Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Conches-en-Ouche, 5 et 6 juin 2015

 | 
Jean-Paul Ollivier

Nouveau regard sur les décors d’Eu, « Bois l’Abbé » (Seine-Maritime)

A new look at decoration in Eu, “Bois l’Abbé” (Seine-Maritime)

Pierre-Manuel Weill

Résumé

La ville antique de Briga, à Eu (Seine-Maritime), a livré dès sa découverte de nombreuses peintures murales et plusieurs études ont été réalisées. Depuis, de nouveaux décors ont été dégagés. Parmi eux se trouvent les enduits peints les plus anciens du site et la décoration de deux ailes du dernier état du portique du grand temple. Cela complète la restitution du décor du portique 2 proposée par M. Muller. Les études menées sur les enduits du sanctuaire mettent en lumière la présence de motifs particuliers et d’un thème dionysiaque.

Since it was discovered, the ancient town of Briga, in Eu (Seine-Maritime) has revealed many wall paintings, and several surveys have been carried out. Since then, new decorations have been identified. These include the site’s oldest painted coverings and the decoration of two wings of the latest version of the large temple’s portico. This completes the restoration of portico 2’s decoration, which M. Muller suggested. The surveys conducted on the coverings of the sanctuary reveal the presence of specific motifs and a Dionysiac theme.

Texte intégral

Historique

1La ville d’Eu (Seine-Maritime) est située à quelques kilomètres des côtes de la Manche, près de l’embouchure de la Bresle. Au sud-est, dans la forêt, se trouvent les vestiges de l’agglomération antique de Briga, dont d’importants restes de bâtiments. Les fouilles menées par Louis Estancelin puis par l’abbé Cochet au XIXe siècle ont permis la collecte de peintures murales, notamment une représentation de vigne aujourd’hui disparue. Les travaux de Michel Mangard dans les années 1965-1978 en ont également livré un volume important au niveau de l’espace cultuel en marge de la ville. Ces décorations ont été étudiées par Marion Muller, puis par le Centre d’étude des peintures murales romaines (CEPMR) après les nouvelles découvertes de 2002 concernant la décoration des galeries du petit temple. La reprise des fouilles par le service municipal de la ville d’Eu (SMAVE) entre 2002 et 2005, puis par Étienne Mantel (DRAC, service régional de l’archéologie de Normandie) à partir de 2006, a permis le dégagement de nouveaux fragments conséquents dans l’espace cultuel. Dans cet article ne seront abordées que les peintures les plus significatives.

Les premiers décors1 (phase 4 : Tibère-70/80 après J.-C.)

Bâtiment VI bis-XXIII

  • 2 L’ensemble 7 réunit plusieurs décors provenant d’un niveau de remblai à l’est du fanum 2.
  • 3 J’adresse mes remerciements aux bénévoles qui ont participé à l’étude des enduits peints. Je remer (...)

2Lors de la campagne de fouille de 2008, des enduits peints épars ont été mis au jour dans les espaces VI bis et XXIII (ensemble D, fig. 1). Ils appartiennent à un petit bâtiment rectangulaire (14 x 3,4 m), comme l’attestent quelques fragments encore accrochés dans la partie basse de la paroi interne du mur ouest. D’autres fragments du même style ont été trouvés dans des remblais de construction dans l’angle sud-ouest du portique 1 (espace CXXXVI ter). Ce lot, dégagé lors des fouilles de Michel Mangard et étudié par Marion Muller (Muller-Dufeu, 1993, p. 56), est regroupé avec d’autres peintures du même secteur géographique dans l’ensemble 72. Son étude permet de restituer la composition générale de la paroi dans ses zones inférieure et médiane3 (fig. 2).

3Une plinthe blanche avec mouchetis noirs constitue le bas du mur. La transition avec la zone médiane est marquée par une large bande noire (fig. 3, nos 9 et 10). Aucun fragment ne vient étayer l’hypothèse d’une prédelle dans le bas de la partie centrale de la paroi. Celle-ci est composée de panneaux et d’inter-panneaux matérialisés par deux filets noirs avec des points aux angles (nos 5 et 9). Un filet triple (vert-violet-vert) vient souligner chaque encadrement (no 7). Des décors de vignettes sont formés de lignes de sol vertes aux extrémités desquelles émergent des touffes végétales (no 3). Sur l’une de ces lignes repose un petit élément marron rouge qui peut être interprété comme une patte d’oiseau (no 2). Cette décoration représente donc un paysage avec une scène (mythologique, de chasse, animalière, etc.). Sa place au sein de la paroi peut se faire au centre de la prédelle, mais également au milieu du panneau. Les inter-panneaux sont quant à eux décorés de fines tiges végétales à touffes de feuillages étagées (no 6). Ces dernières, schématisées, alternent entre le vert et le vert foncé.

Fig. 1. Plan général de l’espace cultuel de Briga avec les secteurs ayant livré des peintures (DAO : É. Mantel et S. Dubois).

4L’intervention d’au moins deux peintres est identifiée, l’un par des contours et des filets irréguliers, le deuxième par la régularité des tracés, exécutés d’un geste rapide.

5Il faut noter la présence de plusieurs graffitis, dont l’un livre des bribes de mots placés sur deux lignes : « ]MOCP[ » sur la première et « ]HI[ » sur la seconde (no 1).

6Cette peinture s’inspire du troisième style pompéien avec le motif de filet triple caractéristique de cette période. Ce type de décor est représenté dans la maison de Muranus, au 58-68 rue Chanzy à Reims (Marne), vers 30 après J.-C. (Allag et al., 2003, p. 50, fig. 39 ; Barbet, 2008, p. 100, fig. 127) et à Soissons (Aisne), au lycée Gérard-de-Nerval, rue Paul-Deviolaine, salle IV, vers le milieu du Ier siècle (Defente, 1987, fig. 5 et p. 176 ; Barbet, 2008, fig. 122 et p. 97).

7Le décor en vignette se rencontre par exemple à Lyon (Rhône), dans l’aile sud du cryptoportique du Prétoire d’Agrippa, à l’époque augustéenne (Desbat, 2005, p. 113, fig. 111 et p. 151-155, fig. 157 ; Barbet, 2008, p. 56, fig. 49 et 50). Il s’agit d’une scène à thème nilotique dans un paysage, encadrée par des filets triples. Également à Lyon, les boutiques de l’Odéon livrent des décors à fond blanc où se retrouvent des touffes de feuillages encadrant des natures mortes ou des animaux sur une ligne de sol verte. Ils sont datés plus tardivement, de la première moitié du IIe siècle (Barbet, 2008, p. 350, fig. 523, et p. 356, fig. 542).

8L’organisation en touffes étagées de la tige végétale des inter-panneaux se rencontre à Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône), à la villa Grassi, dans la seconde moitié du Ier siècle (Barbet, 2008, p. 194, fig. 288). Une datation de la période julio-claudienne est envisagée pour le décor de l’édifice VI bis.

9Les matériaux provenant du démantèlement du bâtiment VI bis-XXIII sont utilisés pour partie en remblai de construction dans l’angle sud-ouest du portique 1 et de nombreux fragments du décor broyés sont employés dans le mortier d’un nouvel édifice IX bis, de plan et probablement de fonction similaires au précédent, construit à une vingtaine de mètres plus au nord.

Fig. 2. Hypothèses de restitution du décor à fond blanc de l’édicule VI bis-XXIII (ensemble D ; DAO : P.-M. Weill).

Fig. 3. Fragments du décor de l’édicule VI bis-XXIII (ensemble D ; clichés : P.-M. Weill).

Décors isolés : espace I, ensemble 7 (étude M. Muller)

10Ce décor est également localisé à proximité du bâtiment VI bis-XXIII (espace I) et dans l’angle sud-ouest du portique 1 (espace CXXXVI ter, ensemble 7). Le volume de fragments permet difficilement de proposer une restitution. Néanmoins, quelques indices suggèrent un fond monochrome ocre rouge décoré de fines tiges végétales jaunes recevant de chaque côté, à intervalle régulier, deux feuilles vertes et vert clair très raffinées (fig. 4). D’autres fragments précisent le décor ; ainsi, le fond rouge est séparé par un ilet blanc donnant sur une large bande ocre jaune puis noire bordant une embrasure (porte, niche, fenêtre ?).

  • 4 La similarité des mortiers et la proximité des lots pouvaient indiquer la présence d’un unique déc (...)

11Les couches de mortier qui composent cette paroi sont similaires à celles de l’édicule VI bis-XXIII. Il est probable que ces supports soient contemporains4. Leur démontage parait s’effectuer à la même période, en raison de la présence de fragments, en moindre quantité, dans le mortier de construction de l’édicule IX bis, et il est intégré dans la même phase de construction du portique 1. Il est pour l’heure compliqué d’attribuer ce décor à l’un des bâtiments de la phase précoce (avant 70 après J.-C.).

Principaux décors liés au sanctuaire

12L’édification du portique 2, à l’arrière du grand temple, est concomitante de celle du premier état de ce dernier. Elle résulte d’une reconstruction et d’un agrandissement après la démolition du petit temple. Cette portion de galerie relie les fana 2 et 3 construits durant cette phase de monumentalisation.

Portique 2 (phase 6 : premières décennies du IIe siècle après J.-C.)

13Son décor, l’ensemble 4, a été étudié par M. Muller (fig. 5 et 6). La reprise des fouilles dans ce secteur (espaces CXXIV et CXXXIV) a amené de nouvelles découvertes (fig. 7) dont l’étude affine la perception du décor dans son ensemble (fig. 8). Une sous-plinthe marron rouge mouchetée de blanc constitue le bas de la paroi. Au-dessus se développe une plinthe composée de compartiments noirs avec des personnages ou des animaux, et d’inter-compartiments rouges décorés de feuillages ou de motifs à ruban (fig. 8, no 1 et 13). Ces compartiments sont séparés par des colonnettes schématiques blanches. Certains compartiments noirs ont révélé les traces d’inscriptions peintes incomplètes.

14La transition avec la zone médiane se fait au moyen d’une imitation de podium. Elle est formée depuis le bas par un filet rose et une alternance de deux bandes vertes séparées par des filets blancs. Le podium simplifié sert d’appui à des panneaux rouges. Ils sont délimités en haut par des guirlandes arquées (fig. 7, no 10) qui reposent sur des entablements schématiques réalisés avec des filets blancs, jaunes et marrons (no 9). Cette architecture est rehaussée sur le haut par des gouttes blanches assimilables à des antéfixes (fig. 6, no 6) et de fins traits blancs rayonnants depuis le centre de la structure. Les entablements reposent sur des filets intérieurs jaunes matérialisant des colonnes décorées de coupes d’où émergent symétriquement deux feuilles vertes (no 4). Le centre des panneaux est orné de figures volantes, dont un jeune et joufflu aurige rose (fig. 5, no 2). La transition vers les inter-panneaux à fond noir se fait au moyen d’une bande alternant le vert et le bleu, encadrée de chaque côté par des filets blancs (no 7). Ces bandes soutiennent la partie centrale des entablements qui viennent fermer les inter-panneaux. La composition donne une place privilégiée au candélabre, placé ainsi au centre de l’architecture, mais surtout à la figure qui le couronne. Certains de ces candélabres sont probablement agrémentés de vignes. Enfin, la zone supérieure est très peu développée, avec différents animaux (panthères, griffons, pégases, sphinges) installés aux extrémités des entablements (fig. 5, no 5, et fig. 7, no 11). Une bande, à l’origine bleue, est séparée du fond noir par un filet blanc. La paroi se termine par une corniche en stuc.

Fig. 4. Fragment de décor retrouvé dans l’espace I (cliché : P.-M. Weill).

15L’iconographie et la thématique se rapportent au monde dionysiaque. Le candélabre portant un personnage découvert à Cologne (Allemagne), au sud de la cathédrale, est un élément de comparaison. Il est daté stylistiquement du deuxième quart du IIe siècle (Schleiermacher, 1982, fig. 5,5 et 5,7 et p. 100). L’utilisation de l’inter-panneau comme élément pouvant intégrer une architecture accompagnée de personnages rappelle la représentation du temple de Saint-Martin-Longueau (Oise), « Les Clos » (Defente, 1990, p. 53, fig. 21 ; Barbet, 2008, p. 247-248, fig. 384), attribuée à la fin du Ier ou au début du IIe siècle. Des guirlandes arquées se rencontrent à Rouen, dans la domus de l’insula sud des fouilles du Métrobus (Lequoy et Guillot, 2004, p. 147, fig. 113), datée de 130-160. Ces guirlandes sont aussi présentes vers les années 130-140 dans l’ensemble 6 du « Bois l’Abbé », qui pourrait se rattacher au petit temple (Fresard, 2004, p. 28).

Fig. 5. Fragments de décor du portique 2 étudiés par M. Muller (ensemble 4 ; clichés : P.-M. Weill).

Fig. 6. Fragments de décor du portique 2 étudiés par M. Muller (ensemble 4 ; clichés : P.-M. Weill).

Fig. 7. Nouveaux fragments de décor du portique 2 (ensemble 4 ; clichés : P.-M. Weill).

Fig. 8. Hypothèse de restitution du décor du portique 2 (ensemble 4 ; DAO : P.-M. Weill).

Portique 3 (phase 8, III e siècle)

16Dans le dernier état de monumentalisation, l’espace cultuel est agrandi de tous côtés et limité par la construction de cinq sections de portique formant quatre ailes d’un quadriportique. Il relie ainsi la basilique et les fana 1, 2, 3 et 5, le fanum 4 étant greffé dans un second temps au portique.

Aile nord (espace XI)

17L’aile nord a fourni deux ensembles d’enduits peints. L’ensemble A a été découvert au droit du mur de façade du fanum 4, dans sa partie orientale, sous la forme d’un « accordéon ». Cette disposition résulte du glissement de la paroi d’origine. L’ensemble B était pêle-mêle sous l’ensemble A. Aucune relation n’a pu être établie entre ces deux décors. L’ensemble B n’est actuellement rattaché à aucun bâtiment mais l’hypothèse la plus satisfaisante serait de l’associer au décor de la cella du fanum 4.

18La composition du premier décor (ensemble A) peut être appréhendée dans ses grandes lignes par plusieurs plaques de dimensions variables (fig. 9). Une sous-plinthe grise est surmontée d’une plinthe compartimentée en panneaux rouges ou noirs délimités par des colonnettes schématiques blanches (fig. 10, no 3). Les inter-compartiments rouges sont ornés de feuillages ou de rubans ocre jaune. Les compartiments noirs, plus larges, comportent des décors figurés, dont un personnage conservé dans sa partie inférieure (no 3). L’attitude de ce dernier est difficile à cerner tant les possibilités sont nombreuses. Des inscriptions peintes, dont il ne reste que quelques lettres, sont restituables dans ces espaces. La transition avec la zone médiane est réalisée par une imitation de podium qui s’organise de bas en haut avec un ilet rose suivi d’une bande verte, d’un ilet blanc, puis d’une bande ocre jaune s’éclaircissant sur le haut, et enfin d’un ilet blanc. La dernière bande reçoit plusieurs éléments décoratifs, des bases de colonnes de deux tailles différentes selon le type d’encadrement des panneaux, et des pseudo-consoles qui représentent les ombres portées des encadrements (no 4).

19Les panneaux sont limités par un ilet blanc, puis par une bande verte ou bleue, et enfin par un ilet marron et un thyrse schématique jaune dont l’extrémité soutient un entablement (no 2). Le centre des panneaux comporte quant à lui des figures volantes roses. Le sommet des panneaux rouges est surmonté d’un entablement jaune à ilet marron (no 9). Des ilets blancs en clôturent le sommet rehaussé de gouttes. L’intérieur s’agrémente de traits rayonnants blancs. Les inter-panneaux noirs sont décorés de riches candélabres sur la hampe desquels sont insérées des têtes humaines (no 2). La plus significative présente un aspect joufflu avec des ailes et un ruban qui retombe de part et d’autre du visage. Des personnages schématiques viennent en couronnement des candélabres (no 5). En zone supérieure, les angles des entablements servent de points d’appui à des animaux (panthère, griffon). Un filet horizontal blanc et une bande ocre jaune (no 10) viennent parachever le haut de la paroi au contact d’une corniche en stuc.

Fig. 9. Hypothèse de restitution du décor de l’aile nord du portique 3 (ensemble A ; DAO : P.-M. Weill).

20Le thème illustré est identique à celui de l’ensemble 4 qui évoque le monde dionysiaque.

21Des ouvertures ont été réalisées dans le mur nord lors de l’édification du fanum 4. L’embrasure de l’une d’entre elles est caractérisée par un pan coupé peint en ocre jaune. Sa localisation ne laisse aucun doute quant à son appartenance à la cella du fanum 4.

22L’alternance de bandes d’encadrement bleues et vertes se retrouve à Saint-Martin-Longueau à la fin du Ier ou au début du IIe siècle (Defente, 1990, fig. 21 et p. 53 ; Barbet, 2008, fig. 384 et p. 247-248). L’ensemble 3 de la place Kléber à Strasbourg (Bas-Rhin), daté de l’époque flavienne, a livré des motifs similaires (Tessariol et Groetembril, 2012, p. 92, fig. 12).

23L’ensemble B est nettement moins bien perçu. Sur des fonds verts et bleus, de grands motifs sont, dans leur état actuel, difficiles à interpréter (fig. 11). L’utilisation d’empâtements pour suggérer et marquer certains d’entre eux rappelle la scène de dextrarum junctio du décor C de la cave 1, au 12 rue de l’Abbé-de-L’Épée à Paris, datée de la fin du IIe au début du IIIe siècle (Eristov et Vaugiraud, 1994, fig. 22 et pl. VIII).

24La stratigraphie et le mobilier céramique indiquent une construction et décoration du portique 3 au début du IIIe siècle.

Portique 3 : aile est (espace XXVIII)

25Des peintures ont été retrouvées dans les environs immédiats des espaces VII et XXVII ainsi que dans la section sud de l’aile est du portique 3 (XVIII). Elles sont issues des niveaux supérieurs correspondant au démantèlement et à la récupération des matériaux de construction du portique 3. Les fragments recueillis dévoilent la décoration murale de cette partie de portique depuis la transition de la zone médiane à la zone supérieure (fig. 12).

Fig. 10. Fragments de décor de l’aile nord du portique 3 (ensemble A ; clichés : P.-M. Weill).

26L’imitation de podium qui sert de transition présente, dans sa partie supérieure, un filet rose donnant sur une bande ocre jaune décorée de motifs verts qui fait référence à des éléments de support (base de colonne ?). Le milieu des panneaux rouges comporte des figures volantes aux physiques potelés et des filets intérieurs jaunes décorés de feuilles symétriques émergeant d’un motif (coupe ? fig. 13, nos 1 et 3). Les encadrements des panneaux se composent de l’intérieur vers l’extérieur de filets rose, bleu clair ou vert clair, en alternance selon le panneau, et blanc, puis d’une bande bleue ou verte en accord avec le filet, et d’un thyrse schématique jaune qui soutient l’entablement (no 4). Cette bande est interrompue dans la partie haute par une guirlande arquée qui repose sur des entablements (no 10). Ceux-ci sont dans l’axe des inter-panneaux et évoquent l’image d’un édifice. Ces espaces cloisonnés servent de supports à des personnages placés en haut de candélabres. L’un d’eux est disposé sur la pointe des pieds dans une attitude de danse (no 2). Il porte une longue robe verte qui se termine dans le bas par un bourrelet qui indique le mouvement. Un second vêtement de ton bleu, enroulé au niveau de la taille du personnage, est rehaussé d’ondulations blanches lui conférant un semblant de transparence. Le haut, qui est mal conservé, garde les traces de différents tons d’ocre jaune indiquant la nudité. L’orientation et les ombrages des pieds évoquent sans ambiguïté un personnage représenté le dos nu et le bassin caché par le drapé bleu. Les vêtements et la courbure des hanches évoquent une femme. Ces différents éléments suggèrent une ménade. Les inter-panneaux comportent également des motifs de vigne avec des grappes de raisins.

27Dans la zone supérieure, des éléments figurés (animaux ?) sont disposés au niveau des extrémités des entablements (no 6). Ils rappellent les figurations du même ordre de l’aile nord du portique 3. Au-dessus, un filet blanc souligne une bande bleu clair qui ferme le haut de la paroi.

28Le thème abordé est le même que dans l’aile nord. Les guirlandes arquées au sommet des panneaux sont présentes à d’autres phases du sanctuaire de « Bois l’Abbé », dans le portique 2 (ensemble 4) et le petit temple (ensemble 6). Un exemple de guirlande similaire se retrouve à Verneuil-en-Hallate (Oise), dans la villa des Tronces, entre le milieu du IIe et le milieu du IIIe siècle (Groetembril, 2014, p. 212, fig. 13). Une autre, comparable, est signalée à Rouen, dans la domus de l’insula sud des fouilles du Métrobus, datée de 130-160 après J-C. (Lequoy et Guillot, 2004, p. 147, fig. 113).

Fig. 11. Élément de décor retrouvé dans l’aile nord du portique 3 (ensemble B ; clichés : P.-M. Weill).

29La réalisation du portique et de sa décoration a été effectuée au début du IIIe siècle.

Discussion et conclusion

Les marques d’un style régional ?

30Les études et les comparaisons portant sur les décors retrouvés dans l’espace cultuel du « Bois l’Abbé » permettent plusieurs constatations sur l’utilisation de motifs et de schémas.

  • 5 Les exemples de Beauvais et de Chartres m’ont été signalés oralement par S. Groetembril. Je tiens (...)

31Tout d’abord, la guirlande arquée est très courante dans la peinture romaine et gallo-romaine. En revanche, la morphologie en arcade est inhabituelle. À Briga, elle est présente dans les décors du portique 2, de l’aile est du portique 3 et du petit temple, vers les années 130-140 (ensemble 6, Fresard, 2004, p. 28). Son utilisation est également attestée à Rouen (Seine-Maritime), dans la domus de l’insula sud des fouille du métro-bus (Lequoy et Guillot, 2004, p. 147, fig. 113), vers 130-160 après J.-C. Elle se retrouve à Verneuil-en-Hallate (Oise), dans la villa des Tronces, entre le milieu du IIe et le milieu du IIIe siècle (Groetembril, 2014, p. 212, fig. 13), aux Mesnuls (Yvelines), dans la villa de la Millière, au IIe siècle (Barbet, 2008, p. 203, fig. 302), à Beauvais (Oise) et à Chartres (Eure-et-Loir), place des Épars5.

  • 6 J’adresse aussi mes remerciements à J. Boislève qui a attiré mon attention sur cette particularité

32Le deuxième élément notable est le motif de gouttes6 assimilable à des antéfixes sur la partie supérieure des entablements. Il est observé à « Bois l’Abbé » dans le portique 2 (ensemble 4), l’aile nord du portique 3 (ensemble A) et l’aile est du portique 3 (ensemble C). Il est également utilisé à Amiens (Somme), rue de l’Oratoire, dans la seconde moitié du IIe siècle (Defente, 1995, p. 155, fig. 15 ; Barbet, 2008, p. 238, fig. 370). Sur le site de Saint-Martin-Longueau (Oise), des gouttes sont visibles sur l’entablement et les rampants du temple qui est figuré sur l’inter-panneau (Defente 1990, p. 53, fig. 21 ; Barbet, 2008, fig. 384 et p. 247-248).

Fig. 12. Hypothèse de restitution du décor de l’aile est du portique 3 (ensemble C ; DAO : P.-M. Weill).

33Le déplacement de l’entablement des panneaux au profit des inter-panneaux comme unité architecturale, confère au décor s’y trouvant une plus grande importance. Dans le cas de Briga, ce décor de candélabre est ponctué de personnages qui sont mis en valeur par l’architecture, suggérant l’image de statues au cœur du temple.

34Ces différents éléments sont-ils spécifiques au nord de la Gaule et définissent-ils un style régional ?

Empreinte forte du culte dionysiaque ?

35L’étude des ensembles picturaux de Briga est toujours en cours. Prochainement, l’élaboration d’une cartographie des éléments de décors un peu particuliers va permettre de mieux apprécier leurs aires de diffusion ; leur chronologie sera précisée ; leur répartition au sein des bâtiments concernés et leur interprétation seront discutées.

36Il est notable que Briga est dotée très tôt, dès la première moitié du Ier siècle après J.-C., d’une parure ornementale peinte, symbole de romanité dans une région où les témoignages de cette époque sont peu fréquents.

37Les motifs liés au monde dionysiaque (thyrse, vigne, calice, panthère, ménade, et figures volantes joufflues), récurrents dans les ornementations du complexe cultuel, font allusion aux valeurs de cette divinité (triomphe, puissance, civilisatrice ; Weill, 2015, p. 152). La filiation entre ce dieu et l’Empereur permet d’envisager une pratique du culte impérial.

Fig. 13. Fragments de décor de l’aile est du portique 3 ; no 2 : Ménade en couronnement de candélabre (ensemble C ; clichés : P.-M. Weill).

Bibliographie

Bibliographie

Allag C., Allonsius C. et Groetembril S. (2003) – Études des peintures de différentes maisons. Les maisons de l’élite à Durocortorum, Reims, Marne. Bulletin de la société archéologique champenoise, vol. 96, no 4, 104 p.

Barbet A. (2008) – La peinture murale en Gaule Romaine. Paris, Picard, 392 p.

Barbet A. et Becq G. (1994) – La peinture à sujets figurés dans les temples de tradition indigène en gaule. Les sanctuaires de tradition indigène en Gaule romaine. Actes du Colloque d’Argentomagus, Argenton-sur-Creuse-Saint-Marcel, 8-10 octobre 1992, Paris, Errance, p. 104-114.

Defente D. (1987) – Peintures murales romaines de Soissons. Pictores per provincias, actes du 3e colloque international sur la peinture murale romaine, Aventicum, V, Cahiers d’archéologie romande, 43, p. 167-180.

— (1990) – Représentations figurées de quelques sites en Picardie. Revue archéologique de Picardie, 1-2, p. 41-73.

— (1995) – Découverte récente en Picardie. Nouveaux décors à Amiens et Soissons. Revue archéologique de Picardie, no spécial 10, p. 147-157.

Desbat A. dir. (2005) – Lugdunum. Naissance d’une capitale, catalogue d’exposition octobre 2005-mai 2006, Gollion, Infollio, 181 p.

Eristov H. et Vaugiraud S. (1994) – Les peintures murales de la cave 1. Cahiers de la Rotonde, 15, p. 65-158.

Fresard N. (2004) – Eu, « Bois l’Abbé » (Seine-Maritime) : Ensemble 6. Rapport interne CEPMR, Soissons, 61 p.

Groetembril S. (2014) – Décor des thermes de la villa des Tronces à Verneuil-en-Halatte (Oise). Peintures et stucs d’époque romaine. Révéler l’architecture par l’étude du décor. Pictor, 3, p. 201-218.

Lequoy M.-C. et Guillot B. (2004) – Rouen (76/2). Paris, Académie des inscriptions et belles-lettres, coll. Carte archéologique de la Gaule, 332 p.

Mantel É. et Dubois S. (à paraître) – L’agglomération antique de Briga (Bois l’Abbé, commune d’Eu, Seine-Maritime). Bilan de 50 ans de recherches.

Muller-Dufeu M. (1993) – Le décor pictural et architectural du sanctuaire gallo-romain de « Bois l’Abbé » à Eu (Seine-Maritime). Thèse de Doctorat, C. Goudineau (dir.), Université de Lille 3, 115 p.

— (1997) – Le sanctuaire de « Bois l’Abbé » (76) et son décor. Revue du Nord, 79, fasc. 323, p. 7-63.

Schleiermacher M. (1982) – Römische Wandmalerei in Köln. Roman Provincial Wall Painting of the western Empire, Oxford, British Archaeological Reports, International Series, 140, p. 91-120.

Tessariol M. et Groetembril S. (2012) – Les peintures murales de la place Kléber étude et analyse stylistique. Un art de l’illusion : peintures murales romaines en Alsace, Musées de la ville de Strasbourg, p. 85-96.

Weill P. -M. (2015) – Les peintures murales de la bourgade antique de Briga (Eu (76), « Bois l’Abbé »). Le portique du Grand Sanctuaire dans son dernier état. Mémoire de Master 2, P. Van Ossel (dir.), université de Paris Ouest Nanterre La Défense, 172 p.

Notes

1 Phasage général du site (Mantel et Dubois, à paraître).

2 L’ensemble 7 réunit plusieurs décors provenant d’un niveau de remblai à l’est du fanum 2.

3 J’adresse mes remerciements aux bénévoles qui ont participé à l’étude des enduits peints. Je remercie aussi Étienne Mantel pour les corrections et les discussions qui ont permis de mener à bien ces études.

4 La similarité des mortiers et la proximité des lots pouvaient indiquer la présence d’un unique décor, mais la différence de réalisation des motifs et la palette utilisée ne permettent pas ce rapprochement.

5 Les exemples de Beauvais et de Chartres m’ont été signalés oralement par S. Groetembril. Je tiens à l’en remercier.

6 J’adresse aussi mes remerciements à J. Boislève qui a attiré mon attention sur cette particularité.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Plan général de l’espace cultuel de Briga avec les secteurs ayant livré des peintures (DAO : É. Mantel et S. Dubois).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4153/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 197k
Légende Fig. 2. Hypothèses de restitution du décor à fond blanc de l’édicule VI bis-XXIII (ensemble D ; DAO : P.-M. Weill).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4153/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 466k
Légende Fig. 3. Fragments du décor de l’édicule VI bis-XXIII (ensemble D ; clichés : P.-M. Weill).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4153/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 375k
Légende Fig. 4. Fragment de décor retrouvé dans l’espace I (cliché : P.-M. Weill).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4153/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende Fig. 5. Fragments de décor du portique 2 étudiés par M. Muller (ensemble 4 ; clichés : P.-M. Weill).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4153/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 742k
Légende Fig. 6. Fragments de décor du portique 2 étudiés par M. Muller (ensemble 4 ; clichés : P.-M. Weill).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4153/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 218k
Légende Fig. 7. Nouveaux fragments de décor du portique 2 (ensemble 4 ; clichés : P.-M. Weill).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4153/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Légende Fig. 8. Hypothèse de restitution du décor du portique 2 (ensemble 4 ; DAO : P.-M. Weill).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4153/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Légende Fig. 9. Hypothèse de restitution du décor de l’aile nord du portique 3 (ensemble A ; DAO : P.-M. Weill).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4153/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 314k
Légende Fig. 10. Fragments de décor de l’aile nord du portique 3 (ensemble A ; clichés : P.-M. Weill).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4153/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 921k
Légende Fig. 11. Élément de décor retrouvé dans l’aile nord du portique 3 (ensemble B ; clichés : P.-M. Weill).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4153/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 235k
Légende Fig. 12. Hypothèse de restitution du décor de l’aile est du portique 3 (ensemble C ; DAO : P.-M. Weill).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4153/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig. 13. Fragments de décor de l’aile est du portique 3 ; no 2 : Ménade en couronnement de candélabre (ensemble C ; clichés : P.-M. Weill).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4153/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 474k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540