Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Conches-en-Ouche, 5 et 6 juin 2015

 | 
Jean-Paul Ollivier

État sanitaire bucco-dentaire de la population de Tournedos-sur-Seine, Porte-Joie (Eure), VIIe -Xe siècles

Oral and dental health of the population of Tournedos-sur-Seine, Porte-Joie (Eure), 7th-10th Centuries

Julia Pacory

Résumé

Le site de Tournedos-sur-Seine, Porte-Joie (Eure), fouillé de 1986 à 1993, présente de nombreux vestiges dont une église, dédiée à Sainte-Cécile, et un cimetière en fonction du VIIe au XIVe siècle comprenant 1664 sépultures. L’étude de la population inhumée entre le VIIe et le Xe siècle a été entreprise pour dresser un état sanitaire à partir des données bucco-dentaires. Cette analyse a démontré que l’état de santé de cette population est légèrement au-dessus de la moyenne. Même si les comparaisons effectuées ont pu montrer que l’état sanitaire des individus de Porte-Joie correspond à une population caractéristique du Moyen Âge, elles ont toutefois mis en évidence une différence régionale importante ainsi qu’une disparité entre les sites urbains et ruraux comparés.

The site in Tournedos-sur-Seine, Porte-Joie (Eure), where excavations took place from 1986 to 1993, has many remains, including a church dedicated to Saint Cecilia and a cemetery which was in use from the 7th to the 14th Century comprising 1,664 graves. The people buried there between the 7th and 10th Century were studied in order to determine their health status using oral and dental data. This analysis demonstrated that the health status of this population was slightly above average. Although the comparisons made showed that the health status of individuals from Porte-Joie corresponded to a typical Middle Ages population, they also revealed a significant regional difference and a disparity between the urban and rural sites compared.

Texte intégral

Introduction

  • 1 Conservatrice en chef du patrimoine, SRA de Normandie, responsable de l’opération.
  • 2 Paléoanthropologue, INRAP, membre associé à PACEA, Bordeaux.
  • 3 Paléoanthropologue, INRAP, membre associé au CEPAM, Nice-Sophia-Anthropolis.

1Tournedos-sur-Seine, Porte-Joie (Eure), est localisé dans un méandre de la Seine qui délimite une micro région dite « boucle du Vaudreuil ». Le site, fouillé de 1986 à 1993 par Florence Carré1 et Mark Guillon2, se compose d’un habitat du haut Moyen Âge auquel sont associés une église et son cimetière. Au cours des investigations archéologiques, plus de 1 660 sépultures, datées entre VIIe et le XIVe siècle, ont été mises au jour. Ces squelettes ont déjà fait l’objet de deux études, l’une dans le cadre de la thèse de Mark Guillon (1997) pour l’ensemble des tombes et l’autre, par Véronique Gallien3, sur celles contenant du mobilier du haut Moyen Âge.

2L’analyse présentée ici vient donc compléter l’étude anthropologique, en se focalisant sur la période du VIIe au Xe siècle et sur les observations bucco-dentaires. L’objectif est une meilleure connaissance des populations anciennes par l’approche des conditions de vie et de l’état de santé des individus, notamment à partir des lésions dentaires. Les dents sont très résistantes (Rogers, 1988, p. 3), elles constituent un support permettant une excellente représentativité et fournissent un corpus de données très vaste. En effet, « n’oublions pas que, quand tout de l’homme a disparu, les dents sont les seuls documents qui puissent fournir des renseignements d’ailleurs plus nombreux qu’on ne pense généralement sur l’individu dont elles proviennent » (Brabant, 1968, p. 108). Elles permettent notamment de mieux percevoir l’hygiène dentaire ou l’alimentation des populations passées et leurs possibles activités physiques ou professionnelles (Brouste, 1993-1994, p. 57). L’analyse sanitaire d’une population est une discipline particulière car elle concerne non seulement les maladies, mais aussi leurs causes et leurs conséquences. Elle permet également d’évaluer divers facteurs qui conditionnent l’apparition, la fréquence et le mode de diffusion des maladies (Zammit, 1990, p. 152-153). Ainsi, à partir des données dentaires, divers domaines sont abordés comme la paléopathologie, l’anthropobiologie, et surtout la paléo-odontologie.

3En outre, ce travail vient compléter et alimenter les recherches et connaissances historiques sur la « boucle du Vaudreuil ». Cette dernière a connu un grand nombre d’opérations archéologiques et offre un riche éventail de population de comparaison (Carré, 2011).

Le site archéologique de Tournedos-sur-Seine, Porte-Joie

4Le site de Tournedos-sur-Seine se compose principalement de trois grands ensembles (fig. 1) : une zone d’habitat, un secteur périphérique, et un grand espace funéraire (Carré et Guillon, 1995). Cet habitat groupé, créé au VIIe siècle et déplacé au Xe siècle, correspond parfaitement au « modèle » du village médiéval qui comprend des pôles attractifs comme l’église et son cimetière (Burnouf et al., 2009, p. 102 et 128).

Fig. 1. Le site archéologique de Tournedos-sur-Seine, Porte-Joie : occupation du VIIe au Xe siècle (DAO : F. Carré et F. Jimenez).

Fig. 2. Le cimetière et l’église du VIIe au Xe siècle (DAO : F. Carré et A. Koehler).

5L’habitat des VIIe-VIIIe siècles s’étend sur 3 ha et entoure le cimetière. Soixante-douze fonds de cabanes ont été mis au jour ainsi que des greniers, des foyers, des puits et un grand nombre de fosses. L’occupation dite « périphérique » se met en place aux IXe-Xe siècles sur plus de 3 ha. Il s’agit probablement d’un déplacement de l’habitat au sud du village primitif. Cette zone se caractérise par l’absence de cabane et par des structures particulières liées au traitement des céréales (Carré et al., 2011). Des structures semblables ont été mises au jour à proximité du cimetière et de l’église, vers l’ouest, et pourraient correspondre au traitement des produits de la dîme (Carré et al., 2011).

6La troisième zone de fouille concerne l’espace de l’église et de son cimetière (fig. 2). Ce dernier, fouillé exhaustivement, a livré 1 664 sépultures. Son emplacement au sein du village est prévu dès l’origine, vers le milieu du VIIe siècle. Son utilisation perdure jusqu’à la fin du XIVe, voire le début du XVe siècle (Carré, 1996). Les tombes appartenant aux premières phases d’inhumation s’organisent entre une sépulture collective mégalithique et un bâtiment semi-enterré. Ce dernier, daté du milieu du VIIe siècle, est utilisé au moins jusqu’à la fin du VIIIe siècle (Catteddu et al., 2009, p. 213-214). Même si sa fonction est probablement funéraire, rien ne prouve qu’il s’agissait d’un édifice à vocation cultuelle. Au cœur de ce cimetière, un bâtiment sur poteaux est implanté entre le milieu du VIIe et le milieu du VIIIe siècle ; il perturbe quelques sépultures antérieures. Probablement au Xe siècle, une abside maçonnée y est ajoutée. Enfin, une nouvelle église est construite au XIIIe siècle à l’emplacement même de l’édifice sur poteaux. Elle est identifiée comme Sainte-Cécile de Porte-Joie (Catteddu et al., 2009, p. 213-214).

Analyse anthropologique

7L’étude de l’ensemble de Porte-Joie n’étant pas envisageable pour un sujet de master, les 86 individus appartenant aux VIIe-Xe siècles ont été sélectionnés. Parmi ces squelettes, seuls les blocs crânio-faciaux et les os longs du membre inférieur ont été pris en compte. En effet, l’approche se concentre sur les observations et les données, métriques et morphologiques, du crâne et de la région bucco-dentaire. Les membres inférieurs permettent de restituer la stature moyenne qui est également un bon indicateur du niveau de vie des populations archéologiques. Parmi ces sujets, on dénombre 66 individus adultes et 20 immatures. Au sein des adultes, la diagnose sexuelle effectuée par Mark Guillon a identifié 24 hommes et 8 femmes (Guillon, 1997).

La paléodémographie

8La paléodémographie permet de reconstituer les comportements et les mécanismes démographiques des sociétés du passé et pallie les manques d’informations et de documentation écrite concernant la démographie des populations anciennes (Seguy et Buchet, 2011, p. 23-24 ; Buchet et Seguy, 2002, p. 161). Cette méthode offre une bonne représentation du monde des vivants par l’intermédiaire du monde des morts. Les données issues des analyses paléodémographiques ont ainsi un grand intérêt dans le cadre d’études visant à reconstituer l’état sanitaire des populations anciennes (Kramar et Simon, 1988, p. 124). À Porte-Joie, l’analyse paléodémographique a mis en évidence une sous-représentation des immatures, surtout de ceux de la première classe d’âge (0-1 an). De même, l’effectif des adolescents est très faible (fig. 3).

9Chez les adultes, la répartition paléodémographique indique un fort taux de décès dans la première classe d’âge (20-29 ans), aussi bien chez les hommes que chez les femmes (fig. 4). Toutefois, la population âgée est également représentée, puisqu’un léger pic de mortalité est également visible pour la classe d’âge des 70-79 ans.

  • 4 Selon l’archéologue, cette dernière hypothèse est à écarter puisque le cimetière a été fouillé dans (...)

10La sous-représentation des immatures de la première classe d’âge peut s’expliquer par la faible profondeur d’enfouissement des sépultures d’enfants (Castex, 1994, vol. 1, p. 125), la moins bonne conservation des os d’immatures ou par la présence de zones réservées à ces derniers dans le cimetière et qui n’auraient pas été perçues lors de la fouille4 (Niel, 2009, vol. 1, p. 222 ; Bocquentin et al., 2001, p. 97 ; Sansilbano-Collilieux, 1994, vol. 1, p. 101). La sur-mortalité des jeunes adultes pourrait être liée à une tendance au rajeunissement de la population en raison des biais d’estimation de l’âge, inhérents à l’emploi des méthodes probabilistes utilisées pour étudier la population de ce site (Sansilbano-Collilieux, 1994, vol. 1, p. 107 ; Castex, 1994, vol. 1, p. 128).

11Globalement, la population de Porte-Joie offre un profil démographique stable avec toutefois un très fort taux de mortalité pour les jeunes adultes. C’est en effet un tiers de la population qui disparaît avant l’âge de 40 ans. Néanmoins, pour relativiser, notons qu’un autre tiers dépasse les 60 ans.

12Il semble que l’espérance de vie aux VIIe-Xe siècles soit légèrement supérieure à celle de 25 ans estimée par Mark Guillon pour l’ensemble du cimetière (Guillon, 1997, p. 253), ce qui est conforme aux estimations paléodémographiques généralement présentées pour les populations historiques (e° = 25 à 30 ans). La population de Porte-Joie présente toutefois une plus grande adéquation avec une espérance de vie à 30 ans. En outre, ce résultat est relativement proche de l’estimation moyenne à la naissance qui est de 34,9 ans.

L’état bucco-dentaire

Le tartre

13Le tartre est formé par la calcification de la plaque dentaire et résulte à la fois d’une action biologique et mécanique. Ce dépôt est lié aux bactéries, à l’alimentation ou à la salive (Hadjouis, 1999, p. 115). Au sein de la population adulte de Porte-Joie, les plus forts volumes de tartre se localisent essentiellement sur la partie droite du maxillaire, tandis que les atteintes de la mandibule semblent plutôt se concentrer sur le bloc incisivo-canin.

14Majoritairement présents au sein de la population masculine, ces forts volumes de tartre se latéralisent essentiellement sur le côté droit. Les interprétations de cette latéralisation préférentielle peuvent être multiples : alimentation, nature de la salive, proximité des glandes salivaires ou activité physique ou professionnelle particulière (Polet et Orban, 2001, p. 51-52).

15Pour les immatures, le tartre est très présent sur les dents permanentes comme sur les déciduales, mais toujours en faible volume.

Fig. 3. Courbes de mortalité de la population aux VIIe-Xe siècles et de la population totale comparées aux courbes de Lederman pour une espérance de vie comprise entre 25 et 30 ans (J. Pacory et M. Guillon, dans Guillon, 1997, vol. 1, p. 239).

Fig. 4. Table de mortalité des adultes aux VIIe-Xe siècles (J. Pacory).

L’usure ou abrasion dentaire

16L’usure dentaire peut être définie comme étant « la détérioration produite par un usage prolongé » des dents (Esclassan, 2012, p. 136 ; D’Incau, 2004, p. 19). Elle informe sur l’appareil masticatoire en général, ainsi que sur l’alimentation des individus (Hadjouis, 1999, p. 113-114). Ces abrasions sont assez fortes à Porte-Joie. Les plus marquées sont majoritairement présentes sur les incisives, les canines et les prémolaires du maxillaire. Sur la mandibule, les atteintes les plus fortes concernent les incisives centrales. Pour la mâchoire supérieure comme pour l’inférieure, cette abrasion s’effectue majoritairement de manière plane ou tabulaire, c’est-à-dire en biais.

Les absences ante mortem

17Les absences dentaires ante mortem se manifestent par une résorption alvéolaire du vivant de l’individu et constituent un bon indicateur de la santé bucco-dentaire (Esclassan, 2012, p. 116). Toutefois, la raison de cette absence est impossible à déterminer puisqu’elle peut être due aussi bien à une lésion carieuse, un arrachage, un traumatisme ou une parodontolyse (Hadjouis, 1999, p. 114-115).

18À Porte-Joie, les absences ante mortem semblent moins nombreuses sur le maxillaire que sur la mandibule. Par comparaison avec les autres lésions, il est possible d’émettre l’hypothèse qu’il existe un lien entre les absences ante mortem et la présence de caries. A contrario, le tartre et la parodontolyse ne semblent pas avoir de rapport important avec les chutes ante mortem.

Les caries

19La carie est une maladie infectieuse, transmissible, du tissu dur de la dent (Salo, 2005, p. 37). Elle constitue la lésion la plus commune et la plus fréquente (Esclassan, 2012, p. 14 et 25). Son origine peut être variée, bien qu’elle soit très étroitement liée à l’alimentation et à l’augmentation de la consommation de sucre (Polet et Orban, 2001, p. 50-51). Si elle peut être d’origine alimentaire, la salive, la constitution et l’épaisseur de l’émail ou encore les hormones interviennent également dans son apparition (Lukacs et Largaespada, 2006, p. 540, 551 et 552).

20Les atteintes observées à Porte-Joie suivent globalement les observations faites sur les populations archéologiques : les molaires et les prémolaires sont les dents les plus cariées (fig. 5). Au sein de la population immature, le taux de carie sur les dents temporaires (87,3 %) contraste fortement avec le taux sur les dents permanentes (0,3 %). Les dents déciduales, de par leur nature, ont subi plus d’attaques, dont les atteintes carieuses. La seule carie sur dent permanente concerne une première molaire. Cela reste en accord avec les observations effectuées sur d’autres populations archéologiques. Toutefois, même si les caries sont assez fréquentes au sein de la population immature de Porte-Joie, elles sont légères et atteignent rarement la racine de la dent.

La parodontolyse

21La parodontolyse ou déchaussement dentaire correspond à une inflammation des tissus de soutien de la dent, provoquant une diminution du volume de l’alvéole dentaire et, dans les cas les plus graves, pouvant entrainer la chute de la dent (Hadjouis, 1999, p. 118 ; De Broucker, 2011, p. 9). Pour notre échantillon, la parodontolyse semble être très présente chez les hommes comme chez les femmes. Elle touche davantage la mandibule que le maxillaire (fig. 6). Toutefois, les atteintes sont généralement faibles.

Fig. 5. Exemple de carie sur la sépulture S. 1631, dent [26] (cliché : J. Pacory).

Les kystes péri-apicaux

22La formation de kyste dentaire résulte de complications de maladies parodontales ou péri-apicales. Le kyste se présente sous la forme d’une cavité remplie de fluide (pus) qui, en s’accumulant, accroît sa taille (Hadjouis, 1999, p. 118 ; Chazel et al., 2001, p. 155-157). Les caries font partie des lésions qui peuvent provoquer la formation d’un kyste.

23Au sein de la population de Porte-Joie, les kystes péri-apicaux sont plus fréquents sur le maxillaire que sur la mandibule et les femmes semblent en être davantage porteuses. Plusieurs hypothèses peuvent expliquer cette différence entre sexes. Ces atteintes seraient liées à plus grande sensibilité des individus féminins face à la maladie ou lors d’épisodes affaiblissant l’organisme, telles les grossesses. Une autre hypothèse serait que ces atteintes sont le signe d’une alimentation différente selon le sexe.

La paléopathologie

Les « indicateurs de stress »

24« Les indicateurs de stress sont soumis à une grande variabilité individuelle [prédisposition génétique, sexe, âge, etc. (Polet et Orban, 2001, p. 42)], ils sont considérés comme des indices du niveau sanitaire et carentiel d’une population » (Niel, 2009, vol. 1, p. 463). Les causes de ces stress ne sont pas faciles à déterminer et peuvent correspondre à de multiples facteurs physiologiques et psychologiques atteignant l’individu ou une population entière (une famine, par exemple). Les marqueurs de stress peuvent donc résulter de réactions de l’os face à des anémies, dues à des carences en fer, en vitamines A, B, C, D et E, à une malnutrition ou à des hémorragies importantes lors de l’accouchement ou de blessures graves (Polet et Orban, 2001, p. 45-46 ; Ortner, 2003, p. 102-103). Il existe toutefois deux types d’« indicateurs de stress », dits « spécifiques » et « non spécifiques ». Tandis que les premiers signalent par exemple le scorbut ou le rachitisme, les seconds peuvent être consécutifs à deux stress très différents (malnutrition ou maladies) tout en se manifestant de la même façon sur le squelette. Ils comprennent, par exemple, les hypoplasies de l’émail dentaire ou les cribra orbitalia (Polet et Orban, 2001, p. 41-42).

Fig. 6. Exemple de parodontolyse sur la sépulture S. 570 (cliché : J. Pacory).

25« L’hypoplasie de l’émail dentaire consiste en une réduction localisée de l’épaisseur de l’émail [...]. Elle s’exprime généralement sous forme de dépressions horizontales et est due à des arrêts momentanés d’activité des cellules responsables de la formation de l’émail […]. Dans la majorité des cas, l’hypoplasie a pour origine un problème de malnutrition et/ou de santé » (Polet, 2006). Généralement plus fréquentes sur les incisives et les canines, les hypoplasies peuvent être continues (lignes), ou discontinues (criblées). Pour qu’il y ait une anomalie de cette ampleur sur l’émail, il faut que l’épisode de stress ait une durée d’au moins plusieurs semaines (Polet et Orban, 2001, p. 44). Les individus adultes de Porte-Joie présentent des hypoplasies sur 34,5 % des dents observables. Ces lignes de carences semblent être plus fréquentes sur le maxillaire que sur la mandibule (38,5 % contre 31,2 %), et les hommes sont légèrement plus atteints que les femmes. Cette répartition est plutôt conforme, concernant le maxillaire, aux observations faites au sein d’autres populations archéologiques, à savoir que les dents les plus touchées sont celles du bloc incisivo-canin.

26Chez les immatures, comme dans la plupart des populations archéologiques, les hypoplasies sont plus nombreuses sur les dents permanentes (38,3 %) que temporaires (1,3 %). De plus, à Porte-Joie, les dents du maxillaire sont légèrement plus concernées que les dents inférieures (39,1 % contre 37,5 %).

27La cribra orbitalia se manifeste sous la forme d’une surface criblée du plafond de l’orbite (fig. 7). Elle est souvent bilatérale. Il faut demeurer prudent sur son interprétation. En effet, elle ne suffit pas pour prouver un état de carence de l’individu (Charlier, 2008, p. 437-448). À Porte-Joie, 22,2 % des adultes et 54,54 % des enfants étudiés sont porteurs d’une cribra orbitalia. Parmi les adultes, 40 % des femmes sont atteintes contre 18,18 % des hommes. Ainsi, les enfants et les femmes sont plus fréquemment touchés.

  • 5 Il peut cependant s’agir d’une autre maladie, mais seul un paléopathologiste et un examen complet d (...)

28Les hyperostoses poreuses semblent concerner un seul individu de sexe indéterminé et plutôt jeune. Il présente une surface osseuse très abimée, avec un aspect piqueté voire même rongé, sur le maxillaire gauche et sur le nasal gauche5.

Les arthroses et enthésophytes

29Les pathologies dégénératives ont rarement pu être observées sur cet échantillon en raison de la sélection. Les observations restent donc très anecdotiques. Les plus répandues sont les arthroses temporo-mandibulaires qui touchent cinq adultes ayant tous plus de 50 ans. Elles sont systématiquement bilatérales et s’accompagnent parfois d’un écrasement des condyles.

Fig. 7. Exemple d’une cribra orbitalia sur la sépulture S. 1624 (cliché : J. Pacory).

30Les enthésophytes et ostéophytes sont des créations osseuses que l’on peut trouver sur tous les os du corps humain. Les premières sont liées à des insertions musculaires, ligamentaires ou tendineuses, tandis que les secondes, situées sur les surfaces articulaires, sont un indice de présence d’arthrose (Steinbock, 1976, p. 302). Au sein de la population étudiée, cinq individus présentent des enthésophytes et un seul est porteur d’ostéophytes.

Les angiomes et ostéomes

31Les angiomes sont des tumeurs formées par une prolifération de vaisseaux sanguins (Ortner, 2003, p. 512). Lorsqu’ils sont localisés sur le crâne, ils se regroupent autour des grands canaux vasculaires et sont de forme circulaire (Ortner, 2003, p. 513). Ils peuvent mesurer plusieurs centimètres de diamètre et ont la capacité de percer les tables internes et externes du crâne. C’est une lésion assez rare, d’origine congénitale et souvent bénigne.

32À Porte-Joie, de nombreux angiomes ont été identifiés sur la table interne des crânes. Ils sont souvent multiples et de petite taille, rarement plus d’un centimètre de diamètre. Pour quatre des neuf individus concernés, ils sont toutefois perforants. Ce type de lésions ne semble dépendre ni du sexe ni de l’âge.

33L’ostéome est également une tumeur bénigne. Dit en « bouton », il se situe principalement sur la table externe du crâne et ne mesure généralement pas plus d’un centimètre de diamètre (Ortner, 2003, p. 516-517). Ce bouton est seul, dense, fabriqué à partir d’os normal et avec peu de relief. Les ostéomes dont la taille est supérieure sont extrêmement rares. Un seul cas a été enregistré à Porte-Joie. Il se localise sur la voûte exocrânienne de l’os frontal, sa surface est lisse et son relief très faible.

Les lésions infectieuses ou traumatiques

34Outre les nombreux kystes apicaux dentaires, d’autres types peuvent être présents comme les kystes osseux. À Porte-Joie, un abcès parodontal sur le maxillaire, juste au-dessus de l’incisive centrale gauche, a été observé chez un défunt et un abcès quasiment perforant sur le palais d’un autre. Une autre lésion a été notée sur la partie sous-orbitaire d’un sujet adulte. Elle est de forme circulaire et pourrait correspondre à un kyste osseux ou à une autre petite tumeur.

  • 6 Toutefois, ces observations restent anecdotiques et une étude complète par un médecin paléopatholog (...)

35Des traumatismes affectent trois individus. Le premier présente une fracture mandibulaire et les deux autres des anomalies de surface de la table externe crânienne6.

Étude de la stature

  • 7 Les équations développées par G. Fully et Henri Pineau n’ont pu être appliquées ici en raison de la (...)
  • 8 Divisée en cinq grandes classes, « petite », « sous-moyenne », « sur-moyenne », « grande » et « trè (...)

36La stature a pu être estimée pour 41 % de la population adulte de Porte-Joie (soit 6 femmes et 21 hommes). Ces estimations ont été calculées à l’aide des longueurs maximales des os longs et à partir des tables de référence les plus fréquemment utilisées7, à savoir celles de Léonce Manouvrier, corrigées par Marc-Rodolphe Sauter (Manouvrier, 1893, p. 347), ainsi que celles de Mildred Trotter et Goldine C. Gleser (1958). Enfin, ces statures ont été classées selon une échelle mise en place par Henri-Victor Vallois8 (1948).

37Selon la méthode de Manouvrier-Sauter, la population adulte a une stature moyenne de 164,5 cm. Pour les femmes, la moyenne est de 153,8 cm et les estimations varient entre 140,5 cm et 165,5 cm. Pour les hommes, elle est de 167,5 cm et leur taille varie entre 156,9 cm et 181 cm. La différence entre les femmes et les hommes oscille entre 15,5 cm et 16,5 cm (moyenne de 13,7 cm).

38À partir des tables de Trotter et Gleser, la stature moyenne est de 169,5 cm. Les individus féminins ont une taille moyenne de 158 cm qui fluctue entre 144,5 cm et 170,4 cm. Les hommes mesurent en moyenne 172,7 cm et les estimations oscillent entre 161,7 cm et 185,6 cm. L’écart entre les deux sexes varie entre 15,2 cm et 17,2 cm (moyenne de 14,7 cm).

39Selon la classification de Vallois, l’estimation de la taille de la population adulte est plutôt moyenne. La stature des adultes du site de Porte-Joie est donc moyenne, comparable à celle des populations médiévales contemporaines et n’indique aucun signe de mauvaises conditions de vie. De plus, quelle que soit la méthode utilisée, l’écart moyen entre les deux sexes montre un dimorphisme sexuel important pouvant être interprété comme un signe de bonnes conditions de vie (Polet et Orban, 2001, p. 48).

Comparaison entre les individus avec et sans mobilier du site

40Au sein de la population de Porte-Joie, une étude comparative a été menée entre les sépultures contenant du mobilier (24 cas) et celles qui en sont dépourvues (62 cas). L’objectif d’une telle comparaison est d’observer de potentielles différences d’ordre sanitaire de la région bucco-dentaire selon les pratiques funéraires ou la position sociale.

41Pour la population adulte, les indices de tartre (fig. 8), d’usure, de caries (fig. 9) et de parodontolyse montrent que les individus inhumés sans mobilier sont plus fréquemment atteints que ceux pourvus d’objets. Le constat est un peu moins évident pour les kystes et les hypoplasies. Dans les sépultures sans mobilier, ces deux lésions sont plus présentes sur la mandibule. Par contre, aucune différence n’est relevée pour les atteintes sur le maxillaire.

42L’état sanitaire est donc globalement moins bon pour les individus inhumés sans mobilier, même si ce résultat est moins démonstratif pour les hypoplasies et les kystes.

43Au sein de la population immature, les taux de caries observés sur les dents temporaires sont plus importants sur le bloc incisivo-canin supérieur et les incisives inférieures des sujets inhumés sans mobilier. Au contraire, sur les molaires, ce sont les individus enterrés avec du mobilier qui présentent le plus de caries.

44Les taux de tartre sont globalement plus importants chez les individus sans mobilier, sur les dents permanentes inférieures, les dents lactéales supérieures et sur les incisives temporaires inférieures et permanentes supérieures. Les squelettes issus des sépultures avec mobilier présentent tout de même quelques dépôts tartriques, essentiellement localisés sur les prémolaires et molaires permanentes supérieures et sur les dents temporaires de l’hémi-mandibule droite.

45Enfin, les seules hypoplasies observées sur les dents temporaires concernent les individus sans mobilier. Pour les dents permanentes, les enfants des sépultures sans mobilier sont, là encore, plus fréquemment atteints sur les incisives, canines et prémolaires gauches du maxillaire, et sur les incisives et prémolaires gauches de la mandibule.

46Au sein de la population immature, l’état dentaire semble donc moins bon chez les individus issus des sépultures sans mobilier et, en particulier, sur les dents du bloc incisivo-canin.

Comparaisons inter-populationnelles

47Dans le but de qualifier la population de Porte-Joie, des comparaisons ont été effectuées avec quelques sites de la région, dont Notre-Dame-de-Bondeville (Langlois, 2001 ; Langlois et Gallien, 2006), Rouen (Niel, 2009), Romilly-sur-Andelle (Colleter et al., 2014) et trois cimetières de la « boucle du Vaudreuil » : Poses (Bonnabel et Cassin, 1996), Val-de-Reuil, « Le Chemin aux Errants » (Berthon, 2013) et Louviers (Carré et Jimenez dir., 2008).

48Ces sites régionaux ont été choisis en raison de leur proximité chronologique et géographique. Par ailleurs, d’autres comparaisons ont été effectuées avec des populations géographiquement très éloignées de Porte-Joie, afin de mettre en évidence d’éventuelles différences régionales. Cinq populations méridionales ont été sélectionnées en raison de la méthodologie similaire appliquée à l’étude dentaire : Saint-Bertrand-de-Comminges (Haute-Garonne), Venerque (Haute-Garonne), Lunel-Viel (Hérault), Vindrac (Tarn) et Saint-Brice-de-Cassan (Gers), à Ordan-Larroque (Crubezy et al., 1999). Pour chaque site, seules les données disponibles ont été exploitées, en fonction de l’état d’avancement des études post-fouilles. Pour faciliter les comparaisons, des calculs d’indices ont été utilisés.

Fig. 8. Comparaison des indices de tartre sur la mandibule entre les sépultures des VIIe-Xe siècles avec et sans mobilier (J. Pacory).

Fig. 9. Comparaison des indices de parodontolyse sur le maxillaire entre les sépultures des VIIe-Xe siècles avec et sans mobilier (J. Pacory).

Comparaison des données dentaires

49L’indice de carie de la population de Porte-Joie se situe globalement dans la moyenne de celui des populations du sud-ouest de la France. Toutefois, il est plus fort que celui des populations locales. À l’inverse, les défunts de Porte-Joie comportent moins de kystes que ceux des deux populations de Rouen. À Porte-Joie, les pourcentages d’atteintes péri-apicales sont plus forts qu’à Saint-Brice-de-Cassan.

50Deux marqueurs ont mis en évidence des disparités régionales fortes et une possible différence de statut entre populations rurales et urbaines. Ainsi, les indices de tartre et d’usure différencient deux groupes de populations, celles du sud-ouest et celles de Haute-Normandie (fig. 10 et 11). Toutefois, les indices calculés pour la population de Porte-Joie sont légèrement éloignés de ceux des autres sites haut-normands. Même si des différences d’appréciation du volume du tartre et du degré d’usure dentaire peuvent être évoquées pour expliquer ces variations, elles sont nuancées et limitées par la diversité des sites comparés et par l’utilisation de calcul d’indice. Ainsi, l’hypothèse d’une différence d’alimentation et de conditions de vie peut être émise entre les populations rurales de Porte-Joie et urbaine de Rouen.

51À Porte-Joie, les taux d’hypoplasies sont faibles par rapport à ceux des populations locales, mais semblent dans la moyenne des sites méridionaux. Le taux moyen calculé à partir de douze populations médiévales européennes (Polet et Orban, 2001) est de 66 % de dents atteintes. Porte-Joie se trouve nettement en-dessous de ces résultats. Enfin, les cribra orbitalia observées comptent parmi les plus faibles des sites de la région.

Comparaisons paléodémographiques

52En comparant les résultats pour la population des VIIe-Xe siècles avec l’ensemble des squelettes découverts à Porte-Joie, il est apparu que les courbes de répartition par âge des immatures ainsi que celles des adultes suivent la même tendance. En revanche, les profils démographiques des sites de Louviers et de Notre-Dame-de-Bondeville, où la population est plutôt âgée, sont très éloignés de ceux de Porte-Joie. Par contre, l’indice démographique semble relativement proche de celui de Romilly-sur-Andelle.

Comparaisons des statures

53Les comparaisons de stature n’ont pas pu être effectuées avec l’ensemble des sites, les données n’étant pas toujours disponibles. Globalement, les individus de Porte-Joie ont une stature plutôt moyenne (fig. 12), proche des estimations faites sur les populations de Rouen et de Saint-Brice-de-Cassan (par les estimations par sexe). L’écart selon les sexes est de 13,2 cm pour Saint-Brice-de-Cassan, de 13 cm pour Rouen et varie selon les méthodes de 13,7 à 14,7 cm pour Porte-Joie. Les populations de Louviers et de Vindrac sont les plus éloignées de celle de Porte-Joie. De même, les sujets de Notre-Dame-de-Bondeville et de Venerque sont plus grands que tous les autres.

Conclusion

54Cette étude a pu qualifier globalement la population de Porte-Joie qui, visiblement, présente un état sanitaire légèrement au-dessus de la moyenne. En effet, toutes les comparaisons d’ordre sanitaire ou paléodémographique menées sur ce groupe d’individus tendent à montrer qu’il correspond à une population caractéristique du Moyen Âge. Néanmoins, à partir des comparaisons dentaires des indices de tartre et d’usure, une différence régionale importante ainsi qu’une disparité entre sites urbains et ruraux ont pu être mises en évidence. De plus, la comparaison intra-site entre les sépultures avec et sans mobilier indique un moins bon état sanitaire des individus inhumés sans objet.

55Ce bilan sanitaire est à mettre en lien avec les données archéobotaniques et archéozoologiques, qui montrent que l’activité principale du site était consacrée à l’élevage et à la céréaliculture (Carré et al., 2011). La consommation de céréales variées ainsi que d’animaux jeunes, donc de viande de qualité, signale de relativement bonnes conditions d’alimentation. Toutefois, des études complémentaires pourraient venir compléter ces études spécialisées. Par exemple, sur cet échantillon, des analyses isotopiques pourraient être utilisées pour déterminer l’alimentation des défunts. De plus, afin de préciser les observations sur la mortalité de la classe des jeunes adultes, une détermination précise de l’âge au décès pourrait être menée par cémentochronologie.

Fig. 10. Comparaison avec les populations du sud-ouest des indices d’usure sur le maxillaire et la mandibule (J. Pacory).

Fig. 11. Comparaison avec les populations de Rouen des indices d’usure sur le maxillaire et la mandibule (J. Pacory).

Sites archéologiques

Stature moyenne hommes (en cm)

Stature moyenne femmes (en cm)

Écart (en cm)

Rouen (première période)

166,3

153,3

13

Louviers

168

160

8

Notre-Dame-de-Bondeville

176

164

12

Saint-Brice-de-Cassan

168,7

155,5

13,2

Vénerque

172,68

154,75

17,93

Vindrac

174

166

8

Tournedos-sur-Seine (Manouvrier/Sauter)

167,5

153,8

13,7

Tournedos-sur-Seine (Trotter et Gleser)

172,7

158

14,7

Fig. 12. Tableau récapitulatif des comparaisons de statures (J. Pacory).

  • 9 Les données de ce site n’étaient pas encore toutes disponibles lors de l’étude.

56Plus globalement, une étude sanitaire de l’ensemble des inhumés de Porte-Joie aiderait à déceler les améliorations ou les péjorations selon les périodes. Il serait également intéressant de pouvoir comparer cette population avec celle de Romilly-sur-Andelle et de Val-de-Reuil, « Le Chemin aux Errants9 », en raison de leur proximité géographique et de leur similarité de recrutement funéraire.

Bibliographie

Bibliographie

Berthon W. (2013) – Du terrain au laboratoire : réflexions méthodologiques sur l’enregistrement des données biologiques in situ dans les grands ensembles funéraires. Le cas du cimetière du haut Moyen Âge de Val-de-Reuil (Eure). Mémoire de Master 2 Sciences et technologies, Anthropologie biologique-Préhistoire sous la direction de S. Rottier, université de Bordeaux I, 73 p.

Bocquentin F., Sellier P. et Murail P. (2001) – La population natoufienne de Mallaha (Eynan, Israël) : dénombrement, âge au décès et recrutement funéraire. Paléorient, vol. 27, no 1, p. 81-106.

Bonnabel L. et Cassin C. (1996) – Poses, « La Plaine de Poses », cimetière du haut Moyen Âge, rapport ostéo-archéologique et anthropologique préliminaire. Rouen, AFAN, Service régional de l’archéologie, 25 p., 3 annexes.

Brabant H. (1968) – La denture humaine à l’époque Néolithique. Bulletin de la société Royale Belge d’Anthropologie et de Préhistoire, 79, p. 104-141.

Brouste P. (1993-1994) – Application des méthodes dentaires dans la détermination du sexe sur les sujets immatures du cimetière de Cognac Saint-Martin (Charente Maritime). Mémoire universitaire d’expertise et d’identification odonto-stomatologiques sous la direction de A.-M. Tillier, université de Bordeaux II, 60 p.

Buchet L. et Seguy I. (2002) – La paléodémographie : bilan et perspectives. Annales de démographie historique, 1, p. 161-212.

Burnouf J., Arribet-Deroin D., Desachy B., Journot F. et Nissen-Jaubert A. (2009) – Manuel d’archéologie médiévale et moderne. Paris, Armand Colin, coll. U, 352 p.

Carré F. et Guillon M. (1995) – Habitat et nécropole de Portejoie : le site de Tournedos/Val-de-Reuil (Eure), VIIe-XIVe siècles. Lorren C. et Périn P. (dir.), L’habitat rural du haut Moyen Âge, actes des 14e journées internationales d’archéologie mérovingienne, Guiry-en-Vexin et Paris, 4-8 février 1993, Rouen, Mémoires de l’Association française d’archéologie mérovingienne, VI, p. 145-158.

Carré F. (1996) – Le site de Porte-Joie (Tournedos, Val-de-Reuil, Eure), VIIe-XIVe siècles : organisation de l’espace funéraire. Archéologie du cimetière chrétien, actes du 2e colloque ARCHEA, Orléans, 29 septembre-1er octobre 1994, Revue archéologique du centre de la France, suppl. 11, p. 153-162.

Carré F., Jimenez F. (dir.), Gallien V., Follain É., Tegel W., Rast-Eicher A., Bell B., Guerra M.-F., Stutz F., Esquès C., Calligaro T., Escher K., Adrian Y.-M. et Pilet-Lemière J. (2008) – Louviers (Eure) au haut Moyen Âge. Découvertes anciennes et fouilles récentes du cimetière de la rue du Mûrier. Saint-Germain-en-Laye, Mémoires de l’Association française d’archéologie mérovingienne, XVIII, 334 p.

Carré F. (2011) – L’archéologie en Haute-Normandie. Bilan des connaissances, t. I : Le haut Moyen Âge. Rouen, PURH, 207 p.

Carré F., Ruas M.-P., Yvinec J.-H. et Marcoux N. (2011) – Le site rural de Porte-Joie (Tournedos-sur-Seine/Val-de-Reuil, Eure, France) : des espaces particuliers au sein de l’habitat du haut Moyen Âge. Catteddu I., De Vingo P. et Nissen Jaubert A. (dir.), Archeology and Rural Landscape: Rural Settlements in their Natural, Economical and Social Environnement. Actions of the Convention Medieval Europe, l’Europe en mouvement, 4e congrès international d’archéologie médiévale et moderne, Paris, 3-8 sept. 2007, Gènes, p. 101-124.

Castex D. (1994) – Mortalité, morbidité et gestion de l’espace funéraire au cours du haut Moyen Âge. Contribution spécifique de l’anthropologie biologique. Thèse d’anthropologie sous la direction de H. Duday, université de Bordeaux I, 2 vol., 323 p.

Cattedu I., Carré F., Gentili F., Delahaye F., Langlois J.-Y. et Couasnon P. (2009) – Fouilles d’églises rurales du haut Moyen Âge dans le nord de la France : des questions récurrentes. Paris-Poulain D., Istria D. et Nardi-Combescure S. (dir.), Les premiers temps chrétiens dans le territoire de la France actuelle. Hagiographie, épigraphie et archéologie. Actes du colloque international d’Amiens, 18-20 janvier 2007, Rennes, PUR, p. 205-228.

Charlier P. (2008) – Ostéo-archéologie et techniques médico-légales : tendances et perspectives, Paris, De Boccard, coll. Pathographie, 684 p.

Chazel J.-C., Mafart B. et Tramini P. (2001) – Observations radiologiques des pathologies coronaires et périapicales relevées sur la population historique de Notre-Dame du Bourg. Hadjouis D. et Mafart B. (dir.), La paléo-odontologie. Analyse et méthodes d’étude. Paris, Artcom, p. 152-170.

Colleter R., Gryspeirt N., Jouneau D. et Rolland N. (2014) – Au cœur d’une communauté villageoise du premier Moyen Âge dans la vallée de l’Andelle : l’église Saint-Crespin de Romilly-sur-Andelle (Eure) et son cimetière (fin du VIe-milieu du XIe siècle). Journées archéologiques de Haute-Normandie, Rouen 24-26 mai 2013, Rouen, PURH, p. 143-164.

Crubezy É., Ludes B. et Duchesne S. (1999) – Des champs d’inhumations « à la campagne » aux premiers cimetières d’églises. Recrutement et organisation des cimetières du haut Moyen Âge du grand sur ouest de la France. Demande de projet collectif de recherche du ministère de la culture, Toulouse-Caen, CRAHAM, service de paléoanthropologie, 145 p.

De Broucker A. (2011) – Impact de la maladie parodontale sur la croissance cémentaire : implications en anthropologie biologique. Master biologie-santé sous la direction de T. Colard, université de Lille, 33 p.

D’Incau E. (2004) – Approche anthropologique de l’usure dentaire. Les Cahiers de prothèse, 126, p. 19-31.

Esclassan R. (2012) – Étude des caries dentaires en fonction du sexe au sein d’individus adultes de la population médiévale (IX-XVe siècles) de Vilarnau (Pyrénées-Orientales) et synthèse sur l’usure. Thèse d’anthropologie sous la direction de A.-M. Grimoud et M. Sixou, université de Toulouse, 253 p.

Guillon M. (1997) – Anthropologie de terrain et paléodémographie. Études méthodologiques sur les grands ensembles funéraires. Applications au cimetière médiéval de Tournedos-Portejoie (Eure). Thèse d’anthropologie sous la direction de H. Duday et C. Simon, université de Bordeaux I, 291 p.

Hadjouis D. (1999) – Les populations médiévales du Val-de-Marne. Dysharmonies cranio-faciales, Maladies bucco-dentaires et anomalies de développement dentaire au cours du Moyen Âge, Paris, Artcom, 172 p.

Kramar C. et Simon C. (1988) – Impact de la structure de mortalité par âge dans l’étude de l’état sanitaire des populations anciennes. Buchet L. (dir), Anthropologie et histoire ou anthropologie historique ?, Paris, CNRS, Notes et monographies techniques, 24, p. 123-133.

Langlois J.-Y. (2001) – Notre-Dame-de-Bondeville (76), Manoir Gresland. Document final de synthèse. Rouen, Afan, Service régional de l’archéologie, 2 vol., n. p.

Langlois J.-Y. et Gallien V. (2006) – L’église de Notre-Dame-de-Bondeville et sa population (VIIe-IXe siècles, Seine-Maritime). Buchet L., Dauphin C. et Seguy I. (dir.), La paléodémographie. Mémoires d’os, mémoires d’hommes. Actes des 8e journées anthropologiques de Valbonne, Antibes, APDCA, p. 249-257.

Lukacs J. R. et Largaespada L. L. (2006) – Explaining sex differences in dental caries prevalence: saliva, hormones, and “life-history” etiologies. American journal of human biology, 18, p. 540-555.

Manouvrier L. (1893) – La détermination de la stature d’après les grands os des membres. Bulletins et Mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, 4, p. 347-402.

Niel C. (2009) – Analyse historique et paléoanthropologique des cimetières du groupe épiscopal de Rouen : la cour d’Albane et la cour des Maçons (Xe-XIVe siècles). Thèse d’anthropologie sous la direction de C. Lorren, université de Caen, 3 vol., 473 p. et n. p.

Ortner D.-J. (2003) – Identification of Pathological Conditions in Human Skeletal Remains. San Diego (USA), Academic Press-Elsevier, 645 p.

Polet C. (2006) – Indicateurs de stress dans un échantillon d’anciens Pascuans. Antropo, 11, p. 261-270.

Polet C. et Orban R. (2001) – Les dents et les ossements humains. Que mangeait-on au Moyen Âge ? Turnhout, Institut royal des sciences naturelles de Belgique-Brepols, 187 p.

Rogers S.-L. (1988) – The Testimony of Teeth. Forensic Aspects of Human Dentition. Springfield, Charles C. Thomas, 115 p.

Salo K. (2005) – What Ancient Human Teeth Can Reveal? Demography, Health, Nutrition and Biological Relations il Luistari. Master thesis in archaeology sous la direction de E. During, Helsinki, 180 p.

Sansilbano-Collilieux M. (1994) – Biologie et espace funéraire au Moyen Âge. Les nécropoles de l’ancien évêché de Poitiers (fin IVe siècle) et Saint-Martin-de-Cognac (VIIe-XVe siècle). Thèse de sciences, université de Bordeaux I, 2 vol., 338 et 230 p.

Seguy I. et Buchet L. (2011) – Manuel de paléodémographie. Paris, INED, 431 p.

Steinbock R. Ted. (1976) – Paleopathological Diagnosis and Interpretation. Bone Diseases in Ancient Human Populations. Springfield, Charles C. Thomas, 423 p.

Trotter M. et Gleser G.-C. (1958) – A re-evaluation of estimation of stature based on measurements of stature taken during life and of long bones after death. American Journal of Physical Anthropology, 16, p. 79-123.

Vallois H.-V. (1948) – Techniques anthropométriques. La Semaine des hôpitaux, 24, p. 374-383.

Zammit J. (1990) – Nouvelles perspectives en anthropologie des populations anciennes : paléoépidémiologie et approche de l’état sanitaire. Bulletins et Mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, n. s, t. 2, fasc. 3-4, p. 149-158.

Notes

1 Conservatrice en chef du patrimoine, SRA de Normandie, responsable de l’opération.

2 Paléoanthropologue, INRAP, membre associé à PACEA, Bordeaux.

3 Paléoanthropologue, INRAP, membre associé au CEPAM, Nice-Sophia-Anthropolis.

4 Selon l’archéologue, cette dernière hypothèse est à écarter puisque le cimetière a été fouillé dans son intégralité.

5 Il peut cependant s’agir d’une autre maladie, mais seul un paléopathologiste et un examen complet du squelette pourraient préciser et établir un diagnostic plus adéquat.

6 Toutefois, ces observations restent anecdotiques et une étude complète par un médecin paléopathologiste est nécessaire pour aller plus loin dans l’interprétation.

7 Les équations développées par G. Fully et Henri Pineau n’ont pu être appliquées ici en raison de la sélection des os effectuée pour cette étude (absence des variables nécessaires aux calculs).

8 Divisée en cinq grandes classes, « petite », « sous-moyenne », « sur-moyenne », « grande » et « très grande ».

9 Les données de ce site n’étaient pas encore toutes disponibles lors de l’étude.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Le site archéologique de Tournedos-sur-Seine, Porte-Joie : occupation du VIIe au Xe siècle (DAO : F. Carré et F. Jimenez).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4174/img-1.jpg
Fichier image/, 596k
Légende Fig. 2. Le cimetière et l’église du VIIe au Xe siècle (DAO : F. Carré et A. Koehler).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4174/img-2.jpg
Fichier image/, 284k
Légende Fig. 3. Courbes de mortalité de la population aux VIIe-Xe siècles et de la population totale comparées aux courbes de Lederman pour une espérance de vie comprise entre 25 et 30 ans (J. Pacory et M. Guillon, dans Guillon, 1997, vol. 1, p. 239).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4174/img-3.jpg
Fichier image/, 112k
Légende Fig. 4. Table de mortalité des adultes aux VIIe-Xe siècles (J. Pacory).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4174/img-4.jpg
Fichier image/, 136k
Légende Fig. 5. Exemple de carie sur la sépulture S. 1631, dent [26] (cliché : J. Pacory).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4174/img-5.jpg
Fichier image/, 148k
Légende Fig. 6. Exemple de parodontolyse sur la sépulture S. 570 (cliché : J. Pacory).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4174/img-6.jpg
Fichier image/, 216k
Légende Fig. 7. Exemple d’une cribra orbitalia sur la sépulture S. 1624 (cliché : J. Pacory).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4174/img-7.jpg
Fichier image/, 220k
Légende Fig. 8. Comparaison des indices de tartre sur la mandibule entre les sépultures des VIIe-Xe siècles avec et sans mobilier (J. Pacory).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4174/img-8.jpg
Fichier image/, 96k
Légende Fig. 9. Comparaison des indices de parodontolyse sur le maxillaire entre les sépultures des VIIe-Xe siècles avec et sans mobilier (J. Pacory).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4174/img-9.jpg
Fichier image/, 100k
Légende Fig. 10. Comparaison avec les populations du sud-ouest des indices d’usure sur le maxillaire et la mandibule (J. Pacory).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4174/img-10.jpg
Fichier image/, 244k
Légende Fig. 11. Comparaison avec les populations de Rouen des indices d’usure sur le maxillaire et la mandibule (J. Pacory).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4174/img-11.jpg
Fichier image/, 199k

Auteur

Centre Michel de Boüard, CRAHAM, UMR 6273, CNRS/UNICAEN

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540