sur les sites castraux de Conches et du « Vieux-Conches ». Celle-ci ouvre des perspectives de révision des interprétations toponymiques et chronologiques traditionnelles de ces deux fortifications.

The surface surveys conducted as part of the Collaborative research project on the fortifications and during the conservation work by the Chantiers, histoire et architecture médiévales (Medieval Sites, History and architecture, as CHAM) organisation made it possible to compile extensive documentation on the castle sites of Conches and Vieux-Conches. The documentation opens up the prospect of reviewing the traditional toponymic and chronological interpretations of these two fortifications.

Entrées d'index

Texte intégral

1Dans le cadre du projet collectif de recherche (PCR) sur les fortifications de terre de Haute-Normandie dirigé par Anne-Marie Flambard-Héricher, les châteaux de Conches et du « Vieux-Conches », dans le Pays d’Ouche, ont fait l’objet de relevés micro-topographiques (Guérin, 2008 ; Painchault et Debaene, 2010). La réalisation du plan du château de Conches a été également l’occasion de tester les méthodes de relevé et de modélisation numérique des élévations maçonnées. Si ces premières tentatives ne sont pas parfaites, les résultats obtenus ont permis d’avancer sensiblement sur la compréhension de ce monument médiéval et de poser les premiers jalons d’un réexamen chronologique. Les données complémentaires apportées par l’étude d’Aude Painchault et de Tanguy Debaene sur le site du Vieux-Conches vont d’ailleurs dans ce sens.

2Depuis 2007, l’association Chantiers, histoire et architecture médiévales (CHAM) intervient pour la sauvegarde des maçonneries du château, en partenariat avec la ville de Conches, la Conservation régionale des Monuments historiques et la Direction régionale Jeunesse et Sport. Les travaux ont eux aussi contribué à améliorer notre perception du phasage du bâti médiéval en mettant en évidence des structures longtemps dissimulées sous des rideaux de lierres ou des enduits de ciment. Toutes ces données nous amènent à une relecture de la chronologie de ces deux sites.

Conches et Castillon, évolution des toponymes

La théorie d’un déplacement du pôle de peuplement selon Alexandre Gardin et Lucien Musset

3Les historiens et les érudits locaux, dès la fin du XIXe siècle, admettent que le territoire de Conches a été tenu de longue date par la famille baronniale des Tosny (Musset, 1977, p. 53). Le point d’implantation primitif de cette famille est situé, dès le premier tiers du XIe siècle, sur un surplomb naturel au-dessus des étangs de la source du Rouloir, au lieu-dit « Vieux-Conches ». Là, subsistent les vestiges d’un château féodal. Celui-ci est prétendument abandonné par Roger Ier de Tosny lors de la fondation de l’abbaye bénédictine Saint-Pierre de Castillon, vers 1035. Les auteurs considèrent qu’il y a à cette époque un transfert de l’habitat seigneurial en faveur d’un nouvel établissement dans l’orbite monastique (Gardin, 1865, p. 12). Les Tosny auraient alors créé un nouveau château à proximité de Saint-Pierre de Castillon et développé le bourg castral, qui deviendrait plus tard la ville de Conches-en-Ouche.

4Cette construction chronologique est à remettre en question. Elle est fondée sur des raccourcis et des présupposés qui ne trouvent pas de fondement dans les sources historiques. La toponymie constitue la principale difficulté dans la bonne compréhension des origines de ces points de peuplement médiévaux. Si elle n’est pas considérée avec beaucoup d’attention, elle peut aisément conduire à une interprétation erronée des lieux dont parlent les textes du Moyen Âge. C’est cette confusion possible entre les toponymes Conches et Vieux-Conches du XIe au XIIIe siècle qu’il est dans un premier temps nécessaire de clarifier.

Fig. 1. Localisation des sites dans la vallée du Rouloir et chronologie des toponymes (DAO : T. Guérin).

Évolution toponymique

Fondation monastique de Castillon

5L’examen des sources médiévales conduit à favoriser l’hypothèse d’une modification toponymique en lien avec le développement de nouveaux pôles de peuplement suite à la fondation de l’abbaye Saint-Pierre de Castillon (fig. 1). Les historiens du XIXe siècle avaient certes bien compris le rôle pivot de l’abbaye dans la mutation de l’organisation urbaine du territoire conchois des Tosny, mais les modalités de cette transformation divergent du postulat érudit.

  • 1 Archives départementales de l’Eure (ADE), H 262, fol. 219.
  • 2 « […] et ecclesiam Sancti Odoeni de Conchis […] » (ibid).
  • 3 ADE, H 262, fol. 219 et 220.

6Vers 1035, Roger Ier de Tosny fonde l’abbaye en un lieu nommé Castillon1 (De Haas, 2005). La charte de fondation cite l’église paroissiale : Saint-Ouen de Conches2. Cette église reste desservie jusqu’aux environs de la Révolution Française et les ruines de ses soubassements sont encore visibles aujourd’hui (Debaene, 2011, p. 58). Le document fondateur identifie donc bien deux lieux distincts, Conches, paroisse du centre seigneurial, et Castillon, lieu du nouvel établissement monastique. En dépit de l’énumération des nombreuses donations faites à l’abbaye par Roger Ier de Tosny, confirmées et augmentées par son fils, Raoul II de Tosny, entre 1066 et 11023, rien n’indique un transfert de l’habitat seigneurial vers Castillon.

7Dans la première moitié du XIIe siècle, Orderic Vital ne s’écarte pas de ce bipartisme toponymique lorsqu’il évoque les évènements de l’année 1092. À cette date, le comte d’Évreux vient assiéger le cœur de l’honneur de Conches où s’est retranché Raoul II de Tosny. De manière analogue au vocabulaire des sources diplomatiques, le chroniqueur parle bien de Conches pour ce qui est du domaine seigneurial des Tosny mais de Castillon lorsqu’il évoque la mort de Richard de Montfort, mortellement blessé dans la cour de l’abbaye (Migne, 1855, p. 598).

  • 4 Ibid, fol. 1 et 231.
  • 5 Ibid, fol. 211 et 212.

8Entre 1126 et 1151, les sources continuent de marquer cette dualité. L’existence d’un bourg associé à l’abbaye de Castillon est pour la première fois citée explicitement sous Roger III de Tosny4. Le toponyme de Conches est quant à lui toujours associé à l’église paroissiale Saint-Ouen. Il est intéressant de noter qu’une bulle papale contemporaine datant de 1155 reprend la même répartition toponymique et insiste également sur la présence du bourg abbatial de Castillon5.

9Ainsi, jusqu’au milieu du XIIe siècle, il semble acquis, à la lecture des textes d’archives, que le site que nous connaissons aujourd’hui sous le nom de Vieux-Conches est le centre seigneurial et paroissial désigné par le toponyme médiéval de Conches, tandis que le site de l’abbaye Saint-Pierre et son bourg monastique correspondent à un lieu nommé Castillon. Jusqu’à cette date, aucun transfert de l’habitat seigneurial des Tosny vers Castillon n’est corroboré par les sources écrites.

De Conches au Vieux-Conches

  • 6 « […] apud Sanctum Audoenum Vesterum Concharum […] » (ibid, fol. 229).
  • 7 « […] in novo burgo quod fecit in parco […] » (ibid).

10Les toponymes semblent se modifier dans le dernier tiers du XIIe siècle. En effet, entre 1175 et 1199, apparaît dans les sources un nouveau nom qui désigne le pôle paroissial primitif : Vieux-Conches. Il est cité dans une donation de Roger IV de Tosny et concerne sans ambiguïté l’église Saint-Ouen6. On note avec intérêt que cette mention est opposée dans la même phrase à l’existence d’un tout nouvel établissement villageois nommé le « nouveau bourg » du Parc7. Le Parc est un ensemble étroitement associé à l’environnement de l’abbaye, au sud de l’éperon naturel qu’elle occupe et, encore au XIVe siècle, en connexion avec l’actuel château-fort de Conches (Delisle, 1871, p. 129). La fondation de ce bourg neuf est peut-être à placer tout particulièrement dans la décennie 1170-1180, alors que Roger de Tosny est sous la tutelle d’Henri II Plantagenêt (Corvisier, 2005, p. 197).

  • 8 Ibid, fol. 212 et 214.

11Cependant, l’évolution toponymique n’est pas immédiate. Dans la même période chronologique, en 1187, l’évêque d’Évreux continue de parler de Castillon pour évoquer le bourg monastique et l’abbaye, tandis que Robert de Tosny utilise toujours Conches pour désigner ses possessions seigneuriales héréditaires localisées auprès des étangs des sources du Rouloir8. Manifestement, les jalons onomastiques anciens restent stables dès lors qu’ils n’entrent pas en concurrence avec la nouvelle fondation villageoise.

  • 9 « […] abbatiam et villam de Castellionis ex una parte et parcum de Conchis ex altera […] » (ibid, f (...)
  • 10 « […] Ego Robertus de Curtiniaco, dominus Concharum […] cum discordia verteretur inter me ex una pa (...)
  • 11 Ibid, fol. 217.

12C’est sous la domination française, notamment entre 1206 et 1239 selon notre analyse des sources, que l’inversion toponymique semble se fixer définitivement. Dans les dernières phases du conflit franco-normand, Philippe Auguste s’empare de l’honneur de Conches en 1202 et exclut les Tosny des termes de la capitulation de Rouen, confisquant de facto leurs biens continentaux (Musset, 1977, p. 65). Leurs domaines sont confiés à un parent du roi de France, Robert de Courtenay. Il semble que la transition ait été source de frictions avec l’abbaye de Castillon. Dans les documents témoignant de ces conflits, l’abbaye et le bourg de Castillon, face au Parc de Conches, apparaissent en opposition9. Dès lors, dans le vocabulaire des seigneurs français, le toponyme de Conches désigne l’établissement villageois neuf construit par Roger IV de Tosny auprès de l’ancien pôle abbatial de Castillon. Le règlement d’un litige entre Robert de Courtenay et l’abbaye en 1227 atteste de la grande proximité qui existe entre les deux entités puisque seul un mur les sépare10. Il n’y a donc pas d’équivoque quant à la localisation de ce lieu nommé Conches. Il s’agit bien d’un site différent de ce qu’on appellera désormais Vieux-Conches. Finalement, l’abbaye prend le nom de Saint-Pierre-de-Castillon de Conches au cours du XIVe siècle, entérinant le transfert toponymique de Conches et son extension au site primitif de Castillon11.

  • 12 Ibid, fol. 4 et 216.

13Si les anciens usages terminologiques persistent jusque dans la première décennie du XIIIe siècle, c’est véritablement avec la conquête française de la Normandie et la confiscation de l’honneur de Conches en faveur des Courtenay que l’on voit la paroisse de Saint-Ouen de Conches adopter le toponyme Vieux-Conches. Le bourg neuf du Parc prend pour sa part définitivement le nom de Conches avant le milieu du XIIIe siècle. Petit à petit, le développement de ce bourg, doté d’un château, pourvu d’une charte communale avant 1217 (Charpillon et Caresme, 1868, p. 801) puis de paroisses attestées entre 1210 et 123112 (Gardin, 1865, p. 73), conduit à l’intégration urbaine et toponymique de Castillon au sein de la véritable ville que devient Conches.

Les fortifications primitives

Le site castral du « Vieux-Conches »

14Aujourd’hui situé dans la forêt de Conches, ce château est installé sur un promontoire qui domine les étangs formant la source du Rouloir, affluent de l’Iton. Le travail de terrain mené par Aude Painchault et Tanguy Debaene a permis d’obtenir une vue générale de la fortification et de son environnement immédiat, dans lequel figurent les ruines de l’église paroissiale Saint-Ouen (fig. 2 ; Painchault et Debaene, 2010, p. 36 ; Debaene, 2011, p. 58-62).

15Le site castral tire parti de la topographie du terrain. Installé en rebord de plateau, au niveau de la rupture de pente qui mène aux étangs, à l’est, l’ensemble fortifié exploite une cavée assez marquée au nord, nommée le Petit Couloir, dans la continuité de laquelle se poursuit le fossé périphérique de son enceinte. Cette dernière, losangique et de dimensions assez modestes (environ 73 x 55 m), constitue manifestement la structure de terre la plus primitive du château seigneurial des Tosny (Painchault et Debaene, 2010, p. 32-33). Elle est complétée a posteriori par une motte artificielle tournée vers le plateau, circonscrite dans l’enceinte et isolée de celle-ci par l’adjonction d’un fossé. Un talus de contrescarpe vient renforcer la défense de la motte face au plateau. Il pourrait être contemporain de cette dernière et ajouté au dispositif initial, à moins qu’il ne s’agisse du remodelage d’une ligne de défense préexistante. À la pointe opposée du losange, au nord-est, une légère éminence suggère la présence d’un autre dispositif de défense avancé. Au sud de cet ensemble, dans la continuité de la rupture de pente, est accolé un deuxième enclos de forme vaguement quadrangulaire (environ 80 x 50 m). Il est barré à l’ouest par un long talus rectiligne doté d’un fossé externe. Les ruines de l’église Saint-Ouen se trouvent dans cette enceinte secondaire.

16Il est possible que l’habitat ait été organisé autour du château et de l’église paroissiale, constituant ainsi un bourg castral (Painchault et Debaene, 2010, p. 27-29). Toutefois, les travaux de terrain du PCR n’en ont pas révélé de trace. La lecture du plan de 2010 permet néanmoins de suggérer la présence d’un fossé, disparaissant au sud et se prolongeant à l’ouest, au-delà du talus de défense de l’enclos secondaire. Une limite nord pourrait exister à l’ouest de la motte, dans la continuité topographique de la cavée du « Petit Couloir ». Dans ce cas de figure, le bourg se développerait à l’ouest du site, vers le plateau, tandis qu’au nord, au lieu-dit « la Balivière », des sillons fossilisés par le couvert forestier témoignent d’activités agricoles (Painchault et Debaene, 2010, p. 27-28).

Durée de vie du site castral du « Vieux-Conches »

17Les Courtenay ne semblent guère enclins à s’installer sur le site ancestral des Tosny au « Vieux-Conches ». Mais s’il ne constitue plus un pôle de pouvoir seigneurial, il n’en reste pas moins actif après le départ des barons normands. L’exemple le plus frappant de cette persistance est la pérennité de l’église Saint-Ouen. Sa reconstruction, en 1239, atteste de la continuité de l’occupation du vieux site féodal.

18Le site primitif connaît au moins une grande phase de remaniements avec l’installation d’une motte et peut-être l’adjonction d’un enclos secondaire. Typologiquement, ces dispositifs évoquent la deuxième moitié du XIIe siècle. Il est cependant difficile de lier ces architectures de terre aux sources écrites. Celles-ci évoquent notamment en 1199 le droit de Richard Cœur de Lion de fortifier Conches (Charpillon et Caresme, 1868, p. 800), mais à cette période charnière, il n’est pas possible de déterminer de quel Conches il s’agit. Lors du siège de la ville de Conches, en 1371, des bastides sont employées par les assiégeants. On trouve ainsi des gens de guerre « aux étangs » (Charpillon et Caresme, 1868, p. 805) où d’importants travaux de terrassement sont conduit durant l’hiver (Nortier, 2000, p. 168-169). Manifestement, le site du Vieux-Conches est utilisé par Bertrand Du Guesclin pour le bivouac et le blocus. À l’issue de la guerre de Cent Ans, le site a probablement fini par perdre tout intérêt militaire.

Des fortifications abbatiales ?

19Si on peut supposer que lors de la fondation de l’abbaye, il y a peut-être déjà un modeste noyau de population au lieu nommé Castillon, ce n’est véritablement qu’un siècle après que l’existence d’un habitat villageois associé à l’établissement monastique apparaît. Le développement de l’abbaye et de son bourg est dynamisé par les largesses faites aux religieux de la part des Tosny (Musset, 1977, p. 59-60). Ces bénéfices permettent au pôle abbatial de se constituer comme un véritable lieu de pouvoir religieux, économique et probablement militaire.

  • 13 « […] sine crenellis et sine fortericia aliqua […] » (ibid, fol. 6).
  • 14 « […] domo sita ante portam castelli mei de Conchis […] » (ibid).

20Au sujet de l’existence de fortifications abbatiales, les principaux indices donnés par les archives remontent essentiellement au XIIIe siècle. Cependant, l’épisode de l’assaut sur Castillon en 1092 pourrait constituer un témoignage précoce de la présence de moyens de défense sur le site. En effet, le récit d’Orderic Vital, bien que peu détaillé, est sans équivoque quant au combat qui se déroule dans l’abbaye, attestant que celle-ci est en mesure de se défendre avec succès. Quoiqu’il s’agisse peut-être d’une mise en défense improvisée, cet évènement constitue un prélude aux fortifications dont se dote Castillon, probablement avant 1202. En 1227, lors de la résolution du litige qui oppose Robert de Courtenay à l’abbaye, il est stipulé que le nouveau mur du Parc doit être bâti sans créneaux ni autres fortifications13. Cette précision est instructive quant aux droits de l’abbaye sur ses domaines. Sa capacité à développer des ouvrages militaires en toute autonomie est manifestement révélée par le soin que prend le seigneur français de le lui interdire. Face à la nouvelle autorité seigneuriale, les religieux tentent probablement de renforcer leur position par la création de clôtures fortifiées et l’acquisition de biens fonciers dans l’enceinte du nouveau bourg de Conches. Ainsi, la propriété d’une maison devant la porte du château de Conches14 est à nouveau source de litige avec Robert de Courtenay. Les droits de l’abbaye sur les organes de la défense de la ville sont encore renforcés en 1364, lorsqu’un mandement royal lui accorde la propriété d’une maison située « au petit fort de Conches » (Delisle, 1874, p. 951). À la lecture des sources, il apparaît clairement que l’abbaye de Castillon n’a de cesse d’absorber le nouveau bourg de Conches dans sa zone d’influence directe, matérialisée par une possible clôture fortifiée.

Fig. 2. Plan topographique du château du Vieux-Conches (relevé : A. Painchault et T. Debaene).

Le château de Conches

21Outre l’attribution erronée de la construction du château de Conches à Roger Ier de Tosny, l’étude de cette fortification a quelque peu été tronquée par la tendance à restreindre sa chronologie aux périodes de conflits entre Plantagenêts et Capétiens. S’il est vrai que les XIIe et XIIIe siècles sont propices au développement ou à l’amélioration d’un grand nombre d’ouvrages défensifs, l’interprétation architecturale des vestiges conservés ne doit pas délaisser les XIVe, XVe et XVIe siècles, dont le dynamisme militaire a nécessairement eu un impact sur les anciennes forteresses normandes, notamment celle de Conches.

Morphologie

22Le château de Conches est implanté à la naissance de l’éperon naturel délimité par un méandre du Rouloir occupé à la fois par la ville et l’abbaye, le long de la rupture de pente est du plateau. Il domine au sud une petite valleuse qui offre un accès naturel depuis la vallée du Rouloir et dispose d’une vue dégagée sur la route de la Bonneville-sur-Iton, en direction d’Évreux.

23Ce château constitue un ensemble de dimensions modestes (environ 153 m de long sur 125 m de large au maximum). Il est constitué d’un tertre d’une cinquantaine de mètres de diamètre, à la base duquel est aménagée une plate-forme d’environ 22 m de diamètre (fig. 3). Une basse-cour associée se développe principalement au nord et à l’ouest de la motte. L’ensemble castral adopte une forme subtriangulaire. Les reliefs de terre ont globalement bien résisté à la pression urbanistique, exception faite de la partie marquant l’interface avec la ville de Conches elle-même. Cependant, là où les anciens aménagements terrassés du Moyen Âge ont disparu, le cadastre conserve la marque nette des lignes de défense. Le développé des fossés subsiste particulièrement bien dans le paysage sous la forme d’une succession d’arrières cours.

Origines

  • 15 Ibid, fol. 6, 81, 191, 200 et 225.

24Le château de Conches trouve vraisemblablement son origine dans la création du nouveau pôle villageois à proximité de Castillon, le bourg du Parc, établi par Roger IV de Tosny à la charnière des XIIe et XIIIe siècles. Le château de Conches n’apparaît dans les textes qu’au début du XIIIe siècle. À partir de 1208, son gardien est mentionné à plusieurs reprises et l’édifice lui-même n’est cité qu’à partir de 122715. Si, d’un point de vue typochronologique, les reliefs de terre s’accordent avec une fondation contemporaine du nouveau bourg vers 1170-1190, force est de constater qu’une grande part des maçonneries visibles paraît davantage s’inscrire dans une influence architecturale plus tardive.

Phasage architectural

Les structures du donjon

25Le complexe qui forme le donjon de Conches est un empilement de maçonneries greffées sur un noyau initial (fig. 4). L’observation architecturale permet de dégager des ensembles chronologiques fondés principalement sur le mode de parement et la morphologie apparente.

26L’enceinte qui couronne le sommet du tertre et sur laquelle viennent s’associer les tours semble être la structure maçonnée la plus ancienne. Quoique les travaux historiques et les restaurations du XXe siècle aient quelque peu empêché la lecture des liaisons entre la chemise et les tours, les travaux du CHAM sur les tours septentrionales ont permis de constater qu’au moins la tour nord-est est adossée au mur de la chemise, sans chaînage, et posée sans fondation sur le flanc aménagé du tertre. Le flanquement, ou du moins une partie de celui-ci, semble donc être un ajout postérieur au noyau castral en place.

Fig. 3. Plan topographique du château de Conches-en-Ouche (relevé : T. Guérin).

Fig. 4. Phasage des maçonneries du château de Conches (DAO : T. Guérin).

27Les matériaux mis en œuvre permettent de répartir les tours du donjon en différents ensembles. On distingue en premier lieu les parements mixtes de silex et de grès, généralement associés à des cordons de calcaire formant des ressauts chanfreinés marquant la liaison entre le fût de la tour et la base en glacis. Les deux tours méridionales présentent cette caractéristique. Ce parement est décliné sous une forme alternative soignée employant exclusivement le silex et le calcaire en cordons chanfreinés ou en chaînes verticales occasionnelles. Les deux tours septentrionales correspondent à ce type d’appareillage. Enfin, un troisième mode de parement consiste en un bel appareil de silex scandé de chaînes verticales en calcaire, associées à des cordons plats du même matériau. La Grosse Tour, la tour du Captal et le rechemisage de la tour sud-ouest correspondent à ce type de mise en œuvre. Ces deux derniers ouvrages sont d’ailleurs clairement liés l’un à l’autre par une continuité évidente de l’appareil.

28D’un point de vue morphologique, les tours nord-est et sud-est sont assez comparables. Leur gabarit respectif est proche et ce sont des tours ouvertes à la gorge sur une base en glacis. La tour nord-ouest doit également être placée dans cette catégorie. Les restaurations dont elle a fait l’objet au XXe siècle ont cependant modifié la forme de sa base en glacis, tout comme elles ont transformé ses chaînes verticales originales. Quoique très altérée à la base, la tour sud-ouest appartient aussi à cette famille. Toutes disposent de fentes de tir, à l’exception de la tour nord-est, dont les niches hautes ont manifestement été bouchées au cours de la période médiévale.

29Morphologiquement, la Grosse Tour et la tour du Captal sont des cas à part. La tour maîtresse centrale possède trois niveaux apparents : un niveau bas voûté, initialement aveugle, situé dans sa souche, puis un niveau intermédiaire comprenant l’entrée principale et disposant d’un accès à une probable citerne recueillant les eaux du couronnement par un conduit rectangulaire en-œuvre ; enfin, un niveau haut communique avec l’étage inférieur par une volée d’escalier droite prise dans l’épaisseur du mur nord. La tour du Captal est quant à elle la seule tour de flanquement du donjon qui n’est pas ouverte à la gorge. Elle disposait d’un niveau bas aujourd’hui comblé de débris de démolition et d’un niveau de plain-pied planchéié dont l’empreinte des sommiers est encore visible. Cet étage disposait d’une cheminée murale et donnait accès aux longues fentes de tir dont les piédroits internes dotés de feuillures indiquent une fermeture par des panneaux mobiles. La caractéristique la plus remarquable de cette tour est la base carrée sur laquelle est élevé son fût en fer-à-cheval. Les examens topographiques suggèrent que le rechemisage de la tour sud-est a lui aussi été doté d’une base quadrangulaire rapportée.

Les structures de la basse-cour

30La basse-cour du château de Conches est l’élément le plus affecté par l’urbanisme actuel. Elle conserve néanmoins son tracé et un nombre conséquent de vestiges. La porte donnant vers la ville est un ouvrage quadrangulaire formant une saillie et flanquant les courtines voisines, doté d’un passage mixte. Sa lecture architecturale est aujourd’hui très altérée par les nombreux travaux qu’elle a subis, mais on note que ses parties basses sont constituées d’un appareil de silex et de grès.

31Les maçonneries de grès sont globalement très caractéristiques des vestiges visibles de la bassecour. Les ruines d’un mur de barrage du fossé auprès de la tour sud-est correspondent à ce type de mise en œuvre, tout comme les structures en terrasse tournées vers la vallée du Rouloir. Celles-ci disposent d’un type d’appareillage distinct de ceux du donjon, avec la mise en œuvre tant du silex, du grès que du calcaire et la présence de chaînages muraux harpés plats. Enfin, la sauvegarde de la partie terminale est de la muraille de la basse-cour en 2014 a permis de mettre en évidence une probable tour d’angle, enveloppée dans les épaississements successifs des courtines. Elle se présente dans son état final sous la forme d’une tour quadrangulaire appareillée en silex et dotée de cordons horizontaux en grès, sur laquelle ont été rapportés quatre contreforts d’exécution assez frustes, appareillés essentiellement en grès (fig. 5). Ces derniers, très détériorés, correspondent probablement à une reprise a posteriori d’ouvrages de contrebutée préexistants. Ils sont simplement accolés à la base de la « tour » et viennent surmonter un massif au plan curviligne, qui en déborde au pied. Ce soubassement n’est pas lié de manière homogène à la « tour » carrée et pourrait correspondre à un ouvrage d’angle antérieur dont le tracé est manifestement circulaire.

32Exception faite du talus occidental, les ouvrages terrassés de la basse-cour ont pour leur part été oblitéré par la progression du tissu urbain. Néanmoins, le cadastre semble avoir conservé la trace parcellaire du fossé qui séparait le château de la ville-forte, sous la forme d’une succession d’arrière-cours et de jardins oblongs développés sur les flancs ouest et nord de la fortification.

Essai de chronologie

33Le rapide exposé des caractéristiques architecturales du château de Conches permet de discerner plusieurs phases maçonnées majeures. Sur le tertre du premier château, le couronnement maçonné annulaire probablement dépourvu d’un programme initial de flanquement n’est pas sans évoquer les shell-keep anglo-normands. Cette typologie est par ailleurs assez cohérente avec une fondation castrale dans le dernier quart du XIIe siècle. Dans la basse-cour, la porte vers la ville pourrait correspondre également à un élément de cette période : ses dispositions générales sont en effet partagées avec d’autres ouvrages de la frontière orientale de la Normandie tels qu’Avrilly ou Château-sur-Epte. D’ailleurs, l’absence de flanquement sur la majeure partie du tracé de l’enceinte de la basse-cour est également un trait caractéristique de nombreux châteaux normands des XIe et XIIe siècles.

Fig. 5. Détail du soubassement de la « tour » d’angle de la basse-cour et des contreforts en grès accolés (cliché : T. Guérin).

34Le noyau castral connaît une évolution majeure avec l’adjonction de tours de flanquements qui sont par la suite remaniées. La tour nord-ouest est la plus lourdement reprise, avec un rechemisage qui double quasiment l’épaisseur de l’ouvrage et s’étend aux soubassements de la porte de l’enceinte du donjon. Ce massif en glacis vient s’appuyer contre le fût de la tour nord-est. La tour sud-ouest est également dotée d’un rechemisage important. Cette campagne de travaux s’accompagne manifestement de la création de la tour du Captal dans ses dispositions aujourd’hui visibles (fig. 6). Les remaniements des tours sud-est (attestés par un bourrelet de maçonneries saillant sur le parement) et nord-est (avec l’obstruction des ouvertures et la reprise du parement extérieur) pourraient également appartenir à cette campagne. Dans la mesure où les chantiers d’épaississement supplémentaire des murs prennent appui sur des ouvrages existants, on peut se demander si la tour du Captal est un ouvrage ex-nihilo ou la modification d’un flanquement antérieur. Cette question reste actuellement en suspens.

35L’analogie architecturale tend à démontrer que le rechemisage de la tour sud-est et l’édification de la tour du Captal sont contemporains de la construction de la Grosse Tour (fig. 7). La similarité des matériaux et de la mise en œuvre conduisent à supposer que cette tour n’existait pas dans les dispositions primitives du château. L’observation n’est pas anodine car elle implique une évolution profonde de la compréhension de la morphologie du donjon, dont l’évolution ne semble pas s’organiser autour de cette tour maîtresse centrale, et de sa chronologie, puisque cette tour appartient plus probablement à une phase tardive du développement des structures défensives de la motte.

36La datation des maçonneries reste très hypothétique en l’absence de données archéologiques. Néanmoins, on peut contester la chronologie traditionnellement avancée pour le château, trop restreinte et centrée sur l’époque des Plantagenêts. Celle-ci est d’ailleurs quelque-peu faussée par l’idée d’un inachèvement des réalisations médiévales entre les règnes de Richard Cœur de Lion et de Jean Sans Terre, essentiellement induite par une mauvaise lecture des restaurations malheureuses du début du XXe siècle (Corvisier, 2005, p. 127-128). S’il est vrai que Richard Cœur de Lion et Jean Sans Terre accordent à Conches un certain intérêt militaire, l’ambiguïté qui concerne l’emplacement du toponyme à cette époque et la réalité des travaux défensifs envisagés conduisent à nuancer l’influence de ces personnages sur les vestiges visibles. Si on s’en tenait à un simple constat d’ordre typologique, on serait tenté de placer les tours de flanquement circulaires dans la mouvance capétienne.

Fig. 6. Vue du rechemisage de la tour sud-est et de sa liaison avec la tour du Captal (cliché : T. Guérin).

Fig. 7. Appareillage de la Grosse Tour (cliché : T. Guérin).

37La datation du dernier programme (Grosse Tour, tour du Captal et rechemisage) est elle aussi difficile à établir. L’édification de la tour du Captal est attribuée à Jean de Grailly, Captal de Buch et principal capitaine du roi de Navarre, vers 1364-1367 (Charpillon et Caresme, 1868, p. 805). Mais la déformation normande Aucadal du titre gascon captal apparaît déjà dans une ancienne quittance (Semelaigne, 1989, p. 224). Les sources attestent également de grands travaux entrepris par le captal de Buch au château de Conches avant le siège de Du Guesclin en 1371 (Mirot, 1920, p. 208). Enfin, la morphologie de l’appareil de la tour du Captal et des ouvrages associés n’est pas sans évoquer des occurrences normandes des XIIIe et XIVe siècles, telles que l’enceinte du château d’Harcourt.

38Le phasage chronologique ne s’arrête toutefois pas avec la guerre de Cent Ans. Les maçonneries de la basse-cour et la « tour » d’angle retrouvée s’inscrivent dans une continuité des travaux qui s’échelonne probablement entre la fin du XIVe et le milieu du XVIe siècle. La mise en œuvre du grès est caractéristique de cette dernière phase et généralisée, au point d’apparaître aussi sur l’église Sainte-Foy toute proche, dont le bâti est postérieur à la seconde moitié du XVe siècle.

39Pour conclure, les différentes études de surface réalisées jusqu'alors doivent maintenant se poursuivre sous la forme de projets archéologiques. Il est clair que la méprise toponymique qui a longtemps conduit à confondre les sites castraux de Conches et du « Vieux-Conches » a brouillé la compréhension du développement de l’honneur des Tosny au pays d’Ouche aux XIe et XIIe siècles. En outre, le resserrement de l’interprétation chronologique des vestiges n’apparaît pas cohérent au vu du phasage complexe du seul donjon. Si le problème toponymique semble se résoudre assez aisément, la datation des importants vestiges du château de Conches demande des travaux de terrain plus détaillés. Les nouvelles hypothèses le concernant sont bornées par un phasage architectural que nous proposons volontiers plus étendu, en tenant compte de la guerre de Cent Ans. Cette période est malheureusement souvent délaissée de la chronologie castrale normande, aussi étonnant que ce soit.

Bibliographie

Bibliographie

Charpillon L.-E. et Caresme A. (1868) – Dictionnaire historique de toutes les communes du département de l’Eure. vol. 1, Les Andelys, Delcroix.

Corvisier C. (2005) – La fortification castrale des Plantagenêt en Normandie. Arrignon C., Debiès M.-H., Galderisi C. et Palazzo É., Cinquante années d’études médiévales à la confluence de nos disciplines, Actes du colloque organisé à l’occasion du cinquantenaire du CESCM, Poitiers, 1er-4 décembre 2003, Turnhout, Brepols, p. 111-148.

Debaene T. (2011) – Vieux-Conches (Eure), un site castral et son environnement (XIe-XVIIIe siècles). Archéologie médiévale, 41, p. 49-76.

De Haas C. (2005) – Le grand cartulaire de Conches et sa copie. Conches, musée de Conches, 727 p.

Delisle L. (1871) – Actes normands de la chambre des comptes sous Philippe de Valois (1328-1350). Rouen, Le Brument, 442 p.

— (1874) – Mandements et actes divers de Charles V (1364-1380). Paris, Imprimerie nationale, 1036 p.

Gardin A. (1865) – Notice historique sur la ville de Conches. Évreux, Leclerc, 128 p.

Guérin T. (2008) – Le Donjon à Conches-en-Ouche (27). Flambard Héricher A.-M. (dir.), Projet collectif de recherche sur les fortifications de Haute-Normandie, Rouen, GRHIS, p. 50-53.

Lemoine A. (1998) – Chennebrun, un bourg castral au cœur des conflits franco-normands du XIIe siècle. Annales de Normandie, vol. 48, no 5, p. 525-544.

Migne J.-P. (1855) – Saeculum XII. Orderici Vitalis, Historia ecclesiastica, Paris, 1700 p.

Mirot L. (1920) – Paiements et quittances de travaux exécutés sous le règne de Charles VI (1380-1422). Bibliothèque de l’École des Chartes, vol. 81, p. 183-305.

Musset L. (1977) – Aux origines d’une classe dirigeante : les Tosny, grands barons normands du Xe au XIIIe siècle. Francia, Forschungen zur Westeuropäischen Geschichte, Institut historique allemand de Paris, 5, p. 45-80.

Nortier M. (2000) – Documents normands du règne de Charles V. Paris, BNF-Société de l’histoire de Normandie, 430 p.

Painchault A. et Debaene T. (2010) – Le Vieux Conches à Conches-en-Ouche (27). Flambard Héricher A.-M. (dir.), Projet collectif de recherche sur les fortifications de Haute-Normandie, Rouen, GRHIS, p. 16-77.

Semelaigne A. (1989) – Essai sur l’histoire de Conches-en-Ouche. Amiens, Res Universis (rééd.), 248 p.

Notes

1 Archives départementales de l’Eure (ADE), H 262, fol. 219.

2 « […] et ecclesiam Sancti Odoeni de Conchis […] » (ibid).

3 ADE, H 262, fol. 219 et 220.

4 Ibid, fol. 1 et 231.

5 Ibid, fol. 211 et 212.

6 « […] apud Sanctum Audoenum Vesterum Concharum […] » (ibid, fol. 229).

7 « […] in novo burgo quod fecit in parco […] » (ibid).

8 Ibid, fol. 212 et 214.

9 « […] abbatiam et villam de Castellionis ex una parte et parcum de Conchis ex altera […] » (ibid, fol. 233).

10 « […] Ego Robertus de Curtiniaco, dominus Concharum […] cum discordia verteretur inter me ex una parte et abbatem et conventus Saincti Petri de Castellione ex altera super decimam venditionis parci mei de Conchis, et novo muro versus dictum parcum in abbatia Saincti Petri facto […] » (ibid, fol. 6).

11 Ibid, fol. 217.

12 Ibid, fol. 4 et 216.

13 « […] sine crenellis et sine fortericia aliqua […] » (ibid, fol. 6).

14 « […] domo sita ante portam castelli mei de Conchis […] » (ibid).

15 Ibid, fol. 6, 81, 191, 200 et 225.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Localisation des sites dans la vallée du Rouloir et chronologie des toponymes (DAO : T. Guérin).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4180/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Légende Fig. 2. Plan topographique du château du Vieux-Conches (relevé : A. Painchault et T. Debaene).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4180/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Fig. 3. Plan topographique du château de Conches-en-Ouche (relevé : T. Guérin).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4180/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 732k
Légende Fig. 4. Phasage des maçonneries du château de Conches (DAO : T. Guérin).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4180/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 664k
Légende Fig. 5. Détail du soubassement de la « tour » d’angle de la basse-cour et des contreforts en grès accolés (cliché : T. Guérin).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4180/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Légende Fig. 6. Vue du rechemisage de la tour sud-est et de sa liaison avec la tour du Captal (cliché : T. Guérin).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4180/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Légende Fig. 7. Appareillage de la Grosse Tour (cliché : T. Guérin).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4180/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 411k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540