Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Conches-en-Ouche, 5 et 6 juin 2015

 | 
Jean-Paul Ollivier

Le site d’Harfleur, « Les Coteaux du Calvaire » : une occupation des deux premiers siècles de notre ère

A new look at decoration in Eu, “Bois l’Abbé” (Seine-Maritime)

Julien Boisson y Delphine Théolas

Resumen

Le site des « Coteaux du Calvaire » est occupé dès les deux premiers siècles de notre ère. S’y succèdent des occupations lâches mais parfois remarquables avec des ateliers de potiers, ainsi qu’un grand édifice construit dans le courant du Ier siècle après J.-C. desservi par un système de voiries secondaires. Quelques fossés témoignent de l’existence d’un parcellaire appuyé sur des axes de circulation. De nombreuses fosses de tailles et formes variées accompagnent ce développement sans pour autant présenter une organisation spatiale très ordonnée.

The “Coteaux du Calvaire” site has been occupied since the 1st and 2nd Century AD. It has been occupied lightly, although with some notable occupations including pottery workshops and a large building built during the 1st Century AD, which was accessible by a system of secondary roads. Some fosses indicate the existence of parcels of lands dependent on through roads. Many fosses of varying shapes and sizes back up this development, although they do not reveal a very orderly spatial organisation.

Entradas de índice

Texto completo

1La ville d’Harfleur se situe à l’extrémité ouest du département de Seine-Maritime, à quelques kilomètres de l’agglomération du Havre. Elle est installée à l’embouchure de la Seine et à proximité de la confluence avec la Lézarde. De nombreuses découvertes dans le centre-ville, sur le fond et le rebord de la vallée de la Lézarde, ainsi que sur les plateaux environnants, montrent une occupation gallo-romaine dense. Toutefois, aucune fouille n’a encore pu apporter la preuve formelle qu’une agglomération secondaire gallo-romaine existe bien sous l’actuelle ville d’Harfleur. Au XIXe siècle notamment, plusieurs chercheurs ont tenté d’identifier sa localisation, avec des interprétations parfois farfelues. C’est L. Fallue, en 1841, qui met fin aux incertitudes (Fallue, 1841, p. 122). Il désigne Harfleur comme étant la ville antique de Caracotinum, de la cité des Calètes, peuple belge rattaché à la province de Gaule Lyonnaise. Cette ville est citée par l’itinéraire d’Antonin, où elle apparaît à l’extrémité d’une voie aboutissant à Augustobona (Troyes).

La fouille

2La fouille s’est déroulée entre octobre 2011 et juillet 2012, sur près de 5 ha qui dominent le centre-ville actuel, dans un secteur déjà largement urbanisé, sur les pentes du « Mont-Cabert », entre les altitudes de 15 et 30 m NgF. Elle est découpée en trois zones (la troisième, n’ayant pas révélé d’indice gallo-romain, ne figure pas sur les plans) qui ont livré de nombreuses structures en majorité fossoyées. La plupart datent de l’époque romaine, mais le haut Moyen Âge, les époques médiévale, moderne et contemporaine ont également laissé leurs empreintes. Elles se composent de fosses, fossés, trous de poteaux et de nombreux éléments de stockage (caves, celliers ou silos). Le site a également livré plusieurs fours de potiers ou à chaux, ainsi que quelques bâtiments. Hormis le grand édifice présenté en 2013 (Boisson et Follain, 2013, p. 83-94), deux bâtiments sur solins de silex et quelques uns sur poteaux complètent l’inventaire. L’étude de l’implantation romaine au cours de ces deux premiers siècles montre une tentative de structuration, peut-être d’urbanisation, d’un secteur en marge de l’agglomération antique de Caracotinum.

L’occupation gallo-romaine

3Elle s’étend sur les deux premiers siècles de notre ère et peut-être jusqu’au premier quart du IIIe siècle. L’évolution de l’occupation est caractérisée par quatre phases principales (fig. 1 et 2).

L’implantation

4Aux alentours de 15 après J.-C., il semble qu’une structuration de l’espace soit mise en place (fig. 1). Bien qu’encore légère, elle tente de diviser le secteur en parcelles. Elle s’appuie en zone 1 sur une voie empierrée qui vient de l’ouest, en bas de pente. Elle bifurque ensuite vers le nord (fig. 3), rejoignant probablement la voie principale qui sort de la ville et se dirige vers Lillebonne (Juliobona), capitale de la cité des Calètes, distante d’environ 30 km. Autour de cette première voie, seules quelques fosses sont présentes, illustrant la faible fréquentation de ce secteur. Un petit espace de circulation orienté nord-ouest/sud-est, délimité par deux petits fossés, structure la zone 2. Il est perpendiculaire à la première partie de la voirie empierrée. Bien que lacunaires, les fossés semblent se diriger vers cette voie principale. Le fossé occidental forme un retour à 90° vers l’ouest, délimitant ainsi une première parcelle dans le quart nord-ouest de la zone 2.

Fig. 1. Plans des occupations des phases 1 (0-15 à 50 après J.-C.) et 2 (50 à 70-75 après J.-C. ; DAO : J. Boisson).

Fig. 2. Plans des occupations des phases 3 (70-75 à 125 après J.-C.) et 4 (125 à 225-250 après J.-C. ; DAO : J. Boisson).

Fig. 3. Détail des ornières de la voie empierrée de la zone 1 (cliché : Archéopole).

Fig. 4. Coupe de l’une des structures de stockage (st 2876) de la zone 2 (cliché : Archéopole).

5À l’intérieur de cette trame, l’organisation est plus loue. Une trentaine de structures sont disséminées sur près d’un hectare, formant parfois de petits ensembles. Les bâtiments sont absents et seuls quelques groupes de trous de poteaux sans organisation particulière sont présents. On relève des fosses, des structures de stockage telles que des celliers ou silos (fig. 4), des puits, et surtout un atelier de potier constitué de deux petits fours circulaires à deux volumes.

6Dans le haut de pente, à l’est du chemin, plusieurs fossés mal conservés, datés du Ier siècle par la céramique, forment de petites parcelles qui semblent border le chemin. Elles sont, elles aussi, largement vides d’aménagements. Seule celle qui est contiguë au cheminement comporte une dizaine de structures, toujours sous la forme de puits et de fosses de stockage notamment. En revanche, deux bâtiments sur poteaux s’y trouvent également. Il est très tentant de les associer à cette phase, même si la rareté du mobilier ne nous permet pas d’être catégoriques. Dans la partie sud, il n’y a plus d’enclos parcellaire, tout juste quelques fragments de fossés. Des fosses éparses, de nombreuses structures de stockage et des puits montrent que le secteur est occupé, sinon habité, cependant aucun bâtiment n’a été mis au jour. Là aussi, un petit atelier de potier a été fouillé. Il comporte un four de plus grandes dimensions, circulaire, à deux volumes, et un petit four très arasé à banquette centrale rattachée au fond de la chambre de chauffe.

Une première évolution

7Entre 50 et 70 après J.-C., une première restructuration de l’espace intervient (fig. 1). En zone 1, un complexe architectural composé d’une cour et d’un bâtiment de plan basilical, au moins dans son second état, est construit le long de la voie empierrée. Une seconde voie, empierrée elle aussi, vient desservir l’arrière de la cour. Elle rejoint la première dans le virage qu’elle effectue vers le nord. La cour, fermée par des murs, occupe près de 1 400 m². Le bâtiment, dont une moitié est préservée, devait couvrir près de 600 m² (Boisson et Follain, 2013).

8Le premier parcellaire mis en place, notamment dans la partie nord de la zone 2, est abandonné. Les rares éléments structurants de cette période de transition sont une voie empierrée à l’aide de petits galets dans la partie sud de la fouille (fig. 5), ainsi qu’un système de fossés le long du complexe monumental, dans le sens de la pente. Entre les deux, les ateliers de potiers ont disparu et on ne retrouve qu’une cinquantaine de structures disséminées sur plusieurs hectares. Parfois, un regroupement de puits, fosses et structures de stockage sur quelques dizaines ou centaines de mètres carrés laisse penser qu’une activité s’est installée à cet endroit, malgré l’absence de bâtiment ou d’installation artisanale.

Un regain d’activité

9La phase 3 de l’occupation se situe entre l’époque flavienne et le début de l’époque antonine, soit entre 70-75 et 125 après J.-C. environ (fig. 2). La construction de l’édifice monumental semble avoir redonné de l’attractivité à ce secteur. De part et d’autre de la voie, des grappes de structures sur quelques dizaines de mètres carrés indiquent la proximité d’activités. En zone 2, l’implantation de quelques fossés pourrait correspondre à une redistribution de l’espace. Toutefois, cette hypothèse reste lacunaire, puisqu’un seul véritable fossé parcellaire séparant la zone 2 en deux parties nous est parvenu. Au sud de de ces ensembles fossoyés, on ne dénombre qu’une trentaine de structures très inégalement réparties, indiquant que ce secteur est peu utilisé. Entre le complexe architectural et le parcellaire de la zone 2, l’occupation est légèrement plus dense, probablement due à la proximité et à l’attrait de l’édifice. Quelques structures particulières sont à noter. La première est un four à chaux à triple foyer, à proximité du bâtiment (fig. 6). Il a dû servir lors de travaux de rénovation et notamment lors de la modification de l’architecture intérieure. À quelques dizaines de mètres plus au sud, une cave maçonnée, fonctionnant avec un petit enclos, est l’élément le plus structuré de cette phase. Entre le complexe monumental et le parcellaire au sud, sur une bande de 100 m de long et 50 m de large maximum, se situe le secteur le plus densément occupé, certainement en lien avec le complexe. Trente ou quarante structures sont disposées sans organisation apparente. Tout au plus peut-on individualiser quelques espaces vides entre certaines fosses, espaces qui ont pu accueillir des activités en lien avec ces dernières. En réalité, nous avons bien peu d’indices pour confirmer cette hypothèse spatiale, comme pour caractériser ces activités. On remarque une fois de plus que les structures de stockage sont assez nombreuses et parfois de grande taille (fig. 7).

Fig. 5. La voie empierrée dans le sud de la zone 2 (cliché : Archéopole).

La fin de l’occupation

10La dernière phase d’occupation du site prend place entre le deuxième quart du IIe et le premier quart du IIIe siècle (fig. 2). Ce secteur, qui semble déjà avoir été peu attractif, est clairement sur le déclin. Il est probable que le grand édifice soit en fonction encore quelques années ou décennies, mais il est abandonné et déjà probablement en partie démantelé dans le courant du IIe siècle. Il en va de même pour la voirie qui l’encadre car plusieurs indices laissent clairement entrevoir son abandon dans le courant du siècle. Malgré tout, quelques groupes de structures, notamment le plus proche, montrent que même tardivement, l’édifice a pu être occupé. En effet, les grosses fosses à proximité ont livré des rejets assez conséquents de mobilier de la fin du IIe et du début du IIIe siècle (céramique, tabletterie, objets métalliques, faune et malacofaune). En zone 2, l’ébauche de parcellaire a disparu, laissant place à ce qui ressemble à un espace de circulation. Encadré par deux fossés suivant les courbes de niveaux, il opère un angle droit dans la partie sud, où il mènerait à un enclos quadrangulaire. Ce dernier accueille un petit bâtiment sur solins de rognons de silex (fig. 8) et quelques grandes structures contenant du mobilier de la toute fin du IIe et du début du IIIe siècle, faisant écho aux rejets proches du grand bâtiment. Entre cet enclos et l’édifice monumental, on retrouve des occupations qui semblent se pérenniser depuis la phase précédente, avec toujours les mêmes caractéristiques. La seule nouveauté se situe légèrement à l’ouest, avec la présence d’un second bâtiment sur solins de rognons de silex.

11Pour cette phase, il faut donc sans doute distinguer deux étapes. La première, entre 125 après J.-C. et le dernier quart du IIe siècle, avec des activités en lien avec le grand édifice potentiellement encore en fonction, et la seconde, qui couvre le dernier quart du IIe et le début (premier quart ?) du IIIe siècle, avec quelques pôles d’activités dans le grand édifice et l’enclos sud. Après leur abandon, les structures servent de zones de rejet à des occupations tardives dont on n’a pas retrouvé la trace. Ces rejets montrent toutefois une occupation suffisamment aisée et des activités assez développées car ils contiennent une assez grande quantité de mobilier, parfois même de bonne facture.

Fig. 6. Plan du four à chaux à triple foyer (DAO : J. Minne et J. Boisson).

Fig. 7. Coupe du silo 3149 (cliché : Archéopole).

Fig. 8. Vue générale du bâtiment 9, situé dans l’enclos sud (cliché : Archéopole).

Une production céramique de la première moitié du Ier siècle

12La fouille a permis de cerner la production de deux ateliers de potiers actifs durant la première phase d’occupation, ainsi que les fours employés. En revanche, nous n’avons pas d’espace de stockage (petit bâtiment, cave ou cellier), de travail de la matière première ou de tournage à associer à ces structures de chauffe. Ces deux petites officines ne perdurent pas dans le temps, puisque avant 50 après J.-C., les fours sont abandonnés et remblayés.

Deux petits fours circulaires

13Près de la limite ouest de la zone 2, le long de la « sente Gallois », la fouille a permis de mettre en évidence un petit atelier de potier. Il est constitué d’une fosse de travail, de deux fours circulaires à deux volumes au mode de construction assez similaire, du type IIv1 à canaux de type a de la typologie de P. Duhamel (1974, p. 60) et d’une zone de rejet (fig. 9).

14Les structures de chauffe sont deux petits fours circulaires de 1,2 et 1,6 m de diamètre au niveau de la sole. Cette dernière est constituée d’une plaque d’argile soutenue par des voûtes constituées de claveaux en terre qui créent un canal de 0,6 m de large environ par lequel se diffuse la chaleur (fig. 10-13). Cette dernière remonte dans le laboratoire à travers des carneaux ouverts à intervalles réguliers dans la sole. Les laboratoires sont mal conservés, tout au plus sur 25 à 30 cm d’élévation, toutefois on peut estimer les volumes utiles à 1 et 2,5 m3 environ. Nous sommes donc en présence d’une production de petite envergure.

15Ces deux fours sont desservis par une même fosse de travail d’environ 5 m ² qui ouvre sur les deux alandiers. Ces derniers devaient être courts, puisqu’ils atteignent approximativement 0,5 et 0,9 m de long.

16À proximité de cet ensemble, une zone de rejet a pu être entièrement fouillée. Près de 2 297 fragments de céramique ont été collectés. Ce sont des tessons de céramique commune claire à pâte beige à rose orangé, issus de cruches qui semblent constituer la production de ces fours. En effet, leurs profils sont similaires à ceux des individus issus des fours et de la fosse de travail.

Fig. 9. Vue de l’ensemble constitué de la fosse de travail 2493 et des fours de potiers 2441 et 2452 (cliché : Archéopole).

La production

17La fosse de travail, avec 893 tessons, fournit quasi exclusivement (90 %) des rejets de cruches à pâte claire vraisemblablement produites sur place (fig. 14). La pâte est sableuse, la teinte variable, du beige au beige rosé, voire au rose orangé. Les profils sont relativement similaires, à lèvre plus ou moins triangulaire, avec des variantes dans le diamètre d’ouverture ou le traitement de l’extrémité de la lèvre. Certains exemplaires sont en outre dotés à ce niveau d’un décor incisé. Cette production avait déjà été mise en évidence au moment du diagnostic (Calderoni, 2011, p. 56).

18Parmi le lot conséquent de la zone de rejet 2455, seuls quatre tessons ne sont pas en céramique commune claire. Les autres appartiennent à des cruches (fig. 15) dont le diamètre à l’ouverture est relativement important (entre 17 et 19 cm), contrairement aux exemplaires recueillis dans les fours (entre 10 et 11 cm). Deux variantes principales ont été observées : lèvre triangulaire ou lèvre en petit bandeau, lisse ou rainuré. Le col est souvent marqué de rainures horizontales à la position et au nombre variables. L’anse est plate, relativement large, divisée en trois ou quatre parties et le fond est annulaire. À partir des différents éléments discriminants récoltés (bord, anse, fond), nous proposons un profil approximatif, d’une quarantaine de centimètres de hauteur. Le terme de cruche ne semble guère approprié à un contenant de si grand volume, plus proche d’un vase de stockage, amphorette ou amphore, que de service.

Fig. 10. Vue du four 2441 en cours de fouille ; dans le fond, la sole, et au premier plan, son système de soutien (cliché : Archéopole).

Fig. 11. Vue du four 2452 en cours de fouille ; dans le fond, la sole, et au premier plan, son système de soutien (cliché : Archéopole).

Fig. 12. Vue de l’une des arches constituées de claveaux de terre qui soutiennent la sole du four 2441 (cliché : Archéopole).

Fig. 13. Vue de l’une des arches constituées de claveaux de terre qui soutiennent la sole du four 2452 (cliché : Archéopole).

19La forme générale de ces vases évoque assez fidèlement les types Camulodunum 163b ou 165 définis à Colchester (Hawkes et Hull, 1947) et se rencontre relativement fréquemment sur les sites du nord de la Gaule entre la in du Ier siècle avant notre ère et les premières décennies du Ier siècle de notre ère (Barthélémy-Sylvand et al., 2005, p. 165). La diffusion des exemplaires produits à Harfleur demeure difficile à évaluer. Ils sont peu présents sur le site même des « Coteaux du Calvaire ». Quelques formes analogues sont mentionnées dans les contextes précoces de Rouen mais leur provenance n’est pas définie.

Fig. 14. Mobilier de la fosse 2493 (DAO : D. Théolas et F. Laot, MADE-CG 27).

Fig. 15. Mobilier issu de la fosse de rejet 2455 (DAO : D. Théolas et F. Laot).

20La typologie des cruches place la production à l’époque augusto-tibérienne, constat déjà effectué lors du diagnostic. Le reste du mobilier vient conforter cette datation, notamment le répertoire des céramiques gallo-belges, constitué principalement de formes en circulation entre les années 30 avant J.-C. et 40 de notre ère.

Une seconde officine de potier

21Plus à l’est, dans le haut de la pente, un second atelier de potier a été découvert. Là aussi, deux fours lui sont associés, mais ils sont cette fois très différents l’un de l’autre (fig. 16).

Le four 2414

22Le premier est apparu très arasé au décapage (four 2414). Il avait été reconnu lors du diagnostic (Calderoni, 2011, p. 55, st. 130 bis, tr. 9). C’est un four circulaire à deux volumes et à sole soutenue par une banquette centrale rattachée au fond de la paroi de la chambre de chauffe (fig. 17). Il est creusé dans le substrat et mesure 1,7 m de long sur moins d’1,2 m de large. Un fossé récent nous prive à la fois d’une grande partie de l’alandier et de la relation avec la fosse de travail sud du four voisin (four 2404). Un lot de 150 céramiques, dont des éléments chauffés, a été recueilli. Il s’agit de céramiques communes claires beige à beige rosé qui n’ont toutefois pas livré d’éléments datants. L’hypothèse retenue est que ce four a fonctionné en même temps que le four 2404, profitant de la fosse de travail 2417 qui leur serait alors commune.

Fig. 16. Plan des fours 2404 et 2414 (DAO : Archéopole).

Le four 2404

23Le four 2404 et ses fosses de travail 2403, 2401 et 2417 sont contigus à l’élément précédent.

24Il s’agit d’un four de potier à deux volumes et à tirage vertical, de type II v2 de la typologie de P. Duhamel (1974). Cependant, il a connu un premier état durant lequel il était de type II v1 de la même typologie. Il est orienté nord-sud et mesure près de 6,6 m de long pour 2,1 m de large au niveau du laboratoire, tandis que dans son premier état, il était orienté est-ouest (alandier ouvert à l’ouest, dans la pente), avec une longueur totale de 3,3 m (fig. 18). Ce four sub-circulaire de 2,12 m de diamètre interne est creusé dans le substrat, avec des parois chauffées de près de 5 cm d’épaisseur au niveau du laboratoire. La chambre de chauffe ouvre sur deux fosses de travail, l’une au nord, l’autre au sud. Les alandiers mesurent 0,5 m de hauteur et sont assez courts, environ 0,9 m pour le méridional, probablement plus proche d’une soixantaine de centimètres pour le second.

25La sole est soutenue à la fois par une banquette centrale, deux banquettes latérales et deux rangées de pilettes (fig. 19). Les pilettes sont au nombre de cinq, installées sur deux axes parallèles à la banquette : deux à l’ouest et trois à l’est. Cette dissymétrie trouve son origine dans le premier état du four où l’alandier était perpendiculaire aux axes des pilettes. Les deux banquettes latérales sont dissymétriques. La plus occidentale, qui est aussi la plus grande, mesure 1,2 m de long sur 0,35 m de large et est le résultat de l’abandon du premier état du four. Elle permet de fermer l’ancien alandier ainsi que de renforcer le système des pilettes. La banquette orientale est plus petite, de 0,9 m de long sur 0,22 m de large environ. L’hypothèse la plus probable est qu’elle soit créée en même temps que ses pendants occidental et central, toujours dans le but de soutenir le système défaillant des pilettes. D’un point de vue technique, il faut tout de même mentionner que ces rajouts devaient occulter certains points de remontée de l’air chaud.

26La sole ne nous est parvenue qu’à l’état fragmentaire, mais quelques secteurs non effondrés nous permettent de constater la présence de carneaux. En l’état, on ne peut avoir la certitude qu’ils étaient répartis régulièrement, comme pour les fours de l’autre atelier de potier.

Fig. 17. Vue zénithale du four 2414 et de la fosse 2417 ; au centre, le fossé récent qui perturbe le lien entre les deux (cliché : Archéopole).

Fig. 18. Vue zénitale du four 2404 ; dans l’angle supérieur droit, la fosse de travail 2403 du premier état du four (cliché : Archéopole).

Fig. 19. Gros plan sur les systèmes de soutien de la sole du four 2404 (cliché : Archéopole).

27Ce four possède donc deux fosses de travail, 2401 au nord et 2417 au sud. Elles sont circulaires à sub-circulaires. Leur diamètre est de 1,8 à 2 m pour la première et près de 2,2 m pour la seconde. Nous avons pu identifier un premier état du four d’un type légèrement différent. Il a fonctionné avec un seul alandier et donc une seule fosse de travail (2403) située dans le bas de la pente, à l’ouest du four. Elle est quadrangulaire et mesure 1,6 m de long sur 1,5 m de large environ pour moins d’une quarantaine de centimètres de profondeur. La sole est soutenue uniquement par cinq pilettes, une de chaque côté de l’ouverture de l’alandier et trois dans le fond. Il est fort probable qu’une autre rangée ait existé dans le centre du four à la place de la banquette, mais nous n’en avons pas retrouvé de trace. Néanmoins, pour des questions techniques, il est peu plausible que la sole ait été maintenue par ces deux seules rangées de pilettes. Ce premier état a dû être vite abandonné. La cause nous est inconnue mais deux hypothèses semblent probables et sont peut-être concomitantes. Il se peut que l’alandier ait été mal orienté ou qu’il n’ait pas suffit au tirage et que le système de maintien de la sole avec ces seules pilettes n’ait pas résisté à la charge de cuisson.

La production

28L’ensemble a livré 2 719 tessons pour un NMI de 83, la majorité du mobilier provenant de la fosse 2417 située au sud du four (2 156 fragments). À l’exclusion de trois tessons en céramique fine et d’un petit vase en céramique non tournée, la production du four se compose de céramique commune (fig. 20). Il s’agit principalement de cruches à pâte claire et de quelques productions annexes à pâte sombre.

29Les cruches présentent une pâte sableuse dont la teinte varie du beige, beige rosé au rose orangé. Une part non négligeable des tessons présente une teinte grisâtre, signe d’une exposition trop importante au feu (ratés de cuissons ?). Le taux de fragmentation est élevé, avec seulement une quarantaine de bords comptabilisée sur plus de 1 700 fragments récoltés. Bien que le temps consacré au recollage ait été limité, aucun remontage n’a paru évident. À une exception près, tous les bords sont du même type : bord en bandeau rainuré, col droit et liaison du col et de la panse à inflexion fortement marquée. Seul varie le gabarit, avec des diamètres à l’ouverture compris entre 5 et 13 cm. Un seul exemplaire présente une anse conservée, trifide. Ce type de cruche est bien connu sur le territoire haut-normand dans les contextes d’époque tibéro-claudienne.

30Plusieurs pots à lèvre outrepassée, de diamètre variable, sont également recensés ; leur pâte, relativement similaire à celle des cruches, laisse supposer qu’il s’agit là aussi d’une production du four. Les céramiques communes sombres sont représentées par 664 tessons et une trentaine d’éléments de formes, principalement en pâte sableuse, avec deux types principaux. Le premier est une jatte dotée d’une large lèvre horizontale, en pâte granuleuse de couleur gris foncé en surface, beige ou rougeâtre à la fracture. Des modèles analogues sont connus dans le nord-ouest de la Gaule, assimilés à des imitations du caccabus italique en circulation sous les Julio-Claudiens (Chaidron et Dubois, 2013, p. 49-50, fig. 30). La récurrence de cette forme, présente sous de multiples variantes dans ce lot, semble en faire une production complémentaire du four. Le deuxième type est également une jatte ou marmite à bord rentrant orné de rainures sur sa face supérieure. Comme le précédent, ce modèle trouve des comparaisons dans les assemblages de Gaule du Nord, où il est assimilé à une imitation des patellae de tradition italique à l’époque augustéenne (Chaidron et Dubois, 2013, p. 49, fig. 28 ; Tuffreau-Libre, 2001, p. 10, fig. 4). Plus faiblement représenté que le précédent, ce deuxième type de vase montre en outre des caractéristiques technologiques différentes. Il ne semble donc pas devoir être considéré comme une production locale mais plutôt comme du mobilier importé. C’est le cas également d’un pot imitant la forme Camulodunum 113 en terra rubra, possible production amiénoise de la première moitié du Ier siècle (Dubois et Binet, 2000, p. 272, fig. 13 ou 23).

Fig. 20. Mobilier issu du four 2404 et de la fosse 2417, illustrant la production du four (DAO : D. Théolas et F. Laot).

31Les indices chronologiques sont faibles au sein de ce lot majoritairement composé de vases produits in situ. Les céramiques fines sont quasi inexistantes, mais peuvent être attribuées à l’époque augusto-tibérienne. Le répertoire des céramiques communes confirme une datation dans la première moitié du Ier siècle, la typologie des cruches en pâte claire semblant néanmoins exclure une datation antérieure au règne de Tibère. Ce four s’avère donc contemporain ou légèrement postérieur à celui précédemment décrit.

Conclusion

32L’occupation gallo-romaine de ce secteur périphérique à la supposée agglomération secondaire de Caracotinum ne semble pas se poursuivre au-delà du début du IIIe siècle. Il faut ensuite très certainement imaginer un repli des occupants vers le cœur de la ville. La fouille a montré qu’une tentative d’implantation d’activité artisanale (voire d’habitat ?) avait eu lieu sur les pentes du « Mont-Cabert ». Celle-ci ne s’est développée que partiellement avec l’apparition de petites officines de potiers et d’un parcellaire léger. Toutefois, très rapidement, l’implantation d’un vaste bâtiment, peut-être à fonction commerciale, semble augmenter l’attrait de cette zone. Ce regroupement qui reste cantonné à la périphérie de l’édifice semble s’organiser de façon anarchique, sans compartimentation de l’espace. Hormis les productions potières, les installations ou les rejets d’artisanats sont inexistants. Néanmoins, le mobilier est assez riche et abondant. À côté de rejets que l’on s’attend à trouver sur un site d’estuaire (malacofaune notamment), la fouille a fourni des indices intéressants. Quelques fosses ont livré de très nombreux rejets de poissons laissant penser à de la production de garum. Les lots céramiques montrent des traces importantes d’importations, de céramique sigillée du centre et du sud de la Gaule, ainsi que des vases à parois fines essentiellement gallo-belges, mais aussi plus rarement lyonnais. L’étude du verre va dans le même sens avec un corpus somme toute peu important mais qui révèle quelques pièces d’importation assez peu fréquentes en Normandie.

33La fouille des « Coteaux du Calvaire » complète notre connaissance des corpus régionaux céramiques et étoffe ceux des fours de potiers et de chaufourniers encore peu connus sur notre territoire. Elle ouvre aussi la voie à de nombreuses questions, en particulier celle de la fonction du grand bâtiment du début de notre ère et celle du statut de Caracotinum, malheureusement encore méconnu.

Bibliografía

Bibliographie

Barthelemy-sylvand C., Chambon M.-P. et Couvin F. (2005) – Les amphores ligériennes en région Centre (Carnute, Turon, Biturige), de la période augustéenne à la fin du Haut-Empire. SFECAG, Actes du congrès de Blois, p. 159-176.

Boisson J. et Follain É. (2013) – Découverte d’une basilique romaine à Harfleur, première approche. Journées archéologiques régionales de Haute-Normandie, Rouen, 24-26 mai 2013, p. 83-94.

Calderoni P. (2011) – Un quartier péri-urbain antique à caractère artisanal à Harfleur. Rapport de diagnostic. Rouen, INRAP, Service régional de l’archéologie, 124 p.

Chaidron C. et Dubois S. (2013) – De La Tène finale à l’époque augustéenne. Premiers apports du monde méditerranéen dans le nord-ouest de la Gaule, territoires ambien, atrébate, bellovaque, ménapien, morin, sud-nervien et viromanduen. SFECAG, Actes du congrès d’Amiens, p. 13 à 64.

Dubois S. et Binet É. (2000) – Découverte de céramiques de la première moitié du Ier siècle à Amiens (Somme). SFECAG, Actes du congrès de Libourne, p. 265-306.

Duhamel P. (1974) – Les fours de potiers. Les dossiers de l’archéologie, 6, p. 54-66.

Fallue L. (1841) – Notice sur Caracotinum aujourd’hui Harfleur. Mémoires de la Société des Antiquaires de Normandie, 1840-1841, p. 117-130.

Hawkes C. et Hull M. (1947) – Camulodunum, first report on the excavation at Colchester, 1930-1939. Reports of the research Comittee of the Society of Antiquaries of London, XIV, Oxford.

Tuffreau-Libre M. (2001) – La céramique en Atrébatie romaine, tradition et romanisation. Tuffreau-Libre J., La céramique en Gaule et en Bretagne romaines. Commerce, contacts et romanisation,. Nord-Ouest Archéologie, 12, p. 9-18.

Índice de ilustraciones

Leyenda Fig. 1. Plans des occupations des phases 1 (0-15 à 50 après J.-C.) et 2 (50 à 70-75 après J.-C. ; DAO : J. Boisson).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4148/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 436k
Leyenda Fig. 2. Plans des occupations des phases 3 (70-75 à 125 après J.-C.) et 4 (125 à 225-250 après J.-C. ; DAO : J. Boisson).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4148/img-2.jpg
Archivo image/jpeg, 432k
Leyenda Fig. 3. Détail des ornières de la voie empierrée de la zone 1 (cliché : Archéopole).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4148/img-3.jpg
Archivo image/jpeg, 236k
Leyenda Fig. 4. Coupe de l’une des structures de stockage (st 2876) de la zone 2 (cliché : Archéopole).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4148/img-4.jpg
Archivo image/jpeg, 236k
Leyenda Fig. 5. La voie empierrée dans le sud de la zone 2 (cliché : Archéopole).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4148/img-5.jpg
Archivo image/jpeg, 212k
Leyenda Fig. 6. Plan du four à chaux à triple foyer (DAO : J. Minne et J. Boisson).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4148/img-6.jpg
Archivo image/jpeg, 188k
Leyenda Fig. 7. Coupe du silo 3149 (cliché : Archéopole).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4148/img-7.jpg
Archivo image/jpeg, 196k
Leyenda Fig. 8. Vue générale du bâtiment 9, situé dans l’enclos sud (cliché : Archéopole).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4148/img-8.jpg
Archivo image/jpeg, 196k
Leyenda Fig. 9. Vue de l’ensemble constitué de la fosse de travail 2493 et des fours de potiers 2441 et 2452 (cliché : Archéopole).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4148/img-9.jpg
Archivo image/jpeg, 308k
Leyenda Fig. 10. Vue du four 2441 en cours de fouille ; dans le fond, la sole, et au premier plan, son système de soutien (cliché : Archéopole).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4148/img-10.jpg
Archivo image/jpeg, 188k
Leyenda Fig. 11. Vue du four 2452 en cours de fouille ; dans le fond, la sole, et au premier plan, son système de soutien (cliché : Archéopole).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4148/img-11.jpg
Archivo image/jpeg, 172k
Leyenda Fig. 12. Vue de l’une des arches constituées de claveaux de terre qui soutiennent la sole du four 2441 (cliché : Archéopole).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4148/img-12.jpg
Archivo image/jpeg, 204k
Leyenda Fig. 13. Vue de l’une des arches constituées de claveaux de terre qui soutiennent la sole du four 2452 (cliché : Archéopole).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4148/img-13.jpg
Archivo image/jpeg, 168k
Leyenda Fig. 14. Mobilier de la fosse 2493 (DAO : D. Théolas et F. Laot, MADE-CG 27).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4148/img-14.jpg
Archivo image/jpeg, 284k
Leyenda Fig. 15. Mobilier issu de la fosse de rejet 2455 (DAO : D. Théolas et F. Laot).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4148/img-15.jpg
Archivo image/jpeg, 216k
Leyenda Fig. 16. Plan des fours 2404 et 2414 (DAO : Archéopole).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4148/img-16.jpg
Archivo image/jpeg, 216k
Leyenda Fig. 17. Vue zénithale du four 2414 et de la fosse 2417 ; au centre, le fossé récent qui perturbe le lien entre les deux (cliché : Archéopole).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4148/img-17.jpg
Archivo image/jpeg, 220k
Leyenda Fig. 18. Vue zénitale du four 2404 ; dans l’angle supérieur droit, la fosse de travail 2403 du premier état du four (cliché : Archéopole).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4148/img-18.jpg
Archivo image/jpeg, 188k
Leyenda Fig. 19. Gros plan sur les systèmes de soutien de la sole du four 2404 (cliché : Archéopole).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4148/img-19.jpg
Archivo image/jpeg, 196k
Leyenda Fig. 20. Mobilier issu du four 2404 et de la fosse 2417, illustrant la production du four (DAO : D. Théolas et F. Laot).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4148/img-20.jpg
Archivo image/jpeg, 312k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2016

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540