Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Conches-en-Ouche, 5 et 6 juin 2015

 | 
Jean-Paul Ollivier

La nécropole d’Harfleur, « Les Coteaux du Calvaire » : le témoignage d’une importante communauté entre la fin du Ve et le début du VIIIe siècle

The Harfleur necropolis, “Les Coteaux du Calvaire” (The Slopes of Calvary): evidence of a significant community between the late 5th Century and the early 8th Century

Julien Boisson, Élodie Tarcy et Marine Drieu

Résumé

Une fouille préventive réalisée sur la commune d’Harfleur a permis de mettre au jour une importante nécropole mérovingienne utilisée entre la fin du Ve et le début du VIIIe siècle. Elle est associée à un édifice gallo-romain du Ier siècle, dont les murs arasés servent de limites cimétériales. La fouille a donné lieu à la découverte d’un important corpus de mobilier déposé dans les tombes. Elle renouvelle et actualise les données régionales sur ce type de site.

A preventive excavation carried out in the commune of Harfleur revealed an important Merovingian necropolis that was used between the late 5th Century and the early 8th Century. It was related to a Gallo-Roman building from the 1st Century, the levelled walls of which served as the boundaries of the cemetery. The excavation resulted in the discovery of an important corpus of furnishings deposited in the tombs. It renews and updates the regional data on this type of site.

Entrées d'index

Texte intégral

1À quelques encablures du Havre, la ville d’Harfleur (Seine-Maritime) est localisée à proximité de l’embouchure de la Seine, sur l’un de ses affluents, la Lézarde. La zone prescrite se situe en dehors du centre-ville actuel, sur les pentes du « Mont-Cabert », qui ont révélé plus au nord une nécropole et un atelier de potier gallo-romains.

Le contexte

2La fouille d’archéologie préventive au lieu-dit « Les Coteaux du Calvaire », réalisée en 2011 et 2012, a révélé une vaste occupation gallo-romaine accompagnée de vestiges plus ténus du haut et du bas Moyen Âge. La période alto-médiévale se caractérise par la présence assez limitée de vestiges fossoyés, avec trois fonds de cabanes, l’ébauche d’un système parcellaire très arasé et quelques fosses ou trous de poteaux. À cela, il faut ajouter deux sépultures isolées installées dans des fossés gallo-romains et surtout une importante nécropole mérovingienne qui occupe les ruines d’un complexe monumental antique.

3Au cours des derniers siècles, de nombreux témoignages de découvertes de sarcophages, de squelettes ou de matériel, laissaient présager l’existence d’une telle implantation (notamment Fallue, 1841, p. 122-123 ; Cochet, 1868, p. 82). Toutefois, la plupart du temps, ces vestiges avaient été mal interprétés et confondus avec des inhumations gallo-romaines. Dans les années 1950, la construction d’un pavillon en plein cœur de la nécropole avait fait ressurgir plusieurs sépultures (Brisson, 1956). Le diagnostic archéologique de la zone a confirmé la présence de tombes (Calderoni, 2011).

Présentation de la nécropole

4Elle se développe sur près de 2 000 m² enclos dans les murs de l’édifice gallo-romain (fig. 1). Les 599 sépultures s’installent jusque dans les murs, qui sont donc encore perceptibles mais à l’état de ruines. Les inhumations sont en majorité orientées nord-ouest/sud-est et les corps déposés sur le dos. Soixante-sept réductions prennent différentes formes, les os pêle-mêle au-dessus des sépultures, repoussés dans un coin du creusement ou parfois rangés dans un contenant rigide ou souple.

Les modes d’inhumation

5Les modes d’inhumation sont multiples (fig. 2). La possibilité de dépôts en pleine terre est envisageable, mais la mauvaise lisibilité du terrain et parfois l’absence d’ossement ne nous permettent pas d’être catégoriques. Les contenants en bois représentent la plus grosse proportion des modes interprétés, avec 197 exemplaires (dont 65 probables) identifiés par la présence de pierres de calage, les observations taphonomiques, les effets de parois dans le sédiment de remplissage et, dans de rares cas, l’observation de traces de bois (fig. 2D et E). La présence de couvercles peut aussi être déduite de celle d’espaces vides ou semi-colmatés dont témoigne la taphonomie ou l’analyse des coupes réalisées à la fouille.

6On compte une vingtaine de sarcophages en calcaire à grain fin (fig. 2A et B) ou plus local, avec de grosses inclusions de silex. Les cuves, presque systématiquement trapézoïdales, sont monobloc ou en deux morceaux. Les sarcophages ont tous été réutilisés une ou plusieurs fois et de nombreuses réductions ont été découvertes aux abords ou à l’intérieur (fig. 2B).

Fig. 1. Plan général de la nécropole (DAO : J. Boisson et A. Pézier).

7Les sarcophages en plâtre, au nombre de 16, ne nous sont pas parvenus en bon état, subsistant souvent sous la forme de traces blanches (fig. 2C et D). Ils montrent eux aussi de nombreuses réutilisations.

La population inhumée

8Près de 650 faits funéraires ont été mis au jour, soit 599 sépultures pour un échantillon ostéologique de 564 sujets. Les squelettes sont peu ou mal conservés : pour près des deux tiers, seules les diaphyses des os longs et quelques fragments de crâne subsistent, parfois moins. Les causes de ces manques sont multiples. Nous évoquerons d’abord les pillages anciens ainsi que les nombreux recoupements et réductions illustrant l’utilisation intensive de la parcelle. Mais il s’agit surtout de la conservation différentielle de la matière osseuse, liée à l’acidité du substrat, et de l’impact des aménagements contemporains. Les os sont écrasés et fragmentés, leur surface externe est rongée et parfois d’aspect grêlé. Les observations et conclusions sont ainsi fortement limitées.

Fig. 2. Différents types d’inhumations (clichés : Archéopole). A : sarcophage en calcaire 1256 ; B : réduction de corps en contenant rectangulaire 1437 ; C : sarcophage en plâtre 1393 ; D : sarcophage en plâtre 1813 (à droite) et probable coffrage 1801 (à gauche) ; E : trace de bois d’une paroi du contenant de 1759.

Approche paléodémographique

9Les 564 individus sont répartis en 316 adultes, 135 immatures et 113 sujets dont la maturation n’a pu être établie du fait du mauvais état des ossements (fig. 3).

Fig. 3. Répartition de la population inhumée (É. Tarcy).

Immatures

10L’âge est estimé chez les enfants à partir de la longueur des os longs (Maresh, 1970), du développement dentaire (Moorrees et al., 1963a et b) et de la maturation osseuse (Coqueugniot et Weaver, 2007 ; Coqueugniot et al., 2010). Grâce à cette méthodologie, seulement deux individus sur 135 n’ont pu être attribués à une classe d’âge.

11Par rapport à l’effectif total et aux valeurs attendues pour une population préjennérienne, les chiffres montrent un important déficit des sujets immatures, en particulier de la classe des 0-1 an (fig. 4). Plusieurs explications peuvent être apportées. Ces bébés ont été inhumés en d’autres lieux, enfouis moins profondément, détruits par les nombreux recoupements ou se sont moins bien conservés. Exceptée cette catégorie de très jeunes enfants, comparée aux courbes de mortalité communément employées (fig. 5), la distribution est assez représentative d’une mortalité naturelle.

12D’un point de vue topo-chronologique, il n’y a aucune sectorisation préférentielle des enfants, dont les tombes sont disséminées sur l’ensemble du site, mêlées à celles des adultes.

Adultes

13Chez les adultes, âge au décès et sexe sont estimés en priorité à partir de l’os coxal (Schmitt, 2005 et 2008 ; Bruzek, 2002 ; Murail et al., 2005). Un complément est apporté par les données crâniennes (Ferembach et al., 1979) et métriques.

Fig. 4. Distribution des immatures par classes d’âge (É. Tarcy).

14La population adulte est ainsi constituée de 74 hommes et 59 femmes, déterminés de façon certaine avec les os coxaux. S’y ajoutent 42 hommes et 34 femmes probables, d’après la diagnose secondaire, ce qui fait un total de 116 hommes et 93 femmes (fig. 6). 107 adultes n’ont pu être identifiés malgré la double approche. Bien qu’un tiers des adultes n’ait pu être sexé, le rapport entre les hommes et les femmes (sex ratio : 1,25) ne diffère pas significativement d’une population naturelle et l’équilibre semble respecté.

15Contrairement à celle des immatures, l’estimation de l’âge au décès des adultes n’est possible que pour la moitié de l’effectif, donnant un déficit anormal des plus de 50 ans (fig. 7). Avec des taux d’indétermination si élevés, il s’avère problématique d’établir un profil démographique significatif. De ce fait, chercher une corrélation entre les données biologiques, chronologiques et topographiques des adultes n’apporte aucun résultat significatif.

Fig. 5. Profil de mortalité des immatures, comparé au schéma de mortalité théorique de Ledermann (É. Tarcy).

État sanitaire

16L’examen paléopathologique donne l’image d’une population relativement saine et bien soignée mais pratiquant diverses activités physiques intenses et difficiles. Cette partie de l’étude anthropologique n’étant pas terminée, nous ne pouvons apporter davantage de détails et accompagner les informations suivantes de chiffres.

17L’hypoplasie de l’émail dentaire, signe de carences alimentaires durant l’enfance, est le seul indicateur de stress observable. Près de 18 % de la population (adultes et immatures) est touchée, ce qui est un pourcentage assez faible. Il n’y a pas de réelle différence de fréquence entre hommes et femmes (respectivement 68,9 et 66,7 %).

18Les fractures, peu nombreuses, sont bien réduites et touchent les membres supérieurs et inférieurs, parfois les côtes. Quelques unes au niveau de l’épaule sont mal soignées, témoignant d’un manque d’immobilisation qui a entraîné le développement d’arthrose secondaire, voire une déformation de l’articulation.

19Les traumatismes crâniens sont rares et illustrent différents stades de cicatrisation qui indiquent que la mort n’a pas été immédiate. Ils sont généralement associés à des violences intentionnelles, contrairement aux blessures du squelette postcrânien, à caractère principalement accidentel.

20De nombreuses enthèses et exostoses (excroissances osseuses, ossifications tendineuses et ligamentaires) plus ou moins développées sont observées, touchant principalement les mains, les genoux, les chevilles et les pieds. Elles résultent des micro-traumatismes subis par les tendons et les ligaments suite à la répétition et à la violence de certains gestes. Des insertions musculaires fortement marquées, voire ossifiées et accompagnées d’atteintes arthrosiques, confirment, dans une moindre mesure, une hyper-sollicitation des articulations. Nous notons également la présence de surfaces articulaires surnuméraires, notamment au niveau des chevilles, signe de l’adoption fréquente de la position hyper-fléchie. Il s’agit autant d’une posture de repos que de travail, dans le milieu artisanal comme domestique.

Fig. 6. Distribution des adultes par sexe (É. Tarcy).

Fig. 7. Distribution des adultes par catégories d’âge (É. Tarcy).

21Les pathologies dégénératives articulaires sont très fréquentes. Malgré la conservation médiocre des ossements, beaucoup d’ostéophytes, premiers stades de l’arthrose, ainsi que des hernies discales (nodules de Schmorl), sont visibles sur les vertèbres.

  • 1 Ces appositions d’os néo-formés peuvent aller de la simple inflammation des tissus, liée à une stat (...)

22Les pathologies infectieuses et tumorales sont plus difficiles à déceler lorsque la corticale des os est fortement érodée. Outre l’observation de périostoses sur quelques os des membres inférieurs1, les lésions infectieuses sont surtout caractérisées par des caries. Les quelques cas de tumeurs relevés sont bénins.

Le mobilier funéraire

Présentation générale

23Sur les 599 sépultures de la nécropole, environ 230 contiennent du mobilier. Le corpus, très varié, est constitué de quelques objets de parures tels que des boucles d’oreille, un bracelet, des bagues et un pendentif. On note également la présence d’un grand nombre d’accessoires vestimentaires dont des fibules (fig. 8A), des épingles à spatule et un lot important d’éléments de ceinture (fig. 8B à D). S’y ajoutent quelques objets de toilette tels que des peignes (fig. 9) et des pinces à épiler. Parmi de nombreux outils et objets utilitaires se trouvent des aiguilles à chas, des forces, une grande quantité de fiches bélières et de couteaux, des trousseaux d’outils (fig. 10), des limes, un rasoir, une petite balance à deux plateaux, une pyxide, une fusaïole et un bassin à bord perlé. Des armes comme des épées, des scramasaxes, des fers de lance, des haches, des pointes de flèche, ainsi qu’un umbo et un manipule de bouclier ont aussi été déposés. 71 sépultures contiennent au moins une arme. On constate que la grande majorité des porteurs d’armes n’en ont qu’une, généralement un scramasaxe. Seuls deux individus en possèdent quatre et quatre autres en ont trois. La position de ces objets dans la sépulture est très souvent fonctionnelle.

  • 2 Travail réalisé par le restaurateur Bruno Bell.

24Les objets métalliques n’ont pas été restaurés mais ont tous été stabilisés2. Parmi les matériaux utilisés, on trouve presque autant d’alliage cuivreux que de fer et une quinzaine d’objets en métal précieux comme l’argent. Signalons également une perle de terminaison de cordelière et deux exceptionnelles boucles de ceinture en cristal de roche (fig. 8B). Seuls six objets sont en tabletterie.

  • 3 Étudiées par Samuel Lelarge.
  • 4 Bernard Gratuze (UMR 5060 IRAMAT) pour le verre, et Ludovic Bellot-Gurlet (UMR 8233 MONATIS) pour l (...)

25La nécropole a livré 147 vases en céramique, un par sépulture à l’exception de la tombe 1676 qui en comportait deux. Ils sont déposés aux pieds du défunt, sauf pour les sépultures 1293 et 1436 dans lesquelles ils sont localisés près du crâne. Les verreries sont plus rares, avec dix objets, dont seulement sept complets. Les perles, en verre ou en ambre, sont peu nombreuses par rapport à d’autres sites, avec seulement 240 restes3 (fig. 11). Des analyses chimiques sur une certaine catégorie montrent qu’un échange commercial existe à cette époque avec la région indo-pacifique. Des analyses sur les perles en ambre sont en cours pour tenter d’en déterminer la provenance4.

26On observe sur les objets métalliques une importante conservation des matériaux organiques tels que le textile, le cuir ou encore le bois. Leur étude minutieuse et systématique sur les différents objets de la sépulture permet de déterminer le port ou le dépôt de ceux-ci dans la tombe et met en évidence différents costumes funéraires. Quelques sépultures ont été sélectionnées dans ce but afin d’être étudiées dans le cadre d’un projet collectif de recherche (PCR ; Carré et al., 2014, p. 195-214).

La lime : un objet funéraire mal identifié

  • 5 Sépultures 1502 (OR 697C), 1505 (OR 704B), 1550 (OR 789B) et 1724 (OR 1103B).
  • 6 Sép. 1550 : d’après le mobilier mis au jour dans cette sépulture, il s’agirait plutôt d’un individu (...)

27Parmi les éléments remarquables, un type d’outil attire l’attention : les limes. Fait peu commun, quatre sépultures5 en contiennent chacune une. Il s’agit de deux adultes de sexe indéterminé (S. 1502 et 1505), d’un homme probable (S. 1724) et d’une femme probable (S. 1550)6.

Fig. 8. Dépôts funéraires (clichés : M. Drieu).
A : fibule (sép. 1365), en alliage cuivreux et argent, ornée de filigranes et de verroteries montées en bâtes, 1
re moitié du VIIe siècle ;
B : boucle en cristal de roche (sép. 1348) avec un ardillon et trois rivets scutiformes en alliage cuivreux, VI
e siècle ;
C : plaque-boucle en alliage cuivreux (sép. 1610) au décor gravé de motifs en nid d’abeille et en escalier, 1
re moitié du VIIe siècle ;
D : fermoir d’aumônière (sép. 1357), ornée d’un cloisonné en or serti de grenats ; les deux extrémités forment une tête de cheval ; in du V
e-VIe siècle.

Fig. 9. Peigne en os avec étui de la sépulture 1553, daté de la in du Ve au VIIe siècle (cliché : M. Drieu).

Fig. 10. Trousseau de la sépulture 1411, composé d’au moins 12 outils dont deux gouges et des éléments comportant une extrémité en pointe ou plate et recourbée ; seconde moitié du VIe-début du VIIe siècle (cliché : M. Drieu).

Fig. 11. Perles de verre et d’ambre des sépultures 1349 et 1365 (DAO : S. Lelarge).

28La position de la lime de la sépulture 1505 (OR 704B) n’a pas pu être observée avec exactitude. Elle était peut-être sous le couteau retrouvé à gauche de l’avant-bras droit du défunt. Les trois autres ont été découvertes sous ou au niveau de l’avant-bras gauche de l’individu. Deux faisaient probablement partie du contenu d’une aumônière (OR 789B et 1103B) et une autre (OR 697C) a été déposée, soie vers la tête de la sépulture, avec un scramasaxe et un couteau.

  • 7 La corrosion autour des limes OR 697C et 704B empêche de voir si leur soie est de section carrée.
  • 8 Les autres sont entièrement recouvertes par la corrosion.

29Elles sont complètes, à l’exception de l’OR 697C à laquelle il manque une petite partie de la soie (fig. 12). Elles sont toutes en fer et mesurent au total entre 12 et 21 cm de long. Ce sont des limes plates, de section rectangulaire (1,7 à 2,3 cm de largeur), pourvues d’une soie de section carrée7 dont l’extrémité se termine toujours par un crochet servant peut-être à la suspension. Les dents n’ont pu être observées que pour la lime OR 789B8 (fig. 12).

30Dans ce cas, la taille (ensemble des dents) est horizontale et assez fine, d’environ 16 dents par centimètre. Cet outil a donc dû être utilisé pour travailler un matériau dur tel que du métal (Duvauchelle, 2005, p. 27-29). Cette lime est également la seule à avoir la soie courbée, mais il est difficile de déterminer si cette caractéristique est d’origine.

Fig. 12. Limes des sépultures 1505, 1502, 1724 et 1550 ; à droite, détail des dents de la lime de la sépulture 1550 (clichés : M. Drieu).

31L’OR 697C, vraisemblablement en contact avec le fourreau du scramasaxe et du couteau, présente des restes de cuir sur une face. L’OR 789B conserve également des restes de cuir provenant probablement de l’aumônière.

32Il est très rare de découvrir des limes en contexte funéraire d’époque mérovingienne. Cela s’explique en partie par le fait qu’elles ne sont bien souvent pas identifiées comme telles. En effet, certains objets ont une morphologie identique à celle des quatre limes d’Harfleur malgré une interprétation différente. Ainsi, celui de la nécropole de Bry-sur-Marne, dans le Val-de-Marne, est présenté comme fiche bélière (Périn dir., 1985, no 579, ancien no 517, p. 522-525 et 535-536) ; l’on parle de clé pour la sépulture 45 de Güttingen, en Suisse (Fingerlin, 1971, pl. 17.6, p. 194), de poinçons pour une sépulture de la nécropole de Beckum II, en Allemagne et les sépultures 232 et 301 de Bülach, en Suisse (Stiegemann et Wemhorf, 1999, fig. IV28i, p. 211-212 ; Werner, 1953, pl. XI. 13, 14, p. 18-19, 121 et 134), de briquets pour la sépulture 33 de Bodman (Garscha, 1970, Typentafel H. 15a, p. 22, 215-220 et 296) et d’outils pour les sépultures 70, 273, 349 de Mengen, en Allemagne (Walter, 2008, pl. 25.D, 76.B et 98.A, p. 264, 312 et 329).

33En revanche, ce type d’outil a été identiié en Suisse, à Schleitheim, dans la sépulture 766, et à Elgg, dans la sépulture 184 (Burzler et al., 2002, fig. 293, pl. 96.13, p. 200-201 et 484-485 ; Windler, 1994, ig. 109, pl. 52, p. 79 et 219), ainsi qu’en France, dans la sépulture 10 d’Hérouvillette (Calvados), datée du milieu du VIe siècle par l’ensemble de son mobilier, dont notamment un important lot de monnaies (Decaens, 1971, fig. 4 et 18 à 21, p. 12-17, 65 et 83-90). Elle contenait deux limes de morphologie différente de celles d’Harfleur, sans extrémité en crochet et munies d’une poignée en forme de baïonnette.

  • 9 Sépultures 1502, 1505 et 1550.
  • 10 Sépulture 1724.

34Les limes d’Harfleur appartiennent à des sépultures que le mobilier associé permet d’attribuer à la fin du VI e et au tout début du VIIe siècle9, voire à la première moitié du VIIIe siècle10.

Conclusion

35Ce site est important pour plusieurs raisons. Il s’agit de la seule nécropole mérovingienne de cette envergure fouillée quasiment intégralement dans notre région durant les dernières décennies. Le mobilier funéraire, courant dans les contextes de cette époque, est néanmoins abondant et comporte quelques éléments particulièrement remarquables, au-delà d’un niveau régional, comme les boucles en cristal de roche. Curieusement, aucun objet de type saxon n’est identifié. Par ailleurs, l’espace d’inhumation, limité par les ruines du mur de clôture d’un ensemble monumental de l’époque romaine, alimente les recherches sur la réutilisation de structures plus anciennes et sur la pérennité des limites foncière (Carré dir., 2011, p. 103-104).

36La dernière question que nous pouvons aborder est celle du lieu de vie de cette communauté. Les structures fouillées sur le reste du site ne reflètent pas l’existence d’un tel groupe et les fouilles futures sur la commune d’Harfleur pourront peut-être nous éclairer sur cet aspect.

Bibliographie

Bibliographie

Brisson C. (1956) – Compte rendu de l’assemblée générale du 29 mai 1956. Bulletin de la Société normande d’études préhistoriques, vol. 36, no 2, p. 24.

Bruzek J. (2002) – A method for visual determination of sex, using the human hip bone. American journal of physical anthropology, 117, p. 157-168.

Burzler A., Höneisen M., Leicht J. et Ruckstuhl B. (2002) – Das frümittelalterliche Schleitheim, Siedlung, Gräberfeld und Kirche. Schaffhauser Archäologie, 5, Baudepartement des Kantons Schaffhausen, Kantonsarchäologie, 2 vol., 549 et 346 p.

Calderoni P. (2011) – Un quartier péri-urbain antique à caractère artisanal à Harfleur. Rapport de diagnostic. Rouen, INRAP, Service régional de l’archéologie, 120 p.

Carré F. dir. (2011) – Le haut Moyen Âge. L’archéologie en Haute-Normandie. Bilan des connaissances. T. I, Mont-Saint-Aignan, PURH, 207 p.

Carré F., Rast-Eicher A., Bell B. et Boisson J. (2014) – L’étude des matériaux organiques dans les tombes du haut Moyen Âge. Un apport à la connaissance des pratiques funéraires et des vêtements ? Journées archéologiques de Haute-Normandie, Alizay, 20-22 juin 2014, Mont-Saint-Aignan, PURH, p. 195-214.

Cochet (1868) – Opérations archéologiques dans la Seine Inférieure entre 1866 et 1867. Revue archéologique, 17, p. 34-40.

Coqueugniot H. et Weaver T. D. (2007) – Brief communication. Infra-cranial maturation in the skeletal collection from Coimbra, Portugal. New aging standards for epiphyseal union. American journal of physical anthropology, 134, p. 424-437.

Coqueugniot H., Weaver T. D. et Houët F. (2010) – Brief communication. Probabilistic approach to age estimation fron infracranial sequences of maturation. American journal of physical anthropology, 142, p. 655-664.

Decaens J. (1971) – Un nouveau cimétière du haut Moyen Âge en Normandie, Hérouvillette (Calvados). Archéologie médiévale, I, p. 1-125.

Duvauchelle A. (2005) – Les outils en fer du Musée romain d’Avenches. Documents du Musée romain d’Avenches, 11, Avenches, 232 p.

Fallue L. (1841) – Notice sur Caracotinum aujourd’hui Harfleur. Mémoires de la Société des Antiquaires de Normandie, années 1840 et 1841, vol. XII, 2e série, vol. 2, p. 117-130.

Ferembach D., Schwidetzky I. et Stloukal M. (1979) – Recommandations pour déterminer l’âge et le sexe sur le squelette. Bulletins et Mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, XIIIe série, t. 6, fasc. 1, p. 7-45.

Fingerlin G. (1971) – Die Alamannischen gräberfelder von Güttingen und Merdigen in Südbaden. Germanische Denkmäler der Völkerwanderunszeit, Serie A, Band XII, Berlin, Walter de Gruyter & Co., 2 vol.

Garscha F. (1970) – Die Alamannen in Südbaden. Germanische Denkmäler der Völkerwanderungszeit, Serie A, Band XI, Berlin, Walter de Gruyter & Co., 308 p.

Ledermann S. (1969) – Nouvelles tables-types de mortalité. INED, Paris, PUF, Travaux et documents, 53, 260 p.

Maresh M. M. (1970) – Measurements from roentgenograms. Heart size, long bone lengths, bone, muscle and fat widths, skeletal maturation. mcCammon R. W., Human growth and development, Springfield, C. C. Thomas publisher, p. 157-200.

Moorrees C. F. A., Fanning E. A. et Hunt Jr E. E. (1963a) – Age variation of formation stages for ten permanent teeth. Journal of dental research, 42-6, p. 1490-1502.

— (1963b) – Formation and resorption of three deciduous teeth in children. American journal of physical anthropology, 21-2, p. 205-213.

Murail P., Bruzek J., Houët F. et Cunha E. (2005) – DSP. A tool for probabilistic sex diagnosis using worldwide variation in hip-bone measurements. Bulletins et mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, n. s., 17, 3-4, p. 167-176.

Périn P. dir. (1985) – Collections mérovingiennes du Musée Carnavalet, Paris, 859 p.

Schmitt A. (2005) – Une nouvelle méthode pour estimer l’âge au décès des adultes à partir de la surface sacro-pelvienne iliaque. Bulletins et mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, n. s., 17, 1-2, p. 89-101.

— (2008) – Une nouvelle méthode pour discriminer les individus décédés avant ou après 40 ans à partir de la symphyse pubienne. Journal de médecine légale. Droit médical, 51-1, p. 15-24.

Stiegemann C. et Wemhoff M. (1999) – 799, Kunst und Kultur der Karolingerzeit, Karl der Grosse und Papst Leo III in Paderborn, Katalog der Austellung in Paderborn, Band 1, Mainz Verlag Philipp von Zabern.

Walter S. (2008) – Das frühmittelalterliche Gräberfeld von Mengen. Stuttgart, Konrad Theiss Verlag, 477 p.

Werner J. (1953) – Das Alamannische Gräberfeld von Bülach. Monographien zur ur-und Frühgeschichte der Schweiz, Band IX, Basel, Verlag Birkhäuser, 144 p.

Windler R. (1994) – Das Gräberfeld von Elgg und die Besiedlung der Nordostschweiz im 5.-7. Jh. Zücher Denkmalpflege, Archäologische Monografien, 13, 356 p.

Notes

1 Ces appositions d’os néo-formés peuvent aller de la simple inflammation des tissus, liée à une station debout prolongée ou une pratique assidue de la marche, à une infection plus étendue et plus grave ; il est difficile d’établir un diagnostic plus précis pour chaque cas sans l’ensemble du squelette.

2 Travail réalisé par le restaurateur Bruno Bell.

3 Étudiées par Samuel Lelarge.

4 Bernard Gratuze (UMR 5060 IRAMAT) pour le verre, et Ludovic Bellot-Gurlet (UMR 8233 MONATIS) pour l’ambre.

5 Sépultures 1502 (OR 697C), 1505 (OR 704B), 1550 (OR 789B) et 1724 (OR 1103B).

6 Sép. 1550 : d’après le mobilier mis au jour dans cette sépulture, il s’agirait plutôt d’un individu de sexe masculin.

7 La corrosion autour des limes OR 697C et 704B empêche de voir si leur soie est de section carrée.

8 Les autres sont entièrement recouvertes par la corrosion.

9 Sépultures 1502, 1505 et 1550.

10 Sépulture 1724.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Plan général de la nécropole (DAO : J. Boisson et A. Pézier).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4168/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 712k
Légende Fig. 2. Différents types d’inhumations (clichés : Archéopole). A : sarcophage en calcaire 1256 ; B : réduction de corps en contenant rectangulaire 1437 ; C : sarcophage en plâtre 1393 ; D : sarcophage en plâtre 1813 (à droite) et probable coffrage 1801 (à gauche) ; E : trace de bois d’une paroi du contenant de 1759.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4168/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Fig. 3. Répartition de la population inhumée (É. Tarcy).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4168/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 4. Distribution des immatures par classes d’âge (É. Tarcy).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4168/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 5. Profil de mortalité des immatures, comparé au schéma de mortalité théorique de Ledermann (É. Tarcy).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4168/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 6. Distribution des adultes par sexe (É. Tarcy).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4168/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 7. Distribution des adultes par catégories d’âge (É. Tarcy).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4168/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 8. Dépôts funéraires (clichés : M. Drieu).A : fibule (sép. 1365), en alliage cuivreux et argent, ornée de filigranes et de verroteries montées en bâtes, 1re moitié du VIIe siècle ;B : boucle en cristal de roche (sép. 1348) avec un ardillon et trois rivets scutiformes en alliage cuivreux, VIe siècle ;C : plaque-boucle en alliage cuivreux (sép. 1610) au décor gravé de motifs en nid d’abeille et en escalier, 1re moitié du VIIe siècle ;D : fermoir d’aumônière (sép. 1357), ornée d’un cloisonné en or serti de grenats ; les deux extrémités forment une tête de cheval ; in du Ve-VIe siècle.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4168/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 676k
Légende Fig. 9. Peigne en os avec étui de la sépulture 1553, daté de la in du Ve au VIIe siècle (cliché : M. Drieu).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4168/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Légende Fig. 10. Trousseau de la sépulture 1411, composé d’au moins 12 outils dont deux gouges et des éléments comportant une extrémité en pointe ou plate et recourbée ; seconde moitié du VIe-début du VIIe siècle (cliché : M. Drieu).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4168/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Légende Fig. 11. Perles de verre et d’ambre des sépultures 1349 et 1365 (DAO : S. Lelarge).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4168/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Légende Fig. 12. Limes des sépultures 1505, 1502, 1724 et 1550 ; à droite, détail des dents de la lime de la sépulture 1550 (clichés : M. Drieu).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4168/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 406k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540