Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Conches-en-Ouche, 5 et 6 juin 2015

 | 
Jean-Paul Ollivier

Évolution d’une entité pastorale du Haut-Empire : le cas de Flamanville-Motteville (Seine-Maritime) sur le tracé de l’autoroute A 150

Evolution of a pastoral entity from the Early Roman Empire: the case of Flamanville-Motteville (Seine-Maritime) on the A150 motorway route

Stéphane Adam

Résumé

La fouille préventive du site 3A de l’A150, réalisée en 2013, a permis la découverte de vestiges datés de la protohistoire à l’époque contemporaine. L’élément remarquable du site est un établissement rural occupé du début du Ier au IIIe siècle de notre ère, dont un réseau dense et complexe de fossés formant une entité pastorale d’une forme inédite a été mis au jour.

The preventive excavation carried out on site 3A of the A150 motorway in 2013 resulted in the discovery of remains dating from the Protohistoric to the late modern periods. The site’s noteworthy feature is an ancient rural settlement that was occupied from the beginning of the 1st to the 3rd Century AD; a dense and complex network of fosses that formed a pastoral entity with an unprecedented form were brought to light.

Texte intégral

1Le village de Motteville (Seine-Maritime) se trouve à 27 km au nord-ouest de Rouen, dans le Pays de Caux (fig. 1).

2L’emprise de fouille est localisée à 1,5 km au sud de Motteville, au nord-ouest du hameau de Runetot. Elle occupe la zone intermédiaire d’une faible pente nord-sud, dans une partie de plateau présentant de faibles ondulations, à une altitude moyenne de 151 m NgF. Le réseau hydrographique actuel le plus proche est constitué du Saffimbec, un affluent de l’Austreberthe qui prend sa source au sud-est à environ 5,6 km, et de la Saâne, un fleuve côtier qui prend sa source au nord-est, à 7 km environ.

Fig. 1. Localisation de l’opération (DAO : F. Carré).

3Le site 3A, à cheval sur les communes de Flamanville et de Motteville, constitue l’une des zones d’investigation prescrites sur l’emprise de plus de 150 ha destinée à la construction d’un tronçon autoroutier reliant Barentin à Écalles-Alix. Situé au nord-est du tracé routier, il correspond à une concentration de structures apparue lors du diagnostic réalisé par l’INRAP en 2012 (Kliesch, 2012) et datée des périodes protohistorique et antique. Il est encadré par le site 3B (fouillé par la société Éveha), à 400 m à l’est, et le site 2 (fouillé par la société AFT), à 800 m à l’ouest.

4Les données archéologiques antérieures à notre intervention sont assez ténues pour ce secteur. Un bilan de la recherche (Ciezar-Epailly, 1997) propose l’existence d’agglomérations secondaires à Limésy (à environ 6 km au sud-est de Motteville), Saint-Ouen-du-Breuil (à 15 km à l’est) et Varneville-Bretteville (à environ 23 km à l’est). Par ailleurs, à 26 km du site 3A, un établissement rural du Haut-Empire a été fouillé à Étaimpuis, « La Briqueterie » (Blancquaert et al., 2009). Il présente un système de parcelles orthonormées réparties entre un espace à vocation domestique et un autre voué plutôt à une activité sidérurgique. À 15 km de Motteville, le site de Hautot-le-Vatois, « La Plaine du Bosc Renault », est occupé entre le milieu du Ier et le milieu du IIIe siècle après J.-C. (Blanquaert et Adrian, 2006).

Fig 2. Plan des structures attribuées à la phase 4 (DAO : T. Mabire et S. Adam).

Fig 3. Plan du bâtiment UA 1 (DAO : S. Adam © Éveha).

Des indices ténus de la période protohistorique

5Parmi les vestiges les plus anciens, quatre fours dits « en 8 » sont attribués, grâce aux datations radiocarbones, à la période de transition entre les âges du bronze ancien et moyen (phase 1).

6La période de la transition entre le premier et le second âge du fer (phase 2) est illustrée par quatre petites fosses dispersées.

Mise en place d’un établissement agricole (phases 3 et 4)

7L’établissement est peut-être implanté dès la fin de La Tène finale (phase 3), mais la majorité des structures étudiées datent du Haut-Empire (phases 4 et 5). L’espace est divisé par des fossés parcellaires (fig. 2).

8Ce système est peu modifié pendant les trois siècles d’utilisation. En revanche, les subdivisions de ces vastes parcelles ou enclos évoluent. Il a été possible, malgré la rareté du mobilier archéologique, de percevoir deux grandes phases. La première couvre tout le Ier siècle (phase 4). Elle est matérialisée par le creusement de grands fossés, de passages en couloirs, d’un système d’accès complexe au contact de cinq parcelles et d’un ensemble de petits enclos imbriqués constituant des chicanes. Le parcellaire est modifié au moins à quatre reprises au cours du Ier siècle de notre ère.

Fig 4. Le cellier (cliché : D. Delaporte ; DAO : D. Gazagne © Éveha).

9Au sud, un bâtiment sur poteau (UA 1), un cellier et une mare ont été attribués à cette phase. D’autres structures sur poteaux (UA 2 à 5) identifiées immédiatement au nord de la mare ne sont pas datées.

Un bâtiment (UA 1)

10Dans la partie méridionale de l’emprise, non loin du point culminant de cette partie du plateau, onze trous de poteaux datant du Ier siècle dessinent le plan d’un bâtiment de forme rectangulaire à deux poteaux porteurs centraux et deux petits poteaux axiaux (fig. 2 et 3).

11La structure externe est composée de trous de poteaux, doubles en façade sud-ouest et simples en façade nord-est, de forme circulaire ou rectangulaire. Un gros poteau circulaire renforce la façade sud-ouest. Le bâtiment couvre environ 8 m sur 10. La présence peu marquée de tegulae et d’imbrices et le désaxement de la faîtière évoquent plutôt une couverture en matériaux périssables.

Un cellier

12Une structure est interprétée comme un cellier (fig. 2 et 4). De plan carré (1,3 m de côté), elle est délimitée par des parois légèrement inclinées, pourvue d’un fond plat, et mesure 0,46 m de profondeur. En son centre, une micro-dépression fait environ 40 cm de diamètre et 3 cm de profondeur. Le comblement comporte des fragments de céramique dont la datation s’échelonne entre La Tène finale ou la période augustéenne et le début du IIe siècle de notre ère, ce qui permet de fixer l’utilisation de cette structure au cours du Ier siècle après J.-C. et son abandon au début du IIe siècle.

Une mare

13De forme ovalaire, elle mesure 8,4 m sur 7,2 m (fig. 2) et possède un profil en cuvette aux parois régulières et peu inclinées. Les deux comblements les plus anciens sont assez fins et tapissent le fond de la structure. L’analyse au pistolet PXRF montre qu’ils sont fortement chargés en oxydes de manganèse. La concentration peut s’expliquer par la précipitation chimique, continue en milieu aqueux, de gisements sédimentaires du milieu carbonaté. Cette cuvette est interprétée comme une mare en raison de ces dépôts hydromorphes, mais également d’après les analyses chimiques par fluorescence X, qui révèlent de fortes teneurs en fer. Les taux de phosphore, proches de ceux du substrat, excluent l’hypothèse d’une fosse à fumier.

Des fossés formant couloirs et chicanes

14Au centre de l’emprise, dans l’angle nord-est de l’enclos 1, un système d’enclos imbriqués formant des chicanes (fig. 5) est greffé à des fossés préexistants.

15Il se compose de deux types de fossés. Les premiers, surtout externes, ont des profils en cuvette (st. 380, 411, 378, 377 et 360) et mesurent en moyenne 40 à 50 cm de large pour une profondeur d’une vingtaine de centimètres dans le meilleur des cas. Le second type, à profil en U, concerne davantage les fossés internes (st. 394, 395 et 398), moins larges (22 à 34 cm), mais plus profonds (27 à 40 cm). Ce système bien particulier est renforcé par quatre trous de poteaux (st. 460, 461, 397 et 473) situés à des endroits bien précis par rapport à certains fossés.

Métrologie et forme du système

16Le système dessine un trapèze de 492 m² (fig. 5 et 6).

17Il est divisé en trois travées orientées nord-sud, l’ensemble étant subdivisé pour former quatre couloirs (A à D). D’ouest en est, les trois espaces couvrent approximativement 153, 172,5 et 167 m². Avec la mise en place des couloirs, les aires retombent à 127, 115,6 et 62,3 m² environ, soit une surface d’exploitation de 305 m² environ et 187 m² alloués au système de circulation.

18Le couloir A, le plus oriental, est délimité par les fossés 355 et 394. Il est orienté quasiment nord-sud et mesure 5,5 m de large pour une longueur de 11 m environ. Il fait la jonction entre l’aire ouverte méridionale et la première zone de répartition, d’où partent les couloirs B et C.

19Le couloir B, orienté nord-sud, se situe entre les fossés 394 et 395. Il conduit de la zone de répartition au couloir D qui le prolonge à angle droit. Son entrée est en léger entonnoir, sa largeur variant du nord au sud entre 2,7 et 1,6 m. Sa longueur est de 9,5 m.

20Le couloir C fait la jonction entre la zone de répartition et la deuxième zone enclose. Les fossés 395, 398 et 380 forment ses limites. De même orientation que les couloirs A et B, il mesure 8,3 m de long pour une largeur de 2,2 à 2,5 m.

21Le couloir D, orienté ouest-est, prolonge le couloir B vers la troisième zone enclose du système. Il mesure 19,4 m de long. Il s’élargit vers l’ouest passant de 1,6 m de large au coude à 2,7 m de large vers la zone enclose.

22Au niveau des passages entre deux zones, des trous de poteaux ont été observés ; ils suggèrent la présence de portes de largeur variable, 5,5 m pour celle du couloir A, 2,7 m pour celle du couloir B et, pour celle du couloir C, entre 1,6 m (espace entre les deux poteaux) et 3 m (espace entre le poteau 473 et le fossé 380).

Fig. 5 : Plan du parc de contention (DAO : T. Mabire et S. Adam © Éveha).

Fig. 6. Évocation du parc de contention en fausse 3D (DAO : S. Adam © Éveha).

Chronologie du système

23Seules trois structures ont livré du mobilier. Le fossé 394 est comblé entre le Ier et le IIIe siècle de notre ère. Le fossé 377 apporte une datation plus précise, du milieu du Ier siècle de notre ère. D’autre part, le système fossoyé est perturbé par deux grandes structures en creux et trois petites fosses, toutes attribuables à la deuxième moitié du IIe siècle et au début du IIIe siècle. Ce système fonctionne donc durant le Ier siècle et est abandonné au plus tard au milieu du IIe siècle.

Origine et analyse du système de contention

La littérature antique

24En regard de ce qui se pratique dans les campagnes d’aujourd’hui, ce type d’enclos à couloirs correspond à un parc dit « de contention ». Or, la littérature antique n’évoque pas ces structures spécifiques. Ainsi, quelques traités agronomiques décrivent le cheptel, ses maladies et la manière dont il doit être traité. Une distinction entre deux types d’enclos pour le bétail est faite dans un passage du traité de Varron : près des villas, des saepta et, dans les pâturages (in saltibus quae pascuntur et a tectis absunt), des cohortes limitées par des claies (crates) et des filets (retia) (De Agricultura, livre II, chap. 2, Nisard, 1864, p. 107). Saeptum signifie enclos en latin. Cohors peut se traduire par une cour. L’enclos aménagé à Motteville ne semble pas appartenir à l’un de ces deux groupes.

25La pratique d’une sélection du bétail n’est évoquée que par Columelle : « On doit avoir soin tous les ans de faire un triage des bœufs comme de tous les autres bestiaux. On écarte les animaux épuisés et vieillis, devenus impropres à la propagation, et surtout les jeunes vaches stériles, qui tiennent la place de bêtes fécondes, à moins qu’on ne les dresse pour la charrue : car, en raison de leur stérilité, elles ne conviennent, pas moins que les bouvillons au travail et à la fatigue » (De re rustica, livre VI, chap. 22, Nisard, 1864, p. 309-336). Certes, le tri en question ne nécessite pas forcément un aménagement spécifique, sauf si le troupeau à gérer est important. Dans notre cas, la zone de tri se situe sur un système de couloirs menant vers une dizaine de parcelles de taille et de forme variables, se terminant en entonnoir et en étoile vers l’ouest. Il faut donc regarder le site de manière globale pour saisir que le parc de contention s’intègre au cœur d’une gestion pastorale raisonnée, en vue d’un accroissement constant du cheptel. La gestion collective d’un troupeau composé de bêtes appartenant à plusieurs propriétaires peut aussi conduire à trier périodiquement.

Fig. 7. Hypothèses de cheminement des animaux au sein du parc de contention (DAO : T. Mabire et S. Adam © Éveha).

La problématique de l’origine du système

26Le parc du site 3A semble avoir été conçu pour améliorer l’efficacité et l’accroissement du troupeau. Nous nous interrogeons sur l’origine d’un tel système qui suppose un certain nombre d’essais préliminaires, et dont la compréhension souffre de l’absence de comparaison dans le nord de la Gaule. Si des enclos fossoyés préexistent dans toute la région normande durant l’âge du fer, aucun n’adopte un tant soit peu cette forme en chicanes. Peut-être existait-il des parcs faits de pierrées ou constitués uniquement de poteaux. Mais l’aménagement en pierrées se retrouve plus volontiers sur des plateaux d’altitude ou dans des régions montagnardes (Rendu, 2003) et est plutôt destiné à protéger le bétail. La question de l’origine de l’enclos aménagé se pose donc sans que l’on puisse aujourd’hui en connaître la source. Correspond-elle à une amélioration d’une technique indigène ou s’agit-il d’une importation provenant d’une région plus lointaine ? Pour pouvoir y répondre, il faudrait revoir l’organisation des enclos gaulois découverts en Normandie et dans les régions limitrophes, mais également réexaminer les grandes structures en matériaux périssables de La Tène de la région normande afin de retrouver des plans comparables. Ce travail devrait être effectué pour l’Antiquité pour laquelle les sources manquent également

Analyse du système de contention

La nature du cheptel

27L’absence de vestige faunique sur le terrain et les résultats chimiques décevants ne nous renseignent pas sur la nature du cheptel. Des comparaisons zootechniques en fonction des spécificités du parc de contention permettent néanmoins de trancher. Les parcs actuellement employés pour les ovins prennent en compte un certain nombre de conditions pour une circulation fluide des animaux. Parmi elles, deux semblent essentielles : empêcher le recul et le demi-tour des bêtes. Pour y parvenir, les couloirs doivent être extrêmement resserrés, c’est à dire de 45 cm de large, soit à peine plus de la largeur de l’animal adulte (Mounaix et al., 2014) Or, à Motteville, les passages sont d’environ 1,6 m et paraissent donc destinés à des animaux plus gros, comme des bovidés.

28De plus, les couloirs pivotant à 180° ou à 90° sont adaptés à la vision des bovidés, qui avancent toujours vers l’endroit qu’ils regardent. Face aux chicanes, les animaux sont obligés de virer et suivent instinctivement la bête située en tête du troupeau. Pour les faire avancer dans le couloir D, mesurant une vingtaine de mètres, le vacher peut se mettre à l’extérieur au sud de l’enclos pour progresser dans le sens inverse du troupeau en jouant sur la pression et la vision animale (source : idele.fr).

Le sens de circulation du bétail

29Le sens de circulation des animaux constitue une autre interrogation. Logiquement, s’ils arrivent par le sud, ils sont contraints de suivre le fossé 355 en pénétrant dans le couloir A (fig. 7).

30La première barrière est idéalement placée, en profondeur dans le couloir afin que la bête de tête puisse être suivie par le reste du groupe. Le cheptel entrerait ensuite dans le premier parc, sorte de zone de transit servant au tri vers les couloirs B et C. Les animaux seraient alors arrêtés par les deux autres barrières ouvrant vers les deux autres parcs. Il n’est pas possible d’estimer si le circuit s’achevait vers le long couloir septentrional ou s’il formait une boucle, ce qui n’est pas improbable. Un circuit dans le sens inverse de notre description constitue une seconde hypothèse.

L’organisation des enclos associés au parc

31Le système d’enclos a évolué au cours du Ier siècle de notre ère. Malgré l’absence d’élément datant, quatre phases se distinguent par la chronologie relative (fig. 8).

Phase 4A

32Le plan de la phase 4A est composé de neuf enclos, dont trois sont situés à l’ouest, deux dans la frange septentrionale, la partie centrale et la partie orientale de l’emprise. Deux longs couloirs étroits permettent de relier les différents espaces. Le couloir 1, orienté est-ouest, fait la jonction entre les enclos orientaux, septentrionaux et centraux, ainsi qu’avec le parc de contention. Le couloir 2 relie les enclos occidentaux, septentrionaux et l’enclos 1 central. Si l’accès aux parcelles est marqué le plus souvent par une simple interruption de fossés, on note le cas particulier des enclos 4 et 5. Deux de leurs fossés convergent pour former un entonnoir. Il s’agit là aussi probablement de faciliter le trafic animal.

Phase 4B

33Elle est marquée par la fermeture du passage à l’angle nord-est de l’enclos 2 qui pourrait s’expliquer par la difficulté de manœuvrer du bétail dans cette partie exiguë du couloir 2. Un nouvel accès a dû être aménagé ailleurs, à moins qu’une entrée plus pratique n’ait déjà existé hors de l’emprise fouillée. Une seconde modification, à l’extrémité occidentale du couloir 1, est l’ajout de deux fossés disposés en Y. Il pourrait s’agir d’un système à goulet court pour guider visuellement les animaux au nord-ouest de l’enclos 1.

Phase 4C

34Une modification majeure est apportée au système en entonnoir au sud de l’enclos 4 et à l’entrée de l’enclos 3. Des fossés sont ajoutés pour créer un goulet d’étranglement. Cette nouvelle disposition condamne l’accès de l’enclos 4 au couloir 1 et à la parcelle 5. L’accès à la parcelle 4 se fait dorénavant par l’enclos 3 et le couloir 2.

Phase 4D

35La forme et l’orientation du goulet d’étranglement sont modifiées en donnant un nouveau contour à l’enclos 3 et à la partie méridionale de l’enclos 4. L’ensemble de ces travaux permet de recréer l’accès à la parcelle 1. Il est possible que le fossé séparant les parcelles 4 et 5 soit abandonné au cours de cette phase.

Transformation de l’occupation (phase 5)

36Dès la fin du Ier siècle ou le début du IIe siècle, les structures majeures, mare, cellier, bâtiment et parc de contention, sont abandonnées. Un nouveau réseau fossoyé est créé, supplantant celui de la phase 4 (fig. 9).

37Les systèmes en étoiles et en couloirs disparaissent au profit d’un parcellaire simplifié aux enclos plus vastes où le bâti est absent. Quelques fosses, parfois de grande taille mais de profondeur restreinte, ont des comblements fortement chargés en nodules de terre cuite, silex brûlés et charbons. Les fours sont certainement à proximité, mais en dehors de l’emprise de fouille. Ce nouveau parcellaire évolue (phases 5A et B), sans que l’on ait pu déterminer le moment de cette modification. Il est abandonné dans le courant du IIIe siècle.

Conclusion

38L’intérêt majeur du site 3A est l’organisation particulière de l’espace mise en place au Ier siècle pour faciliter l’activité pastorale. Un parc de contention est installé au cœur d’une dizaine de parcelles encloses de dimensions variées reliées entre elles par des couloirs. L’enclos 1 semble avoir eu un rôle central dans l’organisation, accueillant une probable unité d’habitation (bâtiment, cellier) au point le plus haut de l’emprise étudiée, à proximité d’une mare, et un parc de contention dans la partie septentrionale. Pendant un siècle (phases 4A à D), un soin régulier est apporté au maintien en état du système. Cette opération met donc en lumière un aspect méconnu de l’élevage du gros bétail au début du Haut-Empire : le tri des bêtes, à peine évoqué par les agronomes antique.

Fig. 8. Plans des quatre états du système fossoyé du Ier siècle (DAO : T. Mabire et S. Adam © Éveha).

Bibliographie

Sources

Columelle De re rustica. Nisard M. (trad.), Les agronomes latins : Caton, Varron, Columelle, Palladius, Paris, Firmin Didot frères, fils et Cie, 1864, p. 169-512.

Varron De agricultura. Nisard M. (trad.), Les agronomes latins : Caton, Varron, Columelle, Palladius, Paris, Firmin Didot frères, fils et Cie, 1864, p. 61-155.

Image 10000000000002DB00000384C30D5792.jpg

Fig. 9. Plans des phases 5A et B (DAO : T. Mabire et S. Adam © Éveha).

Bibliographie

Blancquaert G. et Adrian Y.-M. (2006) – Les occupations multiples de la Plaine du Bosc Renault à Hautot-le-Vatois (Seine-Maritime) : la zone de stockage du premier âge du fer et les vestiges antiques funéraires et domestiques. Revue archéologique de l’Ouest, 23, p. 9-44.

Blancquaert G., Adrian Y.-M. et Colliou C. (2009) – L’occupation gallo-romaine d’Étaimpuis « La Briqueterie » (Seine-Maritime) et sa forge. Revue archéologique de l’Ouest, 26, p. 135-152.

Ciezar-epailly L. (1997) – Agglomérations secondaires et villae, état de la question et exemples. Rogeret I., La Seine-Maritime 76, Carte archéologique de la Gaule, Paris, Maison des sciences de l’homme, p. 79-87.

Kliesch F. (2012) – Haute-Normandie, Seine-Maritime (76), Flamanville et Motteville (fin), Liaison autoroutière A 150 Tranche 1C et rapport section 2, tranche 3, rapport d’opération, diagnostic archéologique. INRAP, SRA Haute-Normandie.

Mounaix et al. (coauteurs inconnus) (2014) – Circulation des ovins dans les dispositifs de lecture des boucles électroniques : les solutions de contention. Document de l’Institut de l’élevage, [En ligne] URL : http://idele.fr.

Rendu C. (2003) – Formes et fonctions des habitats pastoraux d’estivage : quelques données pyrénéennes, du Néolithique à nos jours. Actualité de la recherche en histoire et archéologie agraires. Actes du colloque international AGER V, septembre 2000, Besançon, Presses universitaires franc-comtoises, Annales littéraires, 764, Série « Environnement, société et archéologie », 5, p. 181-188.

Sites internet

Institut de l’élevage. Idele.fr :
http://idele.fr /recherche/publication/idelesolr/recommends/fiches-contention.html

Roussel Vincent – Chambre d’agriculture de l’Orne – L’organisation du parcellaire pour les vaches laitières :
http://www.prairiales-normandie.com/iso_album/pat_pin07_8.pdf

Guide du confort de la vache-2006 – Delaval France :
http://www.delavalfrance.fr/ImageVaultFiles/id_6715/cf_5/Guide_du_confort_de_la_vache_DeLaval.pdf

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Localisation de l’opération (DAO : F. Carré).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4141/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig 2. Plan des structures attribuées à la phase 4 (DAO : T. Mabire et S. Adam).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4141/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig 3. Plan du bâtiment UA 1 (DAO : S. Adam © Éveha).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4141/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig 4. Le cellier (cliché : D. Delaporte ; DAO : D. Gazagne © Éveha).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4141/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Légende Fig. 5 : Plan du parc de contention (DAO : T. Mabire et S. Adam © Éveha).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4141/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Fig. 6. Évocation du parc de contention en fausse 3D (DAO : S. Adam © Éveha).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4141/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Fig. 7. Hypothèses de cheminement des animaux au sein du parc de contention (DAO : T. Mabire et S. Adam © Éveha).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4141/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 8. Plans des quatre états du système fossoyé du Ier siècle (DAO : T. Mabire et S. Adam © Éveha).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4141/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 204k

Auteur

Archéopole

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540